statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/03/2020

Musique (524)

C'est la Journée internationale des droits de la femme donc voici ma contribution parce que m..., quand même ! Deux morceaux musicaux en hommage à notre héroïne nationale par le groupe britannique Orchestral Manoeuvres In The Dark qui semble faire une petite fixation ou veut se faire pardonner quelque chose et un tableau loin de l'imagerie cucul inspirée habituelle de la sainte en armure par Frank Graig, britannique lui-aussi.

Orchestral Manoeuvres In The Dark

Maid of Orleans

Orchestral Manoeuvres In The Dark

Joan of Arc

JDA.jpg

Frank Craig

La Pucelle ! Jeanne d'Arc à la tête de la cavalerie française à la bataille de Patay

jda2.jpg

Un détail

J'aime beaucoup l'expression de fermeté et d'innocence peut-être teintée d’épouvante face à la réalité du champ de bataille que le peintre a donnée à Jeanne.

Commentaires

[Musicalmar de *difficile* calcul moderne]
Je crois me souvenir, sans doute par malveillance, que Bruno le Rigolo (surnom revendiqué avec fierté par l'individu dans je ne sais plus quelle émission de télévision où il essayait de contrefaire le type sympathique et humain) ignore ce que représente un hectare, ne sait pas calculer 100 fois 100, et n'a évidemment pas honte (c'est dire s'il était qualifié pour jouer au ministre de Foutriquet 2.0) :
https://lesobservateurs.ch/2017/05/17/france-le-nouveau-ministre-de-leconomie-et-des-finances-est-incapable-de-faire-une-simple-multiplication/
C'est aussi beau qu'Ali Juppar, surnommé "le bouclier de l'islam", faisant l'éloge de cet Alcoran qu'il n'a jamais pris la peine de lire. C'est ici à 02:48 :
https://www.youtube.com/watch?v=A1BP01hty1M
On notera que cet imbécile inculte ne lit jamais *gratuitement*, pour le plaisir ou par curiosité désintéressée.
Eh bien, les ricains ont les mêmes et jusque dans le clergé merdiatique surpayé chargé de dire le Vrai, le Beau et le Bien. L'admirable "touitte" commenté sans étonnement par les deux journalopes est à 00:20 :
https://www.youtube.com/watch?v=ordODDzVso8
C'est anecdotique, c'est insignifiant, mais quand même... Tous ces (censuré), c'est l'é-li-teu qui contrôle nos existences. C'est dégradant.
Et certains ont encore des objections contre la stochocratie à la grecque, au motif qu'on pourrait tomber sur des imbéciles[1] !

Écrit par : Blumroch | 09/03/2020

[1] *La Stochocratie : modeste proposition pour que le peuple de France soit heureusement gouverné grâce à l'instauration d'une sélection politique aléatoire.*, de Roger de Sizif, est nettement moins facétieux qu'il y paraît (et c'est plus intelligent que les propositions de Shoard le couard), un peu comme les trois versions du remarquable livre de John Gall, qui mériterait d'être aussi connu que Lawrence J. Peter et Cyril Northcote Parkinson : *General systemantics : an essay on how systems work, and especially how they fail, together with the very first annotated compendium of basic systems axioms : a handbook and ready reference for scientists, engineers, laboratory workers, administrators, public officials, systems analysts, etc., etc., etc., and the general public.* (1975) ; *Systemantics : The Underground Text of Systems Lore. How Systems Really Work and How They Fail* (1986) ; *The Systems Bible: The Beginner's Guide to Systems Large and Small* (2002).
Je me suis demandé s'il existait une corrélation entre la longueur des titres successifs et les capacités d'attention du lecteur moyen. Le même phénomène rendait peut-être compte du passage, pour un célèbre magazine de presse informatique de la préhistoire, de *Dr. Dobb's Journal of Tiny BASIC Calisthenics & Orthodontia : Running Light Without Overbyte* à *Dr. Dobbs Journal*. ;-)

Écrit par : Blumroch | 09/03/2020

J'adore la tête de Juppé quand Onfray lui en met plein les dents. Mais la spongiosité de ce genre de personnage leur permet de se remettre de tout, l'absence d'honneur y aide beaucoup.
Quelle défense pitoyable, dans ses études "assez longues" dit-il histoire de montrer qu'il n'est pas un crétin, il n'a jamais eu l'occasion de lire le Coran. Soit, mais avant de prendre position sur l’implantation des mosquées et autres choses qui impactent la vie des personnes qui l'ont élu la moindre des choses aurait été de lire le livre saint des néo français comme on étudie un dossier avant de signer un contrat. Cet homme est répugnant : il se contrefiche magistralement du sort de ses administrés.

