Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/10/2018

Petit théâtre ambulant (9)

Il y a contrôle dans le tram. Un peu plus loin dans la rame une femme basanée, peut-être Rom, n'a manifestement pas de titre de transport et ne semble pas vouloir donner son identité. Elle n'est pas agressive et parait plutôt tenter le registre geignard avec le contrôleur. Comme l'histoire s'éternise ses collègues qui ont terminé les vérifications dans leur secteur se rapprochent de la contrevenante, peut-être pour faire pression. En face de moi deux étudiants parlent de leurs cours, mais s’interrompent bientôt pour s'intéresser à l'incident. La fille finit par lâcher :

- C'est triste, les transports devraient être gratuits.

Son compagnon, pas très convaincu, mais ne voulant visiblement pas la contrarier botte en touche avec un :

- Oui, mais tu sais...

Leur débat sur le sujet s'arrête là et ils reprennent leur conversation de tout à l'heure. Et moi je descends à la station suivante.

Commentaires

Mon Dieu quelle conne!!!

Idiot yet educated je crois qu'on dit en Anglais

"free lunch? there is NO such thing"

Écrit par : Popeye | 04/10/2018

C'est symptomatique de notre époque, la bonne volonté ou l'incantation suffisent. Et peu importe le pourquoi, le comment ou les conséquences. Cela se vérifie à grande échelle, on se félicite de la fin de l'apartheid en Afrique du Sud sans se soucier des raisons qui ont fait que ce système a été créé et a perduré ni de l'état du pays actuellement. On a mis à bas les méchants racistes et le reste on s'en contrefiche.

Écrit par : Pharamond | 04/10/2018

Cohérente, la nouille aurait pu payer l'éventuelle amende puis offrir, avec ses propres deniers, un abonnement de transport annuel à la CPF. Mais en bonne gauchiste, elle n'est généreuse qu'avec l'argent des autres.
Ces gens m'inspirent une totale répulsion.
"There Ain't No Such Thing As A Free Lunch", TANSTAAFL, formule devenue populaire grâce à Robert Heinlein et Milton Friedman. En vieux français : "La note finit toujours par arriver" ou plus sobrement "Tout se paie un jour ou l'autre" (faux pour les pourritures, évidemment, qui finissent presque toujours leurs jours tranquilles en échappant à la juste vindicte de leurs victimes).

Écrit par : Blumroch | 04/10/2018

Je crois qu'elle devait penser que ce devait être à la ville ou à l'Etat de payer, ou une entité floue du genre. Chez les gauchistes c'est le "on" qui résout tout. Le pire c'est que je crois qu'elle était sincère, pas du genre à jouer la gentille pour faire bien, elle avait l'air vraiment attristée... même si elle a dû oublier l'incident une fois la tête tournée.

Écrit par : Pharamond | 04/10/2018

Cette nouille, à l'évidence bien conditionnée, oublie, comme au reste les politicards et autres parasites, que l'argent gratuit, c'est l'argent qui a été extorqué, sous la menace, aux populations, lesquelles devraient se renseigner sur le droit légitime à la révolte dès que les prédations deviennent confiscatoires et ne servent en rien l'intérêt prétendu général.
Pas demain la veille...

Écrit par : Blumroch | 04/10/2018

Là cela devient un peu trop compliqué pour les petites têtes estudiantines. D'après les bribes de conversations que j'entendais ils étaient dans le médical ou le paramédical, mais auraient-ils été à Sciences Po que cela n'aurait pas été forcément différent, ou peut-être quelques phrases supplémentaires, histoire de développer un peu avec des arguments progressistes.

Écrit par : Pharamond | 04/10/2018

Si mes lointains souvenirs sont exacts, Saint Thomas estimait à dix pour cent le seuil à partir duquel les fourches devenaient légitimes. En tout cas, loin des quelque cinquante pour cent d'aujourd'hui, qui sont plutôt une manière de tribut distribué à certains.

