Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/02/2018

Le jeu des deux images (302)

Comme son nom l'indique il s'agit de deux images qui doivent vous permettre par analogie de deviner l'identité d'une personnalité vivante ou défunte. Cette énigme nous est aimablement proposée par Blumroch.

302a.jpg

302b.jpg

Commentaires

Ma contribution : "Le miraculé" de Jean-Pierre Mocky et "La Mouche noire" de Kurt Neumann. Par contre le point commun m'échappe.

Écrit par : Pharamond | 16/02/2018

@Pharamond : Damn ! et bravo ! les deux identifications sont correctes. J'espérais que l'image du *Le miraculé* résisterait un peu plus longtemps, mais vous êtes cinéphile d'élite. Reste maintenant à établir le lien entre les images, eh eh ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 16/02/2018

Les mains ^^

Écrit par : Carine | 16/02/2018

@Carine : Les yeux, aussi ! ;-) Nice try, hot shot ! (J'crois qu'il faut trouver un nom, dans ce jeu).

Écrit par : Blumroch | 16/02/2018

Te moque pas, je suis limitée !

Écrit par : Carine | 16/02/2018

Blumroch > Merci, mais j'ai beau me dire que connaissant votre inclination pour les auteurs mal-pensants il doit s'agir de l'un d'entre eux je ne vois pas. Grrrr !

Carine > :-D

Écrit par : Pharamond | 16/02/2018

George Langelaan ?

Écrit par : Orion | 16/02/2018

Robert Merle peut-être???

Écrit par : Benway | 16/02/2018

@Pharamond : Pas toujours mal-pensants. Y'a quelques cervelles gauchistes que je *tolère* -- Debord, parmi les rares exemples. Ah, faudra que j'en trouve un pour le jeu... ;-)
@Carine : Aucune moquerie. C'est vrai qu'en changeant l'orientation de l'image tirée de *La mouche*, on avait deux orants. ;-)
@Benway : A part Maurice Renard, la science-fiction française n'existe pas ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 16/02/2018

La couronne de lauriers revient donc à Orion (sans doute bien aidé[e] par Pharamond) qui a bien identifié le discret George Langelaan (1908-1972), agent secret puis journaliste dont les lecteurs de *Planète* ont probablement gardé le souvenir ; les cinéphiles, eux, le connaissent sans le connaître puisqu'il a inspiré les réalisateurs des célèbres *Le miraculé* (1987) et *La mouche noire* (1958). C'est pourquoi la première image provenait du film de Jean-Pierre Mocky, quand la seconde était extraite du film de Kurt Neumann avec le grand Vincent Price (au passage, la nouvelle version signée par Cronenberg en 1986 offrira à Jeff Goldblum son meilleur rôle avec celui de *Mister Frost*). La comparaison attentive des génériques de ces deux films donnait facilement George Langelaan -- on sait ma prédilection pour les écrivains, ce qui évitait de chercher parmi les acteurs. ;-)

Pour l'anecdote : j'avais envisagé une couverture de la revue *Planète* en guise de première image, et c'est alors la consultation de l'*ours* qui aurait révélé la solution.

Les éventuels curieux iront consulter la sommaire fiche de police disponible sur les kikipédia français et américain (incidemment, seule la page française mentionne le film de Mocky ; seule la page anglaise prétend Langelaan ami d'Aleister Crowley, ce qui m'apparaît improbable sans être impossible).

De son oeuvre, principalement consacrée à l'espionnage et au paranormal, subsistent ses intéressants mémoires et surtout le recueil intitulé *Nouvelles de l'Anti-Monde*, placé sous les signes du fantastique et de la science-fiction. Les textes qu'il rassemble sont de fort bonne facture, à commencer par le classique "La Dame d'outre nulle-part", souvent repris en anthologie avec "La mouche", autre classique. Lus dans mon enfance dans l'édition Marabout ornée d'une hypnotisante et vertigineuse illustration de couverture, je ne les ai jamais oubliés.

