statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2014

Musique (363)

Jasmin Winans

The City Surf 

Beacon

Bring your back 

The National

I need my girl

30/12/2014

Crime haineux

Dans le film Hate crime de James Cullen Bressack, trois néo-nazis débiles et sadiques (pléonasme) pénètrent chez une gentille famille juive (pléonasme) qui fête l'anniversaire du dernier pour leur faire subir moult joyeusetés.

Il y a, semble-t-il, des gens pour faire ce genre de film et d'autres pour les visionner. 

Pour finir l'année

Ainsi Joey Starr a été invité à l’Élysée. Le plus décevant de l'hôte et de l'invité n'est peut-être pas la marionnette mal rembourrée de Bruxelles dont on n'est jamais surpris par une nouvelle bassesse faite à la Nation mais plutôt l'aimable trouvère multirécidiviste dont on aurait aimer plus de constance dans la rebellitude.

29/12/2014

Les cercles

Marc ouvrit les yeux, les cligna plusieurs fois avant de réussir à les garder entrouverts.

- Tu t’en vas ?

Stéphanie finissait d’enfiler sa jupe.

- Ouais.

- Tu peux rester un peu ?

- Non, j’ai des trucs à faire.

Marc n’insista pas et la regarda finir de s’habiller .

- On se voit ce soir au Pandémonium ? finit-il par demander.

- J’sais pas. Je t’appellerai.

Elle ramassa son sac et se pencha pour l’embrasser.

- Bon, je file.

- Fais gaffe à pas réveiller ma mère, elle doit encore pioncer.

Elle sortit et referma doucement la porte.

Il resta allongé, nu dans son lit défait, à se demander s’il allait essayer de se rendormir ou bien écouter de la musique. Il opta pour la deuxième solution et tâtonna sur le sol à la recherche de ses écouteurs. Bientôt les premiers accords de " The God of thunder " hurlèrent à ses oreilles. Il ferma les yeux et se mis à battre la mesure du pied en fredonnant :

I was raised by a demon

Trained to reign as the one.

I am the lord of the wasteland

A modern day man of steel

I gather darkness to please me

And I command you to kneel

Before the God of thunder

The God of rock'n'roll

- Bonjour Marc.

Il sursauta et rouvrit les yeux. Devant lui se tenait un homme qu’il n’avait jamais vu. Il s’arracha les écouteurs des oreilles.

- Qui êtes-vous ? Qu’est-ce que vous faîtes là ?

- Qui suis-je ? Tu peux me considérer comme un ami de passage. Ce que je fais là ? Je suis persuadé que tu le devineras très bientôt. Disons pour l’instant que je suis venu t’apporter certaines lumières.

Marc se redressa et ramassa un drap pour se couvrir le bas ventre.

- Quoi ? Je comprends rien à votre histoire, mais la porte est derrière vous, OK !

L’inconnu secoua la tête, l’air de dire que ce n’était pas des façons de se comporter.

- Bon, écoutez ... Monsieur "qui que vous soyez", vous allez me dire maintenant ce que vous faîtes ici exactement.

- Allons, Marc, est-ce bien raisonnable de parler ainsi à un ami ? Je me suis déplacé expressément pour que nous fassions une petite promenade tous les deux et voilà comment tu m’accueilles. Cela n’est pas grave. Mais maintenant, tu devrais t’habiller…Si tu veux, je me retourne.

- Attendez, y’a un truc que je pige pas là… A moins que… Je rêve. C’est ça, hein ? J’ai trop fumé hier et y’a un truc qui déconne dans ma tête. Hein ? Je vais me réveiller et tu seras plus là.

- Marc, tu vas finir par me vexer à me parler comme cela. Mais j’ai remarqué que tu me tutoyais, ce qui prouve que nous sommes sur la bonne voie. Cependant, nous perdons du temps et je te prierais de bien vouloir te presser.

L’intonation de la voix de l’inconnu avait changé, si jusqu’à présent elle était chaleureuse, elle était soudain devenue plus froide voire comminatoire et Marc se sentait de plus en plus mal à l’aise. Son regard parcourut la chambre à la recherche d’un objet qui aurait pu servir d’arme. Il s’aperçut alors que la pièce était éclairée d’une étrange façon comme si les meubles, les objets, et les murs eux-mêmes diffusaient leurs propres lumières.

