statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/05/2019

Samedi 4 mai

Acte XXV pour les Gilets jaunes et dix-neuvième manifestation pour moi.

Peut-être parasitée par la manif du 1er mai nous ne sommes pas très nombreux place de la Bourse. Je retrouve Philippe Dubois et le cortège part le long des quais nous éloignant une fois de plus du centre ville. Les forces de l'ordre nous canalisent vers la place de la Victoire où les manifestants s'agglutinent mollement vers la rue Sainte-Catherine barrée d'un cordon de gendarmes mobiles qui se renforce sans se presser. Tout le monde à l'air à bout de souffle. Dépités nous discutons avec quelques Gilets jaunes impliqués dans le mouvement sur la manière de raviver la flamme, puis alors qu'il est à peine 16 heures Philippe et moi décidons d'aller boire un verre avant de nous séparer. D'après les autorités nous n'aurions été qu'un petit millier.

Commentaires

Ca sent la phase terminale...
Les ronds-points !

Écrit par : Carine | 09/05/2019

Je n'en suis pas sûr. Comme je l'ai dis la manif du 1er mai a un peu parasité à mon avis. Nous verrons samedi prochain.
Quant à l'occupation des ronds points cela nécessite un investissement plus important que de consacrer 3 heures de son temps le samedi après-midi.

Écrit par : Pharamond | 09/05/2019

Certains notent la capacité de nuisance de la gauche, en particulier sur cet aspect des gilets jaunes.

je ne saurais être plus en accord avec ça
https://www.polemia.com/gilets-jaunes-la-gauche-ma-tue/

Écrit par : Popeye | 09/05/2019

Parce que certains ont vraiment cru à un réveil identitaire ? Je vais paraître monomaniaque, mais tant que la question de la Mémoire ne sera pas discutée sans taboue toute révolte sera mort-née. Les Gilets jaunes affichaient très rapidement "Fâché(e)s mais pas fachos". Parce qu'il faut pas confondre, hein ?
Moi je dis "Vive Juan Branco !", "Vive les Black bloc !" "Vive Jérome Rodrigues !" parce que ce sont les seuls qui peuvent faire tomber Macron, condition obligatoire à un après. Les "nôtres" ? Ils pérorent derrière leur écran. les quelques uns qui défilaient au début ont disparus. La gauche n'a rien pris on leur a donné.

Écrit par : Pharamond | 09/05/2019

@Pharamond : Dans la loi macroniste des suspects, y'a pas un délit d'incitation à la sédition ? ;-)
Facétie mise à part, c'est plutôt la question des coûteuses et dangereuses importations forcées qui est à traiter en priorité, ce me semble. Premier point : être maître chez soi. Le reste en découlerait (conditionnel très hypothétique, évidemment).

Écrit par : Blumroch | 09/05/2019

Mais nous ne pouvons pas traiter cette question puisque cela nous rappelle les heures les plus...

Écrit par : Pharamond | 09/05/2019

« Toute résurrection nationale, toute politique de l’énergie ou de la propreté, est ainsi frappée de suspicion. […] La condamnation du parti national-socialiste va beaucoup plus loin qu’elle n’en a l’air. Elle atteint, en réalité, toutes les formes solides, toutes les formes géologiques de la vie politique. Toute nation, tout parti qui se souviennent du sol, de la tradition, du métier, de la race sont suspects. Quiconque se réclame du droit du premier occupant et atteste des choses aussi évidentes que la propriété de la cité offense une morale universelle qui nie le droit des peuples à rédiger leurs lois. Ce n’est pas les Allemands seulement, c’est nous tous qui sommes dépossédés. Nul n’a plus le droit de s’asseoir dans son champ et de dire "cette terre est à moi". Nul n’a plus le droit de se lever dans la cité et de dire : "Nous sommes les anciens, nous avons bâti les maisons de cette ville, que celui qui ne veut pas obéir aux lois sorte de chez moi". »

