statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2021

Musique (568)

L'Athos du Nord – Les chœurs du monastère de Valaam

 

Une heure au-dessus du monde pour l'oublier...

 

Commentaires

[Musicalmar]
Les stendhaliens me sont un mystère, quand je comprends parfaitement les balzaciens[0]. Le jour où je serai assez fou pour livrer mon sentiment sur Stendhal et notamment sur *Le rouge et le noir*, les mânes de Bardèche et de Laurent[1] reviendront sur terre afin de châtier mon impiété avant de me donner le choix entre l'abjuration, l'exil ou la mort -- un choix que nous aurons sans doute tous à faire dans peu de temps.
Tout n'est pourtant pas mauvais chez le gros consul meilleur chroniqueur qu'il n'était romancier. Ainsi de ce rappel historique situé après la prise de Lyon en 1793, dans les *Mémoires d'un touriste*[2] :
//
Après la prise de Lyon, on conduisait une cinquantaine de Lyonnais attachés par le bras, deux à deux, à la plaine des Brotteaux, où on les fusillait. Tout en marchant, un de ces braves gens parvient à délier à moitié son bras droit lié au bras gauche de son compagnon d’infortune.

— Achevez de vous délier, dit-il à voix basse à celui-ci, et, à la première rue que nous rencontrerons à droite ou à gauche, sauvons-nous à toutes jambes.

— Que dites-vous là, répond le compagnon indigné, vous allez me compromettre !

Ce mot peint le courage mouton de l’époque, et la petite quantité de présence d’esprit dans les dangers, qu’une civilisation étiolée avait laissée aux Français. Ce n’est point ainsi qu’on en agissait du temps de la Ligue : voir les naïfs et admirables journaux de Henri III et de Henri IV ; on dirait un autre peuple.

Ce n’est point ainsi qu’il faudrait en agir si, par impossible, la Terreur reparaissait en France. On doit se faire tuer en essayant de tuer l’homme qui vous arrête. Un jeune homme ne se laisserait plus enlever de chez lui et conduire en prison par deux vieux officiers municipaux. Chaque arrestation deviendrait une scène pathétique, les femmes s’en mêleraient ; il y aurait des cris, etc., etc. La mode viendrait de faire sauter la cervelle à qui veut vous arrêter.
//
Un conseil de Français d'*avant* (on notera toutefois cette idée bien imbécile, bien stendhalienne que de transformer la résistance en mouvement de mode). Combien, quand on viendra les tuer directement ou non -- que ce soit avec le couteau du croyant ou un "vaccin" expérimental -- seront encore capables de cet énergique ultime sursaut de *décence* ?

[0] Parfois -- rarement -- les mêmes.
[1] Jacques, pas Alexandre.
[2] https://fr.m.wikisource.org/wiki/M%C3%A9moires_d%E2%80%99un_touriste/Texte_entier

Écrit par : Blumroch | 18/01/2021

Blumroch > N'y aurait-il pas du second degré, une forme d'humour dans l'utilisation du terme "mode" ?

Écrit par : Pharamond | 18/01/2021

@Pharamond : Pas à mon sens. Un mot malheureux, en tout cas.

Écrit par : Blumroch | 18/01/2021

[Musicalmar "En relisant, en relisant encore"]
J'ai récemment relu la réédition des *Décombres* en deux volumes. Je ne sais pourquoi -- le Zeitgeist, peut-être --, ces passages, parmi tant d'autres, ont retenu mon attention de grand démocrate et de bon citoyen. Que nul, dans le Camp du Bien, ne m'aille chercher querelle, car je n'approuve ni ne désapprouve, évidemment ; je me borne à *citer*, sans le moindre commentaire.
// (Rebatet est à l'exercice sur le champ de tir.)
Mon tour vient. Je n'ai jamais touché le F.M. 24. A peine ai-je contre mon épaule la merveilleuse petite arme que je me sens un homme nouveau, invincible. O mitrailleuse si souvent caressée en rêve, devant les ignobles troupeaux du Front [censuré], les estrades de [censuré], de [censuré], de [censuré], de [censuré], les [censuré] dorés et les [censuré] des fêtes bien parisiennes ! Cent fusils-mitrailleurs bien pointés et la face de la France... (page 311)
// (Rebatet fréquentait les cinéastes progressistes -- c'est son mot -- et avait brièvement appartenu à une association de la critique prétendue *indépendante*.)
Pour ces aimables camarades, j'étais aussi un non-conformiste bizarrement égaré chez Maurras -- ce n'était pas tout à fait inexact -- et qu'ils avaient jovialement étiqueté "anarcho-monarchiste". Jusqu'à un certain déjeuner, peu après le 6 février 1934, où encore tout chaud des coups de feu essuyés à la Concorde, j'avais énergiquement flétri les fusilleurs de patriotes, pensant faire l'unanimité des convives, tous abhorrant la police et les persécutions politiques. Pour m'apercevoir aussitôt que ces charmants humanistes de gauche déploraient en choeur que les gardes mobiles n'eussent pas rectifié un bon millier des affreux trublions fascistes. Je devais m'abstenir de reparaître à cette table. (page 66)
//

