Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/03/2017

Médecines à la c...

 

LES ANIMAUX UTILISÉS POUR LES RITES ET LES CROYANCES

Par Henri Michaud

Certaines croyances rituelles, religieuses ou médicinales mettent la vie de nombreux animaux en danger. Certains, pourchassés pour leurs « vertus », sont même en danger de disparition.

Le tigre

La médecine traditionnelle chinoise, les os des tigres, une fois broyés, sont réputés pour traiter l’arthrite et de nombreuses maladies communes. Cette croyance a même mis la population mondiale de félidés en danger. Si certains le traquaient pour sa peau, les autres ne se gênaient pas pour le dépouiller de sa robe, puis de vendre la carcasse. Interdit depuis 1993, le commerce intérieur des os de tigres demeure quand même actif et certaines échoppes spécialisées dans la médecine traditionnelle se vantent toujours d’offrir le produit. Certains braconniers obtiennent jusqu’à 50 000 $ pour les os et la peau d’un seul tigre. 

Le rhinocéros

Quelques espèces de la grande famille des rhinocéros (le rhinocéros noir, de même que les rhinocéros de Sumatra, de Java et indiens) se retrouvent sur la liste rouge des espèces en danger. Pourquoi? La médecine traditionnelle chinoise prête à leurs cornes des vertus curatives importantes. On s’en sert pour faire baisser la fièvre, pour traiter des convulsions et même les épisodes de délire. Pas surprenant que certaines espèces soient en danger puisqu’il est presque impossible de les protéger dans leur habitant naturel. Au surplus, des rumeurs voulant qu’une personne ait été guérie du cancer grâce à une corne de rhinocéros ont relancé la convoitise des braconniers. Seules des fermes d’élevage permettraient d’assurer leur survie.

L’ours noir

L’ours noir a de quoi se faire de la bile. En fait, sa bile est très recherchée en médecine traditionnelle. Ses vertus, selon les Chinois, sont nombreuses. Elle permettrait de traiter de nombreuses maladies et blessures, dont les brûlures. Elle est même employée pour soulager les maux de tête, les maladies du foie et le cancer. La demande est telle que les Chinois ont créé des fermes d’élevage d’ours noir en 1984. On en compterait plus de 200. Mais cette mesure n’a pas enrayé le braconnage des ours à l’état sauvage. Au surplus, la méthode utilisée pour prélever la bile, par cathéter, s’avère très douloureuse, voire mortelle.

Le cerf porte-musc

Le musc de cet animal alpin est très populaire, non seulement en médecine pour guérir les problèmes cardiaques et respiratoires, mais également dans la fabrication de produits homéopathiques sur l’ensemble de la planète et de certains parfums. Pas étonnant que cet animal craigne l’homme. On évalue la demande mondiale de musc à plus de 1000 kilos par an. Or, le cerf porte-musc ne produit que 30 grammes par adulte. Très recherché — sa valeur est de trois fois plus élevée que son poids en or — le musc a provoqué un véritable carnage dans les années soixante, ou quelque 100 000 cerfs étaient tués chaque année. Des fermes d’élevage ont été mises sur pied. En outre, des alternatives ont été explorées telle l’utilisation du musc de rat musqué, de deux espèces de civettes et de musc synthétique. Heureusement…

L’hippocampe

L’espèce décline d’année en année. En quelques années, les 35 variétés d’hippocampes connues dans le monde ont vu leur population réduite de moitié… Et pour cause. Pas moins de 32 pays ou régions du globe récoltent quelque 20 millions d’individus par année!

L’hippocampe entre dans la fabrication de près de 2000 produits utilisés par la médecine traditionnelle chinoise. On les utilise pour traiter les affections rénales, les problèmes circulatoires et l’impuissance chez ces messieurs. La demande, en Chine seulement, dépasse les 200 tonnes annuellement. Et le pays importe 95 pour cent de ce volume.

