statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2020

Je plussoie (36)

"Quand les dieux se mettent à être explicites, les églises se vident."

Marc Bonnant

 

"Nous combattons un ennemi qui est différent de nous. Il n’est pas à découvert, il se cache ; il n’est pas franc mais malin ; pas honnête mais faisant preuve de bassesse ; pas national mais international ; ne croit pas au travail, mais spécule avec de l’argent ; n’a pas sa propre patrie mais a le sentiment que le monde entier lui appartient."

Viktor Orbán

 

"Celui qui contrôle la peur des gens devient le maître de leurs âmes."

Nicolas Machiavel

 

"Les chiffres sont des êtres fragiles qui, à force d’être torturés, finissent par avouer ce qu’on veut leur faire dire."

Alfred Sauvy

 

"A longue échéance, tous les continents (jaune, noir et bistre) basculeront sur la vielle Europe. Ils sont des centaines et des centaines de millions. Ils ont faim et ils n'ont pas peur de mourir. Nous, nous ne savons plus ni mourir, ni tuer. Il faudrait prêcher, mais l'Europe ne croit à rien. Alors, il faut attendre l'an mille ou un miracle."

Albert Camus

 

"Les seuls gens normaux sont ceux que vous ne connaissez pas très bien."

Alfred Adler

 

"Toutes les personnes cruelles se décrivent comme étant des modèles de franchise."

Tennessee Williams

Commentaires

Excellente remarque d'Alfred Sauvy.
Orban a beau tourner autour du pot, son allusion est assez transparente.

Écrit par : Sven | 31/10/2020

j'aime beaucoup la dernière "toutes les personnes cruelles se décrivent comme des modèles de franchise"
c'est tellement....vrai?
non, pas vrai, enfin, pas seulement
flagrant?
évident?

Écrit par : kobus van cleef | 31/10/2020

Hum...
Elle sont toutes bonnes.
Comme Sven et si je suis mal-pensant je ferais son choix.
Celle d'Albert Camus n'est pas mal non plus...
Vous ne nous avez pas falicité la chose cette fois-ci !

Écrit par : Fredi M. | 31/10/2020

Victor Orban ... c' est clair ;-)

Écrit par : EQUALIZER | 31/10/2020

La relation entre cruauté et franchise (ou absence d'icelle) ne m'apparaît pas. "All cruel people describe themselves as paragons of frankness.", c'est de la psychologie de mauvais roman, ou du Patrick Besson essayant de faire littéraire dans sa chronique du *Point*. Que peut-on d'ailleurs attendre d'une réplique prise dans une pièce intitulée *The Milk Train Doesn't Stop Here Anymore* ?

La formule de Sauvy me rappelle la noble profession de foi d'un certain Carroll D. Wright, statisticien ricain, dans les années 1900 :
//
The old saying is that "figures will not lie", but a new saying is "liars will figure". It is our duty, as practical statisticians, to prevent the liar from figuring ; in other words, to prevent him from perverting the truth in the interest of some theory he wishes to establish.
//
Si les nombres ne mentent pas, les menteurs savent les y contraindre. Pire encore, les mesures peuvent être fausses, délibérément ou non ; et les données, fabriquées ou altérées de manière plus ou moins subtile. (Etrangement, toute ressemblance avec la situation présente ne serait pas entièrement fortuite.)

Des facéties pour matheux figurent dans tous les fichiers de "fortune cookies". J'y retrouve celles-ci, dont une au moins pourrait, statistiquement, faire sourire :
//
A Statistical Department is hiring mathematicians. Three recent graduates are invited for an interview : one has a degree in pure mathematics, another one in applied math, and the third one obtained his B.Sc. in statistics.
All three are asked the same question : "What is one third plus two thirds ?"
The pure mathematician : "It's one."
The applied mathematician takes out his pocket calculator, punches in the numbers, and replies : "It's 0.999999999."
The statistician : "What do you want it to be ?"
//
According to statistics, the highest suicide rate is found near piers. I think it’s because of pier pressure.
//
-- Statistics show that 47% of people are pedantic.
-- Well, in fact, it's 46.83%.
//
You are so mean that your standard deviation is zero.
//
Q : How many statisticians does it take to change a light bulb ?
A1 : "With what degree of certainty do you need to know?"
A2 : 3.67 statisticians on the average.
A3 : 75.23% of the population believe that it takes less than four statisticians.
//
All models are wrong. Some are useful.
//

Cette page recense quelques réflexions d'Orban... et mentionne la réflexion de Camus (qui ne m'éblouit pas : nul besoin de croyance pour défendre sa peau) :
https://pleinsfeux.org/citations-de-viktor-orban/

Écrit par : Blumroch | 31/10/2020

Sven > Et elle est d'actualité ;-)

Plus clair lui aurait valu des ennuis.

kobus van cleef > J'ai pu constater moi-même que c'était souvent exact, mais l'inverse n'est pas vrai : on peut être franc sans être cruel, au moins pas volontairement.

