Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/06/2018

À 100% d'accord

Aussi loin que porte le regard

Tout ce qu’on peut recouvrir du nom de « droite » est voué à perdre, pour la bonne et simple raison que la droite, en France du moins, ne sait rien faire d’autre que regarder vers le passé. Or, s’il est bien une chose dont nous pouvons être certain, c’est que la posture du « c’était mieux avant » a toujours échoué. Toute la contre-révolution, depuis Burke et Joseph de Maistre, et malgré leur intelligence, n’a strictement rien empêché. La restauration monarchique a été un échec lamentable. Les gens qui aujourd’hui se rappellent avec nostalgie les années 60 – ou 40 pour certains – n’aboutiront pas non plus. Peut-être que c’était mieux avant – encore que sous certains aspects, il soit permis d’en douter. Mais le passé est, par définition, passé. La gauche au contraire parvient toujours à ses fins. Il n’y a pas là de sens de l’histoire ou autre force fumeuse issue du cerveau agité d’un intellectuel désœuvré. La gauche a toujours un but et regarde vers le futur. Elle a un projet, souvent néfaste, mais qui a le mérite d’exister. La seule façon de sortir du marasme est de proposer autre chose. Il faut d’ailleurs noter que les seuls mouvements qu’on aime à classer à droite qui ont imposé quelque chose étaient en réalité de gauche et porteur d’un projet, certes contestable, mais indéniablement novateur – vous savez, le genre de projet avec des aigles comme emblèmes, un tantinet agressif.

Pareillement, la posture systématiquement défensive qu’adoptent les conservateurs et autres droitards ne mènera nulle part, car l’action bat toujours la réaction. Il faut être offensif. Mais on en revient au problème précédent : il faut un projet. La difficulté vient de ce que ce projet n’est pas encore mûr. Il est clair cependant que les lubies portées par la gauche vont finir en vaste chaos. Notre démocratie droitdelhommiste, que certains nous présentent comme aboutissement ultime de l’humanité, est évidemment vouée à disparaître. Elle ne pouvait fonctionner qu’avec l’existence de classes moyennes éduquées dans un occident en pleine croissance économique et démographiquement viable face au reste du monde. Tout cela est fini. Les conditions ne sont plus là, cette forme politique va disparaître. Elle est déjà un astre mort. Tout le défi est d’imaginer ce qui va venir après, et il est probable que nous sommes à l’aube d’un bouleversement au moins aussi colossal que celui que fut la révolution industrielle.

Ceux qui s’accrochent au monde ancien seront emportés. Je ne crois pas que ce qui nous attende soit confortable, bien au contraire. Mais nous n’avons pas vraiment le choix, de toute façon.

Source : Paul Fortune le 28 mai 2018

Commentaires

Exact, mais je pense que ça concerne essentiellement l'Europe les US et leurs appendices (commonwhealth, Japon...)
La Chine, la Russie, le Moyen-Orient sont sur de tout autres trajectoires pour ne pas parler de l'Afrique elle même.
Trajectoires qui ne sont pas forcément plus réjouissantes mais très différentes (le "Big Brother" Chinois ne ressemblera pas au nôtre).

Écrit par : realist | 04/06/2018

Difficile de parler pour les autres cultures, le texte concerne ce que l'on appelle couramment "l'Occident"... et de toute manière l’effondrement de notre système redistribuera les cartes.

Écrit par : Pharamond | 04/06/2018

Sur la "supériorité" des invocations au futur : "Demain", le mot le plus menteur dans toutes les langues.
Sur le bouleversement à venir : Prévisible. La termitière est en vue, qui sera, dans son essence, la même à Paris, la même à Washington, la même à Pékin, les moyens de contrôle étant *identiques* dans les barbaries *savantes*. L'idée de liberté individuelle aura été une brève parenthèse dans l'histoire du monde.
Sur l'absence de choix : si, le choix de s'abstenir, ce qui est toujours plus difficile que collaborer ou résister, comme l'a noté le camarade Kaczynski. Quand la partie est déloyale (cartes truquées, joueurs armés, règles aléatoires), inutile de s'engager. Dissertation de philo pour khâgne de niveau honorable : "La nolonté est plus forte que la volonté. Discutez cette affirmation. Vous avez quatre heures." ;-)
Sur le postulat péremptoire "l'action bat toujours la réaction" : ni vrai ni faux ; on trouve des exemples de succès dans les deux cas selon la situation.

Écrit par : Blumroch | 04/06/2018

L' opposition gauche/droite n'est pas toujours d'une évidence aveuglante (en 81 les royalistes ont voté Mitterrand).
De la même manière la réduire à un antagonisme "avant c'était mieux" / "un projet d'avenir", c'est faire abstraction du simple présent. Mieux que bien d'autres, Fortune devrait savoir qu'avant de regretter sa force et sa jeunesse passées ou de faire des projets d'après la victoire, le plus important reste quand même de "sécher" son adversaire sur le ring.

Écrit par : Boutros | 05/06/2018

Paul Fortune a bien résumé la chose.

Blumroch : la liberté individuelle n'a peut être été qu'une parenthese -si jamais elle a existé - mais la droite pourrait avoir un excellent axe avec cette notion de liberté individuelle, notamment sur la liberté de penser ou sur la liberté d'être "solidaire " ou non. Ou sur la liberté d'être et d'assurer sa sécurité.

Et sur les moyens de conserver cette liberté .

Écrit par : Vryko | 05/06/2018

@vryko *et alii* (savez, Pharamond, en tant que directeur du club, vous pouvez intervenir dans n'importe quelle conversation !) : Aurais-je eu le malheur d'être prof de philo que j'aurais sans doute, quelque jour, montré à mes infortunés élèves ou étudiants (yep, je me vante, là) cette planche de Garfield : dans la première case, notre surchat, notre UberKatze, déguisé en *Caped Avenger* (*Le Vengeur à la cape* n'a pas la même *vis comica* que la version originale, comme pour le "Back to the trees !" de l'oncle Vania dans *What we did to Father*), entre dans une animalerie, ouvre les cages et déclare avec satisfaction : "Le *Caped Avenger* vous offre la liberté !".

Case suivante, aucun animal n'a bougé, évidemment -- ce qui démontre au passage la sottise du mot fameux de Patrick Henry, "Give me liberty, or give me death !", puisque la liberté ne saurait être accordée comme une grâce, mais seulement *conquise*, et les ceusses qui la *demandent* ne la *méritent* pas, même à titre provisoire.

Dans la dernière case, le *Caped Avenger* referme toutes les portes et s'adressant aux animaux immobiles derrière leurs barreaux, leur dit : "Le *Caped Avenger* vous a offert la sécurité !".

