statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2020

Musique (555)

Tomás Luis de Victoria

Vidi speciosam

Tomás Luis de Victoria

Duo Seraphim Clamabant

Commentaires

Il faut savoir *interrompre* une grève quand c'est pour signaler un article éclairant :
https://lesobservateurs.ch/2020/09/27/un-professeur-duniversite-les-musulmans-doivent-quitter-le-pays-les-suedois-ne-seront-plus-majoritaires-en-2065/
La Suède a donc su affronter le surestimé virus de Wuhan (10ème seulement au classement des pires, selon Jean-Dominique Michel), mais elle est désarmée face à un danger réel. La mafia au pouvoir en France a choisi, elle, d'encourager toutes les invasions virales.
Bon, c'est pas tout, ça ; faut savoir *reprendre* la grève... ;-)

Écrit par : Blumroch | 01/10/2020

Il faut savoir *interrompre* une grève quand s'impose la nécessité de signaler la naissance d'une nouvelle religion, découverte grâce à La Lime :
https://www.youtube.com/watch?v=_48gKagPaB0
Une religion qui prolonge parfaitement la religion du bonheur, avec ou sans mélodie :
https://www.youtube.com/watch?v=GKDxpbWkWi8
Bon, les musicalmars et autres interventions, c'est terminé, mais c'est pas une raison pour ne pas *reprendre* la grève... ;-)

Écrit par : Blumroch | 01/10/2020

Blumroch > Une autre voix dans le désert. Je me souviens qu'un Marocain de retour de Suède m'avait dit il y a quelques années que le ce pays était beaucoup plus tolérant que la France avec les étrangers. On voit le résultat.

Excellents ces deux sketchs.

Peut-on parler de grève perlée ?

Écrit par : Pharamond | 01/10/2020

Il faut savoir *interrompre* une grève pour répondre au directeur du club.
De même que l'é[1]tat doit[2] être universel, la grève doit être, comme la mobilisation, totale -- sauf en cas de NMI[3], comme le savent tous les ceusses qui ont pratiqué, en des temps plus heureux, le 6502[4]. Le signalement d'un lien ou d'une page est une NMI ; une anecdote ou un commentaire, non.
Reprise de la grève[5]. ;-)

[1] Dans l'original, y'a une capitale. Je désapprouve.
[2] Pas à mon avis, mais c'est sans importance et je ne développerai pas, encouragé par l'absence de toute réaction.
[3] Non-Maskable[3a] Interrupt.
[3a] J'l'ai pas fait exprès.
[4] Those were the days...
[5] Je fais mon Cassen cégétiste, mais je le dois avouer : je ne sais même pas ce qu'est une grève perlée... et j'ai point envie d'le savoir. ;-)

Écrit par : Blumroch | 01/10/2020

Blumroch > Tant pis, je te le dis : c'est une grève qui n'est pas continue comme tu avais dû le deviner ;-)

Écrit par : Pharamond | 01/10/2020

Il faut savoir interrompre une grève pour signaler la nouvelle fermeture, volontaire, depuis plusieurs jours, d'un blog méchant, celui de Bonnal... qui révise encore, paradoxalement, certains billets. On peut donc supposer que la reprise aura lieu pour son prochain livre -- il finira par rivaliser avec Onfray.
Reprise de la grève[1] *usque ad victoriam*.

[1] Grève motivée par plus de 35000 caractères laissés sans le moindre commentaire du directeur, contrairement à une tradition solidement établie ici pour atténuer le silence éternel des infinis leurkeurs. ;-) Voir ici, *infra* (pas dit : Onfray) :
http://guerrecivileetyaourtallege3.hautetfort.com/archive/2020/09/15/musique-554-6263685.html#c8935089

Écrit par : Blumroch | 04/10/2020

l faut savoir interrompre une grève pour signaler cet article intitulé "Le laxisme, stade suprême du totalitarisme" :
https://normalosphere.wordpress.com/2020/09/28/le-laxisme-stade-supreme-du-totalitarisme/
Le site pourrait bien n'être pas foutriquetiste malgré cette fière profession de foi : "Le blog de ceux qui sont en même temps de droite, de gauche et du centre".
Reprise de la grève.

Écrit par : Blumroch | 05/10/2020

Succulent,cet article
Le kamerad Blumroch a des trouvailles géniales, de véritables pépites

Écrit par : Kobus van Cleef | 05/10/2020

l faut savoir interrompre une grève pour remercier Kobus van Cleef.
En un mot : Blumroch est un *signaleur*, Kobus van Cleef un créateur[1]. Avantage à KvC. ;-)
Reprise de la grève. ;-)

[1] Voir son oeuvre, dispersée ici et ailleurs.

Écrit par : Blumroch | 05/10/2020

Blumroch > Bonnal est un curieux personnage.

Oui, l'article n'est pas mal du tout et le site à l'air aimablement mal pensant.

Écrit par : Pharamond | 05/10/2020

Il faut savoir interrompre une grève pour signaler, à tout hasard, une vidéo recommandée avec raison par La Lime :
https://www.bitchute.com/video/8ibvX0UJkvEl/
Ce Dimitri Jacques oublie qu'il prêche le petit nombre des raisonnables ayant un peu lu ou même un peu observu et réfléchu. Loi du genre : l'appel final à la résistance et à la désobéissance ne suggère aucun remède utile, quand la seule réaction efficace, au stade où nous en sommes, serait, sur le terrain, le rassemblement des fourches et des bâtons pour riposter aux mauvais coups des tyrans et de leurs milichiens serviles.
Si faute d'un nouveau Poujade pour les animer, les restaurateurs et hôteliers ruinés par les mesures folles de Foutriquet 2.0 préfèrent se tuer, se taire ou kollaborer...
Mais j'ai déjà été trop long. Reprise de la grève.

Écrit par : Blumroch | 08/10/2020

Pas question d' aller au resto remplir une fiche de police !

Écrit par : EQUALIZER | 08/10/2020

Une fois par jour, il faut savoir interrompre une grève pour signaler cette variante du jeu des deux images (ça fait longtemps !) :
http://yvesdaoudal.hautetfort.com/archive/2020/09/30/du-fn-au-rn-6266874.html
Reprise de la grève.

Écrit par : Blumroch | 09/10/2020

Souvenirs souvenirs .. avec JMLP bâillonné ! affiche à propos qui convient à sa fille .. si elle pouvait fermer sa gu..le ça nous ferait des vacances ! elle n' existerait pas .. Macron l' aurait inventée . On a eu aussi JMLP "L'Outsider" façon tiercé gagnant .. et puis en Chef indien "sortons de notre réserve" .. il n' a pas osé poser avec le keffieh d' Arafat en affiche "nous sommes tous des palestiniens" ;-) dommage ... pour pas fâcher ses copains de la tribu ? :-D

Écrit par : EQUALIZER | 09/10/2020

Il faut savoir, une fois par jour, interrompre une grève pour célébrer les vertus -- et aussi le sens moral -- de l'algorithme qui, chez facebook, censure les images. De fait, il avait fort bien réagi à cette photo exposant parfaitement la psychologie de la marionnette mise, par fraude, à la tête de l'euroterritoire anciennement appelé France :
https://fr.sputniknews.com/france/201811291039099678-macron-facebook-censure-braqueur-photo-antilles-saint-martin
Pris d'une légitime et compréhensible nausée devant ce cliché, l'algorithme en avait justement déduit le caractère obscène.
Et c'est *ça* qui contrôle nos existences. Y'a un F.F.Q. (Feuilleton Français de Qualité) à faire sur les moutons qui, presque tous, acceptent tout et s'habituent à tout. J'ai déjà le titre, à peine énigmatique, et probablement exagérément optimiste : *99,2% de soumis".
Reprise de la grève.