Écrit par : Pharamond | 09/03/2020

@Pharamond : Pas seulement de ses désormais anciens "administrés"[1] : il se moque du sort de tous les Français, un peu comme l'immonde Jospin qui confiait se moquer de voir la France devenir mahométane.

[1] Il aura été un administrateur colonial sans aucune des vertus qu'on pourrait associer à ce titre, quand le colonisateur n'est pas... ce qu'il est aujourd'hui.

Écrit par : Blumroch | 09/03/2020

Toutes ces histoires de mosquées, de Coran, de taille de barbe, de bout de chiffon m'indiffèrent profondément. Si nos 15 à 20 millions de pique-assiettes étaient japonais, je n'irais pas m'interroger sur la compatibilité du taoïsme ou du bouddhisme zen avec notre culture. Il faudrait les remigrer.
Ces nouveaux héros - les membres de riposte laïque (rien que le nom me fait vomir), mon compatriote Onfray - sont des gauchistes de la pire espèce. Ils sont ennuyés car leurs "potes" ne sont plus des compagnons de lutte contre nous, pas parce qu'ils nous submergent et menacent de remplacer nos gosses. Leur problème est le refus des valeurs hédonistes, du nietzschéisme de gauche (un sacré concept), ... par les muzz radicaux. Même si c'est très hypocrite de la part des muzz, l'islam radical sonne le glas de l'usage des drogues récréatives, de la possibilité qu'un mec en pompe un autre en pleine de rue ou que des transgenres s'exhibent dans les écoles. Bizarrement, sans être muzz, je suis d'accord avec cela et je ne dois pas être le seul. Et sincèrement, qu'ils prient le cul en l'air, qu'ils veuillent faire la peau aux non-muzz, et que les femmes n'aient pas de droit (ce qui est très discutable) ne me fait ni chaud, ni froid dès lors que ça ne se passe pas chez moi.

Écrit par : Sven | 10/03/2020

Je suis d'accord avec la conclusion du Kamerad Sven : que tous fassent ce qu'ils souhaitent, *chez eux*. L'Afrique aux Africains, la Patagonie aux Patagons, la Poldévie aux Poldèves, Moronia aux Morons... et la France aux Français.
Malheureusement, grâce à leurs complices locaux (quelles que soient leurs raisons), "chez eux" semble bien parti pour être notre ancien "chez nous".

Écrit par : Blumroch | 10/03/2020

Blumroch > Oui, ces gens se moquent de tout le monde, ma remarque était un peu égoïste ;-)

Sven > Oui, je suis d'accord avec toi, mais il n'empêche que quand on a des responsabilités l'étude du dossier en cours est le minimum surtout quand il est aussi important.

Écrit par : Pharamond | 10/03/2020

@Pharamond

Il connaît parfaitement le problème et fait l'étonné. Tout ça, c'est du cirque pour éviter, à l'époque, d'évoquer le grand remplacement. Tout comme moi, tu sais que la critique portant sur l'Islam n'était qu'un moyen détourné de mentionner un problème ethnique sans tomber sous le coup de la loi. Aujourd'hui, le système s'en sert pour masquer la donne ethnique et nous vendre les "biens", censément la majorité, grâce à Zizou, Zineb, PQ, Sy, Messiah... et retarder la prise de conscience que la remigration est une obligation.
Et nos natios 2.0 sont heureux lorsqu'un tweet les caresse dans le sens du poil. Ils ont des héros comme ceux mentionnés plus haut, ou Onfray, Bardella - fondateur de banlieue patriote pour qui les cités sont l'avenir de la France, et même Didier Daeninckx, le fameux Didier Dénonce, militant communiste libertaire, pro FLN, collaborateur d'amnistia.net créé par des membres des brigades rouges, inoubliable auteur de nazis dans le métro. Une sacré équipe, les nouveaux contributeurs de fsetouche:
http://www.fdesouche.com/1336421-seine-saint-denis-lecrivain-didier-daeninckx-en-campagne-contre-le-clientelisme
Entre ça, les agressions homophobes, les attentats islamistes se révélant être des insultes proférées par un mec bourré, on est loin du site indispensable de ré-info qu'il était encore il y a peu.