Écrit par : Blumroch | 18/01/2021

Blumroch > Dans ma vie, les effarouchements sectaires je ne les ai trouvés que chez certains cathos et chez les gauchistes.

Écrit par : Pharamond | 19/01/2021

[Musicalmar]
Je n'apprécie pas toutes les chansons des Brigandes, mais j'aime bien certaines de leurs vidéos et leur (mauvais) esprit. Consultant leur site, je suis tombé sur la page que voici :
https://lesbrigandes.com/les-brigandes/
qui permet d'établir cette liste, où chaque Brigande mère de famille est associée à sa progéniture :
Marianne -- Dhina
Chrystelle -- Tsila
Sara -- Eldar
Irène -- Björn
Jennifer -- Kefren
Anne -- Mani, Enwil et Jason
Karine -- Elyott

Les prénoms des enfants ont certainement été choisis pour d'excellentes raisons (irriter Zemmour ?), mais ils ont vraiment l'air d'avoir été fabriqués par un pipotron pour jeu de rôles médiéval-fantastique.
Si on regroupe les syllabes de chaque prénom selon qu'elles commencent ou finissent par une Voyelle ou une Consonne, on obtient ces quatre groupes :
CV (dhi, na, tsi, la, ke, ma, ni, ja)
VV (ely)
VC (el, en, ott)
CC (dar, björn, fren, wil, son)

Voici quelques exemples produits par un pipotron alimenté par ces données en exploitant les combinaisons prononçables, et donc (relativement) euphoniques :
Björndhi, Björndhiely, Björnja, Björnjaely, Björntsi, Dardhi, Dardhiel, Darjael, Darkeely, Darkeen, Darla, Darlaely, Darma, Darni, Darniely, Dhiel, Dhielbjörn, Dhielja, Dhienson, Dhiott, Elbjörnja, Eldarna, Elfren, Elfrendar, Elja, Elkeen, Ella, Elma, Elmaely, Elni, Elniely, Elwil, Elyeldar, Elyelna, Elyendar, Elyendhi, Elyenna, Elyottfren, Elyottna, Elyottson, Endardar, Enfren, Enja, Enmaely, Enmaen, Enna, Ennael, Enwil, Enwildar, Frendhi, Frenla, Frenlaen, Frennien, Jaelja, Jaelni, Jaelyen, Keeldar, Keely, Keen, Keottla, Lael, Laenfren, Mael, Nael, Naottdar, Niel, Nientsi, Niottni, Ottbjörndar, Ottdar, Ottke, Ottla, Ottsondar, Sondhi, Sonja, Sonke, Sonkeen, Sonmaen, Tsiel, Tsielyely, Wilja, Wilnaen, Wilnaott, Wilni, Wiltsiel, Wiltsiely.

Yep, c'est parfaitement inutile, mais ça permet d'oublier le Grand Suicide européen pendant cinq minutes. ;-)

Écrit par : Blumroch | 20/01/2021

[Musicalmar]
Si j'étais Foutriquet 2.0, je lui offrirais le porte-parolat :
https://www.youtube.com/watch?v=S0BE-gmABsI
Et au moins, elle, contrairement au petit sous-chef de bureau qui joue au premier ministricule, elle ne force pas son accent.

