Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2017

Histoire... (142)

Le Moyen Âge au cinéma – Entretien avec Claire Colombi

Commentaires

Claire Colombi est excellente et remet les pendules à l'heure solaire. C'est beaucoup plus intéressant que "Survivre avec les loups" ;o)

Écrit par : téléphobe | 23/11/2017

Avec Misha Defonseca, la Mowgli casher qui en fait ne l'était pas ?

Écrit par : Pharamond | 23/11/2017

Je veux espérer que, dans son livre, probablement aussi estimable qu'inessentiel, cette dame sympathique mentionne aussi *La rose et la flèche* (une vision désenchantée du mythique Robin objet, chez Ayn Rand, d'une haine vigilante), *The last valley* (le Capitaine est une figure inoubliable) ainsi que *La chair et le sang* (l'héritier et sa fiancée, dépourvus de tout scrupule, forment un couple monstrueux) -- même si dans ce dernier cas, nous ne sommes presque plus dans un Age dit moyen (mais toutes les époques ne sont-elles pas des époques de transition entre le moins pire et le pire, dans une infernale descente en spirale vers les abysses ?).
En tout cas, à l'écouter, son travail n'apporte vraisemblablement pas grand-chose aux études de Régine Pernoud (entre autres), qu'elle a l'élémentaire honnêteté de mentionner comme en passant. Que de livres inutiles dans l'absolu, même quand ils professent d'argumentées, justes et respectables opinions ! Ainsi, nul ne devrait avoir l'audace d'écrire sur la révolution dite française après l'ouvrage lumineux de Gaxotte (le préfacier d'une réédition chez un éditeur communiste en faisait d'ailleurs l'aveu à mots couverts, voici quelques années).
Considérant que tout ce qui devait être pensé l'a déjà été, le meilleur des nouveaux livres, c'est une bibliographie, et même : une bibliothèque. Une intelligente censure s'imposerait pour décourager la publication (je n'ai pas dit : la rédaction) d'écrits nouveaux et inutiles -- ainsi de ce commentaire ;-) -- qui n'ont d'autre objet que de témoigner de quelques élémentaires et honnêtes qualités intellectuelles sans génie particulier. Nous devrions être plus nombreux à priver d'éventuels lecteurs de nos lumières honorables mais redondantes.
Enfoncer les portes ouvertes ("Ciel ! le cinéma est un moyen de propagande !", "Horreur ! nos ennemis mentent !", "Stupéfaction ! le Système veut notre mort !" et autres exclamations *ejusdem farinae*), c'est un exercice très facile. S'agirait pour nos trop nombreux beaux esprits de cesser de constater ou d'analyser, avec plus ou moins de bonheur, la situation, pour chercher, si c'est encore possible, des *remèdes* et même ce fameux *remède à tout* que méditait un situationniste trop peu connu.
Incidemment, "le" Moyen-Age (que les mânes de Jacques Heers me pardonnent cette simplification !) n'est évidemment pas la seule époque à être caricaturée par des incultes, des demi-habiles ou des menteurs, à la télévision ou dans des livres et articles de propagande : Rome aussi, et nos féministes mâles et femelles, à défaut de se plonger dans les textes, devraient lire *L'émancipation féminine dans la Rome antique* de Guy Fau, qui illustre parfaitement ce point énoncé par Jünger dans *Le problème d'Aladin* : une *bonne* tête est libre quels que soient l'époque, le régime, l'ordre social et même (j'ajoute cette précision qui était inutile en d'autres temps plus heureux) son sexe.

Écrit par : Blumroch | 25/11/2017

"La vallée perdue" se passe pendant la Guerre de Trente ans, soit plus d'un siècle après la fin du Moyen-Age ;-)

A mon avis, si quelque chose peut être encore changé ce n'est qu'en intéressant les jeunes générations et on ne le fera pas en les restreignant à lire les classiques aussi lumineux soient-ils. Ce n'est qu'en parlant leur langage, avec la vidéo, avec l'humour, que l'on peut recruter. S'il le faut ils viendront eu-mêmes aux classiques. Oui, tout a été dit, mais face aux rabâchage de l'adversaire le nôtre est plus que nécessaire. Louis de Bonald n'a-t-il pas dit :
"Entre l'inconvénient de se répéter, et celui de ne pas être entendu, il n'y a pas à balancer."

Quant aux "bonnes" têtes, l'histoire en est pleine qui ont transcendé leur condition. Paradoxalement avec la pseudo démocratie libératrice les élites peut-être à cause de la cooptation se sont abêties.
Il est a noter que la bien-pensance récupère les personnages atypique pour en faire des héros de la lutte contre la discrimination, des rebelles, des féministes... histoire de les enrôler. Et Jeanne d'Arc aurait voté Mélenchon si on les écoute.

Écrit par : Pharamond | 25/11/2017

@Pharamond : Chaque historien choisit les limites de la période, même aux limites toujours floues (ainsi de la fin de Rome). ;-) Et je ne laisse jamais passer une occasion de mentionner *The last valley* !
D'ailleurs, tout ce qui a précédé 1981 (au mieux 1968), c'est le moyen-âge, aux yeux de la modernité ("On n'est plus au Moyen-Age, m..., quoâ !").
Quant aux jeunes, ne sachant pas lire (et on ne saurait leur en vouloir à considérer l'éducation qu'ils ont reçue), ils n'iront jamais vers les classiques. Ratier, avec un petit souci de boutiquier, me disait déjà dans les années 1990 être effrayé de voir les enfants de ses clients délaisser la lecture et ne plus acheter de livres, même quand par hasard ils avaient encore les opinions de leurs parents, lecteurs, eux.
Mauvaise idée moderne, que de croire que le savoir est ludique.

Écrit par : Blumroch | 25/11/2017

Oui l'histoire n'est pas une science exacte et livrée à l’arbitraire. En parlant de flou et de fluctuation je me souviens que l'on disait dans ma jeunesse que pour les Parisiens l'Afrique commençait au sud de la Loire pour moquer leur sentiment de supériorité. Il est amusant de penser qu'ils sont maintenant plus africains que les 9/10e de la Province.
Quant au savoir ludique c'est une erreur, je suis d'accord, voir les musées et les monuments historiques seulement préservés d'être des Disneyland par la seule impécuniosité des caisses étatiques.
Mais puisque nous en sommes là, essayons de faire avec.

Écrit par : Pharamond | 25/11/2017

"Le soc de la charrue n'est pas fait pour le compromis" (Michaux, dans *Poteaux d'angle*, sauf erreur de ma part). ;-)

Écrit par : Blumroch | 25/11/2017

Sans doute, mais parfois certains terrains nécessitent plutôt une herse qu'une charrue.

Écrit par : Pharamond | 25/11/2017

Mieux que philosophe (la longue liste des sujets à ne plus mentionner en société), mieux que sophiste, vous voilà philosophiste ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 27/11/2017

Il ne nous reste plus qu'à ouvrir une école... et à définir ce qu'on y trouvera.

Écrit par : Pharamond | 27/11/2017

L'ignorétique, évidemment. Mais sans moi : je n'ai aucun talent de pédagogue. ;-)

Écrit par : Blumroch | 27/11/2017

Écrire un commentaire