Écrit par : Sven | 10/03/2020

Le Kamerad Sven surestime, à mon sens, les facultés intellectuelles d'Ali Juppar qui n'a pas assez de cervelle pour jouer les Machiavel. Sartre a un jour avoué n'avoir jamais lu une ligne d'Aristote parce que le Stagirite n'avait jamais été au programme des concours qu'il avait passés -- il n'en parlait donc que de deuxième ou troisième main, et sans honte aucune, évidemment. Faut savoir que pour expliquer les textes des Lagarde et Michard, existaient des livres du professeur réservés au corps ense[dupont]gnangnant ; ce qui en dit long sur les compétences de ces gens-là, en des temps où ils étaient pourtant majoritairement moins calamiteux qu'aujourd'hui.
Vrai que la réacosphère aime un peu trop à fêter quelques individus douteux au motif qu'ils ont parfois une attitude vaguement décente ou qu'ils tiennent occasionnellement des propos raisonnables. C'est sans doute, au milieu des grandes défaites successives, l'illusion d'avoir remporté une petite victoire.
Comme je le disais récemment à un ami, nous avons de meilleures bibliothèques, mais pour convaincre, entraîner, voire séduire les foules (dont le bon docteur Le Bon disait qu'elles sont femme), faudrait une incarnation. A part la résurrection de certains césars, rois ou capitaines...

Écrit par : Blumroch | 10/03/2020

[Musicalmar paréidolique]
*Il*[1] est *partout* :
https://www.dailymail.co.uk/news/article-8082073/New-Puma-trainers-mocked-looking-like-Nazi-leader.html
https://www.valeursactuelles.com/faits-divers/pour-certains-internautes-les-nouvelles-baskets-de-puma-rappellent-le-visage-dhitler-116859
D'abord vu chez VA qui, prudent, pour ne pas exposer les âmes innocentes à l'Horreur des Horreurs, n'illustre pas sa brève.

[1] Le haut de casse à l'initiale, M'dame Avia, ce n'est que pour obéir aux vieilles règles de sainte Typographie -- dans la tête, on remplace évidemment par une lettre en bas de casse.

Écrit par : Blumroch | 11/03/2020

Le trio de vampirettes gothiques est un classique du film d'épouvante. En voici un composé de méchantes[1] et charmantes Brigandes à la Kiss :

https://www.youtube.com/watch?v=stvwH4RgEaI

Ce n'était pas un musicalmar, mais je ne suis pas absolument certain que ce soit de la musique. ;-)

[1] Ce *doit* être vrai, puisque c'est imprimé dans les journaux écrits par des auxiliaires de police qui ne sauraient en aucun cas mentir ou déformer la vérité puisqu'ils transmettent les bonnes paroles gouvernementales.

Écrit par : Blumroch | 11/03/2020

Sven > Peu importe :
- Quoi qu'on en pense la situation est fichue.
- Celui qui veut se réinformer doit garder son esprit critique en éveil quoi qu'il consulte.

Blumroch > Après être apparu sur une bouilloire le voici en doublette sur des chaussures, il y a vraiment des esprits perturbés.
Je ne suis pas fan des Brigandes à part deux ou trois morceaux je les trouve un peu laborieuse comme chanteuses.

Écrit par : Pharamond | 11/03/2020

@Pharamond : La planète Terre est l'asile de fous de la galaxie, selon je ne sais plus quel auteur de S.F. qui a de plus en plus raison, à considérer les givrés au, ou proches du, pouvoir.

