statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2022

Carte blanche (42)

Laissée à Kobus van Cleef

 

La première partie est ici, la deuxième ici, la troisième ici, la quatrième ici, la cinquième ici, la sixième ici, la septième ici, la huitième ici, la neuvième ici et la dixième ici.

Crépuscule des vampyrs et continent obscur

 

Onzième partie

 

Le soir va tomber et les deux protagonistes continuent leur palabre (leurs palabres?)
et ça y va!
exclamations sur un ton suraigu, clics, crachats
au bout de plusieurs heures, la naine claque des doigts en éructant une phrase, brève, impérative et dénuée de tendresse
les yaouleds déchargent alors la boîte juchée sur le tripalium
vlan et boum fait le cercueil en tombant
la naine enfourne direct le Kob's dedans, en dépit de ses protestations, ferme la boîte et se juche sur le couvercle
elle débute son discours habituel, la société pastorale l'entoure, ils se sont tous mis sur leur trente et un, incrustés de boue séchée tournant au blanc, rayé dans tous les sens, avec des stries et des yeux, cordelette autour de la cuisse, sexe dénudés pendant au bas des ventres creux, bref, la photo magnifique pour promouvoir les agences de voyage "autrement"
la lune se lève enfin
on débarasse la boîte de son couvercle, le rayon de lune touche l'allongé, les transformations s'opèrent
et là, un cri, un seul
le vieillard s'époumone puis tombe raide
lui qui est privé d'érections depuis bientôt un demi siècle, voir le priape du loup garou se développer sur commande, ça lui a tant tellement porté au coeur niveau jalousie, qu'il en est mort directement
sans phrases, la mort
on entend encore un poc, c'est le crâne du de cujus qui cogne le sol durci, suivi une minute après d'un prout retentissant, c'est la triperie qui reprend ses droits, alimentation lactée oblige
la foule , incrédule, se rapproche, muette
elle constate les faits, le drame, puis ça se met à caqueter, une volière, un plateau télé, un secrétariat de service public!
pragmatique comme toujours, Blumroch se tourne vers Jean Eudes "s'il est vrai qu'aux afwiques un vieillard qui meurt c'est une biblio qui brûle, les pauvres mesquins n'auront pas de lecture pendant un bon moment"
puis Kobus s'élance, la bave aux lèvres et la banane comme un canon, et disparaît vers l'enclot aux génisses, les femmes mursis étant vraiment trop laides avec leur plateau qui leur déforme la lèvre inférieure
un nuage passe devant la lune, plongeant le hameau dans le noir pendant que retentissent les premiers meuglements du bétail forcé
rideau

 

la rumeur des conversations pastorales s'amplifie, alors que Kob's met à mal le bétail des mursis
Jean Eudes et Blum se mèlent au brouhaha parce qu'après tout, ils vont pas rester sans rien faire, c'est un peu comme l'impulsion qui, dans un coquataile ou un buffet debout te fait saisir un verre pour te donner une contenance, la même qui te pousse à chausser des lunettes et à croiser les mains derrière le dos à un vernissage
en tout cas, la gestuelle des autochtones n'est pas la même que celles qu'ils avaient observé dans les lointains environs de Stanleyville
les mecs tapotent le sol de leurs sagaies, trépignent dans la poussière, s'empoignent les testicules, générant ainsi une érection contrainte, parcimonieuse et pour tout dire un peu rituelle, obligatoire, comme le droit de vote ou la liesse républiconne du 14 juillet

 

Toute cette troupe, priape mollement dressé, se transporte vers les cases, en traînant les pieds dans la poussière, avec des psalmodies rauques,eructees du fond du gosier, on sent pas vraiment l'enthousiasme
D'un autre côté on peut les comprendre, lorsqu'on voit la dégaine de leurs fatmas, seins pendants comme des outres vides, plateaux dans la lèvre inférieure, un remède, à tel point que la naine nonne en reprend des charmes
Comme toutes les choses périssables, la consommation n'est recommandée que bien avant la date limite de consommation
Bref
Nos deux acolytes se retrouvent seuls à l'orée du village, moment privilégié pour sortir une blague à tabaque et bourrer une boufarde
Et là, à la lueur de l'allumette qui embrase le fourneau de la pipe, que voient ils ?
Zaimeriez bien le savoir, pas vrai ?
Ils ont capté le reflet d'un bout de plastoc, bout de plastoc à l'ombre d'une case, même pas visible par pleine lune, comme aujourd'hui, mais chatoyant sous la lueur de l'allumette mourante
Tiens, c'est dégueu ici, pourraient pas ramasser leurs merdes ?
Blum se penche, expertise le truc, un badge, un badge de guide d'une agence de voyage exotique !
Dernières limites ou un truc comme ça
Mais kes ke c'est k'ces cons là ?
Et kes ke ça fout là ?
Y zont liquidé le groupe de touristes puis ils ont bouffé toulmonde pour pas laisser de traces ?
Encore possible, dit Jean Eudes, mais c'est plutôt dans la forêt, beaucoup plus à l'ouest
On gratte du bout du pied, d'autres trucs montent en surface, des clés, une coque de téléphone, une paire de lunettes solaires photosensibles, un peu carrées de la monture comme celles du colonel dans la bataille d'Alger de pontocorvo
Ha.... nous voilà en présence d'un mystère

 

Mystère aussi impénétrable que les profondes forêts afwicaines, aussi insondable que la bêtise de ses....., aussi truc que ses machins, bref, un mystérieux mystère
Je pense qu'avec ça, je vous ai bien émoustillé, et que vous allez sauter des pages, pas vrai ?
À quelques kilomètres de là, Apostol Gogavline, tireur d'élite chez les speztnatzs, recyclé chez Wagner, et qui n'a pas lâché prise après sa rencontre inopinée avec le roi des zanimos, Apostol donc, que ses tovaritchs appellent plaisamment Apo, termine l'inhumation express de l'équipe de l'ONG "sauvons les clitos", équipe à qui il a dérobé documents d'identité, matériel pédagogique, gros quatquat immaculé décoré de dessins explicites, provende et vêture, équipe constituée d'un guide local qui faisait aussi chauffeur, d'un chef de mission locale abonné aux putes de dar es salam ( il pourrait aller plus près mais ça ferait mauvais genre) et de deux stagiaires venues de sciences pipeau, une rousse et une beurette, qui l'ont supplié de les épargner en échange de leur innocence ( faut être juste, lorsque tu vois la tête du chauffeur éclater puis celle du chef de mission, tes motivations altruistes en prennent un coup, bon, il a violé la rousse juste avant de la liquider elle aussi, la beurette c'était pas trop son style, alors là aussi direct bang bang, rapide, chirurgical)
Mais pourquoi diable Apo a-t-il tué ces malheureux ?
Mais afin d'adopter leurs identités, pas celle des filles bien sûr, quoique, une vie de trans, en Europe ? Faut voir,y a peut être moyen de moyenner....
Pas celle du chauffeur
Mais celle du chef de mission, histoire de se rapprocher du trio, savoir ce qui est arrivé à ses potes, et, éventuellement,punir, en espérant en tirer profit
Il a fini de basculer les corps dans une ravine, entasse dessus de la pierraille, puis comble les interstices avec la terre sableuse et poussiéreuse qui a cours ici
Pas épuisant comme taf, ça laisse à ses pensées toute lattitude pour vagabonder

