statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/05/2022

Chronique du temps de la Covid-19 (116)

Ce matin, en accord avec la météo, je pars en chemisette à mon travail. C'est en arrivant à la station de tram que je m'aperçois que j'ai laissé mon masque dans mon blouson. Je ne suis pas en avance et je n'ai pas envie d'acheter un paquet entier à la supérette du coin alors qu'il m'en reste une réserve assez fournie chez moi. Je décide donc de prendre le tram sans. Pendant le trajet je n'ai aucune réflexion ni aucun regard réprobateur, d'ailleurs je suis loin d'être le seul dans ce cas.

Commentaires

@Pharamond : Dès que foutriquet 2.0 en aura décidé, la muselière pour tous reviendra, avec le reste. Paraît d'ailleurs qu'il l'avait remise en extérieur, au lendemain de la visite de l'immonde Guillaume Portails.

Écrit par : Blumroch | 10/05/2022

Blumroch > Je ne me fais pas d'illusions, hélas.

Écrit par : Pharamond | 10/05/2022

Comme m'a dit un ami hier soir: le covid, c'est fini. Au pire une ou deux injections de plus et ce sera bon :-(
Ami qui avait été surpris que son passeport sanitaire reste valide lorsqu'il a été covidé.

Écrit par : Sven | 11/05/2022

Sven > Ton ami est un modèle du genre.

Écrit par : Pharamond | 11/05/2022

bedeau > Une forme de divination ;-)

Écrit par : Pharamond | 11/05/2022

Comme beaucoup, il a été sidéré par ce qu'on raconte la télé.
Dans une autre discussion, j'ai appris que l'état fait bénéficier de logements sociaux et verse des pensions mensuelles de plus de 1000 euros à des sexagénaires qui ont passé plusieurs dizaines d'années en prison et n'ont jamais travaillé. Je n'ai pas su les raisons de l'emprisonnement ni l'origine de l'ex-taulard, en revanche, j'ai appris que ce brave homme excellait dans de nombreux sports appris en prison. La suite au prochain entraînement.

Écrit par : Sven | 13/05/2022

J'aimerais bien savoir de quel (s) sport (s) il est question

Écrit par : Kobus van Cleef | 13/05/2022

Tu vas être déçu, Kamerad. Il s'agit de sports de raquette (et non de racket dans lequel ce citoyen modèle excellait peut-être): squash, tennis, pelote basque. Je pense qu'il y avait des convois de la taule aux installations sportives de la ville (au moins pour la pelote), avec, vraisemblablement, vu le niveau de l'ex-détenu, des cours qui leur étaient réservés. Y a bon la prison! Le mec ayant fait 30 piges de prison, même si c'est en plusieurs fois, ça ne doit pas être des faits bénins.

Écrit par : Sven | 13/05/2022

Sven > C'est la retraite minimum pour tous, anciens taulards ou non, en effet l'ASPA est actuellement de 916,78€.

Écrit par : Pharamond | 13/05/2022

Dans le même style, le club de karaté où je m'entrainais pré-covid avait dû inscrire un "migrant". Un soir, une jolie blonde débarque avec un Sub-saharien. Ils suivent l'entraînement et viennent nous voir à la fin. La fille nous explique qu'il souhaite s'inscrire chez nous, nous demande les formalités et nous dit que tout sera réglé par son association, c'est-à-dire nos impôts. Il est venu s'entraîner 10 fois - c'était un peu excentré donc pas très facile d'accès-, a été brutal, pas méchant mais très bête (je n'avais jamais vu un regard aussi vide). On a été un paquet à se lasser et à cogner aussi fort que lui, sauf que n'ayant pas de technique, lui ne touchait que rarement. Pour couronner le tout, il ne ménageait pas les quelques filles s'entraînant avec nous, et qui, bien sûr, n'osaient rien dire. D'un autre côté, c'était l'égalité des sexes.

Écrit par : Sven | 13/05/2022

@Pharamond

Comment se fait-il que certains anciens touchent une misère?

