statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2020

Musique (525)

Saga

The snow fell

Chanson crée par le groupe Skrewdriver et reprise par la chanteuse Saga. Est-ce utile de préciser qu'aucun d'eux ne se prétend grand démocrate ?

 

The snow fell

 

He sat in a room

In a square of the color of blood.

He'd rule the whole world

If there was a way that he could.

He'd sit and he'd stare

At the minarets on top of the towers.

For he was a beast

As he hatched his new plans to gain power.

 

And the snow fell

Covering the dreams and ideals.

And the snow fell

Freezing the blood and the wheels.

And the snow fell

They had to keep warm for survival.

And the snow fell

And defeated the beast's only rival.

 

They took the old roads

That Napoleon had taken before.

They fought as a force of light

Against the darkness in a holy war.

One day they were looking around

And the sun was shining on the cold flowers.

The next day they were freezing to death

In the sleet and the ice cold showers.

 

And the snow fell

Covering the dreams and ideals.

And the snow fell

Freezing the blood and the wheels.

And the snow fell

They had to keep up for survival.

And the snow fell

Defeating the beast's only rival.

 

Then came the deadly roads

Back from the steps of their retreat.

The cold racked their bodies

But worse was the pain of defeat.

Many people who had hailed them once

Now turned and looked away.

These people now knew

That the beast was on it's way.

 

And the snow fell

Covering the dreams and ideals.

And the snow fell

Freezing the blood and the wheels.

And the snow fell

They had to keep up for survival.

And the snow fell

Defeating the beast's only rival.

 

You finally came back

To the borders of your fatherland.

Now enemies came

Traitors everywhere at hand.

Many people who had fought and died

Knowing that they had to win.

It still sickens my heart

To see the picture of the red flag in Berlin.

 

And the snow fell

Covering the dreams and ideals.

And the snow fell

Freezing the blood and the wheels.

And the snow fell

They had to keep up for survival.

And the snow fell

Defeating the beast's only rival.

 

La neige est tombée

 

Il était assis dans une salle

Dans une pièce couleur de sang.

Il régnerait sur le monde entier

S’il en avait un moyen pour le faire.

Il s’asseyait et regardait fixement

Des flèches au sommet des tours.

Car c'était une bête

Élaborant de nouveaux plans pour accroître son pouvoir.

 

Et la neige est tombée

Couvrant les rêves et les idéaux.

Et la neige est tombée

Gelant le sang et les roues.

Et la neige est tombée

Ils devaient se réchauffer pour survivre.

Et la neige est tombée

Et a vaincu le seul rival de la bête.

 

Ils ont pris les vieilles routes

Que Napoléon avait déjà prises.

Ils ont combattu comme une force de lumière

Contre les ténèbres dans une guerre sainte.

Un jour ils regardaient autour d'eux

Et le soleil brillait sur les fleurs froides.

Le lendemain ils étaient gelés à mort

Dans la neige fondue et les averses glacées.

 

Et la neige est tombée

Couvrant les rêves et les idéaux.

Et la neige est tombée

Gelant le sang et les roues.

Et la neige est tombée

Ils devaient se réchauffer pour survivre.

Et la neige est tombée

Et a vaincu le seul rival de la bête.

 

Puis vinrent les routes de la mort

Lors des marche de leur retraite.

Le froid s’est emparé de leurs corps

Mais pire fut la douleur de la défaite.

Beaucoup de ceux qui les ont salués

Maintenant se détournaient et regardaient ailleurs

Ces gens savaient maintenant

Que la bête était en chemin.

 

Et la neige est tombée

Couvrant les rêves et les idéaux.

Et la neige est tombée

Gelant le sang et les roues.

Et la neige est tombée

Ils devaient se réchauffer pour survivre.

Et la neige est tombée

Et a vaincu le seul rival de la bête.

 

Vous êtes enfin revenus

Aux frontières de votre patrie.

Maintenant les ennemis sont là

Des traîtres partout autour de vous.

Beaucoup de gens qui ont combattu et sont morts

Sachant qu’ils étaient obligés de vaincre.

Mon cœur est encore malade

De voir l’image du drapeau rouge à Berlin.

 

Et la neige est tombée

Couvrant les rêves et les idéaux.

Et la neige est tombée

Gelant le sang et les roues.

Et la neige est tombée

Ils devaient se réchauffer pour survivre.

Et la neige est tombée

Et a vaincu le seul rival de la bête.

 

(Traduction très perfectible de Reverso & Pharamond qui ne verrait aucun inconvénient à être corrigé)

 

Commentaires

Je ne connaissais absolument pas cette Saga-là, mais elle me paraît de fort bon aloi !
Un petit confinement avec elle ne me déplairait pas ! :D

Écrit par : Arthourr | 20/03/2020

On trouvait jadis sur YouTube un live où on la voyait faire un genre de salut pas très... enfin, vous voyez.

Écrit par : Pharamond | 20/03/2020

@Pharamond : Un salut pour temps de confinement ? Aux uns le salut wakandais, aux autres le salut... le salut, quoi. Toujours dans le souci gouvernemental des distances de sécurité. ;-)

Écrit par : Blumroch | 20/03/2020

Très juste, je n'y avais pas pensé. Un salut... salvateur ;-)

Écrit par : Pharamond | 20/03/2020

@Pharamond : Belles initiales. ;-) De plus, les facétieux pourront déclarer *en même temps* qu'ils feront le geste salvateur : "Grâce à Foutriquet 2.0 (loué soit-il !), nous y sommes et même jusque-là" (adaptation d'une vieille facétie remontant à la WWII).

