Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/04/2018

Manifs

Mon tram s'arrête deux stations avant ma destination et il est annoncé qu'à cause d'une manifestation devant le Palais de Justice ce sera pour une durée indéterminée. Je ne suis plus très loin de chez moi ; je décide donc de ne pas attendre et de rentrer à pied. Bientôt j’aperçois un petit attroupement près de l’Hôtel de Ville. Je me dis que ce sont sûrement les cheminots mécontents de leur sort qui expriment leur légitime déconvenue face à la politique jupitérienne, mais en m'approchant je constate que c'est en fait une trentaine de peignes-culs tout de noir vêtus, certains avec un foulard leur cachant le visage, qui agitent deux ou trois drapeaux de l'Action antifasciste et font éclater un pétard de temps en temps. Ils sont bloqués par un petit cordon de policiers en tenue anti-émeute qui empiète un peu sur les rails du tram. En passant je questionne poliment un brigadier en uniforme de ville un peu à l’écart sur le motif de cette manifestation n'apercevant aucune banderole revendicatrice. Il me dit qu'il l'ignore, les participants n'ayant fait aucune demande pour être autorisés à être là, et que je n'ai qu'à aller les interroger. J'insiste, toujours poliment, et il finit par lâcher qu'ils sont contre les "autres, là-bas" en désignant du menton le Palais de Justice. Je le remercie et continue mon chemin qui passe devant l'endroit indiqué. Entouré par des barrières et devant une grande toile imprimée au nom de "La Meute France" un homme lit les noms de personnes mises en examen pour leurs idées. L'auditoire n'est guère plus nombreux que les fâcheux de tout à l'heure, mais il est sensiblement plus âgé. Je passe mon chemin et rentré chez moi je recherche sur le net des informations sur cette mystérieuse meute. Leur site n'est pas très fourni, mais suffisamment pour que l'on comprenne que c'est un énième mouvement créé dans le but de sauver notre pauvre pays... C'est sympathique, mais dérisoire et lassant.

Commentaires

"La meute" => les loups et le désordre

c'est pathétique ! la gauche en a rêvé d'une extrême-droite pareil. La gauche en a rêvé, la gauche l'a fait ?

40 ans d'éduc Nat pour en arriver là... Sans culture, sans perspective historique, sans base doctrinale, l'ED est condamnée à se disperser ainsi en mille petit FN sans cervelle (non pas que le vrai FN en ait jamais eu de cervelle)

Et le pire : le gros blanc-blanc-rouge sur le site, symbole de cette république qui va les noyauter, les manipuler, les utiliser tant que besoin et les écrasera au final.

pauvres gentils fachos ! Pauvres de nous !

Écrit par : Dia | 03/04/2018

Vous m'avez donc vu dans les quelques personnes venues écouter Renaud Camus, Pierre Cassen, etc...
Un seul cadre du FN était présent

Écrit par : Philippe Dubois | 04/04/2018

Dia > Oui, quoi qu'il puisse arriver : pauvres de nous !

Philippe Dubois > Je n'ai fait que passer, mais si j'avais pu savoir c'est avec plaisir que je vous aurais salué. Si vous êtes sur Bordeaux, peut-être une prochaine fois...

Écrit par : Pharamond | 04/04/2018

Une Meute de 'raie-publicains' : par Judas l'Iscariote, moa y'en a pas compwendwe ;o)

Écrit par : téléphobe | 04/04/2018

Ce groupe j'en ai entendu la première fois à Québec au Canada.

C'est un mauvais signe car la GRC a une grande habitude de manipuler les groupes politiques (92% des apprentis terroristes au Canada ont été directement recrutés, équipés et orientés par la police avant d'être arrêtés).

Ils sont un repoussoir xénophobe pour décrédibiliser toute opposition raisonnable à l'immigration. Ils sont aussi une extrême-droite qui ne parle que d'immigration at d'aucun autre sujet.

ceci-dit ils ont un fonctionnement militaire et pas de désordre.

https://www.vice.com/en_ca/article/d7pmk7/la-meute-the-illusions-and-delusions-of-quebecs-largest-right-wing-group

Écrit par : Il Popolo d'Italia | 04/04/2018

le site de la Meute tente désespérément la dédiabolisation.

Trop tard. La survie de la France en tant qu'entité constituée conservant une identité européenne, blanche et de religion chrétienne ne passera pas par des élections. Elle ressuscitera, peut-être, à partir d'isolats qu'il faudra bien se résoudre à mettre en place. Et ça, il faut le faire en toute discrétion. En tout cas sous l'horizon radar médiatique de la classe jacassante.

Écrit par : Popeye | 04/04/2018

téléphobe > Le type même de mouvement qui ratisse large : la meute ça fait clanique et les valeurs de la République ça fait réglo parce qu'on est légaliste, hein ! et qui finira restera un groupuscule parmi tant d'autres.

Il Popolo d'Italia > François Galvaire, le président, l'explique dans sa vidéo de présentation. La multiplication de ces groupes comme des blogs "réacs", d'ailleurs, prouve le profond malaise de notre camp qui n'arrive pas à accepter l’inéluctable chute.

Popeye > Si il reste une maigre chance de sauver quelque chose ce sera dans l'ombre. Le reste n'est que gesticulation...