 

Vous allez me dire que deux quatquat de sauvons les clitos dans la même histoire ça fait un peu gonflé
Je répondrai "licence poétique"
Apo s'interrompt, il s'appuie sur le manche de sa bêche, fouille ses poches, il a aussi délesté les cadavres de leurs menues possessions, et là, des clopes, des roulées main, on va pas cracher dessus, pas vrai ?
Il s'en allume une,tire une taffe, expire, une deuxième bouffée....kes ki a là dedans ?
La tête tourne, le paysage pareil, des visions zétranges se font jour, femmes à barbe, paydays en pleine gay prayde, festins pantagruéliques avec jouvencelles ligotées, présentées dans des plats, une pomme dans la bouche, robustes pédérastes velus en doc Martin et maillot déchiré, immolés avec plug là où il faut, et toujours ces yeux implorants façon el Gréco
Il repose le bédo
Merde.... je les ai liquidé sans leur faire dire où ils avaient trouvé ça.... c'est trop d'la bombe, ce truc

 

Il retourne fouiller l'habitacle du quatquat clitophore
Merdasse de merdasses ( bok ! en turc, tchort !. en russe) rien, rien de rien !
Par contre, des plaquettes explicatives, des gels à l'aloé vera, du matos pédagogique, ça, il y en a
Et tout au fond du quatquat, une lumière clignotante, c'est le papa de la rousse, fraîchement occise après son viol, et pas encore rigide, papounet qui veut lui causer sur Skype
S'il savait, le pauvre homme, s'il savait où les choix éducatifs qu'ils ont fait, son épouse et lui pour la précieuse Chine ( oui, ils l'ont appelée Chine, ce qui est le verlan de niche) l'ont menée...
Mais personne ne répondra à papounet sur Skype
Et surtout pas Apo Gogavline, car ce serait trahir sa position,sa couverture et sa légende

Or il a besoin de tout cela pour éclaircir l'affaire de la disparition des cosaques Wagner
Parallèlement, nos deux laissés pour compte des réjouissances sexuelles des mursis, Blum et Jean Eudes, tentent la résolution d'une autre affaire, celle qui a son origine dans la découverte d'un badge de guide touristique, de lunettes photochromiques et d'autres pauvres trucs

 

J'ai dit"réjouissances sexuelles des mursis"?
Plutôt"obligations sexuelles rituelles des mursis"
Il est vrai que ça y va mollement, on n'entend pas les fatmas, mais avec un plateau dans la lèvre inférieure, comment veux tu exprimer ton adhésion,ton assentiment aux manœuvres uxorales ( et c'est à dessein que j'use de cette forgerie, pour rappeler que le côté oral du rapport, ce versant donc, est absent, en cause, le plateau)
Pour le coup, une remise à niveau sur les questions clitoridesques pourrait trouver son utilité, mais les expert.e.s en la matière gisent au fond d'une ravine
Pour lors Jean Eudes, accroupi,trie les détritus qu'il exhume du côté de la case
Lunettes à verres photochromiques et monture carrée, et surtout ce badge
On y voit une tête souriante d'un ghebreiesous quelconque, le tampon du ministère de la kultur et l'habilitation à travailler pour"frontières ultimes"
Quel mic mac

 

Plusieurs centaines de kilomètres au sud et à l'ouest un autre mic mac est en préparation
Szuzanna, l'amante éphémère et pourtant compétente ( à l'horizontale, et aussi un peu à la verticale) de kobus, Szuzanna donc, accuse un retard de règles de deux semaines
Ce n'est encore rien, mais pour les vampyrs c'est peut être tout
Et comme le Kob's est devenu un Uber mensch, un être dopé,mort puis ressuscité, grâce à la potion majik issue de la recherche des vampyrs, ça n'étonnera personne ici que la grossesse se passe en accéléré
Même s'il n'a pas lâché sa semence au sens biblique du terme, il a suffit d'un animalcule sorti de ses genitoires pour féconder la belle et glaciale vampyresse
Aussitôt la communauté karpatique en question a mis un terme provisoire à la poursuite et à la vengeance, on ne se préoccupe plus que de l'évolution de la gestation, nidation,blastulation, mitose,mitose, mitose, Bruno Kremer ne quitte pas Szuzanna des yeux
Tout juste si on a dépêché à la poursuite du trio un escadron d'observation qui suit de très loin les errements zoophiles du p'tit gros
Pas besoin d'ailleurs de mouiller la chemise, il suffit de recenser au matin, les chèvres mises à mal et les femmes souriantes, ça fait comme une jonchée de petits cailloux façon poucet moudern

 

C'est pourquoi les"nouveaux exploits cynégétiques du comte zaroff" le comte zaroff étant le Bruno Kremer du début de l'histoire,ces nouveaux exploits sont mis en suspens un moment
Le temps que Szuzanna puisse porter son fruit à maturation complète
Ça en prend le chemin, son ventre gonfle rapidement, son visage,ses chevilles idem, un chloasma d'anthologie marque de son empreinte odieuse sa face immaculée
On réalise une première échographie, activité cardiaque, mouvements actifs, grossesse unique, tout bien
Au même moment, l'escadron de recherche karpatique a identifié un quidam suspect en pleine activité morticole, c'est Apo qui fait disparaitre les corps de Chine, la gentille stagiaire de sciences pipeau, de sa co-thurne maghrébine ( on peut même envisager un truc entre elles, genre trans et pas cis) du chauffeur et du chef de mission, on le voit pester dans les jumelles en fouillant l'habitacle du quatquat clitophore, on le voit écraser sous son talon le téléphone portable de la délicieuse Chine, maintenant privée de tout ce qui faisait son charme juvénile, et aussi de ce qui faisait son côté détestable ( préjugés ouacistes faisant du n'haigre un grand enfant à aider résolument, haine pour le patriarcat blanc qui lui a payé ses études et son train de vie confortable, admiration éperdue pour des cultures la rabaissant au rang de l'esclave domestique)
On le voit enfin se remettre en route vers les berges du lac turkana, en suivant un chemin mal balisé sur lequel peine la transmission du quatquat, sans compter la souffrance des amortos
Dans des cas comme ça, t'as intérêt à rester sur les deux premiers rapports et à te limiter à 20/30 km/h au max, sinon, soit tu verses dans une ornière, soit tu casses de la ferraille
De la ferraille pas facile à réparer, faut remonter jusqu'à adis abeba, et là, c'est pas certain qu'ils aient la pièce de rechange
C'est d'ailleurs ce qui s'est passé pour le bus de"frontières ultimes" qui se profile à l'horizon, enfin, un horizon déjà bien assombri, on est à l'est et la nuit tombe vite
Le chauffeur, pressé par le temps, on les attendait au village des mursis pour un spectacle de danse folklorique, le chauffeur donc a appuyé sur le champignon
Résultats, dans l'ornière, et barre de direction dans le sac, plus de la tôle et le réservoir percé ( le minibus a ricoché sur la berme où il y avait un gros bloc rocheux qui dépassait, ça a pris le véhicule par dessous, crotch ! coup de chance, ça n'a pas brûlé)
Et voilà donc tout un aréopage d'inspecteurs d'académie en retraite, de leurs poufiasses et d'administrateur.e.s de la CAMIF ou de la MGEN en congé longue maladie ( dépression) en train de battre la semelle dans le crépuscule afwicain pendant que le guide accompagnateur agoni d'injures le chauffeur
Sur ces entrefaites, surgit le quatquat clitophore

