statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2022

Le jeu des deux images (346)

Comme son nom l'indique il s'agit de deux images qui doivent vous permettre par analogie de deviner l'identité d'une personnalité vivante ou défunte.

346a.jpg

346b.jpg

 

Commentaires

Kleber Haedens, évidemment. Cet amateur de rugby sut échapper aux rigueurs de la Libération en maintenant des relations équilibrées entre Vichy et la Résistance.

Écrit par : Nathanaël | 11/05/2022

Pour enfoncer deux portes ouvertes, nous avons donc une balance et ce qui semble être une partie de rubgy. Seul le génie du Kamerad Kobus van Cleef pourrait faire de la jeune personne au stylographe la solution.
L'heure est g[r]ave. Voilà ! C'est Charles Gave.
Et si on me demandait "Pourquoi ?", je répondrais comme dans la réclame pour une boisson à l'orange sanguine : "Parce que". Sophiste, j'irais avancer que Gave aime à tenir des discours assez équilibrés, et qu'il aime la baballe du Sud-Ouest.
Abellio et Blondin ont éprouvé de l'intérêt pour le ballon ovale, sport jugé par eux plus intelligent que la baballe au pied (ce n'est pas difficile) ; l'un et l'autre ont eu affaire à l'ignoble Thémis.
Ezra Pound, Jacques Perret, Conan Doyle ou Saint-Loup en vertu du principe "Jamais deux sans trois" (ils ont tous déjà été deux fois la solution). ;-)

Écrit par : Blumroch | 11/05/2022

Ah, Nathanaël a donné la solution pendant que je tapais mes sottises. Mat en un coup : bravo et welcome back !

Écrit par : Blumroch | 11/05/2022

Nathanaël > Non ce n'est pas lui, le personnage est beaucoup plus ancien.

Blumroch > Personne de la liste. Il faut trouver le point commun entre une pesée et le rugby...

Écrit par : Pharamond | 11/05/2022

@Pharamond : La suggestion de Nathanaël me semblait bonne. Tant mieux pour les mânes de Kléber Haedens : je m'apprêtais à dire le peu de bien que je pense de son *Histoire de la littérature française*. ;-)

Écrit par : Blumroch | 11/05/2022

Si on pèse les joueurs, y'aurait donc une variété -- peu répandue, en tout cas peu mise en avant -- de rugby à cheval avec pour jockey un boxeur. Ce doit être sportif, bien plus que le polo. Le nom de l'inventeur m'est inconnu. ;-)

Écrit par : Blumroch | 11/05/2022

Sandrine Rousseau !
Nommée ministricule des sports par Méchancon, elle est capable d'imposer des affrontements parfaitement égalitaristes et paritaires au rugby, dont chaque match verrait une équipe féminine se mesurer à une équipe masculine, le poids total des joueurs (en gandoura) étant obligatoirement égal au poids total des joueuses (en burkini), et réciproquement. Canal+ et "la prince" seraient sans doute preneurs.

Écrit par : Blumroch | 11/05/2022

Blumroch > J'ai beaucoup aimé "Adios" et "L'été finit sous les tilleuls". Son "Histoire de la littérature française" lu il y bien longtemps m'avait un peu ennuyé, sans doute à cause de mon manque de culture dans le domaine.

Cela doit tenir un peu du combat de cavalerie.

Écrit par : Pharamond | 11/05/2022

Blumroch > On y viendra sans doute, mais ce n'est pas la réponse. Comme je l'ai dit à Nathanaël le personne est beaucoup beaucoup plus vieux que la femme de l'homme démontable.

Écrit par : Pharamond | 11/05/2022

@Pharamond : Au poing (nu ou ganté), ce serait du brutal.

Il y étale quelques lacunes, surtout en littérature médiévale, et ça se voit trop. Dans mon fort lointain souvenir, c'est surtout moins iconoclaste que ne le pensent les ceusses n'ayant pas lu cet ouvrage surestimé.

Cette dangereuse abrutie a une tête sans âge. ;-)

Je n'ai pas trouvé, mais je vais laisser une chance aux autres. ;-)

Écrit par : Blumroch | 11/05/2022

Sans illusion, et à cause de cette fiche de police :
https://en.wikipedia.org/wiki/Rugby_ball
le Richard Lindon au rôle apparemment crucial dans la conception (forme et poids) du ballon ?