Écrit par : Blumroch | 10/10/2020

Deux remarques suite aux derniers liens mentionnés par le Kamerad Blumroch.

Pas beaucoup de différence entre FN et RN. JMLP a sciemment saboté toute chance d'arriver au pouvoir en échange d'un niveau de vie confortable. Sinon, comment expliquer les "dérapages" pré-électoraux? Il a purgé les cadres compétents et a bénéficié de l'aide du pouvoir pour retarder la prise de conscience de la menace que constitue le génocide par substitution. La justice a tranché en sa faveur pour l'utilisation du nom FN contre Mégret qui avait derrière lui 60% des cadres du parti. Si le FN avait été dirigé par Mégret, certaines/beaucoup de nos idées seraient mises en application. Sa fille a maintenu le cap assimilationniste (contre l'opinion de 100% de ses électeurs) avec purges et sabotages à répétition (absence de soutien à la MPT, rien sur le fait que les tueries de 2015 ont été perpétrées par des assassins de nationalité française ou belge, avec la complicité et le silence de nos compatriotes de banlieue, rien non plus sur les migrants, et a continué le grand n'importe quoi avec le débat, l'abandon de l'euro (contre l'opinion de 80% de ses électeurs). Sauf que de purge en purge, il ne reste plus que des médiocres et des adversaires de nos idées (Messiah qui nous traite d'ordures racialistes, Chenu, fondateur de gaylib à l'ump, Racheline, le bâtisseur de mosquée, longtemps Phillipot, le chevènementiste, ..., ) salariés par fifille pour être assurée de leur soutien.

Pas encore reçu mais ça ne saurait tardé, le dernier numéro d'Eléments:
https://www.revue-elements.com/produit/le-mythe-de-la-contre-culture/
Dedans un article du caustique François Bousquet intitulé
Souverainisme et pédérastie, tout sur le zizi tricolore
J'y avais songé, Bousquet l'a fait (en mieux à n'en pas douter). Jean-Yves Le Galou l'a rapidement évoqué à la fin d'I-media.

Écrit par : Sven | 10/10/2020

Déjà reçu Elémens ... pas eu le temps de tout lire ... j' ai R&A en cours ;-)

Écrit par : EQUALIZER | 10/10/2020

Il faut savoir interrompre une grève pour la seconde (*seconde*, pas *deuxième*) fois en un jour afin de signaler, à tout hasard, deux liens au Kamerad Sven et peut-être à EE :
https://resistancerepublicaine.com/2020/10/06/bruno-megret-marine-le-pen-est-devenue-une-femme-politique-comme-les-autres/
https://www.lepoint.fr/politique/bruno-megret-marine-le-pen-est-une-sorte-de-rentiere-03-10-2020-2394659_20.php
Bonne attaque de Tasin : "Mégret est très intelligent, trop." ;-)
Reprise de la grève.

Écrit par : Blumroch | 10/10/2020

@ Blumroch

Le problème de Mégret, c'est son charisme. En éminence grise, il aurait été parfait. De Villiers dans le rôle du traître, quelle famille!
Tu connais mon peu d’appétence pour les laïcards, profs de gauche, républicains, favorables, pendant des années, au grand remplacement des "salops de beaufs par de beaux enfants du soleil" et qui maintenant viennent pleurer que x millions d'Africains se comportent en Africains et qu'une bonne majorité d'entre eux prient le cul en l'air. Et pourtant, en vacances à Marrakech ou à Djerba, on pouvait se faire faire des choses qu'aucun jeune blanc n'aurait accepté. Quelle tristesse ma bonne dame!

Écrit par : Sven | 10/10/2020

Interruption quotidienne de la grève afin de signaler une nouvelle intervention de La Mite :
https://www.youtube.com/watch?v=lPdFEJRvtEc
J'y souris de moins en moins, quand je pense aux Unterraten -- sous-rats et sous-rates -- qui peuplent l'euroterritoire (ou l'euroland ?) encore appelé, pour le moment et par abus, France. (Diversitudistan, anyone ?) A considérer l'universelle absence de résistance face aux ordres *délirants* du despote, nous ne sommes même pas des hypanthropes. :-(
Pour rire un peu, ce monument de malveillance télévisuelle qui mériterait un Stasi BFM Platinum Award :
https://www.youtube.com/watch?v=S5iavG89eRo
Comme disait Monteilhet, de nos jours, on ne trouve plus de courage que chez les femmes -- notre moraliste savait évidemment que les derniers lecteurs sont en majorité des lectrices... et les flattait en conséquence. Etrange, que tous les grands chefs, protégés par leur notoriété voire par leur clientèle, ne se lèvent pas contre les mesures imbéciles et criminelles qui vont les achever. A Marseille, on allait voir ce qu'on allait voir. Eh bien, on a vu.
D'autres l'ont déjà dit et redit, mais Nicolas L[evine ?] l'a exprimé lui aussi, à raison :
https://les-minuscules.blogspot.com/2020/10/selection-naturelle.html
Face au virus de Wuhan surestimé, face à l'invasion sous-estimée, même complicité des masses heureuses de participer sans mot dire aujourd'hui à leur servitude, demain à leur anéantissement. La seule injustice, dans cette situation, c'est de voir les raisonnables être quand même emportés par le *main stream* de la kronnerie.
Y'a vraiment des moments où l'on souhaiterait avoir un dragon de compagnie :
https://www.youtube.com/watch?v=ltfFIu_91-I

@Sven : Même jugement que toi sur l'engeance professorale. Ils se prétendent des rebelles mais ne sont que des kapos qui comptent au nombre des meilleurs auxiliaires du régime : leur obéissance inconditionnelle aux directives inutiles et grotesques en témoigne. Et ça prétendait, à une époque, favoriser l'esprit critique !

Reprise de la grève.

Écrit par : Blumroch | 11/10/2020

*Post scriptum* à l'interruption quotidienne de la grève : parlant de l'engeance enseignangnante (c'est volontaire), je m'aperçois avoir osé dire "ils". Les lecteurs d'*avant* auraient compris que cette *généralisation* ne m'interdisait pas d'admettre l'existence de quelques exceptions mettant la règle à l'épreuve (*probare*[1]). Des lecteurs contemporains y verront deux *horreurs* et même deux crimes : l'expression d'un *jugement* et une manifestation d'*essentialisme*. Je précise donc que cet "ils" correspond à une proportion estimée entre 80 et 95 pour 100 du corps professoral, tous niveaux confondus, de la maternelle au Doctorat d'Etat ; que cet avis n'engage que moi ; que nous sommes tous humains ; que c'est à peu près ce que je veux dire mais que je rectifierai si nécessaire devant les caméras en accusant mes détracteurs d'avoir mal compris, ou encore en admettant que je me suis mal exprimé, ou encore les deux (sous réserve d'une troisième tactique me venant à l'esprit plus tard) ; que cette généralisation correspond à mon *ressenti* ; que je l'énonce en toute bonne foi sur les bases de mon expérience et de mes lectures ; que je ne condamne pas *tous* les enseignangnants mais que je m'en méfie *a priori* tant qu'ils n'ont pas démontré être différents de la masse de leurs camarades inféodés au régime.
Cela allait sans dire, avant, mais cela ira mieux, maintenant, en le disant.
N'empêche : il n'y a de science que du général. Si l'induction est désormais interdite, les conversations vont devenir très difficiles à force de (fausses) nuances et (fausses) subtilités inutiles.
Fin du *post scriptum*.

