statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2022

Musique (628)

Mindthings

Shine

Emile Hayne ft Lykke Li and The XX

Come find me

Emily Loizeau

Upon a forest

Commentaires

Ce slogan de Leclerc-Obscur, pratique autant que symbolique, tient véritablement du génie :
https://montceau-news.com/imagesPost/2022/09/leclerc-energie-1309221.jpg
"Pour éclairer l'avenir, éteignons les lumières".
C'est brillant.

Écrit par : Blumroch | 15/09/2022

Jadis, quand un produit était temporairement en rupture de stock, certains magasins prévenaient ainsi la clientèle :
"Produit victime de son succès".
Aujourd'hui, le message devant un rayon vide serait plutôt :
"Produit victime des agissements de vos maîtres. Vous pouvez choisir d'envisager la simple incompétence, le crime délibéré, ou tout mélange des deux hypothèses précédentes. Dans tous les cas, continuez à ne pas réfléchir et surtout à ne pas réagir. Ils sont bien moins nombreux que vous, pas plus intelligents que vous, mais ils n'ont, eux, aucun scrupule et ils n'ont pas peur de dire qu'ils veulent et auront votre peau."
Projet d'affichette conçu par un chef de rayon suicidaire, évidemment arrêté à temps par un employé zélé, félicité pour sa nouvelle version :
"Ce produit fait défaut à cause de Poutine. Vive l'Ukraine, vive l'u.e., vive Ursula, vive Bourla, vive Greta, vive Sandrine, vive Gaia !".

Titre de circonstance, étonnant nom du groupe pour ce vieux classique des années 80 :
https://www.youtube.com/watch?v=9jK-NcRmVcw
Pour accompagner la fin du monde, ça ne vaut pas du Wagner, mais pour l'annoncer, why not ?

Écrit par : Blumroch | 16/09/2022

L'étiquette n'a aucune importance, le discours non plus ; seuls comptent les méthodes et les résultats :
https://counter-currents.com/2022/09/utopian-visions-war-mass-starvation

Écrit par : Blumroch | 16/09/2022

Tout à fait HS
Je lis sur l'obs ( mais version visiteur, je ne verse pas un centavos de plus que mes impôts), la chronique de Nolwenn le blevennec "Kilian, je ne t'ai pas élevé comme ça"
Du début de ce que j'en ai saisi, la kronikeuse ( grosse niqueuse ? Peut être pas), est attristée par le rire de m'bape lorsqu'on lui demande de voyager en TGV plutôt qu'en avion
Moi ce qui m'a interpellé c'est justement, précisément, que des gens soient interpellés par ce rire
Je vais tenter de m'expliquer, ça risque d'être long

Écrit par : Kobus van Cleef | 16/09/2022

Donc cette brave dame avoue noir sur blanc son désir de jouer à la poupée avec les n'haigres
Elle se met en scène sous les traits de la mère de Kilian, elle l'écrit d'ailleurs "j'avais une jupe longue et des pumas à crampons...", la parfaite instit'
Et ce qui la navre c'est l'absence de prise de conscience ekolojik du dit Kilian
Effectivement, le mec se marre lorsqu'on lui suggère de prendre le train
On pense quand même à un sérieux syndrome de Jocaste, le pendant de l'Œdipe, on peut même penser que les fantasmes de l'ecrivaillonne seraient de laver le ouigre dans sa baignoire, et de lui astiquer la tige plutôt que de le serrer entre les cuisses, comme ça se fait entre adultes
Sans blague, il y aurait plein de trucs à dire là dessus
Surtout sur la déception de la kronikeuse, elle pensait, pauvre cloche, que le dressage intensif subit par l'élève du fond de la classe, ce dressage donc était suffisant pour lui avoir mis dans le crâne les idées réchauffistes et, logiquement, lui faire préférer le train
Patatras,fatalitas !
Le n'haigre Kilian résiste à l'injonction de ne point polluer ( à l'exception de l'eau du bain lorsque l'institutrice lui tire sur la nouille)
Toute une éducation à refaire
Ce qui est raccord avec le titre "Kilian je ne t'ai pas élevé comme ça..... je vais être obligé de tout recommencer"( y compris la branlette? pourquoi pas, si c'est bien fait)

Écrit par : Kobus van Cleef | 16/09/2022

Vous allez penser que je suis obsédé par le sexe
Non point
Je suis obsédé par cette idée qu'ont les femmes de jouer à la poupée et de faire l'instit
Il me revient qu'à l'issue du procès ayant condamné les deux malheureux punks parisiens pour la mort accidentelle du minimicule Clement, ( y compris celui qui ne l'avait pas touché), la mère de la crevette avait posé et expliqué face caméra "qu'il fallait éduquer, éduquer et éduquer encore" avec un sourire crispé
Elle était sur la ligne de crête entre satisfaction de la vengeance et douleur de la perte
Mais même si les méchants fachos incarcérés pour douze ans ( alors qu'un coup de couteau intentionnel ne se négocie pas à plus de cinq ans) meurent en taule, je prédit à cette femme l'inutilité de la rééducation qu'elle prétend infliger à la djeunesse, qu'elle soit autochtone ou allogène, y a qu'à voir le lamento de Nolwenn le blevennec "Kilian je t'ai pas élevé comme ça"

Écrit par : Kobus van Cleef | 16/09/2022

Dalrymple ne le dit pas de manière virulente, mais la conclusion est claire : tous esclaves de la machine sociale, tous *propriétés* de la mafia étatique. Les plus krons se croient libres au motif qu'ils ont le droit d'approuver, de loin en loin, les mauvais choix faits pour eux au[x] bénéfice[s] de leurs maîtres.
Monteilhet aimait à rappeler que Dominus, c'est le titre que l'esclave donne au maître ayant sur lui droit de vie et de mort. Paradoxe alors que de prétendre la créature libre, quand sa seule liberté est de consentir, en l'approuvant, à son esclavage -- pour son bien, toujours pour son bien.
Tout l'art politique consiste donc à glapir, le fouet à la main : "Tu vas obéir, c'est pour ton bien, je suis ta mère" -- tyrannie pire encore que celle du père.
Epoque inqualifiable d'être darwinienne, garantissant la survie de ceux qui savent le mieux *obéir*.
Et quel recours aux forêts, aujourd'hui ? Entre les drones et les colonies de peuplement...
"Running amok", "going postal" : face à la situation, autant de comportements qui devraient être bien plus répandus. Faut croire qu'ils étaient l'apanage des hommes. Le bétail, lui, ne se révolte jamais. Ce serait une explication.

https://www.takimag.com/article/one-way-ticket/

Écrit par : Blumroch | 16/09/2022

Running amok, ça sonne bien
Back tou ze trees, encore mieux
Il n'est pas innocent en effet que la mère fouettarde ai joui de prononcer ces mots lors du prononcé du djujment condamnant Esteban Morillo et Samuel Dufour à une quasi peine de mort ( l'avenir de deux petits blancs, supposés fachysses donc de drouate, dans des taules peuplées de n'haigres et de nioules est sombre) "il faudra éduquer, éduquer et éduquer encore"
C'est moi que tu veux éduquer, gorgone ?
C'est à nous que tu t'adresses, matriarche ménopausée?
Nouzautres, blancs, rétifs, chenus ou encore verts, nouzautres sur lesquels le conditionnement impérial n'a pas marché ?
Mais c'est peine perdue, pauvrette, c'est du temps perdu, tu ferais mieux de relire Proust ou xenophon ou les ceusses que tu as négligé
D'ailleurs, je me demande à quel titre cette femme martelait cette injonction d'éducation, de rééducation forcenée, est elle educatreuse, enqeigne-t-elle, et quelle.s serai.en.t sa.ses spécialitée.s?

