statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/07/2021

Musique (588)

Mediæval Bæbes

Salva nos

Helium Vola

Mahnung

Commentaires

Voix et mélodies plaisantes. Les *Medieval Babes* portent bien leur nom ; certaines pourraient être des pineupsses populistes :
https://www.youtube.com/watch?v=t0v7nv2s3tQ

Écrit par : Blumroch | 23/07/2021

[Musicalmar]
Malgré d'évidentes précautions, on constate ici une admiration très mesurée pour la déclaration de guerre formulée par foutriquet 2.0 contre la population :
https://www.youtube.com/watch?v=9NePuN28dD0
(Les "explications" n'en sont pas vraiment, ce qui n'empêche pas l'analyse d'être assez divertissante et judicieuse.)

Signalée par La Mouette, cette saynète est susceptible de faire sourire ; c'est toujours ça en période de cauchemar :
https://youtu.be/aJ1ZiW4NOI4

Écrit par : Blumroch | 24/07/2021

Blumroch > ;-)

Je me demande comment cela va se passer réellement à l'entrée des restaurants.

Écrit par : Pharamond | 25/07/2021

@Pharamond : Sans doute fort bien. Les [autocensuré] voteront un impôt spécial sur les non-vaccinés afin de financer les pertes, d'ailleurs faibles, des restaurateurs. Je vois déjà foutriquet 2.0 exulter à cette idée qu'il croira brillante, aussi brillante que le nom trouvé par Bruno le Rigolo pour désigner cette nouvelle extorsion : TVL, pour Taxe sur la Vie Libre. Martial Bild en tombera malade. ;-)

[Musicalmar]
Le site nofrag n'est plus ce qu'il a été jadis, mais j'ai souri -- jaune -- à ce billet :
https://nofrag.com/le-pass-sanitaire-obligatoire-des-septembre-pour-jouer-en-ligne/

Écrit par : Blumroch | 26/07/2021

[Musicalmar]
Reprenant un procédé classique, Gaxotte avait dans une chronique évoqué la situation de l'université française en prétendant parler de la situation chinoise. Ici, on prétend traiter de la situation étazunienne, mais j'ai le net sentiment qu'un autre pays (et d'autres encore) pourrait bien être concerné :
https://www.takimag.com/article/superspreading-lies/
Dans "The American regime despises and distrusts the people. Who they are is defined by their hatred and distrust of the rest of us.", "American" est probablement un substitut pour... Ruritanian.

Écrit par : Blumroch | 26/07/2021

[Musicalmar]
Si j'ai bien compris, le sénat, dernier défenseur des droits du p... ouvoir (eh, what else did you expect ?), a *considérablement* humilié Emmanuel le Bienveillant : l'employé qui refuse d'être reprogrammé, le rien qui ose invoquer l'*habeas corpus* ne sera plus licencié, mais, au bénéfice de la simplification administrative, il ne sera plus rémunéré pour son travail.
Me semble que cette situation n'est pas inédite, et même qu'elle porte un très vilain nom dans toutes les langues.

Écrit par : Blumroch | 26/07/2021

[Musicalmar]
Vidéo signalée chez Riposte Laïque par un certain Richard Friand :
https://youtu.be/6fILx96H0O8

Écrit par : Blumroch | 26/07/2021

Remarquez que cette disposition légale sur le licenciement de l'employé rétif à l'obligation légale ( de vaccin, de transparence, de tolérance, d'efficience, de productivité, de flexibilité, bref de tout ce que la loi peut désormais exiger de vous ou du voisin), j'en ai rêvé il y a moultes année lorsque je me débattait avec une troupe de salariées Habsolument rétives à toute évolution professionnelle
Je vous fais pas un dessin, j'ai récupéré mes billes, plié mon paquetage et cherché fortune ailleurs
Hé oui, les choux sont parfois plus gras

Écrit par : Kobus van Cleef | 26/07/2021

[Musicalmar]
Deux réflexions extraites d'un commentaire rédigé par un furieux abusant de l'hospitalité de Paul-Emic :

La loi du régime : "Si une saloperie contre la population est possible, elle est déjà votée ; si cette saloperie semble impossible, elle sera votée un peu plus tard. "

Titre de brochure :
-- Qu’est la vile population française ? De petits riens.
-- Que demandent les bons Français obéissants ? A être de bons toutous.

Écrit par : Blumroch | 26/07/2021

Blumroch > Il est bon de se gausser des règles iniques imposées par le Système, mais la multiplication de ces petites vidéos humoristiques n'entrainent-elles pas une normalisation de l'abjection ?

Amusante vidéo sur les poignards.

"Si une saloperie contre la population est possible, elle est déjà votée ; si cette saloperie semble impossible, elle sera votée un peu plus tard. " J'aime bien.