Je crains que la liberté ne soit un trop lourd fardeau pour l'immense majorité des gens, qui *presque* tous veulent des maîtres, même méprisables, même menteurs, même incompétents, pourvu que tous les membres du troupeau subissent (au moins en apparence) le même joug absurde et déshonorant. L'*idée* de liberté ne séduit qu'une infime minorité, par là condamnée puisque nous appartenons au cycle des civilisations quantitatives, comme le démontrait Pareto. Souci de la qualité, valeur de l'effort, individualisme : autant de concepts d'*avant*, dont *aucun* groupe politique ne se soucie -- dans quelques groupuscules, je ne dis pas, mais l'époque n'est plus où quelques fortes individualités pouvaient unir leurs talents et se forger un destin.

A en croire de certains optimistes, les vastes systèmes, en raison de leur fragilité, de leur complexité, de leur vulnérabilité, sont les formes ultimes qui précèdent la désagrégation, d'où émergera (et pas nécessairement dans la joie) un ordre nouveau, un "brave new world". Voire...

Ces systèmes resteront sans doute imparfaits, mais assez efficaces pour exercer la répression la plus sauvage, au sein d'un chaos ordonné ou d'un ordre chaotique. Je souhaite bonne chance aux rares réfractaires qui voudront échapper à l'ordre collectiviste et au Village planétaire. Ce qui me rappelle cet échange :

Number Two : I am definitely an optimist. That's why it doesn't matter "who" Number One is. It doesn't matter which "side" runs the Village.
Number Six : It's run by one side or the other.
Number Two : Oh certainly, but both sides are becoming identical. What in fact has been created is an international community -- perfect blueprint for world order. When the sides facing each other suddenly realize that they're looking into a mirror, they will see that "this" is the pattern for the future.
Number Six : The whole Earth as the Village ?
Number Two : That is my hope. What's yours ?
Number Six : I'd like to be the first man on the moon.

"Droite", "gauche" : tous *horizontaux*.

L'avenir est à la termitière, à l'*épouvantable* termitière.

(Je sais, je radote).

Écrit par : Blumroch | 05/06/2018

@ Blumroch

La termitière ou l'effondrement. Je reconnais avoir été marqué par la lecture de Collapse: How Societies Choose to Fail or Succeed de Jared Diamond. L'épuisement des ressources, des conditions de vie hors-sol, ... Plus de pétrole facilement exploitable aurait des conséquences dramatiques sur notre survie;: transport, engrais, médicaments...

Écrit par : Sven | 05/06/2018

@Sven
Le "Collapse of complex societies" de Joseph Tainter est probablement plus "sérieux" que la propagande de Jared Diamond, pour résumer: les sociétés s'effondrent quand le retour marginal sur investissement dégringole au point où sortir du système devient économiquement préférable.
En d'autres termes quand élever des chèvres au Larzac rapporte plus qu'un emploi de petit fonctionnaire, on n'en est pas là et si on y arrive ça va être douloureux...

Écrit par : realist | 05/06/2018

Ça ne m'avait pas semblé être tant que ça de la propagande. J'avais peut-être été sensible à l'exemple de l'Islande. Les Vikings avaient su arrêter la casse avant la catastrophe. Alors que les Haïtiens n'en avaient pas été capables.
Au-delà des simples réalités pécuniaires, la question se pose de la viabilité des grands ensembles urbains. Au moment du brexit, de bons esprits avaient imaginé Londres dans l'UE. J'imagine le résultat si le reste de l'Angleterre décide d'un blocus. Sans eau, électricité, nourriture, ... pas sûr que cela dure très longtemps. Ou qu'il y ait un pont aérien comme pour Berlin ouest.

Écrit par : Sven | 05/06/2018

@Sven;@realist : Le sujet de l'effondrement semble à la mode et doit sans doute être rentable, à en juger par ces pages que vous connaissez probablement déjà :

http://lesakerfrancophone.fr/les-cinq-stades-de-leffondrement

https://leblogalupus.com/2017/04/03/vers-un-effondrement-de-civilisation-les-cinq-etapes-de-leffondrement-dune-economie/

Weité et Thuillier évoquaient déjà cette situation en quelques pages, voici des décennies. Ce monde ressemble décidément trop à de la mauvaise science-fiction apocalyptique.

Écrit par : Blumroch | 05/06/2018

@Blumroch
Oh! Oui, l'effondrement on en vit très bien, un peu comme avec une secte.
Je vous présente un artiste dans le genre:
https://guymcpherson.com/
Il "vend" la NTE (Near Term Extinction)

Écrit par : realist | 06/06/2018

@realist : Edifiant. Un artiste, comme vous le dites fort bien, et capable de déclarer fièrement : "I’ve compared myself to the magnificent revolutionary Che Guevara" -- j'avoue avoir arrêté là ma lecture, la vie est trop courte.
Survivalistes et astrologues, même combat !

Écrit par : Blumroch | 06/06/2018

Blumroch > Oui, le Moloch est très similaire aux quatre coins de la planète, seulement tant qu'une nation reste ethniquement homogène elle pourra rebondir après une crise même grave, pour nous il est trop tard. Le métissage (ethnique et culturel) est une catastrophe dont nous ne pouvons nous remettre.

Boutros > Le clivage droite/gauche est certes dépassé, mais reste de droite celui qui affirme l'être (et en tire une fierté).
Pour sécher son adversaire il faut en avoir les moyens, toute la question est de savoir comment les trouver.

Vryko > Et son "hommage" aux fascismes prouve qu'il sait faire la part des choses.

Écrit par : Pharamond | 06/06/2018

Si la droite n'est que réactionnaire elle est en effet vouée à disparaitre par un effet purement mécanique.
J'ai souvent écrit que la droite manquait de deux choses, d'une doctrine et de martyrs.
Les martyrs on commence à en avoir, même si on ne les écartèle pas encore sur la place publique, mais la doctrine laisse à désirer.
Que devrait être cette doctrine ?
Pas seulement une contre empreinte de ce qu'est la gauche, nous retomberions facilement dans la réaction mais aussi et avant tout la définition, la mise en place (?) d'un cercle de vertu, lequel pourrait être l'antithèse de la doctrine de gauche sans risque de tomber dans l'erreur que j'ai citée plus haut.
Au travail vous avez quatre heures ! comme dirait Blumroch .

Écrit par : Paul-Emic | 07/06/2018

@Paul-Emic *et alii* : Non en quatre heures mais en quelques minutes (*tempus fugit*).

