statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/07/2020

Histoire... (165)

Histoire et communication

Jeudi 14 Mai 2020

Communiqué du Réseau citoyen du Cercle Normand de l'Opinion

 

Ceux qui affectent de mépriser l’histoire parce que c’est du passé et s’enivrent de communication parce que c’est du présent devront corriger le logiciel de leur compréhension du monde : un événement, qui touche de près Rouen et l’ensemble de la Normandie vient de leur en donner la preuve. Il s’agit du documentaire de RMC-découverte relatant les circonstances du raid aérien du 17 août 1942 de l’U.S. Air Force qui aurait dû endommager la gare de triage de Sotteville et qui, totalement raté, fit des dizaines de victimes civiles sur la rive droite de Rouen, à plus de 2 km de l’objectif.

Les lecteurs de l’ouvrage de l’historien Paul Le Trévier (17 août 1942. Objectif Rouen. 1er raid américain sur l’Europe – Édition Comever – 2005) connaissaient dans le détail cette funeste opération, mais nombre de Rouennais en ignoraient les tenants et aboutissants. L’apport du documentaire de RMC*, réalisé par Emmanuel Amara, réside dans la projection de bandes d’actualité de l’époque, notamment de la conférence de presse qui suivit le raid, avec les interviews des promoteurs et des participants de ce bombardement-fiasco. Inutile de préciser que ce ne fut pas la tonalité de cette opération de propagande !

Et l’opinion publique normande, médusée, a découvert ce mardi 12 mai 2020 qu’on lui avait caché une sinistre vérité : les Américains ont menti quant aux résultats du raid, ils ont travesti la vérité quant à ses motivations.

  • Motivations : il s’agissait pour les responsables de l’aviation américaine de pouvoir s’affranchir de la tutelle britannique plus aguerrie. Les Anglais, qui avaient survécu à trois ans de guerre aérienne, privilégiaient les bombardements de nuit et à relative basse altitude. Les Américains, avec leurs forteresses volantes B17, prétendaient bombarder de jour, à très haute altitude, et atteindre leurs objectifs avec la plus grande précision grâce au nouveau viseur Norden… En fait, ils voulaient prendre le commandement des forces aériennes alliées. Il leur fallait une démonstration éclatante de leur supériorité.

  • Mensonges sur les résultats : le communiqué de victoire de la conférence de presse avait été rédigé à l’avance et les pilotes interrogés avaient été chapitrés pour clamer une « vérité pré-établie ».

Là où le passé devrait éclairer le présent, c’est sur le choix de Rouen par l’U.S. Air Force. La gare de triage était un prétexte, le choix de Rouen reposait sur la notoriété de la capitale normande, bien connue de l’opinion publique américaine (qui n’a pas attendu les événements de 1944 pour connaître de la France Paris, la Côte d’Azur et… la Normandie). Voilà une leçon à retenir de cette malheureuse affaire.

Quoi qu’il en soit, retenons l’essentiel : pour des raisons politiques et de prééminence, le premier bombardement stratégique américain sur l’Europe a été expérimenté sur Rouen car il fallait convaincre l’opinion publique américaine que les États-Unis, mal préparés à cette guerre où ils avaient été entraînés (Pearl Harbor) étaient capables de « gagner la guerre » grâce à l’aviation… L’échec – au plan militaire – de cette opération a été nié et le mensonge a été d’autant plus avéré que l’on a « oublié » d’évoquer les pertes civiles.

Ce fut, comme pour le bombardement absurde du Havre de septembre 1944, un véritable crime de guerre. L’histoire « officielle » étant écrite par les vainqueurs et la servilité des élites (sic !) aidant, il y eut une vérité officielle qu’il ne fallait pas mettre en doute. 70 ans plus tard, la véritable histoire apparaît.

L’imprudente loi Avia récemment votée confie aux GAFA la possibilité de censurer les plates-formes internet, allons-nous subir des représailles informatiques pour avoir osé critiquer le dogme de la bienveillance américaine ?

 

C.N.O.