Écrit par : Kobus van Cleef | 16/09/2022

"Back to the trees", c'est le cri de guerre de l'oncle Vania dans le délicieux roman *What we did to Father* de Roy Lewis. Le traducteur français a eu l'intelligence de laisser tel quel ce cri (ce qui compense un peu la très mauvaise adaptation du titre). Autre manière d'affirmer, face à la progressitude progressante, que oui, "C'était mieux avant."
La [autocensuré] dont nous entretient le Kamerad Kobus van Cleef, c'est une parente de la sale kronne conseillère d'orientation dans "A Room With No View", l'un des meilleurs épisodes du sinistre feuilleton *Millennium*. Elle est la voix doucereuse du nouvel ordre social qui encourage l'universelle médiocrité, haïssant la grandeur, l'intelligence, le sens de l'honneur, le goût de la liberté, le sens des responsabilités. C'est l'Elsworth Toohey de *The Fountainhead*. C'est le mal incarné qui prétend *conditionner*, comme on conditionne un produit, les esprits forts.

https://en.wikipedia.org/wiki/A_Room_with_No_View

Écrit par : Blumroch | 16/09/2022

P.S. : Deux femmes représentent le Mal, dans l'épisode : la conseillère d'orientation et une autre qui est peut-être le diable en personne. La seconde adore "Love is Blue", d'un certain Mauriat, chef-d'oeuvre de musique sirupeuse dégoulinante qu'elle passe en boucle aux gamins qu'elle a kidnappés afin de les contraindre à devenir ordinaires, à incarner "the beauty and the need of being ordinary". Elle s'adresse ainsi à l'une de ses victimes : "It makes me so mad when people call this elevator music. See, Mozart, Beethoven, Haydn, they could never compose this music. There, with me, you've already come to know what only the truly gifted can understand. You felt it. Blue." Et de poursuivre sa défense et apologie du conformisme et de la médiocrité : "You are nothing! Nothing lies ahead for you. You lie awake in the middle of the night, or you look around at others, and you feel inside, in your heart, that maybe, no, definitely that you are different? that you are special? that you can make a difference? You are nothing. The sooner you realize that mediocrity is all you are, the sooner your love will be blue. I love you so much. I'm working to free you. When you choose to be ordinary, then, then you will be special. Because you will be working to be ordinary unlike most others who just are." Là encore, c'est du Toohey ivre de bonheur à l'idée de contraindre Roark à obéir comme tout le monde.

Écrit par : Blumroch | 16/09/2022

Votre inspiration musicale est un peu ramollie...
https://www.youtube.com/watch?v=r4Jxt_D5D1E

Écrit par : realist | 16/09/2022

C'est drôle, mais quand donc viendra le temps des arbitrages non entre produits alimentaires mais entre quelques moyens de punir définitivement les criminels qui nous ont menés à cette situation ?
https://www.youtube.com/watch?v=KgYBLE408fk

Écrit par : Blumroch | 17/09/2022

Éduquer, éduquer,expliquer, rééduquer
C'est le conditionnement impérial dont il est question dans le risible "Dune" de Frank Herbert
"Mon djieu, c'est le docteur Yuei le coupable, et pourtant, il est soumis lui aussi au conditionnement impérial..." pense le jeune héros en voyant le médecin se pencher sur son père pour lui implanter une dent piégée destinée à exploser à la face du méchant Arkonen
Hé oui, c'est le siècle de la rééducation, comme le précédent fut celui des camps ( feat Stefan Courtois)
l'Europe, la rééducation qui vous va comme un Camp, devise de l'euroland

Écrit par : Kobus van Cleef | 17/09/2022

"qui vous va comme un camp" ;-)
Devise de l'écrasante majorité des eurolandaises : "Better reeducated than dead".

Écrit par : Blumroch | 17/09/2022

En passant devant une boutique d'aéroport ( ça m'arrive encore quoique la présence de mes comptant pour rien m'orripile), j'ai vu qu'onfray avait commis un autre pamphlet poussif
Foutriquet, en hommage,dit il,au surnom que Jules Vallès a donné à Adolphe Thiers
J'eusse choisi folle triquette, mais je pense être bien le seul à taper sous la ceinture, là où ça fait vraiment mal

Écrit par : Kobus van Cleef | 17/09/2022

@Kobus van Cleef : Giscard pouvait être assimilé à Thiers, mais foutriquet 2.0 seulement à Giscard. ;-)
http://guerrecivileetyaourtallege3.hautetfort.com/archive/2022/02/26/musique-609-6368334.html#c8999400

Écrit par : Blumroch | 17/09/2022

Les ceusses qui s'infligent de temps à autre, en accéléré, la chronique de Slobodan Despot jouant au métaphilosophe, savent que la Suisse, future région de l'eurocalifat, prend un bien mauvais chemin. En voici une confirmation parmi tant d'autres relevées par *Le pamphlet* :
http://www.pamphlet.ch/?article_id=1681
C'est encore mieux que "neutralité malveillante".

Écrit par : Blumroch | 17/09/2022

Dans le monde d'Ursula et de Sandrine, être condamné à la déchéance de rationalité.

Nuclear winter is coming. (Slogan de *Game of Krons*.)

Relecture de quelques oeuvres de Robert Howard[1]. Dans une scène de "The Phoenix on the Sword" (nouvelle parue dans *Weird Tales* en décembre 1932), le roi Conan est dans une situation apparemment désespérée, entouré qu'il est, seul, par plusieurs assassins.
//
With his back to the wall he faced the closing ring for a flashing instant, then leaped into the thick of them. He was no defensive fighter ; even in the teeth of overwhelming odds he always carried the war to the enemy. Any other man would have already died there, and Conan himself did not hope to survive, but he did ferociously wish to inflict as much damage as he could before he fell. His barbaric soul was ablaze, and the chants of old heroes were singing in his ears.
//
Deux leçons en un paragraphe : dans toutes les situations, l'offensive est toujours préférable à la défensive ; on peut succomber sous le nombre, mais on doit s'efforcer de ne pas tomber seul.
Toute ressemblance épatatiépatata...

[1] J'avais mentionné, dans un commentaire du billet "Musique (549)", *The Whole Wide World*, film en forme de biographie concentrée sur la relation entre Robert Howard et une certaine Novalyne Price. Je l'ai pu voir récemment grâce à ioutube. C'est un ratage complet : l'actrice, une certaine Renée Zellweger, n'a aucune présence ; l'acteur, Vincent d'Onofrio, cabotine, faisant penser au cafard extra-terrestre qu'il incarnait dans *Men in Black*.
Même dans un très mauvais film, on trouve toujours une scène à sauver : la Novalyne Price commence à lire un récit de Conan. La musique cède alors la place au fracas d'une bataille et au chant des épées. L'intellectuelle de soudain arborer une expression de nette réprobation. Reposant le livre, elle contemple son corsage peu rempli avant de se rajuster -- elle n'a vraiment rien d'une Red Sonya ou d'une Belit. J'ai déjà oublié si elle attaque Howard sur ce sujet avant ou après cette scène, tant le film est médiocre, malgré la pluie de récompenses qu'il a obtenues.

Écrit par : Blumroch | 18/09/2022

C'était sans doute dans un vieil épisode de *The Avengers* a.k.a. *Chapeau melon et bottes de cuir* : sans raison apparente, des méchants abattaient un vieux général à la retraite. Le véritable objectif était de liquider tous les officiels de haut rang -- dont un président, ce me semble -- qui seraient obligés de se montrer aux obsèques.
Bon point de départ officiel pour une WW III déjà commencée.
Savoir maintenant pourquoi cette scène m'est revenue à l'esprit... ;-)

Écrit par : Blumroch | 18/09/2022

Impossible à un bon éco-euro-schwabocitoyen de recommander la section "Marvel's Extended *verse" de ce billet :
https://www.takimag.com/article/the-week-that-perished-208/
Je ne la signale que pour inciter à ne pas la lire, même par erreur ou désoeuvrement.

Écrit par : Blumroch | 18/09/2022

@ Blumroch : Pour la Suisse, je confirme. Le simple fait d'évoquer "le principe de neutralité" vous fait passer pour un agent du Kremlin.

Avoir des problèmes avec la Russie semble être devenu l'horizon ultime de toute politique, en attendant la nouvelle vague et le retour des blouses blanches.