Fredi M. > Merci ;-)

EQUALIZER > Il semblerait...

Blumroch > Voir réponse à kobus ;-)

Tes anecdotes confirme ce que dit Sauvy.

Écrit par : Pharamond | 01/11/2020

@Pharamond : "Voir réponse à kobus ;-)" : te voilà écolo recycleur ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 01/11/2020

Blumroch > Il faut savoir s'économiser.

Écrit par : Pharamond | 01/11/2020

@Pharamond :
On disait à Pharamond, brillant directeur du club Guerre Civile et Yaourt Allégé : "Vous n’avez pas fait grande dépense d’esprit pour répondre au misérable Blumroch." Il répondit : "Souvenez-vous du proverbe hollandais : Sans petite monnaie, point d’économie."
;-)

Écrit par : Blumroch | 01/11/2020

Blumroch > Il ne faut pas m'en vouloir, je vieillis.

Écrit par : Pharamond | 01/11/2020

@Pharamond : Eh, I was just joking. What are smileys for ? ;-)

Écrit par : Blumroch | 01/11/2020

Blumroch > Mes facultés diminuent à tel point que je ne l'avais pas vu ;-)

Écrit par : Pharamond | 01/11/2020

@Pharamond : Et moi, je n'avais pas vu (ou du moins n'étais-je pas absolument certain) que tu avais vu. ;-)
Ce doit être le mauvais *genius temporis*. Supporter de vivre au macronistan, ce n'est pas bon. Face à une mafia de fous furieux, je me demande quelle est l'étape qui devrait suivre le mépris puis le dégoût...

Écrit par : Blumroch | 01/11/2020

Blumroch > Nous n'avons malheureusement pas le choix.

Écrit par : Pharamond | 01/11/2020

Pour je ne sais quelle raison, me revient en mémoire ce magnifique blanc-seing évoqué au chapitre LXVII des *Trois mousquetaires* :
"C’est par mon ordre et pour le bien de État que le porteur du présent a fait ce qu’il a fait."
Dans un de ces univers parallèles dont la physique quantique nous affirme qu'ils existent (impossibles à atteindre toutefois), les affaires publiques sont peut-être dirigées par un Richelieu. Ou par presque n'importe qui sauf l'actuel crétin enragé résolu à nous réduire en esclavage et/ou à nous tuer. Ce n'est pas une consolation, mais "en même temps" c'en est une -- un peu comme l'idée, baroque et indémontrable, promettant la victoire à notre camp dans quelques siècles, voire millénaires... ce qui nous importe assez peu *ici* et *aujourd'hui*.

Écrit par : Blumroch | 01/11/2020

Blumroch > C'est comme pour la réincarnation : à quoi cela sert-il de croire que nous nous réincarnerons pour une vie de félicité si nous n'en sommes pas conscient ?

Écrit par : Pharamond | 01/11/2020

@Pharamond : Yep. C'est comme pour la métensomatose célébrée par l'agagayoga : passer d'un corps à un autre sans garder le moindre souvenir des vies antérieures, ça ne présente pas beaucoup d'intérêt. C'est le *gamer* qui oublierait, à chaque nouveau jeu, ceux qu'il a pratiqués avant. ;-) En tout cas, dans une prochaine vie, j'aimerais me souvenir de celle-ci pour mieux répartir les points de compétence dans la prochaine. Je ne ferai plus la kronnerie de miser sur la rationalité et l'esprit critique : tout ira dans la force et l'habileté au tir. ;-)

Écrit par : Blumroch | 01/11/2020

La sentence de Machiavel est devenu un adage à Science-Po et à l'ENA. Remplaçons le mot "faim" par "confort gratuit" et Albert devient un prophète. Remplaçons les "chiffres" de Sauvy par "sondages" et nous savons tout de nos pseudo-démocraties.

Écrit par : Martin-Lothar | 01/11/2020

Blumroch > Une autre chance avec le transhumanisme ?

Martin-Lothar > Les sondages ne sont que des chiffres.

Écrit par : Pharamond | 01/11/2020

@Pharamond : Ce sera certainement trop cher pour le *pecus vulgare* et les ceusses "qui ne sont rien". Au reste, suis pas certain que ce soit si souhaitable : l'enfer de la répétition et des situations comparables au fil du temps, ça doit lasser.

Écrit par : Blumroch | 01/11/2020

Blumroch > Je plaisantais, le concept me semble déjà plus que nébuleux.

Écrit par : Pharamond | 01/11/2020

@Pharamond : I, too, was joking. ;-) Une seule certitude, si par extraordinaire le téléchargement des cervelles vers un "cloud" était possible : l'espace de stockage requis par les collectivistes et autres macronistes serait bien inférieur à leurs prévisions.