 

Ha mais je n'ai pas enterré les participants du voyage "Ethiopie, terre des langues" de l'agence "frontières ultimes"( en angluche "ultimate borders")
C'est juste que je pose un peu les persos
Et puis il commence à faire nuit, alors pour la description, hein..
C'est vrai que la nuit n'est pas favorable au "glaukos" dans le sens premier,grec,du terme
Là bas, sur le village mursi, la lumière de la lune est tombée à nouveau
Mais kobus n'en a cure
Ses acolytes l'ont harponné alors qu'il se préparait à pratiquer une génisse surnuméraire, cet homme, ce loup garou, ne connaît aucun repos
Hé mec,y a un truc louche, dans l'bled, faut décarrer
Encore ?
C'est pas possible, vous avez la bougeotte ?
On n'est pas bien ici ?
Certes les femmes sont laides, certes la chère est maigre, mais au moins les vampyrs sont loin, les Wagner itou, si les lions ne les ont pas mangé, et Gundula nous a fait gagner un myon de thalers en diamant, c'est pas rien, ça, un myon de thalers !
Et comment tu feras, lorsque ta tête sera séparée du tronc, pour profiter de tes thalers,l'ami ? Regarde donc ce pass, au nom de ghebreiesous, ose me dire que le type ne s'en serait jamais dessaisi, trop jouace d'avoir un job et des pourboires dans ce pays de crève la faim
Ouiiii, je veux bien mais enfin, il ne s'agit peut être que d'une arnaque dont nous pourrons démonter le mécanisme, il a peut être deux identité ça permet de faire deux fois plus de mission, et de payer deux fois moins d'impôts,faites travailler vos imaginations, soyez créatifs
De toutes façons il faudra prévoir de bouger d'ici, avec les diam's

 

"We8borders" sublime, sobre et combien explicite
imaginez tous ces ventripotents pédagogues, qui ont toujours été protégés du public dans les administrations où ils proliféraient, confrontés à la morgue du douanier moyen oriental ou afwicain...
à sa morgue ou à son avidité
imaginons le responsable du groupe disant "bien, dans les pourboires que nous collectons pour le guide local et le chauffeur, il faut aussi prévoir le bakchich pour les divers kébourdins que nous allons croiser sur nos routes, c'est ça aussi, le/la...."
bref, le responsable du groupe d'ultimates borders, groupe en carafe sur le bord de la route, voyant un quatquat, et mieux encore, un quatquat conduit par un blanc, oui faisant abstraction de ses préjugés, s'apprête à se libérer de ses préjugés raciaux pour s'en remettre tout entier à cet homme, fugacement entraperçu à travers le pare brise
"ha monsieur, vous êtres notre sauveur!"
et là, ça coince
Apo ne cause pas une broque de fransouze, rien, pas même bonjour au revoir cholie matemoizelle
rien , vous dis je !
mais il ne veut pas avoir l'air con, et surtout il veut endormir la méfiance de ces égarés sur le sol d'afwique

 

aussitôt l'accompagnateur bénévole de "frontières ultimes, we8bprders" se précipitte, tout juste s'il ne se jette pas sous ses roues
Apo est bien obligé de serrer le frein à main
il baisse la vitre (quatquat d'ONG donc vitres otomatiks, les trucs merdiques c'est pour les européens pauvres, faut pas déconner, et puis qu'est ce que les petits vieux européens et petites vieilles souchardes qui ont trimé toute leur vie et qui passent leurs dernières années en EPAD iraient faire d'un quatquat de luxe? restons sérieux), pointe le nez dans la nuit afwicaine
tentative de communication
qui échoue, évidemment
on pige que c'est un européen de l'est, l'europe dont nous sommes orphelins (dixit mon regretté père), et alors ça y va
un grand escogriffe dans le groupe prétend connaître le ruskoff, il l'a appris au contact des refugees en provenance de Moldavie (capitale Chisinau)
plutôt des refugeeees, voyez
surtout mineures et non accompagnées
il en a d'ailleurs logé plusieurs
mais pas en même temps
mais ceci est une autre histoire
bref, il s'approche et tente un bout de gras "ougourietz, davaï, hourré?"
le tout sur un ton moitié interrogatif
mais qu'est ce que c'est que ces gugusses?
je peux pas les liquider tous, y a pas de rébellion armée aussi au nord....meeeerde.....Apo acquiesce donc, en remuant fortement du chef
on installe donc dans le quatquat le guide local, l'accompagnateur, une épouse quelconque, diabétique, qui, comme une conne, est en rupture de cachets et va faire son putain de coma, et fouette cocher jusqu'à la prochaine habitation
chemin faisant, toujours à 20 km/h le guide local essaye d'engager la conversation sur un autre thème, il avise un tarpé qui sort de la chemise d'Apo (la poche de chemise, en fait) s'en saisit, le hume et, alors qu'Apo le foudroie du regard, pas habitué à des privautés pareilles, lui adresse un immense clin d'oeil et sort une poignée de sticks de sa petite sacoche (tous les guides locaux ont des petites sacoches, dans ces bleds, ils y entreposent les biftons pour les bakchichs, les badges pour les accès aux sites préservées et la dope, naturellement, la pouliss' sait mais ouat! tant qu'elle touche sa dîme)
on s'allume donc des bédos qui puent la merde de chien
Apo qui guettait avec nostalgie les visions développées plus tôt, Apo donc en est pour ses frais, pas de femmes à barbe ni de paydays implorants dans une fistinière équatoriale, simplement un morne abrutissement qui gagne tous les passagers de l'habitacle

