statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/11/2022

Cherchons encore

infoo.jpg

Source : ?

Commentaires

Inexact : la sottise est innée autant qu'intemporelle. Les constats nécessaires avaient tous été faits depuis fort longtemps, qui étaient disponibles dans ces vieux bâtiments appelés bibliothèques. Au reste, pour tout cerveau normalement équipé, le spectacle du monde permet de comprendre la situation, avec ou sans Internet.
C'est le courage d'en tirer les conclusions qui fait défaut -- avec des troupes armées et bien menées, bien évidemment.

Écrit par : Blumroch | 23/11/2022

Blumroch > Certes, mais la facilité d'accès au net aurait pu palier en partie la fainéantise et le manque de curiosité du plus grand nombre. Ce n'est pas le cas.

Écrit par : Pharamond | 23/11/2022

@Pharamond : que la perle soit proche ou non, le pourceau va l'ignorer.

Écrit par : Blumroch | 23/11/2022

Blumroch > C'est tout de même mieux quand elle est proche ; on ne sait jamais ;-)

Écrit par : Pharamond | 23/11/2022

@Pharamond : Yep. Si la perle est proche de lui, l'animal peut plus facilement la lancer au loin. ;-)
"Que la connaissance parte haut et loin pour devenir inaccessible ; sinon, comment ferait-elle pour devenir un but à ne jamais atteindre ?"

Écrit par : Blumroch | 23/11/2022

La différence entre l'information poussée = le 20H de TF1 et l'information tirée, celle que chacun peut aller chercher à la bibliothèque ou maintenant celle disponible sur internet.

Pour nous, engagés ou militants, c'est simple, mais pour le Français moyen :
- comment peut-il savoir où aller chercher ?
- comment peut-il avoir connaissance des faits qui ne passent pas au 20H de TF1

Ce sont juste des questions, auxquelles je n'ai pas de réponse évidente

Écrit par : Philippe Dubois | 24/11/2022

@Philippe Dubois : Et si, Kamerad, le combat pour éclairer les krons était perdu d'avance, les krons étant... ce qu'ils sont ? On les rançonne, on les ruine, on leur ment, on les méprise ouvertement, on les "transitionne démographiquement", on rend leur vie impossible, on anéantit leur pays et leurs coutumes, on les agresse sauvagement, on les égorge... Ils peuvent le constater dans leur entourage, ils peuvent le lire dans la presse régionale encore obligée de mentionner certains faits locaux (même en les déformant).
Et ils ne bougent toujours pas, ils ne comprennent même pas ce qui leur arrive. Si la réalité n'a aujourd'hui aucun poids, comment le discours, même le mieux argumenté, en aurait-il un ? La pédagogie a ses limites : non celles du maître, mais celle de l'élève. La propagande ne marche que sur les cervelles creuses.
Faut peut-être admettre que le club des méchants a déjà tous les membres qu'il pouvait recruter, ceux qui ont quelques facultés, pourtant bien élémentaires, de mémoire, de discernement, de bon sens. C'est donc un bien faible pourcentage de la population, pris dans la part déjà réduite des ceusses n'étant ni importés ni gauchistes (ceux-là irrécupérables).
Je sais, c'est déprimant. :-(
On le vérifie quand on tente, par jeu, presque toujours vainement, de faire comprendre un principe simple et vrai : "Si c'est bon pour eux, ce n'est pas bon pour nous" -- dans le langage de notre grand fablier : "Notre ennemi, c'est notre maître : je vous le dis en bon français." (*Le vieillard et l'âne*). L'argumentation limpide de La Boétie, ce n'est même pas la peine -- et pourtant, en d'autres temps, c'était enseigné.
Les Gilets jaunes auront été un chant du cygne et non un avertissement -- sinon, l'annonce des projets fous des tarécolos et schwabiens auraient immédiatement fait descendre les populations dans la rue, par instinct, quelle que soit la pauvre propagande de TF1/BFM/YouNameIt. On ne doit pas oublier que selon plusieurs anciens sondages, probablement trafiqués, 66% des gens auraient des idées zemmouristes. Le personnage (qui suscite des réserves) a fait dix fois moins à la dernière comédie électorale.

Écrit par : Blumroch | 24/11/2022

Blumroch > La connaissance n'existe pas il y a des connaissances ;-)

Philippe Dubois > Et il y a le confort de penser comme la majorité car une fois que le doute s'installe cela devient très vite plus compliqué. Où et quand s'arrêter dans le doute ? Qui et que croire ou ne pas croire ? Un sentiment d'insécurité peut très vite s'emparer de l'individu. Il est bien plus confortable de croire au Système qui nous nous nourrit et nous protège depuis des décennies.

Écrit par : Pharamond | 24/11/2022

Écrire un commentaire