Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/11/2018

Cortège

« Quand nous avons en effet connu toute la monstruosité de la mort par la fin de ceux que nous aimons, il nous devient aisé de lui donner beaucoup moins d’importance quand il ne s’agit plus que de nous-même, et de la considérer alors soit avec indifférence, soit avec plus ou moins d’attrait. Pour moi, cet attrait naît en partie des circonstances présentes. Très convaincu que nous assistons à une chute immense de l’homme, et que des forces matérielles d’une puissance irrésistible travaillent, sans cesse et partout, à réduire à l’uniformité, à l’insignifiance, à la platitude, ces êtres humains qui se signalaient jadis par la fantaisie de tant de caractères divers, persuadé que l’homme laisse derrière lui les sommets de l’art, de l’héroïsme et de la sainteté, assuré que ma propre patrie est dans le passé, il doit me devenir beaucoup plus facile de quitter un monde qui n’a plus rien pour me retenir et où je n’aurai à regretter que la lumière. Les vieillards d’hier avaient la tristesse de laisser leur monde durer après eux. Une mélancolie plus subtile est réservée à quelques-uns d’entre nous: c’est d’avoir vu leur monde finir avant eux. Il ne leur reste plus qu’à rejoindre ce grand cortège doré qui s’éloigne, et j’avoue que, parfois, j’ai un peu honte de tarder. » 

Abel Bonnard, quelques mois avant son décès, cité par Philippe Hemsen 

Source : Abel Bonnard – Le scandale de l'oubli

 

Commentaires

On se voit déjà dans le linceul de pourpre où dorment les *vieux* morts. ;-)
Sans rire, cette fois : de la prose d'*avant*, et pas de la prose endimanchée. Art perdu.

Écrit par : Blumroch | 07/11/2018

Pas vraiment, de toute manière je me ferai incinérer. Mais j'aime beaucoup la formule : "Les vieillards d’hier avaient la tristesse de laisser leur monde durer après eux. Une mélancolie plus subtile est réservée à quelques-uns d’entre nous: c’est d’avoir vu leur monde finir avant eux." Et comme vous dites sans être "endimanchée" quelle prose !

Écrit par : Pharamond | 08/11/2018

Ayant remplacé subtilement "dieux" par "vieux, je citais la célèbre formule qui termine la prière sur l'Acropole(1) de Renan -- incidemment, splendide exemple de prose *endimanchée*, à la limite du pire Barrès, que ne sauve pas une référence aux "Cimmériens bons et vertueux" (ce qui fera plaisir à Crom). ;-)

(1) D'éventuels curieux la trouveront ici :
https://fr.wikisource.org/wiki/Souvenirs_d%E2%80%99enfance_et_de_jeunesse/II

Écrit par : Blumroch | 08/11/2018

C'est une prière, avec les effets du genre.

Écrit par : Pharamond | 08/11/2018

Ce n'est évidemment pas la prière de Conan. ;-)

https://www.youtube.com/watch?v=qhoatBXgyrQ

Écrit par : Blumroch | 08/11/2018

Conan n'est pas un grand littéraire, et les dimanches en Hyperborie...

Écrit par : Pharamond | 08/11/2018

Conan donne dans le registre spartiate. Au reste, il serait sans doute plus utile que bien des grands littéraires dont les avertissements ont été parfaitement inutiles. Quant à la vie d'aventurier, ce n'est pas *si* ennuyeux :
https://www.youtube.com/watch?v=Y-1WabDTeN0
Y'a une chanson à écrire : "Le dimanche en hyperborée...", mais je crains de continuer. ;-)

Écrit par : Blumroch | 08/11/2018

Ennuyeux, j'en doute, juste un peu dangereux, peut-être.
Zut ! je voulais écrire "Hyborie", le nom du monde de Conan. Ce qui ne change pas grand chose, une chanson reste à écrire. Allez, on tente le premier couplet ?

Écrit par : Pharamond | 08/11/2018

@Blumroch
Cé lé zour dé mariaze ?

Écrit par : Tintin | 08/11/2018

Je m'immisce. Croyez-le ou non, mais même si je ne suis pas grand amateur de musique africaine j'aime bien ce morceau lancinant :
https://www.youtube.com/watch?v=7fxL-sxN7fo

Écrit par : Pharamond | 08/11/2018

@Pharamond : Si nous en croyons et la logique et kikipedia, "hyborien", c'est évidemment la contraction d'"hyperboréen". ;-)
D'autres rapprochements, parfois plus hasardeux, sont mentionnés ici :
https://en.wikipedia.org/wiki/Hyborian_Age
@Tintin : Suite inévitable, hélas ! ;-)

Lé dimanche en Hyboria, c'est le jouw de pillage. (ter)
C'est lé jouw de pillage.
Les haches et les épées wésonnent pawtout.
La kalash, elle aussi, wésonne pawtout.
Et le WPG est au wendez-vous.