- J’attends.

- Qu’est-ce qui se passe ici ? se mit à geindre Marc.

- Bon, résumons la situation. Surtout, n’hésite pas à m’interrompre si je fais une erreur, mais j’en doute fort. Tu t’appelles Marc, tu vis chez ta mère et tu es censé faire des études de philosophie, bien qu’à la faculté ta place reste souvent vide. Pour vivre tu revends des objets acquis de manière illicite et certaines substances prohibées. Mais cela m’importe peu, venons en à ce qui m’intéresse. Avec quelques amis, dont la charmante Stéphanie, vous fréquentez le Pandémonium, un bar gothique. Donc…

- Vous êtes flic ! hurla Marc en pointant l’index vers l’inconnu, trop heureux d’avoir trouvé une explication à peu près vraisemblable.

- Pas le moins du monde. Donc, disais-je, puisque tu sembles expert en diablerie, je suis venu pour que tu puisses parfaire tes connaissances grâce à une petite promenade en enfer.

- Où ?

- En enfer.

Marc se demandait s’il ne devenait pas fou, tout simplement. Peut-être qu’après tout, les maladies mentales arrivaient comme cela. Un matin, on se levait et on voyait et on attendait des choses qui n’existaient pas, sans doute une sorte de schizophrénie. Il ferma les yeux, pria pour que tout redevienne normal et les rouvrit lentement. Malheureusement, rien n’avait changé ; l’inconnu était toujours là et tout ce qui l’entourait irradiait toujours une étrange lumière.

- Bon… il y a sûrement une explication logique à tout ça…avança-t-il, plus pour lui-même que pour son interlocuteur.

- Ne cherche pas à gagner du temps, cela ne te servira à rien.

- Non… non, enfin si…j’sais plus.

- Ne pense pas, habille toi et suis moi.

- Vous me dites qu’on va visiter…l’enfer. C’est bien ça ?

- N’exagérons rien, ce sera juste une balade.

Marc s’assit sur le lit prêt à obéir quand il eut une idée, c’était sa dernière chance.

- Vous ne seriez pas engagez par mes potes pour me faire une blague ?

En disant cela il espérait de tout son cœur voir ses amis hilares surgir dans la chambre en le traitant de trouillard. Mais la porte restait désespérément close.

- J’attends, fit l’inconnu.

Le cerveau de Marc refusait de fonctionner ou plutôt ses pensées partaient dans tous les sens, vainement. Il se sentait horriblement seul. Malgré la bizarrerie de la situation, il n’arrivait  pourtant pas à imaginer qu’il se trouvait devant un envoyé du Démon. Il finit par se dire qu’il devait peut-être affronter cet individu, qui qu’il puisse être, et ne pas rester dans son lit en position d’infériorité. Malheureusement, il n’avait pour toute protection que le drap dont il s’était ceint la taille. Il se leva et fit deux pas vers l’inconnu en essayant de paraître déterminé.

- J’irai nul part avec vous. Entrez-vous ça dans le crâne. Cette histoire a assez duré, alors vous...

L’inconnu le coupa.

- Maintenant Marc tu vas te taire et faire ce que je te demande. J’ai été suffisamment patient avec toi. Pourquoi t’obstines-tu à nier l’évidence ? Comment expliques-tu que je me sois introduit dans ta chambre sans que tu t’en aperçoives, que tu m’aies entendu malgré la musique qui braillait dans tes écouteurs, que tout, autour de toi, ai pris cet aspect qui doit te paraître pour le moins curieux, que ta mère ne nous ai pas entendus alors que tu ne fais aucun effort de discrétion en parlant.

Il avait malheureusement raison et pensant soudain à sa mère, Marc se risqua à demander :

- Vous ne lui avez rien fait  ?

- Ne t’inquiète pas, elle est dans la cuisine en train de te préparer un bon petit-déjeuner.

A la recherche d’une ultime échappatoire, il dut se rendre à l’évidence, il allait devoir suivre cet inconnu car tout affrontement physique lui paraissait exclu. Et c’est la gorge serrée qu’il finit par demander :

- Vous me ramènerez …après.

- Bien sûr, ne crains rien.

