Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/05/2018

Le jeu des deux images (316)

Comme son nom l'indique il s'agit de deux images qui doivent vous permettre par analogie de deviner l'identité d'une personnalité vivante ou défunte. Cette énigme nous est aimablement proposée par Blumroch.

316a.jpg

316b.jpg

Commentaires

Heyerdahl ?

Écrit par : PdL | 14/05/2018

Ou peut-être son collègue Danielsson, qui a écrit dans l'Encyclopédie de la Pléiade (d'après Internet...) ?

Écrit par : PdL | 14/05/2018

Identifications, à vrai dire évidentes, parfaitement correctes. Mais à cette heure, les deux suggestions ne le sont pas.

Écrit par : Blumroch | 14/05/2018

Correction après un café : la seconde identification ne devrait pas faire l'impasse sur le pluriel. Mes excuses à l'improbable lecteur abusé par ma bévue vite corrigée. ;-)

Écrit par : Blumroch | 14/05/2018

Bon ben alors je sèche...

Écrit par : Popeye | 14/05/2018

@Popeye : La première image à elle seule interdit d'employer l'expression ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 14/05/2018

Euh... vraiment aucune idée.

Écrit par : Pharamond | 14/05/2018

@Pharamond : Un indice, déjà ? ;-)

Écrit par : Blumroch | 14/05/2018

Je ne parlerais pas au nom des autres joueurs, mais moi je suis preneur :-(

Écrit par : Pharamond | 14/05/2018

@Tous, donc : la réponse n'est évidemment ni Thor Heyerdahl ni l'un des membres de son équipage, mais l'un, les autres... et le Kon-Tiki ont un lien direct avec la solution, de même que les Pléïades dans le même domaine, en plus de l'astronomie.
Pas certain d'être assez clair ou informatif, mais vrai aussi que j'exerce ma vengeance tardive à propos d'une énigme proposée dans des temps anciens, énigme que je n'avais pas trouvée (indice de taille !). ;-)

Écrit par : Blumroch | 14/05/2018

Je réfléchis...

Écrit par : Pharamond | 14/05/2018

@Pharamond : Autre indice : la solution n'a aucun rapport avec les petits soeurs du jeu vidéo randien (si, si, tout comme le 2) *Bioshock*.

Écrit par : Blumroch | 14/05/2018

Plus il y a d'indices, moins je vois. Attendons le passages des autres joueurs, peut-être plus inspirés que moi.

Écrit par : Pharamond | 14/05/2018

@Pharamond : "As you like it" or "Aye aye, sir !". ;-)

Écrit par : Blumroch | 14/05/2018

allez, je vais dire Captain Bligh !
à cause des Pléiades qui marquent l'année en Polynésie
et du frêle esquif...

Écrit par : Orion | 14/05/2018

Blumroch > Wait and see...

Écrit par : Pharamond | 14/05/2018

Jean-François de Galaup, comte de La Pérouse, car ce n'est certainement pas Anne Franck ;o)

Écrit par : téléphobe | 14/05/2018

@Orion : Y'a bien une frêle embarcation associée à la solution, y'a bien une référence à la navigation avec l'utilisation des Pléïades en navigation... mais ce n'est pas William Bligh.
@téléphobe : Le journal de bord d'Anne Frank, écrit au stylo à ancre, n'a toujours pas été retrouvé. ;-) Ce n'est pas le navigateur qui aura été l'ultime souci de Louis XVI.

Allons, un navigateur (vous l'avez saisi) étranger qui aura seul, en anarque, décidé de ses exploits, pour se surpasser et en surpasser un autre, plaçant ses espoirs sous le signe de sept soeurs...

Écrit par : Blumroch | 14/05/2018

un roi mythique de la civilisation des iles du pacifique ?

Écrit par : Paul-Emic | 14/05/2018

@Paul-Emic : Rien de mythique, seulement de l'héroïque. ;-) A qui pensiez-vous ?

Un indice de plus : à ma grande honte, je n'avais pas résolu l'énigme ayant pour solution Joshua Slocum alors que j'avais eu connaissance de son existence et de ses exploits voici des années... pour les oublier honteusement après.

