Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/12/2017

Le jeu des deux images (295)

Comme son nom l'indique il s'agit de deux images qui doivent vous permettre par analogie de deviner l'identité d'une personnalité vivante ou défunte.

 

295a.jpg

295b.jpg

Commentaires

Byzance et guillaume il faut que je mette mes neurones à chauffer, mais ça me plait de déflorer le sujet

Écrit par : Paul-Emic | 07/12/2017

En l'occurrence Ce serait plutôt Harold (c'est écrit dessus) reste plus qu'à mettre les deux en relation :-)

Écrit par : Paul-Emic | 07/12/2017

Je profite honteusement d'un moment d'insomnie pour prendre de vitesse, peut-être, les vrais historiens érudits du blog. Au terme d'une rapide enquête, nous avons donc une vue de Constantinople et une portion de la tapisserie de Bayeux représentant un couronnement. La seconde image évoque donc le roi Harold "Godwinson" II d'Angleterre qui avait été choisi pour succéder à Edouard le Confesseur, l'emportant sur Harald "Hardrada" III, roi de Norvège, lui aussi prétendant au trône. Harald avait passé quelques années d'exil à Constantinople dans la garde varangienne avant de se lancer dans l'aventure qui devait lui être fatale.

Je vote donc pour Harald III.

*Mutatis mutandis*, l'*Imperium* de la royauté évoque évidemment l'estimable et courageux Francis Parker Yockey, plus connu en tant qu'Ulick Varange, évoqué par Bardèche dans le délicieux *Suzanne et le taudis*.

Écrit par : Blumroch | 07/12/2017

ça pourrait aussi être Robert I Le Magnifique le papa de Guillaume passé par Constantinople et mort lors de ce pèlerinage bien que ce soit complètement tiré par les cheveux

Écrit par : Paul-Emic | 07/12/2017

Si mon hypothèse est fausse, j'entends rejeter le blâme sur les deux sources utilisées, par flemme, pour rafraîchir ma mémoire défaillante (je vieillis et l'histoire des grands bretons ne m'a jamais été une passion) : l'Universalis de 1995 pour Vindoze 3.1 ainsi que l'Axis de 2002 pour Vindoze 98 !

Écrit par : Blumroch | 07/12/2017

Le Croisic l'année où la Côte sauvage à été menacée par deux énormes crocodiles blancs du Nil, attirés là par le réchauffement des clématites. Nous, les anciens, nous en souvenons encore. Ce fut difficile de s'en défaire.

Et l'apparition la-bas, à droite, de la guillotine, prétendument inventée par qui vous savez. En fait, il a copié.

Personnage de synthèse ? Je ne cherche pas, je mets le bisou et le bouquet en chauffe.

Écrit par : Carine | 08/12/2017

Paul-Emic > Tu avais les éléments, mais ce n'est pas Robert I Le Magnifique.

Blumroch > Bravo c'est bien Harald "Hardrada" III de Norvège. Personnage méconnu, mais à la vie pourtant bien remplie.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Harald_III_de_Norv%C3%A8ge

Carine > Ce ne sont pas des crocodiles blancs géants , mais des mouettes. Quant à savoir si elles sont joviales...

Écrit par : Pharamond | 08/12/2017

@Pharamond : "Vie bien remplie", en effet, comme le démontre votre lien. Kikipédia évite trop souvent d'acheter les livres que ses trolls copistes ont pillé tranquillement (et plus ou moins correctement). ;-) On en irait se replonger dans les ouvrages du grand Régis Boyer.

Écrit par : Blumroch | 08/12/2017

J'ai lu un roman historique sur le personnage. Un livre passionnant par son personnage et l'époque quoique un peu racoleur écrit par un historien. Le livre de Boyer doit être autrement plus intéressant.

Écrit par : Pharamond | 08/12/2017

Pharamond
Mince alors, je ne reconnais même plus les copines !

Bravo, bisou et bouquet pour Blumroch.

Écrit par : Carine | 08/12/2017

@Carine : Merci !
J'ai simplement eu la chance d'être parmi les premiers à voir l'énigme et d'être dans les derniers à avoir des programmes Win32/Win98SE. ;-)
L'hypothèse de Carine pour la seconde image est amusante, qui évoque une anecdote rapportée dans les mémoires apocryphes du bourreau Sanson.

