statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/10/2019

Saint Jacques

Le grand Jacques de Paris n'est plus parmi nous.

Et tout ce qui compte dans nos belles contrées

S'est empressé de prestement lui bricoler

Deux grandes ailes laïques du meilleur goût.

 

Mais il ne parvient pas à décoller du sol

Et les nuages semblent bien trop élevés.

Les ailes mal agitées sont vite brisées

Et tout finit dans un grand bruit de casseroles.

 

Pharamond le mirliton

Commentaires

Pharamond, vous devriez contacter La Mite : à lui la musique, à vous les paroles, et les Brigandes devront compter avec vous deux. ;-)

Écrit par : Blumroch | 03/10/2019

Oups ! Là vous me flagornez, ce petit délire pondu à la va-vite ne pèse pas lourd avec le travail de La Mite ou des Brigandes (même si je les trouve souvent un peu laborieuses).

Écrit par : Pharamond | 03/10/2019

@Pharamond : Je n'ai pas dit que c'était parfait non plus ! ;-) "Pharamond, encore un effort si vous voulez être poète lauréat"...
Incidemment, inutile de s'infliger les Brigandes ici :
https://www.youtube.com/watch?v=PWK4LK58qzE
On n'entend que la gourde Brassié brasser du vent et faire du "name dropping" sans presque laisser la parole à ses invités : l'exact contraire d'un entretien.

Écrit par : Blumroch | 03/10/2019

Je préfère cela.
Poète lauréat, mon Dieu, jamais de la vie. A peine me suis-je senti un bref instant l'âme d'un chansonnier à l'ancienne illustrant avec plus ou moins de bonheur l'actualité ;-)

Je me suis toujours demandé pourquoi TV Libertés gardait Brassié dans son équipe. Elle gâche systématiquement toutes ses interviews en monopolisant la parole et en coupant ses invités. Cette vieille peau égocentrique est simplement insupportable.

Écrit par : Pharamond | 03/10/2019

@Pharamond : Mon estime pour vous m'interdirait de vous mentir ! ;-)
Mon épouse approuve votre jugement sur Brassié, qu'elle ne connaissait pas et qu'elle a jugé insupportable. Comment dit-on sur les rézosocios en vogue ? +10^10 ou "Liiiiiiike" ? ;-)

Écrit par : Blumroch | 03/10/2019

C'est d'autant plus d'hommage que Brassié a parfois des invités que l'on aimerait entendre. Par contre j'ignore ce qu'elle vaut comme écrivain.

Écrit par : Pharamond | 03/10/2019

Rien que le nom de l'émission me donne envie de passer à autre chose. C'est sûrement la femme d'une sommité de la mouvance.

Écrit par : Sven | 04/10/2019

Rien que le nom de l'émission me donne envie de passer à autre chose. C'est sûrement la femme d'une sommité de la mouvance.

Écrit par : Sven | 04/10/2019

@Sven : C'est aussi, à un mot près, le titre d'un bon livre de Jacques Laurent : *Neuf perles de culture*. ;-)
La dame, caricature de mauvais prof', a signé une mauvaise biographie de Brasillach, et elle a fait partie de la cabale contre Lesquen voici quelques années. Je n'en sais, pour ma part, pas plus.

Écrit par : Blumroch | 04/10/2019

Sven > le mot"culture" ?

Écrit par : Pharamond | 04/10/2019

@ Blumroch

Et c'est ce qui fait toute la différence entre pastiches théâtraux de Jacques Laurent et de son compère Claude Martine et caricature d'érudition.
Mauvaise et mal écrite si rédigée comme les billets de son blog. Un extrait du billet "Sur les écrans Un jour de pluie à New York" (https://www.annebrassie.fr/):
"Les américains n’aiment pas le cinéaste pour les bonnes raisons que nous l’aimons , et oui l’argent ne fait pas le bonheur et la bonne société n’est pas toujours celle que l’on croit ".
Prof de français, critique littéraire, rédactrice des quatrièmes de couverture des grands classiques du livre de poche. Heureusement que certaines préface étaient signées Bardèche.

