statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/12/2022

Musique (634 bis)

Trois morceaux musicaux proposés par realist :

Frank Zappa

Andy

Frank Zappa

Tears began to fall

Captain Beefheart

Tropical hot dog night

 

Et trois autres proposés par Blumroch :

The Limiñanas

Salvation

Rom Di Prisco

Romulus 3

Jeff Dyck & Saki Kaskas

Headless horse

Commentaires

@Pharamond : Damn, j'aurions point pensé que tu allais reprendre les deux musiques de Need for Speed II. ;-) Elles valent toutefois bien ce Zappa apparemment moins mauvais quand il distillait un léger venin dans des interviews que lorsqu'il prétendait... hem... composer. Je dois avoir cité jadis quelques réflexions de bon sens, dont il était l'auteur[1] (y'en a aussi de sottes).
On continue dans les guilty pleasures d'un lointain passé :
https://www.youtube.com/watch?v=s6VaeFCxta8
https://www.youtube.com/watch?v=a8j3pDrLTZg
https://www.youtube.com/watch?v=p3r5N-Rmcwk
Même la pop commerciale était mieux, *avant*.

[1] https://en.wikiquote.org/wiki/Frank_Zappa

Écrit par : Blumroch | 02/12/2022

Blumroch > J'en avais assez de mettre seulement des morceaux que je choisissais. Un peu de "diversité" ne fait pas de mal. J'avoue n'avoir jamais apprécié Zappa, mais tant pis, realist a bien voulu répondre et c'est déjà bien.

Ah, la nostalgie ;-)

Écrit par : Pharamond | 03/12/2022

@Pharamond : Tes visiteurs silencieux, gagnés à l'économie marchande, voudraient peut-être de l'argent en échange de commentaires. ;-)

Écrit par : Blumroch | 03/12/2022

@Pharamond : Incidemment, DRALN est toujours aussi plaisant *et* déprimant à consulter. ;-) Dans l'inventaire de l'Occident en voie d'effacement, le "Cavalier allemand dans la neige pendant la Première guerre mondiale" semble sorti d'un récit de Raspail.
Faudrait quand même pas oublier la pineupe populiste !

Écrit par : Blumroch | 03/12/2022

Blumroch > Quelle horreur !

Mon humeur du moment me l'avait presque fait oublier.

Écrit par : Pharamond | 03/12/2022

Intéressant article mentionné dans un commentaire d'un certain Overdose chez Nobody Nowhere :
https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2003-1-page-145.htm
Tous les inconvénients du système disparaissent malheureusement avec le traitement automatisé aujourd'hui si facile à mettre en oeuvre et à imposer à une population de krons complices.
Ted K. was even righter than he thought. Nous attendrons hélas longtemps la révolte des "Simpletons".

Écrit par : Blumroch | 03/12/2022

Il n'y a jamais eu et il n'y aura jamais de "révolte des simpletons" il est donc inutile de l'attendre.
La courbe de Gauss est IMPLACABLE.
Pour illustration, un très beau spécimen:
http://www.jegoun.com/2022/11/reintegrer-ou-desintegrer.html?showComment=1669646818044#c4958321485221113978

Écrit par : realist | 03/12/2022

Un peu de Nina Simone :
https://www.youtube.com/watch?v=eYSbUOoq4Vg
Un peu de Dido :
https://www.youtube.com/watch?v=OFtNChII78k
Un peu de Beach Boys :
https://www.youtube.com/watch?v=MWJXTdCVsKI
Pour du classique dans le ton de l'époque, on prendra au hasard un Dies Irae suivi d'un Requiem.

