Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2017

Le jeu des deux images (272)

Comme son nom l'indique il s'agit de deux images qui doivent vous permettre par analogie de deviner l'identité d'une personnalité vivante ou défunte. Cette énigme nous est aimablement proposée par Blumroch.

(Je ne jouerai pas car il m'a soufflé la réponse.)

272a.JPG

272b.JPG

 

Commentaires

César Franck pour "Les sept paroles du Christ en croix".
César n'a bien sûr absolument rien à voir avec une fillette collectionneuse de stylos Bic ;o)

Écrit par : téléphobe | 20/06/2017

Brillant, Téléphobe !

Écrit par : Carine | 20/06/2017

téléphobe > Très bien trouvé, mais ce n'est pas lui.

Carine > Comme toujours ;-)

A tous > Je viens de changer l'image n°1 suite à un malentendu avec les directives de Blumroch. Pour les curieux, la précédente représentait les tombes d'un cimetière.

Écrit par : Pharamond | 20/06/2017

@AllOfYou : L'idée de formuler des *directives* au grand Pharamond ne me viendrait jamais à l'esprit. Ce n'était qu'une suggestion ! ;-)

@téléphobe : Très jolie solution... mais non.

Écrit par : Blumroch | 20/06/2017

Blumroch > Je me suis permis de répondre à téléphobe à votre place ayant changé l'image qui correspondait à sa réponse.

Écrit par : Pharamond | 20/06/2017

Montesqieu?

Écrit par : Popeye | 21/06/2017

Popeye, tu me l'as piqué !

Écrit par : Carine | 21/06/2017

Parce que Pessac et "Considérations sur les causes de la grandeur et de la décadence de l'Empire romain".

Écrit par : Carine | 21/06/2017

Ausone, Bordelais ancien, bien plus ancien même que Giresse, Brissot ou Chaban ?... mais si je ne me trompe plus libournais que proprement girondin

Écrit par : Nathanaël | 21/06/2017

Merci beaucoup, ce que je voulais c'était gagner une bonne bouteille de Bordeaux et du grand cru classé, ça me va très bien ;o)
Il n'empêche que la musique de César Franck qui a été le maître et le modèle de nombreux compositeurs français mérite qu'on lui prête oreille afin d'effacer les couinements, les bruits électroniques ou métalliques et autres saccades binaires qu'on nous injecte de force dans les tympans afin de nous couper des sources lumineuses de nos origines.

Écrit par : téléphobe | 21/06/2017

@Popeye : Non, mais c'est une solution envisageable -- je n'y avais pas pensé.

@Carine : Non plus, mais vos habiles justifications pouvaient convenir !

@Nathanaël : Non plus, même si votre ingéniosité force l'admiration.

@téléphobe : Heureusement, "pierre" et "ange" ne pouvant être des indices, j'échappe à la nécessité d'offrir un Angelus ou un Petrus, alors ! Hem... Je pensais que la récompense était l'estime générale et une virtuelle couronne de lauriers.

@AllOfYou : Vous êtes tous fort ingénieux, dans la mesure où vos suggestions correspondent aux images proposées. En guise d'indice supplémentaire, n'oubliez pas que l'image du Haut-Brion remplace celle d'un cimetière. J'avoue avoir tenté d'être retors pour que la solution ne soit pas trop vite trouvée.

Écrit par : Blumroch | 21/06/2017

@Carine : merci - permettez-moi de vous féliciter à mon tour ;o)

Écrit par : téléphobe | 21/06/2017

Marcel Brion :"De César à Charlemagne. Des origines à l'An Mille".

Écrit par : téléphobe | 21/06/2017

C'est un ouvrage qui a de la bouteille mais qui est passionnant à lire ;o)

Écrit par : téléphobe | 21/06/2017

@téléphobe : Vous êtes trop fort... mais non. Vous êtes pourtant, d'une certaine manière, sur la bonne voie, comme vous le constaterez lorsque l'énigme sera résolue. ;-)

Écrit par : Blumroch | 21/06/2017

Bah ! Mon matou ne m'indique que des fausses pistes, plausibles, mais fausses - avec ses yeux verts rieurs !
Je donne donc ma langue au... chat;o)

Écrit par : téléphobe | 21/06/2017

@téléphobe : N'allez pas vous décourager, malgré le caractère facétieux des suggestions faites par votre chat !