Écrit par : Blumroch | 11/10/2020

Même la kamerad Blum a du ressenti ... moi aussi ! nombre d' enfants ? deux ... ressenti .. une centaine :-D OK cette fois je sors ... :-(

Mégret , j' ai été pour .. pourquoi ? parceque lui voulait vraiment aller au Pouvoir , faire gagner le FN .. ce coup ci je prends la porte ;-)

Écrit par : EQUALIZER | 11/10/2020

Il faut savoir interrompre une grève pour la seconde fois de la journée afin de signaler au Kamerad EQUALIZER ceci : parodiant à peine les discours interdisant toutes les généralités (qui ont pourtant leur raison d'être, comme les stéréotypes qui reposent sur l'observation d'un grand nombre de cas), I was joking indeed, notamment pour le "ressenti" et pour le fait d'être humain. Comme Pierre-Antoine Cousteau, je suis né sec de coeur et j'en remercie Crom et la déesse Alea. ;-)
Reprise de la grève.

En parlant de grève : le directeur du club est bien silencieux.

Écrit par : Blumroch | 11/10/2020

Moive un créateur ?
C'est trop d'honneur
Le seul truc qui m'importerait serait de claquer
L'arme à la main
Ou bien une arme factice
Qu'on puisse lire dans la presse "le gign ( le gigne, donc) liquide un krankeux en troisième ligne de chimio"
Puisqu'on nous assure, avant même le début de l'enquête, que le preneur d'otage,l'egorgeur du cureton, le flingueur de flicaille, sont, au choix des fous, des paranos, des psikopat ou des limites débiles ( cf le frère cadet des pois chiches) , peut être que le bulletin de santé d'un blanc cisgenre déterminé pourra être rendu public juste au moment de son décès ?
Ou peut être pas, après tout

Écrit par : Kobus van Cleef | 11/10/2020

Il faut savoir interrompre une grève pour saluer l'himalayen[0] AdB, véritable et giralducien Danube[0] de la pensée, qui tient à rassurer les esprits inquiets :
https://www.bvoltaire.fr/alain-de-benoist-les-garde-fous-qui-contenaient-autrefois-la-violence-sociale-ont-saute-les-uns-apres-les-autres/
La guerre civile n'aura pas lieu. En tout cas, il n'y *croit* pas -- ce qui ménage l'avenir, au cas où la réalité irait contrarier le devin. La même *phronesis* commande au Sigle d'énoncer, sans probablement démarquer qui que ce soit : "Je note, aussi, qu’en général, ceux qui la prédisent avec le plus d’assurance sont aussi ceux qui la souhaitent le plus." Me semblait plutôt avoir constaté que ceux qui voient venir cet affrontement depuis très longtemps (dès le funeste "regroupement familial" décidé par des traîtres) ne s'en réjouissent pas à l'excès, notamment parce que le nombre, les armes et la sauvagerie seront en face. Vrai que je ne saurais reprendre à mon compte les qualités qui suivent la prestigieuse signature : "Intellectuel, philosophe et politologue".
Ah, Kipling, que n'avez-vous terminé votre poème ainsi ! :
//
And -- which is more -- you'll be an Intellectual[1], my son !
//
Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire
Tu seras un Intellectuel[1], mon fils.
//
Belle devise, presque digne de François Double Zéro : "Philosophe ne puis, politologue ne daigne, intellectuel suis".
Et si AdB était un trait d'esprit autant que de modestie ? "Je suis capable d'énoncer tout l'alphabet des pensées humaines de A jusqu'à B".

Bref. Quand j'entends un individu se targuer d'être un nain tellectuel, je repense toujours à cette charmante anecdote racontée par un célèbre colonialiste :
//
Nous tous, qui vivons aux colonies, nous devons user de toute notre influence pour mettre l’agriculture et les métiers en honneur auprès des indigènes. Mais il n’est pas facile de convaincre les jeunes gens qui sortent des écoles que le travail au bureau ou à la factorerie n’est pas le seul qui soit indiqué pour eux.

La mentalité que nous avons à combattre se manifeste de façon typique dans deux histoires que j’ai vécues.

Il y a quelques années, j’avais entrepris pendant la saison sèche la construction d’un nouveau bâtiment. Mais les pluies arrivèrent plus tôt que nous ne les avions attendues. Il s’agissait donc de mettre au plus vite à l’abri dans un hangar les planches et les chevrons que nous pouvions auparavant laisser dehors. Moi-même, je peinai à en porter avec deux noirs, les seuls aides dont je disposais à ce moment. Apercevant un indigène habillé de blanc assis à côté d’un malade qu’il était venu visiter, je l’invitai à venir nous donner un coup de main. "Je suis un intellectuel et je ne porte pas de bois", fut sa réponse. "Tu as de la chance", répliquai-je, "moi aussi, je voulais devenir un intellectuel, mais je n’y ai pas réussi." Je ne pus le décider à nous aider.
//
C'est à Pierre Weité que je dois d'avoir lu le livre contenant l'anecdote rapportée *supra*. Lui seul, avec Bergier et Boissonnade, aura gardé le souvenir de l'immense Conrad Kilian. Tout se tient.
Reprise de la grève.

[0] Montagne, fleuve : taupinière et ru seraient plus exacts, mais moins élogieux, quand on évoque Le Trigramme.
[1] On remplacera, dans les deux langues, par "AdB", en respectant la prononciation : "Ah Dé Bé" ou "Eï Di Bi".

Écrit par : Blumroch | 12/10/2020

AdB n' est pas très apprécié du kamerad Blumroch :-D Ach la querre zivile gross malheur ! n' étant pas devin ces prédictions me semblent aussi vaseuses qu' un oracle .. je suis sans pythie pour les prophéties !

Que peut-on déduire de la situation présente si ça va de pire en pire sans plus de réaction populaire ? que bientôt nous envierons les brésiliens ! Oui , on pourra survivre dans une mélasse marronnasse avec un taux de criminalité élevé , une répression impitoyable des "déviants" , mal-pensants , réfractaires à l' oppression , y compris sanitaire ! . Guantanamo pour tous ! ses gardiens , ses chiens .

Mais on peut envisager d' autres scenarii , selon que l' on sera plus ou moins optimiste ou pessimiste ... Mon ressenti ? c' est cuit ! cours camarade le vieil immonde est derrière toi !

