Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/09/2017

Le jeu des deux images (285)

Comme son nom l'indique il s'agit de deux images qui doivent vous permettre par analogie de deviner l'identité d'une personnalité vivante ou défunte. Cette énigme nous est aimablement proposée par Blumroch.

285a.jpg

285b.jpg

 

 

Commentaires

Un indice ! Un indice ! Parce que je sèche et je n'ai pas l'air d'être le seul.

Écrit par : Pharamond | 22/09/2017

1 - Que contiennent les fioles ? Cela semble être dangereux, comme une saloperie d'arme bactériologique amerloque.
2 - On pourrait pense à un canon à confetti - je dis bien on pourrait.
3 - Je ne sais pas, je suis mauvais à ce jeu - je n'ai gagné qu'une fois dans des circonstances particulières ;o)

Écrit par : téléphobe | 22/09/2017

-- N'ont aucune importance : les objets manipulés, l'opérateur à l'air concentré. L'attention doit donc se porter sur les bras manipulateurs.
-- Le blason est évidemment imaginaire, mais le canon miniature est un vrai canon.

Comme le dit une fausse publicité dans le film *Starship troopers* (enfin, si mes souvenirs sont exacts) : "Voulez-vous en savoir plus ?" ;-)

Écrit par : Blumroch | 22/09/2017

Blumroch > Euh... toujours pas. Attendons les lumières des autres joueurs.

Écrit par : Pharamond | 22/09/2017

Je me lance, sans trop d'espoir: Robert Heinlein...?

Écrit par : Benway | 22/09/2017

-- La personne à identifier était américaine, qui a même mérité d'être qualifiée de "fasciste" par de nombreux demi-intellectuels abrutis (français et américains) incapables de lire.
-- La vie de la personne n'offrant aucune prise à l'analogie ou à l'évocation, les deux images concernent des textes.
-- Si le blason comportait sa devise, l'énigme serait résolue en une fraction de seconde.

D'you need to know more ? ;-)

P.S. pour téléphobe : Je découvre à l'instant dans une page Web que si les lois américaines sur le copyright n'avaient pas été modifiées à partir de 1978, une oeuvre majeure de la personne concernée serait dans le domaine public comme l'est, apparemment, le *Journal* d'Anne Frank ! Rapprochement inattendu ! Après le nombre d'Erdos, le nombre d'Anne Frank pourrait, devrait exister !

Écrit par : Blumroch | 22/09/2017

Ah, je découvre la sobre suggestion du camarade Benway, qui mérite la couronne de lauriers. Bravo !

La réponse était bien l'écrivain américain Robert Heinlein. Le blason, évidemment privé de sa trop célèbre devise T.A.N.S.T.A.A.F.L. ("There Ain't No Such Thing As A Free Lunch"), est décrit dans son roman *The moon is a harsh mistress* ; les bras manipulateurs évoquent, eux, la nouvelle intitulée *Waldo* qui a donné ce nom à ces dispositifs.

Parmi les grands auteurs de science-fiction, Robert Heinlein n'est certes pas le plus littéraire ni même le plus talentueux : il n'est jamais que le plus *important* d'entre eux. L'inutile examen de sa vie réserve autant d'agréables surprises (sa générosité et son éloge du principe "Pay it forward") que d'étonnantes déceptions (lui, qu'on aurait voulu penser anarchiste de toujours, en tout cas libertarien, semble avoir d'abord oeuvré pour le parti démocrate... avant d'évoluer heureusement vers la "droite" au point même de paraître "fasciste" aux yeux de trop nombreux "intellectuels" imbéciles incapables de lire). Quant à ses derniers textes, ils sont sans intérêt aucun, qui semblent avoir été écrits par un vieillard libidineux, voire malsain -- un écrivain de plus à être mort avant son décès.