Écrit par : Blumroch | 05/12/2022

Ce n'est plus Aldo Sterone mais Aldo Bonnal :
https://www.youtube.com/watch?v=Q3RvCX53Q_Q
Blague à part, c'est une évidence : le plus petit compromis mène inévitablement à la plus grande humiliation. Dans le même registre, tous les textes consacrés au noble art de l'interrogatoire, même sans violence, le disent : l'important, c'est d'obtenir une première réponse, même à une question anodine, parce que toutes les autres suivront.
On ne dîne pas avec le diable même avec une longue cuillère ; on refuse son invitation en prétextant une obligation ultérieure (inspiré d'un mot de Wilde), ou on garde le silence, ou on s'enfuit par tous les moyens.
La grande expérience d'ingénierie sociale planétaire l'a démontré une fois pour toutes : Milgram était encore trop optimiste, et nous verrons le triomphe des crétins, savoir les tarécolos et autres schwabocovidistes. Suffit de voir les récentes folles décisions à Oxford, avec comme partout l'assentiment d'une population de krons n'ayant toujours pas compris que le servage venait d'être rétabli, au profit d'une minorité de déments. Les krons ont, dès le début, accepté l'inacceptable, et ils continueront jusqu'à leur propre mort. "Krever pour Kiev et pour le climat", quel beau slogan !
Les Voynet, Hollande, Jadot, Hulot, Bruno le Rigolo, Breton, Ursula et tous leurs complices traîtres peuvent toujours se promener dans les rues sans rien redouter, et on peut avancer que leurs milichiens ne sont même plus nécessaires. L'obéissance est la vertu du monde la mieux partagée, malheureusement. Tout est dit.
La Boétie et Spooner ont écrit en vain, tués encore à chaque nouvel abaissement volontaire des krons qui nous entourent et qui, plus que majoritaires, nous entraînent dans l'abîme avec eux.
2023 sera l'année de la moisson qui verra les krons fauchés à tous les sens du terme.

Écrit par : Blumroch | 06/12/2022

J'avions point jeté un oeil à Agoravox depuis fort longtemps. J'y ai trouvé cette occasion de sourire :
https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/que-la-honte-submerge-les-245340
Interrogation au passage : outre sa fonction d'espionnage, le compteur Linky n'était-il pas censé permettre de couper à distance le courant chez un particulier en évitant, dans les territoires occupés, de risquer la précieuse vie d'un agent ?
La scène aurait pourtant été baroque : les méchants, aux opinions déterminées grâce à l'analyse de leurs courriers et interventions, privés de courant, pendant que leurs voisins bons citoyens obéissants -- macronistes ou méchanconistes -- disposeraient toujours de l'électricité indispensable à la vie moderne. Les moutons noirs comprendraient alors, par l'exemple, l'absolue nécessité non seulement d'obéir à tous les ordres, y compris les plus absurdes et les plus dégradants, mais encore de croire tous les mensonges successifs du tyran en oubliant ses déclarations antérieures.
On manque encore d'audace, dans l'euromacronistan.

Écrit par : Blumroch | 07/12/2022

Les objets de haine, de mépris et de dégoût ne se limitent pas à foutriquet 2.0 et à sa clique. Les maudits, imbéciles et pénibles "captchas" en sont aussi. "Die, captcha, die !" :
https://www.youtube.com/watch?v=WqnXp6Saa8Y

Écrit par : Blumroch | 07/12/2022

Blumroch > L'expérience de Milgram, mais aussi celle d'Ash car le quidam se soumet à l'autorité et se conforme au groupe à des pourcentages variables.

Amusant la vidéo sur les captcha.

Écrit par : Pharamond | 07/12/2022

@Pharamond : J'allions pas tous les mentionner alors que je les ai déjà cités, les Milgram, Ash, Zimbardo et autres. Au reste, tout est dans Le Bon.

L'oxymorique site "Résistance républicaine" a décidé de rivaliser avec fdesouche dans l'exposé des horreurs de la nouvelle société à l'occasion des prochaines coupures, temporaires ou non, de l'électricité -- remercions toutes les tarécolos verts, comme oublient de le faire, apparemment, tou[te]s les journalopes du courant (!) principal :
https://resistancerepublicaine.com/2022/12/08/coupures-de-courant-propices-aux-agressions-preparez-vous-les-francais/
J'évoquais, ce dimanche, le sujet avec des voisins, à peu près en ces termes : on m'a évidemment accusé d'être... complotiste.
Certains vont découvrir une situation divertissante : être désarmé dans un FPS, et ne pas avoir la possibilité de recharger la partie post mortem.

Écrit par : Blumroch | 08/12/2022

edit/fix "tout[te]s les taré[e]colos". La pratique de l'orthographe 2.0 n'est vraiment pas naturelle.

Écrit par : Blumroch | 08/12/2022

Excellent billet du Paysan savoyard, pour les ceusses qui n'ont pas encore cliqué sur le lien dans la colonne de gauche :
https://leblogdepaysansavoyard.wordpress.com/2022/12/08/les-gouvernements-ne-sont-ni-impuissants-ni-depasses-le-grand-remplacement-est-un-projet/
Sa conclusion évoque, avec trop d'indulgence, la sottise. J'irais, plus simplement, dire : la kronnerie. Dans un cas comme dans l'autre, c'est malheureusement sans remède.

