statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/03/2020

Musique (523)

Danheim & Gealdýr

Ymir

Andrey Vinogradov & Nataliya Serbina

Psalm about two brothers

Jonna Jinton

Light in the darkness

Commentaires

HS:
Une intro à Evola:
https://www.tvlibertes.com/les-idees-a-lendroit-n26-julius-evola
Sur Salvini (et Holeindre):
https://radiomz.org/emission-n397-salvini/

Écrit par : Sven | 02/03/2020

Sven > Merci.

Je pensais que le troisième morceau allait te plaire ;-)

Écrit par : Pharamond | 02/03/2020

@Pharamond

Pas encore pu écouter. Essaierai de le faire demain.

Écrit par : Sven | 02/03/2020

A l'heure du vilain virus asiatique, une double dose de péril jaune (peut-être déjà administrée, mais ici, *bis repetita*) :
https://www.youtube.com/watch?v=U4MmatVblDk
https://www.youtube.com/watch?v=ECPAIatM_DA
Le méchant Karajan avait distingué le talent de l'une d'elles : retour de l'Axe ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 03/03/2020

[Musicalmar multiviral]
Les plus sérieux iront s'infliger cette *longue* page :
http://www.softpanorama.org/Skeptics/Political_skeptic/Propaganda/Fear_as_propaganda_tool/coronavirus_epidemic.shtml
quand les autres écouteront "Humour caustique" :
https://www.youtube.com/watch?v=tD-J750Wt_8
Cassen pourra aussi faire sourire :
https://www.youtube.com/watch?v=y7CtSkOZGvs
Quant à Aldo Sterone, il peut écrire de bons romans, et vraisemblables (je n'ai pas dit : vrais) :
https://www.youtube.com/watch?v=EtveLQppj4c

Écrit par : Blumroch | 04/03/2020

[Musicalmar viral]
Comme je ne suis pas très malin, j'ai décidé, à titre de morale provisoire, de considérer tous les propos sur le méchant virus comme du *bruit*, et négligeable encore, sans chercher à devenir *doctus cum kikipedia* (et autres sources plus ou moins frelatées, plus ou moins dignes de foi). Question de temps, question d'intérêt, question de capacités.
Celui qui dit tout et son contraire[0] est soit un crétin[1], soit un manipulateur[2], soit les deux : incompétence et malveillance résument tout l'art du gouvernement *moderne* et autoproclamé "progressiste".
Dans la quête de la vérité, une question est primordiale : qui compte tirer *profit* de la situation, en termes de pouvoir et de fric. Dans cette optique simpliste mais réaliste, l'article que voici n'est *peut-être* pas dépourvu d'intérêt (la démonstration "ExpertScape" est amusante) :
https://lesmoutonsenrages.fr/2020/03/05/pourquoi-personne-necoute-lexpert-mondial-des-virus-qui-dit-quun-traitement-simple-contre-le-covid-19-existe/
"My two cents", comme disent nos ennemis ricains ; "C'est pour faire avancer le Schmilblick, comme on dit chez nous.

[0] Journalope, "expert" BFM, macroniste...
[1] C'est l'"en même temps" cher au Kron et aux krons.
[2] Dans les manoeuvres étatiques, l'envoi de signaux contradictoires simultanés, c'est pour semer le trouble, faire perdre du temps en vaines hypothèses, augmenter le stress, et surtout abaisser les défenses intellectuelles. C'est pareil dans les relations intersubjectives -- le manipulateur est[2a] alors souvent une manipulatrice. ;-)
[2a] Ou *était*, au temps lointain où les femmes n'étaient pas devenues des viragos (je plains les nouvelles générations, quand je me soucie d'elles).

Écrit par : Blumroch | 05/03/2020

Blumroch > Je ne suis pas assez "serious" pour lire la longue page.

La Mite en très grande forme.

Pas vu, j'aime moins Cassen.

Curieux, même si j'ai du mal à croire Stérone j'ai écouté parce que c'est bien raconté.

Article intéressant, mais dont le contenu mérite d'être vérifié. J'ai peu de pouvoir sur le coronavirus alors joue les stoïciens et je m'en désintéresse. Comme tout le monde en parle je suis tout de même informé.

Parfois je me demande si la fin du monde ne concerne vraiment que le nôtre...

Écrit par : Pharamond | 05/03/2020

@Pharamond : #MeToo vaut ici #NeitherAmI.

De manière agréablement enlevée, La Mite creuse en spirale[1] le même sillon, comme nous tous, qui pourrait choisir pour devise "In girum imus nocte ecce et consumimur igni" -- "Nous tournons en rond dans la nuit et nous sommes dévorés par le feu". Nous mourrons avec la satisfaction d'avoir relevé presque tous les grotesques et presque toutes les saloperies du Système... sans jamais lui avoir porté de coup décisif, faute d'organisation et sans doute de quelques qualités anciennes (l'énergie d'un Catilina ou d'un César, entre autres). Nous aurons [sou]ri mais pas de manière bien joyeuse.