Écrit par : Blumroch | 01/11/2020

Blumroch > :-)

Écrit par : Pharamond | 01/11/2020

@ kamerad Blumroch
J'aime beaucoup vos blagues sur les statisticiens

Écrit par : Kobus van Cleef | 04/11/2020

Ma mère m'a rappelé, à l'occasion de la mort de mon père, qu'elle l'aidait à faire ses statistiques de l'évolution de la délinquance et du classement des affaires confiées au parquet de la bonne ville de...... lorsqu'il en occupait le poste de substitut du procu de la république ( pas encore crépue mais ça ne saurait tarder)
En effet, à l'époque,ce boulot, qui aurait pu être confié à un greffier, ou à tout autre auxiliaire de djustiss, était échu au magistrat le plus jeune arrivé dans le poste
Les lignes directrices étaient quand même institutionnalisées ou du moins,transmises au petit nouveau par les anciens,trop jouaces de se débarrasser du bâton merdeux
Jamais d'augmentation de la délinquance
Toujours augmentation du classement avec suites des affaires à leur connaissance portées
Toujours stagnation des classements sans suites
À partir de là, on pouvait broder tant qu'on voulait
Un truc enervait particulièrement mon père, grand pinailleur devant l'éternel ( en fait, terrifié par l'imprécision) , c'était la dénomination des décès
Par exemple le terme"décès par chute d'un lieu élevé" qu'il s'entêtait à biffer pour le remplacer par "défenestration"
Les formulaires ( hé oui, au début des 60's il y avait déjà des CERFA) lui revenaient des mois après, un vrai mastic
J'étais à peine né, aucun souvenir

Écrit par : Kobus van Cleef | 04/11/2020

Kobus van Cleef > En respectant les lignes directrices c'était presque un travail littéraire.

Écrit par : Pharamond | 04/11/2020

@Kobus van Cleef : You're welcome. ;-)

Dans une chronique, Gaxotte avait illustré son propos, savoir la légitime défiance face aux statistiques quelle qu'en soit l'origine, en rapportant les confidences d'un ami juriste qui disait la même chose que vous (mais pas dans votre style inimitable, évidemment) : le conseil donné aux nouveaux par les anciens était bien de modifier *un peu* les nombres, mais *pas trop* -- et surtout sans se soucier de mener l'enquête et de prendre en compte la réalité.
Dans un registre comparable, le père d'une amie, qui travaillait place Beauvau, m'avait appris (ou plutôt confirmé) qu'à partir des "vrais" nombres établis sur la base de renseignements faussés "pour diverses raisons", il y avait les faux vrais nombres, les vrais faux rectifiés, ceux qu'on donnait au ministricule de l'intérieur, ceux qu'on donnait aux autres ministères concernés, et ceux qu'on distillait aux journalopes en fonction des impératifs de la propagande (notamment la lutte contre la Bêthimmonde).

Prédire pour le lendemain le temps du jour est une méthode qui, statistiquement, marche assez bien.

J'ai vu les résultats d'enquêtes consacrées au matériel informatique, conduites de manière *relativement* honnête, être modifiés par le choix de coefficients judicieux, de manière à avantager certains gros annonceurs.

Dans *Mon village et moi*, au chapitre intitulé "Le pluviomètre", l'historien méchant mentionné *supra* rapportait qu'enfant, il avait été chargé des relevés météorologiques pendant les vacances de l'instituteur, au mois d'août :
//
Par des journées éclatantes de lumière, alors que les herbes desséchées jaunissaient au bord des chemins, le pluviomètre me révélait souvent d'abondantes chutes de pluie, sept millimètres... un centimètre. Je croyais à la probité des choses, mais j'éprouvais de l'étonnement.
-- Il a fait cette nuit un orage, me disait ma soeur. Mais tu dors comme une marmotte. Tu n'entends rien. J'ai noté l'heure à ta place. L'averse a été courte mais drue.
[...]
Ma soeur me révéla que, pour mettre un peu de poésie dans la science, elle avait eu soin de verser elle-même dans le pluviomètre le verre d'eau ou le broc qui me causaient tant de surprise.
//
Des années plus tard, Gaxotte pu constater, sur des cartes de pluviosité, que son canton était longtemps resté un des plus pluvieux de France. Les nombres redevinrent plus normaux, plus véridiques, mais les preuves existent, qu'à un certain moment, le changement climatique avait sévi de manière locale.