Écrit par : Pharamond | 26/07/2021

@Pharamond : Pas faux.

Amélioration de l'autre fine allusion culturelle : la question devrait être "Que sont les mauvais français rebelle ?"

Un jour, j'irai rassembler les lois de Blumroch, qui vaudront bien les lois de Caughlin. ;-)

Écrit par : Blumroch | 26/07/2021

[Musicalmar]
A en croire sputniknews[1], Laurent le bien-nommé Mouchard aurait éructé ceci le 25 juillet sur C-News (autrement dit, sur BFMWC, car c'est la même chose en dehors de l'émission de Zemmour -- avec d'ailleurs de sérieuses réserves) :
"D'où ça sort que 20% décident du sort de 80% ? Pourquoi est-ce qu'on est aussi coulant avec ces gens-là ?"
L'élégance de la syntaxe, presque macronienne, garantit l'authenticité du propos. La seconde phrase, stigmatisante et même haineuse, appliquée aux importés, mènerait sans doute Lolo à la XVIIe.
Dans le même esprit, pourquoi un micro-parti représentant moins de 4% des électeurs inscrits (peut-être 10% voire 15% avec ses complices centristes et umpistes) peut-il "légaliser" les décisions folles, ou criminelles, ou les deux, de foutriquet 2.0, maître de la méprisable chambre d'enregistrement improprement appelée "assemblée nationale" ?
Au reste, ces lois scélérates, pourquoi ne pas les appeler Conditions Générales de Vente, voire Contrats de Licence Utilisateur Final ?
"Les bornes elles-mêmes ont leurs limites, qu'on ne peut franchir sans les dépasser."

[1] https://fr.sputniknews.com/sante/202107271045930794-dou-ca-sort-que-20-decident-du-sort-de-80-lexasperation-contre-les-antivax-monte-dun-cran/

Écrit par : Blumroch | 27/07/2021

P.S. : La même question pourrait concerner ces groupes généralement peu nombreux qui, ayant la faveur du progressisme, imposent leurs lubies et leurs nuisances à l'ensemble de la population -- détraqués, écolos, importés, eurolâtres...
Faut en déduire que les minorités, c'est comme les chasseurs.

Écrit par : Blumroch | 27/07/2021

Blumroch < Tout ce qui détruit le monde ancien est bon a prendre pour le Système. "Vous avez voté pour nous donc pendant la durée de notre mandat nous sommes légaux et représentatifs. C'est la démocratie que vous aimez tant qui le dit." En tant qu'"élus" (le mot à plusieurs sens, il me semble) leurs choix sont forcément bons.

Écrit par : Pharamond | 27/07/2021

On en voit dans *Iron Sky*, chez les brasseurs, au Japon et maintenant sur une paroi d'ascenseur dans un ministère américain :
https://www.axios.com/swastika-state-department-antisemitism-12dfeaf3-9116-442d-a16e-632f1a68dbc8.html
L'horrible crime est évoqué dans d'autres articles avec une indignation contenue mais sans la preuve photographique.
On aura noté que cette brève, dont chaque mot a été pesé, a requis les talents conjugués de *deux* auteurs.

Écrit par : Blumroch | 28/07/2021

Blumroch > Quelle horreur !

Écrit par : Pharamond | 28/07/2021

[Musicalmar]
Nietzsche a eu la chance d'avoir pour biographe Daniel Halévy ; Chamfort n'a eu qu'un Claude Arnaud érudit mais plat, s'étant concentré, en bon progressiste moderne, sur les caractéristiques les plus méprisables -- c'est-à-dire les plus révolutionnaires -- de son sujet.
Dans l'ouvrage, lu à sa sortie, relu récemment, j'avais préféré oublier de tels passages, nombreux, hélas appuyés par des références précises et incontestables :
//
Rêvant d'étendre aux cultes son utopie métisse, il [Chamfort] prie pour le jour où, au sortir de l'Assemblée présidée par un juif, il verra un catholique divorcé d'une luthérienne épouser une anabaptiste, avant de dîner chez le curé "qui nous présentera sa femme".
Sus donc au célibat, dernier frein à ce grand brassage dont doit sortir l'homme nouveau, et vivent les Hottentots, chez qui le père couche avec sa fille et le frère avec sa soeur, mais où chacun se lève "avec un coeur pur"...
(page 216 de l'édition Pluriel chez Laffont)
//
"L'idée horrifiera Sainte-Beuve..." ajoute en note un Arnaud qui semble bien ne rien désapprouver de ce beau programme.
Tout le gauchisme tient dans ces quelques lignes : le refus des limites, l'horreur des différences, la célébration de l'animalité, le goût pour le dérèglement des moeurs qui assure facilement l'égalité de tous dans la fange, alors que l'égalité des cervelles est beaucoup plus difficile à obtenir, sauf à confier l'instruction publique à des Haby et à des Meirieu -- on sait les résultats de cette grande idée.
On aimerait que les gens intelligents soient à la hauteur de leurs oeuvres ; c'est trop rarement le cas.
Presque toujours, on devrait donc se contenter de ne pas en savoir trop sur les auteurs des textes qu'on apprécie.