Écrit par : EQUALIZER | 12/10/2020

Une fois par jour, il faut savoir interrompre une grève afin de citer, pour l'édification d'éventuels commissaires politiques du Béhèlèmistan en tournée d'inspection, quelques passages d'un livre récemment relu, livre jadis écrit par un odieux colonialiste waciste dont, charitablement[1], je tairai le nom[2], qui mériterait d'être honni dans les siècles des siècles.
// Innocentes victimes
Parmi les esclaves il y en avait beaucoup qui avaient été vendus par leur tribu pour avoir commis des escroqueries ou parce qu’ils étaient accusés d’avoir nui aux autres par des pratiques magiques.
// Une raison inattendue
Des anciens m’ont raconté que les indigènes de certaines régions de l’intérieur vendaient leurs enfants en esclavage, pas tant pour y gagner, mais pour les envoyer dans un pays où ils auraient à manger à leur faim. L’Afrique équatoriale ne possédait à l’origine, comme je l’ai aussi exposé dans mon livre *A l’orée de la forêt vierge*, aucun arbre fruitier ni aucune plante comestible. Le bananier, le manioc, l’igname, la patate et le palmier à huile ne sont pas originaires de l’Afrique, mais ont été introduits des Antilles par les Portugais. Dans les régions de l’intérieur, où ces cultures vivrières étaient encore inconnues, les indigènesn’avaient pour aliments, outre les produits de la chasse et de la pêche, que certaines racines et les fruits de quelques arbres de la forêt.
// De nos jours, on ne trouve plus du bon personnel, ma chère...
Pendant mon premier séjour une femme indigène, qui paraissait être assez fortunée arriva à mon hôpital accompagnée de quatre hommes encore assez jeunes. Elle les présenta comme ses serviteurs. En réalité, c’étaient ses esclaves. Le lendemain, je la rencontrai au bord de la forêt en train de ramasser du bois pour faire son feu. A ma question, pourquoi elle était obligée de chercher elle-même son bois, puisqu’elle avait amené quatre esclaves, elle répondit en souriant : "Avoir des esclaves ne signifie pas être bien servi."
// Liberté, responsabilité et responsabilités
Un jour, pendant qu’un noir jovial et déjà âgé était en traitement à mon hôpital, un autre indigène vint me trouver et me demanda si je ne voulais pas garder cet homme à mon service ; il me le céderait comme travailleur à des conditions avantageuses. Je n’aurais qu’à le nourrir sans le payer. En réponse à mon étonnement et à mes questions il me raconta qu’il avait hérité de cet homme comme esclave de son père, qu’il était assez adroit et pas trop paresseux, mais qu’il jouait tous les tours possibles. Attendu que, selon le droit en vigueur chez les indigènes, le maître était tenu pour responsable de tous les méfaits commis par son esclave, il avait dû payer déjà bon nombre d’amendes et de dommages et intérêts pour lui. Il lui avait déjà souvent offert la liberté, mais l’autre ne l’avait pas acceptée sachant bien qu’il serait alors obligé de porter lui-même les frais de ses méfaits. Pour cette raison, il me l’offrait. "Tu sauras bien le mettre au pas", me dit-il. Malheureusement, je dus lui répondre que moi non plus je n’étais pas assez riche pour posséder un esclave aussi ruineux.
// Société du spectacle pris au sérieux
Dans les premiers temps de mon séjour ici, le missionnaire de Lambaréné présenta aux fidèles, qui étaient venus à la station pour fêter la semaine sainte, l’histoire de la Passion avec une lanterne magique. Quand Judas apparut pour la première fois sur l’écran au milieu des autres disciples, des cris partirent du fond : "Attention, il va te trahir." Quand, à Gethsemané, il baisa la joue du Seigneur, les spectateurs ne purent plus se maîtriser. Ils se levèrent, montrèrent le poing et proférèrent à l’envie des injures et des menaces. Le missionnaire dut les calmer avant de pouvoir continuer la séance.

L’identité entre l’image et la réalité est toute naturelle pour le primitif. Nous sourions de leur naïveté. Mais n’est-ce pas quelque chose d’inouï et de dangereux, que les hommes en soient arrivés à jouer avec la réalité et à faire entrer la fiction et l’artifice en concurrence avec elle ? N’en avons-nous pas subi une diminution de notre sensibilité pour ce qui est vrai ? Ne faut-il pas expliquer certains aspects inquiétants de la mentalité de l’homme moderne par le fait qu’il ne sait plus distinguer entre la réalité vraie et la réalité artificielle ? A partir du moment où l’homme perd la conception naïve que toute image est nécessairement la reproduction d’une réalité, il entre dans la voie d’un progrès générateur de dangers. Il ne peut avancer sans faillir sur cette voie que s’il acquiert, à la place de la naïveté perdue irrémédiablement une autre, supérieure et d’ordre spirituel. Nous devenons hommes dans le sens le plus élevé par l’acquisition d’une simplicité profonde qui est la plus haute sagesse.
// Tout le monde il est waciste
Arrive-t-il que des indigènes gravement malades se trouvent à l’hôpital sans être accompagnés de parents ou d’amis, nous sommes bien embarrassés. Il s’agit alors de trouver quelqu’un qui veuille bien faire le garde-malade auprès d’eux. Sans doute, il y a suffisamment de convalescents capables de rendre ce service. Si nous en trouvons un qui est de la tribu du malade en question, nous pouvons obtenir par des prières et par la promesse d’une gratification qu’il se déclare disposé à s’occuper de lui. Encore faut-il le surveiller de près, pour qu’il s’acquitte convenablement de ses fonctions.

Ce n’est qu’avec hésitation que nous nous décidons à demander à quelqu’un qui n’est pas de la tribu du malade de lui rendre les services dont il a besoin. Nous savons d’avance de quelle manière il recevra cette proposition. Il ne sert de rien que l’infirmière lui représente tout le bien qu’elle lui a fait, à lui qui était pourtant aussi un étranger pour elle, pour lui faire comprendre qu’à son tour il doive chercher à aider son prochain. Quoi qu’elle dise, la réponse est toujours la même : "Cet homme n’est pas frère pour moi", ce qui signifie qu’il n’appartient pas à la même tribu. Tout en ayant devant les yeux la façon dont nous-mêmes, médecins et infirmières, nous nous dévouons aux indigènes, il ne se départit pas de son indifférence naïve vis-à-vis de l’étranger. Au début, nous étions indignés de ce manque de charité. Maintenant nous nous sommes résignés.

Parfois, mais très rarement, nous avons le bonheur de trouver quelqu’un qui nous comprend et qui fait le bon samaritain à l’égard d’un malade qui lui est étranger.
// Danger imprévu de la culture biblique
Une charmante histoire de palabre m’est arrivée de Londres. Sur le bord d’un des lacs de l’Afrique Orientale Anglaise, un jeune fonctionnaire résidait au milieu d’une population encore bien primitive. Il avait à coeur de rendre des sentences conformes à l’esprit du droit indigène.

Il occupait depuis peu de temps encore son poste quand deux femmes arrivèrent devant lui avec deux nourrissons, l’un mort, l’autre vivant, chacune réclamant ce dernier comme son enfant. Le cas se présentait donc comme celui que Salomon avait eu à trancher et le jeune fonctionnaire fut bien content de pouvoir s’inspirer de cet exemple. Il appela donc un de ses soldats indigènes et lui ordonna de partager avec son épée l’enfant vivant et de donner une moitié à chaque femme.

Mais la suite de l’affaire fut tout autre que du temps de Salomon. Au lieu qu’une des femmes implorât le juge de ne pas faire tuer l’enfant, mais de le donner plutôt à l’autre, ici elles jubilèrent toutes deux et s’écrièrent ensemble avec toute l’assistance : "Voilà le bon juge ! En voilà un qui sait bien régler les palabres."