Écrit par : Blumroch | 20/03/2020

Oui, les initiale de Sa Sainteté que l'on fera suivre par ce qu'on voudra : Foutriquet 2.0 ou François 0.

Des précisions sur la vieille facétie ?

Écrit par : Pharamond | 20/03/2020

PS : Ma traduction de "The snow fell" est-elle à peu près correcte ?

Écrit par : Pharamond | 20/03/2020

@Pharamond : Je l'avais évoquée ici, le 28 mars :
http://guerrecivileetyaourtallege3.hautetfort.com/archive/2018/03/27/je-suis-arnaud-2-6038310.html
Les deux bouquins sont dans des cartons pour l'heure inaccessibles, raison pour laquelle je ne saurais être plus précis, mais je garantis le trait qui m'avait amusé.

Reverso traduirait "minarets" par "flèches" ? ;-)

Écrit par : Blumroch | 20/03/2020

Cela fait beaucoup à relire...

Les "flèches" c'est de moi, j'avais peur que vu le contexte actuel cela soit mal interprété, mais j'ai peut-être tort.

Écrit par : Pharamond | 20/03/2020

@Pharamond : Tu es à la limite du célèbre "TL;DR". ;-) Bon, voici l'extrait :
Pendant la deuxième guerre européenne, dans un cabaret, un comique s'avance sur scène, le bras tendu dans un impeccable salut réglementaire, pour énoncer d'une voix forte "Jusque-là, oui, jusque-là, nous y sommes jusque-là !". Je l'ai trouvée dans au moins deux compilations d'anecdotes (à prétentions) historiques : dans un cas, l'auteur prétendait que c'était en France ; dans l'autre, c'était en Allemagne (et alors assortie de cette précision : "N'ayez pas peur : plaisanterie autorisée par le gouvernement.). ;-)

Écrit par : Blumroch | 20/03/2020

C'est à dire qu'au niveau lecture en ce moment... ;-)

J'avais oublié l'anecdote.

Écrit par : Pharamond | 20/03/2020

[Musicalmar à la Danny Trejo]
Chez la décidément étrange Wendy, ce titre excellent[1], et quelques considérations lucides (faut s'en tenir au seul billet) :
http://www.wendy-leblog.com/2020/03/le-temps-des-machettes.html#comment-form
Too late.

[1] D'où la fine allusion à Trejo.

Écrit par : Blumroch | 22/03/2020

Oui, joli billet d'(e mauvaise) humeur. Mais rien de nouveau : le Système ment pour ne part faire enrayer la machine, les gens écoutent par peur, lassitude et intérêt, nous parlons dans le vide et les autres aiguisent leur machette. En cas de crise tout le monde s'égorgera.

Écrit par : Pharamond | 22/03/2020

@Pharamond : Kamerad, je ne prétendais pas apporter d'éléments nouveaux, mais divertir les honorables visiteurs. Je suis de ton avis ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 22/03/2020

Je l'avais bien pris ainsi ;-)

