27/10/2014

Les bêtes (2)

Même si la cause animale nous touche il n'est pas toujours aisé de s'engager aussi des associations nous proposent de les aider en cliquant, tout simplement.

Help animal

Croquettes gratuites

Actu animaux

Animal Webaction

clic animaux

 

Baigneuse

tumblr_n92u1fqUHJ1qabj53o1_1280.jpg

Cette photo a été prise sur une plage dans les années 20, pourtant l'allure de cette jeune femme semble étrangement moderne et on pourrait presque croire la scène beaucoup plus récente sinon contemporaine.

26/10/2014

Le tour de France du patrimoine (choix absolument arbitraire) : France

Observatoire du Patrimoine Religieux

 

25/10/2014

Histoire... (113)

 

Cinéma

Amis lecteurs,

Pierre Grumberg, rédacteur en chef-adjoint de Guerres et histoire, est allé voir Fury.... Il est revenu.... et il n'est pas content...

voilà ce qu'il en pense

Fury nous met en pétard

Attention, spoiler ! Certains éléments du scénario sont dévoilés dans cette critique. Si vous voulez préserver le suspens (?), lisez ce texte après avoir vu le film. Pas qu'on vous encourage à y aller…

Fury, le film de David Ayer, décrit 24 heures de la vie d'un équipage de Sherman (modèle A4A3E8, avec canon de 76 mm long, pour les puristes) de la 2e division blindée américaine (Hell on Wheels), commandé par le sergent Don « Wardaddy » Collier (Brad Pitt). L'action se déroule apparemment en avril 1945, la date n'étant guère plus précisée. Voilà pour le résumé de ce mauvais film. Pourquoi mauvais ? D'abord parce que fallacieux du point de vue historique. Contrairement à ce qu'explique le texte d'introduction, la 2e division blindée n'a pas terriblement souffert en Allemagne. L'affaire n'a rien eu d'une partie de plaisir, certes, et les Américains ont bien parfois, c'est vrai, rencontré une résistance acharnée et même quelques contre-attaques vicieuses (la 2e DBUS, aventurée du mauvais côté de l'Elbe le 14 avril, se fait ainsi écharper. Ses pertes s'élèvent alors à 6 tués, 23 blessés et 147 disparus, prisonniers pour la plupart). Rien cependant qui évoque l'enfer exposé dans le film, par un phénomène d'inversion assez courant dans le cinéma d'action américain : faire passer une armée victorieuse, à la supériorité écrasante, pour une victime. Pauvres Américains, en effet, dépourvus d'artillerie (à la différence des Allemands) et d'aviation de soutien, privés de personnel compétent, dirigés par des officiers à la limite du burn out ou des bleus incompétents… A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire, mais tout de même, se retrouver coincé dans Fort Alamo au milieu du Reich en ruine d'avril 1945, c'est vraiment manquer de chance. Les vétérans contactés pour crédibiliser le film ont d'ailleurs pris soin de prendre leurs distances.
Un chiffre suffit à balayer l'absurde légende d'une résistance croissante dans le Reich : en avril 1945, l'armée américaine déplore 41 048 pertes (dont 9 269 morts), ce qui fait de ce mois l'un des moins meurtriers de toute la campagne d'Europe (la moyenne mensuelle est de 46 000, mois incomplets de juin 1944 et mai 1945 compris, ou 52 000 si on les exclue). Le quotidien de la 2e DBUS en avril 1945, c'est plutôt celui d'une avance record face à des troupes allemandes en pleine débandade. Et si, en abordant l'Elbe au milieu du mois, l'unité se retrouve dépourvue de soutien aérien, c'est parce que l'aviation tactique n'a pas eu le temps de suivre sa fulgurante avance.
L'histoire à grande échelle n'est pas seule malmenée. Le film est militairement inepte, bourré d'invraisemblances tactiques et technologiques grotesques. On voit l'infanterie attaquer debout en rangs bien serrés, les chars charger de front sans tenter la moindre manœuvre de débordement. Les Waffen SS, que l'on découvre hérissés de Panzerfaust, omettent inexplicablement de s'en servir quand ils sont confrontés à un unique char immobilisé. Enfin, l'inévitable Tiger (car d'évidence il ne reste plus que ça à la Wehrmacht en avril 1945) doit être impérativement tiré par derrière. Sans doute par goût des métaphores élégantes car le canon de 76 mm du Sherman est largement suffisant pour percer n'importe quoi aux distances figurées dans le film.
Ce grand n'importe quoi n'est guère étonnant de la part de David Ayer, tâcheron spécialiste des films d'action sans cervelle et dont la précédente incursion dans la Seconde Guerre (le scénario du calamiteux U-571, sorti en 2000) avait déjà déclenché une polémique. Le réalisateur y attribuait la saisie d'une machine Enigma dans un U-Boote aux Américains, alors que l'exploit revient aux Britanniques. Ayer se vante pourtant d'avoir lu des livres… Qu'il les ait compris est une autre histoire.
A propos d'histoire. On peut la violer à condition de lui faire un enfant, disait Alexandre Dumas. Est-ce que Fury, au moins, c'est du cinéma ? Les acteurs sont excellents (surtout Shia LaBeouf, le tireur), l'ambiance claustro du Sherman est bien rendue, et les amateurs d'action façon jeu vidéo seront satisfaits. Sorti de là... Ce porno guerrier, avec têtes éclatées, torches vivantes et cortège de pendus, ne va pas plus loin qu'une exposition complaisante de cadavres, un alignement de clichés éculés et ennuyeux. Il en ressort que, pour transformer un petit merdeux d'intellectuel en homme authentique, il faut dans l'ordre tirer dans le dos d'un prisonnier, coucher avec une Allemande (consentante, tout de même) et boire de la gnôle au goulot. L'absence de message est parfaitement acceptable - Sam Peckinpah ou Walter Hill ont fait de grands films sans ça – mais, là, le vide est intersidéral et l'on se prend à regretter le patriotisme un brin pleurnichard du Soldat Ryan. Il est vrai que Spielberg, lui, sait faire du cinéma.

Source : La page Facebook du magazine Guerres et Histoire

 

Fury de David Ayer 

24/10/2014

Citoyen

Une courte mais alléchante présentation de l'essai de l'historien Jean de Viguerie, Histoire du Citoyen : 

23/10/2014

En Amérique

Sur Méridien Zéro, l'émission Les nouvelles dissidences aux États-Unis avec Roman Bernard et Xavier Eman nous permet de voir qu'au pays de l'Oncle Sam ça bouge aussi (un peu).

Quelques compléments :

 

Sous les pavés, le béton armé

Cinq jeunes s'enfoncent dans les souterrains interdits de Berlin pour faire de l'exploration urbaine. Mais en Allemagne dès qu'on gratte un peu il y a des Nazis qui sortent, c'est connu. Sous des allures de simple film d'épouvante Urban Explorers – Le sous-sol de l'horreur d'Andy Fetscher exploite une fois de plus le mythe de la menace nazie enfouie - mais toujours vivante - prête à vous sauter à la figure si vous êtes imprudent.

La bande annonce en VO

Pour les plus courageux, le film est même visible en entier sur Youtube en version française :