Le buffle d’eau

Les experts ne s’entendent pas sur sa situation exacte, mais l’espèce a été complètement éradiquée de certaines régions du Laos, du Bangladesh, de l’Indonésie et du Sri Lanka. Certains craignent que certaines variétés aient totalement disparu de la surface du globe, dans l’indifférence la plus totale. Le buffle d’eau, en médecine traditionnelle chinoise, aurait les mêmes vertus que la corne de rhinocéros. Il entre donc dans la fabrication de médicaments pour traiter la fièvre et les convulsions chez l’humain.

L’alligator d’Asie

La population de ce petit alligator a été littéralement décimée depuis les 60 dernières années. La destruction de son habitat et une chasse effrénée ont réduit l’espèce à moins de deux cents individus. Tous, ou presque, sont confinés dans une petite réserve de la province d’Anhui, le long du fleuve Yangtsé. Sa viande, recherchée, aurait des vertus médicinales, notamment pour guérir le rhume et prévenir le cancer. Ses organes sont aussi utilisés, tant en Chine qu’en Afrique, pour traiter l’asthme, les otites et le rhumatisme. Heureusement, il se reproduit facilement en captivité. 

L’éléphant d’Asie

Déjà en danger en raison de la destruction de son habitat naturel, l’éléphant d’Asie demeure convoité et attire les braconniers. Sa viande, sa peau et ses défenses sont très prisées, c’est connu. On s’en sert également comme animal de trait. En outre, de petites parties des pieds d’éléphant entrent dans la fabrication d’une pâte utilisée pour traiter les hernies chez l’humain, notamment au Myanmar. Ce faisant, le nombre d’individus décroit d’année en année.

Le zèbre de Grévy

On comptait, en 1970, quelque 25 000 zèbres de Grévy. Quelque 40 ans plus tard, il n’en reste qu’environ 2500. Si leur peau intéressait les chasseurs, les guérisseurs africains utilisent leur viande et leur graisse pour traiter certaines maladies, dont la tuberculose. Cette demande a fait l’affaire des éleveurs qui, durant une quarantaine d’années, ont chassé l’animal pour assurer l’approvisionnement en eau de leurs bêtes… en éliminant la concurrence. L’espèce, en voie de disparition, est protégée depuis 2008.

Le requin

Le requin, plus précisément ses ailerons, est particulièrement convoité. En Asie, la soupe aux ailerons de requin demeure un symbole de statut social supérieur. Les morceaux, caoutchouteux et dénué de saveur, n’ont rien de spécial. C’est le bouillon, généralement savoureux, sa rareté et, par ricochet, son prix, qui alimente la demande. Elle fait honneur aux invités, aux amis, lors de mariages. De plus, elle renforcerait la santé et consoliderait les os.

Pour obtenir ces ailerons tant prisés, les pêcheurs n’hésitent pas à tuer l’animal ou, tout simplement, à prélever les ailerons et à rejeter l’animal à la mer. Privé de ses nageoires, il coule à pic et meurt.

Et c’est populaire. Un restaurant de Hong Kong, le Fung Shing, vend, à lui seul, 200 kilos d’ailerons par semaine.

D’autres croyances

En Asie, manger des pénis et des testicules garantirait une vie sexuelle plus épanouie… Pas étonnant que les organes du phoque, du bélier, du yak soient très recherchés. Toutefois, la mise en marché d’une petite pilule bleue a fait chuter la demande de pénis de phoque au cours des 15 dernières années.

Et les religions

Même si certaines espèces ne sont pas menacées, plusieurs animaux souffrent en raison de rituels religieux. Ainsi, chez les Juifs, le rite de kaparot consiste à faire tourner un poulet trois fois au-dessus de la tête en récitant des prières.

Chez les musulmans, on égorge des moutons, des béliers, des vaches et des chèvres après les avoir couchés sur le flanc gauche, la tête tournée vers La Mecque.

Les chrétiens, notamment en France et en Allemagne, n’hésitent pas à séparer un jeune agneau de sa mère pour le consommer à Pâques.

À vous maintenant de faire des choix éclairés.