Écrit par : Blumroch | 28/07/2021

@Pharamond : Je partage ton indignation vertueuse ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 28/07/2021

Blumroch > Et c'est pour cela qu'à l'occasion on peut apprécier une pensée de Sartre ou de Mao.

Écrit par : Pharamond | 28/07/2021

[Musicalmar]
Cette émission n'est pas dépourvue d'intérêt, à écouter en 1,33x tout en prenant un café (bonne idée, trop rarement proposée, que la possibilité de télécharger le fichier) :
https://radio.erfm.fr/?podcast=POURQUOI_TANT_DE_HAINE_N_41_RESISTANCE_A_LA_DICTATURE_SANITAIRE_OU_LE_RETOUR_DE_LA_GRANDE_POLITIQUE_AVEC_XAVIER_POUSSARD_ALAIN_SORAL_EMISSION_DU_28_JUILLET_2021
Avec en prime des révélations, peut-être exactes, sur deux des piliers de l'équipe de Zemmour, peut-être pion dans un jeu qui dépasse l'ami des Rebsamen, Chevènement, Wauquiez et autres membres de l'honorable société.

Écrit par : Blumroch | 28/07/2021

Cette musique de l'excellent jeu *Freedom Force vs the Third Reich* est mémorable :
https://www.youtube.com/watch?v=8i0f18ra-E0
Et pour cause, puisque c'est très exactement cette marche militaire :
https://www.youtube.com/watch?v=uYZJqSDZWxU

Écrit par : Blumroch | 29/07/2021

il n'y aurait pas un petit air de ça ?

https://youtu.be/EUdXlWri-OY

Écrit par : Paul.Emic | 29/07/2021

@Paul-Emic : Toutes les marches allemandes ont un p'tit air de famille. De celle que vous mentionnez, je préfère la Ur-Version que des ricains qualifieraient de "vintage". ;-) Le rire du diable est plus... diabolique.

Écrit par : Blumroch | 29/07/2021

YT a, me semble-t-il épuré un certain nombre de comptes, du coup on n'a droit qu'à des versions "correctes"

Écrit par : Paul.Emic | 29/07/2021

M'sieur ioutube finira par censurer *Girls und Panzer* à cause de certains chants trop dynamiques. ;-)

Écrit par : Blumroch | 29/07/2021

YT, FB et autres qui travaillent tant au mondialisme et à ses crimes ne se rendent pas compte qu'ils font déjà partie du monde d'après et qu'ils disparaitront en même temps que le vieux monde

Écrit par : Paul.Emic | 29/07/2021

Ils auront accompli leur mission : préparer le terrain à un monde de cauchemar. Et leurs patrons survivront à la disparition de leurs outils.

Écrit par : Blumroch | 29/07/2021

je ne m'inquiète pas pour eux

Écrit par : Paul.Emic | 29/07/2021

[Musicalmar]
Trois articles divertissants sur la petite ville de Grafton censée illustrer l'utopie libertarienne (faudra supprimer l'espace entre les deux barres de division) :
https:/ /www.causeur.fr/ours-grafton-new-hampshire-libertariens-205758
https:/ /washingtonmonthly.com/magazine/september-october-2020/libertarians-took-control-of-this-small-town-it-didnt-end-well/
https:/ /newrepublic.com/article/159662/libertarian-walks-into-bear-book-review-free-town-project
On aura oublié de sélectionner les libertariens avec un test de bon sens et un test de Q.I. ;-)

Écrit par : Blumroch | 30/07/2021

"On aura oublié..."

Non, c'est beaucoup plus simple:
Les structures sociales ne peuvent PAS être "fabriquées selon les plans".
Quels que soient les plans.
La gauche est beaucoup plus planificatrice que la droite et on a vu et voit encore ses nombreux "succès" mais une planification de droite ne fonctionnera pas non plus car le facteur de stabilité le plus important c'est l'IGNORANCE des mécanismes sociaux de sorte qu'il ne soient pas perturbés par des "initiatives de bonne volonté" :-)