Il en va des Brigandes comme de ce monsieur :
https://www.youtube.com/watch?v=FILeiA6-6h0
Les airs ne sont pas géniaux, les voix ne sont pas exceptionnelles, les textes ne sont inoubliables, mais l'inspiration est plutôt sympathique.
Bon, je sors la carte Laura Creamer dans un grand classique :
https://www.youtube.com/watch?v=4B351GxxvwE
(Je préfère cette version à celle de Loreena McKennitt, plus connue.)

Écrit par : Blumroch | 11/03/2020

Je ne connaissais que la version de McKennitt et tu as raison celle de Creamer, plus retenue, est plus belle.

Écrit par : Pharamond | 11/03/2020

[Musicalmar platonicien]
La Mite contre le virus en marche :
https://www.youtube.com/watch?v=stR6twdbbwg

Écrit par : Blumroch | 12/03/2020

[Musicalmar antique]
Dans la série "Le passé, *mutatis mutandis*, éclaire le présent", ces quelques réflexions intemporelles prises dans l'oeuvre de Salluste. Que Philippe Remacle et ses enfants (animés par une romaine piété filiale) soient remerciés pour cet indispensable site :
http://remacle.org/bloodwolf/historiens/salluste/intro.htm
qui m'évite de saisir les textes de l'édition Garnier-Flammarion. Je ne donne pas le contexte, inutile ici, et je ne commente pas : ce serait un affront aux éventuels lecteurs. ;-)
Certains discours ont beau avoir été évidemment remaniés, ils *sonnent* vrai -- au reste, pourrait-on en imaginer de comparables tenus par les foutriquets de ce temps, ou rédigés par leurs valets de plume ? Les maîtres ont raison d'avoir tué les lettres classiques : quand on a été nourri d'abord de morceaux ainsi choisis, ensuite des oeuvres complètes, on devient rarement un adorateur ou un profiteur du Système.
// Cat., VII :
Car les rois tiennent pour suspects les honnêtes gens plus que les méchants, et toujours le mérite d'autrui est pour eux un sujet de crainte.
// Cat., XXXVIII :
Car, pour dire d'un mot toute la vérité, depuis ce temps-là, tous ceux qui troublèrent l'État sous d'honorables prétextes, défense des droits populaires pour les uns, accroissement de l'autorité sénatoriale pour les autres, tous feignaient de soutenir l'intérêt public et luttaient en réalité pour leur propre puissance.
// Cat., LII :
Autres sont les causes de la grandeur de nos aïeux, et ces causes manquent aujourd'hui à l'intérieur, de l'activité ; au dehors une autorité appuyée sur la justice ; dans la délibération, un esprit libre, que n'asservit ni la faute ni la passion. Ces vertus ont, chez nous, fait place au luxe et à l'avidité, à la détresse de l'État, à l'opulence des particuliers ; nous exaltons la richesse, nous nous laissons aller à l'inaction ; entre les bons et les méchants point de différence ; les récompenses dues au mérite, c'est l'ambition qui les obtient. A cela rien d'étonnant ; du moment où chacun de vous songe exclusivement à lui, où vous vous faites les esclaves, chez vous, de vos jouissances, ici, de l'argent et du crédit, fatalement on se jette sur la république, qui est un bien sans maître.
// Cat., LVIII :
Si enfin la fortune ne répond pas à votre courage, veillez à ne pas mourir sans vengeance, et, plutôt que de vous laisser prendre et massacrer comme du bétail, battez-vous en hommes, et ne laissez à vos ennemis qu'une victoire sanglante et endeuillée par les larmes.
// Jug., IV :
Même des hommes nouveaux, qui jadis avaient l'habitude de surpasser la noblesse en vertu, recourent au vol et au brigandage plutôt qu'aux pratiques honnêtes, pour s'élever aux commandements et aux honneurs : comme si la préture, le consulat et les autres dignités avaient un éclat et une grandeur propres, et ne tiraient pas le cas qu'on en fait de la vertu de leurs titulaires. Mais je me laisse aller à des propos trop libres et trop vifs, par l'ennui et le dégoût que me causent les moeurs publiques.
// Jug., XXXI :
Eh ! que sont-ils donc, ces hommes qui se sont rendus maîtres de l'État ? Des scélérats, aux mains rouges de sang, d'une insatiable cupidité, des monstres à la fois de perversité et d'orgueil, pour qui la loyauté, l'honneur, la piété, le bien et le mal, tout est marchandise. Pour les uns, l'assassinat des tribuns de la plèbe, pour d'autres des enquêtes contraires au droit, pour presque tous le massacre des vôtres ont été des moyens de se mettre à l'abri. Aussi, plus ils sont criminels, plus ils sont en sûreté. La crainte que leurs crimes devaient leur donner, c'est à votre pusillanimité qu'ils la font éprouver : l'identité de désirs, de haines, de craintes a fait d'eux un bloc. Ce qui, entre gens de bien est amitié, est complicité entre des coquins.
Si vous aviez, vous, autant de souci de votre liberté, qu'ils ont de feu pour être les maîtres, l'État certes ne serait pas pillé comme aujourd'hui, et vos faveurs iraient aux bons, et non aux audacieux. Vos ancêtres, pour obtenir justice et fonder leur grandeur, se sont, deux fois, retirés en armes sur l'Aventin ; et vous, pour garder la liberté que vous avez reçue d'eux, ne ferez-vous pas un suprême effort ? oui, un effort d'autant plus vigoureux qu'il y a plus de déshonneur à perdre ce qu'on a qu'à ne l'avoir jamais possédé.
// Lep., IV :
Y a-t-il, pour des hommes, d'autre parti que de s’affranchir de l'oppression ou de mourir avec courage? Car enfin la nature a prescrit à tous les hommes, à ceux même qu'environne un rempart de fer un terme inévitable, et, s'il n’a un coeur de femme, nul n’attend le dernier coup sans oser se défendre.