Mais c'est très bien, la réaction ! Un exemple, évidemment imaginaire et condamnable, mais clair : pour chaque rien^H^H^H^Hmouton tué grâce à l'*incurie*, grâce à la complaisance, grâce à la complicité des bergers, une société secrète irait châtier, en *réaction*, un berger pris au hasard -- au nom de la sacro-sainte *égalité* qui voudrait que *tout le monde* vive dans la peur. ;-) (Je crois me souvenir d'une nouvelle de Buzatti qui exploitait une idée analogue).

Maure seriousseli, tout programme conviendrait, qui prônerait le *contraire* de cette analyse, lumineuse, faite par Rivarol dans la seconde édition de son *De la philosophie moderne* (*très* mauvaise numérisation disponible chez Gallica, presque toujours incapable de travailler correctement sinon par *accident*) :

"On peut réduire à un seul tous leurs [ceux des philosophes autoproclamés] sophismes : *au miracle d'une clarté subite dans toutes les têtes, et à la propagation universelle des lumières chez tous les peuples*. "Nous ferons tomber, disaient-ils, les différences nationales par le commerce ; les limites politiques par la philanthropie ; les rangs et les conditions par l'égalité ; les gouvernements par la liberté ; et toutes les religions par l'incrédulité. La philosophie n'a pour sceptre qu'un flambeau, et les grandes familles du genre humain marcheront à sa lumière.""

(On a vite su ce que signifiait "éclairer" les châteaux, comme le notait Laffly dans son excellent *Mes livres politiques*. En tout cas, tous les ennemis du bon sens sont énumérés ici.)

Incidemment, dans le même petit ouvrage (où d'ailleurs Rivarol était obligé de rappeler que ses analyses étaient antérieures à celles de Burke, tant l'anglomanie régnait déjà), ces quelques réflexions de bon sens (l'expression se trouve dans l'ouvrage) :

"Les empires les plus civilisés seront toujours aussi près de la barbarie, que le fer le plus poli l'est de la rouille."

"En général, les crimes des puissances ne sont guère punis en ce monde, que par la haine et le mépris"

(Ce qui est pour le moins *insuffisant* : nos maîtres vivent très bien dans cette *atmosphère* d'universel dégoût qui ne présente pour eux aucun *danger*, tant la populace continue à apprécier les *panem et circenses* que lui offre le pouvoir, quand elle devrait *réfléchir* et *réagir*.)

"Malheur à qui remue le fond d'une nation ! Il n'est point de siècle de lumières pour la populace ; elle n'est ni française ni anglaise. La populace est toujours, et en tout pays, la même, toujours cannibale, toujours anthropophage."

"On mènera toujours les peuples avec ces deux mots, *ordre* et *liberté* ; mais l'ordre vise au despotisme, et la liberté à l'anarchie. Fatigués du despotisme, les hommes crient à la liberté ; froissés par l'anarchie, ils crient à l'ordre. L'espèce humaine est comme l'Océan, sujette au flux et au reflux. Elle se balance entre deux rivages qu'elle cherche et fuit tour-à-tour, en les couvrant sans cesse de ses débris."

("droite" et "gauche", anyone ?)

Pour terminer cette digression, c'est dans l'opuscule mentionné *supra* qu'on trouve la formule géniale bien connue : "*déclaration des droits de l'homme*, cette préface criminelle d'un livre impossible".

Un politique -- ou mieux : un chef -- ayant l'intelligence d'aller chercher ses principes chez La Boétie, Spooner et France mériterait quelque considération, qui pourrait même prendre la tête de la conspiration des réfractaires.

Écrit par : Blumroch | 07/06/2018

Paul-Emic > Pour commencer qu'est-ce que la droite ? Les Républicains se disent de droite, qu'avons-nous de commun avec eux ? Certains diront que nous sommes la vraie droite et que le libéralisme outrancier que l'on vit aujourd'hui est une déviance. Au contraire n'est-ce pas plutôt ce libéralisme sauvage, cette prédation du grand capital qui est la vraie droite ? Nous pourrions tout aussi bien dire que nous sommes la vraie gauche pour notre attachement aux humbles, au peuple et que le socialisme est une perversion de cet idéal ? Nous ne serions, je crois pas plus dans l'erreur. La droite est morte ou agonisante, il faut trouver autre chose.

Blumroch > " [...] nos maîtres vivent très bien dans cette *atmosphère* d'universel dégoût qui ne présente pour eux aucun *danger*, tant la populace continue à apprécier les *panem et circenses* que lui offre le pouvoir, [...]" je crois aussi qu'ils sont tranquilles parce qu'en flattant les plus bas instincts du peuple ils l'ont rendu presque aussi vil qu'eux, d'ailleurs l'idéal de la multitude n'est-il pas de se hisser jusqu'à la classe des nantis pour se confire à son tour dans le luxe indécent qui la fait baver ?
La seule différence est que l'hyper classe a abandonné toute mesure et a fini par être irrémédiablement corrompue alors qu'un changement d’orientation sociétale pourrait encore changer les aspirations du reste de la population.

Oui, une société est sujette au flux et au reflux et c'est ainsi qu'elle connait des moments heureux entre deux extrêmes. Pour éviter le retour de bâton le Système a opté pour le métissage changeant définitivement la donne, ce sera donc lui ou le chaos.

Écrit par : Pharamond | 07/06/2018

@Blumroch , je vous ferai la grâce de ne pas ânonner péniblement quelques mauvais commentaires sur les citations que vous faites. Simplement, je dirai que la réaction ça peut être "bien" en tout cas ça soulage, mais entrer en réaction c'est admettre que c'est le progressiste qui trace le chemin, donc que nous n'avons pas l'initiative.

@Pharamond je parle de "vraie droite" pas des faux nez du socialisme plus ou moins honteux, ni des nostalgiques de quelque ordre noir, une vraie droite étant pour moi une politique de vertu, basée sur la vérité, le courage, la responsabilité. Simple à dire, simple à concevoir mais pas simple à faire passer auprès du peuple.

Écrit par : Paul-Emic | 07/06/2018

@Blumroch

Je suis toujours étonné de la résilience du système. Je pense que seules les limites physiques pourront y mettre un terme: la mondialisation s'arrêtera par faute de carburant.

@ Pharamond
Ce satané métissage qui nous obligera à nous défendre des crasseux et peut-être à laisser ces ordures impunies.

Écrit par : Sven | 07/06/2018

@Pharamond : Etes un peu plus optimiste que moi, sur l'éventuelle rédemption des masses, qui ne valent pas mieux que leurs maîtres. Une preuve que France avait déjà entrevue dans *L'île des pingouins* : les divertissements de l'oligarchie ne sont pas plus raffinés que ceux de la multitude, et réciproquement. De fait, presque les mêmes, et de nature grossière, ne s'adressant plus aux facultés intellectuelles mais seulement aux sens et bas instincts.
Terrible société qui ne donne le choix qu'entre être vil ou être avili. Dans "Domination", Raspail mettait en scène un personnage qui, par la force de sa volonté, tentait de détruire le monde pour en finir : belle idée.