Écrit par : realist | 30/07/2021

[Musicalmar]
L'extinction de feux étant toujours plus proche, quelques extraits des quatre volumes de *L'histoire contemporaine*, qui donneront peut-être -- je n'y crois pas trop car pour beaucoup, gazouiller fait office de substitut pour la lecture et la réflexion -- envie de lire un Anatole France qui, s'il n'a pas le génie de Balzac, mérite le compliment que Valéry faisait à M. Teste : "la bêtise n'est pas son fort."
//
Le régime est encore assez fort, Dieu merci ! pour que je le soutienne.
//
La diversité est détestable. Le caractère du mal est d'être divers. Ce caractère est manifeste dans le gouvernement de la République, qui plus qu'aucun autre s'éloigne de l'unité. Il lui manque avec l'unité l'indépendance, la permanence et la puissance. Il lui manque la connaissance, et l'on peut dire de lui qu'il ne sait ce qu'il fait. Bien qu'il dure pour notre châtiment, il n'a pas la durée. Car l'idée de durée implique celle d'identité, et la République n'est jamais un jour ce qu'elle était la veille. Sa laideur même et ses vices ne lui appartiennent pas. Et vous avez vu qu'elle n'en était point déshonorée. Des hontes, des scandales qui eussent ruiné le plus puissant empire l'ont recouverte sans dommage. Elle n'est pas destructible, elle est la destruction. Elle est la dispersion, elle est la discontinuité, elle est la diversité, elle est le mal.
//
Depuis un siècle, la France, blessée à mort, traîne dans des alternatives de fureur et d'abattement un reste misérable de vie. Et ne croyez pas que je flatte le temps passé ni que je suspende mes regrets aux images trompeuses d'un âge d'or qui ne fut jamais.
//
Il [le patriote] découvre que tous les membres de l'État sont gangrenés et putréfiés. En vingt ans, quel progrès dans la décomposition ! Un chef de l'État dont l'impuissance est l'unique vertu et qui devient criminel dès qu'on suppose qu'il agit ou seulement qu'il pense ; des ministres soumis à un Parlement inepte, qu'on croit vénal, et dont les membres, de jour en jour plus ignares, furent choisis, formés, désignés dans les assemblées impies des francs-maçons, pour faire un mal dont ils sont même incapables, et que surpassent les maux causés par leur inaction turbulente ; un fonctionnarisme sans cesse accru, immense, avide, malfaisant, en qui la République croit s'assurer une clientèle et qu'elle nourrit pour sa ruine ; une magistrature recrutée sans règle ni équité, et trop souvent sollicitée par le gouvernement pour n'être pas suspecte de complaisance ; une armée que pénètre sans cesse, avec la nation tout entière, l'esprit funeste d'indépendance et d'égalité, pour rejeter ensuite dans les villes et les campagnes la nation tout entière, gâtée par la caserne, impropre aux arts et aux métiers et dégoûtée de tout travail ; un corps enseignant qui a mission d'enseigner l'athéisme et l'immoralité ; une diplomatie à qui manquent le temps et l'autorité et qui laisse le soin de notre politique extérieure et la conclusion de nos alliances aux débitants de boissons, aux demoiselles de magasins et aux journalistes ; enfin tous les pouvoirs, le législatif et l'exécutif, le judiciaire, le militaire et le civil, mêlés, confondus, détruits l'un par l'autre ; un règne dérisoire qui, dans sa faiblesse destructive, a donné à la société les deux plus puissants instruments de mort que l'impiété ait jamais fabriqués : le divorce et le malthusianisme. Et tous les maux dont j'ai fait une rapide revue appartiennent à la République et sortent naturellement d'elle : la République est essentiellement mauvaise.
//
//
Je me suis persuadé, par l'étude de l'histoire, qu'il n'y avait guère d'héroïsme que chez les vaincus et dans les déroutes. Les Romains, peuple moins prompt à la guerre qu'on ne pense et qui fut souvent battu, n'eurent des Decius qu'aux plus fâcheux moments.
//
Le public s'accoutume à l'immoralité et ne fait plus la différence du bien et du mal. C'est le danger. Nous voyons sans cesse des hontes tomber dans le silence. Il y avait une opinion publique sous la monarchie et sous l'Empire. Il n'y en a plus aujourd'hui. Ce peuple, autrefois ardent et généreux, est devenu tout à coup incapable de haine et d'amour, d'admiration et de mépris.
-- Je suis frappé comme vous de cette transformation, dit M. Bergeret. Et j'en cherche les causes sans pouvoir les trouver. Il est souvent parlé, dans les contes chinois, d'un génie fort laid, d'allure pesante, mais dont l'esprit est subtil et qui aime à se divertir. Il s'introduit la nuit dans les maisons habitées, il ouvre comme une boîte le crâne d'un dormeur, en retire le cerveau, met un autre cerveau à la place, et referme doucement le crâne. Son grand plaisir est d'aller ainsi de maison en maison, changeant les cervelles. Et quand, à l'aube, ce génie jovial a regagné son temple, le mandarin s'éveille avec des idées de courtisane et la jeune fille avec les rêves d'un vieux buveur d'opium. Il faut qu'un génie de ce caractère ait troqué de la sorte les cerveaux français contre ceux de quelque peuple inglorieux et patient, traînant sans désirs une morne existence, indifférent au juste et à l'injuste. Car enfin, nous ne nous ressemblons plus du tout.
//
//
Nous n'avons point d'État. Nous avons des administrations. Ce que nous appelons la raison d'État, c'est la raison des bureaux. On nous dit qu'elle est auguste. En fait, elle permet à l'administration de cacher ses fautes et de les aggraver.
//
"C'est à la main, se dit-il, que les hommes doivent d'être constructeurs de machines, peintres, scribes et généralement manipulateurs de toutes substances. S'ils n'avaient point un pouce opposé aux autres doigts, ils se trouveraient aussi empêchés que je suis en ce moment, et ils n'auraient pas changé la figure de la terre. C'est la forme de la main qui, sans doute, a assuré à l'homme l'empire du monde."
Mais, presque tout aussitôt, M. Bergeret songea que les singes, qui ont quatre mains, n'ont point pour cela créé les arts ni aménagé la terre à leur usage. Et il biffa de son esprit la théorie qu'il venait d'y esquisser.
//
-- Sans doute, répondit M. Bergeret, mais vous n'auriez pas de ces surprenantes surprises, si vous songiez que la foule a des passions violentes et simples, qu'elle est inaccessible au raisonnement, que peu d'hommes savent conduire leur esprit dans des recherches difficiles, et que, pour découvrir la vérité en cette affaire, il nous a fallu une attention soutenue, la fermeté d'une intelligence exercée, l'habitude d'examiner les faits avec méthode et quelque sagacité. Ces avantages et la satisfaction de posséder la vérité valent bien qu'on les paye de quelques injures méprisées.
-- Quand cela finira-t-il ? demanda M. Leterrier.
-- Dans six mois ou dans vingt ans, ou jamais, répondit M. Bergeret.
-- Où s'arrêteront-ils ? demanda M. Leterrier. *Scelere velandum est scelus*[1].

