statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2020

Musique (521)

Borrtex

Light

Spheria

Skógur

Borrtex

Changing

 

Commentaires

Le premier morceau aurait pu figurer dans un des trois épisodes de ce magnifique et [sur]prenant "space opera" qu'est *Mass Effect*. D'ailleurs, comme je viens de rejouer à cette trilogie en forme d'ode au triomphe de la volonté :
https://www.youtube.com/watch?v=UBLOvSb56Vc
https://www.youtube.com/watch?v=fvfPTKru0s0
https://www.youtube.com/watch?v=yVm_ljDSdwA
https://www.youtube.com/watch?v=xblM1zPBWDg
https://www.youtube.com/watch?v=HiRDJLcYua0

Écrit par : Blumroch | 07/02/2020

Je connais "Mass Effect" seulement de nom comme un classique du jeu vidéo SF.
Pour les courageux : le "film" complet en une douzaine d'heures ;-)
https://www.youtube.com/watch?v=odUrdOIlCBI
https://www.youtube.com/watch?v=RpkFbpOJhAM
https://www.youtube.com/watch?v=fouubLCWUxk

Écrit par : Pharamond | 08/02/2020

@Pharamond : Mieux qu'un classique : un chef-d'oeuvre de syncrétisme intelligent. C'est une saga très supérieure à tous les Star Trek et autres Star Wars.
Et le visage de Miranda Lawson, c'est celui de la délicieuse Yvonne Strahovski !
Damn, y'a des gens qui ont trop de loisirs, d'autant que l'entreprise est bizarre -- à mon sens, en tout cas.

Écrit par : Blumroch | 08/02/2020

Effectivement ;-)
https://comicvine1.cbsistatic.com/uploads/scale_small/10/105264/4328835-miranda_lawson_45.jpg

On peut voir cela comme une forme d'hommage, non ?

Écrit par : Pharamond | 08/02/2020

@Pharamond : Le meilleur hommage qu'on puisse rendre à une oeuvre comme *Mass Effect*, c'est d'y jouer à plusieurs reprises en faisant des choix différents. Sauf pour l'anéantissement du Conseil, tellement semblable à Bruxelles que c'est un bonheur que de les laisser crever. A chaque fois. ;-)

Écrit par : Blumroch | 08/02/2020

Si un Boeing s'écrase sur une instance européenne à Bruxelles je saurais d'où ça vient... mais je me tairai ;-)

Écrit par : Pharamond | 08/02/2020

@Pharamond : Grand moment que la mort des bureaucrates :
https://www.youtube.com/watch?v=sLrXymcIHxk
*La grande menace* a.k.a. *The Medusa Touch* est un de mes films préférés, notamment pour cette scène :
https://www.youtube.com/watch?v=dNCwx6I-MF0

Écrit par : Blumroch | 08/02/2020

Un si beau bâtiment tout en verre et en béton, comme seule notre époque au goût si sûr, sait en construire. Rempli de gens qui nous veulent tant de bien!

HS:
J'ai regardé le dernier d'I-média et la moitié du dernier bistro-libertés sur TVL.
Comme souvent, assez en désaccord avec les présentateurs d'I-média: ils s'indigent lorsqu'un ado de 50 ans n'ayant pas encore mué et malheureusement payé par nos impôts, chante une litanie d'obscénités contre le Christ mais trouvent normal qu'une gouinette (Blumroch (c)) veuille mettre un doigt dans le cul de Mahomet. Qu'il faille la protéger l'ado à cheveux bleus, oui. De là à en faire une nouvelle Jeanne d'Arc en dépit de ses faux-airs de Milla Jovovitch, au demeurant plus prête à brouter qu'à bouter, bof. Quant à la cohérence ...
En revanche, j'ai bien ri à l'évocation de cet art ancestral africain, apparu au XVIIIème siècle, consistant à enduire de bouses de vache des formes géométriques. Des précurseurs du cubisme dixit la journaliste. Enorme à tout point de vue!
Martin Peltier a fait une très bonne intervention dans Bistrolibertés.

