statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/09/2020

Chemin faisant

Hier matin en allant au travail je croise un couple de vingtenaires. Le garçon visiblement très éméché marche sous la surveillance inquiète de la jeune femme à ses côtés qui ne le quitte pas des yeux. Arrivé à ma hauteur, il me regarde et sans s’arrêter me lance en s'accompagnant de grands gestes : « Vous êtes un imposteur, Monsieur ! Un imposteur ! » Surpris je n'arrive qu'à lui répondre : « C'est bien possible... C'est bien possible... »

Dans le quartier colonisé par les Néo-Français la municipalité a refait il y a une dizaine d'années le grand cours qui le traverse. Elle l'a agrémenté d'une petite fontaine assez jolie, plusieurs fois vandalisée il n'en reste plus qu'un tube métallique et trois jets d'eau (non potable). Je l'ai photographiée ce matin :

IMG_20200914_071912.jpg

Pour en savoir plus sur les mésaventures de cette malheureuse fontaine voir cet article sur 33-bordeaux.com.

 

Commentaires

Bonne et habile réponse, par ces temps troublés. ;-)
Interrogé sur mon éventuelle adhésion par un disciple de la Vraie Foi armé d'un coutelas, je me demande si la réponse la plus sûre ne serait pas : "J'étudie encore la question". Pour plus de sûreté, faudrait toujours avoir le Livre avec soi, à condition de ne pas l'ouvrir -- les notes pourraient surprendre les adeptes.

Vandaliser une fontaine. Faut vraiment être *autre*.

Écrit par : Blumroch | 16/09/2020

Blumroch > Pour l'anecdote le couple était des Blancs tout propre sur eux et le garçon n'était pas du tout agressif, il avait seulement eu une nuit visiblement très arrosée sans doute sans sa jolie compagne.

"Autre" c'est le mot.

Écrit par : Pharamond | 16/09/2020

Vu le vocabulaire employé, on s'en serait douté. Ca rappelle des scènes d'un Singe en hiver avec Gabin et Belmondo, adapté par Henri Verneuil d'un roman d'Antoine Blondin.

Il m'est arrivé une aventure similaire avec un petit groupe de punks à chiens. Je me fais insulter par l'un d'entre eux, tourne la tête car il était sur le trottoir d'en face. Il s'en offusque, veut traverser la rue et s'écroule dans le caniveau.

A Toulouse, il y a un lac à la Reynerie, au coeur du Mirail. Il est couvert de papiers gras les jours de marché. La faute au vent disent les gauchiasses.

La fontaine serait plus grande, ils s'y baigneraient. Je ne sais pas pourquoi, ça me fait penser à cet accident du travail:
https://www.leparisien.fr/yvelines-78/yvelines-le-voleur-de-motos-presume-se-noie-en-fuyant-la-police-14-09-2020-8384214.php
Là aussi, réflexion d'une autre planète:
"Mon frère a 35 ans, deux enfants, expliquait cette femme. C'est un père de famille responsable. Je ne crois pas en cette scène. Il ne se serait jamais jeté à l'eau".
Le père responsable était en train de voler des motos.

Écrit par : Sven | 17/09/2020

Ha
Lorsqu'on me charge,bille en tête, je réponds souvent "mais je m'en flatte, mon bon ami, je m'en flatte !"
L'autre jour j'ai fait une mammellographie à une punkette probablement sans chiens ( interdits dans les enceintes traitant les humains), elle avait des dreads entassées sur la tête comme méduse
Vu de près c'est assez debectant, on imagine ça pouilleux et vermineux

Écrit par : Kobus van Cleef | 17/09/2020

"un Singe en hiver" , à voir et à revoir : merveilleux film - merci Sven ;o)

Écrit par : téléphobe | 17/09/2020

Sven > La saoulerie sans agressivité et drolatique. J'en ai connu quelques unes de la sorte plus jeune (je sais ça fait vieux c...), je n'en suis pas fier ni honteux.

Je préfère mon jeune alcoolisé à ton épave ;-) Je na considère pas d'ailleurs son amusant et énigmatique "imposteur" comme une insulte.

Autant en emporte le vent...

Ces gens sont sincères ce sont juste les critères de normalité qui ont changé.

téléphobe > Oui, très bon film.

Écrit par : Pharamond | 17/09/2020

Kobus van Cleef > Oui ce n'est pas mal du tout, mais cela dépend de la charge.

Vous devez parfois avoir des patients fort peu ragoutants.

Écrit par : Pharamond | 17/09/2020

houlà oui!
des très laids
mais des femmes très émouvantes aussi
des mutilées (du sein) qui ont réussi à survivre , sur-vivre, vivre au dessus en somme, au dessus de ce qu'elles ont enduré
assez exceptionnel comme attitude, moyen de résilience, je sais pas si j'y arriverai

Écrit par : kobus van cleef | 17/09/2020

kobus van cleef > Il y a un gouffre entre celles et ceux qui ont perdu leur intégrité physique à causes d'un accident ou de la maladie et qui gardent leur dignité et les autres qui se laissent aller jusqu'à devenir répugnants par choix. Chacun fait ce qu'il veut me dira-t-on, soit, et moi je fais ce que je veux aussi et je dis que je n'ai pas d'indulgence pour ces gens.

Écrit par : Pharamond | 17/09/2020

Tout à fait
C'est pourquoi, une femme qui surmonte son handicap,son sein envolé,sa peau frippée et gaufrée par la radiothérapie,son bras gonflé par le curage ganglionnaire, cette femme là gagne un respect immense

Écrit par : Kobus van Cleef | 18/09/2020

Ceci dit, je vois de plus en plus de femmes tatouées, piercées, infibulees volontairement
Certaines dans mon personnel d'ailleurs
Les tatouées ?
Trois sur une trentaine
Mais je les ai pas détaillées recto verso, simplement ce qui est apparent
Pour les piercées et les infibulees, dans le personnel, j'avoue ne pas savoir
Mais lorsque sur une radio vous voyez des corps étrangers métalliques à hauteur de la vulve ou des mamelons ou du nombril, ou des trois ensemble, lorsque sur un scanner de la tête vous avez des artefacts métalliques dans la cavité buccale ( et pas d'obturation dentaire) , ou dans les sourcils ou les oreilles ( et pas le lobule mais le pavillon, et l'anti tragus) vous avez vite pigé que vous êtes en présence d'un fou ou d'une folle de son corps

Écrit par : Kobus van Cleef | 18/09/2020

@ Kobus

La nef des fous sans identité qui s'invente une transcendance pour pas cher.
Difficile de ne pas rire de ces rebelles de pacotille avec tatouages et masques. J'en ai vu un ou deux gratinés ce matin en déposant mes gamins à l'école. Viriles comme Conversano, avec des plus gros seins que lui. J'ai noté que nous n'étions que deux sans masque: une jolie blonde et moi.

@ Pharamond

"Ces gens sont sincères ce sont juste les critères de normalité qui ont changé".
Il s'agissait du témoignage de la femme d'un cousin Traoré. C'était la normalité de Bam... euh de Montreuil. La normalité a changé. Dans un certain sens.

Écrit par : Sven | 18/09/2020

En fait le kouzin a bu la tasse car ses poches étaient pleines de.... fourchettes
Il redoutait une peine de prison trop longue et la continence associée
Un geste apotropaique ( avec un tréma sur le i) en quelque sorte

Écrit par : Kobus van Cleef | 19/09/2020

Écrire un commentaire