Écrit par : La Bleue | 18/09/2022

Blumroch > La com ou parler pour ne pas dire grand-chose.

Cette vidéo de Karim Duval est plutôt réussie.

Moi qui cherchait en vain ce biopic de Howard, je vais arrêter de la faire ;-)

realist > Peut-être, c'est selon mon humeur.

Kobus van Kleef > Les progressistes me font penser à des habitants d'une ville assiégée qui ouvriraient les portes persuadés que l'on peut discuter avec des attaquants forcément moins méchants qu'on ne le dit et constatent ensuite qu'ils se sont trompés...

Écrit par : Pharamond | 18/09/2022

@Pharamond : Je viens de vérifier : la vidéo a disparu. Par chance, tu sais maintenant n'avoir rien raté -- à mon sens, en tout cas.

Écrit par : Blumroch | 18/09/2022

@La Bleue : "En attendant la nouvelle vague" : j'ai un instant redouté le retour de Godard. ;-)

Écrit par : Blumroch | 18/09/2022

Dans la série "C'était bien mieux *avant*", ce téléfilm nostalgique adaptant "A Stop at Willoughby", un bon épisode de *The Twilight Zone* manifestement inspiré par les nouvelles du trop oublié Jack Finney[1] :
https://www.youtube.com/watch?v=GXsw-SymJek
De quoi combler 90 minutes en attendant la fin du monde, la fin du courant électrique ou la pendaison de tous les coupables, selon l'événement qui arrivera en premier.

[1] La plus proche de l'épisode et de son adaptation en téléfilm est sans doute "Le troisième sous-sol" ("The Third Level"), qu'on peut trouver dans le recueil *Histoires de voyages dans le temps*.

Écrit par : Blumroch | 19/09/2022

Allons allons, folle triquette, ça lui va comme un gant !
Euroland, la rééducation qui vous va comme un Camp
Et folle triquette sont dans un bateau
Qui tombe à l'eau ?

Écrit par : Kobus van Cleef | 19/09/2022

Molière et Wagner ne pouvaient être les seuls à connaître les outrages de metteurs en scène envieux (l'envie est à l'origine de la démocrassie) ; Tolkien devait partager leur sort :
https://www.takimag.com/article/lord-of-the-wrongs/
Bon développement mais la conclusion est excessivement indulgente.

Écrit par : Blumroch | 19/09/2022

@ Blumroch dans le style "éteignons les lumières" j'aurais bien vu "supprimons les tunnels" ou "disons non à a nuit"

Écrit par : Paul.Emic | 19/09/2022

Blumroch > Merci pour le lien du téléfilm ; je vais me laisser tenter.

Écrit par : Pharamond | 19/09/2022

Amélie is back :
https://www.youtube.com/watch?v=3w3BiJFOG24
Now waiting for La Mite.

Mais bon, faudra un jour lutter contre le monstre par d'autres moyens.

Écrit par : Blumroch | 19/09/2022

Blumroch > C'est la vraie question et personne pour l'instant n'a su y apporter de réponse. Il faut donc attendre que le monstre, non viable comme la plupart des monstres, trépasse de sa vilaine mort... en essayant d'échapper à ses soubresauts.

Écrit par : Pharamond | 19/09/2022

@Pharamond : Le monstre a des ennemis -- ceux qu'il a désignés, à savoir nous tous -- mais aucun adversaire. Il a donc déjà gagné, même s'il ne le sait pas encore.
Les mesures toujours plus folles, c'est le signe de la force, non de la faiblesse, malheureusement.

Écrit par : Blumroch | 19/09/2022

Michel Drac, qui n'est pas mort, c'était, comme bien des choses et bien des chroniqueurs, un peu mieux avant :
https://www.youtube.com/watch?v=9Vp9jl1CboU
Je me suis borné à regarder quelques extraits de la transcription ("..." puis "Afficher la transcription") sans être convaincu de la lire en entier, encore moins de consacrer trois heures à la vidéo, même à vitesse 1,33x. La résurrection ne semble pas très réussie.

Écrit par : Blumroch | 20/09/2022

Comme je l'ai dit récemment, en prélude à un auto-effacement prochain, je n'irai plus infliger aux grands silencieux les extraits, pourtant parfois intéressants, de quelques mauvais livres. Je ne me suis pas encore interdit de signaler les courageux qui se dévouent encore :
https://chezfredim.blogspot.com/2022/09/nuremberg-ou-la-terre-promise_19.html
Finalement, vivre dans *Les temps modernes*, c'est simple comme *L'oeuf de Christophe Colomb* : suffit de crever.

Écrit par : Blumroch | 20/09/2022

Très bon conseil que celui de lire Jack Finney. Ces nouvelles sur le temps, sur la nostalgie d'un passé proche mais bien meilleur, sont un régal.

Amélie Paul est mignonne, a un accent rafraîchissant, fait des vidéos souvent réussies et pleines d'humour, pas comme la prof rouquine.
Le problème, pour moi, des individus de notre camp vivant outre-Atlantique, est leur biblisme insupportable. Elle est bien gentille avec ces citations des prophètes et sa détestation du paganisme mais elle oublie que ses ancêtres ont vécu près des forêts, dans les montagnes, en bord de mer et non en bédouins sur un tas de sable.
Sa vidéo sur Noël, une fois passée la critique de la consommation, est proche du débilo-complotisme:
https://www.youtube.com/watch?v=SQk4XDy9CEc

Écrit par : Sven | 20/09/2022

@Sven : Kamerad, tes goûts et dégoûts sont très sûrs : ton futur *Journal de combat* l'emportera en intérêt sur celui de Jules Renard. ;-) ("Je ne réponds pas d'avoir du goût, mais j'ai le dégoût très sûr".)
Les deux Finney -- Jack et Charles -- sont à lire.

Amélie Paul a sur l'insupportable Red Jarzabek cette supériorité qu'elle ne se prend ni pour une intellectuelle ni pour un commissaire politique -- et son "gimmick" de fin est une jolie trouvaille ("Ne pensez pas trop fort, y'a des gens qui dorment encore"). Toutefois, seules ses chroniques de la vérité brutale bénéficient d'une certaine grâce, parce que ses autres émissions, c'est pour Canadiens -- raison pour laquelle je ne m'étais pas infligé celle sur Noël.

Écrit par : Blumroch | 20/09/2022

"Now waiting for La Mite." (*supra*) Well, the wait is over :
https://www.youtube.com/watch?v=brjBO2A2dX8

Écrit par : Blumroch | 20/09/2022

Blumroch > Les mesures folles sont plus le signe d'un emballement de la machine que de force.

La Mite a malheureusement trop souvent raison.

Écrit par : Pharamond | 20/09/2022

@Pharamond : C'est quand l'adversaire est à terre, immobile, peut-être inconscient, que la prudence commande de l'écraser et de lui coller deux balles dans la tête, par sécurité. C'est ce qu'ils font.
S'ils avaient peur, ils hésiteraient.
Or, ils n'hésitent pas et même accélèrent tous leurs projets d'asservissement à marche forcée.
Donc, ils n'ont pas peur.
Et s'ils n'ont pas peur, c'est qu'ils savent avoir gagné, en tout cas confusément.
En face, il n'y a eu, il n'y a et il n'y aura *rien*, surtout quand d'autres fronts auront été ouverts, à commencer par la colonne de la croissanterie et l'armée de la "transition démographique" (dénomination acceptable puisqu'énoncée par le dément en chef qui n'a toujours pas été suicidé d'un huitième étage par un déséquilibré isolé n'ayant rien à voir avec la [bip]sphère).
Radieux et souriant suicide général grâce aux krons : ceux qui donnent les ordres, ceux qui les exécutent et ceux qui les subissent sans mot dire et sans maudire.

Écrit par : Blumroch | 21/09/2022

Ils n'ont peut-être pas peur mais ont peut-être un "sentiment d'insécurité" ?