Écrit par : Sven | 09/02/2020

Blumroch > La grande Menace est un film que j'apprécie ; sobre, inquiétant et... visionnaire avec son avion kamikaze.

Sven > C'est un peu comme l'ami Camus qui dit des choses très vraies sur l'invasion que nous subissons, mais qui n'en reste pas moins un ancien gauchiste libertaire.

Écrit par : Pharamond | 09/02/2020

[Musicalmar vidéoludique et citoyen]
On savait que Dieu, incapable de modifier le passé, laissait ce soin aux historiens. Il a maintenant décidé d'autoriser les concepteurs de jeux à faire de même.
Version *révisée* de *Commandos 2* (un classique si difficile que je ne l'ai jamais fini, peut-être parce que je suis mauvais en plus d'être méchant[1]) :
https://www.rockpapershotgun.com/2020/01/31/commandos-2-hd-remaster-review/
Avec *Through the Darkest of Times*, un jeu {b|m}oche et manifestement "citoyen", dont la présentation comprend cette pitoyable réponse "So yes, you can." à l'imbécile question "Can I change history ?" :
https://paintbucket.de/en/ttdot
Pas lu le compte-rendu de RPS, crainte de tomber sur leur propagande, mais à tout hasard, pour les captures :
https://www.rockpapershotgun.com/2020/02/07/the-flare-path-through-the-darkest-of-times/

[1] Ou pas malin en plus de célébrer Lucifer le Malin. ;-)

Écrit par : Blumroch | 09/02/2020

Après les svastikas nationales-socialistes se sont les Hinomaru japonais qui disparaissent. Ce monde est fou à lier.

Le masochisme des allemands est terrifiant.

Au fait, la LICRA veut faire interdire la vente de "Combat pour Berlin" de Joseph Goebbels, histoire qu'il ne reste que la version officielle relatant la prise de pouvoir d'Hitler.

Écrit par : Pharamond | 09/02/2020

Se battre contre un ennemi qui n'a pas de signes distinctifs, c'est peut-être un bon prétexte pour une nouvelle loi des suspects, les méchants étant susceptibles d'être *partout*, y compris chez les gentils qui se dénonceront eux-mêmes. De manière *gauchie*, c'est-à-dire tordue, c'est le "We have met the enemy and he is us" :
https://en.wikipedia.org/wiki/Pogo_(comic_strip)#%22We_have_met_the_enemy_and_he_is_us.%22

Écrit par : Blumroch | 09/02/2020

[Musicalmar]
Non seulement Larry Niven aime à évoquer les lois du terrible dieu Finagle[1] et de son prophète fou, un certain Murphy, mais il a compilé ici quelques observations sur le fonctionnement de l'univers :
http://www.larryniven.net/stories/nivens_laws_2002.shtml
J'aime bien la seizième loi de Niven : "There is no cause so right that one cannot find a fool following it.", qui s'applique même dans notre camp.

[1] https://en.wikipedia.org/wiki/Finagle

Écrit par : Blumroch | 09/02/2020

Blumroch > Pire que la censure il y a cette autocensure zélée des bien-pensants. Certes beaucoup y recherchent des intérêts, mais avec la religion laïque qui est la nôtre il y a aussi une volonté puérile de sauver son âme. Autrefois la participation à la messe dominicale lavait le chrétien de ses mauvaises actions, maintenant il suffit de se dire de gauche et de le prouver de façon aussi ostentatoire qu’insignifiante pour absoudre le citoyen du monde de ses paradoxes.