Écrit par : Blumroch | 12/05/2022

J'ai trouvé : selon kikipedia, existe un joueur de *rugby* qui s'appelle Jean-Baptiste Pezet !
Est-ce vraiment une énigme liée au sport ? Si oui, je sors le joker "Jamais de sport". ;-)

Écrit par : Blumroch | 12/05/2022

Blumroch > Non, aucun des personnages cités. Le rapport ave le sport existe, mais tient de la culture générale, il me semble. Mais peut-être ai-je compliqué à l'excès cette énigme. Dommage ce n'aurait été que plus de félicité au vainqueur ;-)

Écrit par : Pharamond | 12/05/2022

@Pharamond : N'importe lequel des dieux égyptiens assistant à la pesée du coeur de chaque mort, au moment de son jugement : Anubis, Thot, Harmakhis, Atoum, Shou, Tefnout, Geb, Nout, Isis, Nephtys, Horus, Hathor, Hou, Sia et Osiris. Tous les ceusses qui, de près ou de loin, ont eu un lien avec le rugby (pelouse, télévision, littérature sportive...) sont confiés à Hammout, la dévoreuse des âmes impures.
If it's not true, it's well found. ;-)

Écrit par : Blumroch | 12/05/2022

Blumroch > Je donne donc la solution. Il s'agit de Brennos ou Brennus, le chef gaulois qui a pillé Rome et avait une manière bien à lui de peser. L'équipe gagnante du championnat de France de rugby remporte le bouclier de Brennus, sculpteur homonyme. Voilà. J'ai glissé un indice dans mon dernier commentaire quand je parle de "félicité au vainqueur" pour essayer de faire deviner son contraire "Vae victis".

Écrit par : Pharamond | 12/05/2022

@Pharamond : Tu pouvais attendre quelques tentatives de retardataires. ;-)
C'était introuvable, en tout cas très retors. Ce "félicité au vainqueur" était comme ces références qu'on reconnaît sans pouvoir en retrouver la source. Bravo pour l'ingéniosité !
J'aurais donné une chance au public en mettant la célèbre épée sur l'un des plateaux.

Écrit par : Blumroch | 12/05/2022

Blumroch > Je suis un peu rouillé depuis la dernière énigme que j'avais proposée il y a bien longtemps et j'ai eu peur de faire trop facile. juste une affaire de réglage avant la prochaine ;-)

Écrit par : Pharamond | 12/05/2022

Il s'agit bien évidemment de notre petite ecrivaillonne, usant de la pointe crouille
Suivez le raisonnement
Par la démonstration positive, et non par l'absurde
Premier cliché, une balance, Thémis dit Blumroch, mais surtout, l'illustration ou la nécessité de tenir un équilibre serré entre ce qu'on impose lors de la rédaction d'une fiction et ce que peut encaisser le lecteur ( quoique, actuellement, on ne se préoccupe plus de ce qu'il peut encaisser, on balance, on enfourne)
Deuxième cliché, une mêlée masculine, fouillis de membres musculeux, de trognes virilissimes.... faut il y voir une allégorie d'une certaine idéologie politrouk basée sur la force virile ( et qui fit tant tellement de mal à notre petite folliculaire)?
Ou bien l'aspiration de la féminitude à trouver son complément, genre pied pour sa chaussure ?
Voilà, quod era demostratum

Écrit par : Kobus van Cleef | 13/05/2022

@Pharamond : Le Kamerad Kobus van Cleef vient, magistralement, d'expliquer la *vraie* solution, arguments irréfutables à l'appui. Je la trouve plus satisfaisante que la tienne (et d'ailleurs, je ne savais rien sur ce bouclier qui fait office de trophée sportif !). Tu as beau avoir imaginé l'énigme et t'en croire l'auteur, ton *inconscient* a parlé : ta solution aurait-elle vraiment été Brennus que tu aurais choisi, à l'évidence, une illustration avec des plateaux *déséquilibrés* (les poids truqués et l'épée pour faire bonne mesure). La balance de l'image, c'est bien celle de l'équilibre prudent, de la *phronesis* dont, jusqu'à sa fin tragique, a fait preuve notre héroïne préférée.
Autre élément de preuve qui ne saurait être un hasard : j'évoquais récemment les combats des immortels d'*Highlander*. Or, jamais ils n'utilisent de bouclier. Un Gaulois aurait-il été plus couard ?
Les noms d'Abellio, de Blondin, de Pound et de Perret, que les gauchistes placent -- à bon ou à mauvais droit -- dans le camp des ignobles persécuteurs de la jeune personne au stylographe, m'avaient été suggérés, inspirés même, par une sourde prescience que j'étais incapable de justifier, faute d'avoir le génie de KvB.
Q.E.D. ;-)

Écrit par : Blumroch | 13/05/2022

P.S. : Tu sais l'existence d'un excellent documentaire consacré à une coupe du monde de fouteballe ayant eu lieu en 1942 en Patagonie : les vaillants indiens Mapuches avaient alors écrasé l'équipe des UberMenschen nazistes. Ayant à trouver une image dénonçant la Bêtimmonde du Troisième Empire, ton insconscient t'a suggéré une chaîne de raisons en forme d'arabesque latérale de Peter : qui dit fouteballe naziste dit balle, qui dit balle dit ballon, qui dit ballon dit rugby naziste.