 

par contre, l'épouse de l'administrateur zentral de la MGEN , ça lui fait de l'effet
et comment!
ça doit activer les ilôts de Langherrans du pancréas, dis donc, elle qui était vaseuse, se retrouve en pleine forme, à mater les environs
évidemment , nuit noire, afwicaine, même si 50 km plus loin la lune a illuminé le loup garou, elle n'y voit goutte, elle reporte donc son attention sur les occupants de la caisse puis sur le matos pédagogique
et là....
elle s'empare d'un tube de lubrifiant à l'aloé vera, le débouche, le renifle, le fait couler sur ses doigts
elle qui n'avait jamais osé quoi que ce soit ou alors tous feux éteints, un reste de surmoi ouest européen, ça la déclenche
elle engage furtivement une menotte dans sa culotte puis son intimité, fourgonne, fourrage, en peu de temps la voilà en feu, trempée, une salve orgasmique la prend aux reins, ça la prend tant tellement rapidement qu'elle n'a même pas la présence d'esprit de masquer son gémissement
penses tu que ça réveille les autres?
que nenni
elle se précipite donc sur la braguette de l'accompagnateur bénévole
zéro réaction
puis sur celle du guide local
ha...une molle , très molle érection, elle tente une manoeuvre pour passer des places arrière vers l'avant, pour accalifourchonner l'homme, se tortille, se trémousse, tente de s'empaler sur ce vermisseau mal gonflé, ce faisant elle bouscule le coude d'Apo, il fait une embardée, pile au moment où ils croisaient un barrage d'un front de libération quelconque
et que veux tu libérer ici?
rien
ils n'ont ni diamants, ni pétrole, ni moissons, ni mines
rien
ça vaut même pas le coup de s'intéresser à eux
mais bon, il y a un barrage
et le principe du barrage, c'est de s'arrêter, de discuter courtoisement avec les coupeurs de route, de verser une obole, un péage, un bakchich, et de repartir
là, ils manquent à tous les usages
le quatquat enfile un chemin non répertorié dans la broussaille et les piracanthas, sous les exclamations et les détonations des coupeurs de route, pendant qu'Apo réfléchi en une fraction de seconde
il pile, ouvre sa porte, s'éjecte du véhicule, makarov au poing, pendant que les kalachs font de la dentelle avec la tôle de la bagnole
il attend
pendant ce temps, la diabétique, repoussée du giron du guide local par le changement brutal de direction puis les cahots de la route, est retombée pile, comme tu vois le hasard fait bien les chose, l'intimité sur le pommeau du levier de vitesses, et elle passe la surmultipliée pendant que les balles fauchent les autres occupants de la caisse, puis elle aussi, vu qu'elle ne cesse de s'agiter
elle meurt en pleine action de grâce
c'est beau
les n'haigres libérateurs arrivent à la course pour expertiser qui a eu le front de dédaigner leur barrage
Apo n'a plus qu'à les cueillir les uns après les autres d'un pruneau en pleine poire
un dernier, réalisant , en dépit des brumes de la ganja, que la situation n'est plus à leur avantage, se prend une balle dans la cuisse
il tente de s'ensauver en rampant mais le russe , d'un pied bien appliqué, le renvoie vers le charnier

 

une ogive de kalach a percé le réservoir, Apo n'a plus qu'à botter le ku du dernier malandrin qui se traîne à ses pieds
il allume le brasier avec une nonchalence toute européenne, puis profite du spectacle à quelques pas de là
le pas tout à fait mort le devient vraiment, les autres commencent à grésiller dans l'habitacle, il charge son dragounov de précision sur ses épaules, quelques munitions et s'enfonce dans la nuit

 

Pendant ce temps,nos trois comparses restent dans l'expectative
Fuir ?
Vers l'est, alors, et l'océan indien ou le golfe persique, en obliquant un peu au nord
Rester peinard à attendre que les karpatiques viennent nous faire une explication de gravures ?
Risqué
Prendre les devants et dépêcher les supposés fâcheux ?
Il faudrait s'en donner les moyens, armes, munitions, moyens de déplacement rapides et sécurisés, connaissance du terrain, itinéraires de repli, chaîne logistique , traitement des éventuels blessés, bref, tout ce qu'on apprend lors de la formation initiale, et là, clairement, on n'est pas au niveau
À moins d'envisager une action de guérilla façon néolithique du genre assommer le guerrier qui vient se rafraîchir à l'ombre du baobab, voyez
Ou lui mettre du poison dans son repas
Ou lui refiler des MST par putasses interposées
On en est là des discussions lorsque une ombre obscurci le catojo où ils se sont terrés
Merde, c'est le grand karpatique, Bruno Kremer himself
On le voit à contre-jour, puisque la lune l'éclaire par derrière
Il a quelque-chose de changé pourtant
Quelque-chose dans les bras
Et qui vagit
Beu beu beu
Merdasse,kes ke c'est ke ça encore ?
Un poupon
Mais un poupon déjà bien dimensionné genre trois ou quatre mois
Et Bruno le tend au Kob's
Je voulais que tu puisses le voir, quand même

 

mais? mêêêê?
que, quoi , qui?
qui ça , qui? mais toi, mon couillon! toi, toi et ma fille , Szuzanna, vous deux, en fait
mais heu, c'est pas possible, cépapossib' c'est trop rapide, trorapid, scuzez moi, chais pu où j'en suis
et le loup garou satyriasique s'assoit, tombe dans les pommes, tente de se rassoir, tout transpirant
qu'on m'explique, nos unions, à Szuzanna et moi datent de quelques semaines, l'enfant a quelques mois, y a comme une incompatibilité
certes point, tu es, môssieur gendre, devenu un être d'exception, aucune contre indication à ce que votre union, entre gens d'exception ai aboutit à une grossesse exceptionnelle puis à un poupon exceptionnel
un poupon exceptionnel? il va faire normale sup? l'école des chartres? ou alors il va niquer sa nourrice?
la niquer, peut être pas, la saigner, à coup sûr, si on ne lui lime pas les crocs, et pourquoi le ferions nous?
il est désormais le réceptacle de tous nos espoirs, car en sus de cette grossesse éclair, il a eu une croissance éclair en pompant le sang des ouigresses qui lui ont été affecté, un vrai petit démon

 

Commentaires

Kobus van Cleef > Que dire, sinon : bravo ! Partie comme elle est cette histoire va faire plusieurs volumes ;-)

Écrit par : Pharamond | 31/05/2022

//REMARK ON
On part d'un quatrain -- pas même d'un sonnet --, on en modifie à peine le dernier vers, et on se retrouve avec un poème épique.
Quand on pense que Brighelli ose tresser -- mais c'est peut-être le prix à payer pour piger chez la polonyume appauvrie en cervelle -- des couronnes injustifiées à une farce potache bâclée[1]... Il serait condamné à la louange hyperbolique, s'il connaissait le feuilleton du Kamerad Kobus van Cleef (sans oublier celui du Kamerad EQUALIZER, il y a quelques mois).