Pour ce qui est de l'ennemi en nous sans vouloir verser dans l'explication philosophico-fumeuse il n'est pas à douter que la population est responsable en partie de son châtiment actuelle et sans doute "nous" avec.
Peut-être parce que même les raisons les plus justes peuvent être suivie par des imbéciles ;-)

Écrit par : Pharamond | 09/02/2020

@Pharamond : Ni coupable, ni même responsable. Le culte des rares Grands Ancêtres n'entraîne pas l'approbation des erreurs commises par la masse des ancêtres plus... ordinaires (ce qui comprend leurs maîtres).
Au reste, j'irais bien me séparer d'une bonne moitié de la population actuelle (on leur laissera une frontière commune avec la Bochie).
J'ai le souvenir d'un dessin humoristique montrant des moutons blancs se précipiter en troupeau (!) du haut d'une falaise, alors que l'un d'eux, tout noir, tente de se frayer un chemin en sens inverse pour échapper au sort commun voulu par les crétins -- on devine que lucide, il sera quand même entraîné vers les abîmes.
Hélas, un très grand nombre de faibles Q.I. l'emportera toujours sur un tout petit nombre de Q.I. honorables.

C'est comme pour certaines distractions : on est parfois irrité de voir que des abrutis apprécient ce qu'on apprécie. A une époque, pour cette raison, je prétendais ne rien savoir de Tolkien, tant les fans étaient très D&D. ;-)

Écrit par : Blumroch | 09/02/2020

Blumroch > Je ne crois pas que les Q.I. élevés entraînent obligatoirement une humanité et un sens commun, et l'inverse est aussi vrai. Bien sûr, quand tout se combine c'est l'idéal, mais de trop nombreux esprits performants mettent leurs capacités à leur seul profit ou bien coupés des réalités imaginent que leurs délires humanistes sont des réalités souhaitables, ce qui n'est pas moins grave.

Écrit par : Pharamond | 09/02/2020

@Pharamond : Les gens que je considère comme vraiment intelligents ont du bon sens (ou le sens des réalités), *en plus* d'avoir des capacités intellectuelles supérieures à la moyenne, ce qui leur interdit un certain nombre de délires. C'était d'ailleurs aussi l'avis de Bergier qui, n'aimant pas les hippies, consentait tout de même à les laisser vivre dans des réserves. ;-)

Écrit par : Blumroch | 09/02/2020

Ne croyez-vous pas que des personnes avec des capacités intellectuelles très moyennes (il faut un minimum tout de même) puissent être intelligents à leur manière, utiles et méritants ?

Écrit par : Pharamond | 09/02/2020

@Pharamond : A condition d'avoir d'abord du bon sens, lequel n'est pas plus répandu chez les ordinaires que chez les autres. ;-) Je dirais que le bon sens est nécessaire mais pas suffisant.

Écrit par : Blumroch | 09/02/2020

@Pharamond : Pour revenir un instant à *Mass Effect*, voici une scène et une réplique divertissantes, alors que la situation est préoccupante :
https://www.youtube.com/watch?v=jJXm3l3Sjsc

Écrit par : Blumroch | 09/02/2020

Indubitablement le bon sens est nécessaire, mais je ne crois pas qu'un Q.I. stratosphérique soit utile pour tous, je crois même que ressembler des gens supérieurement intelligents devient vite risqué.

Écrit par : Pharamond | 09/02/2020

Inquiétante cette IA...

Écrit par : Pharamond | 09/02/2020

@Pharamond : Quand j'évoque les Q.I. supérieurs à la moyenne, je ne pense pas nécessairement aux Q.I. qui sont à l'extrémité de la courbe de répartition -- ceux-là devraient ignorer les affaires humaines, comme l'estimait d'ailleurs Bergier. Le surhomme, c'est simplement un homme qui pense.

Elle a le sens de l'humour. C'est dire si on est en pleine fiction.

Écrit par : Blumroch | 09/02/2020

Penser librement, réellement librement ; tout est là, je crois.