Écrit par : Blumroch | 04/10/2018

Les transports en commun gratuits est une idée qui fait son chemin.
Déjà, le prix du billet ne représente que 25 ou 30 % du coût réel, donc la collectivité (ils adorent ce mot les gauchistes) paye déjà 70 % du prix réel de votre billet, donc à la limite pourquoi pas 100 %
Ensuite, avec la volonté de faire disparaître les voitures du centre ville, surtout la vieille Clio diesel qui pue du prolo, certains estiment que cela pourrait inciter le prolo en question à prendre un bus bondé qui nécessiterait 3 correspondances et 01H15 de trajet au lieu de 20 minutes avec sa bagnole (et parfois, qui ne circule pas à l'heure où il se rend à son travail).
Cette mesure est expérimentée dans quelques agglomérations.

Donc, il est probable que la sivoupléé ait été invitée à descendre à la station suivante et ait pris la rame suivante.

Écrit par : Philippe Dubois | 05/10/2018

Saint Pognon tombant du ciel selon la doxa gauchiotte .. sauf qu' il s' agit de l' extorsion de fond du racket fiscal . Sédentaire productif versus nomade parasite ... on n' y échappe pas à moins d' être chasseur-cueilleur du néandertal , vivant au grand air dans la vraie nature impitoyable . Pôvre petite fille bisounoursée au petit cou de poulette qui finira hallal après passage par tous les trous ...

Ah que les fâcho sont méchants !

Écrit par : EQUALIZER | 05/10/2018

Blumroch > Saint Thomas était sévère, dites donc.

Philippe Dubois > 25 ou 30% sur le nombre d'usagers représentent tout de même une belle somme.
Quant à la femme en question il n'est pas improbable qu'elle ait suivi le cheminement que vous décrivez, en tout cas je doute qu'elle ait payé quoi que ce soit.

EQUALIZER > Vous êtes bien méchant avec la "pôvre petite fille", mais la réalité l'est ; ce qui m'amène à me demander si la réalité n'est pas fasciste.

Écrit par : Pharamond | 05/10/2018

@Phara ... à propos de l' Afrique du Sud , très bonnes vidéo d' ITV , sur le sujet (une chaîne à recommander)

https://www.youtube.com/watch?v=OuCWyMHLYu8

https://www.youtube.com/watch?v=unsY4nXPtiI

Écrit par : EQUALIZER | 05/10/2018

S'il fallait une preuve supplémentaire de l'utilité publique (ou telle qu'elle devrait être) de ce blog : je remercie bien bas Blumroch d'avoir rappelé à ma mémoire Robert Heinlein.
Du coup, je me retape son Histoire du Futur (rééditée en intégrale chez Memnos).

Écrit par : Arthourr | 05/10/2018

@Arthourr : You're welcome. ;-) Je constate quand même que vous n'étiez donc pas devant votre écran pour ce jeu des deux images :
http://guerrecivileetyaourtallege3.hautetfort.com/archive/2017/09/21/le-jeu-des-deux-images-285-5981998.html
En pénitence, vous (re)lirez *The Number of the Beast*... NOT ! (humour ricain -- enfin, ce qui en tient lieu chez beaucoup).
Pour ma part, avant l'imminent Grand Effondrement Chaotique Mauvais, dans la catégorie S.-F. & F., mon programme de relectures fait passer Fritz Leiber le Jeune, Abraham Merritt, Poul Anderson et E. E. "Doc" Smith *avant* R.A.H. ;-)

Écrit par : Blumroch | 05/10/2018

@Pharamond : C'est vrai que votre club devrait être déclaré d'utilité publique. ;-)

Écrit par : Blumroch | 05/10/2018

@ Equalizer:
Les nazis font des bêtises! Parodique mais ô combien prémonitoire des slogans de la génération sos baleines:
https://www.youtube.com/watch?v=KocrCYaF3To

Écrit par : Sven | 06/10/2018

Hors sujet.
Est-ce que vous voyez les commentaires chez Boizard?
Je sais qu'il y en a car il m'est arrivé d'en voir mais je ne les vois quasiment jamais, y compris ceux que j'ai un jour vu par hazard.

Écrit par : realist | 06/10/2018

Pharamond, je vous propose une version différente de votre anecdote, pour faire un peu dans la fiction d'anticipation (quoi ? "anticipation", non !? à peine !?)