Écrit par : Paul.Emic | 21/09/2022

@Paul-Emic : Les dieux et leurs serviteurs ne redoutent pas la colère des gueux, surtout quand elle ne s'exprime qu'en pixels ou, au mieux, en petites manifestations bien encadrées n'offrant pas beaucoup de résistance face à un canon capable de tirer 1000 coups à la minute.
Au reste, parmi les riens, la colère n'est pas le sentiment du monde le plus répandu ; quant aux messages incendiaires et irréfutables, ils doivent faire rire leurs cibles. Mieux encore, les riens oublieront le tyran quand partout ils raseront les murs et baisseront la tête en croisant les incarnations de la G.T.D. (la Grande Transition Démographique).
Nous ne devrions pas oublier que pour diverses raisons, 99% des fameux 99% font confiance à la mafia étatique et qu'ils obéissent à TF1/BFM/L'Immonde/L'Aberration/EtAlii, malgré la défiance qu'ils revendiquent pour jouer les esprits forts.
Puisque les derniers raisonnables ne sont représentés nulle part sinon par une opposition Potemkine achetée, qui pour organiser une éventuelle riposte ? Personne.
Raisons pour lesquelles, en face, on doit bien hararire.

Écrit par : Blumroch | 21/09/2022

je crois quand même que dans trois mois le pitre élyséen ne se risquera plus aux bains de foule.

Écrit par : Paul.Emic | 21/09/2022

@Paul-Emic : Insulté, il exulte. Tout est dit. ;-)

Écrit par : Blumroch | 21/09/2022

Blumroch > Je n'ai pas dit qu'ils avaient peur, mais qu'ils ne sont plus si sûrs de leur coup, sinon pourquoi cette censure, cette répression et ces mensonges ? Un gang d'idéologues coupés de la vraie vie secondés par des incompétents cupides, voilà la fine équipe. Leur problème c'est qu'on ne peut rien bâtir sans une morale commune et celle qu'ils nous proposent à base d'amour universelle et de wokisme prend l'eau de tout côtés. Même les plus lâches et les plus idiots prêts à tout accepter ont besoin d'une illusion qui tienne à peu près la route pour s'y accrocher et ce n'est plus vraiment le cas.

Écrit par : Pharamond | 21/09/2022

@Pharamond : Par habitude, parce qu'ils n'ont pas encore compris que les méthodes d'avant -- crues, à tort, très habiles et très intelligentes alors qu'elles étaient anciennes autant qu'évidentes -- étaient devenues inutiles. De fait, ils n'ont pas encore pris la pleine mesure des enseignements de la grande expérience planétaire d'ingénierie sociale, savoir que les krons n'ont même plus à être conditionnés pour obéir à tout, y compris à leur propre extinction, de leur propre mouvement, sans protester.
Les krons l'ont d'ailleurs, cette foi de substitution, avec le culte d'Ursula/Greta/Bourla/Gaia ; mieux, ils ont aussi des ennemis *désignés -- nous.
Pour reprendre une expression de Conan, les murs auraient déjà été repeints avec le sang des maîtres, à considérer leurs décisions toujours plus démentes et génocidaires, si les krons n'avaient pas perdu le combat qu'ils n'ont pas livré pendant qu'il en était encore temps.
Je ne vois aucune hésitation dans ces annonces prises au hasard parmi tant d'autres comparables : la "transition démographique", l'interdiction des voitures, l'assassinat du nucléaire, la prolifération des éoliennes, la fin des espèces (mot polysémique)... sans même parler de l'impunité totale accordée aux membres du peuple nouveau importé.
L'accélération, c'est l'impatience en vue de la ligne d'arrivée, pas une manière de combler un retard.
Nous serons bientôt fixés.

Écrit par : Blumroch | 21/09/2022

je serais moins pessimiste, il y a quelques pays qui semblent avoir saisi l'ampleur du problème, ça change un peu leur donne

Écrit par : Paul.Emic | 21/09/2022

Blumroch > Oui, nous serons bientôt fixés.

Écrit par : Pharamond | 21/09/2022

Court divertissement sans relation avec la situation -- encore que... :
https://www.youtube.com/watch?v=uSXkYWwLLo4

Écrit par : Blumroch | 23/09/2022

Dans son petit livre consacré à *L'intoxication*, Pierre Nord racontait l'histoire d'Esther comme un grand récit d'espionnage. Bonnal, lui, nous raconte *autrement* l'histoire de Joseph et du Pharaon :
https://lecourrierdesstrateges.fr/2022/09/22/le-patriarche-joseph-et-le-grand-reset-genese-41-47-par-nicolas-bonnal/

Écrit par : Blumroch | 23/09/2022

pas très réjpuissant

Écrit par : Paul.Emic | 24/09/2022

Le John Buchan de *The Power House* aurait probablement approuvé cette réflexion du Robert Howard de *Beyond the Black River* :
//
"Barbarism is the natural state of mankind", the borderer said, still staring somberly at the Cimmerian. "Civilization is unnatural. It is a whim of circumstance. And barbarism must always ultimately triumph."
//
Nous l'allons bientôt vérifier, grâce aux sales krons de la verticalité et aux pauvres krons de l'horizontalité.
Comme aiment à répéter tous les krons, les temps à venir seront *intéressants*.

Écrit par : Blumroch | 25/09/2022

Pour la rubrique "Les films qu'on peut ne pas voir" :
https://www.causeur.fr/athena-netflix-romain-gavras-243005
"Gavras nous dit qu’au fond, le plus grave, ce ne serait pas tant que des milliers d’immigrés aient désormais peut-être la capacité de déclencher une guerre civile dans notre pays. Non, le message à retenir, c’est que ceux-ci devront un jour savoir s’unir avec la police contre la vraie menace et le bruit des bottes."
Comme le précise l'auteur[1], "Quant au scénario, il prête finalement à sourire".
Pourtant, milichiens et supplétifs contre les Gilets tricolores...

[1] Un certain Alexandre de Galzain qui se présente ainsi : "Jeune (dés)espoir du journalisme politique. Etudiant, pigiste, et un peu poète".

Écrit par : Blumroch | 26/09/2022

Dans les prédictions de Marie-Julie Jahenny, gauche et immigrés s'allient pour une chasse aux Chrétiens et leur massacre . Vu qu'elle parle ensuite de France dépeuplée, on peut sans trop de risque assimiler les Chrétiens aux Blancs et soyons sûrs que comme toujours, la police sera du bon côté du manche. Le "soulèvement" des policiers de Paris en 1944 est exemplaire à ce titre.

Écrit par : Paul.Emic | 26/09/2022

Cher Paul-Emic, vous êtes aussi déprimant -- aussi lucide -- que Bonnal. ;-)

Écrit par : Blumroch | 26/09/2022

il n'accepte plus mes commentaires :-D

Écrit par : Paul.Emic | 26/09/2022

déchéance de rationalité, c'est véri goud comme limerick

Écrit par : kobus van cleef | 26/09/2022

En hommage à la délicieuse Kmèreverte Sandrine Rousseau, une esquisse de rubrique "Ne dites plus, mais disez[1]".