Écrit par : Blumroch | 14/05/2018

@Blumroch , à personne ne particulier mais le Kon Tiki plus les Pléiades utilisées par les navigateurs de la région me suggéraient que peut-être on cherchait un découvreur d'iles de l'époque héroïque justement.

Écrit par : Paul-Emic | 14/05/2018

@Paul-Emic : Y'a bien un radeau et une invocation directe aux sept soeurs. Tout autre indice serait la solution. ;-)

Écrit par : Blumroch | 14/05/2018

William Willis, le marin américain qui a fait la traversée en solitaire d'une partie du Pacifique sur un radeau nommé Seven Little Sisters?

Écrit par : Sven | 14/05/2018

La couronne de lauriers revient à Sven pour avoir correctement identifié (avec quelques indices) ce Williams Willis (1893-1968) qui, en 1954, désireux de "vivre sous la menace continuelle de la mort" et aussi soucieux de surpasser l'exploit accompli par Thor Heyerdahl et l'équipage du *Kon-Tiki* (d'où la première image), réalisa *seul*, à *61* ans -- avec un chat et un perroquet ! --, une traversée de 6700 *miles*, du Pérou jusqu'aux Samoa, sur un radeau baptisé *The seven little sisters*, nom ordinaire des filles d'Atlas et de Pléioné chez les anglophones (d'où la seconde image qui montre l'amas des Pléïades, numéro 45 du catalogue des objets célestes de Messier -- l'astronome, pas l'affairiste).

Comme presque toujours pour les personnalités d'exception, Internet est assez pauvre en ressources. En témoigne cette minimaliste fiche de police :

https://en.wikipedia.org/wiki/William_Willis_(sailor)

A en croire les rares recensions, les ouvrages -- apparemment difficiles à trouver -- que Willis a écrits pour raconter sa vie et certains de ses hauts faits semblent dignes du plus grand intérêt.

Je n'irai pas faire le malin (ce qui me serait d'ailleurs difficile) : c'est à Georges Blond que je dois d'avoir appris, jadis, l'existence de ce navigateur d'élite auquel est consacré un beau chapitre intitulé "L'homme fou de la mer" dans *La grande aventure des océans*, recueil dont je ne saurais trop recommander la lecture : on y trouve évidemment le portrait de quelques tristes sires tel ce Duroy de Chaumareyx qui, illustrant tant de vertus politiciennes en marche, mériterait une rue à son nom (n'importe quelle rue, sale et envahie par divers rats, du Paris massacré par HidalgogolE) ; on y trouve aussi et surtout d'admirables leçons de courage, d'intelligence, d'énergie et de grandeur (c'est d'ailleurs pourquoi je déconseille vivement cette lecture aux enfants et adolescents : ils en pourraient légitimement concevoir quelque amertume d'avoir à vivre dans le monde de micron, de ses maîtres et de ses complices). Incidemment, parmi les grands mémorables évoqués par Blond, figure ce Joshua Slocum dont le nom est familier aux visiteurs de ce site à cause de certaine énigme astucieuse et difficile. Plusieurs des noms suggérés *supra* par les ceusses qui ont bien voulu participer y sont longuement évoqués.

Blond déplorait déjà l'oubli dans lequel était vite tombé Willis, même aux Etats-Unis. C'est bien d'un véritable héros que de n'avoir jamais songé à soigner sa publicité et mieux, d'avoir écrit des poèmes rassemblés sous ce titre évocateur : *Hell, Hail and Hurricanes*. Une telle qualité d'être, illustrant le triomphe de la volonté, n'existe probablement plus, sinon -- peut-être -- secrètement. De fait, parmi les contemporains surestimés qui prétendent chercher le danger -- à condition de ne courir *aucun* risque et de disposer d'une assistance de chaque minute --, qui donc irait proclamer tranquillement "Je voulais *simplement* m'imposer une épreuve" pour en solitaire affronter l'océan ?

Mon épouse ne comprenait pas que je ne sois pas vraiment admiratif devant les "exploits" de quelques héros vantés par la bonne presse qu'elle consulte parfois. Au terme de sa lecture de *La grande aventure des océans*, elle m'a dit : "Maintenant, je saisis tes raisons, mais ces temps-là sont passés.". Hélas !