Manifestement, y'a un glissement dans l'espace et le temps, mieux vaut n'aller pas plus loin : *hic sunt leones*. ;-)

Écrit par : Blumroch | 08/11/2018

A l' approche du 11 novembre , je regarde encore l'unique photo en uniforme de mon grand oncle tombé en juillet 1916 (à 25 ans!) à Souvillé Bois de Vaux Chapître , comme il est dit sur l' acte de décès : mort à l' ennemi ... on ne sait même pas où il est , et puis le grand-père qui a survécu au gaz (aveugle trois semaines et poumons touchés) les lointains cousins j' en cause même pas , dont un envoyé faire le zouave avec l' armée d' Orient ! tous Boulevard des Allongés , volatilisés ! tout ça pour quoi ? pour "qui" ? remettre ça en 40 ... et finir en 2018 occupé par toute la mélasse du monde .. J' ai toujours garder une rage interne , à pas trop gratter .. voir la gueule de l' ennemi chaque jour à la TV entretien la rage , la rabbia , l' inner rage ! à part ça le test me classe "centriste" hahaha!

"La France est une colonie juive, sans insurrection possible sans discussion, ni murmure... Il faudrait pour nous libérer un véritable Sinn-Finn... un instinct de race implacable... Mais nous n'avons pas la "classe" des Sinn-Finners!... Beaucoup trop enfiotés déjà avinés, avilis, efféminés, enjuivés, maçonnisés, muflisés de toutes les manières." ...
(Bagatelles pour un massacre- LFCéline)

On comprend que de tels propos haineux , honteux ! soient fort démocratiquement censurés pour le plus grand bien de notre jeunesse. Plus jamais ça ! Ce que j' approuve hautement ! moi qui croit dur comme faire à l' existence des couveuses , sans l' ombre d' un doute , et avec l' assurance de mes prosternations respectueuses .

Écrit par : EQUALIZER | 09/11/2018

@Pharamond : "je me ferai incinérer", dites-vous *supra*. Comment diable (c'est ici le mot) pouvez-vous ignorer cet avertissement solennel et appuyé par les *meilleurs* textes, ceux d'En-Haut, ceux de l'Adversaire de l'Adversaire :
http://www.bibleetnombres.online.fr/mortinci.htm
Et comme vous le notiez dans le billet *Soupirs*, "les nazis ne sont jamais très loin". Ils sont même *partout*. ;-)
Pour ma part, "au cas où je viendrais à mourir" (c'est le délicieux "If I should die" de Rupert Brooke), j'ai prévu de mettre mon urne funéraire sur un drakkar en modèle réduit, qui sera lancé, une fois incendié, sur la Garonne (j'ai sans doute vu la scène dans *Les Vikings*). En combinant ainsi le feu et l'eau, je *devrais* échapper à la damnation -- si le Vrai Dieu n'est, hélas !, pas Crom. ;-)

Écrit par : Blumroch | 09/11/2018

P.S. : Plaisanterie mise à part, ce poème de Brooke, le cinquième d'une série intitulée *1914*, est de circonstance :

The Soldier

If I should die, think only this of me:
That there's some corner of a foreign field
That is for ever England. There shall be
In that rich earth a richer dust concealed;
A dust whom England bore, shaped, made aware,
Gave, once, her flowers to love, her ways to roam,
A body of England's, breathing English air,
Washed by the rivers, blest by suns of home.

And think, this heart, all evil shed away,
A pulse in the eternal mind, no less
Gives somewhere back the thoughts by England given;
Her sights and sounds; dreams happy as her day;
And laughter, learnt of friends; and gentleness,
In hearts at peace, under an English heaven.

Je me demande si ces mots ne sont pas un peu nationalistes, voire discrètement populistes. Aucun des *nomades* chéris par le Système ne les pourrait penser, ne les saurait écrire.

*Quousque tandem*... :-(

Écrit par : Blumroch | 09/11/2018

P.P.S. : Les allergiques à la langue de Guillaume Hochepoire trouveront ici une adaptation en français :
https://paysdepoesie.wordpress.com/2013/09/20/the-soldier/
(Pigfucius, fallait oser !)