(Presque tous les mots cités *infra* sont d'origine anglaise, mais au nom du vivrensemble orthographique, on admettra "couine" pour "queen".)

carjacking ... carjacqueen
cracking ... cracqueen
overclocking ... overcloqueen
parking ... parqueen
rocking chair ... rocqueen chair
scrapbooking ... scrapbooqueen
shocking ... shoqueen
smoking[2] ... smoqueen
surbooking ... surbooqueen
trekking ... trekqueen
viking ... viqueen

assommer ... assfemmer
bonhomme ... bonnefemme
consommer ... consfemmer
dégommer ... dégfemmer
gentilhomme ... gentillefemme
gomme ... conne[3]
pomme ... pfemme
prudhomme ... prudefemme
renommer ... renfemmer
rhum ... rfemme [4]
Rome ... Rfemme [5]
somme ... sfemme
sous-homme ... surfemme[6]
surhomme ... überfrau[7]

Faire, à l'oreille, la différence entre les finales en "ome" et en "omme" n'est pas un talent si répandu, ce qui autorise ces rectifications.

aérodrome .. aérodfemme
agronome ... agronfemme
angiome ... angifemme
astronome .. astronfemme
atome ... atfemme
autonome ... autonfemme
chrome ... chrfemme
chromosome ... chromosfemme
diplôme ... diplfemme
fantôme ... fantfemme
glaucome ... glaucfemme[8]
gnome ... gfemme
idiome ... idiote[9]
métronome ... métronfemme
monôme ... monfemme[10]
palindrome ... palindrfemme
Salomé ... salefemme[11]
sarcome ... Sarkozy[12]
tome ... tfemme

chômage ... chfemmage
fromage ... frfemmage

dommage ... dfemmage
gommage ... gfemmage
hommage ... femmage

[1] En finir avec les conjugaisons compliquées : premier groupe pour tous !
[2] Les snobs corrigeront en "tuxedo".
[3] C'est pour rire.
[4] Ne pas confondre avec "Rome". L'absence de capitale doit s'entendre.
[5] Ne pas confondre avec "rhum". La capitale doit s'entendre.
[6] C'est plus prudent.
[7] Voir la note 4.
[8] On s'interdira "femme glauque".
[9] Just joking.
[10] Appropriation susceptible d'entraîner des poursuites.
[11] Utilisation fortement déconseillée.
[12] Humour.

Écrit par : Blumroch | 26/09/2022

Blumroch > Karim Duval est toujours aussi féroce et amusante.

Curieuse interprétation de se passage de la Genèse.

Les aventures de Conan n'étaient pas si "bourrines" qu'on l'a dit.

Cinéma d'anticipation ?

Tu en oublies sans doute ;-)

Écrit par : Pharamond | 26/09/2022

Y'avait bien longtemps que je n'avais lu de la prose de gauchiste à prétention[s]. Quadruppani s'est mis à la prose dite "inclusive" et ne s'améliore pas :
https://lundi.am/Non-ti-schiantare-en-route-vers-Rome-et-le-fascisme-qui-vient
Y'a même des propos qui, venus de notre camp, passeraient pour des incitations à la haineuuuuuuu. Debord contre Debordenfasse ou Delautrebord.
Mais tout n'est pas kron : "Voter ne sert à rien, ne pas voter ne suffit pas".

Un très rapide sondage dans les archives du site réserve de bonnes occasions de rire tant ces gens-là sont de grands délirants : "Qu'est-ce que vous faites quand il y a trente nazis qui vous agressent ?" (on se demande où ils sont parvenus à trouver trente nazis, déjà) ou "Si quelqu’un est déclaré innocent par la justice, c’est qu’il est *vraiment* innocent. Ou l’inverse" (et toutes les nuances intermédiaires).

A ne lire que des gens raisonnables, on en oublie qu'en face, la Rousseau, c'est la norme et non l'exception.

Écrit par : Blumroch | 27/09/2022

Annonce du bedeau chez "Vu des collines" : "Je lâche mon petit blog, lassé de n'avoir, dans le meilleur des cas, que deux ou trois commentaires par article. [...] je n'ai plus envie de parler dans le vide."
Simple commentateur, je dois dire que je le comprends.

Écrit par : Blumroch | 27/09/2022

le problème du bedeau c'est son capcha . Qu'il vienne sur WP ou Hautetfort il n'aura pas ce genre de problème

Écrit par : Paul.Emic | 27/09/2022

Mourir pour l'Ukraine est un si digne sort,
Qu'on briguerait en foule une si belle mort
(Corneille, *Horace révisé*, aux éditions "OTAN en emporte l'étant")

Il jouait du piano debout.
(Rance Gale, *Chanson pour Zelensky*, aux éditions Kontre Koultour)

Écrit par : Blumroch | 27/09/2022

Relecture du mineur *Problème d'Aladin*. Irritation renouvelée à retrouver, page 78, cette note du traducteur croyant apprendre à des lecteurs de Jünger qui est "Boutefeu" -- ce qu'ils savaient ou avaient déduit du contexte. L'intellectuel distrait avait d'ailleurs omis de donner cette inutile identification à la première occurrence du nom, page 70.
// Stoïcisme un peu facile.
On porte la liberté en soi-même ; une bonne tête la réalise sous chaque régime.
// Déjà !
De l'Alma Mater et des professeurs, je me faisais une idée qui n'était plus de saison. Je constatai bientôt que je n'avais rien à attendre de là.
// Cervantès l'a dit avec un peu plus d'élégance.
Nos paysans disent qu'à un boeuf on ne peut demander que de la viande de boeuf.
// Les députains de foutriquet 2.0 ont déjà voté cette loi scélérate consacrant la fin de la propriété privée.
J'eus la surprise d'un impôt pour "habitation dans sa propre maison".
// Inutile donc de croire que les masses de zombies déjà morts vont rejoindre la résistance, d'ailleurs symbolique.
Seul ce qui sommeille peut être éveillé.

Dans l'esprit des fiches "Fast films" du magazine *Jalons*, voici le détail qui permettra aux ceusses ne l'ayant pas encore lu de faire croire que si : le héros s'appelle Friedrich Bahro, le patronyme étant un discret rappel du titre de noblesse de la famille.

Écrit par : Blumroch | 27/09/2022

Blumroch > Je crois que quand on tient un blog il ne faut rien attendre ou pas grand chose. S'il y a des commentaires et si certains disent apprécier ce blog c'est évidemment une bonne chose, mais un blog reste un blog...

Écrit par : Pharamond | 27/09/2022

Je déduis d'une indication du Kamerad Blumroch que j'ai bien fait de prévoir la lecture prochaine de l'Intoxication et des 39 marches. Après celle de Jacques Laurent et du Feld-marechal von Bonaparte.

Écrit par : Sven | 27/09/2022

La scène se passe en Italie, dans quelques mois, peut-être dans quelques semaines. Contrairement au traducteur du *Problème d'Aladin*, on fera confiance au lecteur et on évitera de préciser qui sont A et B.

A. -- Vous avez trahi toutes vos promesses !
B. -- Personne ne vous obligeait à les croire. Vous êtes bien jeune.
A. -- Dans votre discours de victoire, vous aviez évoqué Chesterton ! Chesterton !
B. -- Je ne sais pas qui c'est. J'ai une plume lettrée autant que candide.
A. -- Les méchants avaient donc raison, vous êtes une opposition Potemkine, une opposition de théâtre.
B. -- Vous avez tout compris.
A. -- C'est vrai, j'avais oublié votre profession : journaliste. On ne s'informe jamais assez au sommier de la police. (A s'éloigne alors de B avec un mélange de tristesse et de dégoût. Il commence à comprendre que la solution ne viendra *jamais* des urnes.)

Écrit par : Blumroch | 28/09/2022

A, revoyant chez ioutube la séquence Chesterton découverte grâce à Bonnal, pense à une formule -- modifiée -- de Pavese : "La mort viendra et elle aura tes yeux globuleux, fatigués, morts".

Écrit par : Blumroch | 28/09/2022

Blumroch > Très juste.

Écrit par : Pharamond | 28/09/2022

n'en déplaise aux féministes la solution sort des burnes quasiment toujours . Sans courage point de salut

Écrit par : Paul.Emic | 28/09/2022

Tous en choeur, reprenons sans réfléchir, sur l'air des lampions ou d'une marche de la cgt, cette belle sottise de demi-habiles : "Corrélation n'est pas causalité". C'est in-dis-cu-ta-bleuuu, comme pour les effets des infections, anodins quand ils existent -- et qui d'ailleurs n'existent pas. Bref, chez Takimag :
https://www.takimag.com/article/a-little-learning/
Jolie conclusion : "A little learning is notoriously a dangerous thing; but, increasingly in our era of science denialism, ignorance is less bliss than mandate."

@Pharamond : Merci. C'est, je crois, le sentiment général.
@Paul-Emic : Pour le dire de manière moderne, le courage est une ressource épuisée -- avant, on aurait dit : une vertu disparue.