Maurice Bardèche

Écrit par : Pharamond | 09/05/2019

@Pharamond : Rédigeant un manifeste sur le sujet (*Discours sur l'origine et les fondements de l'injustice parmi les riens*), un Rousseau contemporain choisirait peut-être cet *incipit* : "Commençons donc par écarter toutes les fables plus ou moins historiques, car elles ne touchent point à la question...". ;-)
Puisque les crétins au pouvoir prétendent que "tout est économique", suffirait probablement d'y aller avec des arguments économiques -- lesquels ne sont pas, ce me semble, en faveur des mensonges.
Au reste, les questions historiques n'intéressent guère les masses. Quant aux libertés... :-(

Écrit par : Blumroch | 09/05/2019

@Pharamond : La seconde partie du message n'était pas encore visible. Décidément, ce Bardèche est très à la mode. Je crois l'avoir vu cité trois ou quatre fois dans un autre commentaire. ;-)

Écrit par : Blumroch | 09/05/2019

Tant que les gens n'auront pas réellement faim le tout économique butera sur la programmation quotidienne des cerveaux. L'être humain est un être spirituel malgré tout et sa foi dans le progrès est une bouillie où le facteur "religieux" n'est pas absent, il doit croire à tout sinon tout s'effondre et son petit royaume avec lui.

Écrit par : Pharamond | 09/05/2019

le bon côté d' A.S et des éditions K.K. ;-) une réédition qui tombe à pic ... on dirait ?


https://www.kontrekulture.com/produit/qu-est-ce-que-le-fascisme

Écrit par : EQUALIZER | 09/05/2019

De ce Roger Minne qui se prétendait, peut-être avec raison, l'inventeur de la forgerie "franglais" (reprise par Maurice Rat avant d'être attribuée à Etiemble) :
"On vous a annoncé que vous avez le cancer. Les cellules parasites ont engagé le combat contre vos cellules saines, entamé l'invasion de votre corps, la destruction lente de votre économie biologique, procédant à la modification de tout votre être, vers votre disparition. De toutes vos forces instinctives, pour *survivre*, vous allez vous battre, contre l'anéantissement de votre moi.
Vous êtes un sale [ici, un mot à peine lisible, que je ne veux pas tenter de déchiffrer puisqu'il renvoie à un concept qui n'existe pas ou plus]."
Comme tout le monde, Minne n'avait pas prévu cette situation inédite dans l'histoire du monde : le cancer orchestré par ce qui tient lieu de cerveau, en tout cas de cervelet. ;-)

Tout cela pour introduire la référence à un site suisse, découvert en regardant si Minne existait sur Internet, site qui me semble digne de gagner le Pandémonium :
http://www.pamphlet.ch/?article_id=635
http://www.pamphlet.ch/?article_id=484
http://www.pamphlet.ch/?article_id=757

@EQUALIZER : Je les ai tous, aux Sept Couleurs ou chez Pythéas, depuis longtemps. ;-)

Écrit par : Blumroch | 09/05/2019

Et j'ajoute ces billets qui pourraient utilement remplacer les commentaires de Blumroch (c'est une idée, ça !) :
http://www.pamphlet.ch/archive/actuelle.html#Sirius
dont la conclusion est :
"En clair : le jour où les peuples excédés descendront dans les rues dans l’espoir illusoire de faire sauter les verrous du système, les séides du gros tiers évoqué en premier dans le texte précédent tireront à vue et pour tuer."
Et celui-ci, qui pourra intéresser les ceusses qui n'adorent ni Crom ni Cthulhu :
http://www.pamphlet.ch/archive/actuelle.html#Preux

Écrit par : Blumroch | 10/05/2019

Samedi étrange en effet.
Au départ du cortège, assez tard, j'ai eu l'impression que le nombre de manifestants, peu nombreux Place de la Bourse, avait beaucoup augmenté en un instant.
Ensuite, promenade tranquille donnant rapidement Place de la Victoire, sans incidents.
Et là, rien !
La foule s'est tranquillement dispersée et nous aussi.

