Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2018

Conversation

À la station trois adolescentes discutent en attendant le tram. Je comprends qu'elles racontent la façon dont leurs parents leur ont annoncé leur divorce. « Moi, ils me l'ont annoncé à table, j'en croyais pas mes oreilles... », « Moi, c'est mon père qui est venu me le dire pendant que je faisais mes devoirs, il est entré et j'ai vu de suite qu'il y avait quelque chose... », « Moi, c'est... » Et puis peu importe ; triste époque.

Commentaires

Ha zut, j'aurais bien voulu que mon com parte mais il a été bouffé par la fausse manœuvre
Tant pis

Écrit par : Kobus van cleef | 23/03/2018

@Pharamond : Pauvres et tristes gamines, programmées par l'ordre social du nouvel euroreich, encore ignorantes du vocabulaire adéquat : "parent.e 1" et "parent.e 2" (ou "parent[e]{1|2}[s]" en cette notation 2.0 qui tarde à prendre malgré son caractère éminemment rationnel). Sur ce sujet, judicieuses remarques de Richard Millet :

http://richardmillet.wixsite.com/siteofficiel/single-post/2018/03/22/Papa-et-Maman-sont-morts

@Kobus van cleef : Ah non, pas "tant pis" ! "Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage" (et non, comme le disait je ne sais plus quel facétieux, "Vingt fois sur l'aimée tuée remettez votre outrage"). Au moins deux fois, quand le commentaire disparaît ! Pharamond et ses visiteurs (dont moi) seraient, j'en suis certain, heureux de lire autre chose que les commentaires de Blumroch le Bavard. ;-) Astuce utile : rédiger avec le Notepad (qui permet de sauver le texte) puis le copier/coller vers le site.
Et bravo pour Louis XVII !

Écrit par : Blumroch | 23/03/2018

Pour Louis ixe vé bâton bâton ?
Laissez, laissez, ce n'était que peu de chose , ça m'a fait rigoler ( ou goléri comme on dit chez les djeunzs)
J'avais élaboré une zoziologie des enfants de divorcés, en fonction de l'âge, de la région d'origine et du milieu zoziokulturel
On aurait pu intituler ça "rétrospectiv review of children from separate families, personal contribution from France since 1960"
Je doute cependant qu'on puisse en vendre des masses
Regardez, les ouvrages nettement plus scientifiks de ma femme lui ont pas rapporté un seul euro ( si, son agreg' , donc des tas d'emmerdes , bref)
Et donc, ça s'est perdu dans mon téléphone protable
Impossible de le rescuciter

Écrit par : Kobus van cleef | 23/03/2018

Blumroch > Le pire est qu'elles racontaient cela sans s’apitoyer tout en regrettant que cela ait eu lieu comme si c'était un passage pénible mais obligé de la vie.

Kobus van cleef > Je ne crois pas qu'il y ait encore une sociologie du divorce de nos jours, il touche toutes les classes, bien que pas encore toutes les "ethnies".

Écrit par : Pharamond | 23/03/2018

J'arrive un peu après la bataille mais il y a bien une sociologie du divorce. Il a été clairement identifié que plus on était riche, moins on avait tendance à divorcer. Certaines professions divorcent moins que d'autres : les avocats par exemple.

Écrit par : Artémise | 28/03/2018

C'est évident, ils en connaissent le coût
Financier, bien sûr !
Pour le coût humain.....ma foi....

Écrit par : Kobus van cleef | 28/03/2018

Bien évidemment.
Par ailleurs il y a la question des contrats de mariage (très fréquents pour des tas de raisons) chez les époux dont au moins un exerce une profession juridique. Contrat qui apparemment aurait une fonction régulatrice.

Écrit par : Artémise | 28/03/2018

Pas toujours
J'ai l'exemple familial d'un jeune couple de profession juridique qui s'est marié sans contrat
On a tenté de les raisonner mais vous savez comment sont les jeunes....

Écrit par : Kobus van cleef | 28/03/2018

Artémise > Le choix des partenaires fiables est peut-être plus élevés dans les classes aisées et les considérations financières qui forment bien des couples en défont au moins autant dans les couches moins favorisées.

Écrit par : Pharamond | 28/03/2018

D'une façon générale, dans mon souvenir, on se met en couple plus tard, plus on est riche. On se marie davantage et on divorce moins.
Evidemment la question de la capacité à choisir avec lucidité (et donc intelligence) son partenaire se pose, et la question des études et de la réussite à l'école est un indicateur.

Écrit par : Artémise | 29/03/2018

Sujet complexe dans lequel de nombreux facteurs entrent en jeux et qui mériterait une étude sans parti pris.

Écrit par : Pharamond | 29/03/2018

Écrire un commentaire