[1] "Il faut cacher le crime sous le crime." -- une devise pour foutriquet 2.0, ses marionnettistes et ses laquais.
//
C'est une grande question de savoir si la civilisation n'affaiblit pas chez les hommes le courage en même temps que la férocité. Mais les hommes cultivés affectent le courage par respect humain, et ils se font une vertu artificielle plus belle peut-être que la naturelle.
//
//
Et, comme est véritable que de tout temps les fols, plus nombreux que les saiges, marchent au bruit des vaines cymbales, les gens de petit sçavoir et entendement (de ceulx-là il s'en treuve beaucoup tant par-mi les pauvres que par-mi les riches feirent lors compagnie aux Trublions et avec eux trublionnèrent. Et ce fust un tintamarre horrifique dans la cité, tant que la saige pucelle Minerve assise en son temple, pour n'être point tympanisée par tels traineurs de casseroles et papegays en fureur, se bouscha les aureilles avecque la cire que luy avoient apportée en offrande ses bien amées abeilles de l'Hymette, donnant ainsi à entendre à ses fidelles, doctes hommes, philosophes et bons législateurs de la cité, que estoit peine perdue d'entrer en sçavante dispute et docte combat d'esprits avec ces Trublions trublionnans et tintinnabulans. Et aulcuns dans l'Estat, non des moindres, abasourdis de ce garbouil, cuidoient que ces fols fussent au point de bouleverser la republicque et mettre la noble et insigne cité cul par-dessus teste, ce qui eust été bien lamentable aventure. Mais un jour vint que les Trublions crevèrent pour ce qu'ils estoient pleins de vent.
//
Ce qui a troublé le pays, ce qui était de sorte à lui nuire au-dedans et au-dehors, c'était que le pouvoir s'obstinât dans une iniquité monstrueuse qui, de jour en jour, grossissait sous les mensonges dont on s'efforçait de la couvrir.
//
Si les hommes n'aiment pas souvent ce qu'ils ont, parce que ce qu'ils ont n'est pas souvent aimable, ils craignent le changement pour ce qu'il contient d'inconnu. L'inconnu est ce qui leur fait le plus de peur. Il est le réservoir et la source de toute épouvante. Cela est sensible dans le suffrage universel, qui produirait des effets incalculables sans cette terreur de l'inconnu qui l'anéantit. Il y a en lui une force qui devrait opérer des prodiges de bien ou de mal. Mais la peur de ce que les changements contiennent d'inconnu l'arrête, et le monstre tend le col au licou.
//
Méditez cette parole d'un philosophe ; elle en vaut la peine : "Les républicains gouvernent mal, mais ils se défendent bien."[1]