[1] https://www.causeur.fr/samuel-piquet-le-serment-sur-la-moustache-234531
//REMARK OFF

Écrit par : Blumroch | 31/05/2022

Ha, la dénomination des demi sœurs de Szuzanna est passée à la trappe
Pourtant il y aurait eu de quoi jaser
L'une portait le prénom de l'arrière arrière arrière grand tante, inhumée sur les rives du Balaton, l'autre de la maîtresse de son mari ( hé oui,ces choses arrivaient sous l'imperium ostrichien), avec qui elle vécu après la mort de l'époux volage,mort survenue lors d'un transport au cerveau comme on disait alors, la dernière, celui d'une gouvernante ( autre mot pour domestique, mais dans ma famille ruinée, on a des prétentions demokratiks) venue pieds nus de krajina ( et pourtant elle avait un prénom slovène, à n'y rien comprendre)
Bref, kobus voit se profiler l'esclavage sexuel, l'ergastule de la bite, tu penses si ça l'amuse
Beau papa, patelin,a confié le marmot à un vampyr de sexe indéterminé, et a sorti une bouteille de bikaver pour sceller le marché
À moins qu'il ne s'agisse de tokaji
Il souligne le fait qu'il renonce à autopsier le Kob's, il se contentera de quelques graines de vie ( ethymolojikment, ça colle,sperma/graine, zois/vie, verifiez mais je suis certain de mon fait), d'une pinte de sang, de l'assurance d'une grossesse pour chacune des vampyresses et de quelques échantillons de selles
En parlant de selles, le Kob's se sent ballonné depuis qu'on lui a implanté le symbiote

Écrit par : Kobus van Cleef | 04/06/2022

Beau papa s'en émeut, tu penses, comment forniquer avec un prout coincé dans le rectum, il le fait allonger, palpe la vaste panse du malade imaginaire, percute avec délicatesse les flancs pour percevoir un tympanisme anormal, interroge entre quatzyeux l'abdomino-souffrant, et tes selles ? blanches, jaunes, noires,sanglantes, odorantes,liquides,graisseuses, rares,profuses, lithiformes ?
À chaque fois cette réponse insupportable pour un clinicien bien formé, hé je sais pas, moi...
À bout de ressources, beau papa enfile un doigtier en jus d'évea, sonde le rectum du Kob's d'un index investigateur ( qui fait encore, de nos jours, un toucher rectal en pratique quotidienne ?) et se fait mordre cruellement par le symbiote
Saloperie !
Et ça veut pas me lâcher !
Il retire le doigt du rectum de notre pauvre ami, et entraîne avec lui toute l'anse sigmoïde à travers le sphincter, causant une évagination ( les pupuristes diront invagination mais là, lorsqu'un segment est extériorisé, je soutiens qu'il faut parler d'évagination)

Écrit par : Kobus van Cleef | 05/06/2022

Ce faisant, le symbiote viens avec, tu penses, accroché à l'index
Un coup de machette sépare la tête du reste de la bestiole, corps produisant des anneaux gravides qui essaiment dans les chiottes occasionnels que notre ami a croisé
Autant de symbiotes qui pourront, un jour où l'autre,reinfecter la populace locale
Bref, le corps de la bestiole se tortille, tout glaireux et saigneux, Blum pousse la bestiole en question dans le sable, ainsi enfarinée, elle sera plus préhensible et pourra être autopsiee ou exterminée
Pas de formol pour la conserver, on se met en quête d'une fourmilière, la colonie est gentiment bousculée vers une bassine mise sur le feu, au bout de peu,se dégage l'acide formique, ça pique les yeux, la mixture est allongée d'eau douce puis filtrée, ne reste qu'à immerger le symbiote dedans
Dans le même temps,beau papa retire une par une les épines céphaliques du prognomen de la bête, saloperie, ça fait un mal de chien
Le rostre est lui aussi immergé dans le formol où il se tortille avant de s'immobiliser, gnathus béant
Ne reste qu'à désinfecter largement et l'affaire est entendue
Pas tout à fait, le vieux vampyr, tombe en pamoison tant tellement c'est insoutenable, saturé des toxines prélevées chez Kob's et séquestrées dans les glandes sub cloaquales du rostre symbiotique, je sais pas si vous me suivez

Écrit par : Kobus van Cleef | 05/06/2022

Pendant ce temps, syncope du Kob's, avec la moitié du côlon ( enfin, un peu moins) extériorisé
Panique des deux autres, faut lui réintégrer ça dans le bide sinon ça va nécroser, l'infarctus du méso sigmoïde, genre, d'ailleurs on voit déjà des pétéchies sur la muqueuse, là, c'est dégueu, Blum fronce les sourcils, tu veux pas t'y coller ?
Jean Eudes n'écoute que son courage, il pousse des deux pouces sur le bout de tripaille tout gluant, saigneux et pas bien ragoûtant, centimètres par centimètres, ça redisparait dans l'abdomen du ventru
Faut repousser plus loin encore, comment faire ?
Pression idrolik, on lui branche un tuyau au ku et hop on ouvre le robicot, doucement
On trouve un segment de tuyau, une durite qui trainait par là,hop on connecte à un bocal quelconque, on remplit avec précaution en élevant le truc, borborygmes puis plus rien, le niveau baisse rapidement dans la callebasse, zut on a t-y perforé la tripe du misérable ?
Non, il ouvre un œil,vomit un liquide fécal puis les derniers anneaux genitropes du symbiote
Il expulse ensuite la durite
Le voilà sauvé
Gloire à la médecine tropicale !

Écrit par : Kobus van Cleef | 06/06/2022

Ha, personne ne moufte, faut croire que les prouesses médicales de nos amis vous passent au dessus
C'est bien dommage, invagination intestinale chez l'adulte c'est une urgerie là aussi
Enfin, c'que j'en dit.... ça peut servir à l'occasion, des fois que vous soyez coincés dans un bounquaire , sans rien pour diagnostiquer,traiter et surveiller ( surveiller et punir), mais bon, dans nos époques hyper technophiles, le côlon qui coule entre les jambes à la façon d'une queue d'animal, ce côlon qu'on tente de réintégrer comme une banale hernie ( c'est un peu le cas, mais en plus compliqué), c'est normal que ça fasse pas vibrer les foules,y en a que pour les AVC avec artères débouchées par l'intérieur, les anévrismes rompus sauvés par le collage majik et le cancer multi métastasé où on fait fondre les bouboules avec du faisceau laser

Écrit par : Kobus van Cleef | 07/06/2022

//REMARK ON
"personne ne moufte" : trop de Rabelais tue le Rabelais, comme trop de Gore tue le Tex, comme trop de médecine tue le patient. Ces derniers temps, le Kamerad Kobus van Cleef se montre peut-être trop carabin, et pas au sens classique de "qui tue avec la même sûreté qu'une carabine". ;-)
No offense intended, "ovum corsic[an]um" (i.e. "oeuf corse", i.e. "of course").
//REMARK OFF

Écrit par : Blumroch | 07/06/2022

Carabin ?
Certes point !
J'ai dépassé le stade
Seulement,y a des trucs qui peuvent se révéler utiles par la suite
Imaginons,par exemple, qu'au cours de leur fuite prévisible, kobus fasse tout capoter en aillant,toutes zaffaires cessantes, au chiottes
Ou alors,lors d'une étreinte musclée et sauvage avec Erzebeth, il se relève d'entre les cuisses moites, épilées et odorantes de la belle en disant "faut qu'j'aille au pot"
Avouez que si j'avais pas amorcé le truc avec le ver dans la tripaille, ça n'aurait jamais pris

Écrit par : Kobus van Cleef | 07/06/2022

Blumroch > Flaubert disait à propos de "Salammbô" : « Je fais du style cannibale. On marche dans les tripes. » Kobus nous fait du style dispensaire du Tiers monde, on marche dans la sanie.

