statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/03/2022

Musique (612)

William Byrd

My sweet little baby

 

Commentaires

Joli morceau. Le baroque à l'anglaise ne séduit qu'une élite -- en presque 8 ans, 39 commentaires seulement, dont celui-ci, amusant : "a bit of a guilty pleasure for a hairy bloke who listens to Devo, The Stranglers, Sisters of Mercy, etc, etc !"

Écrit par : Blumroch | 30/03/2022

@Pharamond : Soit dit en passant, Kamerad, les images de *Dernière ronde avant la nuit* sont toujours aussi bien choisies. Ultime passage dans les rayons de la grande bibliothèque avant la nuit définitive. Ambiance fin de *Blade Runner*... (pour les poèmes sinistres, on a trop d'exemples.) :-(

Écrit par : Blumroch | 31/03/2022

Blumroch > Plus que l'absence de commentaires, on peut aimer sans trouver rien à dire, c'est le nombre de vues qui est relativement maigre pour 8 années : 74075 et 441 "j'aime".

Écrit par : Pharamond | 31/03/2022

Blumroch > Merci d'apprécier. La dernière images à avoir été rebloguer à de nombreuse reprises est celle-ci :

J'avoue lui trouver moi aussi beaucoup de charme. La jeunesse, la forêt, le château fort, l'époque... Curieux mouvement que ce Wandervogel.

Écrit par : Pharamond | 31/03/2022

@Pharamond : Ces deux autres nombres étaient en rapport, sur une aussi longue période.

Y'a un côté Raspail, Prince Eric ou jeunesse d'Arthur dans cette image : après avoir évalué la situation de haut, prendre d'assaut le château où quelque seigneur félon retient prisonnière une princesse à sauver -- dans un monde de *fantasy*, on aurait l'esquisse d'une grande quête (une atmosphère évoquée par une illustration assez réussie, vue je ne sais plus où, montrant un gamin à lunettes absorbé dans la lecture d'un gros livre, se rêvant chevalier allant au secours d'une demoiselle en détresse).

Écrit par : Blumroch | 31/03/2022

Blumroch > Je me souviens avoir vu cette illustration quelque part. Les jeunes d'aujourd'hui ne rêvent plus, l'imagination née de la lecture a cédé la place à l'image toute faite fournie par l'écran.

Écrit par : Pharamond | 01/04/2022

[Zikalamar]
Parmi les relectures récentes, deux titres particulièrement instructifs et roboratifs : *Le grand mensonge des intellectuels -- Vices cachés, vertus publiques* de Paul Johnson[1] et *René Girard, un allumé qui se prend pour un phare* de René Pommier. Le premier s'en prend à quelques notoriétés spectaculaires surestimées telles que Rousseau[2], Marx, Sartre et Russell[4] ; le second, avec le même talent qu'il a mis à donner la vraie et pauvre mesure de Barthes, au plus immense penseur de notre temps, à ce Girard peut-être supérieur à l'Harar[abrut]i gourou de l'immonde Schwab. Les cibles de nos deux auteurs, tous deux en très grande forme, ont ce point commun, que d'avoir encore des adorateurs, imbéciles capables de trouver du génie à d'autres imbéciles qui les valent bien et qu'ils doivent bien valoir.

[1] https://en.wikipedia.org/wiki/Paul_Johnson_(writer)
[2] https://fr.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9_Pommier
Quelques extraits du livre sont disponibles ici :
http://rene.pommier.free.fr/Girard00.htm
[3] Jean-Jacques, pas Sandrine.
[4] Bertrand, pas Jane.

Écrit par : Blumroch | 02/04/2022

edit/fix : d'improbables lecteurs auront évidemment rectifié "Pommier[2]" et "Rousseau[3]".

Écrit par : Blumroch | 02/04/2022

"René Girard, un allumé qui se prend pour un phare"

Les deux sont vrais, il est bien allumé et c'est AUSSI un "phare" en ce sens que les questions qu'il pose sont essentielles, même si il y apporte de mauvaises réponses.
Il prend (à juste titre) Nietzsche pour un cinglé grave dont la mauvaise philosophie a fait péter les plombs.
En tout cas c'est pas pire que, pour une cloche, se prendre pour une lumière.