[1] Citation *toujours* déformée par ceux qui n'ont pas lu le texte original, quand ils ne font pas en plus erreur sur l'auteur. France sait qu'un régime, ce n'est rien : les coupables sont les hommes qui le tiennent.
//
Une bêtise répétée par trente-six millions de bouches ne cesse pas d'être une bêtise. Les majorités ont montré le plus souvent une aptitude supérieure à la servitude. Chez les faibles, la faiblesse se multiplie avec le nombre des individus. Les foules sont toujours inertes. Elles n'ont un peu de force qu'au moment où elles crèvent de faim.
//
Vous êtes vaincus par le dedans, et c'est la défaite irréparable. Quand on est vaincu du dehors, on peut continuer la résistance et espérer une revanche. Votre ruine est en vous. Les conséquences nécessaires de vos erreurs et de vos crimes se produisent malgré vous et vous voyez avec étonnement votre perte commencée. Injustes et violents, vous êtes détruits par votre injustice et votre violence. Et voici que le parti énorme de l'iniquité demeuré intact, respecté, redouté, tombe et s'écroule de lui-même.
//
Car l'aumône avilit également celui qui la reçoit et celui qui la fait. [...] La bienfaisance universelle, c'est que chacun vive de son travail et non du travail d'autrui. Hors l'échange et la solidarité tout est vil, honteux, infécond. La charité humaine, c'est le concours de tous dans la production et le partage des fruits.
//
Ce n'est pas sans raison que les anciens ont considéré le pouvoir de percer l'avenir comme le don le plus funeste que puisse recevoir un homme. S'il nous était possible de voir ce qui viendra, nous n'aurions plus qu'à mourir, et peut-être tomberions-nous foudroyés de douleur ou d'épouvante. L'avenir, il y faut travailler comme les tisseurs de haute-lice travaillent à leurs tapisseries, sans le voir.
//
Je me suis toujours incliné à comprendre, et j'y ai perdu des énergies précieuses. Je découvre sur le tard que c'est une grande force que de ne pas comprendre. Cela permet parfois de conquérir le monde. Si Napoléon avait été aussi intelligent que Spinoza, il aurait écrit quatre volumes dans une mansarde.
//
Nous vous recommandons la candidature nettement républicaine, socialiste et nationaliste du citoyen LACRISSE. [...] Vive la République sociale nationaliste !
;-)
//
On voit bien, mon cher, que vous ne connaissez pas l'électeur. Je le connais, moi ! Les imbéciles ne sont pas plus faciles à tromper que les autres. Ils se trompent, c'est vrai. Ils se trompent à chaque instant. Mais on ne les trompe pas...
//
//
J'ai remarqué souvent que les raisons les plus absurdes et les plus saugrenues sont les moins combattues : elles déconcentrent l'adversaire.
//
Je ne sais plus qui a dit autrefois : "Je suis celui qui est". Excusez le défaut de ma mémoire. On ne peut tout se rappeler. Mais l'inconnu qui parla de la sorte commit une rare imprudence. En donnant à entendre par ce propos qu'il était dépourvu d'attributs et privé de toutes relations, il proclama qu'il n'existait pas et se supprima lui-même étourdiment.
//
(Parlant d'une grosse [et] imbécile, mais ne pouvant pas encore penser à Marlène S.) : "Vous verrez que par sa seule présence, elle ôtera tout sérieux au Jugement dernier."
//

Écrit par : Blumroch | 30/07/2021

[Musicalmar]
Les membres de la mafia au pouvoir jouent les maîtres chanteurs[1] (un rôle qui, même si l'intéressé s'en défend, va particulièrement bien au véran avec sa tête de loufiat de bar louche et glauque écoulant des alcools frelatés) ; pendant ce temps, La Mite chante, qui n'aura pas droit à une diffusion par m'sieur ioutube :
https://odysee.com/@LaMiteDansLaCaverne:4/ChansonDuVaccin:5

[1] Je me suis repris à temps ; j'allais citer un titre wagnérien. Que personne, d'ailleurs, n'aille rêver : il n'y aura *jamais* de Nuremberg pour les pourritures, quel que soit l'avis qu'on peut avoir sur cette *magnifique* [là, j'ai tout bon] procédure internationale, citoyenne et *légale*. *Cedant pharma togae*[1a], c'est une affirmation pour rire, un peu comme "Castex Castem videre non potest quin rideat."
[1a] Latin macaronique, comme cette autre variation destiné à faire rire, elle aussi, quand on est lucide : "Cedant mafia togae".

Écrit par : Blumroch | 31/07/2021

P.S. : Yep, ami puriste et Latin grammar nazi, faudrait "cedat" au singulier, mais c'est plus rigolo en se bornant à grand-remplacer "arma" par un autre mot en finissant en "a". C'est du latin ma-ca-ro-ni-queux. ;-)

Écrit par : Blumroch | 31/07/2021

[Musicalmar]
On connaît la réponse de Samuel Johnson apprenant qu'une femme avait pu faire un prêche chez les Quakers : "Sir, a woman's preaching is like a dog's walking on his hind legs. It is not done well ; but you are surprised to find it done at all."
Barbey d'Aurevilly ne pensait pas autrement : "Une femme qui fait ce que fait un homme, le ferait-elle beaucoup moins bien, aura toujours sur l’homme, en France, un avantage marqué." ("Le bonheur dans le crime").
Les milichiennes de garde se prétendant féministes ne doivent pas [re]lire beaucoup -- l'obstacle de la langue, sans nul doute.