Écrit par : Blumroch | 12/03/2020

[Musicalmar agricole et aubonbeurresque]
Réjouissante saynète vraisemblable, trouvée grâce au site de l'étrange Wendy :
http://www.lagri.fr/le-virus-les-ecologistes-et-le-paysan
Situation comparable : voici quelques décennies, la revue *Univers* avait publié une nouvelle de S.F. située dans un monde où régnait la guerre de tous contre tous, chacun ayant à revendiquer des "droits" et se plaignant de son sort avec plus ou moins de succès. Dans les derniers paragraphes, un pilote de ligne sautait hors de son avion avec l'unique parachute disponible, abandonnant ses passagers à une mort certaine, au motif qu'ils avaient été indifférents à ses lamentations et jérémiades. L'individu tire sur la poignée du dorsal : rien. Sur celle du ventral : rien, mais un mot est attaché à la poignée : l'intersyndicale des plieurs de parachutes y expose des revendications ignorées par les pilotes, d'où le sabotage regrettable mas nécessaire pour attirer l'attention. C'est ce qu'on appelle une *chute*. ;-)

Écrit par : Blumroch | 12/03/2020

[Musicalmar anecdotique et lucide]
Ivre de haine pour la France, Debord célébrait à l'envi tous les mahométans. Ainsi, dans le sixième fascicule du *Dictionnaire de la déraison dans les arts, les sciences & les métiers*, l'article consacré à Abderrahman III, calife de Cordoue au Xe siècle, est un modèle d'hagiographie dont seule cette déclaration (d'ailleurs posthume, et peut-être authentique) est à retenir : "Cinquante ans se sont écoulés depuis que je suis calife. Trésors, honneurs, plaisirs, j'ai joui de tout, j'ai tout épuisé. Les rois mes rivaux m'estiment, me redoutent et m'envient. Tout ce que les hommes désirent m'a été accordé par le ciel. Dans ce long espace d'apparente félicité, j'ai calculé le nombre de jours où je me suis trouvé heureux : ce nombre se monte à quatorze. Mortels, appréciez par là la grandeur, le monde et la vie."

Écrit par : Blumroch | 12/03/2020

La Mite en super forme.

Certaines vérités sont intemporelles.