Écrit par : Blumroch | 08/12/2022

J'ai déjà plusieurs fois renoncé à signaler des textes me semblant dignes d'intérêt ; me faut quand même infliger, pour deux ou trois éventuels lecteurs -- yep, I *am* an optimist indeed -- et pour la dernière fois, ces extraits du "Looking Back on the Spanish War" écrit par Orwell en 1942, dont on retrouvera aisément, si on en a le souci, le texte intégral dans les archives Orwell accessibles en ligne.
J'ai résisté à la fugitive tentation de maspériser. Le remplacement d'un mot par un autre est souvent instructif, qui permet de n'éprouver pas une excessive irritation à lire les propos, parfois intemporels, d'un homme intelligent mais de gauche, ou de gauche mais intelligent.

// Chez eux comme chez nous, les moins malhonnêtes s'accorderont sur cette déclaration commune : "Oui, les deux camps commettent des atrocités, mais celles d'en face sont pires et plus nombreuses". ;-)

I have little direct evidence about the atrocities in the Spanish Civil War. I know that some were committed by the Republicans, and far more (they are still continuing) by the Fascists. But what impressed me then, and has impressed me ever since, is that atrocities are believed in or disbelieved in solely on grounds of political predilection. Everyone believes in the atrocities of the enemy and disbelieves in those of his own side, without ever bothering to examine the evidence.

// La première victime de tout conflit, avant même qu'il ne soit déclaré, c'est toujours -- on le sait -- la vérité. Un témoignage de plus...

I remember saying once to Arthur Koestler, "History stopped in 1936", at which he nodded in immediate understanding. We were both thinking of totalitarianism in general, but more particularly of the Spanish Civil War. Early in life I had noticed that no event is ever correctly reported in a newspaper, but in Spain, for the first time, I saw newspaper reports which did not bear any relation to the facts, not even the relationship which is implied in an ordinary lie. I saw great battles reported where there had been no fighting, and complete silence where hundreds of men had been killed. I saw troops who had fought bravely denounced as cowards and traitors, and others who had never seen a shot fired hailed as the heroes of imaginary victories, and I saw newspapers in London retailing these lies and eager intellectuals building emotional superstructures over events that had never happened. I saw, in fact, history being written not in terms of what happened but of what ought to have happened according to various "party lines".

// Le contrôle de la réalité -- passée, présente, future -- n'exige qu'un bon fusil, une bonne gomme et une majorité de krons obéissants. Est vrai ce qui, au jour J, à l'heure H, à la minute M, à la seconde S, convient aux maîtres -- principe de Berkeley, révisé. L'histoire est à manipuler avec précaution.

This kind of thing [le mépris du réel et la force du mensonge universel] is frightening to me, because it often gives me the feeling that the very concept of objective truth is fading out of the world. After all, the chances are that those lies, or at any rate similar lies, will pass into history. How will the history of the Spanish war be written ? If Franco remains in power his nominees will write the history books, and (to stick to my chosen point) that Russian army which never existed will become historical fact, and schoolchildren will learn about it generations hence. But suppose Fascism is finally defeated and some kind of democratic government restored in Spain in the fairly near future ; even then, how is the history of the war to be written ? What kind of records will Franco have left behind him ? Suppose even that the records kept on the Government side are recoverable -– even so, how is a true history of the war to be written ? For, as I have pointed out already, the Government also dealt extensively in lies. From the anti-Fascist angle one could write a broadly truthful history of the war, but it would be a partisan history, unreliable on every minor point. Yet, after all, some kind of history will be written, and after those who actually remember the war are dead, it will be universally accepted. So for all practical purposes the lie will have become truth.