@ Pharamond

Non, l'association des deux, voire des trois avec la tête de la présentatrice. Sans parler du kolossal humour du titre. Cela fait très pédant, et dans son cas, pédant de collège. J'aurais volontiers renommé l'émission enfiler des perles.

Écrit par : Sven | 05/10/2019

@Sven : La nouvelle activité des profs et autres journalopes, tous *éducateurs* intellectuels et *indispensables* intermédiaires, c'est rendre compte des films ricains mineurs, comme ici :
https://blog.causeur.fr/bonnetdane/un-jour-de-pluie-a-new-york-002828
En son temps, Nimier avait réussi à motiver quelques signatures d'exception pour de nombreuses préfaces au Livre de Poche -- ainsi de Boutang pour présenter Dostoïevski. Chez Garnier-Flammarion, on prenait d'honnêtes universitaires de province sans génie mais érudits et presque toujours judicieux (sur Chamfort, Jean Dagen, c'est bien supérieur au pauvre Albert Camus) ; quand aujourd'hui...
Pour l'émission de Brassier, j'oserais ce titre en forme de fine allusion culturelle de gauche : "Le jeu des perles de verre". Manière de souligner qu'elle joue aux billes, et mal.

Écrit par : Blumroch | 05/10/2019

@Blumroch

Ce n'est guère étonnant vu qu'une de leur lecture fétiche est Télérama.
Je vous devine critique envers Hermann Hesse. Je n'ai pas lu le jeu des perles de verre, mais Siddhartha, Narcisse et Goldmund, Le loup des steppes, Damian. S'il est vrai que dans ces romans d'apprentissage, la structure est assez répétitive, les thèmes évoqués, dont la critique de la modernité, les influences que l'on devine (Nietzsche, Spengler, ...) derrière les décors de la spiritualité orientale, du monde médiéval, ... m'avaient plu. Je ne comprends pas pourquoi de gauche. Rien que la critique de la modernité, et un humanisme fort limité, ... et d'autres valeurs fort peu progressistes devraient rebuter le lecteur de gauche.

Écrit par : Sven | 05/10/2019

@Sven : Je ne me suis infligé que *Le jeu des perles de verre*, *Siddhartha* et *Le loup des steppes*[0] -- que j'avais trouvé terriblement inférieur à sa réputation, alors qu'il m'avait été chaleureusement recommandé.
Tous les éloges que j'ai lus ou entendus à propos de Hesse venaient de gauchistes[1], à une exception près (deux si je vous ajoute à la liste des méchants) : une vingtaine contre 1 ou donc 2.
Au reste, tout prix Nobel de littérature est suspect : on ne l'obtient que pour des raisons politiques (Marquez) ou pour de mauvaises raisons (France). ;-) Les jurés qui ont écarté Céline, Pound et Borges ne méritent aucune considération ; et s'ils ont honoré Hamsun, c'est par accident (ils l'ont certainement regretté par la suite).
Si je propose un jour un jeu des deux images ayant Hesse comme solution[2], je vous exposerai mes raisons de le juger sans intérêt.

[0] Donc quelques pages malsaines plairaient probablement au gidien Foutriquet 2.0 s'il lisait vraiment, ce dont je doute.
[1] Pour simplifier, j'appelle gauchiste quiconque n'est pas de drouate très, très 'extrême. ;-) Ainsi, John Campbell qui se déclarait à droite d'Ivan le Terrible (Sadoul *dixit*), ne saurait être qualifié de gauchiste.
[2] This is *extremely* unlikely. ;-)