Écrit par : Blumroch | 20/01/2021

@ Blumroch


Je partage ton avis, n'en déplaise à Bardèche et Laurent. L'anecdote est terrible. Les tribunaux révolutionnaires ne faisant preuve ni de justice, ni de clémence, ne pas tomber entre leurs mains étaient la seule chance de survivre.

Là où je bosse, quelques semi-moutons nous font part de leurs légères divergences covidiennes par mails collectifs. L'un d'entre eux a, par mégarde, relayé une vidéo soit disant peu politiquement correcte pour le bobo moyen. Il s'est fait reprendre par la patrouille: "si ça continue, on aura des liens vers CNews [1]". Un autre [2] a relayé cette vidéo de TVL: https://www.tvlibertes.com/le-samedi-politique-covid-vaccin-la-geneticienne-alexandra-henrion-caude-nous-dit-tout
Aucune réaction depuis deux jours. Aucun avis de décès pour cause de crise cardiaque. TVL est encore une terra incognita.

Les Décombres ont été une de mes lectures du premier confinement. Incroyable pamphlet. Il m'est arrivé de faire des expériences similaires lors des premiers actes des GJ.

Il est certain que les Brigandes sont plutôt agréables à regarder. Moins à écouter. C'est subjectif.
De tels prénoms, c'est le suicide européen :-(
Eldar, mais c'est un des noms donné aux Elfes dans le Silmarillion:
"Depuis ce temps, ceux-là furent appelés les Eldar, du nom qu'Oromë avait d'abord donné aux Elfes dans leur propre langage"

Quant à Khephren, c'est l'un des pharaons revendiqués par les Afrocentristes, dans leurs délires vindicatifs né aux US, dont la génèse est très bien décrite par Mary Leftkowitz dans Not Out of Africa que tu m'as fait découvrir.

[1] Nom actuel du Völkischer Beobachter.
[2] Ridicule avorton [3] ressemblant à Jean-Claude Dus qui draguait un clone d'Avia, en stage dans les services administratifs. Une sombre histoire de mariage blanc qui n'a pas abouti.

[3] Ce débile, au sens premier du terme, avait voulu venir faire un sport nécessitant un peu de puissance. Nous n'avions jamais vu ça. Un gamin de 10 ans aurait tapé plus fort.

Écrit par : Sven | 20/01/2021

@Sven : *Le rouge et le noir* est à mes yeux un roman dépourvu de tout intérêt et même de toute vraisemblance (même si le héros est très "moderne" par anticipation), mais son titre en forme de deux étendards aurait convenu à une joyeuse célébration du vin et du café.

Tu pourras rassurer les semi-moutons : TVL a fait un autre entretien avec la même dame, que ioutube a censuré dans la journée, de manière très propre : aucune trace, pas même un emplacement vide dans la liste des vidéos. Staline aurait aimé.

J'avions repéré "Kefren" malgré son orthographe façon "Elyott". Eldar, lui, m'avait échappé : j'avoue n'avoir lu que la première dizaine de pages du *Silmarillion*, aussi dépourvu d'intérêt que les chansons de Tom Bombadil. Tout n'est pas génial chez Tolkien.
Je viens de vérifier un lointain souvenir : l'actrice de *Tatie Danielle* avait pour prénom Tsilla, d'où peut-être la variante Tsila. Tous ces prénoms virus qui mutent et varient...
Y'a une hiérarchie : les Brigandes sont très au-dessous des Bangles. ;-)
Les prénoms de la marmaille étaient inattendus, qui relèvent presque tous de l'art pipotronique (je note au passage que le générateur, s'il a réinventé Sonja, a aussi retrouvé le [censuré] Niel !).

Excellente, la note 1. ;-) On mesure le chemin qui resterait à parcourir pour convaincre les crétins, s'il n'était déjà trop tard.

Écrit par : Blumroch | 20/01/2021

Blumroch > A part deux ou trois chansons et la surprise du départ de découvrir l'existence d'un groupe du genre je n'aime pas beaucoup ce que chante les Brigandes ; fond sans grande finesse et forme assez laborieuse. Pour le nom de leurs enfants je ne sais trop quoi en dire, j'aimerai simplement savoir ce qu'elles en pensent, elles. Cela sent la prétention dans cette recherche de originalité gratuite. Je connais une mère qui a appelé son fils "Clémant" avec un "a" sans doute parce qu'elle jugeait le "e" trop banal et em... er son fils toute sa vie car il devra préciser l'orthographe à chaque fois qu'il donnera son prénom.