Écrit par : Blumroch | 07/06/2018

Paul-Emic > Simple à dire, mais difficile a définir précisément et le terme de droite est tellement galvaudé qu'il faudrait trouvé autre chose pour ne pas rester soumis au vocabulaire imposé par le Système.

Sven > Notre seule chance de survie, notre maigre chance est de devenir une communauté parmi les autres.

Blumroch > Si le monde a été globalement vivable jusqu'à aujourd'hui c'est que l'homme n'est pas foncièrement mauvais. Actuellement le Système a besoin d'exacerber ses mauvais penchants, ce qui ne veut pas dire qu'il soit devenu définitivement irrécupérable. Mais il y a du travail pour récupérer le gâchis, des décennies de travail...

Écrit par : Pharamond | 07/06/2018

@Paul-Emic : Dans une partie d'échecs ou de go, on peut n'avoir pas l'initiative, et gagner quand même. ;-)
Considérer que *beaucoup* de choses (pas *toutes*) étaient mieux *avant* ne signifie en rien admettre que le soi-disant "progressiste" a raison, le "progrès" étant un concept usurpé. Ce qui est nouveau n'est pas nécessairement meilleur. Maurras disait fort bien que la bonne distinction n'était pas entre idées anciennes et idées nouvelles, mais entre idées vraies et idées fausses.
@Sven : La sottise, l'irréflexion, le refus de penser suffisent à en rendre compte. Illustration, d'ailleurs, d'un propos de Mencken, qui disait : "No one in this world, so far as I know — and I have searched the records for years, and employed agents to help me — has ever lost money by underestimating the intelligence of the great masses of the plain people. Nor has anyone ever lost public office thereby."
Quand les ressources deviendront rares, les massacres seront terribles, pour gagner quelques jours/semaines/mois/années de plus, jusqu'à l'inévitable fin. *La route* en donne une bonne approximation.

Écrit par : Blumroch | 07/06/2018

@Pharamond : Courbe de Gauss de répartition des Q.I. ! ;-) Pour faire tenir une civilisation, faut hélas perdre du temps à encadrer les crétins, plus que majoritaires, et à les empêcher de nuire.

Écrit par : Blumroch | 07/06/2018

Les crétins ne sont ni bons ni mauvais ou les deux à la fois si l'on veut, ils sont suiveurs et mal guidés de redoutables nuisances.

Écrit par : Pharamond | 07/06/2018

@Pharamond : J'adopterai votre point de vue le jour où les événements se dérouleront comme dans *L'auberge volante* de Chesterton. ;-) En attendant, je persiste dans l'idée que les gens ne *deviennent* pas stupides, ne sont pas *programmés* pour l'être, mais qu'ils *naissent* ainsi -- et que c'est sans doute une bénédiction pour eux.
Seuls heureux, sans doute : les *in*intelligents et les *très* intelligents. Pour les autres, qui ont simplement conscience de n'être pas trop stupides mais de ne pas être assez intelligents non plus, c'est l'enfer. ;-)
*La prédominance du crétin* est mieux qu'un excellent titre et un excellent livre, c'est un constat.

Écrit par : Blumroch | 07/06/2018

P.S. : Le crétin étant fort bien représenté chez les moutons comme chez les bergers, cela va sans dire -- même si le crétin berger est en plus, souvent, un malfaisant. ;-)

Écrit par : Blumroch | 07/06/2018

Comment expliquer que le monde actuel soit aussi malade, serions-nous devenus plus crétins ? Et dans l'affirmative, pourquoi ?

Écrit par : Pharamond | 07/06/2018

@Pharamond : Je l'ai déjà dit : je ne suis pas assez intelligent pour répondre à de telles questions. ;-) Et des gens très intelligents (philosophes ou historiens), eux, ne l'expliquent pas non plus...
Hypothèses, toutefois : les ceusses qui ont un cerveau pourraient sous-estimer la force des crétins en marche et ne pas voir venir la tyrannie des abrutis ; ils pourraient aussi n'avoir aucun goût pour le pouvoir, dont l'exercice sans grand intérêt intellectuel les détournerait de ce qui les intéresse. Raison pour laquelle on devrait traquer ceux qui, ayant quelques capacités, refusent de les exercer pour maintenir un monde ordonné. L'ahurissant sentimentalisme féminin qui prévaut aujourd'hui, où presque personne ne voudrait assumer la responsabilité de décisions tranchées (Raspail l'a noté plusieurs fois, qui lui-même hésiterait devant certaines mesures terribles que nos ancêtres auraient, eux, adoptées sans hésitation).
Au reste, je crois que la question de l'origine du Mal ne se pose plus. S'agirait de l'anéantir, au moins d'y échapper. :-(

Écrit par : Blumroch | 07/06/2018

@Blumroch

Le QI n'est pas le seul critère. Je travaille dans un domaine où les personnes ont, pour la plupart, entre bac+5 et bac+8 et sont donc dotés d'un QI élevé. Le conformisme, le panurgisme et la lâcheté tiennent le haut du pavé. Pour les plus cultivés d'entre eux, Le Monde est le nec plus ultra de l'info même si les plus audacieux reconnaissent une certaine baisse de la qualité des articles, la plupart sont Charlie, ...

Écrit par : Sven | 08/06/2018

@Sven : Comme disait le vrai Blumroch, ce qu'on doit souhaiter, c'est "un fort Q.I. *et* du caractère" (c'est moi qui souligne). Au reste, je n'ai *jamais* associé les facultés intellectuelles à la situation sociale et aux gris-gris plus ou moins universitaires. J'ai plus de respect pour la cervelle d'une femme de ménage qui lit et comprend Jünger, Volkoff et Buisson que pour un profaillon de lettres qui croit encore que Barthes, Genette et Derrida sont importants (deux cas authentiques, soit dit en passant).
Incidemment, moyennement doué mais capable d'établir des *hiérarchies* dans tous les domaines, je n'ai d'ailleurs que plus de mérite à souhaiter une société qui ne me mettrait pas au sommet de la pyramide parce que je suis loin de l'extrémité de la courbe de Gauss de répartition des facultés intellectuelles. ;-)
Même déguisés en bergers, même avec des diplômes (qui ne signifient d'ailleurs plus grand-chose, à considérer les idoles intellectuelles de ce temps), les moutons restent des moutons. Rien n'est aussi conformiste, lâche et stupide qu'un universitaire moyen. Critère d'élimination, chez moi, depuis mon adolescence : le respect du *Monde*, de *Télérama* et du *Figaro*. On peut accepter de fréquenter des publicains, à la rigueur et occasionnellement, mais des pharisiens et des crétins, jamais.