Le pauvre fonctionnaire fut très ennuyé, ne sachant à laquelle il devait donner l’enfant. Finalement, il s’en tira en l’attribuant à tout hasard à la plus belle des deux.
// Vocation au parasitisme : journaliste, avocat ou philosophe (c'est presque l'adébien "intellectuel, politologue et philosophe").
Un jour que j’étais sur le point de partir en congé pour l’Europe, un indigène de ma connaissance, magasinier d’une maison de commerce de Lambaréné, vint me prier d’emmener son fils âgé de douze ans pour le mettre à l’école chez les blancs. Je connaissais son fils comme un garçon brave et intelligent, et je promis au père de le faire venir en Europe quand il serait plus âgé. "Laisse ton garçon d’abord terminer l’école de la mission", lui dis-je, "et faire ensuite son apprentissage comme charpentier et aussi comme serrurier chez les missionnaires artisans. Alors, il pourra m’accompagner en Europe où je le confierai aux meilleurs des maîtres. En même temps il pourra apprendre à ressemeler les chaussures, puisque personne dans toute la région de Lambaréné ne s’entend à ce travail pourtant bien rémunérateur. À son retour d’Europe, il pourra s’établir ici et gagner largement."

L’indigène secoua la tête. "Ce n’est pas ce que je voulais", dit-il. "Quels projets avais-tu donc pour ton fils ?" lui demandai-je. "Je voulais qu’en Europe tu le mettes à l’école pour qu’il puisse devenir journaliste ou avocat."

Un indigène passablement instruit et déjà âgé dit à une de mes infirmières : "Si jamais je reviens au monde, je veux devenir professeur de philosophie, et écrire des livres."

J’ai constaté que les indigènes inclinent à considérer les blancs qui font du travail manuel comme des blancs de condition inférieure. À leurs yeux, les matelots sont des parias, parce que leur métier peut les obliger à manier des caisses, travail qui en colonie échoit d’ordinaire à l’indigène. C’est ainsi que les hommes d’une équipe de travailleurs qui trouvaient que je leur en demandais trop me dirent : "Tu nous traites comme des matelots."

En Europe on dit "travailler comme un n'haigwe[3]", chez les noirs cela s’appelle "travailler comme un matelot."
//
On en apprend de belles, dans les vieux livres qui, oubliés, ne seront pas *révisés*. Ne jamais oublier : nous leur devons *tout*.

@EQUALIZER : "*Brazil* ze movie 4 all !" :-(

C'est pas tout, ça : reprise de la grève.

[1] Expérience nouvelle, qui restera un *hapax*. C'est pour voir l'effet produit.
[2] Un indice : ce n'est pas ce Bernard Lugan odieux à tous les africanistes progressistes.
[3] L'orthographe a été modifiée.

Écrit par : Blumroch | 13/10/2020

Je n' ose imaginer ce bon docteur Schweitzer ? pianiste émérite !

Écrit par : EQUALIZER | 13/10/2020

@ Blumroch

Excellent! Comme le Kamerad EQUALIZER, je pense à Schweitzer. Par nature, et surtout rétrospectivement, je ne partage pas son dévouement qui aurait été mieux employé chez nous.

Les mentalités n'ont pas beaucoup évolué même chez les diplômés.
J'ai participé à des campagnes de mesures dans des pays des Suds comme on dit quand on est poli, conjointement avec des collègues de ces pays. Un de nos collègues de l'un de ces pays, blanc, ne comprenait pas que nous fassions parfois du travail de techniciens pour installer, faire fonctionner et parfois réparer nos instruments. Lui était accompagné d'un technicien, très légèrement coloré, et les deux observaient une division très stricte du travail. L'ingénieur s'assurait que son collègue avait bien tout ce dont il avait besoin pour son travail mais en aucun cas, il ne lui aurait donné un coup de main pour gagner du temps. Lui-même m'a avoué qu'il était ingé par validation des acquis, comme pouvaient le devenir, chez nous, certaines personnes sortant d'IUP, formation technique en 4 ans aujourd'hui disparue, et qu'il y avait une distinction similaire entre les ingés sortis d'une école et les gens comme lui. Et je ne fais pas allusion à u travail de bureau, mais a du travail dans des conditions difficiles - chaleur, humdité, dans l'eau la boue où tu es bien content quand quelqu'un t'aide à transporter du matériel lourd et parfois fragile. Cette anecdote remonte au début des années 2000.

Il y a quelques mois, j'ai assisté à une soutenance de thèse dans un pays d'Afrique, en tant que membre du jury. Un autre membre de ce même jury, africain, a demandé au doctorant de justifier le choix de la zone d'étude car située dans un pays. Content d'être en visio pour pouvoir rire peinard. Il a ensuite féliciter les collègues de ce pays pour la qualité de leur réseau de mesures, déplorant sa disparition et le manque de générosité de l'ancien colon, et feignant (de feindre) d'oublier que le système avait été installé par nous du temps de la colonisation et avait cessé de fonctionner après le départ du dernier coopérant français.

Écrit par : Sven | 14/10/2020

Interruption quotidienne de la grève pour saluer les Kameraden EQUALIZER et Sven qui ont bien identifié l'howwible colonialiste Albert Schweitzer, dont la fielleuse fiche de police :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Albert_Schweitzer
démontre que *nul* ne saurait échapper à la *controverse*. On passe aisément du grand Midi au grand Minuit, docteur ! ;-) Vrai qu'à une époque où de prétendus savants viennent nous expliquer la *noiritude* de Cléopatre... Parmi les nombreux résultats donnés par Gougueule à partir de la recherche "Gal Gadot Cléopatre", celui-ci, amusant à plus d'un titre :
https://www.timesofisrael.com/gal-gadot-to-star-as-cleopatra-sparking-outcry-as-israeli-cast-as-queen-of-egypt/
Je n'aurais pas eu la patience de saisir les passages tirés des *Histoires de la forêt vierge* mais par chance, le texte était disponible ici :
https://www.ebooksgratuits.com/html/schweitzer_histoires_de_la_foret_vierge.html
On dira ce qu'on voudra du bon docteur, mais... autre époque.
Reprise de la grève. ;-)

P.S. : Savoureuses anecdotes, Kamerad Sven.

Écrit par : Blumroch | 14/10/2020

Il faut savoir interrompre une grève pour la seconde fois de la journée, afin de signaler une anecdote, que je pense éclairante, sur la kronnerie des temps.
J'ai beau avoir joué à des dizaines de RPG, je n'ai jamais compris l'attrait exercé par *World of Warcraft*, dont les fans parlent comme s'ils appartenaient à une secte. J'ai donc loupé un épisode très amusant que je découvre par hasard, narré ici :
https://en.wikipedia.org/wiki/Corrupted_Blood_incident
https://fr.wikipedia.org/wiki/Incident_du_sang_vici%C3%A9
Cette anecdote en dit très long sur les compétences des programmeurs, sur la psychologie des joueurs, et sur la sottise des modélisateurs qui confondent les réactions sur Internet avec les réactions dans la réalité[1].
Reprise de la grève.