"Il y a une altercation dans la rue. Une femme blanche, peut-être même française de souche, n'a manifestement pas peur de sortir seule pour provoquer son monde et ne semble pas vouloir répondre aux appels citoyens d'une bande de jeunes Français-comme-vous-et-moi. Elle marche droit, indifférente. Comme l'histoire s'éternise, les jeunes se rapprochent de cette femme, visiblement raciste, peut-être pour lui prouver qu'ils ne lui veulent que du bien. En face de moi deux étudiants (Blancs) parlent de leurs cours, mais s’interrompent bientôt pour s'intéresser à l'incident. La fille finit par lâcher :

- C'est triste, ces jeunes gens racisés devraient pouvoir vivre heureux et sans discrimination dans ce pays !

Son compagnon, pas très convaincu, mais ne voulant visiblement pas la contrarier botte en touche avec un :

- Oui, mais tu sais...

Leur débat sur le sujet s'arrête là et ils reprennent leur conversation de tout à l'heure. Et moi je rentre chez moi pour retrouver un peu de bon sens et des gens intelligents sur "guerre civile et yaourt allégé"."

Écrit par : Blaise Suarès | 06/10/2018

@Sven : Le bruit de "musique électronique" (?) n'est pas des plus heureux, qui empêche de bien saisir les paroles dont l'esprit semble assez dans le registre de *C'est quand même bien, les runes* de Blagodariov. ;-)
@Blaise Suarès : A mon sens, la fille préciserait aussi à son camarade que ces sympathiques et dynamiques jeunes gens devraient avoir, et de plein droit, un accès total et illimité à *toutes* les ressources qu'offre encore le Gau EuwoFwance. ;-)

Écrit par : Blumroch | 06/10/2018

@ Blumroch
Je vous ai trouvé le texte:

C'est une verité, les fachos sont des tarés. C'est absolument sur , les nazis sont des ordures (oui c'est normal, c'est à droite qu'est normal, c'est à droite qu'est le Mal), et nous savons bien combien ils sont malsains. Ca saute aux yeux, les fachos sont desastreux; c'est une chose admise: les nazis font des betises - et c'est authentique, ils ont fait sauter Copernic. C'est incontestable, les fachos sont détestables; oui c'est évident, les nazis sont des nervis (c'est véritable, les fachos sont exécrables, ils sèment la haine et d'autres phénomées).
C'est desolant: les nazis sont des violents! c'est une cérité les fachos sont des tarés...
C'est absolument sur, les nazis sont des raclures... Ils sont des gueules des cons et des cornes sur le front; ils ont des gros batons ed des couilles en peau de scorpion. Face au dépotoir de l'Ordre noir, contre les vielles lunes de la peste brune, faut qu'on remette à neuf les idées de 89 pour que sur terre on soit tous des frères.
C'est indiscutable, les fachos sont redoutables - heuresement il y a les flics et l'Union soviétique qui pratiquent les ideaux démocratiques, car c'est affreux les fachos sont dangereux, oui c'est effrayant, les nazis sont menacant!
Du haut des cheminées Six Millions de pères Noel vous commandent le respect, et avec le père Noel on ne plaisante pas plus qu'avec Saint-Nicolas (il n'y a que la foi qui sauve). Les fachos sont de betes fauves! C'est dramatique: les nazis sont despotiques. Mais c'est la Résistance qui a libéré la Fance (pareil pour la Belgique), 100% historique... Car c'en est trop, les fachos sont le fachos, oui c'est inoui, les nazis sont des nazis.

Écrit par : Sven | 06/10/2018

J'ai une petite anecdote plus ancienne, datant de 2002 si vous voyez ce que je veux dire. Soirée étudiante entre stagiaires et thésards. Dans le groupe un Suédois de Tunis, en thèse entre la France et un autre pays scandinave, dans une ville qui est un bordel que fréquentent aussi bien les vieilles en quête d'une seconde jeunesse que les homos attirés par les garçons de tous âges. Les hétéros aimant la jeunette un peu replète y trouvant aussi leur compte.
La soirée débute dans le contexte de mobilisation étudiante contre la hainnnnneeeeuuuuuuuu. Björn, appelons-le ainsi, se fait plaindre par les filles présentes. Quelques verres plus tard, Björn, échauffé par l'alcool et le sentiment d'empathie dont il jouit, commence à se laisser aller sur le wacisme des Français. Lui, le pauvre étudiant scandinave, a sa bourse réduite de moitie quand il est en Scandinavie alors que les expats ont leur salaire doublé. Si seulement, il avait sa bourse complète, il pourrait aller tous les soirs aux putes et pas seulement deux fois par semaine. Et le voici détaillant par le menu, ce qu'il aimait faire aux, dixit Björn, "Marochiennes". "Tu paies, tu peux tout leur faire". Stupeur dans l'assistance, mouvement de recul de la gent féminine qui ne se sentait plus de goûter de la merguez avariée.
Je ne suis pas sûr que la bête immonde ait gagné des voix ce soir là mais l'atmosphère est devenue beaucoup plus respirable pour les anarques.