Source : CanalD

Article grâce auquel on peut constater que les Occidentaux, pourtant coupables de tout et dont on fustige les rares safaris, ne sont pas les principaux responsables dans la disparition des espèces animales en danger. Eh oui ! chers bobos il vaudrait mieux regarder du côté de vos paisibles contemplatifs exotiques qui auraient, parait-il, tant à nous apprendre.

08/03/2017

Le 9 mm, voilà l'ennemi !

zzzMardi_07_Mars_2017.JPG

Source : Le Bordeaux 7 du mardi 7 mars 2017

On s’africanise

Yvelines : un rhinocéros tué et sa corne tronçonnée au zoo de Thoiry

Des braconniers ont abattu un rhinocéros de 5 ans au zoo de Thoiry (Yvelines) dans la nuit de lundi à mardi.

Un rhinocéros mâle âgé de 5 ans a été abattu par des malfaiteurs qui lui ont volé sa corne, dans la nuit de lundi à mardi, au zoo de Thoiry (Yvelines). C’est vers 9h30 que les soigneurs ont découvert que l’animal, nommé Vince, avait été abattu de trois balles dans la tête et sa corne découpée à la tronçonneuse. L’enclos des rhinocéros se trouve à l’arrière de la réserve africaine du parc animalier. 

Selon nos informations, un ou des tueurs ont forcé un portail, situé à l’arrière du zoo, avant de pénétrer dans le bâtiment où vivaient trois rhinocéros. «Il est possible que les voleurs n’aient pas eu le temps de s’en prendre aux autre bêtes», explique une source proche de l’affaire. 

La ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, a indiqué mardi soir avoir saisi le procureur de la République de Versailles et annoncé qu'elle allait «demander fermement aux autres pays européens d'interdire tout commerce d'ivoire d'éléphant et de corne de rhinocéros au niveau européen, comme c'est déjà le cas en France».

Une première en Europe

Une corne de rhinocéros vaut des dizaines de milliers d'euros. Il existe une filière entre la France et l’Asie, particulièrement en Chine où les cornes de rhinocéros ont la réputation d’être aphrodisiaques. Ce serait la première fois en Europe que des voleurs s’en prendraient à un animal vivant dans un zoo. Ordinairement, les voleurs s’emparent de ces cornes dans les ventes aux enchères et autres lieux d’exposition.

Pour l’heure, les militaires de la brigade de gendarmerie de Thoiry mènent l’enquête. Ils ont relevé les traces et indices sur les lieux du crime. Le calibre de l’arme utilisé reste encore un mystère. «On a demandé à faire une radio mais le cuir de l’animal est tellement épais que cela s’avère impossible, précise une autre source. On ignore donc encore avec quelle arme il a été tué». Ce rhinocéros vivait paisiblement à Thoiry depuis novembre 2015.

Source et article complet : Le Parisien via Gaelle Mann

rhinoceros-braconnage-corne.jpg

07/03/2017

Carte blanche (10)

Par Blumroch

Modeste proposition pour rationaliser une orthographe se voulant indifférenciée, égalitaire et donc véritablement citoyenne

Pour Alphonse Allais, évidemment.

Soucieux de tuer en nous l'homme (surtout) et (même) la femme anciens, nos maîtres ont décidé de réformer la grammaire et l'orthographe, car ils le savent, et mieux qu'Orwell : le langage *informe*, au sens aristotélicien, notre vision du monde. La persistance d'un sot préjugé tel que l'odieuse et imaginaire "différence" entre les hommes, les femmes et les autres en atteste assez.

De telles erreurs doivent évidemment être combattues par tous les moyens, même linguistiques.

Dans l'ombre propice aux entreprises progressistes, d'érudites et obscures universitaires (des "demi-habiles", à en croire de certains esprits chagrins et réactionnaires) ont pourtant bien travaillé à supprimer dans la langue française toutes les traces de l'intolérable sexisme venu du passé. Malheureusement, la diffusion de leurs découvertes, est encore confidentielle. Pire : leurs directives ne sont pas toujours à la hauteur de leur noble intention, à savoir du passé faire table rase pour découvrir une *terra nova incognita*, une nouvelle terre, et inconnue.