[1] Confusion fréquente dans nos rangs : parce que nous fréquentons électroniquement des gens raisonnablement raisonnables (malgré nos divergences), nous croyons avec candeur que cette attitude de bon sens est générale, en tout cas en progression, alors que ce n'est absolument pas le cas : nous sommes une minuscule minorité. Suffit de voir l'échec des Gilets Jaunes infiltrés par les crétins gauchistes, et surtout la sidération des populations devant une "pandémie" qui n'est pas responsable d'hécatombes (et puis, quoi, jusqu'à preuve du contraire, nous crèverons tous) : à croire que personne n'est capable de regarder le nombre total de mots, toutes raisons confondues, année après année. Pas étonnant que ce (autocensuré) d'Attali et ses maîtres, et ses complices puissent exposer tranquillement leurs plans au grand jour : les merdias MSM et l'édunat ont bien travaillé à faire d'individus déjà naturellement peu portés à la réflexion critique, de véritables moutons obedient and clueless (ceci entraînant cela).
Essayez de faire comprendre à un voisin que si des médecins (pour ne prendre que les figures de l'autorité) s'élèvent contre le mensonge gouvernemental, alors qu'ils ont tout à y perdre, en tout cas rien à y gagner, et vous verrez. C'est désespérant.
Quand nous serons dans des camps, personne ne nous enverra des oranges.

Parce que c'est inutile, cette vidéo du méchant Lucien Cerise sur la guerre civile à laquelle AdB ne croit pas, vidéo recommandée par un Bonnal dont le blog est arrêté mais qui reste alimenté en articles. Go figure...
https://www.youtube.com/watch?v=OoZ9znKKCrY
https://nicolasbonnal.wordpress.com/2020/10/14/blog-arrete-ma-conviction-comme-on-sait-est-que-nous-sommes-reduits-en-soumission-avant-detre-extermines-en-masse-cela-se-passera-principalement-en-europe-avec-la-benediction-de-tout/

Écrit par : Blumroch | 14/10/2020

Pour justifier l'interruption quotidienne de la grève, cet article qui n'apprendra rien aux honorables visiteurs, savoir que "L'heureuse et massive arrivée de nouveaux citoyens pacifiques et industrieux[0] a été voulue, préméditée, soigneusement organisée dans le dos des français[1]." :
https://institutdeslibertes.org/il-faut-expliquer-les-liens-entre-la-fraude-sociale-limmigration-et-les-gilets-jaunes/
L'auteur, candide, oublie que ces mêmes détenteurs d'une cart'allocs[2] ont, à *chaque* occasion, approuvé les responsables zé coupables lors des cérémonies où le bétail est autorisé à approuver l'un des équarisseurs désignés par la *Società onorata* (désignation humoristique ayant un petit air de mafia) pour les liquider par tous les moyens, même légaux.

Damn, personne n'a donc relevé le caractère désopilant des espérances que Cerise[3], *supra*, place dans les zélulocos pour mener l'assaut contre le système ? C'était pourtant beau comme de l'Onfray venant de découvrir Proudhon et ce socialisme municipal qui a comme un air de Moyen Age revu par Chesterton.
Comme quoi, le diagnostic, tout le monde l'a formulé, mais le remède reste à trouver -- enfin, oui et non, mais personne ne voulant du remède énergique pour nettoyer les écuries d'Augias...
Bon, c'est pas tout ça, reprise de la grève.

[0] Le texte original dit "immigration", mais j'ai voulu atténuer l'incroyable violence du mot, d'ailleurs si proche d'une autre désignation[0a] taquine, savoir "invasion".
[0a] J'ai failli écrire "description", oubliant que la réalité n'était pas un argument recevable par temps de Covidisme triomphant.
[1] La minuscule n'est pas de moi, mais elle est méritée.
[2] Carte d'identification du territoire encore appelé France.
[3] Qui n'est pourtant pas un imbécile -- et c'est même cela qui rend sa candeur inquiétante.

Écrit par : Blumroch | 15/10/2020

@Kamerad Blum .. la candeur (?) de l' ami du temps des cerises ne m' avait pas échappée ;-) j' ai interrompu sa vidéo juste après ... et ne suis pas allé au-delà . Les élus locaux (loco loco!) comme espoir est à rire ! fallait le trouver !! si même des gens intelligents en sont à débiter de telles fadaises ... alors c' est vraiment cuit !

Écrit par : EQUALIZER | 15/10/2020

Nouvelle interruption de la grève.
Trop peu nombreux, Kamerad EQUALIZER, les ceusses qui appartiennent à l'Organisation des Anarques Secrets. Comme vous l'avez observé et remarqué, si un type raisonnablement intelligent comme Cerise peut énoncer sans rire de telles énormités (j'avoue avoir cru à une plaisanterie, au début), c'est vraiment cuit. :-(
Je ne suis pas meilleur : j'ai bien la naïveté de penser qu'on ne saurait corriger une situation de cauchemar avec ceux qui l'ont engendrée et qui en ont profité, à quelque niveau que ce soit. Pire encore, en guise de "remède à tout", j'irais bien m'inspirer de la pensée punitive et rédemptrice du camarade Béria, alors que je sais cette idée peu populaire...
En attendant la fin, reprise de la grève.

Écrit par : Blumroch | 15/10/2020

Je n' aurai pas souhaité vivre dans l' URSS de Staline mais un "Katyn" de tous les responsables coupables ou pas .. je ne serai pour . Et même d' y prêter la main ;-)

Écrit par : EQUALIZER | 15/10/2020

Interruption momentanée de la grève pour
-- dire au Kamerad EQUALIZER : Count me in too ! ;-)
-- signaler, à tout hasard, ce *Requiem* de Jean Gilles :
https://www.youtube.com/watch?v=8e0xH3cggYQ
Quel compositeur s'attaquera à ce thème lugubre : *Requiem pour une France défunte assassinée par Foutriquet 2.0* ? :-( Milichiens, derniers remparts de ce régime de pourriture[s][1] mafieuse[s], vous êtes bien dignes du plus parfait mépris.
Reprise de la grève.

[1] On prononcera évidemment : de pourriture zé de pourriturz.

Écrit par : Blumroch | 16/10/2020

Lucien Navet, comme l'avait surnommé Boréas [1], est légèrement perché. Un reste de sa jeunesse gauchiste a expérimenté des toxines diverses et avariées?

@ Blumroch

J'étais en train d'écouter Charles Prats sur TVL (un peu longuet Bistrolibertés à coup de 10-15 mn par ci par là). Un vrai leader de chez nous aurait dû s'emparer de ce thème ainsi que des 150 milliards/an que nous coûtent directement et indirectement la diversitude. Au as mot 200 milliards/an en regard de la dette, en rappelant que la dette peut être remboursé sur les biens de la France (châteaux, musée, ports, forêts) et l'épargne des Fds. On a vu ce qui s'est passé en Grêce et à Chypre récemment, comme l'a rappelé Le Galou dans le dernier I-média. Mais c'est vrai qu'on a les Le Pen, Ducon Gnan-gnan et Grasselineau [2], assimilateurs dans l'intérêt de la plus grande et plus nombreuse France. D'ailleurs, un compatriote (depuis plus longtemps qu'un Niçois ou un Savoyard) réunionnais à l'honneur:
https://www.fdesouche.com/2020/10/15/villefontaine-38-disparition-inquietante-dune-jeune-femme-de-18-ans-des-recherches-en-cours/

[1] http://verslarevolution.hautetfort.com/
[2] Bien habillés pour l'hiver par François Bousquet dans l'article "Pédérastie et souverainisme, vous saurez tout sur le zizi tricolore" dans le numéro 186 d'Eléments même si ce n'est pas son meilleur article et de loin.

Écrit par : Sven | 16/10/2020

Sibelius, Finlandia:
https://www.youtube.com/watch?v=xcEA6XZHBlo

RHCP, I like dirt:
https://www.youtube.com/watch?v=5fdJdfXid70

Écrit par : Sven | 16/10/2020

Seconde interruption quotidienne de la grève, cette fois pour répondre au Kamerad Sven.