Écrit par : Blumroch | 05/10/2019

@Blumroch

Je partage votre avis sur Le loup des steppes que j'avais trouvé surfait alors que je m'attendais à lire un des chefs d'oeuvre d'Hesse avec Le jeu des perles de verre. La thèse développée par Hesse ressortait trop et donnait l'impression de lire un manuel pour crise d'ado, si on force un peu le trait. Si Le jeu des erles de verre n'est pas terrible non plus, je suis déçu.
Je pense que c'est une affaire de sensibilité chez les mal-pensants et un problème de lecture chez les de gauche. Une rapide recherche sur Hermann Hesse montre qu'il est apprécié par la sensibilité néo-droitiste, sûrement à cause de sa proximité avec le Wandervögel (tendance libertaire). C'est ainsi que je suis tombé sur cet article dithyrambique dans les archives de Robert Steuckers:
http://www.archiveseroe.eu/hesse-a112811234
Hesse est aussi cité sur le site de l'institut Illiade.
En parcourant raidement Le loup des steppes, je suis tombé sur ce passage:
"Tu es bien trop exigeant et affamé pour ce monde simple et indolent, qui se satisfait de si peu. Il t’exècre ; tu as une dimension de trop. Celui qui désire vivre aujourd’hui en se sentant pleinement heureux n’a pas le droit d’être comme toi ou moi. Celui qui réclame de la musique et non des mélodies de pacotille ; de la joie et non des plaisirs passagers ; de l’âme et non de l’argent ; un travail véritable et non une agitation perpétuelle ; des passions véritables et non des passe-temps amusants, n’est pas chez lui dans ce monde ravissant …"
C'est ambivalent car certains points sont parfaitement gaucho-compatibles mais d'autres leur sont parfaitement étrangers. Si l'on ajoute la fascination pour l'orient, des personnages en quête spirituelle au comportement borderline comme ils disent, le nostalgique de Katmandou et le géniteur de punks à chien et d'antifas croit avoir trouvé un maître à penser. Wikipedia, une fois n'est pas coutume, donne un bon résumé de Narcisse et Goldmund, le meilleur livre d'Hesse que j'ai lu:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Narcisse_et_Goldmund
"Dans une discussion avec Narcisse, Goldmund exprime le fruit de ses réflexions :

la laideur, la fragilité et l’absurdité de la vie ;
la fuite dans les plaisirs qui nous font oublier le côté sombre de la vie… mais seulement pour quelques instants ;
l’aspiration que nous avons à transcender le côté sombre et temporaire de la vie dans une activité qui procure la beauté et la durée comme l’art, la science ou une autre activité semblable.
Goldmund se remet à la sculpture et crée une magnifique chaire pour le réfectoire dans laquelle il immortalise plusieurs des images de personnes, d’animaux, de plantes et d’événements qu’il a emmagasinées au cours de ses périodes d’errance.

Ensuite, il sculpte une magnifique statue de Marie à qui il donne les traits de Lydia, la femme qu’il a tant aimée. Durant cette période, Goldmund forme aussi un jeune apprenti et trouve là aussi une façon de se survivre à lui-même".

J'ai eu l'impression, en lisant Hesse, qu'il avait eu la prémonition de la mort spirituelle de l'Europe dans la crasse gauchiste et qu'il voulait nous mettre en garde contre ses dangers.
Que des gauchistes l'apprécient à tort ne sachant pas lire n'est pas surprenant. Certains arrivent à être nietzschéen de gauche ou à passer à côté de la dimension indo-européenne du Seigneur des anneaux en prenant les Hobbits pour des proto-hippies.