Écrit par : Sven | 13/05/2022

Sven > Parce que nous sommes dans un grand pays gouverné par des individus éclairés ou quelque chose comme ça.

Écrit par : Pharamond | 13/05/2022

Sven > "D'un autre côté, c'était l'égalité des sexes." :-)

Écrit par : Pharamond | 13/05/2022

"D'un autre côté, c'était l'égalité des sexes." : anecdote déjà rappelée, mais *bis repetita...* : dans *Ghost Dog*, un méchant tue une femme flic qui voulait contrôler sa voiture. A son copain qui lui reproche d'avoir refroidi une femme, l'autre répond avec la froide logique du féministe militant qui sait que la fonction est toujours neutre :
"-- A cop ! I just shot a cop. They wanna be equal... I made her equal."
Pour un revolver, "equalizer" n'est pas un vain mot.
https://www.youtube.com/watch?v=NLr19u_KQK4
Un autre méchant avait d'ailleurs formulé cet excellent conseil : "Pas de baise-main avec les femmes d'affaires."

Écrit par : Blumroch | 13/05/2022

Dure leçon pour deux jeunes qui n'étaient pas atteinte de délire wokiste. On rencontre souvent des gens plus sains dans certaines activités.
Mais inutile pour une débilo-progressiste (parasite du tertiaire passant ses journées à faire de powerpoints comme dirait le grand chauve). Faut dire, que bien que féministe égalitariste, elle avait "tout adoré" dans un pays muzz d'Afrique noire, où, pourtant, elle avait été mise à sa place de femme, qui plus est non muzz, par sa belle famille, lors du mariage de son frère, un humanitaire.
Ca ne me gêne pas, je suis ethno-différentialiste, mais, comme toujours, je demande de la cohérence.

Écrit par : Sven | 14/05/2022

@Blumroch

:-)

Bien qu'allergique au rap, j'aime bien la BO de Ghost Dog:
https://www.youtube.com/watch?v=OrPJ2sObEig
Surtout les morceaux instrumentaux.

Écrit par : Sven | 14/05/2022

@Sven : La magie du Hagakure et de Rashomon, la poésie de la guerre, l'évasion en bateau sur le toit... Je l'avoue sans honte : j'ai le DVD. ;-)

Écrit par : Blumroch | 14/05/2022

Blumroch > J'ai bien aimé "Ghost Dog", l'histoire est sans doute convenue, mais il reste le style.

Écrit par : Pharamond | 15/05/2022

@Pharamond : Quelles sont les histoires qui, dans les grandes lignes, ne sont pas plus ou moins attendues, quand on a un peu lu et vu ? ;-)
On exagère les vertus de l'esthétique de la surprise. Je me souviens d'une daube, *Usual suspects*, reposant sur une révélation se voulant surprenante, alors que l'identité du méchant était évidente (et totalement invraisemblable aussi) dès les premières minutes (même phénomène dans les FPS où les concepteurs veulent tellement être imprévisibles en plaçant les adversaires qu'ils font le contraire de ce qui conviendrait). Et rien, pas une seule scène, ne sauvait ce navet surestimé qu'on m'avait célébré comme extrêmement intelligent.

Écrit par : Blumroch | 15/05/2022

Blumroch > Ce n'était pas une critique, juste un constat. l'histoire du tueur qui finit par être éliminer à son tour par ces commanditaires (mafia, services spéciaux, etc.) non sans avoir descendu quelques sicaires avant de mourir à la fin est un classique.
Je ne suis pas un fanatique des twists cher au cinéma actuel, souvent maladroits ou incohérents, bien que certains soient réussis.
Enfin, "Usual suspect" n'est pas habile il est malhonnête car il nous montre des choses qui s'avéreront n'avoir pas une lieu, ce n'est plus de la manipulation mais du trucage.

