Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/07/2018

Histoire... (145)

Les lieux des batailles antiques d'Alésia et de Gergovie ont peut-être été «découverts » en faisant un peu trop confiance à la toponymie : Alise-Sainte-Reine pour Alésia et Gergoia à Merdogne (63) pour Gergovie. Déterminés sous le règne de Napoléon III afin d'illustrer concrètement le roman national ces sites n'ont pas vraiment été remis en question depuis ; investissements touristiques obligent. S'ils ne sont pas là on les place officiellement où peuvent-ils bien être ? Au lieu de chercher des preuves archéologiques in situ quitte à tordre le texte de César afin qu'il corresponde à la géographie de l'endroit des chercheurs ont procédé inversement. Ils ont réalisé un portrait-robot du champ de bataille à l'aide des informations concernant le relief et ont recherché une concordance sur des cartes modernes puis sur les lieux mêmes. Alésia serait donc aux Chaux-des-Crotenay (39) (voir ici et ici) et Gergovie à Saint-Maurice-de-Lignon (43) (voir le site Gergovie Celtic Awards).

 

Commentaires

Dans mon souvenir lointain, un certain Hervé Le Goff (pseudonyme ?) avait publié chez Jacques Grancher un intéressant ouvrage intitulé *Les grands trucages de l'histoire*, qui donnait quelques éléments révis...és sur Alésia, entre autres énigmes historiques.

Écrit par : Blumroch | 18/07/2018

Votre mémoire est infaillible. J'ai cet ouvrage dans ma bibliothèque et il traite bien du sujet. S'il ne propose pas d'autre site il démontre l'impossibilité d'Alise. Je crois d'ailleurs que c'est avec ce livre que des doutes sont nés dans mon esprit sur certains faits historiques...

Écrit par : Pharamond | 19/07/2018

@Pharamond : L'auteur avait aussi commis *Les grands mensonges de l'histoire* avec une enquête tsur le torpillage du Lusitania, ce me semble. J'avais prêté les deux ouvrages à un pigiste néo-situ qui me les avait rendus avec un ricanement méprisant : "C'est un réviso", alors qu'il avait apprécié *Le mensonge historique* de Gillois -- lequel traitait, c'est vrai, de sujets moins brûlants mais pourtant dans le *même* esprit de critique et d'examen.

Je trouve à l'instant cette page avec le vrai nom de l'auteur :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Morvan_Duhamel

Seule la forme choisie m'avait semblé peu judicieuse (une enquête confiée à un vaillant journaliste qui découvrait la vérité que ses commanditaires n'iraient pas publier, évidemment). ;-)

Écrit par : Blumroch | 19/07/2018

J'ignorais son vrai nom, vous devriez travailler pour les services spéciaux ;-)
Je n'ai lu qu'un livre de cet auteur et malgré le côté "mise en scène" un peu agaçant il n'en demeure pas moins un bon ouvrage vulgarisateur sur ces questions qui invite le lecteur à approfondir.

Écrit par : Pharamond | 19/07/2018

@Pharamond : C'est dans les romans de Volkoff que les "services" vont recruter à la Sorbonne. ;-) D'ailleurs, j'aurais refusé de mettre mes faibles facultés au service du régime : je suis *quand même* un ennemi de l'ordre social. ;-)
Pour le vrai nom de Le Goff, que j'ai ignoré jusqu'à aujourd'hui, j'ai simplement interrogé Deukdeukgo avec "Le Goff grands mensonges trucages histoire" pour obtenir la fiche de police, d'ailleurs bien courte. ;-)
Si la présentation était un peu candide et si les enquêtes étaient d'intérêt variable, la démarche était digne de considération.

Écrit par : Blumroch | 19/07/2018

Je vous voyais mal travaillant pour les "services" ;-)

Écrit par : Pharamond | 19/07/2018

Je vous voyais mal travaillant pour les "services" ;-)

Écrit par : Pharamond | 19/07/2018

Écrire un commentaire