Rouen, le 14 mai 2020

Source : TVNC - Terre d'actions et d'infos

* Il s'agit du documentaire 1942 : Rouen sous les bombes alliées d'Emmanuel Amara diffusé le 12 mai 2020 sur RMC découvertes

 

Commentaires

Les vainqueurs ne sauraient être coupables de quoi que ce soit, puisqu'ils ont *gagné*. Seuls les vaincus passent en jugement.
Qui osera reprocher aux gentils américains quelques "other losses" bien excusables dans le contexte de l'époque ?
On commence comme ça, à remuer de vieilles histoires oubliées, et on finit par avoir l'incroyable prétention de condamner des ministres au pilori, aux galères, à la potence même -- comme si les gueux étaient qualifiés pour peser les actions des dieux.
C'est... révoltant.
J'attends avec impatience la loi Avia *révisée*, maintenant que le c.c. a fait semblant de s'y opposer pour réduire au silence les esprits chagrins prétendant que la démocrassouille avait disparu, Foutriquet 2.0 *regnante*.

Écrit par : Blumroch | 01/07/2020

Blumroch >
"États-Unis
L'État fédéral américain a été la première entité mise en cause par les victimes de l'agent orange, mais il bénéficie de l'immunité pour tout acte commis en temps de guerre. Les vétérans américains victimes de l'agent orange se sont alors retournés vers les fabricants de l'herbicide.
[...]
Le 31 janvier 2004, l'Association vietnamienne des victimes de l'agent orange/dioxine a présenté un recours collectif aux États-Unis contre onze fabricants d'herbicide (dont Dow Chemical et Monsanto) pour crime contre l'humanité et crime de guerre. La première séance de ce procès a lieu le 1er mars 2005 à New York. Le 10 mars, la cour rejette la plainte, le juge ayant conclu que l'agent orange n'est pas un poison au regard du droit international, et qu'il n'y a donc pas d'interdiction d'utiliser un herbicide. L'association vietnamienne des victimes a déposé un recours devant la cour d'appel de New York, le 8 avril 2005, et son dossier d'arguments le 30 octobre 2005."
Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Agent_orange#%C3%89tats-Unis

Écrit par : Pharamond | 01/07/2020

@Pharamond : A te lire, je pense soudain à un autre produit chimique. Je n'en dirai pas plus : Avia I a beau avoir été recalée, elle a des ancêtres, à commencer par le Joyeux Stupide. ;-) De plus, comme Arnold, she'll be back.

Écrit par : Blumroch | 01/07/2020

Ces crimes ont été commis pour notre bien, il ne faut pas l'oublier. Sinon le mal règnerait toujours sur l'Europe. Et le mal, c'est pas bien!

@ Blumroch

Elle est verte que son projet de loi ne soit pas passé:
https://www.dailydot.com/wp-content/uploads/2018/09/shrek_what_are_you_doing_swamp.png

Écrit par : Sven | 02/07/2020

@Sven : Je n'avais pas fait le rapprochement, mais vérification faite avec plusieurs photos proposées par Gougueule, la ressemblance est frappante. C'est mordant de vérité.
Faut la comprendre. Comment n'entrerait-elle pas, devant ce retard de théâtre que ses maîtres lui avaient sans doute dissimulé, dans une colère noire ?

Écrit par : Blumroch | 02/07/2020

Merci aux Américains de nous avoir délivré du nazisme d'abord et préservé du communisme ensuite.

Écrit par : brindamour | 02/07/2020

Blumroch > Que voilà de vilaines pensées.

Sven > CQFD

brindamour > Je ne vois pas les choses exactement comme cela, mais comme les lois de la République issue de la Libération que l'on doit aux Américains me l'interdit je n'en dirai pas plus. Vous voudrez m'excusez.