Où l'on voit que le FN/RN a été en dessous de tout dans cette histoire de gilets jaunes, encore une fois !
Les GJ, au départ, est un mouvement poujadiste de révolte contre les impôts (la taxe carbone) et une administration qui emmerde le monde (les 80 km/h), avec des revendications de liberté et de dignité, dans lequel le FN aurait dû s'implanter intelligemment
(je sais, FN +intelligemment est un oxymore)

Au lieu de s'implanter dans ce mouvement, il l'a laissé pourrir par l'extrême gauche et maintenant, le slogan c'est :
"plus de fric pour moi et plus d'impôts pour les autres"
Donc, grâce à la gauche, la soif de dignité et de liberté a été remplacée par la jalousie et l'envie.

Où l'on peut se rendre compte des dégâts causés par des décennies de matraque du peuple par une éduc-nat marxisée jusqu'au trognon et par des médias pourris jusqu'à l'os

Cette gauche mélancho-trotskyste, incapable actuellement d'arriver au pouvoir est encore tout à fait apte à transformer en merde tout ce qu'elle touche.

Écrit par : Philippe Dubois | 10/05/2019

Excellente analyse de Philippe Dubois. La "direction" frontiste a été au-dessous de tout.
Pourrait-on aller jusqu'à dire que les Gilets jaunes du début ont été... remplacés ? ;-)
Transformant tout ce qu'il touche en le contraire de l'or, le *lider minimo* de la gôgôche aux ordres mériterait de s'appeler Sadim -- un nom qui, à considérer son arabophilie, lui conviendrait bien.

Écrit par : Blumroch | 10/05/2019

FN+intelligemment ... HaHa bien vu ! il est regrettable de voir le FN à la ramasse . Pour aller voter il va falloir que je me fasse violence . Charles Gave a indiqué des pistes sérieuses de motivation ... reste à voir d' ici-là . C' est une constante du FN marineux d' être absent des bons combats (MNPT , GJ ...)

Écrit par : EQUALIZER | 10/05/2019

EQUALIZER > Eh oui ! E&R a aussi de bons côtés, de très bons côtés ;-)

Blumroch > Merci pour le lien. Il a l'air d'y avoir plein de bonnes choses à lire dans Le Pamphlet que j'accueille bien volontiers dans le Pandémonium.

Philippe Dubois > Malgré ses défauts le FN de JMLP était plus crédible et j'y ai cru même si avec le recul je m'aperçois qu'il n'avait aucune chance. Au moins était-il un réservoir d'idées, le RN de MLP est un capharnaüm sans ligne de conduite ni idéologie qui ne bénéficie que du ras-le-bol des Français pour survivre ; une forme d'abus de confiance.

Écrit par : Pharamond | 10/05/2019

Ceux qui votent (mal) devraient, en droite (extrêmement) logique, éviter l'éparpillement (à quoi bon voter pour dupont gnangnan ou pour asselineau ?) et donc ne voter que pour le front. Seul ennui : la direction du front prétendra que c'est manière d'approuver ce qui, chez eux, tient lieu de ligne (pour la pêche aux voix ?). Un peu comme le méprisable chirac se croyant légitime et prétendant avoir été approuvé par 82,21 pour 100 des électeurs. En fait, chaque électeur ayant voté pour le front *malgré tout* devrait *aussi* envoyer à la direction une lettre-type disant que c'est un vote pour le principe, et non un vote de soutien à leur résistance fictive -- la direction n'en tiendra évidemment aucun compte et ce sera comme les lettres de lecteurs adressées aux journaux (du moins quand elles vont dans un sens opposé à la ligne des patrons).
Autre solution : 90 pour 100 d'abstention, mais déplacement devant les bureaux électoraux, dans le silence, les bras croisés, en gilet jaune, le regard noir. C'est hélas improbable.
Quel que soit le résultat, Foutriquet 2.0 continuera tranquillement son oeuvre de naufrageur et de Gauleiter, et n'ira jamais figurer dans un livre sur les assassinats politiques.