Écrit par : Blumroch | 08/06/2018

@Sven : P.S. : Incidemment, j'ai beau avoir le plus grand respect pour les auteurs de *The Bell Curve*, leur assimilation, très américaine, de la "réussite" à un fort Q.I. me fait sourire, à considérer les gens que j'ai pu croiser et les exemples illustres que nous donnent les gazettes. ;-)
(Et point n'est besoin d'avoir un Q.I. d'élite pour reconnaître ceux qui en ont un, et ceux qui en sont dépourvus, quelle que soit leur situation sur l'échiquier -- le nombre de pions qui ne valent que par *position* est sidérant.)

Écrit par : Blumroch | 08/06/2018

je vois plus le QI comme un test de capacité intellectuelle essentiellement basé sur la logique que comme un certificat.
Ensuite interviennent le milieu, la culture, l'environnement, le climat que sais-je.
Un professeur d'université, thésard, n'est pas clairement pas quelqu'un dénué d'intelligence, mais sa formation et son environnement peuvent le priver - et le plus souvent le privent - de sa capacité de discernement, élément indispensable au développement et au fonctionnement de l'intelligence multidirectionnelle, la vraie.
Cela devient dramatique depuis que les régimes totalitaires que nous avons connu au XXème, puis l'émergence de la société post-moderne ont mis sur pied des techniques de contrôle des esprits qui visent à brider les esprits de la masse, mais pire, à polariser les doués et les surdoués afin que leur intelligence soit canalisée et orientée par des œillères psychologiques . C'est ainsi que des théoriciens de la physique quantique vont vous servir les pires énormités lorsqu'il s'agira de l'islam ou de l'immigration (exemples choisis au hasard ;-) )

Écrit par : Paul-Emic | 09/06/2018

Blumroch > Au contraire, je crois qu'il est nécessaire de définir d'où vient le mal, sans perdre du temps, sans théoriser à l'infini, mais le faire tout de même ; sans cela il est très possible de gaspiller maints efforts en tapant à côté.

Ma théorie est tout autre : pour la première fois de l'histoire les dirigeants ont intérêt à diviser, à atomiser la société plutôt qu'à l'unir. Et les contre-pouvoirs n'existant plus car toutes les valeurs ont été occultées voire balayées par l'argent il ne reste plus qu'à une minorité qui l'a déjà à usurper le pouvoir avec l'assentiment de la multitude qui privé de voix divergentes aspirent seulement qu'à avoir sa part du gâteau. Dans ce monde totalitaire par consensus le déviant est un monstre. L'intelligence tant tout cela n'a pas grand chose à voir, il n'y a que cupidité, lâcheté et conformisme. Les crétins et ceux qui le sont moins se retrouvent dans tous les camps me semble-t-il.

Paul-Emic > Assez d'accord avec toi.

Écrit par : Pharamond | 09/06/2018

Sven > Il y a une grande part de bêtise, mais aussi d’intérêt à se conformer aux normes du Système qui vous nourrit grassement.
Le vrai mystère pour moi est pourquoi des personnes refusent de marcher avec les autres. Pour nos adversaires la réponse est que nous sommes stupides et/ou haineux, ce qui simplifie les choses. Nous savons qu'il en est autrement (même si ces cas existent, malheureusement), aussi je demande quel est notre dénominateur commun ?

Écrit par : Pharamond | 09/06/2018

Pharamond,
Le dénominateur commun de ceux qui refusent de marcher avec les autres ?
J'ai un petit avis, non intellectuel, moi qui pense avec mes tripes : la dignité. La simple envie de ne pas faire partie de la masse manipulée. Le plaisir et le malheur d'être lucide et les yeux grands ouverts.
La dignité qui faisait qu'un fusillé pour rebellion au moment de se lancer hors des tranchées refusait qu'on lui bande les yeux. Ce qui lui était souvent refusé, d'ailleurs.
Maintenant, il serait utile d'ajouter un grand dessein et un plan à cette exigence de dignité.

Écrit par : Carine | 09/06/2018

En vrac, un peu façon Poulet, Chevallier ou Scutenaire (je n'ai pas dit : dans leurs grands moments, hein !)...
L'hypothèse de Carine me séduit. ;-) La *décence* (*decet*, faire ce qu'on doit) est essentielle. Le refus de faire partie d'un troupeau d'animaux d'élevage doit compter pour beaucoup, aussi ; la volonté de ne pas plier. Raide neck. La force d'être seul et de n'avoir besoin d'aucune "autorité" pour penser -- quand bien même on peut apprécier ceux qui ont dit, parfois mieux, ce qu'on sait et déduit de la réalité.
Quand je dis Q.I., je pourrais aussi bien dire "facteur g" de Spearman : c'est un raccourci pour facultés intellectuelles associées au bon sens -- ce dont les détenteurs de gris-gris ne sont pas *nécessairement* dotés. Attali, Onfray, Finkie et BHL sont, à mes yeux, des crétins sans importance, malgré leur situation et leurs parchemins ; je n'irai pourtant pas imiter le grand Pommier et leur consacrer une thèse pour en dire le néant, aisé à constater (d'autres l'ont fait, sans convaincre les abrutis qui les révèrent). *Vita brevis*.
Le surdoué qu'on peut conditionner n'est pas un surdoué : le serait-il qu'il serait rétif au conditionnement. Je ne dis pas qu'on résiste à la chimie, mais alors les facultés intellectuelles en sont diminuées, voire effacées -- ce qui rend l'opération sans grand intérêt.
La généalogie du Mal a été faite, même si c'est de manière imparfaite : l'ennemi est depuis longtemps identifié, et sans risque d'erreur.
J'aime à penser que les crétins sont moins nombreux de notre côté : les risques de l'ostracisme ne devraient attirer que les esprits fiers et indépendants.
Dans une autre vie, outre mon *Questionnaire de Bruxelles*, j'irai m'inspirer de Monteilhet pour écrire un *Ce que je pense et pourquoi -- Comment mourir à Portmeirion*. ;-)

Écrit par : Blumroch | 09/06/2018

In fine tout ça n'a "au trou du cul n'importance" comme disait mon adjudant.
Le couvercle de la boite se referme, pour vous donner une petite idée du contenu de la pochette surprise, NSA, Google et consorts vont controler TOUT:
http://www.loper-os.org/?p=2433
Il n'est pas nécessaire de suivre les détails techniques (de haut niveau) pour comprendre de quoi il s'agit.