Écrit par : Sven | 06/10/2018

@Sven : Merci ! C'est bien plus clair maintenant, surtout en attendant la sortie d'*Iron Sky 2* (à considérer la plus récente des bandes annonces, je m'attends au pire) : les nazis sont des nazis, les fachos sont des fachos, les fachos sont des nazis, les nazis sont des fachos, et 60 pour 100 de la population est d'extwême-dwouate dans la clandestinité. ;-)
Quant à l'anecdote, elle est... édifiante -- à cause de l'année palindromique, s'entend. ;-)

Écrit par : Blumroch | 06/10/2018

@ Blumroch : oui mais alors je suis perdu : c'est la réalité qui est censée dépasser la fiction, ou le contraire ?

Écrit par : Blaise Suarès | 06/10/2018

@Blaise Suarès : I'm clueless too. #CluelessToo. ;-) On pourrait esquiver la difficulté en reprenant un mot bien connu, qui convient à cette étrange situation où le réel n'existe plus : la réalité dépasse l'affliction.
(Me revient que Bergier qualifiait la S.F. française gauchiste de "science-affliction").
Ai l'idée que, ressuscités à notre grande époque, les meilleurs esprits des temps anciens seraient plongés dans l'épouvante et le silence -- sauf l'ignoble J.J.R. (encore n'est-ce pas *absolument* certain).
Presque tous les esprits morts et les personnages de romans semblent, sont plus *réels*, plus denses, plus intéressants que les zombies qu'on peut croiser dans les proportions prévues par Pareto -- même si 80/20, c'est peut-être encore bien optimiste : 90/10, voire 95/5, c'est déjà plus réaliste (la proportion la plus faible étant celle des malheureux *éveillés*).
Damn, minuit approche, je redeviens sinistre. ;-)

Écrit par : Blumroch | 06/10/2018

Blumroch, minuit vous donne l'acuité du rapace nocturne, à moins que ce ne soit donc l'affliction, ou disons la sinistre (on y revient) lucidité qu'on ne trouve que chez les vieux vampires - la lucidité, la blessure la plus proche de la lune ;-)

Les meilleurs esprits de jadis choisiraient sans doute une vie de silence ; de fait, s'il s'en trouve encore aujourd'hui, leur parole est vouée au silence, engloutie dans l'océan bruyant de l'imbécilité (notre Atlantide est là). Mais je crois savoir que certains esprits qui, ma foi, ne se débrouillent pas si mal, peuvent parfois se manifester sur des blogs polémolactiques ;-)

J'opte pour l'optimisme : 98/2 !
Oui, c'est ma conception de l'optimisme.

Écrit par : Blaise Suarès | 07/10/2018

@Blaise Suarès : *Contre René Char*, de François Crouzet, aux Belles Lettres : je suis *obligé* d'en recommander la lecture quand je crois reconnaître une évocation, *habile* et *fourbe*, de l'individu qui était l'idole de Paul Veyne, ordinairement un peu mieux inspiré. ;-)
Ce petit livre fait office d'ail, de pieu et de signe de croix contre le résistant vampire des lettres.
Ah, les vampires... Une digression rapide : dans un authentique navet intitulé *Dracula 2001* figure *une* réplique mémorable, rappelée dans cette vidéo sans autre intérêt (la séquence est à 11:36 et ne dure que quelques secondes) :

https://www.youtube.com/watch?v=eoKUFGMncFE

Je penchais pour 99/1 mais j'ai craint de passer pour excessivement méchant. ;-)

Vos compliments seront transmis au camarade Pharamond ("blog polémolactique", c'est une belle forgerie !) :

@Pharamond : Grâce au camarade Blaise Suarès, nous savons que vous êtes un vampire diurnambule et lettré ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 07/10/2018