Écrit par : Sven | 06/10/2019

@Sven : Merci pour ce développement en forme de "commentaire de qualité", dirais-je pour parodier kikipedia. Grâce à vous, un jeu des deux images ayant Hesse pour solution n'est plus hautement improbable mais simplement (et heureusement) inutile : vous avez, avec discernement et précision, épuisé le sujet -- que vous connaissez d'ailleurs bien mieux que moi. ;-)
Le syncrétisme incohérent des trois romans cités *supra* m'avait semblé putassier, qui permettait à chaque client^H^H^H^H^H^Hlecteur de trouver quelques passages susceptibles de plaire à l'âme adolescente révoltée (ou se croyant telle). De plus, se trouve que je suis un *primaire* : je n'aime pas les subtilités *incohérentes* (ah, la "richesse" de la vie !) et j'apprécie les avis tranchés -- raison pour laquelle je n'imite pas les intellectuels qui dénient à Rand romancière tout talent parce que ses personnages sont taillés à la hache de guerre (c'est aussi le cas pour de très nombreux de romans de science-fiction).
La lecture est toujours très gauchie, chez les gauchistes, qui savent non seulement *isoler* les détails qui leur conviennent, mais aussi et surtout *ignorer* tous les détails qui ne leur conviennent pas. Un astrologue dirait qu'ils refusent de *hiérarchiser* -- tout est dit, pour des égalitaristes.
J'ai ainsi eu un pigiste néo-situ lettré qui lisait et appréciait Jünger, mais seulement pour ses considérations presque poétiques, son *Journal* et surtout son opposition (très exagérée) à Dolfie. Pour lui, le "vrai" Jünger, *son* Jünger, n'était dans *aucun* des livres qui à mes yeux forment l'essentiel de l'oeuvre : *Eumeswil*, *Héliopolis*, *Abeilles de verre*, *Traité du rebelle*, *Le Travailleur*, *La guerre, notre mère*, *Orages d'acier*, *Le problème d'Aladin* -- l'absence des *Falaises* est évidemment intentionnelle.
Le problème des incohérences apparentes disparaît quand on affecte aux différents aspects d'une oeuvre un coefficient qui permet de ramener à des considérations annexes certains propos. Dans les dialogues et opinions, une honnête pondération permet de distinguer ce qui compte vraiment et ce qui n'est qu'anecdotique.
Pour en revenir aux livres de Hesse, ils ne sont évidemment pas dans la liste de ceux que je tiens à relire avant de crever. Le voudrais-je, d'ailleurs, que ce serait difficile : je les avais offert à une fausse intellectuelle méprisable, sotte et conformiste, savoir une de mes ex-soeurs, qui les avait beaucoup aimés. ;-)

Écrit par : Blumroch | 06/10/2019

P.S. : Excellente, la référence exemplaire à Tolkien. Gamin, j'ai failli douter de mes faibles capacités intellectuelles quand j'ai vu quelques crétins de ma connaissance se mettre à lire (ou faire semblant de lire) *Le Seigneur des anneaux*. J'ai heureusement vite compris que nos raisons d'apprécier Tolkien n'étaient pas exactement les mêmes, et que les miennes étaient sans doute *un peu* meilleures. Aujourd'hui, d'ailleurs, faute de pouvoir faire des mises en scène modernisées comme pour les opéras wagnériens massacrés à Bayreuth, les crétins progressistes voudraient qu'on écrivît une nouvelle version révisée, détournée aussi, du texte de Tolkien avec des élements de ce genre : une profonde empathie pour les Orques injustement caricaturés ("Les Orques n'auront pas ma haine", "Je suis Orquy"), des héroïnes féministes militantes à la Marvel, des relations contre nature, et probablement aussi le triomphe de mac^H^H^HSauron.

Un exemple de délire se voulant subversif et subtil (ah, ces zombies qui représentent si évidemment les travailleurs pauvres de la couche sociale inférieure...) : "Isn’t it more likely that the orcs, who live in dire poverty, actually support Sauron because he represents the liberal forces of science and industrialisation, in the face of a brutally oppressive conservative social order ?" :
https://www.theguardian.com/books/booksblog/2014/dec/12/tolkiens-myths-are-a-political-fantasy
Et combien d'autres *ejusdem farinae* ?
https://www.newstatesman.com/culture/books/2018/11/lord-rings-racist-about-orcs-not-important-new-front-culture-war
On notera que c'est toujours le "modern reader" qui a "raison" parce qu'il invoque ce seul, moderne et imbécile article de foi : "plus c'est récent, mieux c'est." A lire ou à écouter ces sornettes, Atlas ne saurait avoir qu'une réaction : le haussement d'épaule.