Écrit par : Pharamond | 09/02/2020

[Musicalmar relativiste mais intemporel]
Relisant quelques pages des "*Vie, doctrines et sentences des philosophes illustres* dans la bonne vieille édition Garnier Flammarion, je retombe sur le portrait de Pyrrhon d'Elée, le père du relativisme et donc de la "modernité" : selon lui, puisque nous ne pouvons connaître aucune vérité, nous devons suspendre notre jugement.
Nous savons les conséquences de ce propos -- d'ailleurs *gauchi* par ses héritiers -- , mais ce n'est pas l'objet de ce musicalmar.
De fait, j'avais oublié ce passage : "Il [Pyrrhon] soutenait qu'il n'y avait ni beau, ni laid, ni juste, ni injuste, que rien n'existe réellement et d'une façon vraie, mais qu'en toutes choses les hommes se gouvernent selon la coutume et la loi. Car une chose n'est pas plutôt ceci que cela. Sa vie justifiait ses théories. Il n'évitait rien, ne se gardait de rien, supportait tout, au besoin d'être heurté par un char, de tomber dans un trou, d'être mordu par des chiens, d'une façon générale ne se fiant en rien à ses sens."
C'est-y pas beau, cet accord parfait et *cohérent* entre les idées et les actes ? Saluons, avant que de poursuivre notre lecture : "Toutefois il était protégé par ses gens qui l'accompagnaient." Et Diogène Laërce d'enfoncer ce dernier clou au cercueil de Pyrrhon : "Enésidème rapporte qu'il philosophait selon le raisonnement du doute, sans toutefois agir avec imprudence."
Je serais bien tenté de résumer cette attitude intemporelle avec ces quelques mots, à énoncer en prenant l'air faraud : "Que la réalité -- qui n'existe d'ailleurs pas -- vienne donc me chercher, quand elle aura réussi à franchir le barrage de mes 300 chiens robocops armés et prêts à tuer pour nous défendre, mes complices et moi !"
Aucune relecture n'est inutile, qui permet de retrouver des détails oubliés.

Écrit par : Blumroch | 10/02/2020

La fumisterie des intellectuels ne date d'aujourd'hui. Il ne faut jamais oublier de relativiser le relativisme.

Écrit par : Pharamond | 10/02/2020

[Musicalmar]
D'abord, on accepte d'être attaché à la niche ; ensuite, on accepte le collier étrangleur ; enfin, on a droit à la muselière... en attendant, sans doute, l'ablation des cordes vocales (ou quelque chose dans ce genre) :
https://www.takimag.com/article/as-goes-the-holocaust-so-goes-the-west/
"No comment" va devenir le commentaire le plus *approprié*.

Écrit par : Blumroch | 11/02/2020

Les droitards et autres conservateurs frileux pourront toujours pleurnicher ils ne paieront que leur aveuglement et leur veulerie. A moins que bon gré mal gré ils ne se convertissent à la mode du moment comme ils savent si bien le faire.

Écrit par : Pharamond | 11/02/2020

@Pharamond : Votre première phrase résume fort bien la conclusion du billet ricain (vous deviez être excellent en contraction de texte !) :
//
Thirty years ago, sane people had a chance to stop the madness. But they allowed themselves to be emotionally blackmailed into accepting the belief that in “certain circumstances” free speech and open debate are harmful and should be curbed. They assumed that those circumstances would remain special. They’re now the norm.

You got played, folks. And like any gullible mark who falls prey to a sob story in the service of a long con, in the end you have nobody to blame but yourselves.
//
Reste qu'être emporté malgré soi par le *mainstream* de la khonnerie, être entraîné par le troupeau de lemmings, c'est pénible. Dans un monde bien fait, la minorité lucide aurait eu l'option : "n'être pas concerné par les choix des crétins". :-(

Écrit par : Blumroch | 11/02/2020

D'accord avec vous. Le pire c'est que j'ai encore de l'affection pour certains de ces lemmings.

