Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/06/2017

Tendance

Je croyais que nous avions atteint depuis quelques années le fond de la négligence et du mauvais goût vestimentaire avec l'invasion des trottoirs et des lieux de travail par les tongs qui n'auraient jamais dû quitter les plages et leurs abords ni franchir les limites de la résidence de leurs possesseurs, or voici l'arrivée massive des claquettes qui se portent avec ou sans chaussettes avec une égale laideur (j'en ai vues, ô injure au simple bon sens, en fourrure !). Venues des stations thermales et des bords de piscine elles disputent depuis cette année avec la connivence des grands noms de la couture et du show-biz la place aux tongs. Les sandales et les chaussures en toile étant, j'imagine, insupportables à porter en ces étés de réchauffement climatique.

laquettes-de-piscine-620x0-2.jpg

Commentaires

Franchement, la photo fait mal aux yeux !

Signe des temps, je suis bien en peine de déterminer le sexe de cet individu...

Écrit par : Arthourr | 26/06/2017

On ne voit pas qu'il y ait encore à se répandre en propos déclinistes, discriminatoires, phobiques et haineux.
Une modeste connaissance en militaria fait reconnaître la tenue réglementaire d'été du voltigeur des compagnies unisexuelles de voirie parisienne (CUVP) du début du XXIe siècle : vareuse de coutil claire, culotte en peau de Suède molletonnée, giberne de cuire noir assorti, sandales.
Ces unités municipales veillaient aux droits des minorités et des femmes sur les trottoirs du nord-est parisien, sans préjudice du respect dû aux coutumes issues de la diversités.

Écrit par : Nathanaël | 26/06/2017

Il est pas très à la mode cet individu, il lui manque les tatouages sur les pieds (licorne en folie, arc en ciel, fleur, citation latine -et autre- la plus connement sentencieuse possible ect...)

Et il lui manque aussi le carlin/cocker/bouledogue français -et même anglais maintenant- à coté.

Sinon, le mauvais gout, c'est le truc le plus partagé, pourvu que ce soit la mode la plus stupide possible.

Écrit par : vryko | 26/06/2017

Et le pantalon spécial rollers renforcé aux genoux ...

Écrit par : Carine | 26/06/2017

J'ai beau essayer de me tempérer, je préfère le bruit des bottes au silence des claquettes.

Écrit par : Coach Berny | 26/06/2017

Arthourr > La photo vient du site Girlalamode, c'est peut-être un indice, mais je ne garantis rien.

Nathanaël > ce pourrait être le sujet d'une nouvelle cette compagnie. Et ses unités seront non armées j'imagine.

vryko > Il ne fallait pas distraire l'attention des somptueuses chaussures.

Carine > Cela participe au grotesque de l'ensemble.

Coach Berny > Encore que les claquettes ne soient pas si silencieuses, d'où leur nom.

Écrit par : Pharamond | 26/06/2017

Les individus ("choses" !?) capables de s'accoutrer de la sorte rejoignent inévitablement la longue liste des gens que j'ai envie de taper gratuitement, quelque part entre le néo-bab piercé-tatoué-dreadlocké habillé en sac à quinoa Max Havelaar et le blanc-bec suburbain attifé à la bougne (survêt' Haddidas, casquette posée sur le sommet du crâne, doudoune à capuche fourrure arcylique, smartphone à la main avec haut-parleur pour faire profiter aux gens sains de son rap antifromages sous-hommesque).

Le mauvais goût, comme l'écrit vryko, est la chose la plus partagée - il permet au snob de se démarquer, et au beauf d'étaler son laisse-aller esthétique ; le mauvais goût a quelque chose de très démocratique, au fond.

Écrit par : Blaise Suarès | 27/06/2017

Blaise Suarès > L'avachissement comme idéal...

Écrit par : Pharamond | 27/06/2017

Écrire un commentaire