Dans un épisode de la série *Le prisonnier*, le numéro Six parvenait à quitter le Village par la mer : seul le visage résolu du Patrick McGoohan de la grande époque aurait pu incarner à l'écran le combat de l'individu contre la mer, le combat de Willis contre la mort.

S'ils ne lui ont pas épargné les épreuves et les souffrances, les dieux ont toujours été cléments à Willis ("*And the Gods Were Kind* : c'est le titre du récit de sa première grande traversée) ; ils devaient nécessairement lui offrir le plus beau des cadeaux, savoir la meilleure des fins pour un vrai marin. Willis a donc trouvé la mort au cours de son ultime traversée de l'Atlantique, entreprise à *74* ans. Son petit bateau, le *Little One*, fut découvert à la dérive, vide et désemparé, non loin des côtes irlandaises. Dans le journal de bord, cette dernière entrée en forme d'épitaphe : "La mer est le royaume de l'homme brave".

Écrit par : Blumroch | 15/05/2018

P.S. : J'ai failli oublier : merci à tous ceux qui ont participé ! En espérant avoir donné à ceux qui ignoraient peut-être son existence l'envie de lire ce beau livre de Georges Blond, capable de passionner même ceux que la mer n'intéresse pas ou guère. ;-)

Écrit par : Blumroch | 15/05/2018

"je déconseille vivement cette lecture aux enfants et adolescents : ils en pourraient légitimement concevoir quelque amertume d'avoir à vivre dans le monde de micron, de ses maîtres et de ses complices"
Hélas !
Georges Blond un "rescapé" des HLPSDNH ? vous avez de drôles de lectures ;-)

Écrit par : Paul-Emic | 15/05/2018

@Paul-Emic : N'étant ni homme de lettres ni même intellectuel, préférant de beaucoup le rôle de lecteur à celui d'auteur, je n'ai eu, quand je faisais semblant d'être jeune, que deux tentations vaguement littéraires, d'ailleurs heureusement fugitives (je sais à peu près écrire mais sans grand talent) : un roman, *Le Questionnaire de Bruxelles* (en hommage à von Salomon) et une manière de Lagarde et Michard (portraits, extraits, pastiches) de la réaction conservatrice dont le titre aurait été... *Mauvaises lectures*. Blond y aurait eu sa place légitime, avec quelques classiques. ;-)

Écrit par : Blumroch | 15/05/2018

J'allais dire Kenichi Ori, mais c'est trop tard.

Écrit par : Carine | 15/05/2018

Bravo à Sven qui me semble un nouveau concurrent sérieux à ce jeu !
Merci à Blumroch pour son blurb sur ce personnage... dont j'ignorais l'existence. Tous les indices du monde ne me l'auraient pas fait découvrir ;-)

Carine > Euh... qui est-ce ?

Écrit par : Pharamond | 15/05/2018

Bravo à Sven et merci à Blumroch pour cette belle énigme. J'ignorais moi aussi que la "concurrence" fût si rude sur les mers à cette époque mais j'aurais dû y penser.

@Blumroch : "Mauvaises Lectures", mais avec un titre pareil, j'achetais de suite !

Écrit par : Orion | 15/05/2018

@Pharamond : Ayant récemment relu *La grande aventure des océans* dont j'avais gardé un excellent souvenir remontant à 95 ou 96, je me devais de trouver un prétexte pour en parler en évoquant l'un des personnages héroïques célébrés par Georges Blond. ;-)
Je m'attendais quand même à trouver plus de pages à son sujet chez M'sieur Internet. Les ressorts de la survie dans les esprits sont décidément bien étranges et bien injustes. :-(
@Orion : Je la rédigerai donc, cette anthologie, dans une autre vie -- gloups, à mon sens, y'en a pas (et tant mieux !) : tant pis ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 15/05/2018

Les contributeurs de Wikipedia ont leurs préférences... qui ne sont pas forcément les nôtres, loin s'en faut.

Écrit par : Pharamond | 15/05/2018

Pharamond,
Kenichi est un p'tit gars japonais qui s'est contenté, tout jeune, de traverser le Pacifique en solitaire sur une coque de noix de 5,80m.
J'y serais pas allée...