Écrit par : Pharamond | 07/06/2022

oué, avec moi, c'est horrible
heureusement que pas un de la famille n'a l'idée de venir lire ici
bref
pendant qu'il se remet lentement, Bruno Kremer, lui , s'aggrave brutalement
ça commence par un coma, puis le doigt gonfle, la main, le bras!
les ganglions sous l'aisselle (les glandillons comme on dit par ici) puis de taches rougeâtres essaiment sur la peau, le souffle devient court, puis stertoreux, la peau se trempe de sueurs
maverdave, on va l'perdre, et ce con n'avait pas été cap' de coucher par écrit son accord avec le kob's.....pour sûr, lorsque les autres vampyr apprendront l'état dans lequel il est ( et ils l'apprendront certainement, tout se sait aux afwiques) ils feront tout pour nous mettre la main dessus et là, mes petits fieux, je donne pas cher de nos peaux respectives
Jean-Eudes, très grand seigneur, ballaye les inquiétudes de Blum d'un revers de main "hé bé quel tracassin, y suffit de prévenir ses filles, elles ont d'ailleurs des noms poétiques, qui pourraient porter à la chose, et si l'ami Kobus manquait d'entrain, nous pourrions nous relayer entre les bras tendres de ces ...."
"vampyresses, de ces vampyresses, l'ami! tu oublies la façon dont Kob's a été instrumenté, gréffé du gêne, puis mort , rappelé à la vie et ensuite sexuellement exploité..."
"c'est qu'après plusieurs décennies aux afwiques, il me plairaît assez être un objet sexuel pour une femme blanche ne rechignant pas za l'ouvrage..."
à cet instant précis, les mursis arrivent en grande délégation
les raies et dessins qu'ils tracent usuellement sur leurs peaux ont laissé place à un crépi de glaise, uniforme, blanc, ou blanc grisâtre
ils ont soulignés leurs yeux de charbon de bois, les voilà donc déguisés en spectres, c'est d'un effet saisissant, dans les lueurs fugaces que projettent les flammes d'un feu de broussaille mourant
ils ne mouftent pas mais rudoient nos aminches du talons de leurs lances
merde, mais kes ke c'est k'ça encore, on n'est jamais peinard, pas possib'!
les mursis emportent le corps du Bruno K, le grand karpatique, en opisthotonos, en fouettant devant eux nos deux amis, lesquels trainent le kobs à peine reveillé de ses ennuis intestinaux

Écrit par : kobus van cleef | 07/06/2022

@Pharamond : Les proclamations solennelles et sonores de Gustave n'étaient pas toujours à prendre au sérieux. Pas souvenir de tripes dans *Salammbô*, même dans les combats.
Je vieillis, sans doute : dans la fiction, je n'aime pas à voir des horreurs déjà trop présentes dans la réalité. J'ai ainsi eu du mal à revoir *La mouche* de Cronenberg, et même plusieurs scènes de *Game of Thrones*, *Penny Dreadful* et *Spartacus* -- vive la commande accélération !

Écrit par : Blumroch | 07/06/2022

en définitive, coxés dans une case obscure du bled des mursis, sur les rives du Turkana, nos trois amis ruminent, moroses
le Kobs est sorti de son abrutissement, il n'a plus rien du loup priapique qu'il était quelques heures auparavant, il a aussi piteuse allure que ses deux compagnons d'infortune
les heures passent, on entend d'incessants palabres, des cris suraigüs, de la jovialité feinte, toute une comédie surjouée qui n'enchante guère Jean-Eudes
il refuse d'ailleurs de répondre à leurs questions, tout juste s'il acquiesce à une question de Blum "dis donc, l'absence délibérée de motifs géométriques sur leurs peintures corporelles, c'est quoi? retour aux sources? volonté sacrificielle? sentier de la guerre?"
un "mmmh" dubitatif clôt la question
un monôme de natifs entame une danse rituelle en ces régions, ça traîne des pieds, ça clique de la langue, ça s'ébroue, on entend le choc des talons des lances sur le sol latéritique durci par le soleil et le cheminement du bétail
on a bien conscience que pour nous, ça va plus traîner....

Écrit par : kobus van cleef | 08/06/2022

ha, dans Salammbô, on a une description du préfet romain immolé sur la croix, je crois me souvenir qu'il est écrit que son poids a arraché un de ses bras
et que la graisse de ses pieds fait de tels bourrelets qu'on ne voit plus ses orteils
et lorsque le gauloiche mercenaire meurt, après un lynchage en règle par la foule furieuse (il a touché le voile de Thalit, ou Thanit, va savoir) il me semble qu'il est contusionné de partout

Écrit par : kobus van cleef | 08/06/2022

Blumroch > Tu as oublié les descriptions des diverses tortures et exécutions qui parsèment le livre, c'est assez gore, sans compter le climat très violent de toute l'histoire.

kobus van cleef > Mathô est un mercenaire numide et sa mort est un sommet de sadisme dans la littérature de l'époque - et même en général malgré la surenchère actuelle.

Écrit par : Pharamond | 08/06/2022

mais je peut me tromper
est ce Flaubert qui disait "il me faudrait voir une tête décapitée"?
pas certain

Écrit par : kobus van cleef | 08/06/2022

kobus van cleef > Je l'ignore et une recherche - succincte - sur le net ne donne rien.

Écrit par : Pharamond | 08/06/2022

Blumroch > Je n'ai vu aucun épisode de "Penny Dreadful". Il existe une série dérivée, "Penny Dreadful: City of Angels", avec du nazi dedans.

Écrit par : Pharamond | 08/06/2022

@Pharamond : Bon, va falloir que je relise *Salammbô*.

*Penny Dreadful* est une réussite malgré quelques aspects malsains. L'autre feuilleton n'a apparemment aucun rapport avec le premier à part le titre ; l'actrice principale, Dormer, a une beauté un peu bizarre mais plaisante. Juste vu quelques extraits chez ioutube, qui ne m'ont pas donné envie d'y consacrer plus de temps, d'autant que l'idéologie contemporaine semble bien présente.