Écrit par : Pharamond | 11/02/2020

Pour changer des musicalmars, un peu de musique tirée d'un jeu dont le scénario s'inspirait lointainement du film *Red Dawn* de John Milius :
https://www.youtube.com/watch?v=OkUVUKUscMo
https://www.youtube.com/watch?v=cmegCkd5LqI
Vaut mieux être envahi par l'U.R.S.S. que par la Nouvelle Suède (mais c'est évidemment *relatif*) :
https://www.youtube.com/watch?v=P0we3Nmsn4M

Écrit par : Blumroch | 12/02/2020

Une dernière pour la route (à moto) avec cet apaisant morceau écrit par un programmeur d'élite :
https://www.youtube.com/watch?v=0Fwnbve5i7g

Écrit par : Blumroch | 12/02/2020

[Musicalmar]
Difficile d'aller plus loin dans la négation, l'anéantissement même, de son propre être :
https://www.youtube.com/watch?v=ShfsBPrNcTI
(vidéo découverte grâce à un billet de l'étrange Wendy)
On se demande pourquoi les commentaires sont désactivés, car à n'en pas douter, les réactions d'approbation auraient été nombreuses, tant le confusionisme règne.
Faudra quand même qu'un jour, on explique comment tout, toujours, vient de l'étranger, qui lui n'a pas à recevoir quoi que ce soit de qui que ce soit, sinon sous la forme de pillages et autres réappropriations ethnico-citoyennes -- "le tribut pour la tribu", que voilà un beau slogan !
Avant, on moquait les furieux expliquant l'histoire du monde par les interventions, plus ou moins évidentes, des divins Martiens ; aujourd'hui, les nouveaux Suéd^H^H^H^HMartiens sont ici, partout, et nous leur devons *tout*, jusqu'à nos vies -- aucun ricanement n'est permis avec cette fable-là. Von Daniken (nom générique, ici) aurait-il attribué tous les progrès du monde aux (autocensuré) plutôt qu'aux extraterrestres, il devenait docteur *honoris causa* de toutes les universités du monde, et il obtenait peut-être même le Nobel de la recherche historique.
"Solitaires mais solidaires" était la belle devise des agents du S.N.I.F. : le progressisme marchand la pourrait adapter ainsi en manière de clin d'oeil à Leibniz : "Mort aux monades solidaires, que vivent les nomades solitaires !".
On rit, on rit, mais es macht Angst, sehr Angst.

Écrit par : Blumroch | 13/02/2020

Dans notre société marchande l'argent est tout, absolument tout. Les pires inepties débitées avec suffisamment de moyens deviennent d'éblouissantes réalités.

Écrit par : Pharamond | 13/02/2020

[Musicalmar]
Sputnik, c'est peut-être la main du Kremlin, mais ils ont pensé à rappeler un triste anniversaire, rendu plus terrible encore par la sobriété des légendes :
https://fr.sputniknews.com/photos/202002131043057145-dresde-1945-bombardements/
Heureusement, de *bons* esprits veillent, qui ont pour mission d'anéantir les discours osant contredire, en tout cas osant *nuancer*, la propagande énoncée par les vainqueurs -- lesquels ne sauraient mentir puisqu'ils ont *gagné*, signe certain que Gott était with them :
http://lhistoireenrafale.lunion.fr/2020/02/13/75e-anniversaire-des-bombardements-de-dresde-prevenir-les-recuperations-politiques/
"Le mythe de la cité innocente se perpétue" ; "Le nationalisme résurgent et le populisme de droite mettent de plus en plus en danger la culture de la repentance démocratique" : qu'en termes élégants ces aveux-là sont dits...

