Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/04/2017

Pythie

Me voilà rassuré, parce que Bercy ou la France c'est presque la même chose et que l'omniscience d'Attali n'est plus à prouver.

macron1-2-6ba22.jpg

Tweet de 2014

Source : Qui est Emmanuel Macron ? sur E&R

25/04/2017

Rien sur les élections

 tumblr_ohatinDg7Q1u796r0o1_500.jpg

Source : quelque part sur le net

24/04/2017

Après le 23 avril

Donc, après le premier tour les candidats des deux grands partis "classiques" ont pris la porte de sortie signifiant clairement la fin du clivage artificiellement entretenu "gauche – droite". Le choix des électeurs ne surprendra presque personne, pas moi en tout cas : il s'agit du candidat du mondialisme contre celui de la nation. Les masques sont tombés et la France joue sa survie.

Le problème est que peu le savent ou alors s'en moquent : "le pays en a vu d'autres", "l'UE nous protège malgré tout", "même incompétents et corrompus, nos dirigeants connaissent leur boulot" se disent-ils. Non, le pays n'a rien connu de tel depuis des siècles. Non, l'UE coupée du peuple et des peuples et obnubilée par le tout économique et son projet fédéraliste est bien incapable de protéger quiconque sinon son propre état-major. Non, nos dirigeants ne sont plus des hommes d'état, mais seulement des gestionnaires intoxiqués par leurs propres théories économiques libérales obéissants et incapables de la moindre improvisation en cas de sortie de route.

C'est pourtant Emmanuel Macron, le candidat sorti de nulle part, sans expérience politique réelle, formaté par et pour le Système et simplement adoubé par la grande finance que les électeurs vont élire ou laisser élire le 7 mai. Je suis triste pour mon pays, mais je me désintéresse dorénavant de la quasi totalité de ceux qui le peuplent, et ce sera nécessaire pour les temps cruels qui arrivent.

23/04/2017

23 avril (8)

J'ai pris ma carte électorale d'une main, celle d'identité de l'autre et j'y suis allé. Arrivé devant l'urne on m'a indiqué que mon bureau de vote n'était pas celui-ci. Eh zut ! J'aurais dû regarder ma carte au lieu de me rendre machinalement là où j'allais depuis que j'habite Bordeaux. Ce n'est pas grave, l'autre n'est que 500 mètres plus loin.

Bref, j'ai voté Marine. J'ai encore joué le jeu de la fausse démocratie parce que... je ne sais pas trop... parce qu'on ne sait jamais (il y a bien des gagnants au Loto), parce que des décennies de formatage démocratique laissent des traces, parce que cela donne l'impression d'agir, parce le programme du FN est celui qui semble le moins éloigné de ce que je souhaite pour la France, parce je m'oblige à croire naïvement que la nation existe encore. Des raisons qui additionnées m'ont fait aller voter... sans espoir ni illusion.

21/04/2017

Pif ! Paf !

Franks Ropers, expert en divers arts martiaux, s'est spécialisé dans la self-défense et par les temps qui courent c'est plutôt une bonne idée. Ses vidéos, même si vous ne souhaitez pas devenir un ninja, simples et claires sont pleines d'excellentes choses qui peuvent servir. Par exemple :

Pourquoi vous n'osez pas taper ?

20/04/2017

Hypothèses

Les trois hypothèses : soumission, défaite ou victoire

Éric Zemmour a estimé que les choses étaient mal parties : « Je crains qu’il ne soit trop tard […] Si un pouvoir fort reprenait mes propositions, une partie des musulmans ferait sécession ; nous n’échapperons pas dans les trente ans qui viennent, soit à la guerre civile soit à la soumission. Le général de Gaulle a donné l’indépendance à l’Algérie parce qu’il considérait que les « Arabes » et les « Français » étaient comme « l’huile et le vinaigre », ne pouvant que se séparer ». Cette réflexion est intéressante. Le délai de trente ans qu’il prédit est beaucoup trop long. L’explosion se produira bien avant, peut-être l’année prochaine.

Il existe trois hypothèses. La première, la pire, c’est celle de la soumission. Pour faire la guerre et pour vaincre, il faut être deux. Si, face aux envahisseurs et agresseurs, les Français et Européens ne se défendent pas, il n’y aura pas de guerre. Ce sera la « mort tiède » selon la formule de Konrad Lorenz. Le pourrissement, l‘effondrement sans vrai combat C’est une possibilité.

La deuxième hypothèse, c’est l’éclatement d’une guerre civile ethnique avec défaite des autochtones français, et autres Européens, ayant contre eux leur propre État collaborateur. Une possibilité qu’avait évoquée Jean Raspail.

La troisième hypothèse, c’est une guerre civile victorieuse, avec des conséquences historiques incalculables, dont l’effondrement de tous nos paradigmes politiques. Quoi qu’il en soit, dans les années à venir, il sera impossible d’échapper à des désordres majeurs. L’Europe de l’Ouest va bientôt être le théâtre d’un séisme ethnique. Inévitable.

Guillaume Faye

Le texte du 21 octobre 2016 dans son intégralité : "La guerre civile ethnique se prépare"

 

Le jeu des deux images (266)

Comme son nom l'indique il s'agit de deux images qui doivent vous permettre par analogie de deviner l'identité d'une personnalité vivante ou défunte.

266a1.jpg

266b1.jpg