Écrit par : Blumroch | 10/05/2019

Le Système même en prenant l'eau de toute part se débrouille pour se maintenir à flot sur l'océan de décombres, qu'il a soigneusement constitué en quelques décennies, avec la formule imparable "Nous ou le chaos".

Écrit par : Pharamond | 10/05/2019

hélas, la vraie formule c'est "nous et le chaos"
Voire "nous, le chaos"

les instruments de sidérations des foules, chaines de télé (d'ailleurs, chaines...éloquent non?) ce qui reste de la presse écrite, l'éducation nationale (mensonge tant sur le substantif que sur l'adjectif) sont puissants et insidieux.
Je ne vois pas trop comment s'en dépêtrer. Tant que le frigo n'est pas trop vide, le système flottera sur l'océan de décombres.

Écrit par : Popeye | 10/05/2019

Autre variation : "Avec nous, le chaos ; contre nous, encore plus de chaos." ;-)
Ceux qui croient que Foutriquet 2.0 et sa clique seront freinés par une "opposition" d'au mieux 30 pour 100 me semblent candides. Tant que la résistance ne dépassera pas les 50 pour 100 (et encore, c'est être optimiste) -- ce qui est impossible à considérer l'état des cervelles --, ceux d'en face pourront tranquillement continuer leur oeuvre de destruction, en France et dans le carcan européen.
Malgré un célèbre épisode de *The Prisoner*, je n'ai jamais trop aimé le western -- genre d'ailleurs assez peu pratiqué par Lewin et Mankiewicz. Arrivera peut-être un jour une scène comparable à celle-ci : des Gilets jaunes seraient assis autour d’un feu, à un rond-point. Ambiance crépusculaire parce que le régime et ses supplétifs ont déjà gagné, qui n’hésitent devant rien parce qu’ils n’ont *aucune* conscience morale — avantage décisif, plus encore que les armes dont seuls ils disposent.
Un Gilet jaune se lèverait, qui dirait sobrement, en engliche dans le texte, « Let’s go. », et sans point d’exclamation — le ton est résolu mais las. Un autre se lèverait à son tour, qui répondrait avec le génial « Why not ? » de *The Wild Bunch*, avant d’être suivi par beaucoup d’autres, sombres, déterminés, silencieux -- ce ne sera pas une fête, mais à une interminable terreur diffuse, on doit préférer une fin terrible ; aux bougies qui s'éteignent une à une, un dernier embrasement.
https://www.youtube.com/watch?v=CYP38A-nwLY
Dans l'esprit d'*Alamo*, des *Vikings* ou de *La bataille des Thermopyles* (pour ne prendre que ces illustrations connues, sans chercher dans la *vieille* littérature ou dans l'histoire), ce serait "beau comme l’antique" : *romain*, en un mot.
Je sais, j'ai vu trop de films. ;-)
Je ne suis plus bon à grand-chose, mais je n'aimerais pas avoir la fin d'un mouton.

Écrit par : Blumroch | 10/05/2019

@Popeye : Avec votre remarque sagace, vous êtes en bonne compagnie. En 1969, tout gaulliste qu'il était, André Gillois terminait ainsi sa *République a bon dos* : "Les programmes ne le [le Français] tentent guère. Mais il n'y en a pas d'autres. Et il songe mélancoliquement que toute sa liberté consiste à choisir sa chaîne." Daninos retrouvera la formule un peu plus tard.
Le "Net" proclame bien, lui, avec candeur, sa nature de *filet*. "On nous pêche", disait déjà Charles Fort.