Un autre indice s'impose : l'identité du Romain pourrait bien avoir son importance.

Écrit par : Blumroch | 21/06/2017

Claude n'expédia tout de même pas Messaline au Haut-Brion, non plus qu'Agrippine aurait usé contre lui du même procédé.

Écrit par : Nathanaël | 21/06/2017

@Nathanaël : Bravo, la seconde image représente bien Claude et c'est important... mais il n'est pas la personne recherchée.

Écrit par : Blumroch | 21/06/2017

@AllOfYou : Autre indice : le *château* de la première image n'a aucune importance, même si Pharamond a su choisir en oenologue. ;-)

Écrit par : Blumroch | 21/06/2017

Néron qui succéda à Claude : le haut-brion a le "nez rond" ?

Écrit par : Martin-Lothar | 21/06/2017

Je conseille le rouge Caligula de la cave la Romaine.
Robe rouge grenat, intense. Nez de fruits grillés, empyreumatique, donnant une impression provençale par des notes de poivron mûr et de café torréfié. Bouche racée mais équilibrée, élégante et veloutée, sur une âme bordelaise. Finale longue et soutenue. Et hop !

Écrit par : Coach Berny | 21/06/2017

@Martin-Lothar : Jolie formule. ;-) On la pourrait croire inspirée par le "pipotron" oenologique du site "Château Loisel" situé ici :

http://www.chateauloisel.com/humour/pipotron.htm

mais non, même s'il y a aussi une forme de jeu sur les mots dans l'indice.

@Coach Berny : Même remarque !

@Pharamond : Le jeu a-t-il assez duré et dois-je donner la réponse et son explication malhonnête ? ;-) A la condition de n'être pas lynché par la Société des Adeptes du Jeu des Deux Images, s'entend.

Un dernier indice pour la route : quoi de commun entre un cimetière et une appellation ?

Écrit par : Blumroch | 21/06/2017

Donc on a :
-un cimetière
- un vin excellent. Devrait-on dire nectar ou ambroisie?
- une statue de l'empereur romain Claude, et c'est important qu'il s'agisse de Claude.
- Ce n'est ni Montesquieu, ni Marcel Brion

Well.

Bon OK


Et?!?

Écrit par : Popeye | 21/06/2017

@Popeye : Dernier indice avant révélation finale : j'ai une honnête connaissance de la langue anglaise, suffisante pour lire les planches de Garfield ; je pratique à l'occasion les mauvais jeux de mots de type fonction *CheckOFF()* appelée *Tchekov()* renvoyant un état dans la variable *seagull*. Ce point devrait donner l'intersection entre ce qu'on trouve dans un cimetière et l'appellation du Haut-Brion. Le choix de Claude devient alors évident. ;-)

Solution demain, alors, et nous pourrons tout dire adieu à tout cela !

Écrit par : Blumroch | 21/06/2017

Pour l'intersection entre… et … on doit avoir Graves.

Ensuite, je vois bien (sur wikipédia) un joueur de hockey sur gazon nommé Claude Gravereaux, personnalité bien connue du monde du sport, s'pas ?

https://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Gravereaux

Euh… Claude Gravereaux ? Hein ? J'ai bon ? Hein ?

Écrit par : Eron Amburst | 22/06/2017

@Eron Amburst : "Partial match", devrait dire kikipedia. Au reste, l'idée de choisir un sportif ne me viendrait *jamais* à l'esprit. "No sport !", comme le disait fort bien un célèbre manipulateur anglais.

Impossible de dormir avec cette maudite canicule bordelaise. Autant donner la solution qui amusera peut-être les lecteurs matinaux. Ainsi...

Écrit par : Blumroch | 22/06/2017

Des tombes, un Graves, l'empereur Claude : tout désignait *évidemment* l'immense poète et romancier Robert Graves. ;-)

De son oeuvre importante en nombre et en qualité, on retiendra d'abord ces romans : *I, Claudius* et sa suite *Claudius the God and his wife Messalina*, ainsi que l'étonnant *King Jesus* (en français : *King Jesus* !) et la délicieuse *Homer's Daughter* (*La fille d'Homère*). Des traductions dans notre langue existent, dont j'ignore la qualité, n'ayant lu en français que ces essais, mémorables : *Les mythes grecs*, *La déesse blanche* (avant qu'elle ne devienne, par astuce commerciale, *Les mythes celtes*) et *Les mythes hébreux* (écrits en collaboration). Incidemment, ces livres éclairants sont contestés par quelques cuistres et autres érudits plus ou moins compétents -- à une autre occasion, on évoquera sur ce sujet un propos de Descartes.