Nous avons souhaité apporter notre humble contribution à un si beau projet, un projet qui aurait pu être qualifié de "révisionniste" si cet adjectif, employé de manières si opposées selon les époques, ne connaissait aujourd'hui un injuste discrédit à cause de quelques individus condamnables et condamnés, qui ne peuvent qu'avoir historiquement et juridiquement tort puisqu'ils sont politiquement et numériquement minoritaires.

Nous manquons de place et de temps pour exposer les détails du Grand Plan de Féminisation Linguistique Totale : pour apprécier l'originalité et l'intérêt de notre modeste proposition, on fera bien de prendre d'abord connaissance des œuvres de ces pionnières subventionnées, trop aisément moquées par ceux qui ne les savent pas lire. Ainsi, on ira consulter la page Wikipedia consacrée au "langage non sexiste" ; on cherchera ensuite avec Google le "guide du langage non sexiste" ; enfin, à cette adresse :

http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/IMG/pdf/hcefh__guide_pratique_com_sans_stereo-_vf-_2015_11_05.pdf

On trouvera un document officiel gouvernemental, admirable autant qu'original. Voudrait-on avec malveillance en proposer une caricature qu'on ne le pourrait pas, tant il illustre ce subtil humour infra-sonique habituel dans les publications de ce type. Précisons que d'évidente manière, tous ceux qui voudront y trouver une *vis comica* "hénaurme, forcément hénaurme" démontreront objectivement les limites de leur entendement, qui mériteront d'être d'abord traités de "pseudo-intellectuels" (pour reprendre l'heureux mot d'un grand ministre), avant d'être *traités* (pour reprendre le mot, plus heureux encore, d'une grande journaliste de la télévision).

La consultation du site que voici s'impose aussi, pour des raisons qui seront données *infra* :

http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=2496,3086502&_dad=portal&_schema=PORTAL

Ces précautions étant prises, venons-en à notre sujet.

Prises dans de philosophiques (et parfois, reconnaissons-le, byzantines) considérations sur les parenthèses (jugées sexistes), les crochets, les tirets, les points, les accords par proximité, l'ordre des termes (selon le genre, l'ancien alphabet ou même l'ordinaire logique), l'emploi du haut de casse dans les mots, l'accessibilité aux personnes différemment douées (dans les domaines visuel, manuel et intellectuel) et la création de néologismes plus ou moins épicènes, les conceptrices de la nouvelle langue française ne semblent pas avoir songé à s'inspirer de la notation adoptée par les concepteurs de langages informatiques, notation qui permettrait des innovations plus faciles à adopter dans le public à reconditionner -- un public sensible au prestige des "nouvelles technologies".

Voici, en deux tableaux, quelques exemples de l'ancienne nouvelle orthographe, puis de l'orthographe 2.0, celle qui devrait prévaloir afin d'abolir toutes les différences, réelles ou imaginaires, entre les sexes, voire entre les nombres. Ce premier tableau est gouvernemental :

 

singulier pluriel

============================================

élu.e élu.e.s

celui.elle ceux.elles

intellectuel.le intellectuel.le.s

social.e sociaux.ales

administratif.ive administratifs.ives

 

Nous proposons les conventions suivantes :

1) <..> encadre des éléments obligatoires ;

2) [..] encadre des éléments facultatifs ;

3) "*" signale éventuellement une forme au féminin ;

4) "#" signale éventuellement une forme au masculin ;

5) "|" sépare les choix possibles ("ou" logique) ;

6) "&" unit les choix possibles ("et" logique) ;

7) "!" signale le refus des termes qui suivent ("non" logique).

