statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2022

Je plussoie (59)

"Nous entrerons bientôt dans une phase de l'Histoire universelle où aucune des libertés que nous avons à peine eu le temps de connaître ne sera plus tolérée."

Mircea Eliade

 

"Les esclaves heureux sont les pires ennemis de la liberté."

Marie von Ebner-Eschenbach

 

"Lorsque la réussite se mesure à l’aune du montant de ses revenus, comment espérer que des individus continuent de valoriser l’intégrité, l’honnêteté, la fierté du bel ouvrage ou le souci du bien commun ?"

Vincent de Gaulejac,

 

"Dans le souhait de s’épuiser dans l’immédiat, il y a le renoncement à l’infini. Rien n’est plus gênant que de voir une nation qui a abusé — à juste titre — de l’attribut « grand » — grande nation, grande armée, la grandeur de la France — se dégrader dans le troupeau humain haletant après le bonheur."

Emil Cioran

 

"Se révolter pour le compte d'un peuple ignorant, revient à s'immoler par le feu pour éclairer le chemin à un aveugle."

Muhammad Rashid Rida

 

"Quand une information, qui induit une peur en toi, est répétée à longueur de journée dans les médias, ça doit être un signal pour te dire que quelque chose se trame, et que c'est certainement à tes dépens. La meilleure chose à faire est alors de prendre du recul et de te demander ce que ta peur peut apporter au Pouvoir en place."

Laurent Gounelle

 

"Quand un peuple a plus peur du récit que du réel, alors il est prêt à soutenir un tyran."

Alexis Haupt

 

Le monde moderne ne censure plus que celui qui se révolte contre l’avilissement. 

Nicolás Gomez Davila

 

"Le voyageur voit ce qu'il voit. Le touriste voit ce qu'il est venu voir."

Gilbert Keith Chesterton

 

Commentaires

Mircea Eliade, vous avez la date?

Écrit par : realist | 12/05/2022

1982

Écrit par : Pharamond | 12/05/2022

C'est bien la phrase d'Eliade la moins savoureuse. Déjà employer le futur pour cette stupide expression "entrer dans l'Histoire" (pour entrer quelque part, il faut bien sortir d'ailleurs non ?) et puis "tolérer une liberté" est un non-sens du concept de liberté (légalité versus légitimité...) qui du reste est un concept des plus brumeux qui soient. Si quelqu'un se donne le droit de tolérer ou d'accorder une liberté aux autres, c'est qu'il n'y a de liberté nulle part, ni avant, ni après.

Écrit par : Martin-Lothar | 12/05/2022

Martin-Lothar > Il ne dit pas "entrer dans l'Histoire", mais "entrer dans une phase de l'Histoire" ce qui est différent.
Dans l'Histoire du Monde les libertés quelle qu'en puisse être l'origine sont accordées par le pouvoir et toujours fragiles. Quand les choses se durcissent elles restent un temps tolérées avant les remises en question.

Écrit par : Pharamond | 12/05/2022

Celle sur les esclaves me rappelle un texte dont on peut extraire quelques phrases de manière malhonnête en oubliant le contexte (procédé malheureusement habituel chez les amateurs de fast thoughts) :

"[...] the worst slave-owners were those who were kind to their slaves, and so prevented the horror of the system being realised by those who suffered from it, and understood by those who contemplated it"
,
"The fact is, that civilisation requires slaves. The Greeks were quite right there. Unless there are slaves to do the ugly, horrible, uninteresting work, culture and contemplation become almost impossible."
(On serait curieux de savoir ce qu'évoque, dans l'esprit d'un abruti comme Schwab, "culture and contemplation" ; en fait, non : ce ne doit pas être bien joli).

Écrit par : Blumroch | 12/05/2022

Blumroch > Les esclaves ont continuellement changé de lieu et de dénomination, mais il y en a toujours eu et sans doute y en aura-t-il toujours. Les damnés des usines asiatiques qui travaillent pour des salaires de misères dans des conditions effroyables afin d'alimenter nos magasins ne sont pas autre chose.

Je ne crois pas Schwab crétin - encore faudrait-il s'accorder sur la définition - mais dément et malfaisant.

Écrit par : Pharamond | 12/05/2022

@Pharamond : Le salariat est un esclavage tempéré par la possibilité de changer de maître.

Je n'ai jamais vu un individu équipé d'une vraie cervelle vouloir régenter l'existence d'autrui comme cet abruti (et ses complices, marionnettistes et marionnettes), dont les capacités sont comparables à celles, évidentes, d'un Castex ou d'une Ursula la Chyène. Etre un nuisible est à la portée du premier cafard venu pourvu qu'il soit à la bonne position. Les Global Young Leaders ne sont pas sélectionnés pour leur intelligence, comme le démontre la liste. Même les méchants des James Bond ont l'air plus vif et font preuve d'un peu plus d'intelligence -- sauf celui joué par Lonsdale.