Écrit par : Blumroch | 09/11/2018

P.P.P.S. : "Le dimanche en Hyboria" nous y invite : parlons rimaillerie.
Presque toujours, la chanson, c'est l'alliance de la mauvaise poésie(1) et de la mauvaise musique. Rares sont les réussites comme la guillerette "En Lapinie, y'a des lapins", déjà mentionnée -- ce rappel, à tout hasard :
https://www.youtube.com/watch?v=e--H3DdjZQg
Le coupable poète vient de récidiver, sans musique cette fois :
https://www.youtube.com/watch?v=vp96p_NCi7Q
Je tenais à l'honneur d'être parmi les premiers à le signaler. ;-)

(1) C'est pourquoi on devrait tenir la voix pour un simple instrument, sans s'attacher au sens. On peut même bénir la chance de ne pas comprendre les paroles, en engliche notamment. Suffit d'écouter "Hotel California" ou "Only you" par les Franglaises pour en avoir la facile, drôle et surtout irréfutable démonstration :
https://www.youtube.com/watch?v=oc-TwC25hN0&list=PLXIRAy_JAx5c_YAtS3tnsydh_Q8AQYR96
Vrai que ces probables gauchistes (à considérer la presse qui les encense, c'est évident) ont l'habileté de s'attaquer à des chansonnettes ricaines. L'exercice serait *beaucoup* plus difficile avec les versions originales de certains chants de la Légion étrangère. ;-) Comme quoi, les exceptions aux règles ne sont que cela : des *exceptions*. ;-)

Écrit par : Blumroch | 09/11/2018

Blumroch > hasardeux est le mot, mais n'est-ce pas après tout que de la "fantasy" comme on définie le genre.

Mon neveu, celui dont je vous parle parfois, veut lui aussi finir dans un drakkar en flammes, mais grandeur nature. Le temps lui apprendra la modestie.
https://www.youtube.com/watch?v=LClTjcyNJSI

Pour le poème de Brooke je dirais plutôt du bon patriotisme d'alors.
Tant qu'on y est Kipling a écrit ça :
https://www.youtube.com/watch?v=LClTjcyNJSI

La Mite a vraiment du talent. Mais d'où sort-il ?

EQUALIZER > Vous avez raison : croyons à tout ce que nous oblige à croire la loi, c'est bon pour nous. Ah si j'avais été né assez tôt pour vivre la Seconde Guerre j'aurais résisté et j'aurais dit "M... !" à Céline. Non mais !

Écrit par : Pharamond | 09/11/2018

@Pharamond : J'avais, moi aussi, en d'autres temps, souhaité un drakkar grandeur nature, mais on avait attiré mon attention sur l'impossible de ce projet, insistant malicieusement sur un point que j'avais préféré oublier : de telles funérailles étaient quand même réservées aux chefs. :-(

Nationalisme, populisme, patriotisme : le nom importe peu pour le même sentiment, détesté par le Système.

Les Vikings et Kipling font référence au même extrait. Sabotache ! ;-)

Pas la moindre idée. Egrégore né de la sourde colère que nous éprouvons tous ?

Écrit par : Blumroch | 09/11/2018

Il est vrai, sinon les drakkars auraient manqué, mais un radeau habilement camouflé et capable de tenir l'eau le temps de la cérémonie cela doit pouvoir se faire. Quant au titre de chef, c'est très surfait nous avons bien eu Hollande chef de l'Etat.

Oups ! Point de Sabotache juste une concentration de fin de semaine...
http://guerrecivileetyaourtallege3.hautetfort.com/archive/2009/11/02/l-etranger.html

Écrit par : Pharamond | 09/11/2018

Choix judicieux de votre part, comme toujours ! Le texte original n'est pas mal non plus, évidemment :

The Stranger within my gate,
He may be true or kind,
But he does not talk my talk—
I cannot feel his mind.
I see the face and the eyes and the mouth,
But not the soul behind.

The men of my own stock,
They may do ill or well,
But they tell the lies I am wonted to,
They are used to the lies I tell;
And we do not need interpreters
When we go to buy or sell.

The Stranger within my gates,
He may be evil or good,
But I cannot tell what powers control—
What reasons sway his mood;
Nor when the Gods of his far-off land
Shall repossess his blood.

The men of my own stock,
Bitter bad they may be,
But, at least, they hear the things I hear,
And see the things I see;
And whatever I think of them and their likes
They think of the likes of me.

This was my father's belief
And this is also mine:
Let the corn be all one sheaf—
And the grapes be all one vine,
Ere our children's teeth are set on edge
By bitter bread and wine.

Ces Very Dead White Males savaient écrire comme ils savaient penser.

Écrit par : Blumroch | 09/11/2018

Oui, mais ils sont "dead" maintenant.

Écrit par : Pharamond | 09/11/2018

Écrire un commentaire