- Euh…si vous voulez bien vous retourner, j’en ai pas pour longtemps.

L’inconnu sourit et ferma les yeux. L’idée d’en profiter pour le frapper traversa l’esprit de Marc, mais il préféra obtempérer et s’habiller rapidement.

- C’est bon.

- J’aime beaucoup ton T-shirt.

Dans la précipitation, Marc avait enfilé les premiers vêtements à sa portée et il arborait un T-shirt noir orné d’un démon à tête de chèvre entouré d’un pentacle.

- Je peux en changer si vous voulez, dit-il stupidement.

- Ça ira très bien. Maintenant viens me donner la main.

- La main ?

- Oui, mets-toi près de moi et donne-moi ta main.

Gauchement, il se mit à sa droite et prit la main tendue. Il avait craint un instant un contact froid et visqueux, car il avait fini par croire à l’impensable ; que cet individu était le Diable ou un de ses envoyés. Mais sa peau était douce et tiède et il réalisa avec effroi, qu’une seconde, un frisson de bien-être lui avait parcouru le corps.

- Prêt ?

Marc n’eut que le temps d’acquiescer de la tête et tout ce qui les entourait se désagrégea sans bruit en une myriade de particules multicolores qui s’éparpillèrent en tous sens, les laissant dans les ténèbres. Le sol sembla se dérober sous ses pieds et il serra plus fort la main de son guide. Mais déjà les particules multicolores revenaient et s’aggloméraient pour constituer un nouveau décor qui n’était plus celui de sa chambre. Quand ses yeux se furent habitués à la pénombre ambiante, il finit par distinguer ce qui semblait être un squat sordide ; une pièce aux murs lépreux au sol jonché de boîtes de conserve et de canettes de bières vides, d’ustensiles de cuisine éparpillés, de linge roulé en boule, de journaux et de détritus indéfinissables. De la lumière filtrait à travers les volets de la fenêtre. Et au milieu de cette misère, deux corps étaient vautrés sur un vieux matelas taché et défoncé, leur dos appuyé contre le mur. Celui de gauche avait basculé sur le côté et râlait doucement, c’était une fille très jeune, un filet de sang coulait depuis la saignée de son bras blanc et maigre. A côté d’elle, un garçon guère plus âgé, un garrot autour du bras, se plantait consciencieusement une seringue dans la veine, malgré les tremblements qui l’agitaient. Il tira sur le piston et un peu de rouge vint teinter le liquide dans le cylindre puis il s’en injecta lentement le contenu et retira son garrot. Les yeux mi-clos, il dodelina de la tête, arborant un rictus stupide. Il finit par fermer les yeux et appuya sa tête contre le mur.

- Ce n’est pas bien beau, n’est-ce pas ?

Marc sursauta, il avait complètement oublié la présence de son compagnon, fasciné par le nauséeux spectacle, bien qu’il eut encore sa main dans la sienne.

- Alors, c’est ça ? C’est ça l’enfer ?

- Oui, c’est cela. Mais une parcelle seulement, une minuscule parcelle.

Pour ne pas paraître troublé, Marc ironisa :

- Je pensais voir des flammes, des âmes damnées et des démons autour.

- Mais la balade ne fait que commencer, mon ami.

Et se fut de nouveau l’explosion multicolore. Ils se retrouvèrent dans un salon, mais tout autour d’eux était chamboulé : tiroirs de commode vidés de leur contenu et jetés à terre, armoire ouverte, lampe renversée qui diffusait une lumière pâle, bibelots brisés, vaisselle et linges jonchant le sol. Un gémissement derrière la table basse attira son attention. En se penchant, il vit une femme âgée couchée sur le ventre, les mains liés dans le dos avec du ruban adhésif. Ses vêtements étaient déchirés et son visage était tuméfié et ensanglanté. De la pièce voisine arriva soudain un rouquin d’une vingtaine d’années en survêtement. Il était blême et marmonnait :

- Mais putain c’est pas vrai, il est où son fric ?

Il s’approcha de la femme et lui agita quelques billets sous le nez.

- T’en as d’autres, hein ? Dis, t’en as d’autres ?

Il lui asséna un violent coup de pied dans le ventre.

Elle gémit et murmura quelque chose.

- Quoi ?

Le garçon mit un genou à terre pour mieux entendre.