Un peu facile la petite histoire avec le paysan, la nouvelle que vous évoquez est plus amusante.

Si la puissance est un tel fardeau, pourquoi s'en encombrer ? Au moins certains monarques s'abusent en croyant avoir fait le bien de leur sujets et exercent leur fonction comme on porte une croix, Philippe II ne se disait-ils pas être "un esclave couronné" ; ce calife ne pense qu'à lui et ose geindre.

Écrit par : Pharamond | 12/03/2020

@Pharamond : Facile, sans doute, mais l'idée de la situation est réjouissante.

Non sans mal, j'ai retrouvé la nouvelle, mineure, à la limite de l'histoire drôle, que mon lointain souvenir avait légèrement modifiée dans le détail mais pas pour l'essentiel. C'est une "short short story" de Bob Shaw, publiée dans *Amazing Stories* en septembre 1972 (v46n03) sous le titre "Deflation 2001" ("Déflation 2001" dans *Univers 01* pour la version française). On peut récupérer le PDF ici :
https://archive.org/details/Amazing_Stories_v46n03_1972-09_Gorgon776
(dans la section "Download options")

Le sophiste verra ce développement comme une leçon sur la vanité du pouvoir, dans le registre *vanitas vanitatum omnia vanitas*.
De fait, le calife donne une hypocrite leçon à la manière d'un Sénèque : "Vous voyez bien que le pouvoir et l'argent ne donnent pas le bonheur. Ne m'enviez pas et surtout, restez bien à l'humble place que les destins vous ont assignée."

Écrit par : Blumroch | 12/03/2020

Réjouissante, sans aucun doute.

Merci pour la recherche, ta mémoire de défaille pas ;-)

J'avais pris le texte du calife au premier degré, mais peu importe, il difficile de se faire plaindre quand on étale une vie de jouissance.

Écrit par : Pharamond | 13/03/2020

[Musicalmar sous le signe du bon sens]
Louée soit la bonne déesse Alea qui me fait découvrir, par le plus grand des hasards, un certain Edward Abbey, méchant Américain qui pourrait manifestement rejoindre le bataillon des Mencken et autres Spooner. Démonstration avec ce seul texte de 1988 :
http://www.freerepublic.com/focus/f-news/914504/posts
"It occurs to some of us that perhaps evercontinuing industrial and population growth is not the true road to human happiness, that simple gross quantitative increase of this kind creates only more pain, dislocation, confusion, and misery. In which case it might be wise for us as American citizens to consider calling a halt to the mass influx of even more millions of hungry, ignorant, unskilled, and culturallymorally-generically impoverished people."
Cet homme était pire que Zemmour, en plus d'être des nôtres sur bien des points, apparemment[1]. Quelques réflexions supplémentaires pour la route. Damn, ça donnerait envie d'abandonner un moment le programme des relectures avant la grande implosion qui vient.

"There never was a good war or a bad revolution."

"The duty of a patriot is to protect his country from its government."

"The love of wilderness is more than a hunger for what is always beyond reach ; it is also an expression of loyalty to the earth, the earth which bore us and sustains us, the only paradise we shall ever know, the only paradise we ever need, if only we had the eyes to see."

"Growth for the sake of growth is the ideology of the cancer cell."

"If America could be, once again, a nation of self-reliant farmers, craftsmen, hunters, ranchers, and artists, then the rich would have little power to dominate others. Neither to serve nor to rule : that was the American dream."

"Truth is always the enemy of power. And power the enemy of truth."

"Anarchism is not a romantic fable but the hardheaded realization, based on five thousand years of experience, that we cannot entrust the management of our lives to kings, priests, politicians, generals, and county commissioners."

[1] Pas sur tous, évidemment. Est-ce d'ailleurs si important ? Rassemblez autour d'une bière quatre mauvais esprits de notre camp, pourtant d'accord sur l'essentiel, et vous aurez quatre individualités différentes. Rassemblez autour d'un "smouzi" quatre *bons* esprits du camp d'en face, et vous aurez quatre fois le même abonné au Monde/Télérama/Obs/BFM. C'est la différence entre les chats, fiers, et les chiens, obéissants.