Écrit par : Pharamond | 20/01/2021

@Pharamond : La chanson est très bas dans ma hiérarchie des arts, à peu près au niveau des petits miquets. Textes médiocres sur musiques médiocres (ou l'inverse) ; réussites rares, toujours mineures. Malgré mon mépris du Nobel de littérature, j'enrage encore à l'idée de celui attribué à un chantonneur.
De fait, j'aime bien l'*esprit* de ces dames ; je n'écoute qu'une fois, et encore pas toujours en entier. Tout de même, une chanson consacrée à Kaczynski, c'est courageux.
Des lilibobos macronistes n'iraient pas s'offusquer des prénoms qu'elles ont choisis pour leur progéniture.
S'il était alsacien, le gamin dont tu parles pourrait faire changer le "l" en "r". ;-)

Écrit par : Blumroch | 20/01/2021

Blumroch > Je ne connais pas le morceau consacré à Kaczynski. Oui, elles ont un certain courage, c'est indéniable, et c'est d'ailleurs dommage que qu'elles pêchent au niveau de la qualité. Leurs chansons ne s'écoutent qu'une fois et encore.

Écrit par : Pharamond | 20/01/2021

[Musicalmar francien]
A la devanture d'un cabaret napolitain, Sylvestre Bonnard remarquait cet écriteau digne d'un philosophe antique :
//
Amice, alliegre magnammo e bevimmo
Nfin che n’ce stace noglio a la lucerna :
Chi sa s’a l’autro munno nc’e vedimmo ?
Chi sa s’a l’autro munno n’ce taverna ?

Amis, mangeons et buvons joyeusement
Tant qu’il y a de l’huile dans la lampe :
Qui sait si dans l’autre monde nous nous reverrons ?
Qui sait si dans l’autre monde il y a une taverne ?
//
Les tavernes n'existent déjà plus dans ce monde-ci. A l'interrogation facétieuse[1], "Y a-t-il une vie avant la mort ?", on peut ainsi répliquer : "Dans le monde de Foutriquet 2.0[2], la question, elle est vite répondue"[3]. Le programme "progressiste"/protestant/mahométan/écolo, c'est bien de tuer, par système, la moindre des petites joies de l'existence. Très bientôt, on ne pourra même plus [sou]rire des sinistres pitres et clowns du gouvernement.
Think, while it's still legal.
Parti ou mouvement à fonder : "Quousque tandem ?".

[1] De moins en moins.
[2] Et de Schwab, et d'Ursula, et de Kamala Biden, et de tous leurs maîtres et valets.
[3] Cette formulation n'est pas de moi ; je la trouve toutefois excellente, digne du "causer moche"[3a] de notre grande époque.
[3a] http://www.dicomoche.net/

Écrit par : Blumroch | 21/01/2021

[Musicalmar "Tout passe..."]
Ce n'est pas une vraie consolation, mais le désastre a déjà eu lieu :
https://fr.m.wikisource.org/wiki/M%C3%A9ditation_sur_les_ruines_de_Palmyre
https://www.poetryfoundation.org/poems/46565/ozymandias
Y'a pas que Valéry.

Écrit par : Blumroch | 21/01/2021

[Musicalmar francien]
Lucien Bergeret, qui n'a pas toujours raison (pas toujours tort non plus), parle de la presse comme elle n'est plus, ou comme elle n'a jamais été :
https://fr.m.wikisource.org/wiki/Opinions_sociales/La_Presse
Jolie formule que celle-ci, évidemment incompréhensible pour les juges du despotisme "progressiste" : "Les délits de pensée sont indéfinissables. Il leur manque ainsi la qualité essentielle à tout délit."