Contre toute vraisemblance et contre tout sens littéraire, quelques amoureux des paradoxes insoutenables ont longtemps voulu attribuer à Corneille la rédaction du théâtre de Molière, comme d'autres affirment encore que le véritable auteur des oeuvres de William Shakespeare était Francis Bacon ou Christopher Marlowe (pour ne mentionner que les deux noms les plus célèbres) : dans le même registre délirant, un original prétend sur son site Internet que Frédéric Dard a donné non seulement des idées, mais encore des textes entiers à Langelaan qui les aurait publiés sous sa signature et sous ce titre : *Nouvelles de l'Anti-Monde* ! Les arguments avancés me semblent assez minces, surtout à considérer les vie, carrière et oeuvres de George Langelaan, car je vois assez mal un ami de Jacques Bergier, de Pierre Nord et de Gabriel Véraldi tomber, même exceptionnellement, au niveau d'un Minc ou d'un Attali, souvent dénoncés avec raison pour leurs "emprunts" furtifs, leurs démarquages sereins et leurs plagiats tranquilles (l'absence de honte, chez tous ces gens-là, est sidérante). Si Dard avait réellement été co-auteur ou collaborateur, il aurait certainement été mentionné comme tel ; dans le cas contraire, il serait simplement allé au procès pour avoir "sa" part des revenus tirés des adaptations cinématographiques. Au reste, je ne sache pas que Dard se soit jamais intéressé à l'espionnage, au paranormal, au fantastique ou à la science-fiction -- j'admets toutefois une familiarité *très* lointaine avec l'oeuvre d'un personnage qui ne m'intéresse en rien, et je n'irai pas enquêter sur le sujet.

Avec Langelaan, la série des écrivains directement liés à *Planète* et à Bergier s'achève -- la solution d'éventuelles futures énigmes ne pourra plus exploiter cette piste ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 16/02/2018

Blumroch > Il existe quelques gauchistes mal-pensants ;-)

Bravo à Orion qui bien que se faisant rare a toujours l'intervention efficace !

J'avoue ignorer l’existence de ce Langelaan. On en apprend des choses ici ;-)

Écrit par : Pharamond | 16/02/2018

@Pharamond : Z'êtes bien trop jeune pour avoir lu *Planète*, raison pour laquelle vous n'avez pu penser à Langelaan. ;-)

Aucun rapport avec la rubrique, mais j'ai apprécié l'optimisme candide de l'excellent Christian Combaz (dont au passage je recommande vivement le *Portrait de Marianne avec un poignard dans le dos*, malgré une typographie faisant mal aux yeux) :

https://www.youtube.com/watch?v=pJ-d-7X8DvM

Écrit par : Blumroch | 16/02/2018

Merci Pharamond ! vous aviez déjà bien avancé dans l'énigme, la suite fut un jeu d'enfant.
Je suis arrivée trop tard sur les précédentes énigmes et je me suis perdue sur celle de Pierre Nord (ah oui les ravages du temps sur le cerveau, ne m'en parlez pas ) alors que je revois ma petite sœur dévorer ses romans !
je reste stupéfaite devant les connaissances et la culture de Blumroch !

Écrit par : Orion | 16/02/2018

Blumroch > Si mes souvenirs sont bons vous n'avez que deux ou trois années de plus que moi. Je crois plutôt que vous êtes un lecteur beaucoup plus précoce que moi.

Effectivement un optimisme candide qui frise le ridicule, le pauvre croit encore que les gens pensent alors qu'ils en sont réduits à la recherche effrénée des biens de consommation ne serait-ce que pour exister dans un monde qui se désagrège.
Il est de la vieille droite qui croit encore au danger fasciste, voir son "Enfants sans foi ni loi". Les auteurs qui utilisent le vocabulaires de leurs ennemis se neutralisent eux-mêmes.

Écrit par : Pharamond | 16/02/2018

Orion > "je reste stupéfaite devant les connaissances et la culture de Blumroch !" je suis entièrement d'accord avec vous.

Écrit par : Pharamond | 16/02/2018

Petit correctif, sans effet : Dard ne s'est pas intéressé à l'espionnage mais San Antonio oui, à plusieurs reprises dans plusieurs romans.