Écrit par : Blumroch | 14/02/2020

P.S. : On ne saurait être partout et consulter tous les bons sites. D'autres ont pensé à Dresde, qui eux sont partout :
https://www.noussommespartout.fr/devoir-de-memoire-dresde-les-13-14-et-15-fevrier-1945/une/

Écrit par : Blumroch | 14/02/2020

[Musicalmar]
"La scène se passe en Scandinavie[0], c'est-à-dire nulle part."
Norvège, Suède, Danemark : autant de pays "où l'on n'arrive jamais" puisqu'ils n'existent pas[1]. La compagnie aérienne SAS mentionnée dans un musicalmar précédent, émue par les quelques réactions négatives à sa réclame niant l'existence d'une culture scandinave, a décidé de tenir bon au nom de la sain[t]e pé-da-go-gie, et donc de sortir une version *abrégée* de la première réclame[2]. Pour tout bon progressiste, la présentation est scandaleuse, qui reste horriblement *colonialiste* : "Many of the things we call Scandinavian today was brought here and refined by curious, open-minded and innovative Scandinavians." C'est donc toujours le Scandinave qui va au loin piller les ressources des Autres et qui les transforme, quand il ne les *améliore* pas, le hyen prétentieux ! Au passage, SAS *efface* façon Malko les Autres qui sont déjà sur place comme autant de Nouveaux Scandinaves ! Si ce n'est pas du wacisme, ça...
Ils n'arrêteront *jamais*.

[0] Le nom du pays a été changé. ;-)
[1] Y'a donc un paradoxe à pouvoir y faire atterrir des gronavions, mais le progressisme, c'est magique.
[2] La propa^H^H^H^Hédagogie, c'est l'art de la répétition. "we decided to unpublish the film", qu'ils écrivent dans le lien cité *infra*. "To unpublish", un nouveau verbe. En attendant un nouveau mot pour désigner les ceusses qu'on va exterminer : des "unpersons" ou des "unpeople" ?
https://www.sasgroup.net/en/sas-continues-the-campaign-what-is-truly-scandinavian/
(Au passage, crainte sans doute d'être submergée par les messages de félicitation, la compagnie SAS a désactivé les commentaires pour la vidéo révisée visible chez ioutube)

Écrit par : Blumroch | 15/02/2020

P.S. : Un smiley manque évidemment à la fin de la phrase évoquant les "unpersons" et autres "unpeople". *Avia regnante*, c'est plus prudent. ;-)

Écrit par : Blumroch | 15/02/2020

Blumroch > Il est amusant que les "historiens" accrédités ont compté et recompté les morts de Dresde en ne trouvant jamais les mêmes chiffres, mais en revoyant à la baisse sans hésitation ; ici c'est permis, sinon conseillé.

Le progrès est un immense paradoxe qui nous sature le cerveau de la naissance à la mort du matin au soir avec une désinformation envahissante pour que personne ne puisse voir l'évidence : vouloir un monde de 7,5 milliards de bobos est absurde.
Il devrait exister un dispositif pour ajouter un smiley "clin d’œil" à la fin de chaque phrase.

Écrit par : Pharamond | 15/02/2020

@ Blumroch

Il y a les bonnes et les mauvaises victimes comme chez les Inconnus. Ce rappel des dommages collatéraux causés par les anglo-américains est un peu mal venu dans le contexte actuel. Bientôt, vous nous parlerez des Japonais, des Vietnamiens, des Irakiens, ... et pourquoi pas des Amérindiens! Un détail de 15 à 25 millions de morts! Je vous sens relativiste non einsteinien :-)

Sputnik, c'est quand même un site poubelle:
https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201703231030582605-mars-bouteille-biere/
https://fr.sputniknews.com/insolite/201701161029621372-mars-alien-photo/
https://fr.sputniknews.com/international/201911291042508855-un-drone-de-combat-dote-de-moteurs-a-reaction-teste-avec-succes-pour-la-marine-iranienne/

@Pharamond

Une des conséquences les plus intéressantes du coronavirus est la paralysie de l'usine du monde mettant ainsi à mal la mondialisation heureuse. Ce n'est même plus le battement d'aile du papillon. Alors 7,5 milliards d'individus, qui plus est bobos :-)