P.S. Il y a quelque chose que, manifestement, vous avez un peu de mal à comprendre. :-D

Écrit par : realist | 02/04/2022

[Zikalamar]
Bonne idée d'un J.P. Sears qui n'a toutefois pas pris en compte la principale caractéristique des krons : l'absence totale de honte même quand ils sont démentis par les faits, ce qui leur interdit de reconnaître leurs erreurs, voire leurs crimes. C'est ici :
https://www.youtube.com/watch?v=ZZf5iBWQlWw

Et dans un registre moins acide, piquant néanmoins, l'excellent Karim Duval :
https://www.youtube.com/watch?v=cSmsUhxb_WM

Écrit par : Blumroch | 02/04/2022

[Zikalamar]
En des temps qui auront vu les triomphe et apothéose du Mensonge, ce site est d'utilité publique, en plus d'être instructif et amusant (et *apparemment* sérieux, sur la foi des quelques canulars que je connaissais déjà) :
http://hoaxes.org/

Écrit par : Blumroch | 03/04/2022

Douloureux de l'auditif, je n'écoute plus de baroque depuis notre déménagement, le nécessaire à faire du bruit ayant été remisé dans la chambre d'amis au bout du château, avec les communs des domestiques

Écrit par : Kobus van Cleef | 03/04/2022

Ce Thomas Tallis n'a droit qu'à quelques lignes dans les classiques de Rebatet et de Vuillermoz ; il mériterait davantage (et le choeur est bien talentueux) :
https://www.youtube.com/watch?v=iT-ZAAi4UQQ

Écrit par : Blumroch | 04/04/2022

[Zikalamar]
En 1917, le génial Mencken consacrait un article retentissant à un anniversaire oublié[1], article dont les conséquences mériteraient un développement instructif autant que rigolo (encore que...). Je n'irai pas me fatiguer inutilement, pour renvoyer d'éventuels curieux à Bergen Evans qui traite de ce canular dans son irremplaçable *Histoire naturelle des sottises*[2]. Pourra aussi convenir la recherche "mencken neglected anniversary" dans tout bon automate logiciel d'indexation de pages Internet.

[1] https://en.wikisource.org/wiki/A_Neglected_Anniversary
[2] Qui en contient quelques-unes, fort rares, sans d'ailleurs que ce point mineur n'aille nuire à la qualité de l'ouvrage. Même Soral, le dieu de la dialectique (yep, c'est sarcastique), n'a que *presque* toujours raison, même à ses yeux éblouis.

Écrit par : Blumroch | 04/04/2022

Blumroch > J'aime bien le T-shirt de JP. Pourquoi avoir honte quand on est dans le sens de l'histoire malgré quelques petites erreurs sans importance.
Karim Duval est tout de même assez féroce dans son genre.

Site amusant, en effet.

N'étant pas expert en la matière, j'ai bien du mal à juger de la valeur d'un compositeur. J'en suis resté au : "j'aime"/"j'aime pas" ;-)

Kobus van Cleef > C'est bien dommage.

Écrit par : Pharamond | 04/04/2022

@Pharamond : Savoir comment Karim Duval a encore un public en dépit de son ironie souvent infra-sonique est un mystère.

J'y ai trouvé quelques erreurs, mais c'est inévitable. Reste que le site mérite d'être consulté, qui est riche d'enseignements.

Fier promoteur de la pensée simpliste, n'étant pas un intellectuel, je m'en tiens, dans tous les domaines, à "Tolle, lege" ou à "Non legitur". ;-) Après, les gens font ce qu'ils veulent, peu me chaut.

C'est d'ta faute : ton billet sur Byrd mène aux Tallis Scholars (remarquable ensemble), qui mènent à Thomas Tallis -- dont la virtuosité mériterait d'être plus connue chez les ceusses qui ne le connaissent pas déjà. On voudrait en rester aux Beach Boys et aux Bangles, et on n'y peut parvenir à cause de recommandations nouvelles. ;-)

Écrit par : Blumroch | 04/04/2022

Blumroch > De Tallis je connaissais surtout le magnifique motet à 40 voix.
http://guerrecivileetyaourtallege3.hautetfort.com/apps/search/?s=Tallis+
Pour le reste je reconnais ma faute, ma grande faute.

Écrit par : Pharamond | 04/04/2022

[Musicalmar]
L'auteur du passage qui suit, étant tout à ses illusions démocratiques (il avait d'ailleurs d'honnêtes excuses), s'en prenait aux croyances, n'ayant pas compris que le rationalisme sans discernement en était aussi une, de dogme allergique aux questions argumentées. Les mauvais prêtres, majoritaires (les exceptions et les principes sont sans intérêt ici) sont dans les laboratoires et les bureaux comme ils sont -- ou étaient -- dans les églises. Suffit d'ailleurs de remplacer dans le texte "religion" par "idéologie" ou par "religion écoloclimatomondialocovidiste" pour avoir un assez saisissant portrait de l'époque.
//
One of their [prophets, publicists and politicians] most effective catchwords of late has been "science". "Scientists say", or "Scientists agree", or "Science has proved" is a formula of incantation that is thought to place any statement that follows it above critical examination. They love to recall the doubt and scorn that were heaped on scientists in an earlier day, not as a rebuke to those particular doubters --they are still doing a brisk business at the old stands -- but as a rebuke to doubt itself.