Écrit par : Pharamond | 22/03/2020

[Musicalmar utopique et désordonné (je fatigue)]
On m'a parfois fait ce compliment, que de me juger encore plus méchant que les méchants[0]. Voici quelques semaines, bien avant la Grande Claustration, on m'accusait de maximalisme déraisonnable et simpliste parce que je formulais une fois de plus les quelques suggestions exposées *infra*, évidemment lancées comme autant de facétieuses *expériences de pensée*[1], comme autant d'idées utopiques, autant de *délires*, sans relation aucune avec l'amorce du commencement de début de prolégomènes à ce qui pourrait, avec malveillance, ressembler à un commencement d'exécution dans la sinistre réalité que nous partageons. Je le déclare par avance aux escadrilles de sainte Aviassion : ce qui suit sera évidemment fiction enfiévrée, [mauvaise] littérature fantastique sous Doliprane.
Bref, revenons à nos élec^H^H^H^Hmoutons.
J'ai déjà ricané tristement en évoquant les voix nombreuses, parfois célèbres, qui espèrent voir, après la crise, les comptes réglés, les responsabités établies et surtout les coupables châtiés (tape sur la main, rappel à la loi, mutation, promotion, mutation-promotion, exil en Suisse...). Ainsi de la crispante Tatiana Fiévrôse[2]. Ainsi de certains médecins[3]. Ainsi de certains miliciens du régime[4].
Parmi ces voix, plusieurs sont paradoxales, qui voudraient *simultanément* interdire, au nom d'une hypothétique union *sacrée* (peut-être sous le signe du triangle macronique), toute critique de l'[in]action gouvernementale[5], préconisant même d'*obéir*[6] *pour le moment* aux responsables du désastre, quelle que soient les mesures, sottes ou criminelles, qu'ils imposent et imposeront. Après[7], ah ah !, *après*, on verra ce qu'on verra.
Au passage, allumer un incendie ne donne pas nécessairement la capacité de l'éteindre. Dans le même ordre d'idées, j'ai rarement vu un déplombeur, un créateur de virus informatiques, un "hacker" ou un formateur micro avoir le talent requis pour écrire de vrais programmes importants et utiles.
Bref, faudrait faire *confiance* au système des incapables et des naufrageurs : plus tard, toujours plus tard, on trouvera des procureurs et des magistrats intègres[8] pour condamner les ceusses, parfaitement identifiés, qui sont "responsables mais pas coupables"[9]. Que sont quelques années ou décennies d'attente, si c'est pour rendre la *justice* ?
L'exemplaire exemple de Laurent "Bloody Hands" F. devrait pourtant interdire certaines prophéties optimistes, mais bon, faisons fi de l'histoire et de la logique. J'en fais le pari : dans le *meilleur* des cas, le système offrira à la vindicte populaire deux ou trois lampistes pour le *spectacle*, et les affaires, *toutes* les affaires, reprendront : buzyness (je ne pense pas faire erreur en attribuant la forgerie au Kamerad téléphobe) as usual, buzyness is buzyness, there's no buzyness... -- la suite n'est pas disponible, qui a été autocensurée.
Ainsi, à ce déjeuner, comme je le fais régulièrement et sans succès depuis les années Mitterrand, j'ai donc évoqué devant un petit public hostile deux ou trois moyens d'action (ou de réaction) envisageables, qui seraient d'ailleurs logiques dans la société de "communautés" juxtaposées qu'on nous a imposée -- je n'ai pas dit qu'ils étaient intelligents ou applicables mais tout simplement : envisageables. Incidemment, ils seraient encore plus nécessaires depuis la Grande Claustration.
Serais-je médecin ou assimilé que je refuserais de soigner les macronistes et assimilés ; serais-je milicien que je refuserais d'assurer la protection des maîtres et la répression des esclaves (on voit lesquels, toujours victimes du "dix poids, dix mesures) ; serais-je pompier, que je refuserais d'intervenir dans certains territoires, estimant n'avoir pas à risquer ma vie pour le divertissement de criminels plus ou moins juvéniles ; serais-je un administratif ayant connaissance d'une mauvaise action entreprise contre contre le public que je l'irais exposer, preuves à l'appui, au grand jour ; serais-je journalope que je n'irais pas relayer la bonne parole du régime.
Dans tous les cas, j'irais jusqu'à invoquer une religion inventée sur mesure, sur le modèle de celle, indémontrable, du Flying Spaghetti Monster[10]. Evidemment, faudrait le nombre, toujours ce maudit *nombre* sans lequel toutes les initiatives sont vouées à l'échec. Faudrait aussi du courage.
Quand j'ai évoqué, sur un ton pourtant plaisant, à titre de divertissement par l'absurde, ces quelques ripostes légitimes, on m'a déclaré, avec *horreur* : "On ne peut pas faire ça. C'est *impossible*."[11]
On a même cru pouvoir me dire, avec hauteur[12], que j'étais bien gentil, de suggérer, sans m'y risquer, de pareilles représailles, pourtant exemplaires d'être *passives*, *négatives* et surtout *sans aucune violence*[13]. C'est vrai : je ne suis pas exactement en situation de les appliquer pour donner l'exemple, n'étant ni médecin, ni milicien, ni pompier, ni fonctionnaire, ni journalope. De fait, je ne suis très exactement *rien*. J'ai pourtant, à mon humble niveau individuel, "assumé"[14] en tout petit Romain les conséquences du mépris de fer que je porte au régime, comme j'ai toujours tenté de rester cohérent face aux "slings and arrows of outrageous fortune". Je ne suis pas plus courageux qu'un autre, mais si j'étais à la place des autres cités *supra*, j'aurais au moins recours à cette ultime manière de rester *décent*, au sens latin, c'est-à-dire de faire ce qui convient[15] : j'irais démissionner avec le même geste que celui, célèbre, du *Prisonnier*. J'ai eu l'occasion de le faire.
Etrangement, contre cet irréfutable *ultima ratio*, en face, on a préféré changer de sujet de conversation.
Aucun rapport avec ce qui précède (encore que...) : cette sinistre vidéo est trop probablement *prophétique* :
https://www.youtube.com/watch?v=5GthuRRoRYw

[0] Je ne pouvais évidemment, pour de nombreuses raisons, viser l'honneur d'être un juste parmi les justes. ;-)
[1] C'est plus impressionnant dans l'autoritaire langue naziste : "Gedankenexperiment[e]". *Tout* est plus impressionnant dans cette langue, comme on en trouvera la confirmation à l'article "Blinkenlights" du fameux *Jargon File* des informaticiens :
http://www.jargon.net/jargonfile/b/blinkenlights.html
[2] Le camarade Paul-Emic a donné les références de deux vidéos dans les commentaires de ce billet :
https://polemiquepolitique.blogspot.com/2020/03/dupont-aignan-decharge-buzyn-et-charge.html#comment-form
[3] Dont certains, amnésiques, ont peut-être voté pour Foutriquet 2.0 !
[4] Les miliciens n'ont pas compris que les affaiblir *maintenant*, c'est un gage donné aux supplétifs et importés, un signe de bonne volonté du pouvoir face à l'*autre* pouvoir, incontrôlable Golem qui ne sera pas impressionné par l'invocation de la ripoublique des pas francs mais krons, encore moins par celle de la shouwah. Simple hypothèse, évidemment, sans le moindre élément de *preuve*, en vertu du principe de Leopardi qui invitait à tenter de déduire, en l'absence d'éléments tangibles. On ne voit pas l'astre noir, mais on voit ses effets sur la lumière.
[5] J'ai *failli* employer un autre adjectif un peu trop national.
[6] *Obéir*, toujours *obéir*... et *perinde ac cadaver* -- ce qui ne manque pas d'ironie subsonique, ces derniers temps.
[7] C'est pour rire.
[8] Ou alors un tout petit peu, et encore, c'était parce qu'à l'heure H, à la minute M, à la seconde S, ils n'avaient pas *toutes* les informations -- même si elles étaient disponibles à condition de ne pas écouter TF1/BFM/ranceinfo/etalii.
[9] Toujours *après*. Jamais *avant*, pendant qu'il en serait encore temps. Jamais *pendant*, au motif que la désorganisation serait à son comble alors qu'on est déjà dans le chaos.
[10] https://fr.wikipedia.org/wiki/Pastafarisme
[11] Eh oui, c'est comme les révolutions : elles sont toujours *impossibles* et même "légalement" *interdites* par les "révolutionnaires" précédents ayant conquis le pouvoir... et peu désireux d'en être dépossédés.
Pourtant, "quoi qu'il en coûte", c'est une formule valable pour les esclaves comme pour les tyrans.
[12] "Hauteur" n'est pas à la mesure des ceusses qui objectaient : "morgue" ou "dédain" seraient plus exacts. D'éventuels lecteurs auront deviné ou déduit que j'étais face à quelques agents et cadres informels du Macronistan, anciennement UMPSland.
[13] Concession tactique faite à un auditoire effrayé par mon audace.
[14] Evidemment, quand Ed Flipe et ses comparses disent "J'assume", ils entendent, eux, "Causez toujours si cela vous amuse ; moi, je suis au pouvoir, je fais ce que je veux, je suis protégé, et vous me donc faites tous rire".
[15] On peut d'ailleurs en profiter pour citer certain mot célèbre de Chamfort.
[16] Pas d'appel de note, mais c'est prétexte pour caser une nouvelle abréviation Internet : "TL;DW" pour "Too Long, Didn't Write". ;-)