Écrit par : Pharamond | 04/04/2018

Bien naïvement, je pensais que la non desserte de deux arrêts était due à la manif des cheminots. Que nenni, des jeunes bourgeois bordelais s'encanaillant d'un côté et leurs grands parents de l'autre. D'un autre côté, un mardi après-midi, qui peut manifester hormis des retraités et des feignasses d'étudiants.
Les bastions sociaux qui se montent en différents endroits de France, sur le modèle de Casa Pound, sont de bien sympathiques initiatives, que j'espère plus productives que la meute.

Écrit par : Sven | 04/04/2018

Les cheminots n'y sont pour rien cette fois-ci.
Dans le capharnaüm presque intégralement stérile de la "dissidence" les bastions sociaux semblent les plus dignes d’intérêt et les plus potentiellement féconds justement parce qu'ils ne cherchent pas à complaire à la République, s'inspirent du modèle efficace italien et se salissent les mains. Mais la France n'est pas l'Italie et l'avenir nous dira ce que donneront les graines semées. Je suis pessimiste...

Écrit par : Pharamond | 04/04/2018

Si j'en crois les commentaires précédents, nous sommes apparemment en nombre près de ou à Bordeaux. Nous finirons dans le même camp de concentration ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 04/04/2018

Référence au rassemblement bordelais, trouvée chez l'excellente et déprimante Gaëlle Mann :

https://www.cnre.eu/the-truman-show

Exagérément optimiste malgré sa lucidité.

Écrit par : Blumroch | 05/04/2018

Blumroch > En attendant, avec Sven et Philipe Dubois on pourrait se retrouver devant un verre en attendant le camp.

Joli texte plein de vérité, mais Renaud Camus tombe dans le piège en condamnant les révisionnistes tout en parlant de liberté d'expression. Pour un homme aussi intelligent c'est curieux d'énoncer un tel paradoxe. Libre à chacun de croire à l'histoire officiel, mais il ne faut jamais faire l’erreur d'utiliser les armes de l'ennemi, surtout les plus puissantes qui ne fonctionnent que dans un sens. Son beau discours s'en trouve bancal et par là devient inefficace.

Écrit par : Pharamond | 05/04/2018

@Pharamond : L'idée est plaisante : par la suite, nous pourrons nous reconnaître dans le camp sans avoir à crier "Pharamond ! Pharamond ! nous avons combattu avec l’épée !…" ;-)
Peu de discours sont totalement *cohérents*. Quant à la liberté d'expression, à mon sens, si elle n'est pas totale, elle n'est pas. Personne n'est forcé de lire, d'écouter ou de voir, mais on doit au moins pouvoir tenter de convaincre en présentant ses arguments. C'est le principe de la bibliothèque : tous les livres sont là, les ouvre qui veut -- parmi ceux qui savent lire, s'entend.

Écrit par : Blumroch | 05/04/2018

"C'est le principe de la bibliothèque : tous les livres sont là, les ouvre qui veut" Vous n'êtes jamais allé dans celle de Bordeaux semble-t-il ?

Écrit par : Pharamond | 05/04/2018

@Pharamond : Non, la mienne, excellente, me suffit, et désormais, sauf pour de rares exceptions, je relis -- *vita brevis*. Euh... Celle de Bordeaux possèderait-elle un exemplaire authentique du *Necronomicon* ? ;-)

Écrit par : Blumroch | 05/04/2018

Avec plaisir, Pharamond!
La bibliothèque de Bordeaux contient sûrement des abominations valant bien celles de Dunwich.
Par exemple:
http://www.bordeaux.fr/agendaGeneral/pgFicheEvt.psml?_nfpb=true&_pageLabel=pgFicheEvt&classofcontent=evenement&id=160375&iEvt=2&retourListe=1&classListe=presentationStandard&idListe=493&typeAgendaListe=&nbreEvtPageListe=3

Écrit par : Sven | 06/04/2018

Signe de reconnaissance : un livre d'un auteur insensible aux joies de l'époque. J'apporterai l'*Imperium* de Yockey ou les *Livres politiques* de Laffly. ;-)
Autrefois, certaines bibliothèques avaient un Enfer ; aujourd'hui, la bibliothèque est l'Enfer.
J'avais à l'esprit des bibliothèques composées avec soin et non des bibliothèques publiques. ;-)

Écrit par : Blumroch | 06/04/2018

Blumroch > Non, mais du temps où je la fréquentais je n'avais trouvé aucun ouvrage écrit par un dirigeant du FN alors qu'il y en avait foison sur le FN et à charge bien sûr. La démocratie dans toute sa splendeur et sa générosité.

Sven > Pour la rencontre je vous contacterez par e-mail.

Au spectacle de sabre laser, je n'irai ;-)

Écrit par : Pharamond | 06/04/2018

Avec plaisir Pharamond
Je serai hors connexion pendant quelques jours

Écrit par : Philippe Dubois | 06/04/2018

Je vais donc essayer de trouver un créneau pour qu'on puisse se rencontrer tous les quatre... une fois votre connexion retrouvée.

Écrit par : Pharamond | 06/04/2018

Écrire un commentaire