Écrit par : Blumroch | 21/01/2021

[Musicalmar francien]
Dans *Les délices de la France, avec une description des provinces et des villes du royaume*, François-Savinien d'Alquié décrivait en 1670 une France bien différente du pays qui porte encore abusivement ce nom aujourd'hui :
//
Trois choses rendent un homme heureux en ce monde, sçavoir la douceur de l’entretien, les mets délicats et la liberté entière et parfaite. Nous avons veu comme quoy nostre illustre royaume a parfaitement satisfait aux deux premiers, ainsi qu’il ne reste maintenant qu’à montrer que le troisième ne luy manque pas, et que la liberté ny est pas moins que les deux advantages précédans. La chose vous paraistra d’abord véritable, si vous considérez attentivement le nom de nostre Estat, le sujet de sa fondation, et sa pratique ordinaire : car on remarque d’abord que ce nom de France ne signifie autre chose que Franchise et liberté, conformément au dessein des fondateurs de cette Monarchie, lesquels ayant une âme noble et généreuse, et ne pouvant souffrir ny l’esclavage ny la moindre servitude se résolurent de secouer le joug de toute sorte de captivité, et d’estre aussi libres que les hommes le peuvent estre ; c’est pourquoy ils s’en vinrent dans les Gaules qui estoient un Pays dont les Peuples n’estoient pas ny moins belliqueux ny moins jaloux de sa franchise qu’ils le pouvoient estre. Quand au second point, nous sçavons qu’outre les inclinations et les desseins qu’ils ont en fondant cet Estat, d’estre toujours maistres d’eux-mesmes ; c’est qu’ils ont donné des loix à leurs Souverains, qui (limitant leur pouvoir) les maintiennent dans leurs privilèges : de sorte que quand on les en veut priver ils deviennent furieux et courent aux armes avec tant de vitesse que rien ne peust les retenir quand il s’agit de ce point. Quant au troisiesme, je dis que la France est si amoureuse de la liberté, qu’elle ne peût pas souffrir un Esclave : de sorte que les Turcs et les Mores, bien moins encore les peuples Chrétiens, ne peuvent jamais porter des fers ny estre chargés de chaisnes, estant dans son pays : aussi arrive-t-il que quand il y a des esclaves en France, ils ne sont pas si tost à terre, qu’ils s’écrient pleins de joye : Vive la France avec son aymable Liberté.
//
Tels sont les premiers paragraphes du chapitre XVI intitulé "La France est un pays de liberté pour toute sorte de personnes" -- on ajouterait, sous le macronat de Foutriquet 2.0 : "sauf pour les Français indigènes".
Quand Anatole France cite, il cite avec exactitude et précision, puisque j'ai facilement retrouvé le texte chez gallica -- je ne fais ni le malin ni l'érudit.
Las ! où sont-ils donc, les ceusses prêts à défendre, de manière autre que symbolique, leurs libertés et leur liberté contre les minuscules crétins nuisibles qui les en privent ? La chaîne est de plus en plus courte ; le collier toujours plus étrangleur ; la muselière (ou le suffocateur, comme dit Amélie Paul), toujours plus efficace.
Et tout cela grâce à des décrets de papier qui n'ont d'autre force que celle des quelques dizaines de milliers de milichiens qui, dépourvus de toute conscience morale, soutiennent le régime. Sans leurs hommes de main, pourtant, les juges, journalopes et politicards trembleraient tous de peur.

Écrit par : Blumroch | 21/01/2021

[Musicalmar]
Me croyant drôle, je fais observer à mon épouse que si la reine d'Angleterre était atteinte par le très mortel et très méchant virus de Wuhan, elle serait probablement traitée par de l'hydroxychloroqueen. Instruit par l'expérience, je regarde si cette trouvaille façon Wormword n'a pas déjà été faite. "La question, elle est vite répondue", et c'est oui :
https://www.toonpool.com/toonagent/showimage?imageid=359539
Je ne sais pas ce qui a motivé le dessin, mais y'a du corona au balcon. ;-)

Écrit par : Blumroch | 21/01/2021

Blumroch > Y aura-t-il seulement un salon de thé ;-)

Joli texte. Il y a déjà eu des fins de monde, le problème est de vivre à ces périodes.

Le progressiste te dira que la haine, par exemple, n'est pas un "délit de pensée", mais tout ce qu'il y a de plus concret ; c'est tout ce qui ne va pas dans son sens.

Écrit par : Pharamond | 21/01/2021

Écrire un commentaire