Écrit par : Blumroch | 22/03/2020

Ent tant que que grand démograte, je vous salut.

Écrit par : Vonkamach | 22/03/2020

Blumroch > Ce genre de commentaire me fait regretter ton refus de profiter ne serait-ce que de loin en loin de la rubrique "Carte blanche", mais je me répète.

A propos de la vidéo, on ne peut qu'être globalement d'accord, mais j'ai l'impression de penser depuis une éternité ce que Cassen semble découvrir. Je suis plus sceptique sur son histoire de massacre à venir. Enfin il compare les racailles aux SA et d'ailleurs le site Riposte Laïque n'est pas avare dans l'utilisation du terme "Islamo-fascistes". Quoi qu'on puisse penser du fascisme un chat est un chat et un fasciste est un fasciste, c'est à dire un individu adhérent pour diverses raisons à une idéologie politique et pas une quelconque brute qui aime la violence par goût. Encore un effort Pierre.

Vonkamach > Je vous salue de même ;-)

Écrit par : Pharamond | 22/03/2020

@Pharamond : Tu es bien trop indulgent. ;-) Je me trouve beaucoup trop inférieur à mes capacités de quand j'étais sorbonnard et même journalope -- ce qui ne m'a pas interdit d'infliger ces quelques lignes au club, car ça leur apprendra à ne pas écrire eux-mêmes ! ;-)
Tout le monde (enfin, pas tout le monde) va découvrir ce que nous savons et annonçons depuis longtemps. Nous pourrons toujours dire "preum's". ;-) Avec ses limites, Cassen est quand même sur la bonne voie. Et puis, à une époque ayant récusé la logique, l'exactitude et la précision... "Combien de *divisions* ?", ai-je dit récemment. Les gauchistes, même quand ils s'étriperaient volontiers entre eux, savent faire bloc contre nous.

Écrit par : Blumroch | 22/03/2020

Blumroch > Et tu es bien trop modeste ;-)

Sur la bonne voie sans doute, mais faudrait-il y aller jusqu’au bout or ce genre de personnage finira tôt ou tard par refuser de continuer sur ce chemin dès qu'il apercevra certains panneaux d'interdiction parce que c'est du républicain certifié. Il ne s'énerve que parce que d’après lui le contrat n'est plus respecté. Je ne lui dénie pas du courage et une utilité, mais le discours de Riposte Laïque axé sur islamophobie et aussi réducteur que celui de Soral et son antisionisme.
Alors combien de divisions pour notre camp ? Même pas de quoi constituer une compagnie.

Écrit par : Pharamond | 22/03/2020

[Musicalmar ludique]
A en croire une certaine Aurélie Sipos officiant pour *Le Parisien*, il serait "incontrôlable, autoritaire, éloigné, trop ambitieux, radical, colérique et orgueilleux". Remplaçons "orgueilleux" par "vaniteux", et ajoutons "crétin" à cette liste édifiante.
Eh non, ce n'est pas *lui*, mais son double progressiste, l'animateur d'O.N.G. humanitariste New Age, savoir François Zéro.

Écrit par : Blumroch | 22/03/2020

RL et cassen font une part du boulot .. Cassen vient de '"loin" mais il a pris le bon chemin .. oui encore un effort . Le site de RL et ses références "islamo-faf" ou "nazislamisme" me gonfle .. comme s' il y avait le moindre rapport .. passons . J' emploie à défaut le terme "Gestapo" parceque même les plus bouchés arrive à capter . Si vous dites "Tchéka" ils répondent "à vos souhaits!" .. Soral ahh Soral .. son antisionisme pro-babouche agace sérieusement . On n' est pas obligé d' être dacodac avec tout ce qui se dit chez RL ou ER . ;-)

Écrit par : EQUALIZER | 22/03/2020

Blumroch > Tiens donc. Qu'Hollywood ait déjà réalisé deux films laudatifs sur ce pitre était déjà un aveu de la vilenie du personnage.