Écrit par : Boutros | 16/02/2018

@Pharamond : Je suis né vieux ! ;-)
J'ignore tout des oeuvres de Combaz, à part l'ouvrage, fort agréable et rédigé d'une plume alerte, que j'ai cité, et quelques chroniques visionnées sur sa chaîne YouTube. Son espérance d'un grand règlement de comptes est certes naïve, à considérer ce que sont devenus les *habitants* de la France (voir nos propos sur le jauni), mais elle part d'un bon et sain sentiment : le désir de *justice* et de *responsabilité*. Et qui sait ? Il a peut-être évolué sur le prétendu "danger fasciste" qu'il dénonçait jadis, si j'ai bien saisi.
@Orion : Comparé à Boutang, maître de référence, je ne suis très exactement *presque* rien. ;-) Quelques lectures, quelque mémoire, et quelques lacunes dans mon ignorance : rien de si extraordinaire. Merci de vos compliments, en tout cas. ;-)
@Boutros : Merci de la précision, d'autant que je croyais San Antonio (que je n'ai jamais lu) auteur d'une série de romans *policiers*. Comme Langelaan n'a pas donné dans ce genre, les accusations formulées contre lui par le délirant mentionné *supra*, pour un recueil de textes relevant de la science-fiction et du fantastique, me semblent vraiment étranges.

Écrit par : Blumroch | 16/02/2018

Quelle érudition! Je suis surpris que les énigmes soient trouvées si rapidement. Hormis la récente sur Barbey d'Aurevilly, j'aurais séché sur toutes les autres. Une de vos récentes énigmes, ainsi qu'une émission d'Orages d'acier, m'ont donné envie de découvrir l'oeuvre de Pierre Nord. Il y a quelques uns de ses livres chez mes parents.
Ravi de retrouver votre blog Pharamond et ses participants après quelques jours d'absence. Avec quelques petits bémols. Découvrir mon appartenance au front républicain même dissident et apprendre, le jour de mon anniversaire, qu'Anne Franck s'est réincarnée, ce n'étaient pas vraiment des cadeaux :-)
Combaz est un libéral conservateur, un "cuckservative" comme ils disent de l'autre côté de l'Atlantique, qui défend la France et sa culture... dans VA. A l'heure du choix, pensera-t'-il à son portefeuille ou à son identité?

Écrit par : Sven | 17/02/2018

@Sven : "ERUDITION, n. Dust shaken out of a book into an empty skull." (Ambrose "Bitter" Bierce) ;-)
Pas souvenir d'avoir vu la signature de Combaz dans *V.A.* les quelques fois où je l'ai acheté ces dernières années. J'avoue un préjugé favorable envers tout réactionnaire qui écrit en français clair et qui abhorre l'évangéliste usurpateur. ;-)

Écrit par : Blumroch | 17/02/2018

Tiens, puisque nous sommes entre cinéphiles, connaissiez-vous ce remake de la "Planète des singes" ?

https://i62.servimg.com/u/f62/17/58/35/43/planyt10.jpg

Écrit par : Arthourr | 17/02/2018

Incroyable qualité du maquillage contemporain qui, bien que fort coûteux si l'on en croit les gazettes, permettait à un Hollande, permet à un Macron, d'avoir l'air humain. ;-)

Écrit par : Blumroch | 17/02/2018

Bravo à Orion, elle était plutôt rude celle-ci!

@Blumroch: Tant qu'à causer d'une littérature qui n'existe pas, j'en profite pour attirer votre attention sur les éditions Arbre Vengeur qui, entre autres, rééditent des auteurs bien old school comme Renard, Spitz ou Messac... C'est clairement désuet, mais l'Hypermonde des anciens a un charme qui n'appartient qu'à lui...

Écrit par : Benway | 17/02/2018

@Benway #ImVeryLateAnsweringMyMail : Damn, vous avez raison, comment ai-je pu oublier de mentionner Messac comme le *seul* autre auteur de S.-F. française avec Renard ? L'âge, toujours l'âge... :-(
J'en profite pour sacrifier une énigme que j'avais envisagée, savoir Régis Messac, auteur des immortels *Smith Conundrum : Roman d'une université américaine* (cette satire intemporelle est un régal de la première à la dernière phrase), *A bas le latin !* (un pamphlet dont je *réprouve* évidemment l'idée) et son admirable et définitive thèse *Le "Detective Novel" et l'influence de la pensée scientifique* (malgré ses méchancetés, hélas argumentées !, contre l'immense Conan Doyle). Sans oublier ses romans de science-fiction.