Écrit par : Blumroch | 10/05/2019

Popeye > Ces moyens de sidération sont puissants, mais comme ils diffusent des absurdités contre-nature ils doivent être diffusés dès le plus jeune âge et en continu pour être efficace sur une personne "normale". Une interruption un peu longue et tout s'écroule. Seul un effondrement général de l'économie pourrait la provoquer. Elle arrivera dans une échéance peut-être pas si éloignée d'où la frénésie à détruire l'ancienne France et à la métisser avant que les gens ne se réveillent avec la gueule de bois.

Blumroch > Et même dans ce sursaut bien hypothétique nous n'aurons pas de caméra pour sublimer notre geste, notre mémoire sera même sûrement salie.
C'est difficile à admettre à moins de tomber dans le nihilisme cimérien :
" Crom, je ne t’ai jamais prié jusqu’ici. Je n’avais pas les mots pour. Personne, pas même toi ne se souviendra si nous étions des hommes bons ou mauvais. Pourquoi nous nous sommes battus, pourquoi nous sommes morts. Non, tout ce qui compte c’est que deux ont fait face à beaucoup, c’est cela qui est important. Tu aimes le courage, Crom. Alors, accorde moi une requête. Accorde moi la vengeance. Et si tu n’écoutes pas, vas au diable." ;-)

Écrit par : Pharamond | 11/05/2019

@Pharamond : Je peux concevoir l'importance ou l'intérêt de laisser une trace dans la mémoire de mes semblables ; dans celle de mes ennemis, et surtout de ces ennemis-là, nettement moins. ;-)
J'aime bien la version originale : "Crom ! I have never prayed to you before. I have no tongue for it. No one, not even you, will remember if we were good men or bad. Why we fought, or why we died. All that matters is that today, two stood against many. That's what's important ! Valor pleases you, Crom ; so grant me one request. Grant me revenge ! And if you do not listen, then to hell with you !"
Seule fausse note, sans doute, quand on s'adresse à un Dieu qui n'écoute jamais (il a déjà tout dit en accordant, à la naissance, la force et le caractère) : lui demander une faveur. ;-)

Écrit par : Blumroch | 11/05/2019

@Pharamond : P.S. : L'OEil de Sauron, aidé par grep, me rappelle que le nihilisme cimmérien avait déjà été évoqué dans les commentaires de cet excellent billet :
http://guerrecivileetyaourtallege3.hautetfort.com/archive/2018/11/06/cortege-6103010.html
Pensée de l'escalier : d'autres ont été -- et sont toujours -- calomniés (en tout cas réduits au silence), dont le souvenir n'a pas encore complètement disparu. Evidemment, aujourd'hui, les conditions et les hommes ont changé. Pas certain que la barbare société marchande future (qu'elle soit technicienne ou peu favorable aux lumières de l'esprit) permette encore l'apparition d'esprits ayant le goût de la vérité et le goût de la liberté. Avec une propagande bien menée, on supprimera jusqu'à l'idée d'opposition, déjà rare. C'est en très bonne voie.
Vienne vite le Grand Astéroïde Anéantisseur Ultime ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 11/05/2019

En attendant, dans le futur, de supprimer l'idée d'opposition, on ira, dans le présent, supprimer les opposants (en tout cas, on aimerait bien). L'humanité future dès à présent, et dans toute sa splendeur *intellectuelle* :
https://les-minuscules.blogspot.com/2019/05/ouiiiiiiin.html
Incidemment, billet très supérieur à ceux de Lévy et Riocreux consacrés au même sujet anecdotique (un des innombrables épisodes de la misérable comédie des merdias) mais exemplaire. *Causeur* ? *Blablateuses*, oui.

Écrit par : Blumroch | 11/05/2019

Blumroch > N'était-ce pas vous qui disiez que la vie était une bulle de savon entre deux néants ou quelque chose du genre ? j'aime beaucoup la formule.
Même sans demander un monument de marbre avec trompettes et angelots au moins laisser un souvenir qui ne sera pas traîner systématiquement dans la boue. C'est le minimum.
Lors de la dernière manif des Gilets jaunes une femme me disait que les policiers et la bande à Macron étaient ridicules dans leurs surenchères contre nous. Je lui ai répondu que cela importait peu puisque qu'ils avaient les pleins pouvoirs et qu'ils gagnaient. Le reste...