Pourtant, sans nul doute, fort nombreux, ceux qui sont devenus de mauvais esprits (ou qui ont été confirmés dans ces mauvaises dispositions) grâce aux mémorables leçons données dans ses meilleurs romans, qu'ils soient destinés aux adolescents ou aux adultes, comme *The moon is a harsh mistress*, *Starship troopers*, *Stranger in a strange land*, *Glory road*, *A door into summer*, *Double star* ou *Have space suit -- will travel*. La consultation des nombreuses pages Web consacrées aux citations d'Heinlein réserve au réactionnaire authentique et conservateur de fort plaisantes surprises, qui donneront peut-être l'envie (même à ceux qui sont allergiques à la S.-F.) de découvrir ce Kipling moderne.

Trois exemples au hasard parmi des centaines d'autres :

-- "Television leaves no external scars." (une formule que devraient approuver aussi bien le camarade téléphobe que l'excellent Michel Desmurget, auteur d'un livre définitif autant que terrifiant sur le sujet, *TV lobotomie : la vérité scientifique sur les effets de la télévision*).

-- "When we clear jungle to make farms, do we worry if baboons are there first ?" (une réflexion qui serait, aujourd'hui, impossible à énoncer, surtout dans un roman pour la jeunesse).

-- "Some people insist that 'mediocre' is better than 'best'. They delight in clipping wings because they themselves can't fly. They despise brains because they have none." (dédié à notre éducation dite nationale).

Jacques Bergier aimait à citer cette fière déclaration prononcée par le jeune héros de *Have space suit -- will travel*, qui s'adresse ainsi à un tribunal pénal interna^H^Hgalactique ayant la prétention de détruire la Fra^H^H^HTerre au motif que notre pay^H^H^Hespèce menace les plans de l'union eur^H^H^Hgalactique (ces braves gens sont légèrement hypocrites, qui n'ont pas le courage de nous exterminer franchement et qui se borneront donc, par humanité, à nous priver de notre Soleil s'ils décident de nous anéantir) :

"It's not a defense, you don't want a defense. All right, take away our star. You will if you can and I guess you can. Go ahead ! We'll make a star ! Then, someday, we'll come back and hunt you down -- all of you!".

Un peu théâtral, mais une attitude, une inspiration et des paroles d'Occidental d'un autre temps.

Écrit par : Blumroch | 22/09/2017

Bravo donc à Benway et Blumroch ! Quant à être traité de fasciste il suffit juste de ne pas se vautrer dans la mièvrerie ambiante pour en être. Si bien des auteurs d'il y a seulement quelques années pouvaient aisément être considérés comme tels aux "lumières" de nos censeurs actuels, aujourd'hui 99,99% des écrivaillons y échappent par idéologie et lâcheté.

Écrit par : Pharamond | 22/09/2017

Bravo ! Et puis Henilein, ce sont de beaux souvenirs de lecture ;o)

Écrit par : téléphobe | 23/09/2017

Merci, pour ma première participation à ce jeu ça fait plaisir, mais sans l'indice subtilement inséré dans le premier commentaire de Blumroch je serais encore dans les choux ;-)

@Pharamond: l'idée que vous exprimez dans votre commentaire me travaille aussi depuis un moment; la fachosphère (si on peut ainsi nommer le processus de transformation du bon citoyen du monde en untermensch fachoïde) s'étend au fur et à mesure que le réel revient dans les moustaches des bien-pensants comme un amibe se nourrit pour croître dans un processus reproductible à l'infini... Comme toute idéologie basée sur la recherche de la pureté absolue, la bien-pensance se rigidifie avec le temps, le noyau de "purs" se dépeuplant à mesure que ses anciens membres considérés comme impurs rejoignent les gémonies de la dite "fachosphère".

On peut prendre l'exemple pour illustrer ceci de l'affaire récente du député PS enrichi culturellement à coups de casque dans les ratiches par un représentant de la jeune garde; ce qui reste de cette histoire dans l'opinion publique, c'est que le dit député ,malgré une vie consacrée à la haine de l'Occident, est implicitement convaincu de fascisme et donc d'impureté.