Si le covoyageur de la jeunette invoquant la gratuité des transports publics n'a dit que "oui mais tu sais....." , ça ne peut signifier que deux choses
1) il baise déjà avec elle, c'est un bon coup ou il a la flemme de s'en chercher une autre ( que ceux qui n'ont jamais rompu avec une emmerdeuse me jettent le premier gravier)
2) il ambitionne de lui grimper dessus

Il faudrait que le taulier nous livre ses impressions sur la luronne

Écrit par : Kobus van cleef | 07/10/2018

*Kobus van cleef*, alias *réaliste*. ;-)
(Que realist me pardonne la facétie !)
Faute d'avoir vu la tête des protagonistes, on pourrait aussi imaginer que le jeune homme est un identitaire clandestin, lassé de parler dans le vide. Le "Oui, mais tu sais..." *serait* l'amorce d'une série d'arguments irréfutables et inutiles, qui tous seraient évidemment jugés fascistes par la nouille. Le jeune homme, instruit par l'expérience, renoncerait alors, sachant l'effet probable et même certain de son discours de bon sens sur une andouille ordinaire. On ne saurait éveiller les imbéciles.
Les deux hypothèses de Kobus van cleef resteraient évidemment envisageables, en plus de celle énoncée *supra*.

Écrit par : Blumroch | 07/10/2018

Ha tiens, oui, j'avais pas pris cette hypothèse en compte
Ceci dit, un identitaire infiltré, ça reste rare, très rare
En général, ils sont ciblés, démasqués
Un exemple entre mille, qui m'est cher,car il m'est personnel
Ma kopine de l'époque, socialiste, fille de socialiste et d'universitaire ( sciences molles bien sûr) et de faux maçon, m'a lancé un jour dans le feu de la discutance "donc tu penses que les européens ont raison d'avoir colonisé les autres continents ?"
" Mais non, c'est plus compliqué que ça...''
Il m'a fallu ramer pour la ramener à de meilleures dispositions à mon endroit
Mais bref
Comme bien souvent dans les affaires de cœur juvéniles, c'était une histoire d'épiderme
Oui, vous l'avez remarqué, c'est triste de prendre des années ( mais pas des kilos, sainte chimio est là,ha ha ha !)

Écrit par : Kobus van cleef | 07/10/2018

@Kobus van cleef : "L’amour, tel qu’il existe dans la Société, n’est que l’échange de deux fantaisies et le contact de deux épidermes." -- à chaque situation, sa réflexion de Chamfort. ;-)

Écrit par : Blumroch | 07/10/2018

EQUALIZER > Merci pour ces très bonnes vidéos, effectivement. Je mettrai ITV dans le Pandémonium à la prochaine fournée.

Arthourr > "...l'utilité publique (ou telle qu'elle devrait être) de ce blog...", pour permettre la rencontre entre-eux de visiteurs de qualité ;-)
Merci

Blumroch > Merci, et voir la réponse au-dessus ;-)

realist > Je ne vois pas non plus.

Blaise Suarès > Merci :-)
Et sans doute verrai-je une situation similaire avant de rejoindre mes ancêtres.

Sven > Joli chansonnette.

Un malotru de compétition votre Björn

Kobus van cleef > La jeune fille était une petite brune au physique passe-partout, ni belle ni moche, avec le charme de sa vingtaine d'années et je ne me souviens plus des paroles exactes, peut-être légèrement différentes (l'anecdote date d'une dizaines de jours), mais ma mémoire en a retenu ce sens donc ce devait être une phrase du genre sinon celle-ci. Enfin j'avoue que j'ai pensé sur le moment à votre deuxième hypothèse. Le garçon avait l'air trop heureux de changer de sujet histoire afin de ne pas raconter de fadaises pour complaire à la fille. Votre second commentaire confirme ce à quoi il a voulu et réussi à échapper. La fille a surtout donné l'impression d'avoir pensé tout haut sans souhaiter entrer dans une polémique ou attendre un acquiescement, et le garçon a dû le sentir avec soulagement.