Écrit par : Blumroch | 28/09/2022

Avait été mentionné un abruti devenu, au moins un temps, coqueluche des gauche et droite subversives réunies, un certain Mathieu Slama, fils de l'autre, lui aussi intellectuel de haute volée comme ils le sont tous.
Ce 28 septembre à 10h 43, il a déclaré, à propos d'une micro-anecdote n'ayant intéressé que Cassen (ah, le fouteballe) : "Pour ma part je trouve ça très sain que des députés refusent de jouer au foot avec l'extrême droite. On ne doit jamais normaliser un parti dont l'objectif est d'installer un État policier et autoritaire en France."
Sobre et juste commentaire de l'excellent Aldo Sterone : "Tu y es déjà".

Écrit par : Blumroch | 28/09/2022

J'avions sottement omis de donner la référence du billet, étrangement optimiste, de Bonnal :
https://lecourrierdesstrateges.fr/2022/09/27/remarques-sur-chesterton-et-un-extraordinaire-discours-de-giorgia-meloni-par-nicolas-bonnal/
Mieux vaudrait pourtant ignorer les discours pour n'examiner que les décisions et surtout les résultats.

Écrit par : Blumroch | 28/09/2022

Paul.Emic > "No balls no glory." ;-)

Blumroch > Quand on est du bon côté du manche on dit ce que l'on veut.

Écrit par : Pharamond | 28/09/2022

À propos de penseurs de haute volée, j'ai eu, dans mes patients, une enseignante
À la question "mais qu'enseignez vous,gente dame ?" , il me fut répondu, raide comme balle "les sciences politiques"
On dira que le masque c'est pas bien, que ça ne protège pas mais là, ça a bien masqué mon rictus sardonique ( your mauser)
Oui, il y a des gens, des gensses, pour qui la politique est une science
Incompréhensible

Écrit par : Kobus van Cleef | 28/09/2022

Kobus van Cleef > Mais tout est science, il y a les exactes et les autres...

Écrit par : Pharamond | 28/09/2022

Ha oui, vous avez raison
Sciences molles
Ça me fait penser au retour de bourlanges, l'obèse du MoDem, sur vronze ku
Tout content d'avoir à nouveau son rond de serviette dans une émission ( séminale ?) de sévices au public ( pasqu'il faut se l'appuyer, bourlanges, il commence toujours par une citation à la con, comme si on était ses estudiants, mais si on avait voulu estudier les zienzes politrouks, on aurait été à zienz pipeau mon fieu)

Écrit par : Kobus van Cleef | 28/09/2022

la connerie de "la gauche" est abyssale, je n'ai même pas envie d'en dire pus sur elle et ceux qui la composent.
J'ai beaucoup ricané en apprenant que la femme Badinter s'était prise la tête avec les raclures féministes de LFI et des Verts . Qui sème le vent récolte la tempête !

Écrit par : Paul.Emic | 28/09/2022

"If it can't be expressed in figures, it is not science ; it is opinion.' affirmait un Lazarus Long ayant oublié qu'on pouvait fournir des nombres sur n'importe quel sujet pour contrefaire la méthode scientifique -- suffit de négliger cet obstacle insignifiant qu'est le réel. ;-)
Il était mieux inspiré en écrivant : "The difference between science and the fuzzy subjects is that science requires reasoning, while those other subjects merely require scholarship.", même si, là encore, faudrait nuancer (suffit de voir un article "scientifique" entièrement fait de références, par exemple).
Aujourd'hui, Heinlein serait évidemment la cible des dangereuses et folles kronnes qui préfèrent "les femmes qui jettent des sorts aux hommes qui construisent des EPR" et qui n'ont pas lu *Conjure Wife*.

Écrit par : Blumroch | 29/09/2022

On épargnera au grand public quelques considérations, pas toutes sottes, sur *Imperium*.
On signale au Kamerad Sven l'existence de cette défense et illustration du révisionnisme historique moderne et décapant : *Paraître et prétendre : l’imposture du bushido dans le Japon pré-moderne*, d'un certain Olivier Ansart, dont ce compte-rendu donne une idée :
https://clio-cr.clionautes.org/paraitre-et-pretendre-limposture-du-bushido-dans-le-japon-pre-moderne.html
Pas lu, mais j'irais bien parier que les belles actions des 47 y sont salies. On y apprend peut-être même l'existence de sarmouraïs hobbits femmes, colorées et LGBTIQ+XYZ, en prévision d'une exploitation par netflix.

Écrit par : Blumroch | 29/09/2022

LGBT; le gynéco boit trop (la preuve, il en arrive à confondre homme et femme)
LGBT; laissons gérer les braves tchétchènes
LGBT; lyriques, généreux, ce sont les bourrins transexuels

Écrit par : kobus van cleef | 29/09/2022

LGBT; libidineux, génitocentrés, bourrins, transexuels

Écrit par : kobus van cleef | 29/09/2022

@kobus

Si pas li bout du noeud, si li zob tout entier mon zami
(d'après une vieille histoire maghrebine :-) )

Écrit par : realist | 29/09/2022

Cette [autocensuré] schwabienne ose tout, et loin d'être huée, elle est applaudie :
https://www.youtube.com/watch?v=q_4Cjki3SOM
Entre autres perles d'un orient davosien : "How do you tackle climate change if people do not believe it exists ?" (on aura noté le "believe").
Savoir maintenant le bétail n'est pas fou de rage à l'idée que ces têtes d'abrutis inexpressifs, au Machin comme ailleurs, contrôlent toute son existence...

Écrit par : Blumroch | 29/09/2022

Ce qui tient lieu de philosophie à la chyène *supra* (ainsi qu'à ses maîtres et à ses complices) est concentré dans ces deux réflexions de 2020, "We will continue to be your single source of truth." et "Remember that unless you hear it from us, it is not the truth." -- dont les censeurs seuls *autorisés* à dire le réel, les autoproclamés "fact-checkers", ont été obligés d'admettre l'authenticité tout en essayant de faire le classique coup du contexte.
Gougueule prétend, lui aussi, détenir La Vérité plus ou moins automatisée, qui a inspiré cette chronique à Dalrymple :
https://www.takimag.com/article/in-googles-bad-books/
Bienveillante, sa conclusion oublie que le grotesque et le sinistre sont frères : "These examples are no doubt more farcical than sinister, but they point to the shape of things to come, if those things have not already come."

Écrit par : Blumroch | 30/09/2022

Je me demande si vous connaissez David Lodge
Oui certainement
Écrivain angluche, avec une tête de gallois, donc il vaut peut être mieux dire écrivain gallois, à moins qu'il ne soit écossais, ses presque fictions se situent dans les lowlands, dans une ville industrielle sinistrée qu'il nomme de façon comique Rumidge ( il n'y a aucune Rumidge au royaume désormais désuni "Lizzie iz in ze box" comme le scandent les Irlandais au match de foutebaule, mais ceci est une autre histoire)
Bref
Il décrit assez bien le milieu universitaire des sciences littéraires avec l'arrivée du nouveau roman, de la déconstruction et toutes ces couillonades, on peut même croiser Michel Foucault au détour d'une page ( un tout petit monde, je crois)
Il décrit pas mal non plus les exilés économiques anglais dans l'Angleterre post thacherienne ( nouvelles du paradis), et puis la vieillesse,naturlich ( deatph sentence, celui qui fait rire jaune)
Dans l'un de ses opus, il cause d'un producteur d'émission rigolote à la télé, en panne d'inspiration, qui tente de renouer avec un flirt d'adolescence ( ce qu'il ne faut jamais faire, comme on dit), et pour cela, passe à la maison de la dame de ses pensées, tombe sur son mari,morgué et méprisant, et se fait expliquer la situation, un peu malgré lui
Il apparaît donc que le couple vit une crise ( mais qui n'en a jamais vécu ? Et puis si pas de crise, pas de roman) dont l'origine tiens à la mort du gamin,parti aux afwiques livrer des biens zumanitaires aux n'haigres, rançonné à un check-point et tué par les n'haigres en question
Et le père ( donc le rival) d'éclater d'amertume et de rage, à l'évocation de la mort de son fils
Je vous laisse un instant