Écrit par : Blumroch | 06/10/2019

@ Blumroch

J'aimerais être aussi primaire que vous.
Les gauchistes filtrant ce qui ne leur convient pas, c'est votre génération, la mienne est celle des "enfants du rock débile, les écoliers de la vulgarité pédagogique, les béats nourris de soupe infra idéologique cuite au show-biz, ahuris par les saturnales de “Touche pas à mon pote”" décrite fort justement par Pauwels. Pour ceux de ma génération, et pire encore pour les suivantes, ils ne comprennent plus. D'où mes propos virulents à l'égard des profaillons qui ont fait s'envoler la mouette. Le Seigneur des anneaux est dans la même catégorie, quoique plus difficile à lire, que le nullissime Harry Potter.
Cela fait quelques années que le Sud Africain Tolkien est suspecté de racisme. Ce que vous décrivez est advenu. L'adaptation cinématographique de Bilbo est politiquement correcte. Peter Jackson avait été accusé de discrimination car il n'y avait pas de mélanodermes dans son adaptation du Seigneur des anneaux et, cerise sur le gâteau, l'acteur gallois interprétant Gimli avait émis des doutes l'enrichissement culturel. Pour Bilbo, il y a un débarquement de migrants dans la ville portuaire et une romance inter-raciale entre nain et elfe. C'est resté très convenu car entre blancs et hétéro-sexuelle.
C'est Jünger par le petit bout de la lorgnette même si j'apprécie le journal de la seconde guerre mondiale. Les considérations poétiques ont fait l'objet d'abondantes critiques comme l'épisode des fraises dans le Bourgogne.
A votre liste, j'ajouterai le Boqueteau 125 qui est un trait d'union entre Orages d'acier et le Travailleur en raison de ses nombreuses considérations sur la technique modifiant la face de la guerre. Le problème d'Aladin, tout comme Approches, drogues et ivresse (et jusqu'à ce que vous m'en dissuadiez Une dangereuse rencontre) sont des livres de Jünger que je cherche. Je vais finir par me rabattre sur l'édition anglaise ou espagnole.

Écrit par : Sven | 06/10/2019

@Sven : Vous me flattez. ;-)
J'ai préféré ne rien [sa]voir des adaptations, que ce soit du *Seigneur des anneaux* ou du *Hobbit*, crainte d'être déçu. Ce que vous en dites confirme la sagesse de ma décision : à l'évidence, on espère le *Conan* de Milius et on a droit à celui de Fleischer (ça, j'ai vu et regretté) voire à celui d'un certain Nispel (j'ai vu la bande annonce).
Si Tolkien et Lewis sont évidemment des méchants, ils ne sauraient rivaliser, pour l'heure, avec le *très* méchant Lovecraft ; cela viendra sans doute.
J'avais bien pensé au *Boqueteau 125* pour la liste des essentiels. Je ne sais comment je l'ai oublié ensuite.
"*Approches* en français, *Le problème* en anglais, à la Library Genesis les trouver vous pourrez", dirait un Yoda entraîné à la célèbre académie du sabre laser de Bordeaux (!). Moi, je n'ai rien dit, car contrairement à ce que font tous les ministres et députés, ce n'est *peut-être* pas *légal* (en tout cas pas plus ou pas moins que les scandaleuses numérisations sauvages que se permet Gougeule sans demander leur avis aux auteurs).
Attendez que je retrouve *Une dangereuse rencontre* : vous le regretterez. ;-)

Écrit par : Blumroch | 06/10/2019

Ce poème est l'éloge funèbre la plus juste que j'ai pu lire à l'occasion du décès de Supermenteur. Que dire d'autre d'un président français réélu sous une haie d'honneur de drapeaux algériens...?