Écrit par : realist | 09/06/2018

Carine > Oui, une certaine idée de la dignité humaine, à la fois plus modeste avec son absence de vue planétaire et plus ambitieuse avec son refus de céder au tout commercialisable.

Blumroch > Dommage, je n'ai qu'une vie et je n'aurais donc jamais un exemplaire dédicacé...
Au fait, avez-vous pris contact avec Pommier ?

realist > Cela nous pendait au nez depuis un moment. Pour le reste je ne suis pas sûr que nos digressions soient sans importance. Elles ne changeront pas le monde, mais nous aident à ne pas être changés par lui, pour paraphraser Mabire.

Écrit par : Pharamond | 09/06/2018

Pour le reste je ne suis pas sûr que nos digressions soient sans importance. Elles ne changeront pas le monde, mais nous aident à ne pas être changés par lui, pour paraphraser Mabire.

Écrit par : Carine005 | 09/06/2018

Zut, j'ai oublié d'écire le reste de mon commentaire ^^, je vais me faire charrier.

Je te citais et je voulais dire que nos divagations sont importantes pour ne plus se sentir un individu, mais une partie d'un groupe, d'une communauté, d'une nation.
Ils veulent nous atomiser ? Restons groupiert.

Écrit par : Carine005 | 09/06/2018

il va vraiment falloir commencer à s’organiser. Je dis ça et en même temps je sens une certaine pesanteur (cf Archischmok)

Écrit par : Paul-Emic | 09/06/2018

@realist : "Back to Apple DOS 3.3 !", "Apple ][ for ever !" ;-) Et voilà comment l'ordinateur *personnel* est *redevenu* un simple terminal au service du pouvoir. Quelques explications supplémentaires (déjà anciennes) :
http://www.cl.cam.ac.uk/~rja14/tcpa-faq.html
@Pharamond : Vous ne manquez certainement pas grand-chose ! Comme le disait l'excellent Chapel de *Vengeance Unlimited* : "I'm not as smart as I look". ;-)
Yep, et il m'a fait l'honneur de deux livres dédicacés !

Écrit par : Blumroch | 09/06/2018

Agréable de n'être pas radicalement seul à penser ce qu'on pense. A en croire l'article de DVDclassik consacré à *Topaze*, Pagnol aurait dit : "Lorsque je suis arrivé à Paris, j’ai eu affaire à des hommes d’affaires. Il m’a semblé que ces gens, qui avaient des situations très importantes, n’étaient pas plus intelligents que les petits instituteurs d’autrefois. Et que ces petits instituteurs, s’ils avaient bien voulu un peu renoncer à leur sincérité et à leur honnêteté, auraient pu aussi faire de très grandes affaires."
Yep, l'absence de honte, de décence, de dignité permet de "réussir" et donc de passer pour intelligent quand on est simplement dépourvu de scrupules et qu'on est, de fait, rusé ou matois.
Incidemment, excellente pièce qui aurait pu être signée Aymé, excellent film évidemment qui n'a rien d'une pagnolade provençale.

Écrit par : Blumroch | 10/06/2018

@Blum ... et avec des vrais acteurs ! "bien mal acquis ne profite jamais" quelle idiotie ! :-D

Écrit par : EQUALIZER | 10/06/2018

@Blumroch
Je vous trouve bien dur avec Bruxelles. L'UE n'est que le reflet du vote des citoyens européens. Si ça continue, le questionnaire de Bruxelles sera celui de la dégauchisation. J'imagine bien les questions. Avez-vous adhéré à un des organismes du système (partis politiques, syndicats, associations immigrationnistes, ... cf. liste de l'annexe 1)? Quels postes y occupiez-vous? Lisiez-vous ou étiez-vous abonnés aux journaux et magazines figurant dans l'annexe 2? ... Pas sûr qu'ils trouvent un von Salomon pour le tourner en dérision!

Écrit par : Sven | 10/06/2018

Carine > Oui, seul le communautarisme pourrait nous sauver, mais ce n'est pas dans nos mentalités.

Blumroch > C'est dans Topaze qu'un personnage a la réplique suivante :
« [...] Ah ! l’argent... Tu n’en connais pas la valeur... Mais ouvre les yeux, regarde la vie, regarde tes contemporains... L’argent peut tout, il permet tout, il donne tout... Si je veux une maison moderne, une fausse dent invisible, la permission de faire gras le vendredi, mon éloge dans les journaux ou une femme dans mon lit, l’obtiendrai-je par des prières, le dévouement ou la vertu ? Il ne faut qu’entrouvrir ce coffre et dire un petit mot : ‘’Combien ?’’ [...] »

Écrit par : Pharamond | 10/06/2018

@Pharamond : Il y a quelques décennies, prenant mon premier poste de RubriksFührer, j'avais reçu ce conseil d'un des journalistes déjà en poste à la rédaction : "Ne dis jamais "bonjour !" mais "combien ?" -- et ce n'était pas une facétie.
Sage conseil en vérité... que sottement, je n'ai pas suivi. :-(
@EQUALIZER : Eh eh, contrairement à DVDclassik, vous ne semblez pas déplorer le "cynisme" de Pagnol ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 10/06/2018

@Sven : J'avais évidemment pensé à quelques questions amusantes dans ce qui aurait été un hommage au grand Ernst, et parmi elles, en manière de plaisanterie, celle-ci :
"Vous est-il arrivé, actuellement ou dans le passé, d’éliquer forsiquement les mushkées ? Précisez les dates dans l’ordre chronologique. Si la réponse est non, veuillez en donner la raison." ;-)

Écrit par : Blumroch | 10/06/2018

c'est presque la même chose que la probiscuation bicorps ?

Écrit par : Paul-Emic | 10/06/2018

@Paul-Emic : Robert Sheckley lives ! ;-) La version originale de "Shall we have a little talk ?" est plus drôle encore :
"What does it mean," he asked, "to elikate mushkies forsically?"
"Mean?" Erum smiled uncertainly. "Why, it means exactly what it says. Or so I would imagine."
"I mean," Jackson said, "that I do not understand the words. Could you explain them to me?"
"Nothing simpler," Erum replied. "To elikate mushkies is almost the same as a bifur probishkai."
"I beg your pardon?" Jackson said.
"It means—well, to elikate is really rather simple, though perhaps not in the eyes of the law. Scorbadising is a form of elikation, and so it manruv garing. Some say that when we breathe drorsically in the evening subsis, we are actually elikating. Personally, I consider that a bit fanciful."
Un auteur de plus devenu introuvable, que ce soit chez les ricains ou chez nous -- dommage pour les nouvelles générations.

