Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/01/2017

Musique (441)

Les tendres souhaits de Charles-Henri Ribouté, mis en musique par Antoine Albanèse et interprété par Claire Lefilliâtre et Le Poème Harmonique 

Que ne suis-je la fougère,

Où, sur la fin d'un beau jour,

Se repose ma bergère,

Sous la garde de l'amour ?

Que ne suis-je le zéphyr

Qui rafraîchit ses appas,

L'air que sa bouche respire,

La fleur qui naît sous ses pas ?

Que ne suis-je l'onde pure

Qui la reçoit en son sein ?

Que ne suis-je la parure

Qui la couvre après le bain ?

Que ne suis-je cette glace,

Où son miroir répété,

Offre à nos yeux une grâce,

Qui sourit à la beauté ?

Que ne puis-je par un songe,

Tenir son cœur enchanté ?

Que ne puis-je du mensonge

Passer à la vérité ?

Les dieux qui m'ont donné l'être,

M'ont fait trop ambitieux.

Car enfin je voudrais être,

Tout ce qui plaît à ses yeux.

 

Source : Wikipédia

 

La fille au roi Louis (anonyme du Xve siècle) interprété par Claire Lefilliâtre et Vincent Dumestre et Le Poème Harmonique

Le roi Louis est sur son pont,

Tenant sa fille en son giron ;

Elle se voudrait bien marier

Au beau Déon, franc chevalier.

 

« Ma fille, n'aimez jamais Déon,

Car c'est un chevalier félon ;

C'est le plus pauvre chevalier

Qui n'a pas vaillant six deniers.

 

J'aime Déon, je l'aimerais,

J'aime Déon pour sa beauté.

Plus que ma mère et mes parents,

Et vous, mon père, qui m'aimez tant.

 

Ma fille, il faut changer d'amour,

Ou vous entrerez dans la tour.

J'aime mieux rester dans la tour,

Mon père, que de changer d'amour.

 

Et vite, où sont mes estafiers,

Mes geôliers, mes guichetiers,

Qu'on mette ma fille en la tour :

Elle n'y verra jamais le jour. »

 

Elle y fut bien sept ans passés

Sans que personne la put trouver.

Au bout de la septième année,

Son père vint la visiter :

 

« Bonjour, ma fille, comment vous va ?

Hélas, mon père, il va bien mal :

J'ai un côté mangé des vers,

Et les deux pieds pourris ès fers.

 

Mon père, avez-vous de l'argent,

Cinq à six sous tant seulement ?

C'est pour donner au geôlier,

Qu'il me desserre un peu les pieds.

 

Oui-da, ma fille, nous en avons,

Et des mille et des millions :

Nous en avons à vous donner,

Si vos amours voulez changer.

 

Avant que changer mes amours,

J'aime mieux mourir dans la tour.

Eh bien ma fille, vous y mourrez,

De guérison point vous n'aurez. »

 

Le beau Déon, passant par là,

Un mot de lettre lui jeta :

Il y avait dessus écrit :

« Belle, ne le mettez en oubli ;

 

Faites-vous morte ensevelir,

Que l'on vous porte à Saint-Denis ;

En terre, laissez-vous porter,

Point enterrer ne vous lairrai. »

 

La belle n'y a pas manqué,

Dans le moment a trépassé ;

Elle s'est laissée ensevelir,

On l'a portée à Saint-Denis.

 

Le roi va derrière en pleurant,

Les prêtres vont devant en chantant :

Quatres-vingts prêtres, trente abbés,

Autant d'évêques couronnés.

 

Le beau Déon passant par là :

« Arrêtez, prêtres, halte-là !

C'est m'amie que vous emportez,

Ah ! laissez-moi la regarder ! »

 

Il tira son couteau d'or fin

Et décousit le drap de lin :

En l'embrassant, fit un soupir,

La belle lui fit un souris :

 

« Ah ! voyez quelle trahison

De ma fille et du beau Déon !

Il les faut pourtant marier,

Et qu'il n'en soit jamais parlé.

 

Sonnez, trompettes et violons,

Ma fille aura le beau Déon.

Fillette qu'a envie d'aimer,

Père ne l'en peut empêcher ! »

 

Quatre ou cinq de ces jeunes abbés

Se mirent à dire, tout haut riant :

« Nous sommes venus pour l'enterrer,

Et nous allons la marier ! »

 

Source : Chants populaires français 

Commentaires

Sublime.

Il y a aussi d'autres morceaux, moins connus, que j'aime aussi, un peu la "variétoche" de l'époque :-)

https://www.outhere-music.com/fr/albums/coeur-airs-de-cour-francais-de-la-fin-du-xvi-e-siecle-alpha-213/pistes

Le drôle (4) "Allons vieille imparfaite" et le très entraînant (8) "Les Mariniers".

Il y a de quoi faire !!!

https://www.outhere-music.com/fr/artists/le-poeme-harmonique/releases


Mais ma préférée:

https://youtu.be/5NRbXmdnRoE

Écrit par : UnOurs | 03/01/2017

Arf, pas vu la seconde chanson ;-)

Écrit par : UnOurs | 03/01/2017

Pour me faire pardonner, une autre interprétation, différente, plus rapide, mais aussi très belle:

https://www.youtube.com/watch?v=6qiTGnZxM2I

Écrit par : UnOurs | 03/01/2017

Sympa ces morceaux. Pour "La fille au roi Louis", je crois bien que c'est même toi qui me l'a fait connaître dans un commentaire. L'interprétation masculine est agréable, dommage que le son ne soit pas terrible.

Écrit par : Pharamond | 04/01/2017

Oui, l'interprétation est émouvante, mais l'accordéon est de trop.

Écrit par : UnOurs | 04/01/2017

J'ignore si c'est l'accordéon, mais il y a une sorte de saturation du son assez pénible et qui ne permet pas d'apprécier le morceau à sa juste valeur.

Écrit par : Pharamond | 05/01/2017

Les commentaires sont fermés.