statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/02/2021

Facho ! (3)

Au-delà de tout, dans le fascisme, il existe un sentiment du monde, un certain style de vie, une approche particulière de l’existence. Dans le fascisme, il y a, avant la politique, une dimension esthétique, symbolique et existentielle, il y a un certain savoir-faire aristocratique voué au peuple, qui fait décanter l’esprit en cultivant le corps, qui porte en triomphe la mort en vivant pleinement sa vie, qui expérimente la liberté au sein de la communauté.
Être fasciste, c’est une chose presque indéfinissable, un quid, un mélange d’activisme, de jeunesse, de combativité, de mysticisme. Être fasciste, c’est avoir une allure sobre et décontractée, tragique et solaire, c’est posséder une volonté de grandeur, de puissance, de beauté, d’éternité, d’universalité. C’est adhérer à une logique de fraternité, de camaraderie, de communauté. Être fasciste, c’est avoir conscience d’une destinée et avoir l’envie éhontée de l’affronter, avoir la capacité de vivre pleinement dans la bande, dans l’équipe, dans le clan et de savoir élever ce lien au niveau de la nation et de l’empire. Être fasciste, c’est avoir 17 ans pour toute la vie.
C’est se dépasser, c’est donner forme à soi-même et au monde. Être fasciste, c’est jouir en scandalisant les moralistes, les sépulcres blanchis, les vieux perruqués. C’est cultiver la radicalité dans le pragmatisme, ressentir le dégoût pour la décadence et la petitesse d’esprit, tout en sachant vivre dans son temps, goûter à la modernité, puiser dans l’enthousiasme faustien pour la modernité.
Être fasciste, c’est avoir pour compagnons, au-delà de toute complication cérébrale le feu, le marbre, le sang, la terre, la sueur et le fer. C’est parvenir à faire vibrer ses cordes intérieures sur la fréquence des plus humbles tout en refusant l’adulation, l’indulgence, la démagogie et la prostitution intellectuelle. N’avoir de la nostalgie que pour le futur !
Le fascisme, c’est fonder des villes, assainir des terres, porter un projet de civilisation. C’est concevoir l’existence comme une lutte et une conquête, sans ressentiments. C’est faire don de soi aux camarades, à sa nation, à son idéal, jusqu’au sacrifice extrême. Oui être fasciste c’est tout cela avec, en plus, un style, une idée de l’esthétique, un goût pour le décorum. C’est être élégant et souriant jusqu’à l’échafaud et au-delà.

Adriano Scianca

CasaPound, une terrible beauté est née (2012)

Source : Au milieu des ruines - Europa Aeterna

Commentaires

Si j'en crois ce texte, je ne dois pas être *si* fasciste : je ne confonds pas les moralistes avec les moralisateurs ; je suis né vieux (malgré ma dilection pour les jeux vidéo) ; je n'ai jamais eu la nostalgie du futur (quand j'ai longtemps été un grand lecteur de science-fiction et quand j'ai immédiatement été séduit par les premières machines cartésiennes individuelles programmables appelées ordinateurs, sans jamais leur attribuer de pouvoirs divins) ; je sais assez bien l'histoire des sciences et techniques pour en connaître les limites (sans pourtant donner dans le spiritisme ou le spirituel) ; enfin, j'ai quelque peine à concevoir ce qu'est l'élégance du facho après l'échafaud -- un sourire de mépris pour l'éternité ?
Refuser tout compromis et toute compromission avec le nombre, avec le troupeau, avec la facilité, ça oui. Faut admettre que les figures de Prométhée ou même de Faust sont peut-être hors de notre portée, autant que celle d'Ulysse (menteur ou non).
Half joking. L'inspiration du texte est plutôt sympathique, bien qu'adolescente ("Avoir 17 ans pour toute la vie"). Eman, qui serait, comme ce Scianca, proche de CasaPound, tient ici des propos plus français :
http://amoyquechault2.over-blog.com/2021/01/fallet.html
Le vrai fasciste est sans doute, comme Bardèche, simplement un honnête homme en colère devant l'injustice, la sottise et le mensonge -- un honnête homme révolté ne se bornant pas à réfléchir, mais prêt à agir.

Écrit par : Blumroch | 18/02/2021

Le deuxième paragraphe m'évoque irrésistiblement le scoutisme, au moins tel que je l'ai compris dans les années 50...

Écrit par : pakounta | 18/02/2021

Le vrai fasciste est sans doute, comme Bardèche, simplement un honnête homme en colère devant l'injustice, la sottise et le mensonge -- un honnête homme révolté ne se bornant pas à réfléchir, mais prêt à agir.

Ben voilà , ça me convient très bien ! Et quand on voyait Maurice Bardèche à la télé dans une émission littéraire ce n' était pas l' excité extrémiste agité du bocal comme on présente généralement le "facho" !

l'élégance du facho après l'échafaud ... qui avait trouvé ce jeu de mot hilarant : ascenseur pour les fachos ?