Écrit par : Blumroch | 10/06/2018

je ne me tiens plus au courant des parutions de SF mais j'ai dévoré ça dans mes jeunes années même comme jeune adulte. J'en ai encore quelques uns dans ma bibliothèque en particulier des Club du Livre de l'Anticipation, mais malheureusement j'ai dû il y a quelques années me débarrasser de pas mal de livres de poche.

Écrit par : Paul-Emic | 10/06/2018

@Paul-Emic : Ah, les belles éditions OPTA... ;-) Quand je me hasarde -- rarement -- dans le rayon "S.-F. et Fantasy" d'une librairie, je constate que presque tous les classiques ont disparu au profit de petits nouveaux sans grand intérêt (ai essayé) et de sagas en vingt volumes. Faut croire que la bonne S.-F., celle qui donnait à réfléchir, a fait son temps.
D'émusante manière, c'est aussi le cas pour les "classiques classiques" : celui qui trouve *Eumeswil*, *L'île des pingouins* ou *La prédominance du crétin* dans une librarie a intérêt à vite remplir une grille de loto, il est en veine !

Écrit par : Blumroch | 10/06/2018

Blumroch > "Sottement" ? Vouliez-vous donc entrer dans le Système dont ce mot constitue un des sésame ?

Écrit par : Pharamond | 10/06/2018

@Pharamond : Pour reprendre les mots du sage fantôme de Baal Cadmus, inventeur de l'alphabet : "Tâchez de vous enrichir : les seuls biens de ce monde sont la richesse et la puissance". ;-)
Objectivement, être comme tout le monde une crapule ou un imbécile, c'est quand même un choix plus *rationnel* dans la conduite de la vie. Si mes souvenirs sont bons, dans le petit livre que Brigneau lui avait consacré, certain professeur aux opinions hétérodoxes laissait entendre que si c'était à refaire, il ne le referait peut-être pas.
A les bien considérer, nos (mauvais) choix de vie sont esthétiques ; on en revient toujours au "Victrix causa diis placuit, sed victa Catoni" et à "Le léopard meurt avec ses taches."

Écrit par : Blumroch | 10/06/2018

Je me suis souvent posé la question et si une nouvelle vie s'offrait à moi je changerais bien des choses, mais pas celle-ci ; "imbécillité heureuse", non merci. Seuls quelques chanceux peuvent allier une certaine aisance matérielle et des idées divergentes. Trop souvent un choix doit être fait.

Écrit par : Pharamond | 10/06/2018

@Pharamond : Pour ma part, je changerais d'époque ! Et si tout se passe *avant* comme dans un RPG, je changerais la répartition des points : la conscience morale n'en recevrait *aucun* ! ;-)
(On se vante, on se vante...)
Comme le disait le professeur La Paz, une cause perdue offre plus de satisfactions morales qu'une cause triomphante. Tomber sous le nombre et la force brute, c'est moins déshonorant que tomber face à une intelligence supérieure. Le camp ennemi n'étant *pas* intelligent (il a des moyens mais certes pas intellectuels), c'est supportable, dans une certaine mesure.
*Le mauvais choix* de Curtis est un beau roman sur ce thème.

Écrit par : Blumroch | 10/06/2018

Je crois que la vie est faite d'incidents qui nous mènent là où nous en sommes et notre part de choix reste à discuter car nous ne connaîtrons jamais qu'une version celle qui s'st déroulée.

Je ne connais pas ce roman.

Écrit par : Pharamond | 10/06/2018

@Pharamond : J'aime assez l'image, parfois utilisée par les astrologues malins, de la partie de cartes : une seule main, à jouer le moins mal possible.
Personne ou presque ne connaît l'auteur, alors ses livres... *Le mauvais choix*, jamais réédité (comme tous les bons livres), est certainement introuvable en librairie -- sinon en occasion.

Écrit par : Blumroch | 10/06/2018

J'aime moi aussi cette image que j'utilise parfois. Il y a une dizaine d'année je voyais ça un peu autrement, sûrement un mauvais jour ;-)
http://guerrecivileetyaourtallege3.hautetfort.com/archive/2009/01/08/il-me-semble-20.html

Écrit par : Pharamond | 10/06/2018

"Naître c’est arriver dans une partie déjà en cours d’un jeu dont on ignore les règles." : fort jolie réflexion. Mais pire : "dans une partie dont on ne peut *accepter* les règles". ;-)

Écrit par : Blumroch | 10/06/2018

Merci. Le problème étant que les règles changent et que le jeu auquel on voulait bien jouer bon gré mal gré au départ est devenu une foire aux tricheurs et dont on ne peut plus accepter les règles.

Écrit par : Pharamond | 10/06/2018

@Pharamond : L'Oeil de Sauron croit se souvenir d'une parenthèse comparable (règles qui varient, joueurs malhonnêtes) dans un assez récent commentaire de Blumroch. Il vérifiera au prochain archivage du site ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 10/06/2018

En attendant les lumières sauronnesques ;-)

Écrit par : Pharamond | 10/06/2018

@Blumroch

Il est des lieux improbables où on peut avoir d'agréables surprises. J'ai découvert une librairie - sandwicherie située à la limite entre une zone industrielle et une zone commerciale. Un lieu tout indiqué pour la "mal-pensance", cela va sans dire. J'y suis entré et suis tombé, la première fois, sur des sagas scandinaves classiques et sur la plus moderne saga des fiers-à-bras de Laxness. J'ai été peu surpris de trouver ce genre d'ouvrages dans un tel endroit, au milieu de la cub. J'y suis retourné plusieurs fois, et il y avait toujours quelques perles au milieu de l'océan de médiocrités de l'édition: l'identité de la France de Braudel, des titres de Duby, l'intégrale des pamphlets de Bloy, la correspondance entre Jünger et Heidegger, le procès de Jeanne d'Arc commenté par Tremollet de Villers, et même des notices bibliographiques signées AdB entre des bouquins sur le genre ...

Écrit par : Sven | 10/06/2018

@Sven : Je note, entre autres, l'absence des camarades Heers, Homo et Varange -- #BalancezAdresseQuandMême, à l'occasion (par exemple à une éventuelle réunion des Méchants Bordelais autour d'un bon Sauternes) ! ;-)
Otez-moi d'un doute : c'est un soldeur ou un bouquiniste à la manière des parisiens et probablement morts *Mona Lisait* et autres *Equipement de la Pensée* ?
Encore un plaisir tué par Internet, d'ailleurs : la traque des livres. A Paris, j'ai mis dix ans à réunir tous les bouquins de Koestler ; aujourd'hui, me faudrait dix heures. Moins sportif, moins de satisfaction à trouver l'oiseau rare.