EQUALIZER > Tout à fait d'accord, ces sites sont sources de contre-informations utiles, mais leur "porte-parole" ont atteint leurs limites.
Je me souviens d'un ami qui était pourtant plutôt de droite
et s'était fait reprendre par un automobiliste parce qu'il s'était mal garé sur une place de parking le traiter de "facho". Eh oui, la force du Système est de nous avoir imposé son langage !
Dans les années 80 on disait pour protester contre certains abus "On n'est pas au Chili !" alors qu'en Europe de l'est ce n'était pas tout rose.
Bref, je n'utilise jamais Gestapo ;-)

Écrit par : Pharamond | 22/03/2020

[Musicalmar de signalement]
Comme le Kamerad Pharamond n'a pas écrit de billet pour saluer l'arrivée du printemps du peuple, j'invite à lire ce charmant poème du camarade Martin-Lothar :
http://www.martin-lothar.net/2020/03/la-non-ballade-du-printemps.html

Écrit par : Blumroch | 22/03/2020

Un peu tard, je m'aperçois que j'aurais pu terminer, ou commencer, ou remplacer l'indigeste pensum *supra* par ces remarques éternelles :
//
Or ce tyran seul, il n’est pas besoin de le combattre, ni de l’abattre. Il est défait de lui-même, pourvu que le pays ne consente point à sa servitude. Il ne s’agit pas de lui ôter quelque chose, mais de ne rien lui donner. Pas besoin que le pays se mette en peine de faire rien pour soi, pourvu qu’il ne fasse rien contre soi. Ce sont donc les peuples eux-mêmes qui se laissent, ou plutôt qui se font malmener, puisqu’ils en seraient quittes en cessant de servir. C’est le peuple qui s’asservit et qui se coupe la gorge ; qui, pouvant choisir d’être soumis ou d’être libre, repousse la liberté et prend le joug ; qui consent à son mal, ou plutôt qui le recherche...
//
Sans La Boétie, pas d'Ayn Rand (dans ce qu'elle a de moins pire, évidemment).
Damn... simplement croiser les bras, et le Léviathan s'écroule. Est-ce si difficile à comprendre ?
Paraît que le texte est (était ?) parfois étudié dans les classes. On voit le résultat.

Écrit par : Blumroch | 22/03/2020

Blumroch > Oups ! c'est la première fois que cela m'arrive, merci.

Tout est dit ou presque dans ce texte. Une seul chose avait échappé à La Boétie : les moyens modernes et l'idéologie mondialiste ont réussi à inversé les valeurs entraînant la confusion. Orwell l'avait comprit avec "1984" et ses slogans* qui apparaîtraient absurdes à quiconque n'aurait pas été conditionné à la naissance, et le noms de ses ministères** dont la dénomination est le contraire exacte de leur nature réelle qui neutralise toute action contre eux : qui peut s'attaquer à l'amour ou à la paix ? Nous en sommes presque là, la fusion de la pensée gauchiste et du capitalisme tout puissant à donné quelque chose d'inédit, notre actuel totalitarisme flasque. Totalitariste parce qu'il ne supporte pas la contradiction, s'insinue dans notre vie privée, nous embrigade depuis l'enfance, emploie la violence, condamne lourdement ses opposants, et flasque parce qu'il agit presque toujours indirectement grâce à des supplétifs, cache son jeu avec une mièvrerie de façade, agit en creux, donne une pseudo-liberté ramollissante... Comment se révolter quand on ne sait pas que l'on est esclave ?

*" La guerre c’est la paix ", " La liberté c’est l’esclavage " et " L’ignorance c’est la force "
** De la Vérité, de la Paix, de l'Amour, et de l'Abondance

Écrit par : Pharamond | 23/03/2020

@Pharamond : Deux signalements subtils pour le prix d'un : le billet du trop discret Martin-Lothar et l'image du printemps, qui manquait. ;-)
Incidemment, saurais-tu le russe, tovaritch ? Le site de l'artiste n'ayant pas de version en engliche, on doit résister à la tentation -- dangereuse -- de cliquer au hasard !

Ne jamais tout dire. Le bon écrivain laisse au bon lecteur le soin de développer toutes les conséquences de son discours.

Critère simple pour l'homme comme pour l'animal : suffit de savoir qui est à la bonne extrémité de la matraque. Je n'ai jamais été convaincu par cette thèse : supprimons le mot, et du coup supprimons la notion. Si elle était vraie, serait vraie aussi la vomitive opinion de ce prof de philo qui nous expliquait, en khâgne, que les souffrances de l'ouvrier étaient moins vives que celles de l'intellectuel, au motif que le second avait -- à l'époque, car les choses ont changé -- un plus grand vocabulaire que le premier. Nous n'avions été que deux, pourtant méchants, à trouver le propos répugnant. Ce (censuré) aurait certainement voté Foutriquet 2.0. Incidemment, quelles sont les souffrances du crétin, incapable d'écrire -- et donc de penser -- en bon français ? ;-)

Écrit par : Blumroch | 23/03/2020

J'ignore le russe, mais Google le sait approximativement.

Et si la matraque ne s'abat pas sur nous, mais sur celui que l'opinion publique manipulée par le Système désigne comme la bête à abattre ?
La question de votre ancien professeur pourrait encore se poser à souffrance égale si l'on voulait pousser le raisonnement scientifique jusqu'au bout. Il n'empêche que ce professeur a l'air d'une belle ordure capable avec un intellectualisme en carton-pâte de justifier tous les abus.
Ceci dit je reste persuader que pour penser il faut des mots, je ne dis pas ressentir ou avoir des idées, mais penser.