Écrit par : Pharamond | 12/05/2019

@Pharamond : C'était le développement d'une idée de Chamfort.
En règle générale, tout ce que nous faisons n'a strictement aucune importance (sauf pour nous, s'entend). Célébration ou exécration, c'est indifférent, quand on est mort -- et même avant. Pour ma part, je me suis fait à l'idée. Ainsi, la postérité ne saura rien de mon double exploit secret sur Apple ][ : l'écriture d'une ROM F800 et d'un OS bien meilleur que le DOS 3.3, démontrant qu'à une très lointaine époque, j'étais à la hauteur de Steve the Woz. Le savoir me suffit. ;-)
Pour en revenir à cette idée de l'injuste traitement qu'on réserve[ra] aux nationalistes, on ne peut quand même pas demander à nos ennemis actuels de rendre hommage au courage malheureux ; ces temps-là appartiennent au passé -- voir l'admirable *Lettre à François Mauriac*.
L'ennemi aurait-il le pouvoir de ressusciter les morts, qu'un certain nombre de mauvais esprits seraient ramenés à la vie rien que pour le plaisir de les tuer. ;-)

Écrit par : Blumroch | 13/05/2019

Très belle lettre et encore Bardèche ;-)

Pour le système actuel l'ennemi n'est plus un adversaire malheureux qui a fait d'autres choix, mais la bête odieuse qui ne devrait pas exister... sinon pour rappeler non pas que les idées du vainqueurs sont les bonnes, mais qu'elles sont la seule vérité.

Écrit par : Pharamond | 13/05/2019

@Pharamond : Il avait un beau-frère qui écrivait assez bien et qui a mal fini. ;-) Quant au frère du grand poulet Poulet, il avait sa petite notoriété en étudiant le "temps humain" ; le frère du grand Cousteau, lui, a plongé au point d'entrer à l'académie.
Le vainqueur a nécessairement raison, puisqu'il a vaincu. Dans le même registre, on a "Michael Jackson est plus génial que Mozart, puisqu'il a vendu plus de disques" ou "La série des Harry Potter, c'est très au dessus de la trilogie de Tolkien, puisque les ventes de la première ont été trois fois supérieures à celles de la seconde... et en moins de temps."
Règne de la quantité, comme toujours. Un vaillant petit peuple de qualité contre le monde entier ligué contre lui perdra nécessairement. ;-)

Écrit par : Blumroch | 14/05/2019

@Pharamond : Par association avec cet abominable "poulet Poulet", voici un nouveau pharaon égyptien, Kakemphaton, auquel Corneille rendait un bel hommage dans son *Horace* en faisant dire à Sabine, dès la première scène du premier acte, cette horreur :
"Je suis romaine, hélas ! Puisque mon époux l’est"
En règle générale, personne n'entend le discret "Ménélas", l'un des très rares personnages à connaître une fin tranquille, avec son Hélène disparue puis retrouvée. ;-)

Écrit par : Blumroch | 14/05/2019

Dans la société marchande qu'est devenue la nôtre la valeur d'un individu se mesure à ses possessions et son salaire et ceci avec la plus grande logique. La démocratie qui est censée permettre à la majorité de choisir le mieux pour elle en rajoute une couche donc si ça se vend c'est bien : le plus grand nombre ne peut pas avoir des goût de ch...

On aura bientôt une dynastie ;-)

Oui dans la boucherie homérique Ménélas s'en sort bien, c'est vrai alors qu'il est plus ou moins directement lié à tout ce chambard.

Écrit par : Pharamond | 14/05/2019

@Pharamond : On peut regretter les époques où un bon esprit, quand il était approuvé par la foule, se demandait avec inquiétude s'il n'avait pas énoncé quelque sottise.