Inégal mais souvent drôle et vif, Cassen réussit presque toujours à m'arracher un sourire avec sa chronique quotidienne, même si lui aussi tourne en rond en creusant.

Sterone pourrait écrire le scénario d'une version très révisée et très divertissante de l'*Outbreak* (a.k.a. *Alerte !*) de Wolfgang Petersen.

Sur ce sujet comme sur d'autres, je tiens avec Gregory House que presque[2] tout le monde ment, sauf le gouverne*ment* qui en a fait un système.

Leur monde de barbaries -- l'une obscurantiste, l'autre marchande, la troisième technicienne (je n'ai pas dit : savante) -- durera mille ans (comptons sur la sottise, sur la passivité, sur la couardise), et je le leur laisse volontiers. La termitière, très peu pour moi. J'veux un billet pour la planète Verna, comme dans "On missing persons"[3] (Jack Finney), ou encore un aller vers presque n'importe quelle période du passé occidental, quitte à finir comme dans *The Man Who Came Early* (Poul Anderson). Je viens de revoir le mélancolique *Falling Down* : son héros, comme celui de *A stop at Willoughby* (version originale de *For All Time*), veut peut-être tout simplement retrouver un monde *humain*.

[1] Les *ricorsi* de Vico !
[2] L'atténuation est de moi. Tout méchant que je suis, j'ai encore le sens des nuances.
[3] http://www.101bananas.com/library2/missingpersons.html

Écrit par : Blumroch | 06/03/2020

En passant, j'avais trouvé "Alerte !" de Petersen distrayant mais un peu pataud et prévisible.

Je ne me pose même pas la question ; nous n'avons qu'un monde et c'est celui-ci, ou plutôt c'était celui-ci.

Écrit par : Pharamond | 06/03/2020

@Pharamond : Dans mon lointain souvenir, le film, mineur, valait pour ses grands moments de cynisme -- notamment la scène où le POTUS, après avoir accepté l'idée d'exterminer des citoyens *ricains* (il en montrait les photos, je crois), expliquait à ses sous-fifres et autres ministres que personne ne serait autorisé à faire ensuite auprès des journalopes le numéro du "J'y suis pour rien, j'ai voté contre", exigeant une solidarité sans faille dans le crime.
Incidemment, même registre glaçant dans la série *Torchwood : Children of Earth* dont l'argument est simple : les gouvernements doivent livrer des enfants à des extra-terrestres. Pour abuser les populations, on fait croire à un tirage au sort, évidemment truqué de manière à épargner la marmaille de l'élite et à ne livrer que les enfants des "riens". La scène où le gouvernement anglais expose son plan est d'un cynisme tel qu'un darwiniste social aurait peur. ;-)
"the governments of the world agree they must deliver the children as promised. Prime Minister Brian Green, along with his Cabinet and one member from both the US military and UNIT, decide to cover up the United Kingdom's actions as inoculation shots given at schools. After refusing a random lottery to select the children out of fear that their own children might be selected, they choose to use the schools at the bottom of the league tables to give to the 456. In discussions the 456 reveal they use the children's bodies to produce a chemical that they use as a recreational drug. Green orders Frobisher to submit his own children as part of those that have been selected, in order to keep up the pretence of random selection to the rest of the country. Frobisher agrees, returns home and kills his two daughters to spare them this fate, then he kills his wife and himself." (le Frobisher en question est un docile valet du système).
https://en.wikipedia.org/wiki/Torchwood:_Children_of_Earth
Films et séries sont parfois de vrais *documentaires* sur la mentalité et les actions des bergers. Le plus beau est que les moutons, confrontés par exemple à la volonté de les exterminer, se disent que c'est un simple film et que cela ne saurait être vrai.

Écrit par : Blumroch | 06/03/2020

C'est une technique efficace : une fois que l'on n'arrive plus a camoufler ses turpitudes on les reconnait tout en disant : "OK, mais personne n'est propre et vous-même...". Le mouton rechigne, mais reconnait à moitié. Cet astucieux amalgame mélange un peu facilement la magouille du péquin, toute condamnable quelle soit, et celle de l'élu qui a entre les mains des intérêts sans commune mesure et que lui a confié par la population parce qu'il s'est porté volontaire pour en être garant.

Écrit par : Pharamond | 06/03/2020

[Musicalmar comme ça]
*Rien* ne justifie ce musicalmar, sinon le plaisir que j'ai eu à découvrir "On Thud and Blunder", un texte du grand Poul Anderson, de la Society for Creative Anachronism (j'irais bien corriger en Realist Creative Anachronism) :
https://www.sfwa.org/2005/01/04/on-thud-and-blunder/
On y trouve même des remarques de portée plus générale que le réalisme du monde et des combats dans la littérature de *fantasy*.

