statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2020

Carte blanche (13)

Laissée à EQUALIZER (deuxième partie) :

 

Les rêves cauchemardeux ont ceci de pénibles qu'ils collent aux semelles comme bubblegum... le vieux gars s'était retrouvé dans le potage après le barouf fumant, à tousser bicoze la black-powder bien dosée charge de guerre c'est vite brouillard au Pont de Tolbiac... c'est comme ça que le récit à repris son cours comme il le raconte :

"...La baraque était à l'écart mais quand même, fallait esgourder que la pétarade n'ait pas attirée les mouches à merde. J'ai tout inspecté, jeté un œil dehors... rien. Il faisait pas nuit noire. Le deux rascals étaient bien refroidis... good new ! mais fallait pas traîner et évacuer ce merdier... dans l' ancienne grange qui servait de garage j' avais - parce qu'on ne sait jamais - des sacs poubelles grand format et un tas de trucs qui peuvent toujours servir, dont de la ficelle costaude.

J'ai mis les bottes de caoutchouc, la combi de mécano et des gants de chantier. Manipuler le grand con s'est avéré pénible, le replier en position fœtale, le ficeler Pfff... pis le rentrer dans le sac... c'est pas aussi simple. Au suivant ! même traitement ! faudra nettoyer le raisinet, et le yaourt qui leur servait de cervelle. Heureusement ils s'étaient pas trop épanchés...

J'avais envisagé la situation et préparé le nécessaire, en cas... parce que c'est pas tout de se dire: "s'il arrive ci ou ça je ferai ci ou ça". non, faut être prêt matériellement, et espérer gérer sans tourner comme une poule sans tête. De la mé-tho-de ! keep coll man ! j'ai commencé à rigoler, les nerfs... j'allais pas non plus leur faire une bénédiction à ces deux enculés, s'ils avaient pu j'étais en rondelles sur le carrelage ! alors no remorse !

J'avais gardé le vieux fourgon de récup d'un pépère décédé de longue date et jamais fait les démarches... merci la paplarophobie ! ...et merci au diable pour charger les deux crevures... une planche pour faire monter la mob... le réservoir à moitié plein ou vide ferait l'affaire... le jerricane de vingt aussi.. en route."

 

Commentaires

La suite, la suite ! J'attends le moment où le héros croise Foutriquet 2.0 et profite d'une fenêtre de tir. Titre à la Drieu : "Un libérateur à sa fenêtre". ;-)

Écrit par : Blumroch | 30/03/2020

Ça se lit ^^.
Moi aussi j'attends la suite.
Merci à vous deux.

Écrit par : Carine | 30/03/2020

Blumroch > Attention, en ces temps de loi martiale ou presque toute allusion négative à notre Leader suprême, et l'appel au meurtre en est une, pourrait être punissable.

Carine > Avec plaisir, cela nous change des comptabilités morbide et des décrets des pères Ubu.

Écrit par : Pharamond | 30/03/2020

@Pharamond : Fiction, d'une part. D'autre part, où ai-je suggéré que le tireur devait atteindre sa cible ? Ce serait pour le sport, comme dans *Man Hunt*, le film de Fritz Lang.
Et puis, si Crom se désintéresse de ses fidèles, les dieux de la Kronnerie, eux, veillent sur les leurs : c'est dire si Foutriquet 2.0 ne risque *rien* (à en croire fdesouche, Fafa vient de confirmer l'immunité totale de l'individu et de son gang contre toutes les poursuites engagées par des collectifs du personnel médical, alors...).
Y'en a quand même marre, d'obéir à des crétins et à des crapules. Faudrait que ça cesse.

Écrit par : Blumroch | 30/03/2020

S'habituer à la perversité des puissants est le début de la sagesse ou de la servitude. Chacun raiera la mention inutile de son choix.

Écrit par : Pharamond | 30/03/2020

La suite va venir j' y pense .. mais avertissement :

Toute ressemblance avec des personnages ou situations etc .. seraient totalement fortuites ! les actes du narrateur ne devant en aucun cas être imités ! sous aucun prétexte ...

D' ailleurs ça se passe dans un futurible ... après que président Manu N'Croma réélu en 2022 ait déposé la candidature de la Fwance à l' Union des Etats Africains . :-D

Écrit par : EQUALIZER | 30/03/2020

La dernière fois que j'ai vu une référence à Bertrand de Jouvenel, j'étais en hypokhâgne à Lewis-Le-Gluant. C'est *très* loin. ;-)
En marche pour Manu "La Menace" N'Croma !

Écrit par : Blumroch | 30/03/2020

Comme dans le début du hussard bleu ?
Enfin, les premières pages
Il sort dans la rue, on le reconnaît, on le course, il grimpe les escadrins,le voilà sur le toit, et là...
Je crois me souvenir que Nimier avait trouvé un patronyme britiche pour son anti héros, sliders,sanders ?

Écrit par : Kobus van cleef | 30/03/2020

EQUALIZER > Au cas où ça tournerait mal je vais essayer d'installer une fonction effacement urgent sur le blog avec un gros bouton rouge.

Kobus van cleef > Le Hussard bleu était sur le toit ? Je suis perdu.

Écrit par : Pharamond | 30/03/2020

certainement!
c'est du toit qu'il descend un......opportuniste? de la 11ème heure
si mes souvenirs sont exacts
tous les hussards de la littérature finissent par grimper sur des toits
en premier lieu, Angelo Pardi , le célébrissime héros de Giono
dire que c'est le film (au demeurant exceptionnel, pour un film français) de Rappeneau , qui a conduit mon gamin a lire Giono....
puis après Giono , d'autres auteurs
la littérature c'est comme le monsieur propre
ça sert à tout
ça peut servir à tout
ça instruit
ça console ( cf Pierre Magnan "ele secret des andrônes"- ou assimilé- "il aimait la peinture abstraite, les mortifications de l'esprit, les livres qui ne consolent pas" , il s'agit du juge Chabran, qui éprouvera un tel chagrin d'amour qu'il disparaîtra outre mer)
ça distrait
comme dit Muray "ça sert à nous faire détester un monde que l'on ne cesse de nous présenter comme désirable"

Écrit par : kobus van cleef | 30/03/2020

kobus van cleef > Jolie formule que celle de Muray.

Écrit par : Pharamond | 30/03/2020

Écrire un commentaire