Blumroch > Hum, votre hypothèse, et j'en suis désolé, ne me parait guère réaliste ;-)

Écrit par : Pharamond | 07/10/2018

@Pharamond : Je n'ai pas dit qu'elle était réaliste -- envisageable, tout au plus. ;-)
Pour ma part, n'aimant pas la devise cartésienne *larvatus prodeo*, j'ai toujours préféré avancer à visage découvert. C'est plus rapide. On a aussi, parfois, d'heureuses surprises. ;-)

Écrit par : Blumroch | 07/10/2018

@Pharamond : "Guère réaliste", elle aussi, l'hypothèse du vampire diurnambule patron du club polémolactique ? ;-)

Écrit par : Blumroch | 07/10/2018

Tout dépend du type de relation envisagé ;-)
Pour le "vampire diurnambule patron du club polémolactique" c'est joliment trouvé et suffisamment baroque pour me plaire quoique mon physique et mes mœurs sont très éloignés de ceux du comte Dracula.

Écrit par : Pharamond | 07/10/2018

@Phara... "la prochaine fournée" tss tss ! vous ne parlez-donc pas la novlangue ?

Écrit par : EQUALIZER | 08/10/2018

Je trouve que fournée pour aller au Pandémonium ça sonne bien.

Écrit par : Pharamond | 08/10/2018

@Pharamond

"Je ne vois pas non plus."

Peut être que quelq'un pourrrait demander à Boizard de faire quelque chose pour pallier à ça, les commentaires que j'ai vu étaient intéressants.
Quand à moi je n'ai pas trouvé son adresse email.

Écrit par : realist | 09/10/2018

Il n'a jamais commenté ici, je n'ai donc pas son adresse e-mail.

Écrit par : Pharamond | 09/10/2018

@ Blumroch : je n'ai jamais été "Pour René Char", mais j'apprécie le conseil de lecture (ça me met toujours en joie de voir des idoles attaquées au marteau, surtout quand ce sont des idoles de gauche).
L'évocation de sa célèbre citation était facile car c'est tout ce que j'ai retenu de lui, et aussi parce que Char fait partie de ces écrivains qu'il est de bon ton de citer sans même les avoir jamais lus (ce qui me fait m'interroger quant à mon éventuelle pédanterie... diable ! serais-je donc, sans m'en être aperçu, un de ces paons germanopratins ?).
Ceci dit, j'ai jadis fait l'effort d'essayer de le lire et... ai vite refermé le bouquin pour lui préférer mes lectures habituelles de l'époque (ça doit correspondre au moment où j'ai découvert les "non-A" de Van Vogt).
Du reste, aujourd'hui je suis moins laxiste : tout auteur plus ou moins en rapport avec le marxisme passe à la trappe fissa, ça me fait gagner du temps.

Pour la réplique de *Dracula 2001*, pas mal ! Mais remarquez que le vampire aurait très bien pu aussi être témoin de Jéhovah, ça marchait aussi, mais j'avoue que cette subtilité théologique aurait perdu le spectateur moyen et... arf... bon, heureusement que je ne suis pas dialoguiste pour films comiques...

Écrit par : Blaise Suarès | 09/10/2018

@Blaise Suarès : Je ne vous faisais certes pas cet affront ! J'ai vu dans la référence la marque d'un esprit taquin, car citer du Char *ici*, c'est *osé* : ordinairement, c'est ce qui fait office de brevet d'élégance chez nos énarques, sciencepipotards et autres journalopes (qui ne l'ont évidemment pas lu, mais qui recasent les petits manuels nécessaires à l'entrée de leurs petites écoles). Rien ne permet de vous imaginer atteint par cette lèpre. ;-)
Le petit bouquin de Crouzet est excellent -- c'était l'époque où Lemieux régnait sur la collection.
La réplique convenait à de nombreuses croyances sans perdre de sa *vis comica*.
-- Ah ah, cette croix n'a aucun pouvoir sur moi, je suis un vampire macroniste !
-- Tant pis. Lucifer t'aime quand même ! (là, le gentil récite un exorcisme façon *Supernatural* mais pas avec un texte en latin : avec des extraits de Zemmour.)

Écrit par : Blumroch | 09/10/2018

@ Blumroch : oui, je suis parfois taquin. Et votre version, avec le vampire macroniste, me plait tout à fait. Même si parler de "vampire" "macroniste" est un pléonasme ;-)

Écrit par : Blaise Suarès | 11/10/2018

Écrire un commentaire