statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2020

Carte blanche (11)

Laissée à Sven :

Me sachant pratiquant d’un art martial, le camarade Blumroch m’a offert, parmi de nombreux autres ouvrages de sa bibliothèque, les Contes et récits des arts martiaux de Chine et du Japon, réunis par Pascal Fauliot et présentés par Michel Random. Après un rappel de l’origine et des différents types d’arts martiaux, ce recueil se décompose en sept parties, chacune sur le modèle suivant : une citation d’un maître fameux (Miyamoto Musashi, le célèbre escrimeur, Funakoshi Gishin, le père du karaté, Ueshiba Morihei, fondateur de l'aikido …) introduisant une notion ou une valeur fondamentale dans les arts martiaux, suivi d’un texte la décrivant et de plusieurs contes et récits illustrant ses différents aspects. Budo - voie des arts martiaux - et bushido - voie du guerrier - sont complémentaires et nécessitent de faire preuve de discipline physique et mentale pour progresser dans leur maîtrise. Suivre cette voie équivaut à gravir une montagne, mesure et précision étant requises pour atteindre le sommet. Pour réussir, il ne faut pas sous-estimer son adversaire mais être capable de dominer sa peur. « Allez au combat fermement convaincus d’être victorieux, et vous reviendrez chez vous sains et saufs » suivant l’antienne du général Kenshin. Ces deux chapitres s’ouvrant sur des épigraphes de Gishin et Musashi sont mes deux favoris. Ils comportent les fabuleux récits du redoutable secret du petit bonze, du condamné à mort ou du maître de thé et du rônin. Le chapitre suivant consacré à la leçon des maîtres zens donne un aperçu de la dimension spirituelle des arts martiaux. Comme chez Sun Tzu, le but ultime est de vaincre sans combattre. La ruse pour éviter le combat, tout comme la démonstration de son habileté pour dissuader l’adversaire peuvent être employées. « La rigidité conduit à la mort, la souplesse conduit à la vie » dit Lao Tseu. Le secret réside dans l’harmonie et la capacité à faire un avec l’univers, ce qui n’est pas sans rappeler la doctrine stoïcienne. Le recueil se termine sur deux profonds récits : le regard désabusé et l’enseignement du vénérable chat. La leçon a tiré du premier est de faire preuve d’une volonté inébranlable : « vous n’étiez décidé qu’à gagner ; j’étais tout à fait déterminé à mourir si je perdais ». C’est sûrement la raison pour laquelle Sun Tzu explique, lui aussi, qu’il ne faut pas pousser à bout un ennemi aux abois. A la fin du second, le vénérable chat conclut qu’il « est difficile de devenir conscient de ce qui est en nous ».

 

Commentaires

Merci, Kamerad, de confirmer que ce plaisant petit livre est instructif, et ce quel que soit l'âge du lecteur.
Maintenant, tu vas pouvoir célébrer Kilian ou les Sudistes, au choix. ;-)

Écrit par : Blumroch | 20/03/2020

Blumroch > Une synthèse qui donne envie de lire ce recueil.
Moi, je n'ai jamais été doué pour les comptes-rendus de livre.

Écrit par : Pharamond | 20/03/2020

@Pharamond : Ma pratique des arts martiaux se borne à quelques livres, films et jeux ; c'est d'ailleurs assez pour confirmer que pour se défendre, dans la plupart des situations, le plomb propulsé à haute vélocité présente un avantage décisif sur le poing rapide. ;-) Quoi qu'il en soit, j'avais bien aimé ces contes dont l'esprit, parfois, rappelle celui de Rome, comme Sven l'a bien noté.

Écrit par : Blumroch | 20/03/2020

Tu n'a donc pas vu "Matrix" ?

Tous des païens !

Écrit par : Pharamond | 20/03/2020

@Pharamond : J'ai préféré éviter ce film, mis en garde à la fois par le jeu qui en a été tiré, mauvais au possible, et surtout par l'excellent article que lui avait consacré François Kahn dans son *Encyclopédie du cinéma ringard -- les films de bazar et d'essai* -- tiens, tiens, sujet de carte blanche pour le directeur du club !

Écrit par : Blumroch | 20/03/2020

Comme disait je en sais plus qui "c'est un film contre le Système fait par la Système". Mais ce qui nous intéresse et tu dois avoir vu quelque part c'est la faculté du héros à éviter les balles.

Comme je l'ai précisé plus haut : "je n'ai jamais été doué pour les comptes-rendus de livre" ;-)

Écrit par : Pharamond | 20/03/2020

Matrix....C'est l'oeuvre des frères Jesaisplukoi qui sont devenus soeurs ?

Écrit par : Arthourr | 20/03/2020

@Kamerad Blumroch ... le plomb à haute vélocité est cause de saturnisme foudroyant mais on n' a pas le distributeur en permanence à portée de main . Lézards martiaux c' est bien , pas besoin d' "autorisation" , mais ça demande un entretien régulier qu' on abandonne pour un tas de raisons .. à un âge avancé il n' en reste quasiment rien . Il ne faut conserver qu' un minimum indispensable pour se sortir d' une mauvaise rencontre . Ensuite "CFC" (cours Forest ! cours !) s' il vous reste du souffle .