La Belgique ne peut plus lutter: le seul vrai pays de l'Absurde, c'est bien le nôtre.

Écrit par : Benway | 07/10/2019

Le camarade Benway est encore trop indulgent : la France d'aujourd'hui, c'est *en même temps* l'Absurdie et la Sinistrie[2].

[1] Copyright Foutriquet 2.0
[2] Etymologiquement *aussi*.

Écrit par : Blumroch | 07/10/2019

Benway > Merci, c'est trop d'honneur ;-)

Je n'ai pas la télé et c'est tant mieux, l’avalanche d'hommages à Chirac me l'aurait fait jeter par la fenêtre avec les dégâts collatéraux toujours possible.

Écrit par : Pharamond | 07/10/2019

@Pharamond : Détournement d'une formule faussement attribuée à Dorothy Parker[1] : "A TV Set Is Not a Thing To Be Tossed Aside Lightly. It Should Be Thrown with Great Force." ;-)
(Par prudence, on ne mentionnera aucune cible.)

[1] https://quoteinvestigator.com/2013/03/26/great-force/

Écrit par : Blumroch | 08/10/2019

Tiens moi aussi je me suis débarrassé de la boitacon
Je la garde pour lire des vidéos, sujet de prédilection, les cinéastes estrangers, Iran, Hongrie, républiques ex soviétiques tout bien

Écrit par : Kobus van cleef | 08/10/2019

Blumroch > Cela doit faire une vingtaine d'année que je n'ai plus la télé.

Kobus van cleef > Vos choix sont assez particuliers, il faudra nous faire quelques comptes rendus.

Écrit par : Pharamond | 08/10/2019

Certes
Mais c'est tellement varié
En tout cas c'est à mille lieux des interrogations clitoridonombrilistes de nos zineasts hexagonaux
Certes il y a des couples malheureux, assurément on trouve dans ces films des femmes trompées, bien sûr on a le droit de trouver dedans une kritik zoziale
Mais....... non, c'est pas comme ici
Un Cornell Mandrukzo, par exemple, même s'il traite de sujets comme l'exclusion ( et encore....) n'est pas chiant comme nos donneurs de leçons
Un Ineer Saleem, lorsqu'il ébauche le sujet de la prostitution ("si tu meurs, je te tue") n'en fait pas un pathos larmoyant frankaoui
Et le reste à l'avenant

Écrit par : Kobus van cleef | 09/10/2019

J'ai essayé un temps le cinéma étranger un peu exotique, mais je n'ai pas accroché. Peut-être les films vus étaient-ils trop formatés pour plaire aux intellos européens avec sa dose de misère et de poésie facile, peut-être ai-je du mal à m'identifier quand le héros à une tête de Kalmouk, mais j'ai abandonné. Je me souviens que d'un film bulgare "Zift" qui m'avait bien plu.
https://www.youtube.com/watch?v=T2J0_wNkeAg

Écrit par : Pharamond | 09/10/2019

@Pharamond : C'est du (vieux) cinéma étranger, et c'est charmant dans un registre un peu fantastique : *Un jour, un chat*.
http://www.dvdclassik.com/forum/viewtopic.php?t=29664

Écrit par : Blumroch | 09/10/2019

Je ne connaissais pas. J'ai trouvé la bande annonce :
https://www.dailymotion.com/video/x2k0zd3

Écrit par : Pharamond | 09/10/2019

J'oubliais "Le Manuscrit trouvé à Saragosse" de Wojciech Has avec la très belle Beata Tyszkiewicz.
https://viola.bz/wp-content/uploads/2013/09/Beata-Tyszkiewicz-9.jpg

Écrit par : Pharamond | 09/10/2019

@Pharamond: La télé, c'est pas ce truc qui sert à jouer à des jeux vidéos? Ca me parle vaguement ^^