Écrit par : Blumroch | 08/06/2022

Blumroch > Oui, quand je l'ai lu je en m'attendais pas à ce sadisme.

Natalie Dormer me rappelle un peu Emily Kinney : https://www.youtube.com/watch?v=DE72D_xrBtA

Écrit par : Pharamond | 08/06/2022

@Pharamond : Mon souvenir est plus que lointain, qui remonte à la sixième.

Pas faux.

Écrit par : Blumroch | 08/06/2022

on te les entrave, nos trois infortunés, on te les traîne au milieu de l'aire à bestiaux, sur une sorte de trône (deux caisses de castel empilées, te dire si ça va pas chercher loin, c'est pas l'artisanat des dogons) s'est assis un ouigre replet et suant sous le soleil d'éthiopie, il chique à l'immobilité des idoles et des chefs, mais son aspect grassouillet, ses brusques mouvements lorsque les insectes le frôlent, sa montre en toc made in china, tout cela parle assez d'une imposture manifeste au milieu des mursis hiératiques et décharnés
on projette les entravés au sol, où ils rejoignent le grand karapatique, toujours dans le coma, respiration stertoreuse, rigidité de décérébration (comme on disait quand j'étais jeune)
sur un signe du grassouillet, assis sur ses caisses de bière, un mursi vient kicker le kob's à coup de talons
ho merde, kes ki lui prend au gros nez, là, fait chier!
alors, on retrouve sa voix, môssieur le priape? on va voir si tu chantes aussi bien que tu fais le phata-phata!
là c'est le grassouillet qui cause
illico, Jean Eudes lève la tête et glisse à Blumroch "c'est lui! le mec dont on a trouvé le docu d'identité délivré par le ministère des musées et du tourisme réuni, l'est point mort!"

Écrit par : kobus van cleef | 09/06/2022

hé non, il est même très vivant
et il va exprimer cet élan vital plus encore en exigeant du Kob's le secret de son incroyable, inépuisable virilité
"alors, nez rose, dis moi comment tu arrives à satisfaire la naine et les génisses ici présentes, et peut être, si ça marche, je t'accorde la vie, à tes compagnons et à toi"
"ordure, tu nourris des sentiments coupables envers Gundula! laisse la en dehors de cette affaire, elle n'y est pour rien, pour le priape érigé, c'est une malédiction, mes compagnons peuvent en répondre, et sinon le karpatique étendu ici, et qu'il faudrait sauver!"
la réponse n'a pas l'heur de plaire au ghébréiésous, d'un signe de tête il commande à un autre mursi décharné de s'emparer de Bruno Kremer, le comateux est traîné au milieu de l'aire, son bras est posé sur un billot, le membre du mursi se lève, un sourire mauvais s'épanoui sur la face de pleine lune du ghébré, dont les yeux sont dissimulés par les lunettes du colonel trinquier (la bataille d'alger, gillo pontocorvo)
c'est alors que.....

Écrit par : kobus van cleef | 09/06/2022

pouf, le mursi exécuteur s'effondre, fauché par une balle à haute vélocité
ses frères de races s'égaillent en hurlant à qui mieux mieux "les Hamers, les Ghalebas, les Dassanetchs, les Sourmas!!" puisqu'on sait que ces peuples, frères et, pour ainsi dire, semblables, sont ennemis et se haïssent avec ferveur, se volent le bétail, se surinent aux points d'eau, enlèvent leurs femmes et filles nubiles, bref, se font une guerre antique et sans merci
mais leur fuite n'a pour effet que de hâter leur fin
le poussa reste seul en lice, tétanisé sur son trône (modeste, le trône, y aura pas de game télévisuel avec, si j'peut me permettre), l'entrejambe du pantalon déshonorée par une tache humide
nos trois comparses, voyant une possibilité de fuite, rampent au travers des cadavres en devenir, convulsés dans des poses atroces, à tel point que tu croirais les immolés d'Hambourg, noirs et maigres (et, là, licence poétique, la glaise dont ils se sont enduits ne les décolore plus, magie de la littérature...), ils parviennent à l'orée du bled, lorsque l'ombre du cosaque Apo Gogavline leur barre le chemin
d'où qu'il sort ce con là?
attifé comme un gameur, avec un gillie et des boots en peau retournée façon désert, mais où y s'croit?
on sait pas où mais il s'y croit, le bougre, il nous braque avec son makarov, le dragounov pendant à la bretelle, pour lui, plomber les doux pasteurs (doux, pas plus que ça, on a vu qu'ils étaient prêts à amputer le karpatique), ça lui a fait ni chaud ni froid, des cibles faciles dans sa lunette de visée, distance moyenne, enchaînement des tirs, toussa

Écrit par : kobus van cleef | 09/06/2022

Blumroch > Moi, je devais avoir une vingtaine d'année.

Écrit par : Pharamond | 09/06/2022

Blumroch > Curieuse lecture pour des sixièmes : c'est complexe et violent.

Écrit par : Pharamond | 09/06/2022

Bref le mec nous braque
On lève les bras, le moyen de faire autrement ?
Il nous ramène vers l'aire à bestiaux, où le karpatique gît toujours, secoué de soubresauts convulsifs à chaque inspiration, nous le désigne, et nous barjaque un truc dans son idiome slavique
Mais on pige rien, nouzautres, bordel, on est comme Sganarelle dans don Juan, parlez chrestien messire, si vous voulez qu'on vous entende !
La récrimination n'atteint pas le tueur, il hausse les sourcils, détache une sacoche passée à sa ceinture, la pousse vers nous de la pointe de la rangeo, nous désigne à nouveau Bruno Kremer
OK, on va le soigner,ton pote
Expertisons toudmeme les moyens qui nous sont alloués.... garrot, ça c'est bien, compresses, bon ça peut servir, des petites ampoules, avec des seringues auto percutantes, morphine ou adrénaline, probablement, et ça ? oué.... des capotes, y en a même des nervurées, avec des picots pour contenter la/le partenaire...du gel, aloe Vera, hé ben, libéré, le tireur longue distance.... et là, un litron, on débouche, vodka frelatée, du méthanol quasi pur, si tu deviens pas aveugle avec ça c'est que tu l'étais déjà.... un petit sachet... poudre blanche, on a bien compris,va....
Blumroch prend les affaires en main, il ouvre la bouche du karpatique convulsé au sol,y verse la moitié du litron, Kremer a un soubresaut, ouvre les yeux éructe et laise tomber ces mots "il en faudrait plus pour me tuer mais c'est pas passé loin"
Il se soulève sur un coude,avise le contenu de la trousse first aid en dotation chez les Wagner, en retire le sachet de poudre et s'octroie une ligne longue comme un pedigree de noblesse castillan