Écrit par : Pharamond | 16/05/2022

@Pharamond : J'allais dans ton sens. ;-)
Nous sommes donc au moins deux à n'être pas en admiration devant *Usual Suspects*. On a beau se moquer de l'avis d'autrui, c'est quand même rassurant de n'être pas absolument, radicalement seul à trouver qu'un navet est un navet. ;-)

Écrit par : Blumroch | 16/05/2022

Je l'ai vu à de nombreuses reprises avec toujours autant de plaisir. C'est le dernier grand film que j'ai vu au ciné. Ca fait déjà ~20 ans.

Critiquer le premier chef d'oeuvre d'un des plus grands cinéastes, il n'y a qu'ici qu'on peut lire de telles énormités. On doit aussi à Singer un superman et toute la série des x-men. Sans compter, entre les deux périodes, le trop méconnu apt pupil, et, plus tard, Valkyrie qui ne dénature aucunement ni la figure de Stauffenberg ni les motivations des comploteurs comme Goerdeler.
C'est autre chose que les histoires de samouraïs et de bateau sur le toit d'un immeuble.

Écrit par : Sven | 17/05/2022

Le Kamerad Sven est injuste : on doit pouvoir donner la moyenne, voire un peu plus, à trois ou quatre films de la Marvel, malgré la propagande plus ou moins sournoise, et malgré des ficelles scénaristiques devenues des cordages de marine. Même parmi les pires, savoir la série des intraduisibles "Avengers", on trouve parfois une scène ou une idée à sauver : dans l'un d'eux, pourtant irregardable, on voit de méchants nazistes contrôlant secrètement le monde, prêts à liquider depuis les airs une grande partie de la population au nom du Bien. Le parallèle avec la maudite u. dite "e." est clair. ;-)
Ils ont le mérite de montrer que les effets spéciaux gratuits l'emportent sur l'histoire. Mieux, grâce à eux, on sait qu'un raton-laveur en polygones est plus expressif que bien des marionnettes présentées comme des acteurs.

Écrit par : Blumroch | 17/05/2022

Blumroch > J'avoue n'avoir regardé que le premier "Spiderman" et le premier "Captain America", il y a très longtemps ensuite j'ai décroché.

Sven > Merci de remettre les pendules à l'heure, nous avions dérapé.

Écrit par : Pharamond | 17/05/2022

@Pharamond : Les films annonces m'ont dissuadé d'en regarder plusieurs (Thor, Wolverine, Spider Man...). J'ai trouvé regardables sans ennui les deux premiers X-Men, le premier Captain America, le premier Iron Man et Dr Strange. Navets : les suites de ceux *supra*, tous les Vengeurs et surtout les Gardiens de la galaxie.

Au service de la Rééducation Citoyenne, Sven fera un grand commissaire politique. ;-)

Écrit par : Blumroch | 17/05/2022

Blumroch > Il faut savoir se préserver.

Oui, et c'en est inquiétant.

Écrit par : Pharamond | 17/05/2022

Hier, je suis allé dans le service de palliatif, voir un ami ( oui, pas d'autres mots) en mauvaise posture
En redescendant, au niveau du blok op,monte une femme qui pousse les casiers contenant les paquets d'instrumentation
Afwicaine, elle faisait la course en tête pour le rapport diamètre transversal sur diamètre longitudinal
Et j'étais largement battu
Bref
Voyant que j'étais démasqué, elle m'a proposé un masque, pioché directement dans les racks à matériel de la klinik
Gratis pro déo ( dorant ? d'Oran ? D'orant ? Possible, après tout, hein)
Ha merci ma bonne amie, point ne voudrais ruiner un établissement en perte de vitesse ( à preuve, il grenouille dans le palliatif, le soin de suite et l'hospit' à domicile, mais un ci devant directeur m'avait confié que c'était le créneau à prendre car moins sujet à concurrence, risques et tracasseries, le truc c'est de recruter les personnes idoines)
Bref, je suis sorti de l'ascenseur tout ruisselant de sollicitude caribéenne
Oui, parfois je fais cet effet aux femmes

Écrit par : Kobus van Cleef | 21/05/2022

Écrire un commentaire