Écrit par : Pharamond | 23/03/2020

@Pharamond : Dommage. Agent d'influence russe, tu nous épargnais à tous (enfin, les survivants) le goulag quand le tovaritch Poutine envahira ce qui restera de la France. ;-)

Le spectateur, lui aussi, voit bien qui tient la matraque.

Ce prof était non seulement un salkron mais aussi et surtout un prof médiocre -- j'avoue toutefois que nous n'étions que deux à le penser, les petits camarades le regardant, eux, comme un véritable gourou.
Faut ordinairement trois anecdotes pour dire un caractère ; dans son cas, une seule suffira : il était en extase devant ce propos de Rousseau, y voyant un sommet de la réflexion philosophique, "Commençons donc par écarter tous les faits, car ils ne touchent point à la question."

Quand on est Racine, avec peu de mots, on exprime de subtiles idées. ;-)

Aucun rapport, mais deux pages découvertes grâce au camarade Bonnal, dédiées à tous les candides croyant à un futur Nuremberg (je sais, je sais, ce n'est pas un bon exemple, mais c'est commode) des salauds :
https://zerhubarbeblog.net/2020/03/21/gestion-francaise-du-covid-19-ou-le-confinement-de-la-pensee/
https://steemit.com/coronavirus/@corbettreport/coronavirus-the-cures-will-be-worse-than-the-disease
Muselière et collier étrangleur pour tout le monde. L'idée de liberté n'aura pas vécu longtemps en Occident (ailleurs, I don't give a damn).

Écrit par : Blumroch | 23/03/2020

P.S. : Heureusement, presque personne n'a lu le "Musicalmar utopique et désordonné (je fatigue)". Je corrige quand même quelques zorreurs : "les responsabilités établies", "Shouwah" (j'avais oublié *ieroushalaïme*, ô *iéroushalaïme* -- pardon : j'avais oublié la capitale... d'imprimerie), "au jour J, à l'heure H..."

Et comme *bis repetita semper placent*, cette {re...}redite : heureux les optimistes qui croient encore que les coupables seront châtiés, car ils seront déçus. Message : nous sommes dans la *réalité*, pas dans une série télévisée, pas dans un jeu vidéo. Faut revoir *Last Action Hero*, rien que pour le moment où le principal méchant découvre que dans le *vrai* monde, il peut enfin gagner. ;-)

Écrit par : Blumroch | 23/03/2020

Blumroch > C'est tout le problème, quand on voit frapper quelque'un d'autre on regarde ailleurs surtout quand le frappé est un trouble-fête et que le matraqueur ne fait que protéger le Système dont tout le monde est globalement satisfait.

Remarque que la phrase de Rousseau ouvrait la porte à toutes les constructions intellectuelles possibles et arbitraires, ce choix explique bien des choses.

Tout ce petit monde qui s'accroche à une démocratie morte depuis deux ou trois décennies et rêvant d'un lendemain vengeur sera bientôt fort déconfit. Le Système frappera fort après la crise, que ce soit pour le droit du travail ou des libertés. Il y aura peut-être des mouvements sociaux parce que les Français supportent tout sauf la baisse du pouvoir d'achat, mais ce sera l'obéissance ou le chaos faute d'alternative.

Écrit par : Pharamond | 23/03/2020

@Pharamond : Rousseau, comme tous les zintellectuels, déteste la réalité parce qu'elle ne se plie pas aux lubies. Depuis longtemps, les abrutis ne comprennent plus le mot génial de Bacon dans son *Novum organum* : "Natura enim non nisi parendo vincitur", savoir : "On ne saurait vaincre la nature qu'en lui obéissant".

Ce sera sans doute "obéir ou mourir", au degré d'asservissement où nous sommes et où ils nous souhaitent. Maintenant, combien de John Nada ? Le camarade Paul-Emic disait récemment qu'il finirait sa vie sur une barricade en 2020. Il ne sera pas le seul. "It's a good year to die !" -- proverbe Klingon, sans doute apocryphe : toutes les années sont bonnes pour mourir. ;-) Tiens, je pense à une variante pour Foutriquet 2.0 et sa sisotte (yep, j'ai failli écrire autre chose dans le genre sikronne) : "It's a good minute to lie".

Écrit par : Blumroch | 23/03/2020

Blumroch > Quand je vois les mouroirs que sont les Ehpad et autres je n'ai pas envie de finir centenaire, mais je suis curieux de voir comment les choses tournent et je dirai sans doute "Encore une année Madame la Camarde" en prenant de l'âge jusqu'à ce qu’elles ne m’intéressent plus.

Écrit par : Pharamond | 23/03/2020

[Musicalmar euro-musico-hygiénique]
Dans la série "Faut l'voir pour y croire", cette séquence ahurissante :
https://www.youtube.com/watch?v=sLa_QiWulPE
Tout commentaire serait inutile. En voici tout de même un :
https://www.bvoltaire.fr/comment-se-laver-les-mains-heureusement-que-la-commission-europeenne-est-la/
Et ces crétins de parasites inaptes à tout travail honnête contrôlent nos existences, décident du juste et l'injuste, nous volent à leur guise, nous traitent comme leur bétail, ont droit de vie et de mort sur nous.
Une chance pour eux que la révolte individuelle soit évidemment vouée à l'échec. Oui, une chance pour eux.

Écrit par : Blumroch | 23/03/2020

On se demande s'il faut hurler de rire ou se rouler en boule et sangloter devant de telles pitreries.