@Blumroch: La Sinistrie me plaît bien, le genre de nom de pays dont Hergé aurait pu parer une aventure de Tintin ... Dont on attend toujours le reboot par Disney, avec des tablettes de chocolat pour tout le monde (Milou inclus), un capitaine Haddock muet (insulter devient risqué de nos jours, la preuve: https://les-minuscules.blogspot.com/2019/08/un-chat-nest-pas-un-chat.html ), un professeur Tournesol africain (ils nous ont tout appris) adepte de la théorie de la terre plate et pour finir des Dupont & Dupond représentants d'une minorité dont je vous laisse le soin de deviner la nature... Pas difficile, l'enquêteur Casta(g)ner lui-même pourrait trouver ;-)

J'adhère également à l'idée d'une rubrique ciné signée Kobus Van Cleef, comme le migron à la CAF locale!

Écrit par : Benway | 09/10/2019

@Benway : Un récent musicalmar mentionnait la Sinistrie :
http://guerrecivileetyaourtallege3.hautetfort.com/archive/2019/08/30/musique-504-6172923.html
Désolé, je ne suis ni tintinologue ni tintinophile ; je n'ai même jamais compris l'intérêt des planches d'Hergé, que ce soit pour les dessins ou pour les scénarios -- y compris les sulfureux.

J'approuve évidemment la motion "Une rubrique cinéma rédigée par Kobus van cleef" !

Écrit par : Blumroch | 09/10/2019

Benway > Oui, c'est cette chose/

Benway & Blumroch > J'adhère moi aussi et il y a un précédent :
http://guerrecivileetyaourtallege3.hautetfort.com/archive/2015/07/14/carte-blanche-7-5656847.html

Écrit par : Pharamond | 09/10/2019

@Pharamond : En lien avec le lien *supra*, j'en profite pour signaler que la Bigelow a quand même deux assez bonnes actions à son passif hollywoodien : *K-19* et, dans une certaine mesure, *Point Break* (mode BRAIN OFF). Je suis plus réservé pour *Near Dark*.

Écrit par : Blumroch | 09/10/2019

Je n'ai vu d'elle que "Aux frontières de l'aube", "Blue Steel" et
"Point Break". D'après ces films pour moi c'est une tâcheronne d'Hollywood ; c'est bien fait mais sans talent particulier.

Écrit par : Pharamond | 09/10/2019

@Pharamond : D'où mon : "deux *assez* bonnes actions". ;-) J'ai vu trois ou quatre "trailers" pour d'autres films de la même dame, mais je n'ai pas eu envie d'en [sa]voir plus.

L'honnête artisan, c'est toujours mieux que le faux artiste. ;-)

Écrit par : Blumroch | 10/10/2019

@Pharamond: Merci pour l'info, ma culture yaourtière est encore très incomplète.

De K. Bigelow, en sus de Zero Dark Thirty il y a Strange Days qui est fort honnête.

Écrit par : Benway | 11/10/2019

Il n'a malheureusement pas renouvelé, dommage.

Écrit par : Pharamond | 11/10/2019

@Pharamond : Proposez ce marché à Kobus van cleef : à publication d'une carte blanche (cinématographique ou autre) signée Kvb, Blumroch s'abstiendra de commenter pendant les sept jours qui suivront. C'est du "ouine ouine". ;-)

Écrit par : Blumroch | 11/10/2019

Ma rubrique "carte blanche" est ouverte à toutes et tous, mais il suffit d'aller jeter un œil sur les résultats et vous verrez qu'il y a eu peu de volontaires :-
http://guerrecivileetyaourtallege3.hautetfort.com/apps/search/?s=carte+blanche

Cependant je ne crois pas que vos commentaires soient pour quelque chose sur le nombre réduit de candidats ou le silence de Kobus ;-)

Écrit par : Pharamond | 11/10/2019

Écrire un commentaire