Écrit par : Blumroch | 17/02/2018

@Blumroch
Je vous comprends tout à fait. Ces chroniques de Campagnol sont, paraît-il, fort intéressantes. J'ai un peu de mal avec les collabos du Figaro, Valeurs Actuelles, l'Express, Jeune Afrique ... et Causeur: https://www.causeur.fr/author/combaz

@Arthourr
Film basé sur les recherches de l'immense historien Jean-Philippe Omotunde, directeur de recherche au CSRN (je vous laisse définir l’acronyme comme vous voulez, ça bippe de partout quand je m'y essaie), branche domienne ou tomienne de notre fameux institut. Travaux essentiels diffusés auprès du grand public par France télévisions:
https://www.dailymotion.com/video/x20fhz
C'est grâce à lui que j'ai découvert que les Africains comptaient en binaire et avaient inventé l'ordinateur ou encore qu'ils avaient créé la chevalerie au 18° ou au 19° siècle. J'ai ainsi pu finir de déconstruire mes "white privileges" ayant appris par ailleurs que Platon était noir.

Écrit par : Sven | 18/02/2018

Arthourr > La XVIIe chambre, je vous dis, la XVIIe chambre...

Écrit par : Pharamond | 18/02/2018

Platon était surtout noir après cinq heures de l'après midi. Il a inventé les alcooliques repentis ce qu'on prête à tort à Boileau

Écrit par : Paul-Emic | 18/02/2018

Paul-Emic > :-D

Écrit par : Pharamond | 18/02/2018

@Sven : Je crois savoir qu'un processeur trop peu connu, le "Fantastic Wakandium ][" de la société MarvIntel, permet des calculs complexes en "binaire amélioré" ("enhanced binary to ternary CPU") à partir de ces seules valeurs : "0", "1" et "beaucoup". Les calculs approximatifs de budgets à la manière d'HidalgogolE en seraient grandement facilités, selon les spécialistes de son langage assembleur. ;-)

Je n'ai pas eu la curiosité d'enquêter longuement sur Combaz, mais voici un point qui parle en sa faveur : il semble avoir été viré de tous les canards *mainstream* auxquels il collaborait, le dernier en date étant apparemment *Le Figaro* -- pour une chronique jugée crime de lèse-Hollande, ce qui confirme l'orientation gauchi[st]e de ce que Maurras appelait déjà "le journal maudit" (incidemment, mon estime pour les *Causeur*, *Valeurs Actuelles* et autres *Incorrect* est asymptotique à 0- : ils valent bien leurs miroirs de la presse d'en face malgré l'occasionnelle présence de l'inégal Brighelli). En tout cas, les quelques chroniques de Campagnol que j'ai entendues sont bien composées, bien écrites et bien observées. De nos jours, ce n'est pas *si* fréquent. J'échange mille Polony, Lévy et autres Lancelin pour un seul Combaz -- et je les donne même pour Mouchard^H^H^H^H^H^H^Hrien si nécessaire.

En 1987, un certain Martin Bernal avait prétendu dans son *Black Athena : Afroasiatic Roots of Classical Civilization* que l'Occident avait pillé les immenses ressources intellectuelles du continent africain. A l'en croire, noire était Cléopâtre et presque noir était Platon (pas au sens où l'entend le camarade Paul-Emic !) plagiaire de toute la pensée africaine méconnue. Un honnête professeur de lettres classiques, une certaine Mary Lefkowitz, avait répliqué par un *Not Out of Africa : How Afrocentrism Became an Excuse to Teach Myth As History* (1996) pour réfuter ces délires. Le *palladium* habituel qu'est l'accusation de racisme fut évidemment avancé contre elle pour protéger Bernal et ses disciples. Henry Beard et Christopher Cerf (*The Official Politically Correct Dictionary and Handbook* en 1994 et *The Official Sexually Correct Dictionary and Handbook* en 1995) ainsi qu'Edward Behr (*Une Amérique qui fait peur* en 1995) avaient pressenti et dénoncé les prémices du terrorisme intellectuel gauchiste qui règne maintenant chez les ricains et autres suédo-canadiens. Avertissements prodigués en vain, comme toujours.

Écrit par : Blumroch | 18/02/2018

Blumroch > Moi non plus je ne connais pas bien Combaz, mais d'après ce que j'ai pu voir il semble un esprit anticonformiste un brin trop optimiste pour moi même si, je suis d'accord, ses chroniques sur TVL passent très bien.

