statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2022

Pépiements (42)

Il y a quatre ans le mouvement des Gilets jaunes avait permis au pouvoir de se rendre compte qu'il pouvait réprimer de manière brutale et disproportionnée des manifestations globalement non violentes sans que cela fasse réagir le reste de la population, indifférente ou parfois même favorable à la répression. Il lui avait suffi de caricaturer grossièrement le mouvement social, avec la complicité zélée des médias, en une horde de crétins agressifs voulant mettre à bas la Démocratie qui, comme chacun sait, nous couvre quotidiennement de manière désintéressée de ses bienfaits.

Deux ans plus tard la crise sanitaire lui a cette fois prouvé qu'il pouvait raconter n'importe quoi, se contredire, mentir éhontément, créer des instances décisionnaires comme bon lui semblait, imposer des mesures injustifiées et bouffonnes sans que la quasi totalité de la population n'y trouve à redire. Ici, une grande frayeur initiale avait transformé le citoyen en gentil toutou prêt à obéir à n'importe quelle injonction de son maître afin de retrouver rapidement son panier douillet et ses croquettes.

Aujourd'hui comment s'étonner que le pouvoir se sente les mains pleinement libres pour accomplir son agenda délétère face une population ayant clairement prouvé son degré de soumission totale, quand ce n'est pas de lâcheté complice.

Commentaires

@Pharamond : Les uns auraient tort de s'gêner (*dixit* la sagesse populaire) ; les autres ont voulu cette situation -- par kronnerie, indifférence ou intérêt.
Ils ont raison de vouloir relancer l'écocoronacircus : parce qu'ils le peuvent bien.

Écrit par : Blumroch | 30/11/2022

Blumroch > Les Américains ont une formule pour leur stratégie dans leurs actions militaires (parce que les USA ne font jamais la guerre : ils défendent ou se défendent) : "Shock and Awe", souvent mal traduit en "Choc et terreur" mais qui signifie plus justement "Choc et stupeur". On frappe un très grand coup qui laisse l'ennemi abasourdi et on agit tranquillement ensuite. Toute proportion gardée la communication sensationnaliste concernant les manifestations des gilets jeunes ou l'épidémie de la Covid a agi de la même manière.

Écrit par : Pharamond | 30/11/2022

@Pharamond : Le choix de la formule est étrange (ou d'une discrète ironie), "awe" signifiant respect devant plus grand que soi, avec une nuance d'admiration ou de crainte selon le cas.
Illustration avec ce bref morceau du jeu *Freelancer*, intitulé "Awe and wonderment" :
https://www.youtube.com/watch?v=44lY9ymtHyI
En attendant, tout cela ne marcherait pas si le bétail n'était pas composé presque entièrement de krons finis.

Écrit par : Blumroch | 30/11/2022

Blumroch > Je crois que Wikipédia a bien traduit en "stupeur" qui laisse le choix de l'interpréter positivement ou négativement selon le contexte. Dans celui-ci je pense que c'est négativement ;-)
PS : Avec les anglo-saxons le cynisme n'est pas non plus exclu avec ce terme ambigu.

Écrit par : Pharamond | 30/11/2022

@ Pharamond : Choc et Stupeur sonne, aux oreilles sensibles, comme un remix postmoderne de Nacht und Nebel.
Nous vivons dans une déclaration de guerre permanente. Et celles et ceux à qui vous aurez le tort de le faire remarquer vous traiteront de fou...

Écrit par : La Bleue | 30/11/2022

La Bleue > "Choc et terreur" n'est pas forcément guilleret non plus.
Seul l'état d'urgence permet des restrictions permanente, en URSS le pouvoir tentait de cacher la misère et la répression derrière la menace d'une contre-révolution fascisto-capitaliste.

Écrit par : Pharamond | 01/12/2022

"Shell Shock und Terror", mélange de ricain et de bochien, pourrait convenir.
"Nacht und Nebel" en mode wormword : "Achtung, Rebell !".

Écrit par : Blumroch | 01/12/2022

Blumroch > Je préfère laisser les "experts" de l'armée américaines jouer avec leur dénomination et leur stratégie.

Écrit par : Pharamond | 01/12/2022

Écrire un commentaire