Ce Lucien Navet est supérieur au Lucien Poire que je n'avais pas énoncé. ;-)

La vraie question est de savoir si nous avons de vrais chefs, et la réponse est : non[0]. :-( J'en suis à regretter de n'avoir ni charisme ni goût pour le pouvoir.
Tenter de mettre le[s] sujet[s] essentiel[s] en avant serait parfaitement inutile : il[s] {es|son}t déjà connu[s], mais ne passeraient ni le rempart des merdias, ni celui des cervelles ordinaires protégées contre toutes les attaques de la réalité (un exemple : les acolytes de la Kelly quand Zemmour se risque à en mentionner un). Je sais bien que les sondages sont manipulés, mais apparemment, dans la population, deux personnes sur trois approuvent l'hystérique et mensongère folie de Foutriquet 2.0. Dans un monde normal où les faits auraient encore de l'importance, tous les membres de la mafia seraient depuis longtemps derrière les barreaux, et le scandale dénoncé par Prats (scandale d'ailleurs connu depuis des décennies, mais les nombres étaient évidemment moins terrifiants) serait réglé en quelques heures. Les milichiens refuseraient de jouer les agents de recouvrement du fisc, supprimant la menace des amendes et anéantissant du même coup l'emprise de la folie sur les têtes faibles. Quant à la dette monstrueuse encore aggravée par l'incompétence et la malfaisance de Foutriquet 2.0, qui donc, dans la population ordinaire, sait qu'elle est largement gagée sur les économies (de papier mais quand même) et surtout sur les biens (très réels, eux) des particuliers ?
A la place des ordures au pouvoir et en éprouvant la même Schadenfreude mauvaise, je ferais installer à chaque coin de rue des cabines à suicide[1] qui pourraient -- y'a pas de petits bénéfices -- extraire les organes de valeur avant de transformer le reste en *Soylent Green*.
"Crom, tu décourages à bon droit les prières, parce que l'homme libre est par définition un homme seul. Tu sais le triste spectable d'une humanité qui ne révère ni le caractère, ni l'intelligence, ni le courage. Je ne t'ai jamais prié avant ; aujourd'hui, je te donne un ordre : fais disparaître toute l'engeance humaine -- ou alors seulement les gauchistes et assimilés. ;-) Et si tu refuses, eh bien, va donc au diable, que je crois végan, lgbtiq+xyz et macronistes ! Tu trouveras le temps très long !" (p.c.c. Milius)

Je ne connaissais pas cette oeuvre de Sibelius ; je pouvais me passer de découvrir les "Red Hot Chili Peppers" dont le nom n'a qu'une vertu : faire penser à *Machete* (yep, malgré beaucoup de sujets d'irritation). ;-)

Au cas où, Le Gallou mentionne ici Enoch Powell :
https://www.youtube.com/watch?v=gCvJSmaJSyk

Reprise de la grève.

[0] Ou alors ils sont bien cachés, hors de portée de tous les radars, attendant pour se révéler que la situation soit encore plus désespérée (hint ! hint ! it's coming really fast !). J'ai un doute. Le retour du Rex ou du Dux, ce n'est un joli thème littéraire.
[1] https://www.valeursactuelles.com/societe/une-machine-suicides-bientot-dans-vos-salons-91238
J'aime bien la forme extérieure. A l'intérieur, le concepteur devrait ajouter le tableau de bord d'une voiture de luxe, avec écran et jeu de course permettant aux plus blasés de simuler la fin d'une course fatale. ;-)

Écrit par : Blumroch | 16/10/2020

Edit/Fixes : "ne passerai[en]t", "macroniste", "ce n'est qu'un joli thème". Indignatio facit errores.

Écrit par : Blumroch | 16/10/2020

Il y a bien Vincent Vauclin qui sort du lot avec la Dissidence Française et maintenant le MND:
https://www.breizh-info.com/2020/08/07/148544/vincent-vauclin-mouvement-national-democrate/
J'ai voté pour lui aux dernières élections car il proposait la remigration même si je trouve que son programme n'est pas assez écolo.
Il a remis Lesquen à sa place sur Radio Athéna. Malheureusement, il vient de se convertir au catholicisme [1] et est moins Européen qu'avant [2].
J'aime beaucoup les oeuvres de Sibelius. En particulier ses poèmes symphoniques.
Les Red Hot se font connaître dans les années 80 avec leurs concerts socks on cocks ou sox on cox:
https://www.youtube.com/watch?v=Hi5xZ6PCJ2U
https://www.youtube.com/watch?v=B3G86IB1Izs

[1] cf. la triste involution d'Adrien Abauzit qui n'a plus que des bondieuseries dans la bouche.
[2] La Dissidence Française proposait la doctrine du fascisme de Mussolini et Gentile au téléchargement!

Écrit par : Sven | 16/10/2020

Interruption quotidienne de la grève avec un "de rebus variis".

Découverte chez Bonnal, cette page (que *L'Immonde* qualifierait de "complotiste")
https://guyboulianne.com/2019/12/25/lorganisme-deagel-prevoit-la-depopulation-mondiale-massive-de-50-a-80-dici-2025/
est assez étonnante, qui expose les prévisions d'une mystérieuse organisation appelée Deagel. A les en croire, en 2025 (autrement dit : demain), la France ne serait plus peuplée que de 39 millions d'individus, peut-être au nom du programme d'auto-extermination implicitement souhaité par les fameuses Georgia Guidestones (dont une photo illustre l'article). Des suicides en masse seraient les premiers responsables de cette hypothétique diminution spectaculaire, mais la modélisation (mot magique !) faite par les DEAth anGELs de Deagel oublie au moins deux autres causes possibles (en écartant le virus de Wuhan qui ne porte de coup mortel qu'aux facultés intellectuelles, déjà faibles, des moutons) : de grands massacres, ou de grands départs. On peut rêver aux hypothèses les plus favorables à notre camp. ;-)

Etrange époque qui voit un énarque appeler de ses voeux une révolution :
https://lecourrierdesstrateges.fr/2020/10/14/est-il-encore-raisonnable-de-ne-pas-esperer-une-revolution-dans-la-france-de-2020/
Ne pas oublier, toutefois, qu'un autre de ses articles appelle à la résistance en termes martiaux : "[...] résistez passivement, ou clandestinement. Par exemple, quand vous faites du shopping, faites semblant de passer du gel hydroalcoolique sur vos mains". On croirait le conseil de rebellitude donné au lecteur par un personnage de Jack Vance : "si on vous donne du papier quadrillé, écrivez entre les lignes" (de mémoire). ;-)
Dans le même esprit, le sieur Verhaeghe propose un article de Maffesoli à l'admiration des foules : "[...] il convient de «dézoomer» : prendre de la hauteur, savoir mettre en perspective. C’est-à-dire, paradoxalement, être à la hauteur du quotidien."
S'élever pour être à la hauteur des paquerettes, c'est très fort, décapant même (Onfray a trouvé son maître). Le régime ne s'en remettra pas.

Pour la route, une troisième information sans grand intérêt. Agoravox ne figure pas au nombre de mes sites favoris mais j'y passe de loin en loin. J'y ai trouvé un article dont l'auteur semble n'être ni gauchiste ni macroniste, qui cite, entre autres, Ovide et Davila :
https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/couvre-feu-sanitaire-et-crepuscule-227813

P.S. : Bravo pour l'extrait de Jean Yanne, camarade Benway.

