statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/11/2020

Chronique du temps de la Covid-19 (37)

Un bref passage dans le centre ville, hier, m'a permis de découvrir une boutique de vins et spiritueux et une autre de décorations d'intérieur ouverts malgré le confinement : la notion de commerces de produits de premières nécessités me semble assez floue.

Commentaires

@Pharamond : Faut bien que les élus boivent pendant que les Français trinquent.
La déco d'intérieur, ce doit être pour refaire les bureaux, comme le tyran en chef. Ou pour occuper les épouses.
L'important, c'est de ne pas lire -- ce qui ne doit guère les changer.

Écrit par : Blumroch | 17/11/2020

Blumroch > C'est sans doute une explication, de mon côté plus rien ne m'étonne et c'est là tout le soucis.

Écrit par : Pharamond | 17/11/2020

Dans je ne sais plus quel texte, Rivarol observait : "Rien n’étonne quand tout étonne : c’est l’état des enfants."
Adapté à ton cas, cela devient : "Rien n'étonne qui devrait étonner : c'est l'état des sages." ;-)

Écrit par : Blumroch | 17/11/2020

La fermeture des bibliothèques est de mise chez moi
Chez vous aussi je suppose
Les bibliothécaires, gentils phonxioneres territoriaux, donc cathegorie C, sont des êtres fragiles, souffreteux
Ici, après la première confination, les biblio ont réouvert après un mois de battement
Il fallait poser les bouquins sur un portant, en vrac, où ils restaient une semaine
Une semaine à sécher et puis après, les gentils employés les prenaient avec gants et visière de débroussaillage, les passaient sous le lecteur de puce RFID ( oui, le temps des fiches de mon enfance est révolu,y avait des fiches bristol que la fabuleuse bibliothécaire de mon enfance, sortait du pli du bouquin,tamponnait puis inserait dans son merdier) puis sur un chariot et hop dans les rayons
Avec ce zyztem, les rayons étaient au trois quart vides, déjà qu'au naturel....

Écrit par : Kobus van Cleef | 17/11/2020

Blumroch > Jolie formule de Rivarol.
Tu es trop aimable, mais je ne suis pas sage.

Kobus van Cleef > Même hors Covid à la bibliothèque de Bordeaux on pouvait pendant les heures de fermeture mettre les livres dans un fente qui menait à un bac où ils tombaient pêle-mêle et s'écornaient et s'abimaient ; aucun respect. Je me souviens d'avoir pris un jour un livre pour le consulter et m'apercevant que la reliure était à deux doigts de lâcher je l'avais donner à une employée qui m'avait remercié avec un curieux sourire. Quelques minutes plus tard alors que je continuait ma quête d'un ouvrage à emprunter je la vois quitter son son bureau et remettre le livre que je lui avais confié à sa place.

Écrit par : Pharamond | 17/11/2020

spiritueux .. tout l' esprit dans ce mot :-D mais bien sûr que c' est de 1ère nécessité ! j' enrage de voir cet état voyou , nous dicter ce qui nous est ou pas nécessaire , d' autant que c' est un inventaire à la Prévert d' où il ne manque qu' un raton laveur , ça et l' auto autorisation de sortie ! et quoi encore ? un virus bidonné , une trouille monumentale instrumentalisée et tous nos droits précaires et révocables .. révoqués ! comme ça , sans guerre , sans troupes d' occupation ?

Question épidémie , hiver 1969 (grippe de Hong Kong) : 31.000 morts en deux mois (!!!) pour 51,5 millions d' habitants , sans mesures d' exception ! Corona-19 2020 : 40.000 (?) morts en 9 mois sur 67 millions de clampins ... Etat de dictature , suspension de nos libertés fondamentales ! l' Etat-étau se resserre !!!

Écrit par : EQUALIZER | 17/11/2020

EQUALIZER > Oui, mais comme je le disais à Blumroch les laquais du Système vous diront que c'est justement grâce à leurs mesures contraignantes mais efficaces qu'il y a eu aussi peu de victimes.

Écrit par : Pharamond | 18/11/2020

il y a une certaine logique entre se bourrer la gueule et repeindre les murs

Écrit par : Paul.Emic | 18/11/2020

Paul.Emic > Je n'avais pas fait le rapprochement :-)

Écrit par : Pharamond | 19/11/2020

:-)

Écrit par : Paul.Emic | 19/11/2020

@ all gamers

Ce soir, en allant au petit supermarché à côté de chez moi pour acheter une LED, la caissière en chef annonçait à la caissière qui passait mes achats non essentiels: demain possible émeute pour cause de promo sur une console de jeu (~200 euros au lieu de ~320 euros d'après le catalogue en ligne). Le magasin avait déjà reçu des dizaines d'appel pour savoir combien il était possible d'en acheter d'un coup. J'ai chantonné un grand succès du Dr Merlin (paroles G. Faye si je m'abuse) à la grande consternation de la caissière en chef, une vieille constipée.

Écrit par : Sven | 20/11/2020

@Sven : Les vrais gamers méprisent les consoleux. ;-)

Écrit par : Blumroch | 20/11/2020

@ kamerad blum et sven
console de jeux pourrait se contrefartir en "consoeur de geôle"
ce qui est beaucoup plus explicite
le jeu est, qu'on en aie conscience ou pas, une sorte de prison, tout comme l'infinie variété des addictions mises à notre disposition par l'imagination des marchands
le tabaque, la gnôle, les nippes, les voyages (oui, je plaide coupable), les ouatures ...
ainsi que les façons de valoriser l'égo que l'évolution nous a ancré dans le comportement (l'amour, la satiété gastrique, la vacuité vésicale et intestinale, la propension à s'abriter du froid et de l'humide, du chaud et du trop sec, la satisfaction des couilles bien vidées ou de la vulve bien remplie)

bien qu'ayant des enfants et un gendre gameur (ils font des games? j'ai jamais pu accrocher à ces trucs là, faut dire que j'ai pas beaucoup fait d'efforts)je doute qu'acheter plusieurs kon-soles puisse aider à jouer mieux
je me pense que c'est pour la revente
ou pour offrir à la famille?

Écrit par : kobus van cleef | 20/11/2020

@Kamerad Kobus van Cleef : Vous avez parfaitement raison, le jeu est bien une sorte de prison... qui permet d'échapper momentanément à une autre prison appelée réalité (même si "Reality is for people who can’t handle Science Fiction"). Comme les livres, comme les films (les moins mauvais, s'entend). C. S. Lewis avait observé que les ceusses qui n'aimaient pas la littérature dite d'évasion étaient ordinairement les geôliers. ;-) Faire une partie de *Thief Dark Project*, de *Planescape Torment*, de *Vampire Bloodlines* (to name just a few among the very best ones), c'est oublier pour un temps la prison dirigée par Foutriquet 2.0 et sa clique. On y a même l'illusion du contrôle -- surtout avec les FPS cathartiques. J'serais au gouvernement que je donnerais l'ordre au méprisable Bonnel de produire un jeu permettant de liquider ministres, députés et autres politicards, à titre de défoulement dans l'imaginaire.
Une simple manière de passer le temps en attendant que le gros du troupeau descende enfin dans la rue avec torches et fourches, ou de crever, selon ce qui arrivera en premier.
On n'ira pas ajouter grand-chose à Pascal et à Caillois sur le sujet. ;-)

Écrit par : Blumroch | 20/11/2020

Sven > Les mains sur les manettes, le regard tourné vers l'écran ils ne verront rien venir et mourront sinon heureux au moins hébétés.

Écrit par : Pharamond | 21/11/2020

Écrire un commentaire