I know it is the fashion to say that most of recorded history is lies anyway. I am willing to believe that history is for the most part inaccurate and biased, but what is peculiar to our own age is the abandonment of the idea that history could be truthfully written. In the past people deliberately lied, or they unconsciously coloured what they wrote, or they struggled after the truth, well knowing that they must make many mistakes ; but in each case they believed that "the facts" existed and were more or less discoverable. And in practice there was always a considerable body of fact which would have been agreed to by almost everyone. If you look up the history of the last war in, for instance, the *Encyclopaedia Britannica*, you will find that a respectable amount of the material is drawn from German sources. A British and a German historian would disagree deeply on many things, even on fundamentals, but there would still be that body of, as it were, neutral fact on which neither would seriously challenge the other. It is just this common basis of agreement, with its implication that human beings are all one species of animal, that totalitarianism destroys. Nazi theory indeed specifically denies that such a thing as "the truth" exists. There is, for instance, no such thing as "science". There is only "German science", "Jewish science" etc. The implied objective of this line of thought is a nightmare world in which the Leader, or some ruling clique, controls not only the future but the past. If the Leader says of such and such an event, "It never happened" -- well, it never happened. If he says that two and two are five -- well, two and two are five. This prospect frightens me much more than bombs -- and after our experiences of the last few years that is not a frivolous statement.

// Tout est possible, *tout* -- mais seulement dans le domaine des horreurs. D'ailleurs -- c'est sans rapport aucun, mais faut le redire à chaque occasion, quel que soit le sujet --, depuis 100000 ans *au moins*, la France a été un guichet de CAF, et les méchants Français de simples pagures ayant volé aux gentils Autres leurs réalisations dans les lettres, les arts et les sciences. (Bienpensance et rappel hors de propos : normalement, c'est bon pour la censure.)

But is it perhaps childish or morbid to terrify oneself with visions of a totalitarian future ? Before writing off the totalitarian world as a nightmare that can't come true, just remember that in 1925 the world of today would have seemed a nightmare that couldn't come true. Against that shifting phantasmagoric world in which black may be white tomorrow and yesterday's weather can be changed by decree, there are in reality only two safeguards. One is that however much you deny the truth, the truth goes on existing, as it were, behind your back, and you consequently can't violate it in ways that impair military efficiency. The other is that so long as some parts of the earth remain unconquered, the liberal tradition can be kept alive. Let Fascism, or possibly even a combination of several Fascisms, conquer the whole world, and those two conditions no longer exist. We in England underrate the danger of this kind of thing, because our traditions and our past security have given us a sentimental belief that it all comes right in the end and the thing you most fear never really happens. Nourished for hundreds of years on a literature in which Right invariably triumphs in the last chapter, we believe half-instinctively that evil always defeats itself in the long run. Pacifism, for instance, is founded largely on this belief. Don't resist evil, and it will somehow destroy itself. But why should it ? What evidence is there that it does ? And what instance is there of a modern industrialized state collapsing unless conquered from the outside by military force ?

// L'esclave n'a pas laissé de nom propre dans l'histoire. So what ? Le salarié non plus !

When I think of antiquity, the detail that frightens me is that those hundreds of millions of slaves on whose backs civilization rested generation after generation have left behind them no record whatever. We do not even know their names. In the whole of Greek and Roman history, how many slaves' names are known to you ? I can think of two, or possibly three. One is Spartacus and the other is Epictetus. Also, in the Roman room at the British Museum there is a glass jar with the maker's name inscribed on the bottom, "Felix fecit". I have a vivid mental picture of poor Felix (a Gaul with red hair and a metal collar round his neck), but in fact he may not have been a slave ; so there are only two slaves whose names I definitely know, and probably few people can remember more. The rest have gone down into utter silence.

// L'incompétence n'exclut pas la malveillance, la malveillance n'exclut pas l'incompétence. Les deux, appuyées par l'or et le nombre, l'emporteront toujours.

[...] Whether the British ruling class are wicked or merely stupid is one of the most difficult questions of our time, and at certain moments a very important question.

// Réflexions *datées*. NATO, anyone ?

[...] I believe that in the future we shall come to feel that Stalin's foreign policy, instead of being so diabolically clever as it is claimed to be, has been merely opportunistic and stupid. But at any rate, the Spanish Civil War demonstrated that the Nazis knew what they were doing and their opponents did not. The war was fought at a low technical level and its major strategy was very simple. That side which had arms would win. The Nazis and the Italians gave arms to their Spanish Fascist friends, and the western democracies and the Russians didn't give arms to those who should have been their friends.

// En tout cas, c'est meilleur pour le moral. "All that matters is that today..." ;-)

[...] I believe that it is better even from the point of view of survival to fight and be conquered than to surrender without fighting.

// C'est bien d'un [ancien] marxiste que de tout résumer à l'emprise et à l'empire de la marchandise...