Écrit par : Pharamond | 18/02/2018

@Pharamond : J'ai beau facilement donner dans le noircissisme, j'avoue qu'une candide chronique de Campagnol après la consultation déprimante des informations rassemblées par l'excellente Gaëlle Mann, c'est une récréation bienvenue (un peu comme les images du dimanche du bizarre "blog de Wendy").
Sans affinité aucune avec l'optimisme, je parviens à supporter celui, exagéré, de Combaz : si ses espérances de sursaut me semblent illusoires (il surestime le bon sens des populations), elles me sont sympathiques en plus d'être formulées par un bon artisan de la chronique.

Écrit par : Blumroch | 18/02/2018

Oui, curieux blog que celui de Wendy. Dimanche qu'avait-elle mis en ligne ?
Je comprends. Personnellement pour échapper à la noirceur qui finit par déprimer même un vétéran du pessimisme comme moi je préfère la dérision.

Écrit par : Pharamond | 18/02/2018

@Pharamond : J'ai passé sous silence les réactions de type Mencken ou Bierce (zut, deux idées pour le jeu des deux images !) parce qu'elles sont évidentes ! ;-)

Sa dernière livraison est ici :

http://www.wendy-leblog.com/2018/02/photos-du-lundi.html

Quelle que soit sa sélection, toujours quelques photos marquantes. Ainsi, à l'adresse *supra* : les spectateurs masqués, particulièrement inquiétants ; la légende de l'usurpateur au fez, bien choisie ; la solution pour lutter contre la dictature du Bien, évidente pour nous tous ici ; quant aux "queers for palestine"...

Écrit par : Blumroch | 18/02/2018

@Blumroch, Pharamond
Je reconnais volontiers que ce que fait Combaz est très sympathique. De l'entrisme chez nos ennemis :-)

"supporter celui, exagéré, de Combaz : si ses espérances de sursaut me semblent illusoires (il surestime le bon sens des populations)"
Sans être particulièrement optimiste, je ne suis pas sûr que le problème vienne du bon sens des populations. J'ai eu, en fin de semaine dernière, une discussion avec des collègues, de gauche cela va sans dire, au sujet de l'éducation. Tous les hommes étaient favorables à une vraie sélection, à des diplômes ayant une valeur, et n'accordaient aucun crédit aux réformes de Blanquer. Et ça a enchaîné sur le ras-le-bol de l'éduc naze ou de l'enculturation mondialiste comme vous préférez et de ses profs qui vous engueulent car vous expliquez à vos enfants la règle de trois qui n'est plus enseignée car trop compliquée. Trop compliquée pour qui? On a failli franchir la ligne jaune. Et des choses similaires, on les entend de plus en plus, toute catégorie de population confondue. Le problème, c'est que les barreaux de la cage sont encore trop dorés, le frigo trop plein, ... Jusqu'à quand?
Ca a un tout petit peu débordé en Italie il y a quelques semaines suite au viol et à l'assassinat d'une jeune fille, retrouvée découpée en petits morceaux, par un cpi.

Black Athena est l'origine des délires suprémacistes noirs que le politiquement correct nous force à accepter. Omotunde est l'une des premières versions en français (les vidéos ont plus de 10 ans) du phénomène. Le décalage entre le ton doctoral du professeur, bac moins 4, de l'université du Wakanda, et les énormités proférées, sa jalousie qu'il rejette sur nous et nos ancêtres qui avons tout volé, m'avait fait passer un bon moment de franche rigolade.

L'inégal Brighelli a écrit un article sur Marseille dans l'avant dernier numéro d'Eléments. Du riposte laïque pur jus: c'est la faute à l'islam si le Marseille de ma jeunesse a disparu. Avant toutes les communautés s'entendaient bien. Quel méchant cet islam qu'on attrape après avoir mangé une bouillabaisse avariée!

Écrit par : Sven | 19/02/2018

Blumroch > Oui, quelques perles dans la sélection. La demoiselle doit avoir ses filières pour les trouver.

Sven > Bien sûr que la plupart des gens se rendent comptent qu'il se passe quelque chose qui n'est pas à leur avantage. Mais le Système verrouille avec un rappel constant des-heures-les-plus-sombres qui provoque un rejet pavlovien de tout ce qui est nationaliste (avec sanction à la clé pour les plus récalcitrants) et se dépêche de détruire homogénéité de la population avec les migrants au cas où l'économie aurait des grosses difficultés parce qu'on ne sait jamais. Bref, c'est fichu.