Écrit par : Blumroch | 10/06/2018

@Sven : P.S. : Ai failli oublier de vous remercier : avant de vous lire, j'ignorais jusqu'au nom d'Halldor Laxness. Etre traduit par Boyer, c'est comme être traduit par Mandosio : une recommandation. J'irai peut-être faire une exception à ma règle : désormais, seulement *re*lire ma bibliothèque. ;-)

Je constate avec horreur avoir été beaucoup trop bavard et avoir trop sacrifié au "small-talk" (comme le prouve l'absence quasi-totale de réactions, sinon chez notre hôte toujours bienveillant et attentif, et chez deux ou trois personnes). Au bénéfice de la bande passante, je vais donc tenter de regagner les rangs des trop nombreux très silencieux. Lurkers of the world, unite ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 11/06/2018

@Blumroch

Ravi d'avoir pu vous faire découvrir un auteur. D'habitude, c'est plutôt moi qui vous suis redevable. Continuez vos digressions, elles ont passionnantes. Je n'y réponds pas toujours par manque de temps. Dans le domaine scandinave, il y a deux très bons traducteurs: Régis Boyer et François-Xavier Dillmann. J'attends, depuis de longues années, la suite de sa traduction de l'histoire des rois de Norvège dont seul le premier tome est paru.

Écrit par : Sven | 11/06/2018

@Blumroch

Il s'agit de la librairie 45ème parallèle à Pessac. Vous pouvez aussi y trouver des ouvrages de Lucien Jerphagnon. Comme partout, la part belle est faite aux nullissimes Despentes, Pancol, aux essais sur biens pensants. Il faut bien vivre. Dans le lot, un libraire facétieux met en rayon de la vraie littérature et des essais historiques de qualité. Il m'arrive de m'arrêter pour encourager ces louables initiatives :-) En revanche, je ne recommanderai pas le lieu comme point de ralliement pour prendre un verre. Entre une zone industrielle et un centre commercial et quelques walking deads échappés d'un camp de migrants, le lieu n'a rien d'agréable. Espérons que lorsque les beaux jours arriveront, nous aurons le plaisir de discuter de vive voix.

Écrit par : Sven | 11/06/2018

@Blumroch

L'ambivalence de la technique. N'ayant pas toujours le temps de faire ce type de recherche, j'avoue apprécier avoir assez facilement accès à des titres difficilement trouvables et à des livres en langue étrangère.

Écrit par : Sven | 11/06/2018

Sven : Vous me faites trop d'honneur. Reste que je vais limiter mes interventions et digressions : mes presque monologues finiraient par me lasser moi-même. ;-)

Sur les Vikings et assimilés, Régis Boyer (que je lis depuis des décennies), c'est évidemment un guide d'une autre qualité que les Jean Mabire et autres Neil Gaiman (!) que j'ai vus en librairie. Certains sujets, quand ils ont été épuisés par des grands, devraient être interdits aux *minores*.

Merci pour l'adresse, même si je ne suis pas certain de m'y rendre immédiatement. Incidemment, à l'horrible excuse du "Il faut bien vivre.", le comte d'Argenson (sauf erreur de ma part) avait trouvé la réponse définitive en toutes circonstances : "Je n'en vois pas la nécessité." C'est ce qu'on devrait répondre à tous les traîtres, à tous les corrompus, à tous les incapables qui réclament l'indulgence. ;-)

Laissons Pharamond, s'il le souhaite, organiser ce verre.

En tout cas, quand je me rendrai au 45ème parallèle, je n'irai pas acquérir le moindre Jerphagnon supplémentaire, le personnage étant aujourd'hui tellement en vogue que j'irais presque affecter d'ignorer son existence, surtout à considérer sa trop volumineuse production *post mortem* en forme de menus articles qui n'ajoutent rien à sa gloire (ce n'est plus un historien de la philosophie antique, c'est un chanteur ou un Tolkien dont quelque membre de la famille, cupide, publie les poubelles !). Bien passé, le temps où *Le divin César* pouvait faire office de mot de passe élitiste !
J'avoue que les ton, procédés faciles et fausses audaces de Jerphagnon finissent par lasser : il est estimable, érudit mais répétitif. Je n'irai retenir de lui que son *Histoire de la Rome antique* et son étude sur le pouvoir impérial (au titre sottement devenu *Les divins Césars* à l'occasion de sa réédition, parce que les khâgneux et étudiants de ce temps, incapables de lire le français classique et même de comprendre un sous-titre, croyaient trouver dans *Le divin César* au singulier une *biographie* du grand Jules !). J'y ajouterai le volume qu'il a consacré à la philosophie antique, premier d'une indigente histoire de la pensée en trois volumes (les deux derniers, signés par un insignifiant de ses amis, n'ont jamais été repris -- à ma connaissance). Je n'oublie pas que le Jerphagnon qui se vantait d'avoir lu vingt fois ou trente fois *Le nom de la rose* (petite fantaisie d'esbroufeur pour élèves de khâgne touristique, qui ne mérite vraiment pas d'être lue plus d'une fois, deux à la rigueur) a quand même réussi l'exploit de produire un mince volume consacré à saint Augustin sans mentionner une seule fois son principal ennemi, Pélage ! (Un Pélage qui joue un rôle dans l'honnête et violent *Roi Arthur* avec Clive Owen !). Pire : il a signé un livre avec le minuscule Ferry, et c'est impardonnable.

Pour la recherche de vieux livres, français ou anglais, je suppose que c'est comme à la chasse : avoir *mérité* certains livres au terme d'une longue traque faite de chance et de persévérance, c'est une satisfaction supérieure à celle qui résulte d'une simple commande. Le vrai chasseur à la manière de Weïté doit éprouver d'autres émotions qu'un Viandard dit d'Estaing, lequel se bornait à tirer sans gloire sur un gibier drogué et rabattu vers lui (si j'en crois quelques articles jadis consacrés à Giscarat par le *Cafard Acharné*). J'admets toutefois qu'on peut préférer l'efficacité et la rapidité. ;-)

Écrit par : Blumroch | 12/06/2018

Pour le verre, j'attends le retour d'Orion de ses vacances pyrénéennes et je proposerai une date.

Écrit par : Pharamond | 12/06/2018

@Pharamond : Bien reçu.
La librairie mentionnée par Sven a non seulement sa page Fessbouc mais propose une visite virtuelle :
https://www.yannick-guyader.fr/portfolio/visite-virtuelle-google-librairie-45eme-parallele-pessac-bordeaux-gironde/

Écrit par : Blumroch | 14/06/2018

Merci. Je n'y ai jamais les pieds, mais j'irais y jeter un œil.

Écrit par : Pharamond | 14/06/2018

Écrire un commentaire