Écrit par : Sven | 16/02/2020

@Sven : *Sputnik* a beau n'être pas *Nous sommes partout*, le site a eu le mérite d'évoquer sobrement ce crime plus ignoble encore de n'avoir aucune justification militaire -- on sait que le message politique, lui, était clair : tous à genoux car nous n'hésiterons devant *rien*.
Je vous rassure : je jette parfois un oeil au sommaire mais je ne regarde que rarement ce qui tient lieu d'articles, chez Sputnik comme ailleurs. Les kiosques tiennent le même rôle : les couvertures qu'ils affichent suffisent à savoir ce que le pouvoir veut mettre en avant. Inutile alors de lire les torchons, dont on connaît si bien le point de vue qu'on pourrait rédiger les papiers en mode automatique.
Prenez garde quand même : on pourrait vous soupçonner de Poutinophobie, bientôt de macronophilie ! Et si Poutine nous fait la grâce de nous envahir, comme semble le craindre Sa Transcendance Béachelle chez *Atlantico*... ;-)
Dans votre énumération, les Amérindiens me laissent de marbre, sans doute à cause des bons westerns et surtout de leur contribution limitée[1] à l'histoire des lettres, des arts et des sciences. ;-)
Plus sérieusement : l'histoire antique, lue très tôt, m'a vacciné contre le sentimentalisme.

[1] A part l'invention de tortures atroces qui valent celles des Japonais de l'unité 731.

Écrit par : Blumroch | 16/02/2020

Sven > De toute façon il nous arrivera une tuile modèle XXL, nous sommes bien trop nombreux et trop gourmands sur cette planète. Le virus couronné en constitue peut-être une avant-garde.

Écrit par : Pharamond | 16/02/2020

[Musicalmar *bis repetita...* 20181023 pour le Kamerad Sven qui comprendra]
"Sept villes se disputaient l'honneur d'avoir vu naître Homère : Argos, Athènes, Chio, Colophon, Rhodes, Salamos et Smyrne.
-- N'oubliez cependant pas la plus célèbre de toutes, dit Allais.
-- Je regrette, il n'y en a que sept et non huit.
-- Huit, car la voix populaire a consacré Allaure comme la huitième. Ne dit-on pas Homère d'Allaure ?"
;-)

Écrit par : Blumroch | 16/02/2020

@Blumroch

Je suis devenu poutinophobe avec le temps. Ses positions sur la famille, sa relance de la natalité dans la fédération de Russie (j'aimerais avoir les stats ethniques en particulier pour les Russes), sa verticalité me conviennent. Sa démonstration de force en Géorgie aussi. Et puis, il y a eu la commémo, un peu trop rouge à mon sens, de la grande guerre patriotique, l'annexion de la Crimée*, le soutien aux agresseurs communistes de l'Ukraine, la répression des mouvements nationalistes et l'interdiction de candidature d'un vrai nationaliste aux élections présidentielles russes - pour rappel, les 4 principaux candidats étaient l'ex lieutenant-colonel du KGB Poutine, l'ex-colonel du KGB Jirinovsky, Eidelstein de son vrai nom et repeint en natio, le candidat communiste, et la candidate "libérale", fille de l'aparatchik devenu maire de Moscou et filleule de Poutine, la politique eurasiste.

Je suis macronophile anti-macroniste. Je suis très heureux de la disparition du clivage droite-gauche, de voir qu'il et qu'à travers lui la fonction de président est haï, que son parti inexistant soit composé d'incompétents - la teub de Griveaux, ministre et ex-candidat à la mairie de Paris connue de tous les Français, c'est un grand moment, mieux que les libelles contre la pauvre Marie-Antoinette. Si comme la plupart des lecteurs de ce blog, je pâtis des mesures de Foutriquet 2.0 comme vous l'appelez, je me dis qu'on ne pouvait faire mieux pour saborder le régime.

