statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/11/2021

Je plussoie (51)

"La plupart des gens ne s’aperçoivent pas à quel point ils sont devenus des particules, des atomes d’une violence gigantesque. Ils se laissent ainsi entraîner par le courant qui les happe vers le vide ; comme le disait Tacite : « Ruere in servitium » ils se jettent dans l’esclavage ; cette passion pour l’auto-dissolution a détruit toutes les nations…"

Stefan Zweig

 

"Le degré d'homogénéité des sociétés occidentales d'aujourd'hui dépasse de loin celui des sociétés totalitaires du siècle dernier."

Alain de Benoist

 

"Autrefois, personne n'avait le droit de penser librement ; maintenant c'est permis, mais plus personne n'en est capable. Maintenant, les gens ne veulent penser que ce qu'ils sont censés penser, et c'est ce qu'ils considèrent comme la liberté."

Oswald Spengler

 

"A force de voir des fesses et autres choses sur les écrans, on finira par en avoir marre et on cherchera des images pieuses. Dans ce domaine comme dans d’autres, l’homme est limité.Si on lui donne trop de caviar, il dit : « Je voudrais des sardines à l’huile. »"

Georges Brassens

 

"Les sociétés mourantes accumulent les lois comme les mourants accumulent les remèdes."

Nicolás Gómez Davila

 

"La pensée demande des correctifs, des nuances, de la subtilité, pas des dogmes tout faits issus des fast-foods de la réflexion."

Jacqueline de Romilly

 

"Celui qui se respecte ne peut vivre aujourd’hui que dans les interstices de la société."

Nicolás Gómez Dávila

Commentaires

Spengler, le bon Georges et Davila.
Ça tombe bien ils se suivent.
Nota bene : je n'ai pas compris ce qu'a voulu dire Alain de Benoist.

Écrit par : Fredi M. | 26/11/2021

@Fredi M : On peut comprendre ainsi le propos d'AdB : dans l'ancien ordre social même despotique, les populations étaient encore faites d'individus (les excentriques étaient d'ailleurs légion) ; dans le nouvel ordre social prétendu démocratique, elles sont composées de moutons impossibles à distinguer les uns des autres, qu'ils soient masqués ou non. Contrairement à la tyrannie, la démocrassouille prétend développer l'individualisme alors qu'elle le fait disparaître, rendant les rouages de la Machine sont toujours plus anonymes, plus gris, plus interchangeables.
L'observation, exacte, n'est pas d'une originalité décapante : je m'étonne que l'animal n'aille pas rentabiliser ici son habituel trésor de citations anodines mais inconnues pour étaler sa science de troisième main. C'était sans doute dans les phrases qui précédaient ou suivaient.

Écrit par : Blumroch | 26/11/2021

edit/fix : "toujours" au lieu de "sont toujours".

J'en profite pour préciser un détail : Zweig pense aux masses mais il a tort. Quand Tacite relate l'entrée en fonction de Tibère, il ne peint pas la foule des anonymes : ceux qui se précipitent dans l'esclavage forment l'élite du temps. Le texte dit "At Romae ruere in servitium consules, patres, eques", i.e. "Cependant, à Rome, tout se précipite dans la servitude -- consuls, sénateurs, chevaliers."
La soumission enthousiaste au pouvoir, c'est d'abord le fait de l'oligarchie des incapables et des criminels, et rien n'est plus servile qu'une assemblée d'intellectuels.

Écrit par : Blumroch | 26/11/2021

Je comprends mieux. Et ce n'est pas faux d'ailleurs.

