Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/10/2017

Le jeu des deux images (291)

Comme son nom l'indique il s'agit de deux images qui doivent vous permettre par analogie de deviner l'identité d'une personnalité vivante ou défunte. Cette énigme nous est aimablement proposée par Blumroch.

291a.jpg

291b.JPG

Commentaires

Auguste Detoeuf !

Écrit par : PdL | 17/10/2017

Quelqu'un sait si Brigitte Macron a fait polytechnique ?

Écrit par : Coach Berny | 17/10/2017

"Et paf.", comme disait quelqu'un : suffisait en effet de taper "polytechnique" et "confiserie" dans le premier automate de recherches venu pour trouver immédiatement la solution de cette énigme facile, à savoir Auguste Detoeuf. Quelques lecteurs apprécient encore ses réflexions, portraits et aphorismes rassemblés sous ce titre baroque : *Propos de O. L. Barenton, confiseur* (d'où l'image de la confiserie). Ce livre devrait être le bréviaire de tout entrepreneur et de tout ingénieur.
Pour l'anecdote, l'ouvrage a connu au moins *six* éditions successives, *toutes* fautives. En 1996, irrité, j'écrivis à l'éditeur pour lui signaler toutes les erreurs à corriger (sauf une, qui permettrait de vérifier si le texte avait *réellement* été relu) ; sa réponse fut désinvolte, qui m'informait, dans une lettre *évidemment* émaillée de plusieurs fautes, que j'étais le premier lecteur à signaler ces coquilles passées inaperçues (ou simplement ignorées) pendant des décennies.
Le procédé a beau être général, il reste intolérable. Jacques Chardonne, dans ses *Propos comme ça*, constatait tristement que les éditeurs, dès 1945, n'hésitaient plus à livrer au public des ouvrages honteux, constellés de fautes : "C'était le début d'une ère nouvelle dans l'édition : on achète des livres, mais on ne lit rien. Une chance pour l'éditeur ; il peut éditer n'importe quoi."

Le polytechnicien Auguste Detoeuf (d'où l'image du défilé des X, qui n'était pas ici un hommage à l'excellent Lesquen) n'aimait, apparemment, ni l'argent ni les honneurs : tout le monde, ou presque, a donc oublié que cet industriel atypique (ami de Simone Weil -- la philosophe, pas la sainte patronne des avorteuses), estimable et discret avait notamment fondé Alsthom, dont le triste destin l'aurait certainement affligé.

Quelques réflexions qui inciteront peut-être à [re]découvrir son ouvrage le plus célèbre, qui correspond si bien à la France d'avant :

"Ce n'est pas dans l'infortune, mais dans la fortune qu'on connaît les vrais amis. La véritable épreuve de l'amitié, c'est le succès : car le malheur ne réclame que du secours et ne risque que la résistance de l'avarice, tandis que le succès voudrait de l'affection et ne rencontre que l'envie."

"De quelque façon et par quelque moyen qu'on décompose une collectivité en groupes (choix, ancienneté, examens, concours, tirage au sort), dans les divers groupes, la proportion des imbéciles est la même."

"Les hommes se répartissent naturellement en trois classes : les vaniteux, les orgueilleux et les autres.
Je n'ai jamais rencontré les autres."

"Comment ne pas rappeler, en parlant d'affaires, la forte observation de Paul Laffitte ?
Un idiot riche est un riche.
Un idiot pauvre est un idiot."

"Théoricien : individu qui n'est pas de votre avis."

"Consulter : façon respectueuse de demander à quelqu'un d'être de votre avis."

"L'ouvrier ne vend que son corps ; le technicien ne vend que son cerveau ; le commerçant vend son âme."

"L'argent est comme la foule qui s'entasse dans le café où il y a foule et déserte le café d'en face, non parce qu'on y est mal servi, mais parce qu'il est vide."

"Il y a des gens dont la puissance est faite de tout l'argent qu'ils ont prêté. Il y en a d'autres dont toute la force est dans l'argent qu'ils doivent."

"Les économistes ont raison, disait un homme de bourse : le capital est du travail accumulé. Seulement, comme on ne peut pas tout faire, ce sont les uns qui travaillent et les autres qui accumulent."

"Le plus grand courage, ce n'est pas le courage militaire qui a l'opinion pour lui : c'est le courage civique, celui qui ose aller contre elle."

"J'ai souvent vu des techniciens avoir des avis contraires, je n'en ai jamais vu avoir tort."

"L'honnêteté est rarement une marque d'intelligence, mais c'est toujours une preuve de bon sens."

"Dans un pays sain, l'opinion est favorable aux vertus sociales : honneur chez les aristocrates, honnêteté chez les bourgeois, loyauté parmi le peuple. Si elle cesse de les honorer, c'est que le pays est malade."

Écrit par : Blumroch | 17/10/2017

Comme Coach, je pensais aussi à Macronella dite "cuisses de mouche" - l'erreur est humaine ;o)

Écrit par : téléphobe | 17/10/2017

@téléphobe : L'X pouvait correspondre, pour la TrogneuX, à sa pratique du professorat façon Russier. ;-)
La démarche initiale de l'esprit tend vers la complication, comme aimait à le rappeler Abellio. La solution était, de fait, beaucoup plus simple. ;-)

Écrit par : Blumroch | 17/10/2017

Bravo à PdL et à Blumroch qui je l'avoue m'a appris l'existence de ce Detoeuf aux réflexions auxquelles je plussoie majoritairement.

Écrit par : Pharamond | 17/10/2017

@Pharamond : Je m'aperçois que cette énigme devrait porter le numéro 291 -- 290 correspondant à celle d'Abellio, de sinistre mémoire. Ou alors serait-ce une nouvelle forme, particulièrement astucieuse, de *damnatio memoriae* ? ;-)

Écrit par : Blumroch | 20/10/2017

J'ai modifié. Pas de damnatio memoriae chez moi et encore moins avec vous, seulement une négligence.

Écrit par : Pharamond | 20/10/2017

Écrire un commentaire