Écrit par : Pharamond | 23/03/2020

@Pharamond : C'est ainsi que l'excellent Charles Filippi terminait souvent ses chroniques du désastre dans le *Rivarol* encore lisible : "Faut-il en rire ou en pleurer ?".

Écrit par : Blumroch | 23/03/2020

Dans un musicalmar "utopique et désordonné", *supra*, j'avançais ceci : "dans le *meilleur* des cas, le système offrira à la vindicte populaire deux ou trois lampistes pour le *spectacle*".
A supposer que cela se produise (don't hold your breath !), Buzyn ne sera pas, à l'évidence, dans la rafle des "responsables mais pas coupables" :
https://www.lejdd.fr/Politique/info-jdd-agnes-buzyn-recrutee-par-unicancer-pour-suivre-lepidemie-de-coronavirus-3957271
La pauvre qui se demandait récemment encore ce qu'elle allait bien pouvoir faire de sa vie, elle va vivre de "bénévolat" *indirectement* lucratif. Elle n'aura pas pensé à donner des conférences grassement rémunérées pour traiter du ("du", pas "le" !) méchant virus. Avec sa totale absence de honte et son incroyable faculté d'oubli, elle pourrait même rejoindre Bachelot, sa soeur en esprit, pour chroniquer chez Hanouna -- jamais vu, mais ce que j'ai lu me laisse supposer que c'est le nadir de la télévision "française", rivalisant avec Arte et France[Dés]Info.
Maintenant, attendons sagement que l'opportuniste système, après avoir achevé de ruiner le pays dans quelques semaines, s'empare de nos comptes et de nos biens, au prétexte qu'il faudra de l'argent, beaucoup d'argent pour relancer la machine. Tant que la France ressemblait à une puissance industrielle, c'était inenvisageable ; maintenant qu'elle est officiellement le plus grand des pays du tiers monde, *tout* devient possible !
Citoyen français : animal domestique (*vieilli*), bête de boucherie (*contemporain*).

Écrit par : Blumroch | 24/03/2020

P.S. : Je découvre :
https://www.vududroit.com/2020/03/agnes-buzyn-toujours-plus-loin-dans-lindecence-letat-criminel-suite/
A la prudence de la formule finale, on reconnaît le spécialiste, malgré la candeur : "Si la justice fait son travail, le jour d’après pourrait être délicat pour ces gens.". Eh oui, tout est dans ce *si*, délicieux.
Quand je dis que le ménage ne saurait se faire avec ceux qui ont contribué, de près ou de loin, à la situation...

Sans rapport aucun, cette brève qui vaut son pesant de tamoul, pardon : de semoule :
https://www.valeursactuelles.com/societe/saint-denis-les-gestes-barrieres-sont-traduits-en-arabe-en-berbere-en-turc-117416
Saint-Denis, grands dieux, Saint-Denis, ville *royale*. Raspail devrait remanier *Sire* -- mais le moyen d'obtenir une trêve de quelques heures en *huit* langues exotiques ?

Écrit par : Blumroch | 25/03/2020

Blumroch > Cette croyance de jugement est assez incroyable alors que l'histoire nous a prouvé que les salauds meurent majoritairement dans leur lit et pas étouffé avec un coussin. Idée surement influencée par le procès de Nuremberg. Décidément cette mascarade n'en finit pas de nous influencer négativement.

Écrit par : Pharamond | 25/03/2020

[Musicalmar "Alerte ! Détournement !"]
Découverte à l'instant chez l'étrange Wendy, cette vidéo m'a fait sourire, qui résume bien la situation :
https://www.youtube.com/watch?v=aTyzknWbwqg
Je vais maintenant faire mon Onfray pour éviter un "strafing run" de notre Aviassion "euronationale" : je n'approuve évidemment *pas* la comparaison implicite mais *indécente* faite entre Foutriquet 2.0 et Dolfie. Je ne dirai pas pourquoi, profitant de ce que les télépathes sont tous, pour l'heure, chez les X-Men. ;-)

Écrit par : Blumroch | 25/03/2020

Cette scène a au droit à des dizaines de détournements avec plus ou moins de bonheur, celui-ci est excellent.

Révélation : je suis télépathe, je crois savoir pourquoi tu n'approuves pas "la comparaison implicite mais *indécente* faite entre Foutriquet 2.0 et Dolfie."

Écrit par : Pharamond | 25/03/2020

Tu ne peux rien prouver ! ;-)

Y'a des décennies, dans une des rares conférences de presse où j'étais allé, alors qu'un crétin assez connu nous promettait un avenir radieux délivré des contingences matérielles grâce aux robots qui allaient tout faire à notre place et en mieux pour permettre à l'humanité de profiter de loisirs illimités, j'avais jeté un froid en disant que le franc rétablissement de l'esclavage (ou même du servage, plus adapté au capitalisme) aurait sensiblement les mêmes effets et coûterait moins cher. Cette réflexion de bon sens avait jeté un froid, vite dissipé par l'annonce du buffet gratuit.
Les gauchistes qui réfléchissent un peu voient, eux aussi, approcher le temps de l'esclavage :
https://www.youtube.com/watch?v=rhzqAnpb9cA

Écrit par : Blumroch | 25/03/2020

Blumroch > Oui, certains gauchistes à peu près sincères sentent venir le coup de matraque dans les dents qui va arriver, en oubliant que leur longue compromission avec le pouvoir et leur rejet de la chose nationale n'est pas pour rien dans la situation actuelle. Ces gens-là se sentent toujours innocents quoi qu'il se passe.
Je n'ai pas lu le livre de Naomie Klein, mais les exemples donnés dans la vidéo mélange les chocs provoqués (coup d'état de Pinochet...) et chocs subis (chute de l'URSS...) ce qui n'est pas tout à fait la même chose. Enfin, le gauchisme sous-jacent rend toujours un peu crispant les doctes donneurs de leçons de son espèce.
PS : Vidéo qui se garde bien de mentionner les horribles Gilets jaunes, pourtant l'un des plus importants mouvements protestataires depuis des décennies.