Écrit par : Fredi M. | 26/11/2021

Bon, pour résumer...
https://www.unz.com/ldinh/cull-track-and-control/

Écrit par : realist | 26/11/2021

J'aurions même dit, après le kamerad Blumroch , les masses ne se soumettent QUE lorsque les fausses élites ( les vraies ayant disparu au combat, mais existe-t-il encore des combats ? et, plus inquiétant encore, existe-t-il des combattants ?) le font, suivant le principe éternel"si c'est bon pour la prominenz, ça ne peut qu'être bénéfique pour moi"
C'est comme ça que les gauloiches ont dû réagir lorsque tout était perdu,fors l'honneur
Lorsque les francs ont capté le pouvoir après avoir défait les romains en Gaule
Lorsque les parlementaires rad soc, en majorité ont adoubé le maréchal sénile

Écrit par : Kobus van Cleef | 26/11/2021

Mention spéciale pour le dit Maréchal sénile
Bien qu'ayant du sang sur les mains, comme tout bon galonnard puis étoilé qui se respecte, il en avait peut être un peu moins que les fous furieux qui l'entouraient, les nivelle, les Foch les Joffre,dont les pertes auraient terrifié un Bonaparte, lequel n'était pas avare ( et non aware) de sang français ( et estranger)
C'est d'ailleurs pour ça que sa popularité auprès des anciens combattants a été immense au lendemain de l'armistice ( pas celle de 1918, l'autre, la honteuse, et je parle pas d'une artère du petit bassin)
Alors, lorsqu'on voit des ré écrivains de l'histoire venir baver sur un homme dont ils ignorent tout, ça m'incommode un peu

Écrit par : Kobus van Cleef | 26/11/2021

Les réflexions, judicieuses comme toujours, du Kamerad Kobus van Cleef, invitent à citer ce papier de *Blablateur* :
https://www.causeur.fr/alain-michel-vichy-desirait-proteger-tous-les-francais-dont-les-juifs-zemmour-218372
dont voici la fin :
//
Q : En tant que Juif, Israélien, rabbin de surcroît, comment pouvez-vous réhabiliter un régime comme celui du maréchal Pétain ?

R : Moi, je fais de l’histoire. Si une vérité n’est pas bonne à entendre, j’en suis désolé mais je me dois d’en parler. Je ne suis pas dépendant de ce qui se passe en France, je peux donc dire des choses non conformes à la pensée unique. Je connais des historiens qui savent tout cela, mais n’osent pas en parler. J’ai désormais la réputation d’un antisémite, d’un homme d’extrême droite. J’ai perdu des amis et on a tout fait pour m’empêcher de gagner ma vie. Mais je suis un homme libre.
//
On y trouvera aussi cette observation que je n'irai pas commenter (pas si bête, eh eh !) :
//
Quand il [Zemmour] dit : "Pétain a sauvé les Juifs de France", c’est inexact. Ce n’est pas Pétain, c’est Laval, aidé par Bousquet. Cela a d’ailleurs été écrit dès le début des années 1950 par Léon Poliakov dans le Bréviaire de la haine.
//
L'article vaut bien mieux que, dans le même torchon, les déclarations d'amour de Brighelli à Pécresse -- il fut son nègre "littéraire", ceci explique peut-être cela.

Écrit par : Blumroch | 26/11/2021

Ha!
Une citation savoureuse de chez Aristide:
"Les soviets reviennent, mais cette fois sans l’électricité et avec l’écriture inclusive."
http://aristidebis.blogspot.com/2021/11/et-si-la-france-avait-dit-son-dernier.html

Écrit par : realist | 27/11/2021

Fredi M. > Blumroch a très bien expliqué ce que, à mon sens, cette phrase signifie. J'avoue avoir un peu hésité à la mettre parce que je ne l'avais pas comprise du premier coup, le terme homogénéité étant ambigu.

Blumroch > Aujourd'hui les élites et la foule pensent dans le même sens, seul les fins de mois diffèrent. Avec les difficultés qui arrivent le fossé va peut-être se creuser de nouveau au niveau de l'idéologie.

Interview intéressante, il est dommage que la vérité (une partie) ne puisse venir que d'eux. Nous sommes muselés.

realist > Aux USA le choix reste encore possible, semble-t-il, mais ici ?

Oui, la France est morte au moins cliniquement, il ne reste plus qu'à la débrancher.

Kobus van Cleef > En 40 il n'y avait plus trop de choix dans les haut gradés de la Première Guerre.

Écrit par : Pharamond | 27/11/2021

Écrire un commentaire