Écrit par : Blumroch | 06/03/2020

Article très intéressant, mais on peut tout de même se demander ce que cherche vraiment un lecteur d'héroïc fantasy. Même un lecteur de romans historiques préfèrent quelques facilités scénaristiques et conventions à un réalisme trop rigoureux qui plomberait l'histoire.

J'ai découvert Poul Anderson grâce à toi. Je n'ai pas tout lu de sa "Patrouille du temps", mais je m'étonne qu'il n'ait pas préféré écrire des romans historiques plutôt que fantastiques. Les parties "historiques" étant infiniment plus passionnantes que celles de SF, terriblement datées, sans grand intérêt et pas toujours cohérentes sur les conséquences des interventions dans le passé.

Écrit par : Pharamond | 06/03/2020

[Musicalmar historique, musical et wakandais]
Pharamond nous apprenait récemment que les cruels et méchants nazis avaient déclaré la guerre au[x] rêve[s] pour ne laisser aucun repos à leurs victimes. Dans la même rubrique "Toujours plus !", cette révélation :
https://www.blackhistory.com/2018/06/ludwig-van-beethoven-classical-musician-was-black-man-mother-moor.html
Jusqu'à présent, la doublure corps, c'était par exemple une certaine Shelley Michelle permettant à Julia Roberts de ressembler à une femme dans quelques scènes de *Pretty Woman* ; maintenant, c'est le procédé utilisé pour cacher la terrible vérité vraie : "He [Beethoven] allegedly also used body doubles for portraits, and “euro-centric” historians, hiding the truth of his genetic heritage." (L'érudition alternative sait faire preuve d'une précision discrète et sans pédanterie, comme le démontre le magnifique "allegedly".)
On fera taire les sceptiques et les moqueurs en leur faisant remarquer que Beethoven et Black commencent par la même lettre : si ce n'est pas une preuve, ça...

Écrit par : Blumroch | 07/03/2020

[Musicalmar de découverte de soi]
Grâce à Paul-Emic, camarades et Kameraden vont savoir à quel point ils sont fa^H^Hméchants :
https://polemiquepolitique.blogspot.com/2020/03/test-du-fascisme.html
Pour parodier le mot d'un moustachu célèbre et génial : "La pensée du fascisme est une puissante consolation : elle nous aide à passer maintes mauvaises nuits." ;-)

Écrit par : Blumroch | 08/03/2020

Blumroch > Beethoven noir pourquoi pas, après Lancelot et Achille...

J'ai fait le test : 54%. C'est une honte !

Écrit par : Pharamond | 08/03/2020

@Pharamond : De fait, ça ne fait pas sérieux quand on préside aux destinées de GC&YA. 80%, c'était un *minimum*. Avec un score aussi ridicule, on est comme Gregory House et tant d'autres faux méchants : méchant à l'extérieur, fondant à l'intérieur ; une main de peluche dans un gant de fer-blanc ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 08/03/2020

Il faut dire que leur définition du fascisme est vague et erronée ; un mélange de tout, un penchant pour l’ordre et le contrôle au delà du clivage droite gauche. On a affaire à une analyse pointue et sérieuse.

Écrit par : Pharamond | 08/03/2020

@Pharamond : C'est pourquoi certaines réponses seraient approuvées par les "fascistes" tels qu'ils sont vus par les gauchistes, et par les gauchistes tels qu'ils sont *réellement*.

Écrit par : Blumroch | 08/03/2020

D'où la terrible réalité actuelle : les mots ne nous appartiennent plus, ils ont été détournés contre nous et toute discussion avec nos adversaires tournent obligatoirement à notre désavantage.

Écrit par : Pharamond | 08/03/2020

PS : Je voulais dire qu'autrefois les mots nous appartenaient autant qu'à nos adversaires, qu'ils étaient neutres ; ils n'ont jamais été notre propriété.

Écrit par : Pharamond | 08/03/2020

@Blumroch

J'ai fait le test avec Tor: 62%. Trop d'Etat à mon goût. Surtout lorsqu'on songe à sa forme actuelle. Néanmoins, ayant été diagnostiqué malade, on m'a conseillé de passer le test F, mis au point par notre ami Adorno, qui détaille les différentes facettes de la maladie. Moyenne à 69% avec des pics à plus de 80% pour compenser ma faible croyance aux superstitions et aux stéréotypes (que je trouve, ma foi, assez élevée). Penser que se protéger d'individus dangereux, faire en sorte qu'ils ne puissent récidiver et que les civilisations n'ayant rien apporté à l'humanité continueront à ne rien apporter fait de vous un fasciste, hé bien, j'en suis.
Il m'est arrivé, une fois, de passer un test de ce type en milieu professionnel. La formatrice était venue me voir en me disant qu'il faudrait que je le repasse car il y avait un décalage entre sa perception au cours de la formation et le résultat du test. En discutant, je m'étais rendu compte que le problème venait d'un soit-disant manque d'empathie pour les parasites, les pleurnichards, ...

Écrit par : Sven | 08/03/2020

Écrire un commentaire