When one thinks of all the people who support or have supported Fascism, one stands amazed at their diversity. What a crew ! Think of a programme which at any rate for a while could bring Hitler, Pétain, Montagu Norman, Pavelitch, William Randolph Hearst, Streicher, Buchman, Ezra Pound, Juan March, Cocteau, Thyssen, Father Coughlin, the Mufti of Jerusalem, Arnold Lunn, Antonescu, Spengler, Beverley Nichols, Lady Houston, Iounèmyt and Marinetti all into the same boat ! But the clue is really very simple. They are all people with something to lose, or people who long for a hierarchical society and dread the prospect of a world of free and equal human beings.

// Les tarécolos et leurs maîtres ne sont pas d'accord parce ce qui compte, c'est le pouvoir exercé sur autrui, et rien d'autre.

[...] All that the working man demands is what these others would consider the indispensable minimum without which human life cannot be lived at all. Enough to eat, freedom from the haunting terror of unemployment, the knowledge that your children will get a fair chance, a bath once a day, clean linen reasonably often, a roof that doesn't leak, and short enough working hours to leave you with a little energy when the day is done.

// Le bon sens élémentaire serait donc matérialiste. Bergier rappellera que la vie spirituelle n'existe pas à moins de 300 calories par jour (j'ai oublié le nombre exact).

[...] How right the working classes are in their "materialism" ! How right they are to realize that the belly comes before the soul, not in the scale of values but in point of time ! Understand that, and the long horror that we are enduring becomes at least intelligible.

Écrit par : Blumroch | 09/12/2022

Modeste poème irrégulier :
Sandrine aujourd'hui n'a pas dit de kronnerie ;
Ni foutriquet 2.0 commis une nouvelle saloperie.
Au soir, l'un et l'autre de résumer la journée ainsi :
Diem perdidi.

Écrit par : Blumroch | 09/12/2022

@Pharamond : Tu as oublié la rubrique Musique, Kamerad. ;-)

Écrit par : Blumroch | 11/12/2022

Dalrymple, toujours lumineux :
https://www.takimag.com/article/the-woke-chokehold/

"Increasingly, there is a tendency for the guardians of cultural treasures to hate what they are supposed to preserve. Many librarians, for example, loathe books and can’t wait to replace them with nice, clean computer terminals. When they can’t destroy them altogether, they love to disfigure them."

Mandosio avait lui aussi noté, voici des décennies, la haine qu'éprouvent les krons pour les livres. Le remplacement des bibliothèques par des médiathèques menait inévitablement aux ludothèques de Merdiatech, destinées aux ceusses n'ayant pas les moyens d'entretenir netflix (ou nextflic ?).

"We were appalled (rightly) when the Taliban blew up the statues of Buddha in Bamiyan and ISIS destroyed Palmyra, but we have our own Taliban, the woke, eager to experience the joys of destruction in the name of absolute good—as defined by themselves."

De fait, on ne voit jamais les crétins gauchistes expliquer, encore moins justifier, les raisons, manifestement théologiques, pour lesquelles ils seraient dans ces Vrai, Beau et Bien... qu'ils estiment constructions sociales fictives. C'est bien joli, de décréter illégitimes et sans existence les attirances normales, la beauté, le bon sens, la logique, les faits, les mathématiques, la physique, la réalité et la vérité. Autant de constructions sociales fictives, donc ? Mais qu'est d'autre la foi primaire des [autocensuré] et des tarécolos se prenant pour autant d'éveillés, sinon une construction sociale fictive ?
Les croyances qui ne peuvent s'imposer que par la force du bâton ne se combattent pas avec des raisonnements. Si par malheur certaine réflexion de Pascal ne revenait à l'esprit, on irait bien avancer que l'ultima *ratio*, c'est le recours à l'énergie, c'est-à-dire à la force.

Écrit par : Blumroch | 12/12/2022

Comme le remarquait récemment l'excellent Aldo :
//
La corrida, la chasse... Tu as tout de suite plein de volontaires pour dire que c'est mal et défendre le bien-être animal.
Kasher, Hallal... Tu n'as plus que Brigitte Bardot qui parle.
//
Tout est "de plus en plus pire" (bonne traduction de "curiouser and curiouser" par Henri Parisot) :
https://www.youtube.com/watch?v=vii3q_0RaWo
Les ordures, pires que les krons, ça ose *tout*, dans l'impunité garantie aux seuls destructeurs, locaux ou importés.
Quousque tandem...
Et saloperie après saloperie, tous ces gens-là peuvent encore se promener sans escorte armée...
Ah, vivement le fric numérique obligatoire avec date d'expiration, on va bien rire ! (J'aimerais bien retrouver les amis, connaissances et collègues à qui je l'avais annoncé, voici trois décennies et qui tous m'avaient jugé excessif voire paranoïaque, alors que cela découlait simplement des possibilités de l'outil informatique.)
Monde de...