For the thing they must defend is not this or that belief, but the spirit of credulity. To this end they propagate a vague sort of supernaturalism. They have no profound religious beliefs. Most of them, indeed, would deride their own metaphysical professions if they were presented to them in any but the accustomed phrases ; but they are convinced that such beliefs are "good for the people", and they repel any specific questioning of any specific belief as "bad taste". They seem to assume that there is some abstraction called "religion" which is apart from any particular religious belief, yet which is of so sacred a nature that it throws a taboo of silence over all religions. Religion, they say, is a subject that "one doesn't discuss" -- though truly religious people do not agree with them.

No error is harmless. "Men rest not in false apprehensions without absurd and inconsequent deductions". Some of the deductions seem inconsequential as well as inconsequent, but in their larger aspects they are not. It cannot do much harm to believe that hair turns white over night, or that birds live a happy family life, or that orientals have slanting eyes ; but it can do a great deal of harm to be ignorant of physiology or zoology or anthropology, and the harm that may result from forming an opinion without evidence, or from distorting evidence to support an opinion, is incalculable.

Obscurantism and tyranny go together as naturally as skepticism and democracy. It is very convenient for anyone who profits by the docility of the masses to have them believe that they are not the masters of their fate and that the evils they must endure are beyond human control. [Ici, une réflexion imbécile, digne donc de Brighelli, ne méritant pas d'être reprise.] The mist of mysticism has always provided good cover for those who do not want their actions too closely looked into.

From the time of the Peasants' Rebellion on, all true democratic movements have been branded as anti-religious. In part this has been an effort to discredit them, and in part it has been a perception that democracy is essentially antiauthoritarian -- that it not only demands the right but imposes the responsibility of thinking for ourselves. And belief is the antithesis to thinking. A refusal to come to an unjustified conclusion is an element of an honest man's religion. To him the call to blind faith is really a call to barbarism and slavery. In being asked to believe without evidence, he is being asked to abdicate his integrity. Freedom of speech and freedom of action are meaningless without freedom to think. And there is no freedom of thought without doubt. The civilized man has a moral obligation to be skeptical, to demand the credentials of all statements that claim to be facts. An honorable man will not be bullied by a hypothesis. For in the last analysis all tyranny rests on fraud, on getting someone to accept false assumptions, and any man who for one moment abandons or suspends the questioning spirit has for that moment betrayed humanity.
//
Ces derniers temps, les traîtres à l'humanité auront été fort nombreux.
Le méchant complotiste n'est donc pas celui qui imagine de sinistres conspirations ourdies par des crétins avides de pouvoir, mais celui qui non seulement refuse de croire aux mensonges intéressés mais encore a l'inadmissible audace de poser des questions -- qu'elles soient bonnes ou mauvaises.
En vieux français, on le qualifiait, tout simplement, de sceptique et parfois, quand il le méritait, d'esprit fort.

Écrit par : Blumroch | 05/04/2022

[Zikalamar]
La Mite, qui aurait peut-être été mieux inspiré de laisser le sujet au délirant Combaz :
https://www.youtube.com/watch?v=ai2HmYpnexk

Écrit par : Blumroch | 05/04/2022

Blumroch > Mais Combaz est beaucoup moins drôle.

Écrit par : Pharamond | 06/04/2022

"Mais Combaz est beaucoup moins drôle."

Je ne pense pas que Combaz cherche à être drôle, il faut l'excuser...

Écrit par : realist | 06/04/2022

realist > Je sais bien, c'était un constat pas un jugement.

Écrit par : Pharamond | 06/04/2022

@Pharamond : Mignonne, la récente pineupe populiste "Infanterie sauvage" de *Dernière ronde avant la nuit* avec chat et AK (?).

Écrit par : Blumroch | 07/04/2022

Blumroch > Image belle et un peu triste de cette jeune Ukrainienne qui trouve un peu de réconfort en câlinant un chat. Que les fauteurs de guerre qui broient hommes et bêtes soient maudits.
"Infanterie sauvage" est de notre bord, mais farouchement pro-ukrainien, dommage.

Écrit par : Pharamond | 07/04/2022

Écrire un commentaire