Écrit par : Blumroch | 01/08/2021

[Musicalmar]
Le maniement des symboles de plus en plus réservés devient délicat. A quand la fin des allusions culturelles ?
Bref, nouvelle vidéo de La Mite signalée avant même son visionnage :
https://www.youtube.com/watch?v=C81r1GYeg-s

Écrit par : Blumroch | 02/08/2021

[Musicalmar]
D'Anatole France, deux réflexions presque identiques, justes l'une comme l'autre, dont le contexte interdit pourtant qu'on les utilise de la même manière (sauf à être malhonnête) : "Les révolutionnaires s’étonnent seuls qu’on fasse des révolutions après eux." ; "Ceux qui ont fait des révolutions ne souffrent pas qu’on en veuille faire après eux."
La première figure dans un texte de critique consacré à Jean Moréas (*in* *La vie littéraire*, quatrième série) et ne concerne que les écrivains ; la seconde, qui provient du *Jardin d'Epicure*, concerne bien, elle, l'ordre politique et la répugnante hypocrisie des ceusses qui, ayant conquis le pouvoir dans un bain de sang, jouent ensuite les légalistes et prétendent interdire aux populations le droit de faire, à leur tour, la révolution contre les anciens révolutionnaires devenus tyrans. Sans ses milichiens, l'oligarchie n'est rien.

Écrit par : Blumroch | 02/08/2021

[Musicalmar]
Slogan électoral pour un candidat *homo novus*, parfaitement inconnu, n'ayant rien à se reprocher : "Qu'avez-vous à perdre ?"

[Musicalmar]
Observation rigolote : après la déclaration de guerre de foutriquet 2.0 contre le peuple français, nombreux ont été les "vlogueurs" plus ou moins droitistes à se manifester comme la situation, inédite autant que monstrueuse, l'exigeait. Deux des principaux "vlogueurs" gauchistes (Tatiana Jarzabek et Grégory Tabibian) n'ont apparemment pas jugé utile, eux, d'interrompre leurs vacances, sans doute sacrées -- à moins que leurs futures analyses décapantes n'exigent des années de réflexion. Ils auront inventé l'après-garde.

Écrit par : Blumroch | 03/08/2021

Blumroch > Toujours excellent la Mite.

Écrit par : Pharamond | 03/08/2021

@Pharamond : Service minimum. :-(
Voilà ce que c'est, de donner dans le musicalmar sans réglementaire Ausweis du Kommentariat. Les autres clients ignorent, et le directeur aussi. ;-)

Écrit par : Blumroch | 03/08/2021

Blumroch > Je n'ignore pas, j'ai tout lu même si je n'ai pas tout visionné, mais je suis un peu las.

Écrit par : Pharamond | 03/08/2021

[Musicalmar en forme de conte fantastique]
Nouvelle nuit du 4 août : les membres de la mafia étatique et tous leurs laquais, miraculeusement saisis par un sentiment qu'ils n'éprouvent jamais -- à savoir la honte --, renoncent solennellement à leurs privilèges, à leurs mandats, à leurs prébendes. Chacun d'entre eux, après avoir imploré le pardon de la population pour, selon le cas, ses crimes, ses fautes, sa corruption ou son incompétence, se rend, accompagné par sa famille (qui en bien profité de la situation et qui est donc coupable, elle aussi) vers le lieu de son exécution, de sa détention, de sa nouvelle résidence dans les territoires occupés (sans armes, évidemment) ou de son départ pour un exil sans retour. Aucun *Ausweis* à prétexte sanitaire n'est exigé.
Y'aurait matière à développement façon parabole de Saint-Simon. ;-)

Écrit par : Blumroch | 04/08/2021

Blumroch > Je n'aime pas faire de tels rêves quand le réel vire au cauchemar.

Écrit par : Pharamond | 04/08/2021

@Pharamond : "Le réel est un cauchemar dont on ne se réveille pas."

Écrit par : Blumroch | 04/08/2021

[Musicalmar]
Conversation bien trop longue pour son petit sujet, mais qui pourra être profitable aux ceusses, qu'on espère rares, accordant encore de l'importance au mauvais petit prof devenu éditorialiste subversif officiel et désormais thuriféraire du Nouvel Ordre Vaccinal :
https://youtu.be/CrnHCBsiTJA
Y'aurait des réserves à formuler, notamment sur l'utilisation des imbéciles, mais à quoi bon ?