Écrit par : EQUALIZER | 18/02/2021

@EQUALIZER : Merci, Kamerad.
(edit/fix : "mais se tenant prêt à agir")

L'ascenseur pour les fachos, c'était ici :
http://guerrecivileetyaourtallege3.hautetfort.com/archive/2019/10/15/selfxit-6183300.html
Je suppose n'avoir pas été le premier à la trouver.

Écrit par : Blumroch | 18/02/2021

Globalement d'accord avec Scianca et avec le Kamerad Equalizer.
La nostalgie pour le futur peut se comprendre par l'espérance du petit matin où tout sera à reconstruire.

@ Blumroch
Tu viens de te démasquer :-)
https://www.eyrolles.com/Loisirs/Livre/ascenseur-pour-les-fachos-9782877644327/
https://www.lemonde.fr/vous/article/2009/03/06/ascenseur-pour-les-fachos_1164279_3238.html

Écrit par : Sven | 19/02/2021

@Sven : C'est toujours rageant d'avoir la confirmation que certains mots sont évidents. ;-)
En voici deux que j'aurais bien voulu [re]trouver : "La câline inspirée" et "se moquer du candide raton".

Écrit par : Blumroch | 19/02/2021

après ça y' a pu qu' à baisser le Pont Lévy ..

Écrit par : EQUALIZER | 19/02/2021

Prolongeons l'exercice *littéraire*, exclusivement *littéraire* du Kamerad EQUALIZER : Lévite à Sion, est-ce un pléonasme ou un impératif adressé à saint Joseph de Cupertino[1] visitant Iéroushalaïm ? ;-)

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_de_Cupertino

Écrit par : Blumroch | 19/02/2021

Une Lévite à col de fou rire ?

Écrit par : EQUALIZER | 19/02/2021

Blumroch > Je suis d'accord avec EQUALIZER : tu as parfaitement résumé ce qui semble être l'essence du fasciste, loin de l'image de grosse brute à moitié débile avide de violence. C'est curieux que cela soit aujourd'hui interdit de l'être (fasciste pas grosse brute).

pakounta > Le scoutisme d'alors parce que celui d'aujourd'hui a bien dégénéré avec la société.

Sven > "N’avoir de la nostalgie que pour le futur !" est une jolie formule qui peut être interprétée de différente façon, c'est pour moi un formidable message d'espérance, pas une foi passive dans un avenir meilleur parce que l'espoir fait vivre, mais dans un futur bâti dès aujourd'hui dans l'action.

Écrit par : Pharamond | 19/02/2021

je pense être trop lâche pour être fasciste.
Et puis bon " avoir pour compagnons, au-delà de toute complication cérébrale le feu, le marbre, le sang, la terre, la sueur et le fer" et oublier la douceur feutrée de ma résidence, durement acquise à force de soumissions et renoncements quotidiens devant le grand capital, je dis Niet camarade.

Écrit par : Mr freeze | 19/02/2021

Mr freeze > Effectivement des compagnons aussi peu câlins demandent beaucoup d'abnégation et être jeune. Critères qui me font défaut, aussi comme le dis si bien Xavier Eman :
"Trop bien nourri, trop fatigué et trop lâche, je ne suis qu'un romantique reconnaissant, un mauvais fils admiratif, qui peut au moins travailler à ce qu'on ne crache pas trop sur ses glorieux anciens. C'est une tâche qui n'est pas inutile ni dérisoire.
Mais suis-je fasciste ? Non. Seuls mes rêves le sont."

http://guerrecivileetyaourtallege3.hautetfort.com/archive/2020/09/30/fachos-6266877.html

Écrit par : Pharamond | 19/02/2021

Ou alors, vieux et au bout du rouleau, comme moi

Écrit par : Kobus van Cleef | 19/02/2021

Pharamond> Merci, je ne connaissais pas ce M. Xavier Eman. J'ai bien fait de venir...

Écrit par : Mr freeze | 19/02/2021

L' Espagne pourtant bien descendue a encore une belle jeunesse décomplexée , très minoritaire mais exemplaire :

https://www.youtube.com/watch?v=vdvsXXCcHsY&feature=emb_title

héritière de ses valeureux aînés ! on peut lire "12 ans en enfer - Division Azul" du Capitaine Palacios ..

https://www.youtube.com/watch?v=mZbN32CUxvI&feature=emb_rel_end

Presente !

Écrit par : EQUALIZER | 19/02/2021

@ Blumroch

De l'inconvénient d'être né trop tard :-)

Écrit par : Sven | 20/02/2021

Kobus van Cleef > Sans doute ; vieux, je le serais plus tôt que je ne le souhaiterai et au bout du rouleau, il m'arrive parfois de de me sentir dans cette situation, mais jusqu'à présent je découvre toujours un peu de matière à dérouler pour continuer. Pour combien de temps encore ?

Mr freeze > Tout le plaisir est pour moi, et Xavier Eman mérite d'être connu.

EQUALIZER > Surprenant. Il n'y a qu'en France que "l'ordre" républicain règne sans partage.

Écrit par : Pharamond | 21/02/2021

Écrire un commentaire