Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2015

Lâches

« C'est un lâche ! » disons-nous parfois en guise de conclusion. Mais à partir de quand sommes-nous lâches ? Ne l'avons-nous pas tous été dans notre vie ? De petites lâchetés, peut-être justifiées, mais que nous préférons tout de même enfouir dans notre mémoire.

Et il y a celui chez qui ce trait de caractère semble occulté les autres, paraît guider sa manière de vivre. Encore qu'ici on puisse distinguer, il me semble, deux grandes figures ; celle de celui qui cède par habitude, par facilité, par intérêt, par manque de moralité et de dignité, et qui n'en garde aucun trouble et l'autre, celle du maudit, du tourmenté qui s'en veut d'agir ainsi mais chez qui quelque chose un jour s'est brisé et n'a jamais pu être réparé.

 

Commentaires

L'avis simpliste du Coach :
- La lâcheté est un rapport de force défavorable, un lâche ne peut être que fort avec les faibles et faible avec les forts.
- S'il fait l'inverse c'est du suicide.
- Mais, se donner la mort, est-ce une lâcheté ?.
(ou ai-je mis le Doliprane, je suis meilleur dans les programmes de remise en forme, si ça vous tente ?)

Écrit par : Coach Berny | 12/11/2015

C'est compliqué. Parfois affronter quelqu'un ou un système bien plus fort que soit n'est simplement pas envisageable. Est-on lâche pour autant. Où ce trouve la frontière entre la lâcheté et la prudence, le courage et la témérité ? Quant au suicide, je crois qu'il est bien souvent au-delà de ces concepts. (Si vous trouvez le Doliprane...)

Écrit par : Pharamond | 12/11/2015

Dans vos deux "grandes figures" le premier n'a plus aucun message de sa conscience.
La second a encore la capacité de comprendre les messages de sa conscience.
Il est en plein dans ce que je considère - mais c'est mon côté chrétien qui parle - comme la "malédiction" de l'homme déchu, marqué et affaibli par le pêché originel.
"je ne fais pas le bien que je voudrais faire et je fais le mal que je ne voudrais pas faire"
On trouve la locution sous la plume de Saint Paul, mais également sauf erreur de ma part sous le calame d'Ovide (en tout cas d'un auteur grec ou latin fortement teinté de philosophie grecque)

Écrit par : Popeye | 13/11/2015

Popeye > Le vrai maudit est sans doute celui-ci.

Écrit par : Pharamond | 15/11/2015

@ Pharamond
Je me perds toujours entre celui-ci et celui là.
Vous pouvez préciser?

Écrit par : Popeye | 16/11/2015

Les commentaires sont fermés.