Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/04/2019

Note sur le précédent billet

En relisant la saynète je me dis que le vendeur aurait pu être plus subtil en proposant la large gamme de bleu et une seule nuance pour chacune des autres couleurs si possible la moins susceptible de plaire (il y a des bureaux d'études pour ça), mais avec le risque qu'un client choisisse tout de même une de celles-ci.

Commentaires

Client dans votre saynète, j'aurais quitté le magasin sans rien prendre, manière d'honorer le choix "Rien de tout cela" ou "Eh bien, ce sera sans moi". ;-)

Écrit par : Blumroch | 11/04/2019

Vous avez raison, c'est le mieux à faire... et partir à la recherche d'un commerce dissident ;-)

Et je corrige de ce pas l'orthographe fautive. Merci.

Écrit par : Pharamond | 11/04/2019

;-) Simple *lapsus clavis* !
https://fr.wiktionary.org/wiki/lapsus_clavis
On trouve aussi, rarement, *lapsus clavieri*, mais c'est du faux latin. ;-)

Écrit par : Blumroch | 13/04/2019

Vous êtes trop indulgent, je pensais que les deux termes étaient valables alors que "scénette" ne signifie "petite scène" que dans le sens de lieu où l'on joue de petite dimension.

Écrit par : Pharamond | 13/04/2019

"Rien de tout cela" ou "Sans moi", c'est une variation sur la fameuse réplique du Bartleby de Melville, "I would prefer not to", aux nombreuses traductions possibles ("J'aimerais autant pas", "J'aimerais mieux m'abstenir", "Cela ne me dit rien ou pas grand-chose"...)
Voici le texte :
https://www.gutenberg.org/cache/epub/11231/pg11231.html
La nouvelle est fort bien adaptée par un Maurice Ronet metteur en scène.
La seule vraie réponse, face à tout choix imposé, c'est encore de dire simplement et fermement : "Non." -- pas même "Non, merci" qui laisserait entendre qu'en face on vous voulait du bien.
Un Grand Ancien l'avait fort bien énoncé :
"Presque tous les hommes sont esclaves, par la raison que les Spartiates donnaient de la servitude des Perses, faute de savoir prononcer la syllabe non. Savoir prononcer ce mot et savoir vivre seul sont les deux seuls moyens de conserver sa liberté et son caractère."
Si un nombre significatif de gens avait le courage de dire *non* à la mafia étatique, elle s'écroulerait instantanément. Hélas...

Écrit par : Blumroch | 30/04/2019

Écrire un commentaire