Écrit par : Blumroch | 04/08/2021

Blumroch > Onfray est comme tous les alliés de circonstance, ils peuvent être utiles dans la lutte, mais il ne faut pas les quitter des yeux.

Écrit par : Pharamond | 04/08/2021

P.S. : A en croire ce site :
https://marcus.tvs24.ru/2021/07/21/utiliser-letoile-jaune-et-comparer-macron-a-hitler-oui-et-alors/
on trouverait, dans *Front populaire*, la subversive revue d'Onfray, cette manière terriblement subtile d'inciter les populations à se faire inoculer des substances expérimentales de programmation génique aux effets potentiellement [autocensuré] :
//
On peut lire dans Front Populaire : «Une “ruse de Parmentier” aurait peut-être suffi à le démontrer. Contexte : on dit qu’au XVIIIe siècle, le pharmacien Antoine Augustin Parmentier eut une idée ingénieuse pour faire manger à ses concitoyens une pomme de terre jusqu’alors réservée aux seuls animaux et considérée par le peuple comme toxique. Dans la plaine des Sablons, il fit garder les champs de pommes de terre le jour par des hommes en armes, mais pas la nuit. Comprenant que la denrée devait être rare et précieuse, les paysans se ruèrent la nuit pour en voler et les planter dans leur champ.

Procédons à l’expérience de pensée suivante : de même, si Macron avait déclaré publiquement que le vaccin allait être momentanément interdit pour les Français et réservé aux seuls hauts fonctionnaires d’État, les mêmes qui refusent le vaccin actuellement auraient probablement appelé à manifester pour le droit pour le peuple d’accéder au vaccin, arguant qu’il fallait en finir définitivement avec les privilèges iniques de l’élite… Preuve que la question est ici celle de la confiance et non celle de la validité des sciences dures.»
//
C'est ce qu'on appelle prendre les gens pour des... ce qu'ils sont. Incidemment, on surveille le jour mais pas la nuit ? C'est congédier les gardes et couper les alarmes le soir dans les bijouteries !
En tout cas, on pourra toujours, pour faire croire qu'elles ont du prix, faire garder les oeuvres d'Onfray par des vigiles armés et tout un dispositif de sécurité, nul individu rationnel n'ira en déduire qu'elles ont de la valeur.

Écrit par : Blumroch | 04/08/2021

@Pharamond : Je suis sans doute candide, mais je ne vois pas l'intérêt d'alliés opportunistes à surveiller pour éviter les probables mauvaises surprises. Un kron peut formuler, pour de mauvaises raisons, de loin en loin, un avis raisonnable, il ne cesse pourtant pas d'être un kron.
La rédemption, c'est un thème romanesque et qui doit le rester.

Écrit par : Blumroch | 04/08/2021

Blumroch > Curieux texte qui semble prendre les gens pour des c... Venant de gauchistes il n'y a rien de surprenant.

Pour harceler l'ennemi il faut faire nombre, ce n'est pas plus subtil que cela.

Écrit par : Pharamond | 04/08/2021

@ Blumroch, ni Tatiana ni Gregory ne sont droitistes mais on peut leur reconnaitre un certain réalisme qui les éloigne de leur milieu gauchiste originel

Écrit par : Paul.Emic | 04/08/2021

@Pharamond : "C'est ce qu'on appelle prendre les gens pour des... ce qu'ils sont." ;-) Mais à ce point, surtout quand on est assez kron pour écrire dans Frente Crapular, faut oser.
@Paul-Emic : Leur silence sur ce qui se passe les condamnerait si leur cas n'était déjà réglé.

Écrit par : Blumroch | 04/08/2021

[Musicalmar]
Claude Barbey est de retour dans une saynète qui doit être fréquente ces derniers mauvais temps :
https://www.youtube.com/watch?v=pzUtlRuKKPo

Écrit par : Blumroch | 04/08/2021

Blumroch > Cette saynète est très réussie et au combien vraie.

Écrit par : Pharamond | 04/08/2021

[Musicalmar]
C'est moins subversif que ça ne le prétend, mais on peut sourire à quelques réflexions :
https://www.youtube.com/watch?v=wbpQOl7wzqo
https://www.youtube.com/watch?v=l1IIWWhPn8Y
https://www.youtube.com/watch?v=8jkvh66Oxcs

Écrit par : Blumroch | 04/08/2021

Blumroch > "C'est moins subversif que ça ne le prétend, mais on peut sourire à quelques réflexions" Tu as effectivement tout dit. L'époque est si caricaturale qu'il est bien difficile de faire rire en forçant le trait. Ces petites vidéos n'en restent pas moins sympathiques.

Écrit par : Pharamond | 04/08/2021

Écrire un commentaire