 

Le tableau donné *supra* devient alors, qui sera plus clair (à défaut d'être, hélas !, plus concis) que l'ancienne nouvelle notation féministe :

 

singulier pluriel

============================================

élu[e] élu[e]s

cel<ui|le> ce<ux|lles>

intellectuel[le] intellectuel[le]s

social[e] socia<ux|les>

administrati<f|ve> administrati<f|ve>s

 

La distinction entre le singulier et le pluriel est évidemment une construction sociale arbitraire, qui n'a aucune existence réelle. "Commençons par écarter tous les faits", comme nous y invitait d'ailleurs le plus grand penseur de la modernité (même s'il faut l'avoir assez mal lu pour en juger ainsi, ce qui confirme ironiquement sa fière déclaration). Au reste, les progrès de la neurobiologie ont depuis longtemps confirmé que seuls les esprits mal *programmés* aiment à émettre des jugements de valeur au motif qu'ils croient trouver des différences entre les êtres, les choses et les situations.

Le tableau précédent pourrait donc encore gagner en universalité, en supposant que le pluriel vient toujours en dernier (d'autres conventions sont possibles, voire souhaitables, afin de lutter contre les stéréotypes qui, visuellement, laisseraient entendre qu'une forme est "supérieure" ou même préférable à une autre) :

 

élu[*e][s]

c<elui|*elle[*s]|eux>

intellectuel[*le][s]

socia<l[*e[*s]]|ux>

administrati<f|*ve>[s]

 

Notre notation permettra de conserver, puis de supprimer l'inutile marque du pluriel qui devrait sans doute subsister un peu, le temps pour les anciennes générations de disparaître.

Quoi qu'il en soit, nous ne sommes pas dogmatique : on ira éventuellement tolérer la contraction de "|*" en "*" pour limiter la frappe ou l'écriture.

La modernité, c'est la liberté. Une autre convention consisterait à employer "*" pour la forme au "masculin", ou même à sélectionner un autre caractère ou marqueur pour la signaler (par exemple en changeant la signification de "#"), en fonction des préférences locales et personnelles. D'autres choix seraient évidemment envisageables pour toutes les possibilités mises en avant par notre grande époque (troisième sexe et autres variations). Au bénéfice de la clarté, un futur développement de cette orthographe 2.0 devrait préciser, au début de chaque document, les conventions et préférences. Ce point doit être clair : "élu[*e][s]", "él<#u[*e]>[s]" et "élu<*e|#>[s]" doivent avoir la même dignité et inspirer le même respect dans l'orthographe comme dans la vie.

Incidemment, la notation la plus compacte présente cet autre avantage que d'être la notation la plus propice à l'indispensable création de néologismes qui permettront, à terme, d'oublier l'orthographe 2.0 elle-même, laquelle serait alors autant un *terminus ad quem* qu'un *terminus a quo*, assurant la transition puis la rupture avec les grammaire et orthographe anciennes.

Nous l'admettons volontiers : pour l'heure, nous ne sommes qu'à la version 0.1 (aussi dite "alpha" chez les programmeurs) d'un nouveau système à perfectionner au terme de ces enrichissantes et captivantes discussions qui font la joie des rédacteurs wikipédistes et autres "trolls" (le terme, apparemment neutre, est souvent employé par les internautes chevronnés).

On notera toutefois que cette notation, encore primitive, permet de définir toutes les formes qui seraient à créer. En voici deux exemples. Les individus qui savent appartenir simultanément au masculin comme au féminin (parfois contre de trompeuses apparences) connaîtraient cette évolution :

 

il.elle.s

<il&*elle>[s]

<*elle&il>[s]

ilelle[s]

ellil[s]

ilel

elil

 

Quant aux personnes humaines, sans doute moins nombreuses mais également respectables, qui ne se reconnaissent ni dans le masculin ni dans le féminin, elles verraient ces métamorphoses successives :

 

il.elle.s

<!il&!elle>[s]

!<<il&elle>[s]>

nilniel

niel

iel

 

Deux remarques au passage : ces formes ont souvent une agréable sonorité exotique, facilitant de manière ludique la mémorisation ; la notation 2.0 autorise toujours des variations et nuances subtiles qui laissent une place à la littérature, et presque racinienne si besoin est.

Avec la nouvelle orthographe 2.0, l'imagination linguistique sera enfin au pouvoir, qui abolira le caractère *fasciste* de la langue, dénoncé avec raison par cet immense Roland Barthes injustement étrillé jadis par un certain René Pommier, bien oublié aujourd'hui, et peut-être même encore en vie pour voir le triomphe de l'ennemi auquel il a consacré, paradoxalement, sa thèse d’État !