Il se releva furieux.

- Pitié ? Quoi pitié ? Rien a foutre de toi !

Il se mit à faire les cents pas dans la pièce, agité de tics nerveux.

- Faut qu’elle parle bordel ! Faut qu’elle parle ! J’ai pas fait tout ça pour rien ? C’est pas possible !

Il pleurnichait et reniflait. Puis il sembla se décider et sorti un couteau de sa poche. Il s’essuya le visage du revers de sa manche et s’accroupit près de la vieille femme. La lame jaillit dans sa main.

- Tu vas parler, salope, ça je te le garantis.

Marc détourna son regard.

- C’est dégueulasse, souffla-t-il à son compagnon.

- Peut-être, mais nous n’allons pas rentrer si tôt, Marc. Il faut continuer.

- Qu’est-ce que vous allez me montrer maintenant ? des p’tits Noirs qui crèvent la dalle ? des mecs en train de se faire torturer dans une prison turque ? C’est ça ?

- Je pourrais bien sûr, mais pourquoi aller si loin ? Ta ville est pleine de ressources.

Et le décor explosa à nouveau. Cette fois ils se retrouvèrent dans ce qui semblait être une chambre d’enfant éclairée par une veilleuse. Sur le papier peint, des petits lapins jouaient à saute-mouton, des ribambelles de peluches s’alignaient sur les meubles et des jouets débordaient de leur coffre. Tout était propre et ordonné. Dans le petit lit, il y avait une forme humaine sous la couette, mais de la taille d’un adulte. Il en provenait des murmures étouffés. Bientôt, la forme se mit à se tortiller et la couette glissa au sol découvrant le corps nu d’un homme de dos. Sous lui, à moitié cachée, il y avait une fillette nue elle aussi, les yeux grands ouverts. L’homme la bâillonnait d’une main et de l’autre lui caressait l’entrejambes.

Marc hurla :

- Mon Dieu, faut faire quelque chose !

- Malheureusement, je ne peux rien. Nous pouvons seulement partir.

- Oui, partons ! Tout de suite !

Il ferma les yeux et pria pour que tout s’arrête. Cette fois, il n’y eut que les ténèbres autour de lui et quand il ouvrit de nouveau les yeux, il était dans son lit. Il avait les écouteurs sur les oreilles, mais il n’y avait plus de musique. L’inconnu avait disparu et tout semblait redevenu normal. Un léger choc sur la porte le fit sursauter. Sa mère l’appelait sans oser rentrer :

- Marc, lève-toi, il est tard. Viens prendre ton petit-déjeuner.

Marc avala péniblement sa salive et réussit à articuler :

- Oui... j’arrive, maman. 

27/12/2014

Conseil

thumb_640.jpg

26/12/2014

Lueurs

Ils étaient venus des environs, emportant avec eux les quelques instruments qu’ils possédaient. Ce soir, on allait fêter la fin des récoltes. Ces récoltes qui leur cassaient le dos et leur permettraient de subsister. On s’était bien habillé et on serrait des mains, on s’embrassait, on se donnait l’accolade, on riait en se forçant un peu. Moins embarrassés, les enfants se poursuivaient déjà en criant. Puis quelqu’un avait mis le feu au bûcher. Alors, on s’est assis autour et les musiciens ont commencé à jouer. Bientôt, quelques couples se sont mis à danser et d’autres ont suivi. Dans le jour finissant, on riait maintenant de bon cœur, aidé par les gourdes de vin qui passaient à la ronde. On dansait à deux, à trois, à plus ou même tout seul. Peu importait, on dansait, on sautait. Puis lentement, le feu commençait à décliner, les braises mordoraient à présent les visages, et il s’est levé. C’était le meilleur chanteur du pays. Tous se sont rassis et il s’est mis à entonner une douce et triste mélopée. Malgré la pauvreté des instruments, la musique était belle et la voix du chanteur montait en vibrant jusqu’au ciel. Tous étaient heureux en cet instant. Et ces gens simples ne comprenaient pas vraiment pourquoi, malgré leur joie, ils avaient envie de pleurer.

23/12/2014

Joyeux Noël !

adoration_of_the_child_honthorst_c1622.jpg

Adoration de l'Enfant

Gerrit van Honthorst