C'est le plus grand génocide connu. J'ai visité Washington la grosse année que j'ai travaillé aux US. Dans DC, il y a des musées gratuits, magnifiques pour la plupart, et le récent et raté musée indien. En le visitant, on apprend que les salauds européens - portugais et espagnols - ont exterminé les Amérindiens. Pour s'en persuader, il suffit de penser aux latino-américains présents en Amérique. Au contraire, nos amis les Yankees ont essayé de sauver les sauvages cannibales qu'ils ont rencontré. en les éduquant par la Bible qu'il traduisait dans les langues indiennes. Malheureusement, ils sont arrivés trop tard, les différentes tribus avaient fini par s'exterminer.
A côté, vous trouvez le musée, payant, de l'holocauste. Imaginez la situation inverse, en Allemagne, par exemple.


* La Crimée est à majorité russe car ancienne base maritime soviétique. C'est comme-ci l'Algérie réclamait Marseille (en gardant le bénéfice de la CAF) car les Algériens y sont majoritaires.

Écrit par : Sven | 16/02/2020

@Blumroch

L'exemple des Amérindiens me rappelle, à chaque fois qu'un imbécile me dit qu'on doit les accueillir car il y a des femmes et des enfants parmi eux, qu'il ne faut pas faire preuve de sensiblerie. Je regrette sincèrement qu'il n'est pas exterminé les puritains du Mayflower.

Écrit par : Sven | 16/02/2020

[Musicalmar]
L'obscène réclame de la compagnie aérienne SAS a retenu l'attention de takimag :
https://www.takimag.com/article/theres-no-such-thing-as-scandinavian-airlines/
Très juste et synthétique mot-valise que cet "egalitotalitarianism” figurant dans une conclusion où l'on remplacerait bien Vikings par Gaulois :
"I believe that this sort of nonsensical radical egalitarianism -- a.k.a. “egalitotalitarianism” -- is designed to induce insanity in both those who swallow such claptrap and those who are forced to listen to it.
Something tells me that the Vikings weren’t very good listeners. We could learn a lot from them."

Écrit par : Blumroch | 17/02/2020

Comme le Kamerad Sven, je ne suis pas tout à fait un admirateur des ricains pris en masse[0]. Le sort qu'il aurait réservé aux hypocrites pèlerins puritains[1] du *Mayflower* m'a d'abord rappelé d'abord ce célèbre mot, plus général, de Twain dans *Pudd'nhead Wilson*[2] : "It was wonderful to find America, but it would have been more wonderful to miss it."
M'est ensuite revenue en mémoire une délicieuse saynète consacrée à ce "Thanksgiving" si important pour ces chers ricains. En voici une version française :
https://www.youtube.com/watch?v=eV_o_eSW3tk
et une version anglaise, un peu plus longue :
https://www.youtube.com/watch?v=tJE3KDxTbWI
Yep, la petite blonde crispante, c'est bien l'Harmony de *Buffy* et *Angel*. ;-)

[0] Oui, je sais : y'en a des bons, peu nombreux, et à condition de ne pas les voir en groupe.
[1] Dont le secret a été révélé par Mencken dans cette admirable définition du puritanisme protestant anglo-saxon : "Puritanism : The haunting fear that someone, somewhere, may be happy.”
D'où leur haine rabique de tout ce qui peut, dans l'existence, apporter de la joie, y compris de la joie intellectuelle. Leur complaisance pour le sinistre mahométanisme, inaccessible à l'humour, inaccessible à l'ironie, n'a pas d'autre source que cette bonne conscience les autorisant, dans leur esprit, à imposer leurs lubies à tous.
[2] https://en.wikisource.org/wiki/Pudd%27nhead_Wilson/Chapter_22

Écrit par : Blumroch | 17/02/2020

Blumroch > J'en reviens à ce qu'à dit Wilfried Van Liempd : "Réussir à faire croire à toute une civilisation que sa propre invasion est un progrès, restera, dans l'histoire de la propagande, un absolu."


J'avais oublié cette savoureuse scène du film.

Dans la lutte pour la vie, et les peuples y sont aussi soumis, si l'on veut perdurer il ne faut être sans pitié, ce qui ne veut pas dire être cruel.

Écrit par : Pharamond | 17/02/2020

Écrire un commentaire