Écrit par : Kobus van Cleef | 10/06/2022

On le traîne à l'ombre parcimonieuse des épineux qui bordent la place
On se tourne vers le Wagner
Bon, on l'a réanimé votre pote, serait temps de nous lâcher les tongs
On ébauche donc un demi tour,vite interrompu par un mouvement du canon du Wagner
Y a pas, ce mec va nous séquestrer ici jusqu'à quand ?
On va donc s'installer à côté du grand karpatique
Il délire doucement, maintenant, secouant la tête de gauche à droite, et proférant des sons inaudibles
Au bout d'un moment on commence à piger, il cause de ses demi filles, les appelant par leurs prénoms élaborés

Écrit par : Kobus van Cleef | 10/06/2022

Bref le mec nous braque
On lève les bras, le moyen de faire autrement ?
Il nous ramène vers l'aire à bestiaux, où le karpatique gît toujours, secoué de soubresauts convulsifs à chaque inspiration, nous le désigne, et nous barjaque un truc dans son idiome slavique
Mais on pige rien, nouzautres, bordel, on est comme Sganarelle dans don Juan, parlez chrestien messire, si vous voulez qu'on vous entende !
La récrimination n'atteint pas le tueur, il hausse les sourcils, détache une sacoche passée à sa ceinture, la pousse vers nous de la pointe de la rangeo, nous désigne à nouveau Bruno Kremer
OK, on va le soigner,ton pote
Expertisons toudmeme les moyens qui nous sont alloués.... garrot, ça c'est bien, compresses, bon ça peut servir, des petites ampoules, avec des seringues auto percutantes, morphine ou adrénaline, probablement, et ça ? oué.... des capotes, y en a même des nervurées, avec des picots pour contenter la/le partenaire...du gel, aloe Vera, hé ben, libéré, le tireur longue distance.... et là, un litron, on débouche, vodka frelatée, du méthanol quasi pur, si tu deviens pas aveugle avec ça c'est que tu l'étais déjà.... un petit sachet... poudre blanche, on a bien compris,va....
Blumroch prend les affaires en main, il ouvre la bouche du karpatique convulsé au sol,y verse la moitié du litron, Kremer a un soubresaut, ouvre les yeux éructe et laise tomber ces mots "il en faudrait plus pour me tuer mais c'est pas passé loin"
Il se soulève sur un coude,avise le contenu de la trousse first aid en dotation chez les Wagner, en retire le sachet de poudre et s'octroie une ligne longue comme un pedigree de noblesse castillan

Écrit par : Kobus van Cleef | 10/06/2022

@Pharamond : Ce n'était pas au programme. Lecture gratuite.

Écrit par : Blumroch | 10/06/2022

Ha, doublon mais pas à la bonne place
Un sandouiche en doublon ou l'inverse, un doublon en sandouiche
Bref
Le karpatique, apparemment sauvé des toxines du symbiote intestinal hébergé par Kob's, le karpatique donc, délire un peu, sédaté par la vodka et la coke
Les prénoms de ses filles reviennent dans son marmottement
Szuzanna, Erzebeth, Emesse, Vesna, il les appele tendrement, on dirait le père Goriot....fifine, nasie... mais y a un quelque chose de plus, genre les filles de Loth, avec un Loth qui aurait pas été tout à fait endormi, voyez ?

Écrit par : Kobus van Cleef | 10/06/2022

Bon, après tout c'est pas notre affaire
On attend que les toxines, le méthanol et la coke s'éliminent
Au centre de la place, le soleil a tourné, il tombe en plein sur le ghebreiesous, le mec suinte sa graisse comme une dinde au four, thermostat 8
On l'envisage quand même, c'est lui qui avait tarabusté le Kob's pour avoir le secret de la virilitude, faut voir s'il est cap' d'assumer
On l'apostrophe, doucement d'abord, puis avec véhémence
Hé toi,oui toi, tu voulais le secret de la virilitude ultime ?
Montre d'abord ce que t'as dans le cal'çon ( qui est l'anagramme de sale con)
Alors,vazy, baisse ton froc, t'étais prêt à faire couper un bras au beau papa putatif du Kob's, faut montrer à quoi ça peut servir
L'obése se renfrogne mais ne fait pas mine de s'exécuter
Jean Eudes et Blum se lèvent, sous les exclamations indignées du Kob's, laissez le ce pauvre type, vous voyez bien que c'est l'ennemi vaincu, et hop, le défroquent ( en des temps reculés on parlait de calebardisation)
Un tout petit vermisseau, une bistouquette de nouveau né, on peut piger que le mec aie tenté d'améliorer son ordinaire
Leur dédain se mue en compassion
Pas pour toulmonde, puisque Apo, le cosaque Wagner,. éclate d'un rire libérateur

Écrit par : Kobus van Cleef | 10/06/2022

il se claque les cuisses, pouffe, éructe, puis tout rouge, crache par terre
finalement, il montre le démembré du doigt avec un sourire narquois sur la face
c'en est trop pour le Ghébréiésous, qui se lève en furie, avec l'intention évidente d'en découdre
las, un solide coup de rangeos dans l'aine le réduit à l'état d'une larve rampante, faut dire qu'il avait déjà fait du chemin, étant donné son morphotype
lorsque le pseudo guide local n'est plus qu'une flaque graisseuse sanglottante, Kobus demande "bon, kes kon fait maint'nant?"
question d'importance, on se voit mal prendre racine dans ce bled avec ce supplétif sadique des vampyrs et le beau père putatif qui peut nous claquer dans les doigts si ça lui chante

Écrit par : kobus van cleef | 13/06/2022

effectivement, kes ke vous feriez, vous?
pour le moment, attendre, ça coule de source
mais y a du mouvement
on voit apparaître un superbe congo-laid, rutilant, un type d'home vraiment gracieux, pas un sapeur comme à Abidjan, mais un homme robuste et souriant, vêtu d'un boubou et d'un calot en léopard
il a aussi un bâton de cérémonie, on croirait un noble du royaume d'Ouida
il se penche sur la larve gémissante, lui tient à peu près ce discours
"elle est où la dent? elle est où LA DENT? DONNE LA DENT!"
une dent de phacochère, pense Blum
une dent d'éléphant? là, c'est Kob's, qui ignore qu'il s'agit d'une défense
la larve ne répond pas, rampe eencore
et encaisse une volée de coups de pieds dans les côtes
le noble ouïdien se lâche, et bien, il cogne tant tellement que son boubou se retrousse, là aussi on voit ses cuisses variqueuses
un ordre, intimé en russe "stoï!" le fait reculer
Gogavline, le grand cosaque, se rue et satonne d'importance le malheureux à terre
ça cogne, ça braille, ça hurle
puis il se recule et montre, d'un geste fort urbain, mais droite inclinée dans un "après vous, messire" le misérable secoué de sanglots au ouïdien courrouçé
lequel remercie d'un mouvement de tête, avec un bon sourire
et recommence à cogner le Ghébréiésous à terre

Écrit par : kobus van cleef | 13/06/2022

Écrire un commentaire