Écrit par : Pharamond | 25/03/2020

[Musicalmar néo-platonicien]
Journée faste, à marquer de plusieurs pierres... blanches :
https://www.youtube.com/watch?v=hwnidFcgv88

Écrit par : Blumroch | 25/03/2020

J'ai failli oublier : la condition première pour être télépathe, c'est d'avoir un cerveau. Tu es qualifié, quand un macroniste de l'Aviassion ne saurait l'être. ;-)

Toujours amusant de constater la parenté entre les gauchistes et Onfray, aveugles sur *certains* points pourtant *essentiels* (ainsi, pendant la Grande Claustration, l'invasion semble n'être pas ralentie, qui est même aidée par le système avec toutes ses dernières forces logistiques).
Avec de très nombreuses réserves, Klein la gauchiste a la même utilité qu'un Coignard ou un Zemmour : quand on veut évoquer deux ou trois sujets sulfureux dans une conversation, on peut la citer sans craindre de passer pour *complètement* méchant. C'est comme citer Onfray. ;-)

Écrit par : Blumroch | 25/03/2020

La crise rend la Mite excellente ;-)

Écrit par : Pharamond | 25/03/2020

Merci, mais l'absence de cortex cérébral n'interdit pas à l'Aviassion d'utiliser la technique subtile dite du tapis de bombes qui a autrefois fait ses preuves contre la Mal.

Écrit par : Pharamond | 25/03/2020

@Pharamond : Tactique efficace mais qui n'exige aucune aptitude intellectuelle ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 25/03/2020

C'en est peut-être même la raison.

Otto Carius dans ses mémoires estimait bien plus le combattant russe que l'américain que son impressionnante supériorité en matériel ne rendait pas très courageux.

Écrit par : Pharamond | 25/03/2020

Seraient-ils obligés d'utiliser des épées que les ricains les prendraient les plus longues possibles pour éviter d'y aller au corps à corps, à la romaine.
Ach, Ztalingrat, grand souvenir
https://www.youtube.com/watch?v=R165CydyEjM
(Je crois me souvenir qu'on avait l'occasion de descendre le commissaire politique)

[Musicalmar "passage des ténèbres à la lumière"]
Foutriquet 2.0 !
https://www.youtube.com/watch?v=vL1iSCgZWnM

Écrit par : Blumroch | 25/03/2020

[Musicalmar sous le signe de la déception]
A en juger par les premières phrases des derniers éditos de Coignard (impossible de les lire car ils sont tous derrière un "paywall") et les quelques commentaires que Le Point laisse visibles, Coignard a manifestement oublié avoir écrit *Les bonnes fréquentations* et *L'oligarchie des incapables*. Sa présence occasionnelle à la télévision n'était déjà pas bon signe. Elle *semble* avoir imité Besson trahissant ses premiers textes pour "écrire" des billets insignifiants dans des torchons comme *Elle* et... *Le Point* (tout se tient).
La gamelle doit être sacrément bonne, plus encore que nous ne pouvons le supposer.
J'attends une offre[1], moi ! Hé, système, combien pour me faire taire ? ;-)

[1] Petite, hein. Je n'ai aucune illusion sur mon pouvoir de nuisance, hélas. :-(

Écrit par : Blumroch | 25/03/2020

Blumroch > Tu as connu Stalingrad ? je te croyais plus jeune ;-)

Si ça pouvait être vrai. Bien sûr, un autre pantin le remplacerait, mais tout de même comment refuser ces petits plaisirs.

Tu as dit toi-même que le pouvoir est une mafia et la "proposition" de la mafia avec les gêneurs c'est : "l'or ou le plomb ?"
En notre démocratie agonisante cela se traduit par une version édulcorée : "une place bien rémunérée ou la mort sociale ?"
Sans rire, tu pourrais avoir ta place, mais il vaut se faire voir selon l'adage non dit des Youtubeurs "Je m'agite, je me montre, il en restera toujours quelque chose."

Écrit par : Pharamond | 25/03/2020

@Pharamond : Tu n'as pas idée de mon cv vidéoludique. ;-)

Si son successeur est choisi par le système, ce sera évidemment "de plus en plus pire". Faut donc en sortir sous peine de mourir dans la honte.

Hey, I *was* joking ! Déjà que je n'ai pas pu faire semblant d'être incompétent, improductif, servile, con et vivial dans les canards que j'ai connus.
Le pouvoir ne se partage pas, l'intégrité non plus -- insociabile regnum, insociabilis virtus. Je ne sais quel corrupteur disait que le bon prix pour acheter une conscience, ce n'était ni trop haut ni trop bas, juste ce qu'il appelait poétiquement "le prix du rêve". Bonne raison pour laquelle on ne doit même pas engager la négociation, ce mot de commerçant et de corrompu. Le léopard doit mourir avec ses taches intactes.

Écrit par : Blumroch | 25/03/2020

Blumroch > Une petite idée tout de même.

Selon la malédiction de la Vme...

Je me doutais bien que tu plaisantais, j'ose croire te connaitre un peu ;-)

Écrit par : Pharamond | 25/03/2020

Écrire un commentaire