Écrit par : Blumroch | 04/11/2020

J'adore cette histoire de pluviomètre
Elle vaut bien toutes les forgeries chiantifiques qui ont abouti à de profitables frometons dans les INSERM,au CNRS ou dans des facultés de zienzes zumaines
Je ne trahirai aucun secret en disant qu'un de mes patrons fut le précurseur d'une technique radiologique de diagnostic, connue et pratiquée de et par lui uniquement et que ça lui vallu une agrégation et une chefferie de sévices ( sévices dans lesquels nous fûmes, hélas, impliqués, nous autres, jeunes internes des hospitaux universitaires, en d'autres termes, nous n'apprimes rien de lui, mais n'est ce pas le destin commun des internes ?)
Et que son adjoint, qui n'avait jamais pratiqué ni écrit quoi que ce soit, fût mis à ce poste précisément pour éviter de faire des dégâts ailleurs
Ayant peu de connaissances dans le domaine des sciences humaines, je serai preneur d'anecdotes concernant des agrégations de sociologie, bien frelatées

Écrit par : Kobus van Cleef | 04/11/2020

Blumroch > La sœur était out de même une sacrée farceuse.

Kobus van Cleef > Touchant à la santé votre histoire est inquiétante.

Écrit par : Pharamond | 04/11/2020

Hormis les urgeries, il n'y a rien en médecine qui ne se résolve avec une bonne dose de bon sens, de réflexion, de connaissances et d'habitude
Ainsi, il est toxique de mettre en première ligne la nuit des débutants sans les encadrer de très près mais comment faire autrement pour qu'ils mûrissent un peu ?
Et il est illusoire de penser que les non débutants qui n'ont pas été bronzé au feu de l'angoisse du débutant solitaire, puissent faire autre chose que des débutants perpétuels
C'est un job où malheureusement il y a une grande part de l'inné, la résistance au stress, la faculté de mémoriser les échecs, la faculté de s'adapter
Je pourrais en torcher des tartines sur le sujet on y serait encore demain

Écrit par : Kobus van Cleef | 04/11/2020

Kobus van Cleef > Je trouve que s'il y a bien des personnes qui ne volent pas leur salaire ce sont bien les bons médecins.

Écrit par : Pharamond | 04/11/2020

@Kobus van Cleef : En attendant votre blogue imprimé, votre journal en ligne, au style unique, est instructif autant que divertissant : de grâce, continuez !

Bergier éprouvait un mépris de fer pour les sociologues contemporains qui ne sont, à de très rares exceptions près, ni des littéraires ni des savants. La première anecdote qui me revient en mémoire, c'est la belle histoire de Maffesoli, sociologue frelaté qualifié pour écrire dans le *Nouvel Obs*, qui accorda à Germaine Hanselmann, en 2001, le grade de docteur pour une fouthèse consacrée à la défense et illustration de l'astrologie. Même les astrologues "sérieux" avaient hurlé au scandale.
Avec cette peau d'anesse, à quelques années près, les excellentes relations de la dame avec la Francisque numéro 2202 se traduisaient par une chaire en Sorbonne ! Déjà qu'elle avait eu le front d'exiger (en vain) un droit de réponse aux critiques dans sa fiche de police kikipedia...
Pourquoi pas par Con-Bandit au Panthéon, de son vivant ?

http://www.homme-moderne.org/societe/socio/teissier/analyse/socio.html
http://cibois.pagesperso-orange.fr/esprit.htm

Écrit par : Blumroch | 04/11/2020

J'ignorais que la tireuse de cartes d'anchois pommier ( est il moins déshonorant d'être tireuse de cartes que tireuse de bière ou tireuse de lait ? je ne sais) se nomma hanselmann
Je savais en revanche qu'elle avait soutenu une thèse
Sous thèse ? Fou thèse ?
Que nenni !
Thèse tout court
Et comme telle, ainsi que le rappelle l'auteur de l'article annexé,propre à lui ouvrir les voies du recrutement au CNRS, à l'université vronzaise et à beaucoup d'autres lieux de savoir ( ha putain, quelle rigolade ! Lieux de savoir, ça me fait le même effet chaque fois, un chatouillis épigastrique, un frémissement labial et puis l'explosion... de rire, avec parfois la toux afférente, on reste cacochyme même en étant de bonne humeur)
Tiens, comme le grand zoziologue vronzais, Geoffrey ou Geffroy de lagasnerie ( j'ai froid ? peut être) qui enseigne à l'école de la mode
Que peut enseigner à l'école de la mode un zoziologue emparticulé ?
À part, bien sûr que la mode est un phénomène zozial ( ce dont personne ne doute, pauvre crétin) et surtout financier ?
Vous trouverez sans peine l'intitulé des lieux de savoir où l'agité s'agite
Je crois qu'un autre zoziologue défrayeur de chroniques occupe une place en vue ( mais vient de la perdre)
Il s'agit de dame cercueil, Alice de son prénom
C'était à l'Institut catho de Paris
Mais était elle réellement zoziologue ?

Écrit par : Kobus van Cleef | 04/11/2020

Écrire un commentaire