Écrit par : Kobus van Cleef | 01/10/2022

@Kobus van Cleef : Yep, j'ai lu, y'a longtemps. Les universitaires -- les mauvais, les plus nombreux donc -- en prennent aussi pour leurs toge et épitoge dans le *Smith Conundrum* de Régis Messac, le *Conjure Wife* de Fritz Leiber le jeune (même si c'est anecdotique dans le roman), le *Kampus* de James Gunn (même remarque que pour Leiber) et les *Call Girls* de Koestler (où tous les intellectuels sont visés par la charge). C'est d'ailleurs un genre "littéraire" que le "campus novel", qui a ses dérivés :
https://en.wikipedia.org/wiki/Campus_novel
Les profs écrivent sur des profs comme les journalistes sur les journalopes. Nous avons bien eu, en France (et sans doute ailleurs), quelques écrivaillons stipendiés par les chemins de fer pour écrire des romans se passant dans les trains et gares. On verrait bien aujourd'hui leurs descendants nous donner *Peur dans le tramway*, *Terreur dans le métro* et autres fictions irréalistes.
Etrangement, on trouve peu -- à ma connaissance -- de romans dénonçant les mauvais savants et les pratiques parfois contestables des laboratoires dédiés aux vraies sciences (astronomie, chimie...), théâtres de luttes et de modes valant bien les farceurs de la chose sociologique, politique ou prétendue littéraire : faut se contenter des bonnes histoires des sciences ou des ouvrages de Thuillier.

Écrit par : Blumroch | 01/10/2022

Ce qui est intéressant c'est que l'ire du père meurtri par la mort de son fils, cette ire se déverse sur toulmonde, d'abord le fils ( il aurait dû leur donner ces foutues caisses il serait encore en vie) sur la femme ( lorsqu'il est parti, elle n'a rien dit) mais Habsolument pas sur les premiers responsables, les n'haigres qui ont toudmeme appuyé sur la détente, et lui , qui n'a pas dissuadé son gosse d'aller jouer à la poupée avec les ouigres
C'est d'ailleurs dans la droite ligne des transferts de responsabilité psychanalytique, faire porter la faute sur autrui, de préférence quelqu'un qui n'a rien à voir avec l'événement causal, ici la mère ( qui finira, avec 30 ans de décalage dans le lit du producteur d'émission de divertissements) ou le gosse,dont le tort est de s'être interposé
Essayez d'écrire un roman mettant en cause l'assassin, qui plus est n'haigre
Vous m'en direz des nouvelles

Écrit par : Kobus van Cleef | 01/10/2022

Je n'aurai pas la folle imprudence de relever le défi lancé par le Kamerad Kobus van Cleef. Pour faire diversion, je me bornerai à mentionner cet *intéressant* article consacré à la nature wakandaise d'Adam et Eve, et même des samouraïs -- c'est la dernière lubie à la mode, apparemment :
https://zouloula100.com/fr/science/le-premier-homme-noirs.html
Je tiens à prévenir : c'est d'une lecture difficile.

Écrit par : Blumroch | 01/10/2022

Louons le kamerad Blumroch qui a poussé l'abnégation jusqu'à se taper ce pavé désopilant et indigeste à la fois

Écrit par : Kobus van Cleef | 01/10/2022

Le Z rêve, qui voudrait que les journalopes parlassent de "francocide" pour qualifier la rencontre fortuite, menant de plus en plus souvent à la table de dissection, entre un enrichisseur culturel importé et un autochtone. Il aurait pu faire la promotion de "gallocide" ou de "gallicide"[0] (on peut trouver des arguments pour l'une et l'autre formes).

[0] Taquin, le "wiktionary" signale l'existence du mot en angliche pour désigner "humorously, the killing of a Frenchman".

Signalée par l'excellent Trotta, cette réflexion affichée sur la vitre arrière d'une voiture boche : "Etrange, qu’autant de personnes se fassent infecter[1] juste avant leur mort. Il y a de ces coïncidences..."

[1] Ce n'est pas le verbe original. Les auditeurs de Slobodan Despot auront remplacé par "raisiner".

Écrit par : Blumroch | 01/10/2022

Le Kamerad Kobus van Cleef sait dire l'indicible, notamment avec son orthographe unique autant que créative voilant le réel pour en mieux souligner les contours. Sa présence dans l'aréopage évoqué *infra* aurait permis de trouver une autre solution, plus intelligente, au problème posé :
https://didiergouxbis.blogspot.com/2022/10/cachez-ce-negre-que-je-ne-saurais-voir.html
Traducteurs et secrétaires de rédaction, tous demi-habiles : même gauchisme, même prétention, même combat.

Écrit par : Blumroch | 02/10/2022

En fait les premiers hommes étaient blancs . Regardez, pour les plus courageux d'entre nous, la peau d'un grand singe, elle est blanche. Les humains dont la peau est noire sont ceux qui sont restés trop longtemps au soleil, les plus intelligents ayant décidé de se tirer au plus vite de ce coin peuplé de fauves de serpents et de moustiques.

Écrit par : Paul.Emic | 02/10/2022

Dans sa description de l'enfer sur terre, "ce coin peuplé de fauves, de serpents et de moustiques", Paul-Emic a oublié un fléau justifiant l'exil des plus intelligents : les méchants *colonisateurs* venus piller dans ces régions les inc'oyables (prononciation révolutionnaire, eh !) trésors artistiques et intellectuels. ;-)
(C'est vrai que, présentée ainsi, la situation manque un peu de logique occidentale ; heureusement, la vraie logique se moque de la logique, comme le disait approximativement l'inventeur de la brouette.)

Écrit par : Blumroch | 02/10/2022

P.S. : Comme on ne sait jamais, justification de la prononciation en période révolutionnaire légèrement anti-révolutionnaire :
//
La lettre «r», notamment, se prononçait normalement le plus souvent roulée, mais à cette prononciation jugée trop «provinciale», on commença à substituer une prononciation «à l'anglaise», plus douce, presque inaudible, qui donnait l'impression de faire disparaître le «r» aux oreilles habituées au roulement apical. Une légende veut que le «r» était tombé en disgrâce pour constituer la première lettre du mot «Révolution» qui avait «fait tant de mal». Mais les affectations de prononciation sont un peu antérieures à la révolution et ne concernent pas uniquement le «r» : le «l» et le «g» ont aussi été affectés par cette mode d'accent cosmopolite, qui tendait à rendre moins «dures» toutes les consonnes, par affectation intellectuelle.

Les élégants manifestaient leur étonnement par des superlatifs affectés, tel «incroyable», «merveilleux», qui devenaient : «Ma pa’ole d’honneu’ ! C’est inc’oyable !».
//
On trouvera facilement la fiche de police d'où proviennent ces éclaircissements -- ou "assombrissements" ? La dé- puis re- {con|des}struction de la langue est une tâche sans fin.

Écrit par : Blumroch | 02/10/2022

P.P.S. : "inventeur *présumé* de la brouette" -- sous le règne du terrorisme demi-intellectuel aimant les nuances, les restrictions et les précautions.
Incidemment, "{con|de}struction", mais tout le monde avait corrigé.