Écrit par : EQUALIZER | 20/03/2020

Arthourr > Exactement.

Écrit par : Pharamond | 20/03/2020

@EQUALIZER : Aurais-je une arme qu'elle serait en permanence avec moi ; en aurais-je plusieurs qu'elles seraient toutes dissimulées à moins de 2 ou 3 mètres comme dans les films et séries. J'ai cru comprendre que le champion d'arts martiaux qui l'emporte seul contre un groupe même réduit, même désarmé, c'est... du cinéma. Quant à courir...
Pour le principe, je soutiens la solution de M'sieur Samuel Colt, savoir l'Equalizer. ;-) C'est la seule convenant à la dignité de l'homme libre n'ayant pas l'énergie de John Rambo.

Écrit par : Blumroch | 20/03/2020

Mon old fellow américain me disait que cela ne servait à rien d' avoir des armes si elles ne sont pas à portée de main . Avis que je partage ;-) il en avait une dans chaque pièce et même un petit modèle de poche sur lui . Dans l' Etat où il habitait , le port d' une arme apparente était autorisé ... un autre monde les red-neck ;-)

Écrit par : EQUALIZER | 20/03/2020

@ Blumroch

Donne-moi un peu de temps. Je ne voudrais pas assommer les lecteurs du blog de notre ami Pharamond!

@ Pharamond

Merci pour la carte blanche. Peux-tu rajouter , fondateur de l'aikido, après Ueshiba?
Pour le lire, il va te falloir attendre la fin du confinement ... ou passer par un vendeur en ligne.

@ Blumroch et EQUALIZER

Les armes à feu, c'est très bien. Je songe de plus en plus à m'inscrire dans un club de tir à la fin de l'épidémie. J'ai quelques résistances à la maison.
On ne les a pas en permanence sur soi. On n'est pas toujours en mesure de les utiliser, ... La fuite que suggère EQUALIZER est une très bonne solution ... quand on peut.
A plusieurs contre un, tout dépende de la situation. Si ce sont des combattants aguerris, c'est sûr que c'est un problème. Sinon, si le premier prend cher, les autres peuvent fuir sans demander leur reste. Il n'y a pas de solution miracle.

Écrit par : Sven | 21/03/2020

Sven > C'est avec grand plaisir.

Je rajoute.

Ne t'inquiète pas notre ami Blumroch m'a pourvu de livres de quoi patienter confiné pour 6 mois au moins ;-)

Écrit par : Pharamond | 21/03/2020

@Sven : Kamerad, tu ne saurais assommer les membres du club !
Tu me pardonneras cette facile facétie qui me rappelle une anecdote mineure mais édifiante : j'ai l'infortune d'avoir acheté, au début du siècle[0], le plaisant jeu *Rune*[1] en version prétendue française. A un moment, le personnage dirigé par le joueur ramasse une arme, identifiée en sous-titre par "club des os". J'avais mis quelques secondes à comprendre.
Dans le même registre de l'incompétence crasse, j'ai eu l'occasion de voir un jour un film, médiocre, intitulé *Meurtre au 101*. Là aussi, la sottise de la traduction s'expliquait par le titre d'origine, qui devait être quelque chose comme *Murder 101*, savoir *Classe de meurtre, 1ère année*. Je viens de vérifier sur AlloCiné : le titre est devenu *Meurtre en trois leçons*.
Ces dernières années, pour comprendre un discours en néo-french, suffit de remplacer les mots inconnus par leur version originale en basic english, et tout (approximations, contresens, non-sens, charabia...) s'éclaire.

[0] En 2001.
[1] https://en.wikipedia.org/wiki/Rune_(video_game)

Écrit par : Blumroch | 21/03/2020

Toujours dans la même veine, quand des "savants" ne savent pas utiliser le mot propre dans leur propre langue. Démonstration chez Contrepoints en cherchant "Deres 20 mars 2020, 14 h 12 min" :
http://h16free.com/2020/03/20/65639-la-republique-se-fout-de-votre-gueule/comment-page-1#comments
(Certains commentateurs semblent sur le point de basculer vers la méchanceté.)

"*Adhérence* de la population aux mesures de contrôle : *L’adhérence* de la population
est essentielle à l’efficacité de l’intervention." Et c'est censé les exonérer de toute responsabilité, ces pauvres krons.

Comme le disait un méchant dans une mauvaise pensée : "Seuls[1] les imbéciles et les huîtres *adhèrent*".

[1] Ou "Il n'y a que [...] qui adhèrent" : j'avoue ne plus me souvenir du texte exact.

Écrit par : Blumroch | 21/03/2020

@ Pharamond

Merci!


@ Blumroch

Le néo-french m'insupporte aussi. Tous ces tristes sires qui n'ont que "merger", "faire du reporting" alors rapporter conviendrait si bien à leur activité, deep learning, ... à la bouche me mette hors de moi.
Ton anecdote me rappelle un copain présentant une expérience de chimie quand on était au lycée et disant que le précipité s'était dissolu, ce qui avait provoqué un fou-rire général.

Écrit par : Sven | 21/03/2020

Écrire un commentaire