Écrit par : Blumroch | 13/05/2022

Il y aurait des thèses à écrire sur la balle ovale
Ouvrons quelques pistes
Dans le domaine de la balistique, un ovale, bien calibré,se déplace mieux dans les fluides qu'une sphère, raison pour laquelle on a abandonné les balles de plomb toutes bêtes pour les balles ovoïdes
L'ovoide est rassurant, sa longueur supérieure à sa largeur permet de croire qu'on tient dans ses bras un corps vivant ( ou assimilé, voir ou revoir "qu'elle était verte ma vallée" les scènes où le fantassin est réduit à un tronc dans un lit d'hôpital)
Sa trajectoire erratique lorsqu'il se déplace à faible vitesse imite les palinodies de l'humanité ( ou de l'âne de buridan)

Écrit par : Kobus van Cleef | 13/05/2022

Ovoïde : sujet dangereux, dans nos temps éclairés, illuminés même. Le mot peut faire penser à "voïvode" qui fait russe (même si c'est roumain). Pire, on pourrait ranimer certain vieux conflit narré par Swift :
//
Ces deux formidables puissances [Lilliput et Blefuscu] ont, comme j’allais vous dire, été engagées pendant trente-six lunes dans une guerre très-opiniâtre dont voici le sujet. Tout le monde convient que la manière primitive de casser les œufs avant que nous les mangions est de les casser au gros bout : mais l’aïeul de sa majesté régnante, pendant qu’il était enfant, sur le point de manger un œuf, eut le malheur de se couper un des doigts, sur quoi l’empereur son père donna un arrêt pour ordonner à tous ses sujets, sous de grièves peines, de casser leurs œufs par le petit bout. Le peuple fut si irrité de cette loi, que nos historiens racontent qu’il y eut à cette occasion six révoltes, dans lesquelles un empereur perdit la vie et un autre la couronne. Ces dissensions intestines furent toujours fomentées par les souverains de Blefuscu ; et, quand les soulèvements furent réprimés, les coupables se réfugièrent dans cet empire. On suppute que onze mille hommes ont, à différentes époques, aimé mieux souffrir la mort que de se soumettre à la loi de casser leurs œufs par le petit bout. Plusieurs centaines de gros volumes ont été écrits et publiés sur cette matière ; mais les livres des gros-boutiens ont été défendus depuis long-temps, et tout leur parti a été déclaré, par les lois, incapable de posséder des charges. Pendant la suite continuelle de ces troubles, les empereurs de Blefuscu ont souvent fait des remontrances par leurs ambassadeurs, nous accusant de faire un crime en violant un précepte fondamental de notre grand prophète Lustrogg, dans le cinquante-quatrième chapitre du Blundecral (ce qui est leur Alcoran). Cependant cela a été jugé n’être qu’une interprétation du sens du texte, dont voici les mots : que tous les fidèles casseront leurs œufs au bout le plus commode. On doit, à mon avis, laisser décider à la conscience de chacun quel est le bout le plus commode, ou au moins c’est à l’autorité du souverain magistrat d’en décider. Or, les gros-boutiens exilés ont trouvé tant de crédit dans la cour de l’empereur de Blefuscu, et tant de secours et d’appui dans notre pays même, qu’une guerre très-sanglante a régné entre les deux empires pendant trente-six lunes à ce sujet, avec différents succès. Dans cette guerre, nous avons perdu quarante vaisseaux de ligne et un bien plus grand nombre de petits vaisseaux, avec trente mille de nos meilleurs matelots et soldats : l’on compte que la perte de l’ennemi, n’est pas moins considérable. Quoi qu’il en soit, on arme à présent une flotte très-redoutable, et on se prépare à faire une descente sur nos côtes.
//

Écrit par : Blumroch | 13/05/2022

Kobus van Cleef > Tous les chemins mènent à Amsterdam.

Blumroch > il doit bien exister une théorie du genre pour les balles et ballons.

Écrit par : Pharamond | 13/05/2022

@Pharamond : Hamster (de combat) ! Damn !

Pas improbable. A notre époque de folie, on ne peut plus forcer le trait, pressentir des délires ou inventer des grotesques : le réel s'en charge.

Écrit par : Blumroch | 13/05/2022

Blumroch > :-)

Ce qui contribue grandement au sinistre de l'époque.

Écrit par : Pharamond | 13/05/2022

j'ai écrit "qu'elle était verte ma vallée?"
erreur
c'est "johnny got his gun"

Écrit par : kobus van cleef | 23/05/2022

Écrire un commentaire