Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/10/2015

Champ d'étoiles (12)

Mercredi 24 juillet 2002

10me étape – De Saint-Palais à Saint-Jean-Pied-de-Port – Environ 30 km

Longue étape sous un ciel couvert avec quelques gouttes.

Pris le petit déjeuner et fait la vaisselle avec 2 jeunes pèlerins (Élie et un ami), ils sont végétariens et portent un tout petit sac à dos.

J'ai quitté Saint-Palais depuis quelques kilomètres quand je vois tomber une vache devant moi. Elle était dans un pré en surplomb de la route et a chuté en voulant brouter l'herbe qui pousse sur son pourtour. Elle s'est blessée à une patte. Je reviens sur mes pas vers une maison que j'ai dépassée. Le propriétaire voyant que je suis un pèlerin me propose de l'eau et des coquilles Saint-Jacques posées près de son portail. Je lui explique rapidement la situation. Il connaît la fermière et nous montons en voiture. En fait, la maison de l’intéressée est juste un peu après le pré, j'aurais dû continuer au lieu de faire demi-tour. Pendant que je reste près de la route pour faire ralentir les quelques voitures qui passent, la vache reste hébétée au milieu de la chaussée, mon chauffeur explique la situation à la fermière, une petite femme âgée et vive. Elle peste contre sa bête, et "une belle en plus", pour qui elle va devoir appeler le vétérinaire et l’aiguillonne pour qu'elle monte la pente et retourner au pré. Elle boite beaucoup et gravit avec peine. Je dis à sa propriétaire qu'elle a peut-être mal, ce à quoi celle-ci me répond que mal ou pas elle doit remonter parce qu'on ne peut pas faire autrement. Ce qui, ma foi, est juste. Elle nous remercie et nous nous séparons.

Je passe la stèle Gibraltar où les voies de Vézelay, du Puy et celle de Tours, celle que j'emprunte, se rencontrent.

Les 2 jeunes avec qui j'ai déjeuné me rattrapent, l'avantage de la jeunesse et de porter léger sans doute. Discussion agréable. Chemin faisant, ils cueillent des baies pour s'en nourrir. Puis nous nous séparons à nouveaux quand ils retrouvent d'autres pèlerins en train de manger. Je continue. Dans les bois, en l'absence de signalisation, j'hésite entre deux chemins. Heureusement je rencontre deux randonneurs qui font une étape "pour voir". Ils me montrent la bonne direction et nous faisons un bout de route ensemble puis je les laisse à Ostabat où ils s'arrêtent pour casser la croûte.

À la Madeleine, je téléphone à Pascal qui me dit avoir pris un billet pour demain. Il n'est pas très chaud pour se lancer dans une étape à peine arrivé et moi pour rester deux nuits à Saint-Jean. Je vais y réfléchir.

Arrivée à Saint-Jean-Pied-de-Port. À l'accueil pèlerins on me conseille d'aller demain jusqu'à Huntto à quelques kilomètres pour m'avancer un peu vers Roncevaux. Saint-Jean est une très belle petite ville, articulée autour d'une rue principale étroite qui fourmille de touristes et de pèlerins. Beaucoup prennent le train jusqu'ici pour commencer leur pèlerinage, histoire de franchir le col de Roncevaux. Ajouté au fait que trois voies se sont rejointes peu avant cela fait que je suis loin de la solitude de mon début de périple. Je n'ai pas envie de dormir dans un gîte surpeuplé et je choisis un petit hôtel avec une jolie vue. En ville deux personnes se renseignent auprès de moi pour leur cousin qui doit partir de Bordeaux. 

b.jpg

En quittant Saint-Palais, les Pyrénées à l'horizon

Commentaires

Port signifiant « col » en gascon, vous êtes donc au pied du port. Il ne reste plus qu'à appareiller vers les nuages !
(Saint-Jean ne compte qu'environ 1500 âmes, étonnant non ?)

Écrit par : Coach Berny | 04/10/2015

Coach Berny, on parle de vous dans le dernier journal de Didier Goux.

Écrit par : Jazzman | 04/10/2015

@Jazzman : merci, c'est la gloire !

Écrit par : Coach Berny | 05/10/2015

Coach Berny > Oui, on croirait la ville plus importante.

Écrit par : Pharamond | 05/10/2015

Les commentaires sont fermés.