Écrit par : Pharamond | 19/02/2018

@Sven : Les populations auraient encore un peu de bon sens (ou de sens du *réel*) que la participation aux désignations (parfois appelées "élections" serait inférieure à 10%, pour commencer, et que les fourches seraient sorties, au moins symboliquement : au minimum, des foules se rassembleraient, les bras croisés, dans un terrible *silence*, devant tous les édifices du pouvoir en attendant la reddition honteuse des parasites et de leurs milices.
La progression des bonnes idées est encore trop lente, qui exigerait une catastrophe d'envergure. Mais après tout...

Écrit par : Blumroch | 19/02/2018

Je m'aperçois que je n'ai pas donné un sens à "bon sens" ou à "sens du réel". En quelques mots : appréciation lucide d'une situation, compréhension des raisons qui en expliquent l'origine, déduction des remèdes et corrections à envisager pour que les responsables soient empêchés de nuire et que la situation finisse par n'être plus qu'un mauvais souvenir.
Ce n'est pas gagné, à considérer nos mécontemporains, trop heureux d'espérer que la foudre tombera sur leurs voisins plutôt que sur eux.
J'commence à me dire que dans *Witness*, la très belle scène de la construction collective de la grange, c'est de la science-fiction. ;-)

Écrit par : Blumroch | 19/02/2018

@Blumroch le cataclysme me semble désormais être notre seul espoir pour ne pas dire notre seule espérance

Écrit par : Paul-Emic | 19/02/2018

@Paul-Emic : "Je ne crois pas aux fantômes, mais j’en ai peur", aurait écrit la marquise du Deffand. Dans le même esprit, j'irais bien énoncer : "Je ne crois pas en Dieu, mais par Crom et les Autres Dieux, qu'Il en finisse !". ;-)
C'était d'ailleurs aussi le sentiment d'un écrivain qui, venant de découvrir les joie du catholicisme, formait aussitôt cette prière : que tout ce sinistre cirque se termine rapidement par le Grand Jugement -- non, ce n'est pas Raspail.
Comme le disaient les Allemands en d'autres temps, mieux vaut une fin avec épouvante qu'une épouvante sans fin. Et notre lente descente vers les abysses, avec à chaque jour sa mauvaise nouvelle, me lasse. Déjà diminué, je n'aimerais pas être incapable de me battre quand tout éclatera, et tant qu'à faire, j'aimerais mourir parmi les miens (je ne parle pas de ma famille, évidemment), et pas comme un mouton.

Écrit par : Blumroch | 19/02/2018

@Blumroch je crois que nous sommes beaucoup "ici" à partager les mêmes voeux que vous . Qu'on en finisse mais avec un certain panache et avant que l'on soit en chaise roulante.

Écrit par : Paul-Emic | 19/02/2018

Paul-Emic > Je m’immisce dans votre échange pour dire que parfois je aussi suis tenté par cette solution, mais quelque chose me retient, la lâcheté peut-être, la vue des enfants même si je n'en ai pas, la quiétude de certains moments où on oublie l'ordure de l'époque...

Écrit par : Pharamond | 20/02/2018

@Pharamond : La perspective d'une période de sauvagerie n'a évidemment *rien* pour susciter l'enthousiasme chez les gens *raisonnables*, et ce n'est pas être lâche que de l'envisager avec beaucoup de réticences. Tout sanguinaire que je semble (ah ah, only serious !), je n'aime pas plus que vous cette solution, quand bien même je la pense, de plus en plus, seule susceptible de redistribuer les cartes, dans le sang et les larmes puisque les appels à la rationalité sont restés sans aucun effet depuis des décennies. Au reste, n'étant pas survivaliste, je suis certain de ne pas en voir la fin, de ces futurs temps de troubles et d'affrontements. Je me dis quand même qu'on ne peut pas continuer encore longtemps sur cette lancée sans réagir sous la forme d'un baroud d'honneur : la quantité l'emportera sur la qualité, mais elle *devrait* avoir à en payer le prix.
Au reste, on ne saurait nettoyer les écuries d'Augias avec un plumeau, comme le disait Chamfort.

Écrit par : Blumroch | 20/02/2018

Blumroch > Encore faut-il avoir la capacité" de détourner un fleuve. Je crains que toute tentative dans le sens d'un baroud d'honneur (déjà plus qu'improbable) ne fasse pas grand chose sinon quelques dégâts collatéraux et victimes innocentes. Nous sommes infiniment moins puissants que le Système et cruels que leurs supplétifs des rues. Pour finir la propagande s’arrangera pour que la population crache sur nos dépouilles.