Écrit par : Carine | 15/05/2018

@Pharamond : S'agit pas simplement de kikipedia mais des pages recensées par ixcouic et deukdeukgo. Cette page mentionne Willis et ce Kenichi Horie dont Carine nous a appris l'existence (l'orthographe "kenichi ori" mène à des pages de mangas assez douteux !) :
https://nauticaltrek.com/bateaux/histoire-micro-yachts/
@Carine : What, pas même une remarque sur mon érudition empruntée (mais avouée comme telle) ? ;-)

Écrit par : Blumroch | 15/05/2018

Faute de rubrique dédiée, je signale au camarade téléphobe cette brève :

http://www.lepoint.fr/culture/des-chercheurs-ont-decouvert-des-reflexions-sur-le-sexe-dans-le-journal-intime-d-anne-franck-15-05-2018-2218691_3.php

qui concerne cette jeune fille au stylo qui lui est si chère. ;-)

Écrit par : Blumroch | 15/05/2018

Blumroch,
Merci d'avoir rendu son orthographe au nom de Kenichi Horie, que je connais pour avoir lu son récit de traversée, en son temps, dans la collection Arthaud.
Merci aussi pour ce lien sur les micro-yachts !

Écrit par : Carine | 16/05/2018

Son bateau était encore plus petit que dans mon souvenir.

Écrit par : Carine | 16/05/2018

Digression. Cet amour de la mer qui mène à la mort (en tout cas pour Willis) me rappelle ce poème de Pierre de Marbeuf, baroque du XVIIe -- une découverte du temps de "Vara, tibi Khagna, Vara, celebrat gloriam" etc. :

Et la mer et l'amour ont l'amer pour partage,
Et la mer est amère, et l'amour est amer,
L'on s'abîme en l'amour aussi bien qu'en la mer,
Car la mer et l'amour ne sont point sans orage.

Celui qui craint les eaux, qu'il demeure au rivage,
Celui qui craint les maux qu'on souffre pour aimer,
Qu'il ne se laisse pas à l'amour enflammer,
Et tous deux ils seront sans hasard de naufrage.

La mère de l'amour eut la mer pour berceau,
Le feu sort de l'amour, sa mère sort de l'eau
Mais l'eau contre ce feu ne peut fournir des armes.

Si l'eau pouvait éteindre un brasier amoureux,
Ton amour qui me brûle est si fort douloureux,
Que j'eusse éteint son feu de la mer de mes larmes.

Ah, seul ce site permet une telle dérive quasi-situationniste. ;-)

Écrit par : Blumroch | 16/05/2018

Dérivons plus encore -- tant que Pharamond ne m'arrête pas. ;-)
Dans la série "le small talk de Blumroch", une interrogation mineure. Voici trois décennies, j'avais lu *Dieu et l'état* (j'ai corrigé ici la capitale qu'avait laissée l'anarchiste respectueux des Puissances). Le reprenant dans une nouvelle édition parue chez "1001 nuits", je le retrouve, comme avant, assez avare en propos raisonnables tels que celui-ci : "[..] le peuple restera ce qu'il a été éternellement jusqu'ici, un troupeau. Gare alors aux tondeurs ; car là où il y a un troupeau, il y aura nécessairement aussi des tondeurs et des mangeurs de troupeau." (page 49).
J'avais parfaitement oublié cette étonnante note de Bakounine : "10. Je crois utile de rappeler une anecdote d'ailleurs très connue et tout à fait authentique, qui jette une lumière si précieuse tant sur le caractère personnel de ce réchauffeur des croyances catholiques que sur la sincérité religieuse de cette époque. Chateaubriand avait apporté au libraire un ouvrage dirigé contre la foi. Le libraire lui fit observer que l'athéisme était passé de mode, que le public lisant n'en voulait plus, et qu'il demandait au contraire des ouvrages religieux. Chateaubriand s'éloigna, mais quelques mois plus tard il lui apporta son *Génie du christianisme*." (page 129).
Si c'est vrai, chapeau ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 16/05/2018

Carine > Merci, l'orthographe était erronée et amenait à des mangas douteux comme l'a dit Blumroch. Moi non plus je n'y serait pas allé.

Blumroch > Merci pour le lien qui permet de découvrir le monde des micros voiliers dont j’ignorais qu'il en existât autant.