Écrit par : Blumroch | 14/03/2020

@Blumroch

Cet Abbey mérite vraiment d'être connu.
Je ne vois vraiment pas à quoi tu fais allusion :-)
Smoothie et Buddha bowl sans gluten, tout un programme!
Ca me rappelle la distinction que fait Spengler dans l'homme et la technique entre herbivores et carnivores:
http://www.europemaxima.com/sur-lhomme-et-la-technique-par-thierry-durolle/
(le premier paragraphe sur Onfray spenglerien mais de gauche est sans grand intérêt). Il existe une version en anglais bien plus abordable que le prohibitif ~30 euros pour ceux qui, comme moi, ne lisent pas l'allemand[1,2].

[1] De quoi ajouter au regret que l'Allemagne n'ait pas écrasé la république en 14.
[2] Plus-value sur le prix due à la très probablement dispensable préface du mal-pensant du camp du bien?

Écrit par : Sven | 14/03/2020

@Sven : J'ai toujours quelque part dans un carton le petit volume à couverture verte de l'édition Gallimard Idées. Gamin (j'étais alors en sixième), m'avait marqué la conclusion sur la fin dans l'honneur dont aucun homme ne devrait être privé, celle de ce soldat romain mort à son poste à Pompeii, en l'absence de consigne -- je sais, cela peut faire sourire.

Écrit par : Blumroch | 14/03/2020

Blumroch > Je découvre grâce à toi cet Edward Abbey. Comme souvent avec les "vrais" écologistes surtout radicaux ce qu'il dit semble mériter toute notre attention.

Écrit par : Pharamond | 14/03/2020

Blumroch >
PS : On dirait du vécu cette histoire de discussion à quatre autour d'un verre ;-)
D'ailleurs il y a des chiens policiers ou de garde et pas leurs équivalents en chats ;-)

Écrit par : Pharamond | 14/03/2020

@Pharamond : Abbey me semble un cousin de Kaczynski, ce qui suffit à lui valoir l'estime des honnêtes conservateurs désireux que rien ne change en pire.

C'est pas vrai : j'ai aussi pris un café ! ;-)

A la porte de son appartement, une ancienne fiancée parisienne avait une plaque avec cette inscription : "Attention ! Chats méchants !". ;-)

Écrit par : Blumroch | 14/03/2020

@Pharamond : ;-)
(Comme quoi, même sans avoir de remarque essentielle à formuler, on peut toujours laisser un commentaire, n'est-ce pas, amis *lurkers* ?)

Écrit par : Blumroch | 14/03/2020

"pour ceux qui, comme moi, ne lisent pas l'allemand", nous confie *supra* le Kamerad Sven (je suis d'ailleurs dans le même cas). On connaît la célèbre séquence où Finkie est obligé d'admettre, piteusement, ne pas connaître l'allemand, ici[1] à 08:30 :
https://www.youtube.com/watch?v=gO2szdIAGNQ
Au passage, aucun venin dans la question : on voit que le journalope, assez connu Mitterrand *regnante*, s'attend à une réponse positive.
J'ai soudain la vision, assez comique dans le registre *Iron Sky*, d'un socialiste nationaliste en grand uniforme -- ayant la tête d'un Foutriquet ou d'un Finkie -- se prétendant grand spécialiste de la philosophie socialiste nationaliste allemande, qui, interrogé sur sa connaissance de la langue germanique, serait obligé d'avouer avé l'assent et avec les mines d'un Finkie accablé, irrité, offusqué : "Nein, che ne lis pas le nadzi. Et alaurs ?". ;-)

[1] Y'avait un autre lien, maintenant impossible à visionner au motif qu'il serait désormais "privé".

Écrit par : Blumroch | 15/03/2020

Par ailleurs combien d’antifascistes ne connaissent strictement rien à la doctrine fasciste, même s'il faut reconnaître que le Système ne laisse à voir que ce qui est à charge et qu'une information objective n'est pas facile à obtenir, mais pas impossible notamment grâce au net.

Écrit par : Pharamond | 15/03/2020

Écrire un commentaire