Bon, c'est pas tout ça, reprise de la grève. A demain... peut-être.

Écrit par : Blumroch | 17/10/2020

Tant pis pour le mot d'ordre de grève en cas de NMI : La Mite frappe et en polyphonie :
https://www.youtube.com/watch?v=WZS_xzd9HNk
Les dernières paroles sont d'un optimisme désarmant :
"Ils la font durer cette histoire de masque
Car ils savent qu’après ils devront payer"

Écrit par : Blumroch | 17/10/2020

Ma centrale syndicale à moi tout seul a voté la grève illimitée , et pas question d' un front commun avec la centrale concurrente . Ah mais !

Écrit par : EQUALIZER | 17/10/2020

Après une journée entière de silence, interruption de la grève pour signaler un grand moment de pipotronique :
https://www.youtube.com/watch?v=PSm2ZF63KoE
Apparemment, un député canadien inquiet voudrait savoir si son gouvernement compte vraiment bâtir des camps de concentration pour la population, quel qu'en soit le prétexte. Le robot gouvernemental qui lui répond parle pour ne rien dire et manie sans effort la langue de bois avec une compétence déconcertante, qui parvient à ne répondre à aucune des questions pourtant clairement formulées.
Quand tout ce cirque a commencé, j'ai immédiatement pensé à une expérience d'ingénierie sociale à l'échelle planétaire. Je n'avais pas entièrement tort. Seul sujet d'étonnement : la passivité bovine des covidébiles muselés, attendant sereinement de se faire égorger par les peuples de la nouvelle alliance associant la kronnerie barbare et le transhumanisme financier. Quand les ordures des mafias étatiques comprendront n'avoir même plus besoin d'un ennemi symbolique à offrir à des populations d'abrutis obéissants...
Maintenant, reprise de la grève.

Écrit par : Blumroch | 19/10/2020

Blumroch & Sven > J'ai parcouru tous vos commentaires et vu (presque) toutes les vidéos en lien. Certaines m'ont rebuté comme celle de la Cerise aux Cocos, recette indigeste.
Excellentes les anecdotes du bon Docteur !
Quant aux visions bénédictines...

Écrit par : Pharamond | 19/10/2020

@Pharamond : Dans les cerises, y'a toujours des noyaux -- enfin, à ce qu'on m'a dit. ;-)

Écrit par : Blumroch | 19/10/2020

Blumroch > La société de consommation les dénoyaute pour nous aujourd'hui, mais il est toujours mentionné sur les bocaux que malgré le soin apporté il faut prendre garde car il peut rester "exceptionnellement" un noyau ou des brisures.

Écrit par : Pharamond | 19/10/2020

Un peu de musique planante :
https://www.youtube.com/watch?v=z8Z8bOzXNxg
https://www.youtube.com/watch?v=Jm8UohA_9Xw
Le film, sans être un chef-d'oeuvre, n'est pas déplaisant, pour un film français moderne.

Écrit par : Blumroch | 20/10/2020

Blumroch > Pas vu le film, peut-être à tort, mais le cinéma français d'animation m'effraie un peu.

Écrit par : Pharamond | 20/10/2020

@Pharamond : Ce n'est pas un dessin animé mais, apparemment et principalement, un filtre appliqué à un tournage avec de vrais acteurs, comme pour les deux *Sin City* (avec le lot habituel de décors ajoutés par le département des effets spéciaux sur fond vert, j'imagine). Esthétiquement, ce n'est pas déplaisant ; mieux encore, le scénario n'est pas idiot.
https://www.youtube.com/watch?v=GM5KCoWNXF4

Écrit par : Blumroch | 20/10/2020

Blumroch > Esthétiquement cela me semble plutôt réussit, je regarderais si je le trouve en streaming.

Écrit par : Pharamond | 20/10/2020

[Musicalmar]
Je soupçonne l'animateur de "Trouble Fait" d'avoir de condamnables penchants écolos. Je le vois bien s'associer un jour avec la p'tite Ventôse. En attendant, deux ou trois réflexions divertissantes ici :
https://www.youtube.com/watch?v=AZv-m8HnkVk
Il recommande, à la fin, un livre présenté par Cerise : le sujet n'est apparemment *pas* la révolution par les zélulocos. ;-)

Rien n'est triste comme la fin d'une grève justifiée... ;-)

Écrit par : Blumroch | 20/10/2020

Blumroch > Je trouve son avis sur les écolos assez mesuré.

Écrit par : Pharamond | 20/10/2020

@Pharamond : Des *penchants* : vers le côté obscur basculé il n'a pas encore. ;-)
Au reste, même un peu de cinéma écolo, c'est encore trop. Et je le dis, entre autres, en tant qu'adversaire de l'obsolescence par malveillance, par incompétence ou par sottise. Dans un monde normal, j'aurais pu retrouver un P4. :-(
Ils reviendront, ces "sasfépu" que tu pleures toujours !
Le temps va ramener les P4 des anciens jours ;
La terre a tressailli d'un souffle paléo-informatique.
;-)

Écrit par : Blumroch | 20/10/2020

Blumroch > Le reste de la vidéo est de qualité, ne soyons pas intégriste ;-)

Cependant le PC au voyant éteint
Est endormi encor sous les piles de bouquins
- Et rien n'a dérangé la bibliothèque pléthorique ;-)

Écrit par : Pharamond | 20/10/2020

@Pharamond : ;-)

Écrit par : Blumroch | 20/10/2020

Haydn, *Missa in angustii* -- une messe pour temps de troubles :
https://www.youtube.com/watch?v=PzuxMSMJKQE

[Musicalmar]
Instructif[1] et terrifiant entretien consacré aux éoliennes par Charles Gave et deux invités (à voir en 1,25x ou 1,33x) :
https://www.youtube.com/watch?v=JztxZb0n1hI
Candeur du journaliste qui raconte comment la mafia des pourritures écologistes a pu faire disparaître deux organismes chargés de contenir leur appétit de corruption, et qui en tire cette étonnante conclusion : la mafia panique !
On croirait entendre les méchants qui, voyant la mafia étatique multiplier les mauvais coups contre les libertés en toute impunité (confinement, muselière, bientôt vaccin obligatoire puis choix entre esclavage et extermination), en déduisent qu'elle est de plus en plus faible. Eh non, tous les paradoxes ne sont pas vrais.
Encore une confirmation : les écolos n'aiment ni la nature ni les animaux, mais l'argent et le pouvoir.

[1] L'effet *nocebo* est une invention de génie.

Écrit par : Blumroch | 22/10/2020

Blumroch > Avec un titre comme celui-ci ce genre de messe devrait être jouée en continu, on ne sait jamais ;-)

On a beau connaitre l'étendue des méfaits ne notre caste de parasites démocratiques, on est toujours ébahis quand on a les détails. C'est terrifiant.

Écrit par : Pharamond | 22/10/2020

@Pharamond : Le titre m'a semblé judicieux. ;-)
La terreur verte est terrifiante.
Presque envie de remettre ces références dans le nouveau billet "Musique". ;-)

Écrit par : Blumroch | 22/10/2020

Blumroch > Mieux, je vais en faire un billet ;-)

Écrit par : Pharamond | 22/10/2020

Écrire un commentaire