Anne Frank pour 1 000 ans ;-)
Déjà dans certaines versions du journal on découvrait une adolescente assez délurée

Joli poème qui fait plus récent que le XVIIe.

Pourquoi vous arrêtais-je ?

L'anecdote sur Chateaubriand parait très belle pour être véridique...

Écrit par : Pharamond | 16/05/2018

@Pharamond : Je crois avoir lu quelque part que les propos connus de la petite Anne étaient assez différents selon la langue, et notamment qu'elle était plus délurée en mochien et en batave que dans les autres traductions. De quoi justifier un autre journal, tapé à la machine ou à l'ordinateur, voire sous la forme de SMS : *La Anna è mobile* ou *Les 1001 visages de la petite Anne*. ;-) J'y pense à l'instant : *Anne, voyageuse temporelle* ferait un beau récit de science-fiction qui aurait le mérite de faire taire certaines méchantes langues polarisées sur l'utilisation paradoxale d'un stylographe ! ;-)

Ben, pour éviter de lasser vos lecteurs, évidemment ! ;-)

Je n'ai pu vérifier la véracité de l'anecdote (un de vos érudits visiteurs aurait-il des lueurs sur ce point ?). Si elle est vraie, elle éclaire de manière déshonorante le vicomte, que je n'aurais pas cru commerçant -- il en deviendrait un personnage des *Contes cruels*. Mais peut-on croire Bakounine ?

Écrit par : Blumroch | 16/05/2018

J'ai lu autrefois un livre de Serge Thion dont un des chapitres traitait du sujet et l'histoire de ce journal n'est pas seulement douteuse pour l'emploi du stylo bille. Ma première lecture révisionniste...

Croire Bakounine ? Je me permets d’émettre quelques doutes.

Écrit par : Pharamond | 16/05/2018

Voyageuse temporelle, qu'on vous dit ! ;-)
Pour Bakounine, "se non è vero è bene trovato". ;-)

Écrit par : Blumroch | 16/05/2018

Les histoires et les citations apocryphes sont souvent bien trouvées et pour cause...

Écrit par : Pharamond | 16/05/2018

je lisais aujourd'hui que des chercheurs avaient trouvé sur la couverture du manuscrit recouverte de papier kraft des "blaques salaces"

Écrit par : Paul-Emic | 16/05/2018

Pour ma part, j'attends les commentaires de notre expert téléphobe... ;-)

... ainsi que des commentaires signés par d'autres que Blumroch : si ça continue, je vais passer en tête du classement pour le *nombre* d'interventions ! *Lurkers*, libérez votre parole ! (mot d'ordre moderne)

Écrit par : Blumroch | 16/05/2018

Paul-Emic > Elle avait 13 ans...

Blumroch > En attendant telephobe, voici la seule vidéo authentique connue de la jeune fille où elle apparaît brièvement à une fenêtre :
https://www.youtube.com/watch?v=4hvtXuO5GzU

Écrit par : Pharamond | 16/05/2018

@Pharamond : J'ignorais qu'un tel document existât. Eclairant commentaire parmi tous ceux qui se lamentent sur la petite Anne n'ayant pas eu la longue vie à laquelle elle était censée avoir droit, celui-ci, disproportionné, "Beautiful video! :')", énoncé par un "Valar Morghulis" qui doit sans doute ignorer le sens de l'expression, tirée de *Game of Thrones*, savoir "Tout Homme doit tôt ou tard mourir" (comme l'indique *texto* la fiche kikipedia). Quant à ceux qui ont pris une gamine comme héroïne et guide de vie...

Écrit par : Blumroch | 16/05/2018

@ Pharamond, je te dis ce que j'ai lu aujourd'hui même

Écrit par : Paul-Emic | 16/05/2018

que des médias garantis fake news free

Écrit par : Paul-Emic | 16/05/2018

Blumroch > j'évite de lire les commentaire sur ce genre de vidéo, les devinant.

Paul-Emic > Oui, et moi je voulais dire qu'à 13 ans certaines jeunes filles sont plus délurées que d'autres, donc rien de réellement surprenant.

Écrit par : Pharamond | 17/05/2018

Écrire un commentaire