Écrit par : Pharamond | 02/07/2020

Ma mère était dessous (les bombes)
Elle a aussi connu la semaine rouge du 30 mai au 5 juin 1944
Elle n'avait pas encore 14 ans mais les souvenirs étaient vivaces

Écrit par : Philippe Dubois | 02/07/2020

@ Blumroch

Je trouve la comparaison peu flatteuse pour Shrek et m'insurge contre ce green face qui pourrait provoquer la légitime colère d'Hulk. J'en profite pour remercier les Américains de nous avoir offert tous les super-héros à qui il faudra expliquer, un jour, que le slip se met sous le pantalon et pas l'inverse. Il vrai qu'ils ont des choses plus importantes à faire comme l'a si justement rappelé brin d'amour: massacrer les populations civiles, piller les territoires occupés, réécrire l'histoire, nous habituer à la mal-bouffe, ...

Écrit par : Sven | 03/07/2020

@Sven : Ce serait plutôt l'ire légitime de She-Hulk qui serait à craindre. Au reste, ce green-face serait aussi du green-washing, et ça, c'est plutôt bien vu. ;-)
C'est sans doute en changeant de costume dans la précipitation que se produit une regrettable confusion dans l'ordre de l'habillement. Il y a pire : par exemple, dans les années 70 ou 80, Miss Marvel était vêtue d'une jupe fort courte et d'une très grande écharpe -- cette étrange association laissait supposer que son pays d'origine était l'Equateur arctique, aussi difficile à trouver sur les cartes que le Wakanda.
Tu es injuste : les actions que tu attribues aux super-héros sont plus souvent le fait des "marines" et de leurs chefs. Certains crétins costumés énoncent, à l'occasion, de profondes pensées comme on en trouvait parfois chez Xena la guerrière. Je crois me souvenir d'un épisode des X-Men où le professeur X déclarait sentencieusement : "Le monde n'est ni noir ni blanc, il est un cosmos de gris changeant." Je suppose qu'aujourd'hui, la phrase serait considérablement modifiée. Et que dire du fameux "With great power comes great responsibility" qui n'est prononcé ni par Spiderman ni par son oncle, et qui même aurait, lointainement, une origine révolutionnaire ?
https://en.wikipedia.org/wiki/With_great_power_comes_great_responsibility

Écrit par : Blumroch | 03/07/2020

Le Kamerad Sven nous a exposé, de manière concentrée, les principales activités des ricains à l'étranger. Je crois avoir forgé la formule latine résumant tout le généreux et *tacite* rêve américain pour la planète :

"Ubi Disneylandum faciunt, Paradisum appellant."

L'intérêt du latin de cuisine, c'est que sa traduction n'exige même pas d'avoir *oublié* son latin. ;-)

Écrit par : Blumroch | 03/07/2020

Philippe Dubois > Le témoignages des joies de la Libération sont bien rares comparés à ceux, pléthoriques, des méfaits de l'Occupation et c'est bien dommage.

Blumroch > Dans un monde normal Mickey aurait été plus redouté que Ben Laden.

Écrit par : Pharamond | 03/07/2020

@Pharamond : De fait, Mickey fait peur. C'est la paradoxale incarnation du néant : qui serait capable de faire son portrait sinon en évoquant le triscèle divin. Il n'a aucune personnalité, aucune histoire, c'est le parfait citoyen du nouvel empire du Rien.
Je ne sache pas grand-chose de plus angoissant que la célèbre photo d'une salle de cinéma peuplée de membres d'un club Mickey, tous masqués : un troupeau de Rudeau gris qu'on croirait sortis de *Septentrion*.

Écrit par : Blumroch | 03/07/2020

@ Pharamond

Je m'immisce dans la conversation. Libération avec une majuscule, ça te vaudra une remis de peine :-)
Après guerre, ces témoignages étaient plus nombreux. Le livre sur les faux monnayeurs en regorgent.

@ Blumroch

Le défi de Dysneyland.

Écrit par : Sven | 03/07/2020

Blumroch > cette terrifiante image, je suppose :
https://www.earthlymission.com/wp-content/uploads/2014/08/1930c-1024x762.jpg

Sven > Je me prépare au monde d'après ;-)

Avant que le mythe ne remplace la réalité, si celle-ci supporte la contradiction celui-là nécessite une croyance aveugle.

Écrit par : Pharamond | 03/07/2020

Écrire un commentaire