Écrit par : Blumroch | 12/12/2022

Blumroch > Celle de Zimbardo est controversée, tout a été fait pour prouver ce que l'on voulait prouver. C'est le problème avec ce genre d'expérience son créateur a toujours une idée en tête et il lui est difficile de rester honnête si l'expérience n'est pas assez probante.

A-t-on le droit de relativiser le relativisme ?

Écrit par : Pharamond | 12/12/2022

@Pharamond : Avec un peu d'habileté élémentaire, *tout* est sujet à controverse. J'ai jadis écrit deux versions d'un banc d'essai : la première incitait n'importe quel bon lecteur à acheter le produit testé, quand la seconde était, elle, dissuasive pour le *même* bon lecteur. Les deux textes étaient parfaitement inattaquables d'être appuyés sur des faits.

Faut croire que non, raison pour laquelle les conversations du futur se feront avec des matraques et seront réglées par le seul nombre. On sait déjà qui va gagner.

Ton silence me confirme que je ne suis pas poète guilleret. :-( Le silence sur Orwell est plus étonnant.

Écrit par : Blumroch | 12/12/2022

Blumroch > Orwell a rarement tort, même s'il faut faire quelques ajustements dus à l'époque et à son engagement politique.

Écrit par : Pharamond | 12/12/2022

Ces deux articles *légèrement* contradictoires :
https://www.eutimes.net/2022/12/wef-wants-to-slaughter-millions-of-pet-cats-and-dogs-to-fight-climate-change/
et
https://www.snopes.com/fact-check/pet-murder-wef/
confirment l'inutilité de se plonger dans le flot des micro-événements successifs ; l'obligation de se méfier de tout et de tout le monde ; et surtout la certitude qu'aujourd'hui, *toutes* les saloperies imaginables pourraient se concrétiser aisément.
Chantage et commerce : "Nous allons tuer vos chats et chiens au nom de Gaia, *sauf* si vous achetez nos croquettes faites d'insectes."
J'ai récemment vu (peut-être chez RL ?) un commentaire amusant formulé par un anonyme énervé ayant trouvé une solution ingénieuse et originale pour faire disparaître rapidement les tarécolos (schwabiens ou non) : faire croire aux Asiatiques que la poudre faite à base de tarécolos est aphrodisiaque. Ce n'est pas conforme à la doxa armée au pouvoir, et c'est peut-être même une suggestion waciste, mais cela fera un bon sujet de nouvelle à la Buzatti.

Écrit par : Blumroch | 14/12/2022

Blumroch > Et les rats, qu'est-ce qu'on en fait des rats ?

Écrit par : Pharamond | 14/12/2022

@Pharamond : Rats bipèdes ou rats quadrupèdes ?

Écrit par : Blumroch | 14/12/2022

Blumroch > [Censuré] !!

Écrit par : Pharamond | 14/12/2022

Bien dit ! ;-)
Cela aussi devrait être censuré :
https://www.youtube.com/shorts/XCuDOlYwOfc
Si La Mite tient maintenant compte, comme tant d'autres, des faibles capacités d'attention des krons (les adeptes du TL;DR notamment) avec ce format ultra-bref... :-(

Écrit par : Blumroch | 14/12/2022

*Dumb and dumber*, ce devait être le titre d'un film, ce me semble :
https://www.youtube.com/watch?v=faDlsX98hZw
Dire que le remède serait simple : interner quiconque voudrait exercer un pouvoir sur autrui ; abattre quiconque prétendrait ne pas le vouloir tout en travaillant secrètement à l'obtenir...

Écrit par : Blumroch | 14/12/2022

Blumroch > La performance du Système est de s'arranger à ce qu'on soit obligé d'élire un président pourtant haï, on appelle encore cela la démocratie.

L'anarchie ne mène à rien.

Écrit par : Pharamond | 14/12/2022

Écrire un commentaire