statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/05/2020

C'est vu (38)

Il y a pire que le cinéma français actuel, c'est le cinéma d'animation français actuel. Tous les moyens y sont bons pour préparer nos enfants à être de futurs citoyens du monde parfaitement perméables à toutes les fantaisies bien-pensantes. Malgré mon aversion pour toute production hexagonale je me suis risqué à regarder Le voyage du prince de Jean-François Laguionie et Xavier Picard.

Je résume et je spoile. Dans un monde peuplé de singes un prince vieillissant parti en guerre contre je ne sais qui voit la glace se briser sous son cheval et engloutir son armée - d'après les costumes et l'équipement des troupes l'évolution de cette civilisation doit être équivalente à la Renaissance européenne. Il s'échoue sur la rive d'une cité-état où il est découvert par Tom le fils adoptif d'un couple de scientifiques ostracisés pour pensées divergentes - le mari croit qu'il existe d'autres civilisations - qui occupe clandestinement le muséum d'histoire naturel abandonné. Grâce à l'adolescent le prince qui reprend peu à peu des forces arrive à communiquer - comme il est de rigueur dans les films édifiants les jeunes sont plus savants que les savants. Pendant que la femme du couple essaie des désherbants pour lutter contre l'avancée de la jungle qui enserre la ville - « Certains disent que [la forêt] se venge à cause de l'extension de la cité » selon les dialogues tout en légèreté - et que le mari prépare un rapport pour prouver sa thèse de mondes au delà des mers afin de réintégrer l'Académie le fils amène sans rien dire le prince découvrir la ville. Dans un société arrivée au début de l’ère industrielle la population habite des immeubles et travaille pour consommer et se distraire le soir alors que le pouvoir - invisible - essaie de leur faire peur rendant nécessaire les serrures aux portes alors que le crime n'existe pas - non, je n'invente rien. Après un tentative d'assassinat manqué - je ne sais pas comment - du prince par la mère qui a peur d'être sanctionnée si son mari échoue dans son projet nous retrouvons le scientifique visionnaire et le prince devant l'Académie. Elle refuse bien sûr de croire que notre héros vienne d'ailleurs, puis une fois convaincue - j'ai oublié comment - qu'il viendrait effectivement d'au delà des mers prétend qu'il est inférieur. Inférieur et dangereux dès que quelques armes de son armée échouées sur la plage sont amenées devant l'assemblée. Le prince est mis en cage dans un zoo, mais est libéré par Tom et deux copains – heureusement qu'on peut compter sur les jeunes. Le prince et l'adolescent s'enfuie dans la jungle après des adieux à la mère - quid de son mari. Dans la forêt Tom sent que leur salut est en haut et ils escaladent tous les deux un arbre et se retrouvent dans une société d'écolos bobos végétariens et pourtant très évolués qui ne tirent leur énergie que de la nature et ne font pourtant rien de la journée. Bien que comprenant le langage des oiseaux ce qui leur permet de suivre ce qui se passe en ville ils s'en contrefichent comme de leur premier smoothie. Le gamin reste et le prince qui s'est fait un avion qui bat des ailes en balsa s'en va.

Tout y est : tolérance sirupeuse, acceptation de l'autre forcément plus cool, charge contre le monde civilisé, relativisme culturel, jeunisme, anti-spécisme, écologisme béat, etc. Seul faux pas il n'y est pas question de féminisme, les seules guenons sont une gentille soubrette transparente et une scientifique matérialiste qui ne dépareillerait pas dans le département recherches de Monsanto et qui se rend coupable d'une tentative de meurtre - dans une société pourtant sans crime - même si elle reconnaît à la fin que sa victime est quand même sympa. Bien évidemment les critiques se sont pâmés devant tant de poésie et de subtilité.

Commentaires

Film non pas progressiste mais réactionnaire
Avez vous seulement songé que la tentative d'assassinat du Prinz par la mère de tom ( lamerdetom, ça pourrait être une injure de djeunz, comme starfoulla, la merdetom !) pourrait être consécutive à
1) soit une tentative de séduction du jeune Tom par le Prinz,ou inversement ? La merdetom n'étant que moyennement satisfaite que son fils goûte aux fruits défendus de l'amour pédofil, déciderai de sévir
2) soit une inclinaison déçue de la merdetom pour le Prinz, ce dernier la rejetant, l'amour et la haine étant deux fruits du même arbre,bref, avec de plus un mariage qui foire ( mari viré de l'académie, perte de statut zozial,on parie que le perdetom ne l'a pas touchée depuis des années....) la pauvrette pète les plombs ( en anglais,to fart ze lead) et tente de le revolveriser ou de l'empoisonner
Et la suite, hein
Tom et le Prinz quittent la maison pour un ailleurs où ils vivront leur passion
Où est cet ailleurs ?
En pleine nature,au sommet des arbres, dans une communauté !
C'est quasi le paradis
Là c'est même plus un mauvais roman du début 20eme , c'est le bulletin paroissial !
Sauf pour les enfants, ça, ils pourront pas en avoir
Mais ils pourront toujours en adopter

Écrit par : Kobus van cleef | 27/05/2020

Kobus van cleef > Merci pour ce développement désopilant quoique crédible et structuré, ce qui en démultiplie la force.
Après tout pourquoi pas, l'ensemble du film est farci invraisemblances, votre analyse y remet un peu de logique.
Vous oubliez cependant le départ du Prince en avion à la fin mettant un terme à cette idylle prometteuse.

Écrit par : Pharamond | 27/05/2020

j'y avais pensé
c'est le pied de nez du cinéaste boumaire
le tringleur va vers de nouveaux horizons, mais une fois seulement qu'il a accompli son destin sexuel

Écrit par : kobus van cleef | 28/05/2020

kobus van cleef > Une fin ouverte avec peut-être une suite ? Chouette ! Le féminisme et la lutte LGBTQIA+ ont en effet été négligés.

Écrit par : Pharamond | 29/05/2020

Écrire un commentaire