Une dynastie bien sombre : après *Black Athena*, *Black Pharaoh* -- et on aura au cinéma *The Black Mummy*.
On rit, on rit jaune, mais tout cela finit par mettre à cran. ;-)

Un historien racontait : "Que sont devenus les vainqueurs de Troie ? Agamemnon ? A son retour chez lui, ce roi des rois fut assassiné par sa femme et l'amant de celle-ci. Il en résulta une longue suite de meurtres, de folies et de catastrophes, matière première des auteurs tragiques. Achille ? Il est tué durant le siège, comme il aspirait à épouser une Troyenne. Ajax n°1 ? Neptune le jette à la mer. Ajax n°2 ? Il a des hallucinations et se tue. Ulysse ? Il erre pendant dix ans sur les flots de la Méditerranée, trompe sa vertueuse épouse avec la fameuse Circé, magicienne de son état, se laisse enjôler par Calypso, fait naufrage, je ne sais plus combien de fois, finit par rentrer chez lui, non sans avoir dû massacrer les prétendants qui mangeaient son bien, en assiégeant Pénélope. Après quoi il est assassiné par le fils qu'il avait eu de Circé.
En somme, messieurs, le seul prince qui retrouva une maison en ordre, un royaume prospère, une épouse aimable et soumise, c'est Ménélas, le mari trompé. Grande leçon ! Faut-il en tirer des conclusions quant à la morale grecque..."

Écrit par : Blumroch | 14/05/2019

Quand on y réfléchit il est vrai que tout ceci est plutôt curieux pour des récits qui paraissent glorifier la bravoure. Mais ne pensons pas trop, voyez où cela nous mène, hélas.

Écrit par : Pharamond | 14/05/2019

C'est vrai que l'on parle peu de la suite...

Écrit par : Carine | 14/05/2019

"Ne réfléchissons pas trop, la paix est à ce prix" : on pourrait objecter à Monteilhet que la paix, ainsi obtenue, c'est la mort dans le déshonneur. Mieux vaudrait une vraie défaite les armes à la main, ne serait-ce que pour avoir sa chance d'entrer au Valhalla, et pour être une source d'inspiration -- ce qui est toujours plus satisfaisant que se borner à en faire l'éloge ou la recommandation. :-(
Après l'exploit, qu'il soit défaite ou victoire, c'est la mélancolie qui triomphe. Mieux vaudrait sans doute ne pas le savoir.
J'ai beau parfaitement savoir les raisons qui ont incité Tolkien à terminer *Le Seigneur des anneaux* comme il l'a fait, j'aurais au minimum supprimé l'épisode du retour au réel avec l'affrontement contre Sharkey/Saruman et ses sbires minuscules. ;-)

Écrit par : Blumroch | 14/05/2019

Carine > Énée a aussi eu une belle carrière ;-)

Blumroch > Paradoxalement je crois qu'il est plus facile d'être dans le camp des maudis à notre niveau que plus "haut" où les tentations et les pressions se font plus insistantes.
C'était aussi pour moi un essai assez lourdaud pour caser un kakemphaton ;-)

Écrit par : Pharamond | 15/05/2019

@Pharamond : Tentations et pressions existent aussi pour les obscurs, mais les enjeux sont simplement à leur plus modeste mesure (et les sommes aussi) ; le test pour le caractère est le même.
J'avais pensé à relever la facétie, pour ensuite oublier, concentré que j'étais sur mes digressions (Monteilhet, Wellington et sa fine observation "Believe me, nothing except a battle lost can be half so melancholy as a battle won.", Tolkien). La prochaine fois, je penserai à vous féliciter d'emblée ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 16/05/2019

Blumroch > Oui, elles existent, mais sont moindres et de natures un peu différentes.

Me féliciter pour ce pauvre kakemphaton comme vous y allez ;-)

Écrit par : Pharamond | 17/05/2019

Écrire un commentaire