Écrit par : Blumroch | 12/05/2022

Et cette dernière, adaptée par Kob's
L'immigrationnisme, c'est comme le tourisme, c'est de déporter des gens qui seraient mieux chez eux dans des endroits qui seraient mieux sans eux

Écrit par : Kobus van Cleef | 13/05/2022

Blumroch > Quand on est ni qualifié ni pistonné ça reste difficile.

"Etre un nuisible est à la portée du premier cafard venu pourvu qu'il soit à la bonne position." Mais comment a-t-il acquis cette positions sinon en étant plus performant des cafards - je n'ai pas dis le meilleur.

Kobus van Cleef > D'accord avec vous.

Écrit par : Pharamond | 13/05/2022

@Pharamond : Parce qu'il a prouvé des qualités de cafard, à commencer par l'absence de honte et l'absence de compétences réelles dans quelque domaine que ce soit. Maurras avait observé que bien des ratés se lançaient en politique -- médecins, écrivains... Et vois le gourou que s'est choisi Schwab : Harar[abrut]i, qu'un simple Husson a pu anéantir en quelques dizaines de lignes chez le prétentieusement nommé "Le courrier des stratèges".

Écrit par : Blumroch | 13/05/2022

Blumroch > J'ai toujours eu un peu de mal à juger de la crétinerie d'autrui - sauf pour certains cas spectaculaires et indéniables - juger de sa malfaisance potentiel me suffit.

Écrit par : Pharamond | 13/05/2022

Un tardif merci pour la découverte de Marie von E.E.
Sa juste et brutale punchline est quasi une anticipation du "Happiness In Slavery" de NIN.

Écrit par : La Bleue | 16/05/2022

"Happiness In Slavery". Autant dire "You will own nothing and you will be happy." : c'est la promesse énoncée tranquillement par les ordures de Davos et de l'u.e., qui ont "oublié" d'ajouter, alors qu'ils pouvaient le faire sans risque aucun (la preuve, ils sont encore en vie) : "You will be nothing. You will be our slaves." -- sort qui, d'ailleurs, conviendra à l'immense majorité des survivants.
On préférerait encore le bonheur dans le crime selon saint Barbey d'Aurevilly.
Je note que La Bleue écoute du brutal :
https://www.youtube.com/watch?v=mQ2-SkLfldk
;-)
Je ne connaissais ce groupe que par la bande sonore du FPS *Quake* et les munitions du nailgun :
https://www.youtube.com/watch?v=Mv5Jvr2Fp48
Those were the days.

Écrit par : Blumroch | 16/05/2022

De Wilde : "On mechanical slavery, on the slavery of the machine, the future of the world depends." Inutile d'ironiser sur les discours du futur Spartacus androïde ; mieux vaut lire la nouvelle de Williamson intitulée "With folded hands...".

Écrit par : Blumroch | 18/05/2022

Moi je ne connaissais que : https://www.youtube.com/watch?v=3zoE2CLw5FU

Écrit par : Pharamond | 18/05/2022

Aujourd’hui on a des ménagements, même sans vue d'intérêt, pour l’homme le plus décrié. *Je n'ai pas*, vous dit-on, *sujet de m’en plaindre personnellement, je n'irai pas me faire le réparateur des torts.* Quelle faiblesse ! C’est bien mal entendre les intérêts de la société, et, par conséquent, les siens propres. Pourquoi les malhonnêtes gens rougiraient-ils de l’être, quand on ne rougit pas de leur faire accueil ? Si les honnêtes gens s’avisaient de faire cause commune, leur ligue serait bien forte. Quand les gens d’esprit et d’honneur s’entendront, les sots et les fripons joueront un bien petit rôle. Il n’y a malheureusement que les fripons qui fassent des ligues, les honnêtes gens se tiennent isolés. Mais la probité sans courage n’est digne d'aucune considération ; elle ressemble assez à l'attrition qui n'a pour principe qu'une crainte servile.

C'est de Charles Duclos, dans ses *Considérations sur les moeurs de ce siècle*, au chapitre IV intitulé "Sur la probité, la vertu et l’honneur" (3 notions impossibles à expliquer à un contemporain moyen). Inutile de donner la référence chez wikisource.

Écrit par : Blumroch | 22/05/2022

A la non-demande générale... ;-)

https://fr.m.wikisource.org/wiki/Consid%C3%A9rations_sur_les_m%C5%93urs_de_ce_si%C3%A8cle/Chapitre_04

C'était déjà l'affrontement raconté par Lafferty entre les "Good Guys and Good Gals" et le "Secret Crocodile".

Écrit par : Blumroch | 25/05/2022

Écrire un commentaire