Écrit par : Blumroch | 02/10/2022

J'ai lu le petit laïus de Didier Goux
Effectivement,renoi c'est assez daté
Et même beaucoup
Kouzin ou frir' (je mime la prononciation, parce que je le vaux bien), c'est plus en usage de nos jours
De tout ce gloubi boulga afro-américain, ou afro-africain ( nos rebeus commencent à se sentir à l'étroit dans leurs bonlieus pourries) on ne retiendra.... rien
D'autres ethnies, plus futées, qui les ont importés, auront tiré les marrons du feu et encaissé les bénef
Quel trait civilisationnel issu des afwiques ( hormis la criminalité, le racisme et le clanisme exacerbé) retiendra-t-on dans 50 ans ?
Même pas l'excision des filles
Et quand à citer un élément culinaire, un seul, à part le Kfé ( mais que les kebabiers se sont approprié), je mets au défi quiconque d'en citer ou d'en utiliser un seul
Peut être la propension à abandonner femme et enfants lorsque le vent tourne, mais ça, c'est le propre de l'homme

Écrit par : Kobus van Cleef | 02/10/2022

J'avions formulé quelques remarques assez évidentes inspirées par les propos du Kamerad Kobus van Cleef. J'évoquais notamment le Wakanda, le fouteballe et l'architecture. La prudence me commande de les effacer. L'européenne république démocratique du macronistan n'est pas favorable à la libre parole, quels que soient les ton et sujet.

Écrit par : Blumroch | 02/10/2022

Là je cause de l'afwique pwofonde, ou des afwiques
Pas de l'afroamerique,.dont les effluves nous colonisent les fosses nasales, huile essentielle de KFC et toute la lyre
Autant le humous, le couscous, les nouilles, les souchis, les pizzas, le hamburger et les tapas sont carrément rentrés dans l'imaginaire collectif vronzais ainsi que le kebab, autant la viande de brousse, le mafé le tjiboudjien et le yassa nous sont estrangers
La colonisation commence par les assiettes, c'est assez mal parti de ce côté

Écrit par : Kobus van Cleef | 02/10/2022

Paul.Emic > Dans toute révolution la quête de la pureté idéologique réclame des têtes.

Blumroch > Et moi qui croyaient comme Raël - je crois que c'est lui - qu'Adam et Eve étaient des Elohim extra-terrestres venus peupler la Terre. Je suis déçu.

Écrit par : Pharamond | 02/10/2022

le sang lave plus blanc

Écrit par : Paul.Emic | 02/10/2022

@ Paul émic
"Le sang est plus lourd que l'eau..."
Zoo
De Kaaris

Écrit par : Kobus van Cleef | 03/10/2022

Reprenons
Pour les afwiques, quelle européenen se coupe le clitoris ou s'infibule la vulve ?( Quoique ça existe)

Quelle proportion se crêpe les cheveux ou se les coiffe en dread locks ?

Quelle proportion se balade en boubou, avec un gosse dans le dos ?

Alors que y a plein de famdobout qui
1) se lissent les tifs
2) se blondissent les tifs
3) adoptent la combinaison poussette,bloudjines

Écrit par : Kobus van Cleef | 03/10/2022

Kobus van Cleef > Les européennes courent griller au soleil dès le moindre rayon, les exotiques se blanchissent la peau. L'avenir sera gris.

Écrit par : Pharamond | 03/10/2022

Toujours les afwiques auxquelles nous devons tout ce que nous ne devons pas déjà à l'Ukraine :
https://www.breizh-info.com/2022/10/02/208574/stonehenge-patrimoine-africain-ben-voyons/
Bientôt, le roi Arthur aura existé en plus d'être d'origine maugrabine.

Écrit par : Blumroch | 04/10/2022

Blumroch > Pourquoi pas ? Je suis pour le révisionnisme, moi ;-)

Écrit par : Pharamond | 04/10/2022

@Pharamond : Le bon historien, il sélectionne un sujet et pan !, il le révise en fonction de la mode ; le mauvais historien, il sélectionne un sujet et pan !, il le révise en fonction de la vérité. ;-)

Écrit par : Blumroch | 04/10/2022

@ Pharamond
Lorsque les européennes se font rissoler au soleil, elles n'espèrent pas devenir bleu pétrole
Lorsque les afwicaines se décolorent avec des corticoïdes et autres orvietans, elles savent avec pertinence qu'elles resteront, au maximum....noires
Il y en a, ici même, en ville, qui arborent sur la face, des plaques jaunâtre d'enduit, est ce pour blanchir, pour se protéger ?
Nul ne sait
Nul ne pose la question

Écrit par : Kobus van Cleef | 05/10/2022

Comment ça le roi Arthur n'a pas existé ? et on ne m'en a rien dit sur BFM ?

Écrit par : Paul.Emic | 05/10/2022

Blumroch > Mais qui délivre les permis de chasse, pardon, d'étudier ? Qui ?

Kobus van Cleef > en fait, le métissage est plus long, mais plus efficace pour griser le monde (pas d'en le sens de l'enivrer).

Paul.Emic > Tant qu'on y est, et je te conseille de rester assis : Astérix non plus ;-)

Écrit par : Pharamond | 05/10/2022

@Pharamond : Heureusement que tu n'as pas écrit "kiKiMéKI" !
Le bon historien, il a obtenu une bien-nommée peau d'âne (yep, c'est injuste pour l'animal) ; le mauvais historien, lui, se passe des permis et autorisations.

Écrit par : Blumroch | 05/10/2022

Blumroch > L'expression est devenue désuète. C'est amusant quand on pense qu'elle était moins justifiée jadis qu'aujourd'hui. Nos anciens étaient plus lucides, faut-il croire.

Écrit par : Pharamond | 05/10/2022

ah ! je suis trop dégoûté !

Écrit par : Paul.Emic | 05/10/2022

Un personnage de *Smith Conundrum* avait eu l'idée brillante de mesurer l'importance des notoriétés à partir de la taille des notices leur étant consacrées dans les encyclopédies, avant de réfléchir aux évidentes limites de cette intéressante méthode et donc d'abandonner ses recherches. Dans le même esprit, grâce à Gougueule, Steve Sailer s'occupe ici de la dynamique non d'un astéroïde mais d'une réputation :
https://www.takimag.com/article/the-dynamics-of-repute/
Le jeu a ses limites, mais il est amusant.
(Un conseil : mieux vaut ignorer la casse.)

Écrit par : Blumroch | 05/10/2022

Paul.Emic > Désolé, la vérité est parfois difficile à admettre.

Blumroch > C'est beaucoup de travail pour... quoi au juste ?

Écrit par : Pharamond | 05/10/2022

@Pharamond : Travail considérable par la quantité, pas par la qualité.
L'utilité ? Voir, de manière approximative, les entrées et sorties du purgatoire de la mémoire. Par exemple, qu'un Mencken ne soit plus une référence suscite l'étonnement.

Écrit par : Blumroch | 05/10/2022

On sait un journaliste écrivain de troisième ordre[1] consumé par une folle jalousie quand il pense au succès d'un ancien confrère[2] vendant bien plus que lui alors qu'ils ont commencé l'un et l'autre au *Figagaro*. L'animal, qui prétend défendre la civilisation, se révèle dans ce "touitte" tout récent :

Campagnol tvl@TvlCampagnol
Il faut voir Praud habillé comme un maquereau des années 30 ricaner sur la désuétude de l'idée de héros devant Philippe de Villiers ( lequel hélas est incapable de lui répondre "et Marvel ? Et Ian Solo? Et Spiderman ? ")

Pas même Maximus Decimus Meridius, pas même William Wallace (on ne perdra pas son temps à évoquer des héros un peu plus illustres, réels ou imaginaires -- ce serait cruel).
C'est l'époque. Il est Plutarque qu'on ne le pense.

[1] Combaz qui assure le porte-parolat de Léon le Prophète, Voyant Délirant.
[2] Le Z. Who else ?

Écrit par : Blumroch | 06/10/2022

Blumroch > Chaque époque ajoute sa couche d'êtres humains plus ou moins oubliables, il faut bien faire de la place.

Le lien ne donne rien.

Écrit par : Pharamond | 06/10/2022

@Pharamond : Dans tous les domaines, la mauvaise monnaie chasse la bonne.

C'est sans importance puisque j'ai recopié le texte, du plus haut comique. En d'autres temps, les vrais intellectuels trouvaient des exemples de héros chez Plutarque (Bardèche) et chez L'Arioste (Jünger). Belle dégringolade. La mauvaise monnaie... (voir *supra*).

Écrit par : Blumroch | 06/10/2022

Écrire un commentaire