Écrit par : Blumroch | 08/12/2017

Je ne trouve plus mon exemplaire de l'ouvrage signé Charles-Henri Sanson, *La révolution française vue par son bourreau*, au Cherche-Midi. Y figure une anecdote invérifiable, dont la force symbolique est grande : Louis XVI, meilleur mécanicien que roi, aurait exprimé de l'intérêt pour l'égalitariste future guillotine. Au vu des plans, il aurait recommandé à ses concepteurs, pour le tranchant, la forme oblique, de préférence à la forme en croissant prévue originellement.
Si c'est vrai, quelle tragique ironie... C'est beau comme John Galt expliquant à ses tortionnaires comment faire fonctionner leur machine !

Écrit par : Blumroch | 08/12/2017

Carine > Ce sont peut-être des goélands, vos cousins un peu rustiques...

Blumroch > L'histoire semble trop belle pour être vraie, mais qui sait ?

Écrit par : Pharamond | 09/12/2017

@Pharamond : Balzac *aurait* participé à cette forgerie, avec autant de talent et de vraisemblance que dans ses *Maximes* de Napoléon, presque toutes fabriquées et concentrées.

Écrit par : Blumroch | 10/12/2017

Cette histoire d'amélioration de la guillotine par Louis XVI serait ce qu'on nomme aujourd'hui une légende urbaine parait-il. Toutefois il y a participé car certainement les projets lui ont été soumis comme il était de règle . Lui, qui était effectivement versé dans la mécanique a pu émettre un avis éclairé à deux titres, celui de roi et celui de serrurier, c'est à dire de mécanicien de précision.

Écrit par : Paul-Emic | 10/12/2017

@Paul-Emic : Le roi comme mécanicien de précision, c'est *presque* une méchanceté déguisée en compliment. ;-)
Je pense l'anecdote *vraisemblable*, même si j'ai lu des avis allant dans les deux sens. Pierre Nord expliquait que pour les services secrets, rien n'était jamais *certain* mais au mieux *très probable* : ainsi, les maximes que le génial Balzac prête à Bonaparte sont sans doute, dans une large mesure, inventées, mais elles sont si vraisemblables qu'on les a souvent prises pour vraies... avec raison.

Écrit par : Blumroch | 10/12/2017

@Blumroch, il ne faut pas oublier que l'on vit l'époque de l'Encyclopédie, c'est à dire la vulgarisation des savoirs et des techniques. C'est probablement la raison qui a poussé les éducateurs du roi à lui enseigner un métier manuel . La serrurerie et l'horlogerie étaient des techniques de pointe et il n'est pas injurieux de dire de Louis XVI qu'il était aussi un mécanicien de précision, surtout en opposition à la classe des aristocrates qui affectaient de de rien foutre de leurs dix doigts, à peine la guerre et encore.

Écrit par : Paul-Emic | 10/12/2017

@Paul-Emic : *Absolutely no offense intended*, comme le soulignait le "smiley". Ayant englobé le roi *et* le serrurier dans le mécanicien de précision, j'ai eu la vision soudaine et cocasse du royaume conçu comme une grande horloge, d'où la taquinerie (ordinairement, les monarchistes préfèrent des analogies avec le vivant plutôt qu'avec des mécanismes tels que les ressorts et les engrenages). J'aurais été mieux inspiré de m'exprimer plus précisément, ou de me taire -- ça viendra.
Hélas pour l'ordre social, les qualités d'un bon artisan ne sont pas celles d'un bon roi.
En tout cas, l'anecdote m'avait frappé, dans ce livre fort intéressant, écrit ou non par le bourreau Sanson.

Écrit par : Blumroch | 10/12/2017

Pas d'offense je ne suis pas un monarchodolatre . Je suis monarchiste parce que la démocratie nous a amplement demontré qu'elle ne menait nulle part ailleurs qu'à des massacres et des guerres

Écrit par : Paul-Emic | 10/12/2017

@Paul-Emic : J'aime bien la raison que Jacques Perret avançait, savoir qu'être monarchiste lui épargnait la honte de se choisir un maître. ;-)

Écrit par : Blumroch | 10/12/2017

C'est une bonne définition/raison

Écrit par : Paul-Emic | 10/12/2017

Écrire un commentaire