statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2021

Doudous

« Dis-moi ce que tu consommes, je te dirai qui tu es

 

Les objets et produits, choisis de plus en plus en fonction du bénéfice psychique qu'ils apportent, compensent des déficits identitaires.

 

Qu'on le veuille ou non, la société de consommation change. L'envie de consommer est toujours là, mais les moteurs du désir ne sont plus les mêmes que ceux qui ont marqué les décennies précédentes.

Les années 60 ont marqué le premier âge de la société de consommation, celui où les produits correspondaient à des besoins tangibles. On les achetait avant tout pour leur valeur d'usage, la fonction qu'ils accomplissaient et qui améliorait souvent le cadre de vie. Ainsi du réfrigérateur (10 % de la population équipée en 1958, 75 % en 1969), de la machine à laver (10 % en 1958, 66 % en 1974), de la télévision, de l'automobile, des couches-culottes, de la lessive et de bien d'autres encore. Par l'acquisition de biens matériels de plus en plus nombreux, la consommation a permis la transformation des modes de vie et s'est associée à la notion de progrès. En 1963, Edgar Morin écrivait dans le Monde l'entrée dans une nouvelle civilisation, «du bien-être, du confort, de la consommation, de la rationalisation».

Les années 80 ont incarné l'apogée du deuxième âge de la consommation, celui où la valeur d'image se substitue à la valeur d'usage. A l'âge de la dynamique individualiste, les objets ne répondent plus à des besoins collectifs mais se personnalisent. Ils visent essentiellement à différencier leurs utilisateurs. La consommation s'organise selon une logique de signes. Signes de réussite ou d'appartenance à un groupe social. Une voiture, des vêtements de marque, une maison bien équipée agissent avant tout comme des marqueurs sociaux. Ils ne répondent plus simplement à un besoin, mais sont choisis pour leur immatériel, l'imaginaire qu'ils incarnent, souvent construit par la publicité.

Trop souvent, les analystes comme les critiques en restent là. Pourtant, nous sommes entrés dans une nouvelle étape de la société de consommation. Les objets ne répondent plus simplement à des besoins : on n'a généralement pas besoin de changer de voiture ou de lave-vaisselle. Aux logiques d'arbitrage de prix ou de marquage social, s'ajoute un nouveau moteur, d'ordre psychologique. Nous choisissons de plus en plus les marques ou les produits pour le bénéfice psychique qu'ils nous apportent. Et celui-ci est souvent inconscient. Comment faire un choix rationnel quand, dans un hypermarché, on doit arbitrer entre 22 000 produits ?

La logique du désir s'est toujours articulée autour de la notion de manque. Mais ce manque est devenu psychologique. Les objets et les marques comblent des vides affectifs. Avec son fameux «Parce que je le vaux bien», la marque L'Oréal joue sur la satisfaction narcissique et aide les femmes à se sentir plus belles. Elle stimule leur confiance en elles et les aide à se sentir désirables, tout en véhiculant l'idée de contrôle, de maîtrise de soi et de son image. Le succès actuel des marques de luxe repose sur une mécanique similaire, celle du luxe «pour soi» plutôt que du symbole de statut.

Par la multiplication des objets, et des messages, la consommation protège de la panne de jouissance. Il n'y a plus de temps morts, ceux-ci sont comblés par des objets, qui ont une nouvelle fonction, celle de béquille identitaire. En identifiant le modèle de la «consommation compensatoire», les chercheurs anglo-saxons soulignent combien les objets du quotidien compensent des déficits identitaires. Ils deviennent une partie de nous-mêmes, traduisent qui nous sommes, ou qui nous rêverions d'être. Le choix paradoxal d'un 4x4, alors qu'on conduit en milieu urbain, vise avant tout à exprimer sa personnalité, à s'identifier à un style de vie rêvée. Dans une société de cols blancs, on se sent plus libre en Levi's, plus viril en Harley Davidson ! On se sent une meilleure mère en utilisant des couches de marque. On maîtrise son corps et son image en utilisant un nouveau shampooing à forte composante technologique. De même qu'on est plus féminine en Chanel. Les marques cultes développent une valeur ajoutée affective.

Dans une société vieillissante, en panne de repères et de projet collectif, la consommation devient une véritable thérapie. Le discours santé des marques alimentaires, les arguments sécurité des marques automobiles rassurent une société anxieuse et peu sûre d'elle. Les objets nous consolent, nous confirment dans notre existence, ou meublent le vide de sens auquel nous sommes confrontés. Il faut désormais aborder la société de consommation avec une nouvelle clé de lecture, où leur valeur affective l'emporte sur leur fonction. »

 

Nicolas RIOU (2005)

 

Source : Libération

 

Commentaires

C'est beau comme les discours à prétention sociologique du *Nouvel Obs* des années 80, et c'est tout aussi creux. Y'avait notamment un pape théoricien de la pub, dont j'ai oublié le nom, qui pontifiait volontiers sur ces sujets avec les autres p'tites plumes intellectuelles de ce torchon ; *L'Aberration* a manifestement pris le relais. Devoir de terminale inférieure contemporaine : "Les objets : nous possèdent-ils ou sommes-nous possédés par eux ? Les poncifs seront les bienvenus. Places à pourvoir chez Publicis. Vous avez deux heures."

Pharamond, si c'est une stratégie pour dissimuler la nature malfaisante, voire maléfique, du blog, c'est *très* réussi. ;-)

Écrit par : Blumroch | 14/10/2021

Mais non, ce n'est pas creux c'est superficiel.
Si ça n'a pas de profondeur ça ne peut pas être creux! :-)
Plus sérieusement:
https://tysm.org/lenfer-des-choses/

Écrit par : realist | 15/10/2021

contrairement à votre serviteur (est une expression que l'on emploie encore? j'en doute, mais alors, très fort...tiens , le doute, encore une valeur qui disparaît , il fallait, il faut avoir confiance, il faut croire, on nous bassine avec la communauté des croyants, c'est croyants Raoult versus croyants Delfraissy-défraîchi- ou croyants turban-djellaba, versus croyants soutane, croyants nucléaire versus croyants éoliennes) l'ami Phara est prudent, très prudent
un vieil indien
déjà beau qu'on n'ait pas attiré l'attention de l'aviassion avec le récit du ragnarok

Écrit par : kobus van cleef | 15/10/2021

intéressant article, mais si son auteur pensait ce qu'il écrit, il n'irait pas chez libé !!

l’internationale communiste est donc éternellement vaincue par ce besoin profond humain d'avoir des racines ....
L'arasement culturel serait donc inhumain ...
ciel, les droitiers conservateurs auraient donc raison ??

Écrit par : jmespe | 15/10/2021

Blumroch > Je suis d'accord avec la boutade de realist, c'est sans doute superficiel mais pas creux.

Il y a un peu de vrai, je suis tombé sur ce texte au hasard et le trouvant intéressant je me suis dis que au vu de la source cela mettrait un peu de diversité sur le blog ;-)

kobus van cleef > Le Ragnarök est peut-être au-dessus des lois humaines...

jmespe > J'ignore si l'auteur est coutumier du journal, mais si ce n'est pas le cas il peut être de bonne foi.

Écrit par : Pharamond | 17/10/2021

@Pharamond : Les cloches ne raisonnent pas, elles résonnent, et c'est parce qu'elles sont creuses (la formule n'est pas de moi).

Écrit par : Blumroch | 17/10/2021

Blumroch > :-)

Écrit par : Pharamond | 17/10/2021

Écrire un commentaire