Trop conscient de nos limites intellectuelles manifestes (nous ne sommes même pas certain de bien appliquer les principes que nous avons découverts), nous n'avons pas encore envisagé de régler trois derniers problèmes, à commencer par celui, épineux, de la prononciation. Un collectif devrait rapidement s'attaquer à l'éradication de lourdes formules telles que "celles et ceux", "Françaises, Français", "chercheurs, chercheuses" traduisant mal les sobres "ce<lles&ux>", "ce<ux&*lles>", "Français[*es]", "Français<*es&#>", "chercheu<*se&r>s" ou "cher<cheur&*cheuse>s".

Une autre difficulté à vaincre concerne la création d'heureux néologismes en s'inspirant de la graphie simplifiée illustrée de si heureuse manière par les collectivistes de Montréal. Notons qu'ils ne proposent malheureusement aucune solution pour remédier au sexisme de la langue. Pire : ils sont encore trop timides, qui écrivent encore, par exemple, "le mo du maire" quand "le mo du mer" s'imposerait.

Avec un peu d'audace, pourquoi ne pas évoquer simplement ces beaux collectifs en un seul mot indifférencié : "ceulles", "celeux" ou "chercheurcheuses", qui se déduisent aisément de l'orthographe 2.0 ?

La dernière difficulté réside dans la diffusion progressive de la nouvelle orthographe de transition. Elle ne saurait se passer des "professionnel[le]s" de l'édition, qui ont par chance déjà pris l'habitude de réviser textes et traductions pour en supprimer les phrases trop complexes, inutiles obstacles culturels et artificiels pour les lecteurs d'aujourd'hui. Que tou<tes&s> les "professionèle" (sans "s" final, évidemment) s'appliquent à cette tâche exaltante !

On prend la mesure du chemin qui reste à parcourir pour créer une langue française au-delà des genres, si l'on veut bien songer que le ministre de la rééducation nationale, pourtant reconnue comme une *féministe d'élite*, n'a pas réussi à se libérer *totalement* de l'emprise des codes sociaux et des normes linguistiques, puisqu'elle fait toujours précéder son patronyme par celui de son mari ou compagnon (nous n'avons pas eu l'indiscrétion de chercher via Internet des renseignements précis sur l'exact statut de cette personne, car nous ne condamnons aucune forme d'association librement consentie entre les êtres, animés ou non).

Nous n'avons toutefois aucun doute sur ce point : les quelques pistes de réflexion exposées ici sauront inspirer les collaborat<trice|eur>s de Pimprenelle, docteur en xyloglossie et "langue de coton" équitable et bio (son nom suscitant des réactions excessives au point d'en être injustes, nous préférons l'évoquer par l'affectueux surnom que lui a donné son dernier maître, si nous en croyons, comme nous le devons, la *bonne* presse).

Pour l'heure, comme l'écrivait fort bien Gusdorf, nous laissons ces sujets à plus génial que nous.

 

06/03/2017

À un poil de zèbre près (2)

 

zebre.JPG

Après le Crédit Agricole qui menace de fermer le compte que je n'ai pas c'est au tour de SFR de m'envoyer un e-mail. Cette fois on me propose un remboursement. Bien que SFR soit effectivement mon fournisseur d'accès je ne donnerai pas suite, la syntaxe et l'orthographe traversant mal l'immensité saharienne. Si les malfaisants du net connaissent bien les stimulants classiques et néanmoins efficaces, la peur et l'appât du gain, ils devraient cependant commencer par investir dans un Bescherelle.

 

Bribes d'Occident (40)

Dans le série documentaire Toute l'Histoire l'épisode Versailles : le propre et le sale de Julia Bracher traite sans vision anachronique ni ironie facile de l'hygiène au palais bâti par le Roi-Soleil.

05/03/2017

Musique (447)

Les Swingle Singers interprètent à cappella :

Canon de Pachelbel

Aria de Bach

Badinerie de Bach