Un ultime indice était caché dans la formule, célèbre dans le monde anglo-saxon, "adieu à tout cela", manière de clin d'oeil à *Good-Bye to All That : An Autobiography*.

*I, Claudius* a fait l'objet d'une honorable adaptation télévisée à la limite du (bon) théâtre filmé avec Derek Jacobi.

*La fille d'Homère* illustre une audacieuse idée de Samuel Butler, développée par Raymond Ruyer dans son essai *La jeune femme auteur de l'Odyssée* (aux regrettées éditions Copernic).

Merci à tous de vos fort ingénieuses suggestions, et merci à Pharamond d'avoir accepté, non sans quelque réticence, cette énigme assez malhonnête qui aura eu le mérite, peut-être, de vous inciter à découvrir ou à redécouvrir une oeuvre passionnante.

Écrit par : Blumroch | 22/06/2017

Merci à vous, Blumroch, nous avons tous "séché grave" malgré la canicule ;o)

Écrit par : téléphobe | 22/06/2017

Une jurisprudence ferme et constante a en effet condamné les énigmes dont les images suggèrent des phonèmes qui, assemblés comme en rébus, donnent la solution.
Celle-ci ne semble pas ressortir à cette pratique fautive. La première image donne entièrement le prénom du personnage, ce qui est recevable. De même, un petit carré de lin fin aurait pu suggérer un Baptiste (voir Les Enfants du paradis, et ici par simple homophonie), comme aurait alors, et encore mieux, convenu une image du fils de Zacharie. La transition par une langue étrangère (dans la version du cimetière appelant l'anglais "grave") aurait en revanche enfreint l'homogénéité linguistique s'imposant à l'exercice, ou alors faudrait-il que l'objet représenté soit connoté britannique (par un signe évident, telle une inscription en anglais, par exemple).
Merci, et bravo, en dernière instance. Je n'aurais pas trouvé.

Écrit par : Nathanaël | 22/06/2017

@Nathanaël : Message reçu. Mieux vaut sans doute que je n'aille plus proposer la moindre énigme : conformes aux règles, elles sont trop faciles ; légèrement malhonnêtes, elles sont trop difficiles -- quand bien même elles mettent en valeur *l'ingéniosité* des honorables visiteurs de ce site d'élite. ;-) De fait, les solutions proposées étaient vraisemblables, qui illustraient donc le titre merveilleux de cet ouvrage jadis paru aux éditions MIR, ouvrage que je n'ai jamais acheté de peur d'être déçu : *Méthodes de résolution des problèmes mal posés*.

Dommage, la prochaine était assez amusante. Et la suivante aussi (un temple et une grille d'hexagones). ;-)

Qu'on me veuille excuser, voire pardonner, car l'intention était bonne, qui était de mentionner le grand Robert Graves et quelques oeuvres peu connues.

Écrit par : Blumroch | 22/06/2017

Envoyez la suivante ^^

Écrit par : Carine | 22/06/2017

Blumroch > Merci pour cette énigme et ces précisions.
Et pas de bouderie, nous sommes ici pour nous distraire...

Nathanaël > Merci pour ces quelques rappels de règle clairs, concis auxquels je souscris pleinement.

Carine > Je soutiens votre demande.

Écrit par : Pharamond | 22/06/2017

@Carine : Vous êtes trop indulgente. Merci !
@Pharamond : Je ne faisais que tirer humblement les conséquences logiques de mes mauvaises actions ! ;-) En tout cas, vous avez déjà un jeu d'avance (photo de groupe et cavalier ou cloche) -- et maintenant que le procédé est connu, l'artificielle difficulté en devrait être moindre, eh eh.

Écrit par : Blumroch | 22/06/2017

Blumroch > Il arrive...

Écrit par : Pharamond | 22/06/2017

Écrire un commentaire