Va falloir faire de la place, même si l'extension de la "fachosphère" est bien partie pour être illimitée et exponentielle, on va bientôt y être si nombreux qu'il faudra se serrer un chouïa ... Je rêve du jour, inéluctable, où des gens comme Julien Dray nous y rejoindront ;-)

La "fachosphère" c'est en quelque sorte la sphère d'Akira (ici à 0:44s) : https://www.youtube.com/watch?v=MyRA1Db2OjQ

Écrit par : Benway | 23/09/2017

@Benway : Je m'en doutais. Faute de résister à la tentation de mentionner *Starship troopers* sans nécessité, j'ai oublié ce précepte de saint Boutang, savoir "Ne fais pas le malin". ;-) Mais vous auriez trouvé un peu plus tard !

Écrit par : Blumroch | 23/09/2017

téléphobe > Pour ma part je n'ai jamais lu un seul de ses livres, sans doute à tort.

Benway > Je ne partage malheureusement pas votre optimisme. Le totalitarisme libéral-libertaire actuel n'affirme rien il n'existe qu'en creux par rapport à l'ancienne société. Tout le monde en est ou presque même sans le savoir.

Écrit par : Pharamond | 24/09/2017

Cher Blumroch,

Encore une belle énigme. Je vous réponds tardivement:
"@Sven : Nope. Incidemment, seriez-vous lecteur de l'excellente revue *Le Rocambole* pour vous souvenir ainsi du capitaine Danrit ? ;-)"

Pas du tout. Je ne connaissais pas cette sympathique revue. La NRH a évoqué le parcours de Driant dans plusieurs numéros. Radio MZ lui a consacré une émission il y a deux ou trois ans.

Écrit par : Sven | 24/09/2017

@Sven : "Encore une belle énigme"... comme vous y allez. Une seule suggestion, et c'est la bonne. :-( En tout cas, le jeu du camarade Pharamond me donne l'occasion d'évoquer quelques figures qui me sont chères. Et d'apprendre aussi, d'étonnante manière, que Driant/Danrit n'est pas totalement oublié en dehors des amateurs occasionnels d'anticipation et d'infra-littérature qui consultent *Le Rocambole* ! La prochaine fois, je ressuscite Paul Féval et ses *Habits noirs*, dont certaines pages valent un honnête Balzac.

Écrit par : Blumroch | 24/09/2017

J'ai lu récemment les livres de Georges Blond sur la première guerre mondiale. Il y évoque le sacrifice lieutenant-colonel Driant aux premières heures de la bataille de Verdun.
Cette "infra-littérature" est tellement meilleure que la production des Angot, Marc Lévy, ...
Puisque vous évoquez Féval, je suis à la recherche de sites où l'on peut visionner ou récupérer les vieux films de cape et d'épée avec Jean Marais ... Ca doit être plus facile pour les vieux films américains de chevalerie. Mon aîné commence à être en âge de voir ça et je ne pense que la télé les diffuse.

Écrit par : Sven | 26/09/2017

@Sven : Les Angot, Lévy et autres *ejusdem farinae* utilisent un clavier spécial : seules les lettres ERDM y figurent, qui rendent compte de toute leur production -- propos inspiré par un dessin humoristique publié, voici des décennies déjà, dans *Le Cafard Acharné*.

Pour les sites de cinéphiles, je pense que le camarade UnOurs pourra utilement vous conseiller (il semble un expert dans ce domaine). Pour ma part, je ne connais, banalement, qu'Amazon et parfois YouTube. :-(

Incidemment, deux films me viennent à l'esprit, qui pourraient vous intéresser, dans le registre chevalerie : le *Merlin* de Steve Barron (Sam Neill est excellent, comme toujours) ; le *Prince vaillant* d'Anthony Hickox.

Écrit par : Blumroch | 26/09/2017

Écrire un commentaire