Écrit par : Pharamond | 20/02/2018

@Pharamond peu importe sur qui vont cracher ces castrés, soit nous ne le verrons pas soit nous le verrons mais avec le regard de celui qui a accompli son devoir.
Cela dit, je n'ai pas plus de gaité de cœur que vous deux à envisager ce genre de solution, sortir de la routine et du confort relatif n'est en rien un plaisir, mais on sait que l'on nous en sortira de toutes façons. Un fin à la Du Barry ne me tente pas (encore une minute monsieur le bourreau)

Écrit par : Paul-Emic | 20/02/2018

@Pharamond : "All that matters is that soon, a few outnumbered men will stand against many, many animals... and die gallantly." comme il est écrit dans une aventure inédite de Conan. ;-)

Écrit par : Blumroch | 20/02/2018

@Pharamond : Nous avons déjà perdu, et je trouve cette réflexion chez Cousteau, dans un *Intra muros* qui aurait pu mieux s'intituler *Persiste et signe* : "Loin de nous donner tort, la défaite constituerait plutôt, en soi, une sorte de preuve par neuf de l'excellence de notre cause. C'est une loi historique presque constante qu'à l'inverse du dénouement des mélos populaires, dans la réalité, les Méchants finissent immanquablement par l'emporter sur les Bons." -- une leçon qui figure aussi dans *Last Action Hero*. ;-)
Cher et lucide PAC, intelligent et sec de coeur, qui comme moi a lu vingt fois *L'île des pingouins* sans lassitude. ;-)
Le plus contrariant, c'est quand même d'être vaincu non par une *intelligence* supérieure (ce qui serait moins déprimant) mais par une *masse* de nombreux crétins au Q.I. à deux chiffres.

Écrit par : Blumroch | 21/02/2018

@ Blumroch
L'avenir appartient aux imbéciles haineux, ça se vérifie déjà tous les jours

Écrit par : Paul-Emic | 21/02/2018

@Paul-Emic : Un avenir si proche qu'il est déjà présent. :-(

Écrit par : Blumroch | 21/02/2018

Aucun rapport ou presque avec le sujet du billet.

Notre club est déserté depuis plusieurs jours. J'ai pensé infliger au vide quelques lucides réflexions tirées de l'*Intra muros* de Pierre-Antoine Cousteau, mais cet article du Taki's Magazine pourrait convenir, lui aussi :

http://takimag.com/article/america_needs_a_civil_war_christopher_degroot

"Guerre civile" n'est sans doute pas l'expression qui convient, mais tout le monde comprend ce qui est en jeu -- faut admettre qu'on vit beaucoup sur des approximations. ;-)

Écrit par : Blumroch | 23/02/2018

ils ne le disent pas mais ils sont tous partis sacrifier au dieu de la Consommation sur les pentes enneigées. Veau d'or quand tu nous tiens !

Écrit par : Paul-Emic | 23/02/2018

Il est rassurant cet article, il y a une vraie identité de pensée entre les deux rives que ce soit à gauche comme à droite. Comme généralement chez eux ça commence au moins 10 ans avant nous il n'y a plus qu'à observer et prendre des notes.

Écrit par : Paul-Emic | 23/02/2018

@Paul-Emic : C'est toujours mieux que de les imaginer partis commenter chez *Causeur* ou *Valeurs Actuelles* ! ;-)
Y'a plus qu'à lancer #LeDésertDesCommentateurs.

Écrit par : Blumroch | 23/02/2018

je n'ai pas encore fait mon coming out touitérien (touitophile, touitophage ?)

Écrit par : Paul-Emic | 24/02/2018

Paul-Emic > Etre pleurés par le peuple en gros plan après avoir été zigouillés par les oppresseurs comme dans les films soviétiques je trouve que c'est le minimum.

Non, pas de pentes enneigées pour moi, juste un coup de main pour des travaux chez des amis.

Blumroch > je ne sais pas si les méchants" gagnent toujours - sans oublier que l'on est toujours le méchant de l'autre - mais ils gagnent souvent.

Écrit par : Pharamond | 25/02/2018

Les commentaires sont fermés.